2012 ■ L’observatoire du pic du Midi (performance)

Sans titre

pic1_1
© Remy Marion – Pôles d’images pour Yann Kersalé / AIK Pendant 3 nuits, le Pic du Midi se pare de rose

(par Marylène TEIXEIRA, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Nantes juin 2014)

Cette photographie est la résultante de la coopération entre la ligue contre le Cancer et la Région Midi-Pyrénées dans le cadre d’une opération de sensibilisation au dépistage du cancer du sein. Cette campagne a eu lieu du 5 au 7 octobre 2012. Ils ont fait appel à Yann Kersalé, artiste plasticien, spécialisé dans des mises en illumination de monuments afin de leur donner un relief propre à les insérer dans un nouveau récit de l’œuvre. L’idée étant d’associer l’image de l’Observatoire du Pic du Midi, lieu incontournable de la recherche scientifique à celle de la lutte contre la maladie.

La photographie comme paradigme de la culture scientifique

La nuit a toujours suscité l’interrogation des hommes qui lui ont même parfois donné des attributs religieux ou mythologiques. Elle a servi de repère pour guider les marins lors des épopées maritimes. Dans l’imaginaire collectif, la recherche scientifique est souvent associée aux conditions de vie, à la santé, à l’espérance de vie. Elle contribue à l’évolution de la société.

Cette photographie s’inscrit directement dans cette optique. En effet, elle véhicule ces représentations : le Pic du Midi célèbre pour ses recherches scientifiques a été utilisé comme vecteur d’une célébration de l’illumination sur la nuit, comme pour signifier que la lumière, les solutions finissant toujours par rejaillir malgré le tâtonnement de la recherche dans l’obscurité de l’inconnu, de l’appréhension des difficultés. Cette thématique du mystère, du facteur de temps de la recherche scientifique peut paraître contradictoire puisque les observations astronomiques du Pic du Midi ont besoin de l’excellence d’une nuit noire pour développer des projets et les perceptions. L’obscurité a un caractère fondamental dans le cycle de vie du Pic du Midi.

Le coloris rose détient la symbolique de la féminité, véhiculée depuis de nombreux siècles. Le bleu étant par excellence associé à la masculinité. Cette campagne avait donc pour cible le grand public tout en visant spécifiquement la population féminine dont la première cause de mortalité est le cancer du sein. Au-delà de cette approche, il s’agit également d’une opération de sensibilisation à la prévention de la santé de la population dans son ensemble car la maladie affecte non seulement le malade mais aussi son entourage.

L’Observatoire du Pic du Midi est la cible de cette illumination : en mettant en avant la communauté scientifique, c’est un moyen de fédérer la population autour de ce noyau de l’innovation en interpellant sur les mesures de sa sauvegarde et des moyens à lui attribuer pour réaliser ses fonctions.

Cette photographie a une portée symbolique mais elle a aussi plusieurs niveaux de lecture. En effet, elle est symptomatique des questionnements engendrés par ces lieux de recherche et de diffusion scientifique. Comment assurer leur viabilité économique ?  Comment susciter l’intérêt du public et l’intégrer dans un processus de vulgarisation des domaines scientifiques ? Comment associer activité humaine et protection environnementale ?

De multiples niveaux de lecture

A ce titre, l’observatoire du Pic du Midi est révélateur d’un nouveau mode collaboratif avec le public. Cette opération médiatique destinée à la sensibilisation du cancer du sein en alertant le grand public sur les 11 400 morts recensés en 2011 et les 53 000 cas détectés en 2011 prend une dimension particulière s’agissant de l’Observatoire du Pic du Midi. En effet, celui-ci a failli disparaître et a dû lutter pour sa survie en 1994. L’Etat, confronté à des restrictions budgétaires prenait la décision de supprimer les activités scientifiques de l’Observatoire. La communauté scientifique va alors chercher des collaborations avec des partenaires publics et privés pour maintenir ce pôle scientifique.

Un syndicat mixte de valorisation du Pic du Midi va œuvrer pour trouver d’autres moyens de financement. Appréhender la notion économique nécessite d’élaborer de nouveaux schémas attractifs auprès du grand public. Dans le cas de l’Observatoire du Pic du Midi, le syndicat mixte a conçu un aménagement spécifique destiné au public parallèlement à des bâtiments réservés aux scientifiques. Leur cohabitation a permis de générer des sources de revenus qui ont permis la sauvegarde de ce patrimoine en y associant des politiques de restriction budgétaire. Ainsi, un musée, un restaurant, un aménagement des modes de transports (téléphériques), la vente d’objets souvenirs, des ateliers d’animation astronomique, ont été les vecteurs de cette politique de restructuration et de préservation du patrimoine. Le Pic du Midi a une capacité d’accueil actuelle de 2800 personnes. Les chiffres dénotent une augmentation constante du nombre de visiteurs : 112 000 visiteurs en 2012 et 105 000 visiteurs en 2011.

 L’illumination de l’Observatoire du Pic du Midi s’inscrit dans un cadre contextuel très précis. En effet, en 2012, l’Observatoire du Pic du Midi cherchait à obtenir le label de l’association Dark Sky qui valorise les réserves de ciel étoilé. En effet, depuis une trentaine d’années, de nombreux scientifiques dont le célèbre astrophysicien Hubert Reeves ont contribué à alerter le monde politique et sociétal sur la pollution lumineuse. Illuminer l’Observatoire du Pic du Midi a donc suscité une controverse quant aux méthodes employées pour interpeller et mettre en évidence les conséquences de la pollution lumineuse sur l’écosystème.  Avec l’évolution de la société et de la conception des illuminations des villes, des monuments, et des entreprises, les chercheurs se sont inquiétés des répercussions sur la faune et la flore et sur l’humain. Les rythmes biologiques naturels des animaux se trouvant modifiés par de nouvelles sources d’énergie lumineuse, on assiste à la mise en danger de certaines espèces animales, de difficultés de reproduction, de migration et de leur mode de protection face à des prédateurs. De même, certaines études montrent des risques accrus de cancer pour les salariées féminines exerçant une activité nocturne.

Tous ces débats autour des risques encourus par la pollution lumineuse : intensité excessive des lumières, éclairage intrusif, lumière artificielle réfléchie en direction du ciel empêchant une observation optimum astronomique ont conduit à la prise en compte de cette nouvelle notion dans le domaine législatif : l’article 41 de la loi grenelle 1 (loi 2009-967 du 3 août 2009). Enfin, Le Pic du Midi a reçu le label de la Dark Sky assocation le 19 décembre 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.