1929 ▪ Édouard-Léon Scott de Martinville (plaque commémorative)

Plaque_Scott_de_Martinville,_9_rue_Vivienne,_Paris_2
Plaque commémorative en l’honneur d’Édouard-Léon SCOTT DE MARTINVILLE au 9 rue Vivienne dans le IIème arrondissement de Paris. (Photo : By Wikimedia Commons / Mu (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons)
Un amateur de science au 19ème siècle

(par Christophe BOURRIAUD, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Paris juin 2014)

Gravé sur les murs du monument où sont conservés les oeuvres de la littérature et des sciences, il sera l’objet, nous en prenons ici l’engagement solennel, de l’immortel respect du peuple de Paris. ». Le 15 novembre 1929, un conseiller municipal clôture par ces mots le discours inaugural de la plaque à la mémoire d’Edouard-Léon Scott de Martinville. Elle est apposée sur les murs de la Bibliothèque Nationale au 9 de la rue Vivienne dans le IIe arrondissement de Paris. À ce numéro, se dressait la maison dans laquelle il mourut le 26 avril 1879.

50 ans après sa mort, la ville de Paris décide donc de rendre officiellement hommage à Edouard-Léon Scott de Martinville. Né à Paris le 25 avril 1817, avant tout homme de lettres, il approche le monde scientifique en devenant relecteur-correcteur dans l’imprimerie Bachelier, à proximité de l’Académie des Sciences. Scott de Martinville y corrige les comptes rendus de l’institution et des ouvrages scientifiques. Il réfléchit à un moyen d’enregistrer graphiquement la voix, comme une extension à la sténographie qui le passionne. La science du 19ème siècle est en plein essor. Des recherches sont menées pour garder une empreinte des sons. Depuis l’Antiquité, l’homme a cette volonté de capturer les sons voire de les réécouter.

Scott trouve l’inspiration à la correction d’un traité de physiologie. Dès 1853, il mène des recherches sur l’écriture acoustique. Il entreprend d’inventer un appareil enregistreur des ondes sonores transmises par l’air. Le xixe siècle est l’âge d’or des amateurs de science. C’est l’apogée de la science à la portée de tous et de la vulgarisation scientifique. Scott est la figure même d’un amateur de science convaincu de son entreprise. En véritable autodidacte, il lit de nombreux ouvrages, suit des cours au Collège de France et s’initie à l’acoustique et la physiologie. Il élabore tout une stratégie pour faire valoir ses recherches et breveter son invention.

Il court après la reconnaissance des savants. Bien avisé, le 26 janvier 1857, il dépose une demande de Brevet d’invention à l’Académie des Sciences autour de la phonautographie, littéralement la voix qui s’écrit d’elle-même. S’inspirant d’expériences de physique et de l’anatomie de l’oreille humaine, il crée le phonautographe. Les tracés obtenus sur du papier enduit de noir de fumée sont des phonautogrammes. Sa demande de brevet est appuyée par le soutien moral et financier de La Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale. En 1859, en collaboration avec un constructeur d’instruments, il perfectionne son phonautographe. Jusqu’en 1861, il persévère, améliore sa technique et veut toujours convaincre. Mais, finalement par lassitude, par manque de ressources et par mépris des institutions, il abandonne son projet. L’amateur s’incline devant la science et ses savants. Il consacre le reste de son existence à la vente d’estampes et de photographies, rue Vivienne.

Cependant, l’année avant sa mort, Scott se manifeste à nouveau. En 1878, les académiciens sont enthousiasmés par la démonstration du phonographe inventé par l’américain, Thomas Edison. Cet appareil enregistre et restitue des sons. Scott publie alors un opuscule où il revendique la paternité de l’instrument enregistreur de la voix humaine. Il y dénonce aussi le manque de considération des amateurs par les institutions scientifiques. Dans un dernier espoir de reconnaissance, il écrit : «Je ne demande pour mes efforts qu’une seule récompense (…) de ne pas oublier de prononcer mon nom dans cette affaire…»

Pourtant, déjà de son vivant, Scott bénéficie d’une certaine renommée pour ses travaux et son invention, sans en avoir pleinement conscience. Des décennies durant, des ouvrages scientifiques citent ses travaux. Le phonautographe est défini dans les dictionnaires et les encyclopédies. Le 4 juin 1933, le Dimanche Illustré, lui consacre un article aux côtés des frères Lumière. Les lecteurs le découvrent comme le « précurseur du phonographe », dans la rubrique « Profitons de nos loisirs du dimanche pour nous instruire un peu ». Scott, cet artisan de la science, a laissé son empreinte dans la science et notre quotidien. D’une part, pour être le premier à avoir enregistré les oscillations des ondes sonores transmises par l’air. D’autre part, car le phonautographe est l’ancêtre de tous les appareils enregistreur de sons que nous utilisons.

À travers cet homme, la plaque de la rue Vivienne entretient la mémoire de tous les amateurs de science. Tous ont contribué à un effort collectif pour développer la science. Elle honore le souvenir d’un ouvrier, figure populaire, qui s’est approprié le savoir et les méthodes scientifiques. Dans notre espace urbain, l’amateur est célébré au même titre que les scientifiques les plus illustres. La reconnaissance tant souhaitée par Scott lui est donnée par la ville de Paris. Elle légitime sa contribution à l’innovation scientifique et technique. Cette plaque est comme une touche mémorielle de notre patrimoine scientifique et technique dans l’espace public.

En 2008, des américains ravivent la mémoire de Scott auprès du public. Ils ont transcrit ses phonautogrammes en sons. L’une des pistes révèle la voix de Scott qui chante « Au clair de la lune ». Datée du 9 avril 1860, elle constitue le plus vieil enregistrement audible d’une voix humaine. Cet extrait, véritable machine à remonter le temps, est comme le témoignage d’un moment de vie du 19ème siècle : celui d’un simple ouvrier expérimentant la machine qu’il a créé.

La prochaine fois que vous passez rue Vivienne, il est fort probable que vous entendiez la voix d’Edouard-Léon Scott de Martinville vous murmurer une douce comptine populaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.