2010 ▪ The Adjustement Bureau (film)

2014-06-14_183400
The Adjustement Bureau, de George Nolfi. USA – 2010 (en France : L’Agence)

Restreindre le contrôle, permettre l’évolution

(par Julian CHARTIER, Magistère Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam 2014)

Cet objet technique si costaud, mais mal aimé, est un Blackberry. Même plongé aux trois-quart dans un gobelet de café, il continue à sonner, et à déranger la conversation de deux jeunes gens en pleine romance. Il s’agit de David Norris et d’Elise Sellas, les deux personnages principaux de The Adjustement Bureau – un film américain de George Nolfi, sorti en salle en 2010. Ils viennent de se retrouver par hasard dans un bus, après une précédente rencontre « coup de foudre ». Ils sont tout à leur joie, quand le téléphone de David sonne plusieurs fois de façon intempestive, le rappelant à son activité professionnelle. Élise finit par le jeter dans le café de David, alors qu’ils se chamaillent pour savoir s’il faut répondre.

L’idylle entre cet homme politique plein d’avenir, et cette talentueuse danseuse, va être l’objet d’une violente opposition de la part des membres d’une Agence agissant dans l’ombre. De cette idylle, ils n’en veulent pas. Ils pensent qu’Élise aurait une mauvaise influence sur David, déjà impulsif, et dont la vie est occupée par la politique. Ils comptent favoriser sa carrière : il est destiné à être Président des États-Unis, et à réaliser de grandes choses. Mais on ne sait pas trop ce qu’ils sont, et ils maîtrisent des technologies très sophistiquées, ou des dons surnaturels. Ils peuvent à l’occasion faire bouger les objets de loin. Ils disposent aussi de livres sur lesquels s’affichent les « arbres de décision des gens », permettant de savoir en permanence où ils en sont dans leur vie, qui ils vont rencontrer, quelles alternatives va s’offrir à eux. Avec de plus une très bonne connaissance de la psychologie humaine et du fonctionnement social, ces hommes  peuvent ainsi « ajuster » les événements, et influer sur les décisions des gens pour qu’ils aillent dans le sens voulu. Éventuellement ils les « recalibrent », pour changer certaines de leurs pensées. Ils utilisent aussi d’une façon dévoyée les portes: ils les empruntent et font des bonds dans l’espace, d’une rue ou d’un bâtiment à l’autre de New York. Ce qui leur permet de se déplacer plus vite que le commun des mortels.

George Nolfi, le réalisateur et scénariste de ce film, s’est inspiré d’une nouvelle de Philip K. Dick, auteur de science-fiction mythique. K. Dick a écrit cette nouvelle vers 1953, justement en plein choix cruciaux pour son destin littéraire. Mort en 1982, il ne sera reconnu que tard dans sa vie. Mais son œuvre connaît une expansion continue depuis : les thèmes de celle-ci rejoignent beaucoup d’interrogations actuelles.

On peut citer, parmi d’autres, le trouble du réel, la définition de l’humain par rapport à la machine, les médias, les régimes totalitaires, la manipulation du corps social, l’exploitation forcenée des ressources naturelles…

L’histoire du film correspond ainsi à des interrogations fortes de notre temps, en lien avec l’actualité scientifique et technique. Nous sommes notamment préoccupés par la question du contrôle de l’information.

Ce qu’on nous présente du monde, des lieux de décisions, est-il bien la réalité ? La communication est-elle utilisée pour nous instrumentaliser ? Les NTIC permettent-elles d’amplifier ces dérives ?

Nous sommes également préoccupés par le contrôle social global, la télésurveillance. Se développent des techniques qui permettent un contrôle en continu, inconnu jusqu’à alors : internet, les téléphones portables, les GPS, les puces RFID qui peuvent nous pister partout. Il y a aussi une inflation de fichiers, numérisés, permettant de collecter un nombre croissant de données personnelles. Des logiciels sont créés régulièrement pour les exploiter, dans un but commercial ou administratif. Les technologies de science-fiction des membres de l’Agence sont en lien avec notre imaginaire sur ces thèmes.

Le téléphone -bien vrai lui- qui se retrouve plongé dans un café dans cette scène, permet de recevoir en temps réel des notifications, en étant constamment connecté au réseau Blackberry. Les serveurs informatiques de ce réseau sont susceptibles d’être espionné par les États qui les hébergent. Que ce téléphone là finisse dans un café pour qu’il arrête de déranger, et de pourchasser partout, illustre le désir contemporain de voir se relâcher la surveillance. Dans le film, nos deux héros veulent vivre leur idylle, et qu’un contrôle ne les en empêchent pas. David veut faire valoir ses choix : sa seule richesse.

Cela correspond a la difficulté de vivre réellement le libre arbitre dans nos sociétés démocratiques modernes. Car elles sont contradictoires: elles mettent en avant l’émancipation comme valeur de base, mais en même temps elles restreignent les libertés individuelles, pour des raisons d’organisation sociale, de relations de domination ancrées, ou de sécurité.

Finalement, ce récit a un fort aspect initiatique. Avec cette histoire d’amour, cette recherche de son destin par le héros, et ces « portes » omniprésentes, ouvrant sur quelque chose d’attirant mais d’inconnu. C’est que la thématique du passage, de la transition, correspond pleinement à notre époque. Nos sociétés sont confrontées à plusieurs caps à franchir: entre deux types d’organisation socio-économique, d’exploitation des ressources; entre deux places sur l’échiquier mondial, dans un monde globalisé où de nouveaux pays émergent ; et entre deux générations, avec le passage de relais de l’une à l’autre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.