2018 ◊ Zombies et Médiation scientifique ? Maintenant OUI !

Compte-rendu du Science Shakers du 30 octobre 2018

Et si on se retrouvait autour d’apéros tout en parlant médiation scientifique ? Rien d’étonnant me diriez-vous, mais si on rajoutait à ces ingrédients quelques zombies de compagnie. Voilà qui devient intéressant aussitôt répliquerez-vous.
Le mardi mardi 30 octobre, à la veille de Halloween, les passionnées de la médiation scientifique se sont donnés rendez-vous au pub écossais The Highlander pour discuter Zombies et médiation scientifique. Science Shakers, est un projet qui propose mensuellement des apéros thématiques pour réunir passionnés, scientifiques, étudiants, chercheurs, etc. dans l’ambiance chaleureuse d’un bar parisien.
Après avoir détendu l’atmosphère avec un quizz cinéma et quelques bières, trois experts ont répondu à l’appel des zombies pour nous faire immerger dans leur monde.

Quel mode de médiation pour quel public?





Michel Letté, enseignant chercheur au CNAM, a ouvert le bal en introduisant la médiation des sciences et techniques par le design culturel. Pour ce faire, la curieuse assemblée a été invitée à comparer trois types de documents, tous les trois servant la médiation du même sujet scientifique, mais dont les supports sont parfaitement distincts. Le premier document à caractère formel montre l’exposition de Génome de 2009 sur le gène. Le second est une séquence prise du film Jurassic Park de 1993 où le docteur vulgarise le clonage en expliquant l’éclosion d’un dinosaure. Le dernier document désigne une affiche de sensibilisation à la mucoviscidose qui invite les citoyens à faire des dons qui serviront à accélérer la recherche. Les trois documents traitent du sujet de la génétique mais l’abordent différemment. Il s’agit de trois modes de médiation scientifique. Michel Letté appelle le premier document la connaissance élitaire, qui est constituée autour d’un événement institutionnel qui se veut légitime, le second dit culture populaire aborde les savoirs et les questions collectives sur les rapports de la science avec la société. Quant au dernier, il s’agirait de la culture ordinaire qui expose des évidences communes au travers de supports publicitaires. Mine de rien, la culture ordinaire toucherait un public plus large et interpellerait davantage des questions associées à la production du savoir en rapport avec la société. Dans le cas de notre affiche sur la mucoviscidose, la première question qui vient à l’esprit est « pourquoi demander à un particulier de financer la recherche ? ». C’est une interrogation qui lie automatiquement la société à la science.

Zombie, oh Zombie, fais-moi découvrir la science…

La deuxième intervenante, Helixis Felis est une docteure en biologie et une vidéaste. Les zombies n’ont aucun secret pour elle, du walker au feeler, en passant par le runner, elle pourrait passer des heures à en parler. D’ailleurs c’est un peu ce qu’elle fait à travers sa chaîne Youtube où sont exposées ses théories excentriques mais très scientifiques sur les zombies. Pour elle, le zombie est un mort-vivant flexible qui est capable de vulgariser la science aux petits et aux grands.

Ce qu’elle déteste par dessus-tout c’est qu’on associe au zombie à un seul thème scientifique, celui de la création et donc se confiner uniquement dans la base de la Biologie alors que le zombie permet de nous faire voyager partout… En biologie déjà, il reste beaucoup à explorer. Ainsi est-il possible d’expliquer le galvanisme, les virus, les infections, le fonctionnement du cerveau et les drogues à travers le zombie. Mais savez-vous que le zombie nous permet aussi de parler de sociologie ? Vous ne me croyez pas hein ? Et si je vous disais Romero ? Oui oui, je parle bien du réalisateur et scénariste américain Georges Andrew Romero.

A travers ses films d’horreur, qui mettent souvent en exergue des morts-vivants, Romero porte un œil critique sur la société. Ainsi La Nuit des morts vivants (1968) critique les discriminations, à travers Le jour des morts vivants (1985) il réprimande la société de consommation et Le territoire des morts (2005) quant à lui met en évidence la lutte des classes sociales. Dans chacun de ses films, un sujet de société est évoqué où le zombie est perçu comme le point d’entrée dans la sociologie. Et tout au long de la réalisation cinématographie de Romero, on distingue l’évolution de la société sur le temps.

Quand les maths s’en mêlent!

Le troisième et dernier intervenant de cette soirée était Roger Mansuy. Il se décrit en tant que : « enseignant, co-organisateur du séminaire Math Park, chroniqueur pour le magasine La Recherche, conférencier occasionel » et beaucoup d’autres choses encore. 

Lors de cette rencontre Science Shakers autour du thème des Zombies, il a proposé en premier lieu que l’on réponde à une question  :
Si vous voyiez un zombie, que faites vous?

(a) Vous criez fort
(b) Vous courez
(c) Vous cherchez des armes
(d) Vous vous cachez
(e) Vous faîtes des maths

La bonne réponse… C’est la (e) bien entendu. Certes, cela ne semble pas être la réponse immédiate pour tout le monde. Cependant c’est ce que Roger s’est attelé à nous démontrer lors de sa présentation!
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, de nombreuses études on été réalisées et on retrouve des articles scientifiques. Ces derniers, remplis de formules de mathématiques complexes, nous montrent par exemple l’évolution d’une population lors d’une invasion de zombies.
Au cours de son intervention, Roger nous a montré des articles, ainsi que les équations compliquées qu’ils contiennent!
On retrouve par exemple des articles sur la base de données ArXiv (qui offre une large panoplie d’articles scientifiques). J’ai par exemple trouvé Modeling our survival in a zombie apocalypse (Jo ̃ao Paulo A. de Mendon et al. 2018) ou encore When zombies Attack!: Mathematical modellingof an outbreak of zombie infection (Robert J. Smith et al.).

Des livres ont également vu le jour à ce propos. Il a notamment mentionné le livre Mathematical Modelling of Zombies écrit par Robert Smith.







Une revue intitulée Journal of Physics Special Topics de l’Université de Leicester, a également vu le jour, traitant pour certains articles à propos des zombies. On retrouve par exemple l’article Another Zombies Epidemic.

Roger a donc démontré lors de cette présentation, que les zombies ont donc bien envahi les sciences, de par leur importance culturelle. Quoi de mieux alors que la science (en l’occurrence les maths) pour répondre à cette invasion?!

Rédigé par Kawtar Mawas et Nathalie Bauchet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.