1973 ■ La planète sauvage (film)

2014-06-13_143003
Séquence finale où les Oms s’émancipent des Draggs en s’appropriant leurs savoirs scientifiques et techniques

Un petit pas pour l’Om …

(par Marie Claire Matéo, Magistère Cnam, juin 2014)

La Planète Sauvage est un film d’animation français de science-fiction réalisé par René Laloux, avec des images de Roland Topor. Sorti en 1973, ce film est une adaptation libre du livre de 1957, « Oms en série » de l’écrivain français de science-fiction, Stefan Wul.

Long métrage d’animation qui a marqué l’histoire du cinéma, « La Planète Sauvage » est unique en son genre de par sa qualité artistique mais aussi de par l’intelligence de son message. Ce film est un hymne à la connaissance et au savoir qui vont être les clefs de l’émancipation des Oms, réduits à l’état d’animaux domestiques par des géants bleues aux yeux rouges, appelé Draags.

L’histoire se déroule sur la planète Ygam. À la suite d’un incident, Terr, un petit Om de luxe, va avoir accès à la science des Draags qu’il va transmettre aux peuple des Oms sauvages, chez qui il se sera réfugié. Grâce au savoir apporté par Terr, les Oms sauvages vont pouvoir s’approprier la technologie des Draags pour construire des fusées spatiales qui les amèneront sur le satellite naturel d’Ygam, la planète sauvage. Ils y découvrent alors le secret de la méditation des Draags conduisant ces derniers à instaurer la paix avec les Oms qui finiront par avoir leur propre planète, un satellite artificiel appelé la Terre…

Film réalisé à partir de 1967, La Planète Sauvage se place dans une période phare de l’histoire technique et scientifique, celle de la conquête spatiale et de la course à la lune mais aussi celle de la guerre froide où deux peuples s’affrontent sur le plan scientifique et technique. Le film de Laloux et Topor est marqué par son époque, tant dans son contenu que dans sa réalisation et son histoire. En pleine guerre froide et peu après le printemps de Prague, Renée Laloux se voit contraint de produire son film dans les studios de Prague, en Tchécoslovaquie, alors que le message du film peut être comparé à la situation politique du pays vis à vis de l’union soviétique.

Ce film est l’histoire de la révolte d’un peuple, d’une recherche de liberté qu’ils obtiendront grâce à la connaissance, aux sciences et aux techniques. Les fusées spatiales représentent ici l’aboutissement de leur épopée et symbolisent la technologie de pointe.

Alors que le livre de Stefan Wul met en scène les Oms construisant des bateaux pour aller sur un continent abandonné, Laloux et Topor, qui écrivent ensemble le scénario du film en 1967, font le choix d’y inclure des engins spatiaux pour rejoindre une planète satellite. Le fait que les auteurs aient modifié ainsi l’issue de l’histoire, met en avant l’influence de la culture scientifique et technique dans le cinéma de science-fiction, la réalité ayant d’ailleurs rattrapé la fiction entre la conception du film et sa sortie en salle. De ce point de vue, La Planète Sauvage décrit un futur proche annoncé (l’homme sur la lune) lors de l’élaboration du scénario mais reflète un accomplissement scientifique et technique qui ne relève plus de la fiction lorsque le film est montré au public en 1973.

Il est également intéressant de noter le contraste entre l’univers du film qui s’inspire largement du psychédélisme ambiant des années 60-70 et l’aspect technique des fusées, élément principal de l’histoire. En effet, le dessinateur Roland Topor nous plonge dans un univers absurde et improbable où les animaux ne ressemblent en rien à ce que nous connaissons et où la végétation prend des formes aussi étranges que magiques. Pourtant, les Fusées spatiales des Oms sont assez semblables à ce que nous connaissons, elles sont longues avec un nez en pointe au sommet et à leur base, des pieds arqués avec des réacteurs d’où sort du feu lors du décollage. Cette représentation assez classique des fusées contraste avec l’univers surréaliste de Topor et nous ramène à la réalité à un moment essentiel de l’histoire, celui où les hommes ont atteint leur objectif et partent pour la planète sauvage. Ce film d’animation nous transporte dans un monde imaginaire, sur une planète inconnue abritant d’immenses extraterrestres bleus (les Draags) et une faune et une flore surréaliste et fantasmatique, tout en nous maintenant dans la réalité d’une époque. Les fusées spatiales, ici objets conduisant à la liberté, représentent l’aboutissement de la science et de la technologie, dans l’univers du film comme dans la réalité de l’époque.

C’est tout une partie de l’histoire de la culture scientifique et technique qui est présent dans ce long-métrage, d’autant plus que le récit initial du livre a été modifié pour inclure ce morceau de l’histoire des techniques, plus actuel que jamais dans les années soixante. La culture scientifique et technique a une place majeure dans ce film d’animation qui d’une part, prône l’accès au savoir et à la science et qui, d’autre part, positionne la technologie au sommet de l’évolution. Si la défaite des Draags face aux Oms pourrait porter le message d’une perte de contrôle de sa propre technologie, l’épopée des Oms et leur évolution résonnent comme une hymne à la connaissance et au savoir dont le résultat final est l’émancipation d’un peuple.


Une réflexion au sujet de « 1973 ■ La planète sauvage (film) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *