A la recherche des paysages perdus : La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard

 

La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard, 2020, Saltimbanque éd.

En espagnol, vulgariser se dit « divulgar ». Un si joli faux-ami… divulguer… comme s’il fallait révéler un secret. Il faut que la science se propage. Et bien rarement mission n’a été si bien remplie qu’avec un livre jeunesse, espagnol donc, sorti il y a quelques mois et récent récipiendaire du Prix Sorcières 2021, qui fait se côtoyer harmonieusement dessins flamboyants, rigueur scientifique et clarté du propos, le tout dans un double dispositif de médiation.

Ce livre, c’est La Fabuleuse Histoire de la Terre d’Aina Bestard.

Un titre presque trop académique, qui ne rend pas tout à fait justice au contenu. Le titre original, Paysages Perdus, promettait davantage de poésie, mais en faisait presque oublier le volet scientifique qui est pourtant au cœur de cet ouvrage. Les deux choix éditoriaux se valent et même se complètent en éclairant les deux lignes de force de ce projet unique.

La Fabuleuse Histoire de la Terre, c’est donc un documentaire sur l’histoire de la terre. Articulé autour de 10 chapitres et débutant par une frise explicative très réussie, le dispositif mis en place remonte à la formation de l’univers il y a 13,8 milliards d’années, pour s’achever au commencement de l’Humanité. A destination d’un public jeune, l’ouvrage propose aussi une lecture plus informelle et diffuse, qui prend la forme d’une initiation aux illustrations naturalistes du XIXème siècle.

Le quotidien chilien La Tercera raconte que la fondatrice et éditrice de Zahori Books, Mireia Trius, a eu l’idée de ce livre en visitant la Galerie de paléontologie et d’anatomie comparée de Paris. Elle est revenue en Espagne avec la volonté de faire un livre de paysages (pré-)historiques réels mais qui n’existent plus. Aina Bestard précise : « C’était comme mettre un appareil photo sur un site, qui aurait été là toute la vie de la planète, et venir prendre quelques instantanés pour voir les changements qui se sont produits ».

La Grande Extinction Aina Bestard, 2020

L’illustratrice a ensuite commencé son travail de recherche documentaire à peu près comme chacun d’entre nous lorsqu’on ne connait rien à un sujet. Elle s’est rendue sur Google.

Celle qui déclarait ne rien y connaitre avant de se voir proposer ce projet, a donc tapé sur le célèbre moteur de recherche des mots tels que « âge silurien » et s’est mise à compulser les ressources iconographiques anciennes.

Ces recherches vont susciter l’émerveillement de notre illustratrice face à la beauté et l’inventivité des dessins sur lesquels elle tombe, principalement des XVIIIème et XIXème siècles. A tel point que l’inspiration qu’elle va en tirer deviendra aussi hommage à cette tradition. Un hommage, explicitement assumé en fin d’ouvrage et réitéré dans plusieurs interviews, à la « créativité » du « monde paléontologique » : « ils voient des choses qui n’existent plus ».

Hommage à l’illustration et la vulgarisation du XIXème siècle, au cours duquel les faunes et flores sont davantage remises en contexte. C’est le siècle de l’émergence de la pensée environnementaliste, explique Valérie Chansigaud, qui va avoir un impact sur la représentation de la nature. On va alors préférer recréer un écosystème plutôt que de se concentrer sur une plante ou un oiseau avec force détails que font découvrir depuis deux siècles les microscopes. Mais c’est aussi une époque où l’on commence à mieux comprendre l’histoire de la terre, on découvre des dinosaures, et on va alors s’attacher à représenter les animaux disparus. C’est donc l’imagination qui devient la condition indispensable à tout travail de représentation et de vulgarisation.

Le travail d’Aina Bestard s’inscrit dans cette tradition : « J’ai voulu rendre hommage à l’illustration scientifique et apporter en même temps quelque chose de nouveau ».

Duria Antiquior, Henri de la Beche, 1830

Protagonistes du Mésozoïque, Aina Bestard, 2020

Forêt du Carbonifère Gravure allemande, XIXème siècle

 

Forêt du Carbonifère, Aina Bestard, 2020

Geological Chart, publié par Levi Walter Yaggy, 1887

Les Strates, Aina Bestard, 2020

Elle cite comme exemple de source d’inspiration Henry de la Beche (1796-1855), un géologue britannique à qui l’on doit une des premières représentations d’une scène de vie des temps primitifs. On peut également penser à l’éditeur Levi Walter Yaggy, dont la « Geographical Study » a inondé les écoles étatsuniennes à la fin du XIXème siècle, ou encore à Georges Méliès lorsque l’on observe le soleil anthropomorphe que Bestard place au cœur de son système solaire. On aurait cependant tort d’y voir une prise de liberté un peu trop osée : chaque planète est identifiable et à sa place, et on y voit même la ceinture d’astéroïdes !

