2018 ◊ Intelligence artificielle et santé. Quoi de neuf ?

Le 21 novembre dernier s’est déroulé sur Nancy la première journée de l’IA, avec pour thème « Intelligence artificielle en santé. Le CHRU de demain à l’ère de l’IA ».

Petit tour d’horizon sur les points qui ont été abordés à cette occasion.

01-prog-ia-vf_mail-1

L’intelligence artificielle, qu’est-ce que c’est au juste?

Un sondage réalisé en janvier dernier par OpenText a montré que 33 % des français ont confiance en l’intelligence artificielle, chiffre qui monte à 65 % pour les 18-25 ans. Dans le même temps, 60 % des français jugent l’IA néfaste pour leur vie privée et 50 % comme une menace pour leur travail des médecins.

Mais mettons nous d’accord sur ce que signifie l’intelligence artificielle.

Notion créée en 1956, l’IA a pour but de reproduire les processus cognitifs de façon simplifiée. Il s’agit au final d’algorithmes, dont les objectifs sont définis par un programmateur, qui prennent en compte leur environnement et leur contexte d’application. Bien qu’elle soit capable d’apprentissage par l’expérience ou la capitalisation de données, l’intelligence artificielle n’est qu’une exécutante et n’a pas de capacité de décisions ou de conscience propre.


Quels sont les apports de l’IA en matière de santé?

L’apport principal est la gestion de grosses quantités de données, issues des Big Data. Ici, l’intelligence artificielle peut traiter un grand volume d’informations et dégager les connaissances pertinentes à destination des médecins ou des chercheurs. Dans le cadre de l’analyse des données provenant de la recherche, l’IA peut aussi permettre de détecter des signaux faibles qui n’auraient pas été décelés par une analyse classique.

Un autre apport est l’aide à la pose de diagnostic. Les IA pourront permettre une étude plus fine des images médicales pour éviter des actes invasifs ou prédire l’évolution de tumeurs en fonction de leur nature moléculaire et des traitements proposés.

A terme, les IA pourront aider à l’accompagnement de gestes chirurgicaux lors d’opérations robotisées, à adapter des traitements pour les personnes atteintes de maladies chroniques en fonction de leurs habitudes de vie ou à modéliser des prothèses bioimprimables sur-mesure. Elles pourront aussi soutenir les services périphériques aux soins, en améliorant le parcours des patients (notamment dans les services des urgences), en aidant à la saisie et la compilation des données par les PMSI ou en optimisant la personnalisation des soins.


Quels sont les enjeux de cette révolution?

Pour les professionnels de santé, l’intelligence artificielle va engendrer une évolution de leur métier. Il faudra qu’ils apprennent à s’approprier ces outils pour se dédier à des taches plus spécifiques, comme l’imagerie interventionnelle pour les radiologues.

Dans la mesure où ces outils nécessiteront une supervision humaine, il y aura des besoins en formation pour le corps médical. Mais aussi à destination du grand public afin de développer la compréhension générale et d’instaurer de la confiance vis à vis de ces dispositifs.

Qui dit nouvelles technologies, dit apparition de risques, comme celui de délégation des décisions médicales. Ici, les médecins seront toujours responsables de la décision finale prise, les machines n’ayant aucune légitimité et ne pouvant pas pleinement appréhender les situations singulières.

Ce qui nous amène aux enjeux éthiques. Ils concernent aussi bien la fiabilité des données utilisées pour créer et paramétrer les algorithmes, que le respect de l’anonymat des patients ou le devoir d’information, par les praticiens, de l’usage d’une IA pour la réalisation d’un diagnostic.

Un cadre réglementaire sera à établir, mais à vouloir sur-réguler ces dispositifs, nous risquons de louper le virage de l’intelligence artificielle en santé, au bénéfice d’autres pays.

Ce sont toutes ces notions qui seront discutées lors de la prochaine révision de la loi bioéthique , prévue pour début 2019.


Pour aller plus loin

Rapport de Cédric Villani sur l’intelligence artificielle

Le livre blanc et les recommandations du CNOM sur l’intelligence artificielle


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.