1968 ▪ 2001 Odyssée de l’espace (film)

odyssee-de-l-espace
« L’enfant des étoiles » – extrait du film 2001: l’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick (1968)

Avant et après 2001

(par Julien PITAUD, Licence Médiation culturelle des sciences et des techniques en société, Cnam Nantes, juin 2014)

2001: l’odyssée de l’espace est un film de science-fiction anglo-américain sorti en 1968 et réalisé par Stanley Kubrick. Ce long-métrage aborde plusieurs thèmes comme par exemple l’évolution humaine, la place de la technologie ou encore l’intelligence artificielle, et a pour but de montrer la place, infiniment modeste, de l’homme dans l’univers. Ici, pas de grands effets à suspense ni de monstres extra-terrestres.

Que raconte ce film ? L’aube de l’humanité, il y a 4 millions d’années : de grands singes tentent de survivre… Un jour, ils découvrent un monolithe de couleur noire. Un des singes a l’idée de prendre un os et de s’en servir comme d’une arme. C’est le début de l’évolution de l’humanité… En 2001, sur la Lune : une expédition américaine est chargée de percer le mystère d’un mystérieux bloc de métal noir découvert par le docteur Floyd sur la surface du satellite. L’équipe, à bord du vaisseau Discovery, a été alertée par un signal émis de Jupiter. A bord, tous les membres de l’équipage sont placés en état d’hibernation. Seuls deux astronautes conversent avec Hal 9000, l’ordinateur contrôlant le Discovery.. Ce dernier, soupçonné d’être l’auteur d’une erreur technique volontaire, provoque la mort d’un des deux astronautes et de l’équipage en hibernation. Le dernier astronaute parvient à fausser ses circuits, mais à l’approche de Jupiter, il est précipité dans l’espace et le temps…

À sa sortie et même de nos jours, le film ne fait pas l’unanimité : certains le trouve prétentieux et incompréhensible. L’histoire peut en effet en décontenancer plus d’un : le «trip» final dans lequel le dernier astronaute voyage dans l’espace aux couleurs psychédéliques, entre dans une chambre à coucher du XVIIIe siècle de style français, revit son existence avant de se retrouver à l’état de vieillard et meurt… pour se transformer en fœtus, à de quoi surprendre ! Le film est une pure merveille visuelle et a pour principale qualité d’innover totalement : l’espace est filmé dans un silence mystique. Peu de scènes comportent des dialogues. Il ne s’agit donc pas d’une histoire linéaire, mais aucun de ces détracteurs ne peut nier l’influence sur toutes les histoires spatiales qui ont suivi dans les films de science-fiction. Les nombreux défenseurs du film considèrent qu’il ne s’agit pas seulement d’un des meilleurs films de SF ou des années 60, mais d’un des plus grands films de tous les temps.

À l’opposé des films américains de science-fiction de la période de la guerre froide, l’homme n’est plus l’être supérieur dominant d’hypothétiques extra-terrestre ou autre monstre de l’espace. Ici, l’ennemi est bien plus insidieux : c’est une machine créée par l’homme lui-même. Le scénario et le film explore donc l’avenir que l’homme s’est lui-même construit et en explore ses prolongements matériels, psychologiques et philosophiques…

Le scénario s’écarte du texte original de Clarke et ce dernier écrira par la suite un roman éponyme, lui-même assez différent du film. Clarke jugeait certaines scènes trop hermétiques et en donna une version plus explicite : pour lui, le thème global est de montrer l’humanité conduite dans une évolution perpétuelle par des forces extra-terrestres jamais nommées mais bien présentes. Leur intervention se situe dès les premiers hommes et se symbolise par l’apparition d’un monolithe noir à chaque étape cruciale de cette évolution.

Même s’il a fait l’objet de reproches, Stanley Kubrick a réussi son objectif : réaliser un film comme il n’en existait pas ! 2001, l’odyssée de l’espace n’a pas de référence dans la globalité de son traitement. Le réalisateur ne donne pas toutes les clés des énigmes du film, qu’il ne connait sans doute pas non plus, mais le résultat n’en a que plus de forces. Il a d’ailleurs déclaré: «J’ai essayé de créer une expérience visuelle, qui contourne l’entendement et ses constructions verbales, pour pénétrer directement l’inconscient avec son contenu émotionnel et philosophique. J’ai voulu que le film soit une expérience intensément subjective qui atteigne le spectateur à un niveau profond de conscience, juste comme la musique ; «expliquer » une symphonie de Beethoven, ce serait l’émasculer en érigeant une barrière artificielle entre la conception et l’appréciation. Vous êtes libre de spéculer à votre gré sur la signification philosophique et allégorique du film, mais je ne veux pas établir une

carte routière verbale pour 2001 que tout spectateur se sentirait obligé de suivre sous peine de passer à côté de l’essentiel».

Comme beaucoup l’on écrit, désormais, il y a avant et après 2001.


Une réflexion au sujet de « 1968 ▪ 2001 Odyssée de l’espace (film) »

  1. 2001 est à mon estime l’illustration ultime de la question liée à notre humanité. Sont ce nos tissus ou notre sang qui font de nous des être animés, doués d’une âme ou la prise l éveil de notre conscience tel que le vit Karl…karl qui tout comme le singe, revellé a sa propre conscience avec son os, trouvé en son intelligence une voie à sa propre subsistance au de la de la mort de l autre …l éternelle quête de sens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *