1980 ■ Mon oncle d’Amérique (film)

Les vertiges de l’inhibition

(par Cécile Colin, Magister Cnam, 2014)

Et ce qu'on se sent obligé de faire
Et ce qu’on se sent obligé de faire
2014-06-13_172245
Ce qu’on aimerait faire …

D’où vient notre stress ? Comment le gérer ? Comment naît l’angoisse ? A quoi nous mène-t-elle ? Quelles sont les causes profondes de nos actions et de nos inhibitions ?

Ces questions, tout le monde se les pose un jour ou l’autre. Face aux difficultés de la vie quotidienne, qui peut prétendre ne jamais avoir eu le sentiment d’être confronté à des difficultés inextricables ? D’être dans un cul-de-sac existentiel ? Qui n’a jamais eu terriblement envie, entre deux sourires contrits, de rouer de coups, voire de tuer froidement un membre de son entourage perçu comme un rival ?

Il n’est donc pas étonnant que Mon Oncle d’Amérique ait remporté un grand succès auprès du public, lors de sa sortie en salle en 1980. Chaque spectateur a pu retrouver un peu de soi dans les accès de rage de René, dans la révolte de Janine ou dans la lâcheté de Jean. L’identification est d’autant plus facile que les situations décrites sont « classiques », voire banales (trahison amoureuse, rivalité professionnelle, ambition déçue, frustration érotique…), et que les personnages appartiennent aux différents milieux sociaux représentatifs de la société française (milieu ouvrier, classe moyenne, bourgeoisie de province).

Ce film aurait pourrait se limiter à une étude de mœurs qui mènerait le spectateur à une réflexion autoréflexive sur les maux de notre société contemporaine. Pour cela, Resnais aurait pu utiliser une grille de lecture fondée sur une approche socio-économique des rapports humains, en y ajoutant un soupçon de psychologie pour rendre la chose plus attractive. La détresse de René aurait servi à dénoncer la violence du libéralisme économique et la combativité de Janine aurait permis de rendre hommage à la lutte des classes. Cela aurait enthousiasmé les spectateurs de gauche (rappelons que le film est antérieur à l’arrivée de la gauche au pouvoir.)

Mais ce n’est pas cette méthode que Resnais choisit. Peut-être la trouvait-il trop facile et « à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ». Et les journalistes de l’Humanité se firent une joie de ranger Resnais parmi les chantres de la droite ultralibérale…

Pour élucider les tourments de ses personnages, Resnais eut recours non pas à la sociologie ou à l’économie mais à la neurobiologie. Pourquoi pas ? Après tout, cette discipline apparue dans les années 60 avait les faveurs du public. En 1980, le citoyen curieux de connaître le fonctionnement de son cerveau pouvait trouver en librairie un grand nombre d’ouvrages de vulgarisation écrit par des scientifiques de renom (J.P Changeux, par exemple.) Cette façon d’aborder les problèmes sociétaux, en étant centrée sur l’individu et non pas sur des groupes sociaux en interaction, flatte l’égocentrisme du lecteur et constitue donc une alternative séduisante pour ceux que l’économie ou la sociologie ne passionnent pas.

Une fois cette approche choisie, Resnais aurait pu demander l’aide d’un ou plusieurs conseillers scientifiques. Cette pratique est courante au cinéma. Dans ce cas, le conseiller scientifique n’apparaît pas à l’écran mais sa présence se fait sentir dans l’exactitude du contenu scientifique du film, dont il est le garant. En ce qui concerne Mon Oncle d’Amérique, cela aurait donné un film sérieux, probablement ennuyeux et certainement pédant. On lui aurait reproché à juste titre son scientisme d’un autre âge.

Et pourquoi pas un documentaire scientifique ? Parce que Resnais aime inventer des personnages et des situations. C’est un créateur, pas un pédagogue.

Finalement, Resnais contourna les écueils attendus en s’arrogeant les services d’un scientifique marginalisé par le système universitaire, le neurobiologiste Henri Laborit. Pourquoi lui ? Parce que Resnais appréciait son anticonformisme et que Resnais n’avait pas envie de faire un film « sérieux ». Le tandem a choisi d’échapper aux standards cinématographiques en fabriquant quelque chose qui n’est pas vraiment un film au sens strict du terme, mais pas non plus un documentaire. Ce n’est pas un documentaire car il y a une trame dramatique vécue par des personnages de fiction. Ce n’est pas tout à fait un film non plus car il y a alternance de scènes fictionnelles et de scènes de laboratoire où Laborit apparaît dans son environnement de travail. Et il y a aussi ces scènes étranges, qui n’ont pas fait rire tout le monde, où les acteurs jouent avec des têtes de souris sur la tête. Le contenu scientifique est ainsi présenté à côté du film et non pas dedans, ce qui oblige le spectateur à en prendre conscience. Cette présentation ostentatoire d’une théorie scientifique ne choqua le public mais déplut à certains.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *