1818 ■ Frankenstein ou le Prométhée moderne

imgLa galaxie « Frankenstein »

(par Aurélie Dezac, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Paris juin 2014)

Quiconque veut analyser les causes de la vie, doit, pour commencer, se tourner vers la mort. Je me familiarisai avec l’anatomie, mais ce n’était pas suffisant ; je devais aussi observer le dépérissement et la corruption du corps humain. Tout au long de mon éducation, mon père avait pris d’infinies précautions pour éviter que mon esprit ne soit troublé par quelque horreur surnaturelle. Je n’ai pas souvenir  d’avoir jamais tremblé en entendant conter l’une ou l’autre asuperstition ou d’avoir craint l’apparition d’un fantôme. Les ténèbres étaient sans effet sur mon imagination ; un cimetière n’était pour moi que le réceptacle de corps privés de vie, qui après avoir été le siège de la beauté et de la force, étaient devenus la nourriture des vers. Et voici que j’étais amené à étudier la cause et l’évolution de cette dégradation et contraint à passer des jours et des nuits dans des caveaux et des charniers. Mon attention se concentrait sur les objets les plus supportables à la délicatesse des sentiments humaines.

J’assistais à chacune des phases de la dégradation de la superbe forme de l’homme ; je voyais la corruption de la mort succéder à la fraicheur de la vue ; j’observai les vers s’insinuer jusque dans les merveilles de l’œil et du cerveau. Je m’interrompais examinant et analysant les moindres détails de la relation entre la cause et l’effet, tels qu’illustrés effet par le passage de la vie à la mort, et de la mort à la vie. Puis, soudain, au milieu de ces ténèbres, surgit une lumière si brillante, si merveilleuse, et portant si simple, que bien que pris de vertiges face à l’immensité de la perspective qu’elle offrait, je m’étonnai d’être le seul, parmi tant d’hommes de génie qui avaient consacré leurs efforts à la même science, à découvrir un secret aussi sidérant.

Souvenez-vous que je ne décris pas les élucubrations d’un dément. Ce que j’affirme en ce moment est aussi vrai que l’éclat du soleil dans le ciel. Un miracle aurait pu se produire, cependant que les étapes menant à ma découverte furent précises et vraisemblables. Après des jours et des nuits d’un labeur intensif et épuisant, je perçai le secret de la création et de la vie. Mieux encore, je devins moi-même capable d’animer la matière inerte (extrait du roman de May Shelley « Frankenstein ou le Prométhée moderne », pages 75-76 de l’édition française de 1818)

L’extrait choisi du roman de Mary Shelley (1818) n’a cessé de marcher à la lisière du fantastique et de l’horreur à celle d’une représentation passée des sciences et d’une réalité étrangement prophétique. Et apparait comme le premier représentant d’une famille d’artistes qui ont exposé l’esprit sombre au regard de tous…

Mary Shelley est définitivement une personne pas comme les autres. Fille et femme de célèbres intellectuels anglais, elle traite de la vie après la mort et ses tragédies, en mettant en image un mauvais rêve éveillé.

L’archétype du savant fou ?

C’est dans un silence mortuaire que le Dr. Victor Frankenstein va accomplir la recherche de la vérité. Entre ombre et lumière, laid et beau, il nous fait vivre plus qu’une expérience sensorielle. Cette quête d’animer la matière inerte est un acte de son quotidien de chimiste, dite physiologiste naturelle. Ce détail fait écho à l’actualité scientifique contemporaine de Shelley : en effet, cette dernière s’est appuyée sur les écrits de Sir Humphry Davy. Plus encore, le lien avec la lumière, source de vie si brillante semble relatif aux travaux de Galvani sur l’électricité animale6. Ainsi, cette plongée dans une science pleine de promesses prend forme grâce aux divers morceaux de chair récupérés dans les cimetières. Ce choix de méthode soulignant d’une part la frontière ténue entre science et religion, nature et culture – unes des dualités constantes du livre – met en lumière selon moi une pratique socioculturelle courante et non démente au 19ème siècle. Toutefois, celle-ci ne pourrait être de nos jours communément admise, en raison de la législation en vigueur, du sacrilège du lieu du repos des morts et enfin, des règles de déontologie et d’éthique liées aux sciences. Au-delà du rappel avec l’expertise médico-légale, je pense que l’extrait tend d’autre part à s’ancrer dans la conjoncture politique, historique, philosophique et artistique du siècle des Lumières, c’est-à-dire, à la fois signe d’un ordre passé et annonciatrice d’un nouveau. Outre cette mutation, le caractère prémonitoire de ce réalisme scientifique est également percutant. En effet, Shelley parvient à anticiper les progrès de notre science d’aujourd’hui, à travers notamment les dons d’organes et greffes ou encore le contrôle neurologique lié au mouvement et la plasticité neuromusculaire. C’est le cas des travaux conduits par le Dr. V. Reggie Edgar Edgerton. En conséquence, Shelley et Frankenstein nous offre une lecture méconnue – voire transéculaire – et saisissante des sciences modernes.

Les Frankensteins se confessent

Dans la perspective de modernité, le couple créateur/créature nous conte les péripéties d’un monstre pas tout à fait monstrueux, mais aussi son regard sur le monde et l’humanité de l’extérieur. Il en résulte la déconstruction de mythes, un diaporama des émotions de la recherche scientifique et les inquiétudes sur une science aux limites repoussées qui semble hors de contrôle. En soulevant diverses questions sur les origines de la pensée, le développement de la conscience, le monstre nous fait identifier les valeurs et contre-valeurs structurant notre société d’hier à aujourd’hui ; d’ailleurs, cet état des lieux offrant une résonance particulière sur les rapports science, technique et société contribuera à l’essor de sciences cognitives régissant nos comportements, dont l’impact de la psychologie en termes d’éducation ou bien la psychanalyse Freudienne.

Certes, la vieille histoire de Frankenstein demeure un divertissement. Sa diffusion, sa popularisation et dénaturalisations ont été largement soutenues par de nouveaux outils artistiques et d’un point de vue générique, grâce à la science-fiction, au cours des 20ème et 21ème siècles. Mais, elle doit également être perçue tel un reflet, une métaphore, un vecteur propre autant de l’histoire de l’humanité, des différentes évolutions et limites de notre société (industrielle, consommation, information/communication, etc.) que du triptyque du progrès scientifique, technique et humain.

En résumé, Frankenstein ou le mythe du Prométhée moderne est selon moi l’ADN de l’histoire socioculturelle et populaire des sciences et techniques. Sans cesse révisé, souvent rappelé, rarement lu, toujours discuté, ce livre est captivant parce que d’abord Shelley joue avec les codes de ce que l’on appellera science-fiction. Et surtout, parce qu’en osant poser la question de si l’homme peut créer la vie dans un laboratoire il y a près de deux ans, elle a brisé les frontières de l’impossible, matérialisant le(s) fantasme(s) agitant les milieux scientifiques…et fascinant notre imaginaire collectif, et cela de génération en génération.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.