2018 ◊ Numerus clausus et annus horibilis

« Première année » met en scène deux étudiants en première année de médecine. L’occasion pour Thomas Lilti de dresser un constat doux-amer, entre camaraderie, bachotage absurde et ascenseur social en panne.

Le nouveau film de Thomas Lilti repose sur un ressort scénaristique classique: la rencontre et l’amitié de deux personnages que tout sépare en apparence. Antoine (Vincent Lacoste) entame pour la troisième fois sa première année de médecine. Il aurait pu continuer des études de pharmacie ou de dentiste l’année précédente, mais non, lui, ce dont il rêve par dessus tout, c’est de devenir médecin. Issu de la classe moyenne, sans aptitude de mémorisation remarquable, il se plonge dans les cours dès le premier jour de l’année scolaire. Benjamin (William Lebghil), lui, est plus dilletante. A-t-il seulement réellement envie de devenir médecin? Malgré une moindre implication, il intègre facilement les immenses quantités d’information à assimiler. Issu d’une classe sociale supérieure -père médecin, mère historienne, frère à Normale Sup’- son petit studio avec vue sur la tour Eiffel devient vite un lieu de révision privilégié pour les deux étudiants.

Le sens de l’apprentissage

Ce qui marque le plus dans le 3ème long-métrage de Thomas Lilti –lui-même ancien médecin-, c’est le caractère absurde de cette première année d’études en médecine. A l’issue de cette première année, un concours permettra à une infime partie de ces jeunes adultes d’accéder à la suite du cursus de médecine. L’existence de ce numerus clausus modifie de fait profondément le sens de cette année scolaire. Il ne s’agit pas seulement pour les étudiants de comprendre le mécanisme de tel processus biologique, d’intégrer certains détails anatomiques, mais bien d’être meilleur que son camarade et de s’assurer de faire partie des quelques pourcents autorisés à continuer leurs études l’année suivante. Pour accéder à l’étage supérieur, les élèves doivent ingurgiter des quantités colossales d’informations – pas toujours très pertinentes pour leur futur métier d’ailleurs- transformant ainsi cette année universitaire en un exercice absurde de pure mémorisation. Le cerveau de ces jeunes adultes s’apparente à un disque dur sur lequel il faudrait stocker le plus d’informations possibles et ces étudiants s’apparentent à des robots. Lilti met ainsi plusieurs fois en scène des personnages aux gestes mécaniques et coordonnés, posant leur stylo et rendant leur copie à la même seconde dans les salles d’examen, ou frappant avec la paume de leurs mains les pupitres des amphithéâtres de manière machinale. Probablement une manière pour le réalisateur de souligner l’irrationalité de cette formation à l’heure où l’IA commence à être utilisée pour les diagnostics médicaux avec de meilleurs scores que l’humain, et la nécessité de réfléchir au développement de nouvelles compétences pour les médecins de demain.

Reproduction des hiérarchies sociales

Comme dans ses précédents longs-métrages, Lilti ancre son film dans une certaine réalité sociale. Au-delà du manque de moyens apparents de l’université, caractérisé par les locaux hors d’âge et les salles de TD aux teintes blafardes, ce qui intéresse le metteur en scène, ce sont les différences socio-culturelles de ses deux personnages principaux. Benjamin a grandi dans un milieu intellectuel et bourgeois. Il sait intuitivement comment passer le couperet de cette première année. Quand Antoine cherche d’abord à comprendre, ici la mécanique cardiaque, ici une succession de réactions métaboliques, Benjamin ne jure que par faire les annales de concours des années précédentes. Car il a déjà assimilé, grâce à l’environnement dans lequel il a grandi, des notions qui sont étrangères à Antoine. Le père de Benjamin est médecin et, fort logiquement, son fils a toutes les chances de le devenir à son tour. Le film montre alors le poids considérable du mécanisme de la reproduction sociale.

La dernière scène du film appuie un peu plus ce propos. Les étudiants sont réunis dans un amphithéâtre et sont appelés à tour de rôle afin d’exprimer leur choix quant à la filière qu’ils emprunteront pour la suite de leurs études. Benjamin a réussi le concours. Lorsque son nom est appelé, il ne se manifeste pas, laissant à son ami, placé en liste d’attente, une chance supplémentaire d’accéder à la deuxième année de médecine. Benjamin reste seul en haut de l’amphithéâtre, comme il se situe en haut de l’échelle sociale. C’est sa décision qui impacte directement le destin de son camarade. Une façon explicite d’exprimer le lien extrêmement étroit entre classe sociale et réussite d’accès aux filières d’enseignement supérieur d’excellence et de faire le constat, sans cesse renouvelé, d’un ascenseur social décidément bien défaillant.

Première année (2018) de Thomas Lilti. Avec William Lebghil, Vincent Lascoste

Pour aller plus loin:

https://www.thelancet.com/journals/lanonc/article/PIIS1470-2045(18)30413-3/fulltext

https://academic.oup.com/annonc/article/29/8/1836/5004443

https://laviedesidees.fr/La-reforme-Macron-de-l-universite.html

https://www.liberation.fr/france/2018/10/05/a-polytechnique-l-entre-soi-en-taille-xxl_1683480


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.