1902 ▪ « La catastrophe de la Martinique » (affiche)

extrait journal officiel matinique 1902
Décision nommant une commission chargée de constater l’importance et les progrès de l’éruption volcanique de la montagne Pelée

L’éruption de la Montagne Pelée en 1902

(par Nadia Guerguadj, Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam juin 2014)

Communiqué de la Commission Scientifique (7 mai 1902)

« La Commission chargée d’étudier les phénomènes volcaniques de la montagne Pelée s’est réunie hier soir, 7 mai, à Saint-Pierre, à l’hôtel de l’intendance, sous la présidence de M. le Gouverneur. Après examen des faits constatés successivement depuis le commencement de l’éruption, la Commission a reconnue :

1° Que tous les phénomènes qui se sont produits jusqu’à ce jour n’ont rien d’anormal et qu’ils sont au contraire identiques aux phénomènes observés dans tous les autres volcans ;

2° Que les cratères du volcan étant largement ouverts, l’expansion des vapeurs et des boues doit se continuer, comme elle s’est déjà produite, sans provoquer de tremblements de terre ni des projections de roches éruptives ;

3° Que les nombreuses détonations qui se font entendre fréquemment sont produites par des explosions de vapeurs localisées dans la cheminée, et qu’elles ne sont nullement dues à des effondrements de terrains ;

4° Que les coulées de boue et d’eau chaude sont localisées dans la vallée de la Rivière Blanche ;

5° Que la position relative des cratères et des vallées débouchant vers la mer permet d’affirmer que la sécurité de Saint-Pierre reste entière ;

6° Que les eaux noirâtres roulées par les rivières des Pères, de Basse-Pointe, du Prêcheur, etc…, ont conservé leur température ordinaire et qu’elles doivent leur couleur anormale à la cendre qu’elles charrient.

La Commission continuera à suivre attentivement tous les phénomènes ultérieurs, et elle tiendra la population au courant des moindres faits observés. »

 

Dès le mois d’avril 1902, la Montagne Pelée devient le principal sujet de discussion et de préoccupation de la population martiniquaise. Le volcan donne en effet des signes de plus en plus alarmants d’éruption imminente. La population à Saint-pierre est très divisée, de nombreuses personnes s’en inquiètent ou s’affolent mais d’autres en plaisantent. Le journal principal de l’île Les Colonies se range parmi ses derniers. Avec l’intensification de l’activité volcanique, les mouvements de population commencent, les habitants des faubourgs plus proches du volcan et victimes des retombées de cendres se réfugient en ville. Certaines familles de Saint-Pierre envoient les femmes, les personnes âgées et les enfants à Fort de France voire même hors de l’île.

Face à cet exode, le gouvernement commence à s’inquiéter pour le déroulement des élections législatives du 11 mai. Les fonctionnaires seront même menacés de révocation s’ils quittent leur poste. Le gouverneur de la Martinique, Louis Mouttet, rejoint Saint-Pierre avec sa femme afin de rassurer la population. Une commission d’enquête est réunie le 7 juin et se rend auprès du volcan, le soir même le communiqué écartant tout danger est affiché. Le lendemain matin, une nuée ardente déferla sur la ville tuant en quelques minutes toute la population, dont les membres de la commission, et détruisit entièrement Saint-Pierre.

Sur place, médecins, marins, journalistes, prêtres s’organisent pour évacuer les habitants des hameaux épargnés et interroger les témoins directs ou indirects et rescapés de l’éruption. A défaut de trouver des êtres encore vivants dans la zone ravagée par les nuées, ils commencent à étudier l’étendue des ruines, les dégâts sur les matériaux et l’état des cadavres pour comprendre ce qu’il s’est passé.

La nouvelle de la destruction de Saint-Pierre se propage dans le monde entier. En métropole le choc est terrible, presque tout le monde à un proche, une connaissance ou un collaborateur à Saint-Pierre, « le Paris des Antilles ». Tous les journaux relatent les faits. Durant des semaines, de longs articles paraitront sous la rubrique « la catastrophe de la Martinique », dans lesquels on trouve des informations sur l’éruption en elle-même, l’historique de l’activité du volcan, les grandes éruptions connus à travers le monde, les volcans encore en activité, en plus de décompte des victimes, des témoignages, ou des sommes récoltées par les nombreuses souscriptions ou les condoléances du monde entier.

Après avoir pris connaissances des témoignages et des informations recueillies, la possibilité de prédire une éruption émerge parmi les interrogations. On prend conscience que si la destruction de la ville était inévitable, procéder à l’évacuation de la ville aurait pu sauver la population. À Saint-Pierre, dès le jour même, le rapport de la commission est controversé, le gouverneur de la Martinique est soupçonné d’avoir modifié les conclusions sur ordre du Ministre des colonies, Albert Decrais, qu’on accusait alors d’être plus préoccupé par les élections que par la population. Le reporter Jean Hess, arrivé sur les lieux peu de temps après, enquêta longuement et publiera un ouvrage dans lequel il accusera nommément le ministre de toute responsabilité « C’est quarante mille morts dont l’opinion publique [puisque la loi n’a pas prévu de sanction pénale pour ces sortes de crimes (1)], a le droit de demander compte à S. Exc. M. Albert Decrais. »

Il faut ajouter qu’en plus des élections législatives, Saint-Pierre était la capitale commerciale, le grenier de l’île et le plus gros centre économique de toutes les Antilles ; c’était la pleine saison du commerce du rhum ; la population avoisinait les 30000 personnes ; autant d’éléments pour rendre la décision d’évacuer le nord de l’île difficile. À cette époque, il était impossible d’imaginer une éruption d’une telle ampleur et aussi soudaine, le phénomène de coulées pyroclastiques était totalement inconnu.

À Paris, dès l’annonce de la nouvelle, le gouvernement mandate l’Académie des sciences pour envoyer un spécialiste en Martinique. Le minéralogiste Alfred Lacroix y restera plusieurs mois et décrira précisément les phénomènes éruptifs observés.

L’étude très poussée de la Montagne Pelée, la description de ses éruptions et la formation des nuées ardentes par Alfred Lacroix marque le début de la volcanologie moderne. Cet événement a largement contribué à considérer la volcanologie comme une discipline à part entière. L’étude des processus éruptifs étaient considérés jusqu’alors complètement dénués d’intérêt par les savants de l’époque. La population martiniquaise elle-même craignait bien plus les tremblements de terre et les tsunamis. L’éruption de la Montagne Pelée entraina une prise de conscience par la population et les pouvoirs publics du risque volcanique mais surtout de son caractère prévisible. Un observatoire volcanologique sera créé en 1903 par Alfred Lacroix. Aujourd’hui encore, la Montagne Pelée est un des volcans les plus surveillés au monde.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.