1895 ♦ L’entrée d’un train en gare de la Ciotat (film)

arrivee-d-un-train-en-gare
Vue du court-métrage L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat de Louis Lumière – 1895

Les premiers pas du cinéma, témoins d’une société moderne

(par Elodie Izard, Médiation culturelle des sciences et techniques en société, mai 2014)

Avec l’installation de la République, la France connait un essor au XIXe siècle. Le développement de l’industrie et du commerce installe une nouvelle distribution des richesses aux dépens du clergé et de l’aristocratie, et au profit d’une bourgeoisie d’affaires. La scolarité devient obligatoire. Les sciences et les techniques sont alors au cœur de cette société qui se veut toujours plus moderne.

Antoine Lumière, jeune peintre, s’installe à son compte à Lyon. Au début simple studio de photographie, l’affaire devient le Cinématographe Lumière, l’une des plus florissantes de cette fin de siècle, grâce à l’invention de ses fils, Auguste et Louis.

Outre les incroyables avancées techniques qu’offre la photographie en mouvement, la naissance des premiers films s’inscrit rapidement dans la tendance artistique de l’époque. En littérature, le romantisme a laissé place au réalisme : les auteurs tels que Stendhal ou Zola décrivent ce nouveau monde qu’est la société industrielle et moderne. En peinture aussi, avec l’invention du tube en peinture souple, les artistes sortent de leurs ateliers, et ne tardent pas à décliner les tableaux sur des sujets tels que les chemins de fer ou le paysage industriel. Le mouvement des impressionnistes s’en est fortement inspiré. Le monde artistique du XIXe siècle se veut le témoin de son époque, et quoi de mieux que d’animer des photographies pour toucher de plus près la réalité ?

Les images animées, sur lesquelles travaille alors l’américain Thomas Edison, ne sont que les prémices de ce qui devient plus tard, le cinéma. D’abord appelé le « Kinetoscope de projection » par Louis Lumière au début de l’année 1895, c’est bien le Cinématographe qui lance l’entreprise du cinéma en France en décembre de la même année. La société Lumière présente dix films au Grand Café à Paris. À la différence d’Edison, ces « vues photographiques animées » ne sont plus visibles par une ou deux personnes dans une boite. Comme Émile Reynaud et son premier dessin animé réalisé quelques années auparavant, les premières images mouvantes des frères Lumière sont projetées devant une assemblée. Commence alors la réalisation de nombreux films dont L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat.

L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat est un film de 50 secondes réalisé en 1895. Le dispositif cinématographique fait face aux rails avec comme point de fuite le fond droit du champ. Sur le quai, des voyageurs attendent. Puis la locomotive apparaît, avec cette impression de foncer vers le spectateur, et de sortir du champ, laissant place aux wagons.

Au fur et à mesure que le train ralentit, le quai s’anime. Puis le train s’arrête et les portes s’ouvrent. La foule emplit alors le quai, les voyageurs se mélangeant entre ceux qui descendent et ceux qui montent. Certains regardent l’appareil avec curiosité. Dans ce mouvement, personne ne parait flou, même les bustes qui passent juste devant l’appareil au premier plan.

Ce film n’est pas la première réalisation de la société Lumière mais c’est pourtant l’une des plus célèbres. En effet, lors de la projection du film, la légende dit qu’elle aurait crée un mouvement de panique chez les spectateurs dû à l’illusion de la locomotive fonçant sur eux. Lors de la prise de vue, Louis Lumière positionne son appareil de façon à rendre spectaculaire l’entrée du train dans le champ. De par son expérience de la photographie, il a ainsi utilisé la diagonale du champ et sa profondeur pour obtenir cet effet à plusieurs dimensions. Les nuages de vapeur de la locomotive qui remplissent le champ et la foule qui ne fait que rentrer et sortir du cadre renforcent cette impression.

Durant les années qui suivent leur invention, les films des frères Lumière deviennent une nouvelle fenêtre sur le monde. Au lieu de s’attacher au tournage en studio, ils préfèrent continuer tourner en extérieur avec peu voire aucune mise en scène. Privilégiant les faits réels, ils travaillent leurs prises de vue afin d’apporter ce sentiment d’impression, de réalisme (sentiment à l’origine de la stupeur des spectateurs lors de la projection de L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat). Jean-Luc Godard dira d’ailleurs de Louis Lumière bien plus tard qu’il fut « l’un des derniers peintres impressionnistes ».

Les frères Lumière n’ont certes pas été les inventeurs du cinéma mais ont apporté la dernière pierre à l’édifice technique et révolutionnaire qui se monte à l’époque. Très vite, ils prennent conscience que le cinéma est un langage nouveau dont ils ne connaissent ni les règles, ni l’importance d’un tel dispositif. La production cinématographique de la société Lumière s’arrête en 1902. En quelques années, ils auront cependant réalisé une banque d’images sans précédent. La projection de leur catalogue dans de nombreuses villes françaises, ainsi qu’à l’étranger, marque le début d’une nouvelle culture populaire dans laquelle le cinéma, d’abord divertissement, puis outil de communication, devient au fil du temps ce qu’on appelle désormais le Septième Art.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.