Système solaire, calques du big bang et des galaxies, Aina Bestard, 2020

Que de chemin parcouru pour l’illustration scientifique, alors que dans les années 1860 certains savants soutenaient encore que les dessins représentaient une « décadence » et rendaient le lecteur « paresseux ». On taxe même les illustrateurs de vulgarisation de vénalité, de produire vite et mal. Mais la défiance s’estompe petit à petit, et de grands illustrateurs commencent de collaborer avec livres et revues. Le scientifique Gaston Tissandier fonda en 1873 La Nature, une revue qui dura près de 100 ans avant d’être absorbée par La Recherche. Dans la préface du premier numéro, il justifiait la présence d’illustrations esthétisantes de cette manière :

« Un beau paysage géologique, un tableau représentant la reconstitution d’espèces fossiles, la coupe d’un fleuve où nagent les poissons qu’on étudie, ne charment-ils pas l’œil bien plus que des tracés froids et sévères ? Quel inconvénient y aurait-il à embellir une figure de science ? Pourquoi ne serait-elle pas une œuvre d’art si elle ne cesse d’être exacte et sérieuse ? »

Près de 150 ans plus tard, ces lignes semblent avoir été écrite pour La Fabuleuse Histoire de la Terre. Une illustration somptueuse, mais pas question de sacrifier à la véracité du propos, même si une note prudente précise que « les illustrations possèdent une composante artistique qui, à certaines occasions, va au-delà de ce qui est strictement scientifique ». Tout l’intérêt de ce livre est d’avoir bénéficié de l’aide du Musée des Sciences Naturelles de Barcelone, et notamment de l’un de ses paléontologues, qui vérifiait la conformité scientifique des textes comme des dessins. Il aurait retouché très peu de choses d’après Bestard !

Fossils, Agnes Giberne, 1899

Les Fossiles, Aina Bestard, 2020

Quoiqu’il en soit ce parti pris esthétique fait mouche, et est complété par des procédés prisés de l’éditrice et de l’auteure comme les calques et les flaps. Les calques fonctionnent bien auprès des enfants, affirme Bestard. Les flaps sont des languettes de papier à soulever, sur lesquels un fossile cache sous lui sa reconstitution en chair et en couleur. Le procédé à lui seul témoigne s’il en fallait encore une preuve, de la volonté de rendre hommage à la puissance créatrice des artistes et paléontologues qui n’ont eu de cesse de recréer et rendre sensible un passé foisonnant à partir de quelques os enfouis.

Ces procédés appuient aussi le discours d’un éditeur engagé. Zahori est un éditeur pour enfant basé à Barcelone. La maison se revendique militante, proposant par exemple le « Manifeste du petit activiste », afin d’inciter les enfants à défendre l’environnement. La conclusion écrite de La Fabuleuse Histoire de la Terre s’inscrit dans cette lignée, alertant sur les « changements rapides et dramatiques du climat et des milieux ambiants ».

Un discours que l’on retrouvera subtilement dans la dernière planche de Bestard.

Elle termine en effet sur un dessin avec un visage d’hominidé regardant droit dans les yeux le lecteur, référence voulue au selfie, et à l’apparition de l’ego. Bestard va même plus loin, en associant l’ego à une puissance destructrice. Les paysages ne seront dès lors plus jamais les mêmes, et porteront désormais la trace de la main de l’homme. C’est le point de départ de l’anthropo-géomorphologie, la science qui étudie les paysages façonnés par l’espèce humaine, et la fin de l’histoire des paysages perdus racontée par Bestard. Elle rejoint ainsi l’engagement environnemental de son éditeur et sensibilise à sa manière les générations futures.

Hominidés, Aina Bestard, 2020

Dans un entretien pour le Diario de Mallorca, le 13 juin 2020, Bestard confirme : « je dessine pour que les enfants ne deviennent pas des adultes ignorants ».

Si elle ne s’était jamais intéressée, avant cette aventure éditoriale et artistique, à l’astronomie et à l’histoire géologique de la terre, Bestard est une enfant des années 80-90. Elle a grandi avec Jurassic Park, et cite le film de Spielberg comme une source d’inspiration. Elle dit même s’être acheté un livre sur le making-of du long-métrage, qu’elle possède toujours. Déjà à 12 ans les prémisses d’une sensibilité à la médiation ! Aina Bestard se pose elle aussi en produit et héritière de ce type de dispositif de médiation informelle que peut être le cinéma populaire.

C’est pourquoi La Fabuleuse Histoire de la Terre, quoi qu’en dise son auteure, s’adresse aussi aux adultes, ces anciens enfants, et propose des niveaux de lecture et une esthétique à même d’intéresser toutes les générations. Une note en fin d’ouvrage confirme d’ailleurs l’ambition qu’il soit « attirant pour tout type de public ».

C’est donc un formidable objet à bien des égards. Recherche formelle réussie, connaissance actualisée et vulgarisée avec finesse, c’est aussi un discours esthétique en hommage à l’illustration scientifique du XIXème siècle et un appel poétique et politique pour que l’Humanité commence à écrire une autre Histoire de la Terre.

Océan de lave, Aina Bestard, 2020

 

Sources :

Aina Bestard, La Fabuleuse Histoire de la Terre, Saltimbanque éditions, 2020

Jacques, Jean, Raichvarg, Daniel, Savants et ignorants : une histoire de la vulgarisation des sciences, Paris, Le Seuil, 1991, 290 p.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_De_la_Beche

https://www.openculture.com/2019/05/the-strikingly-beautiful-maps-charts-that-fired-the-imagination-of-students-in-the-1880s.html

https://reliefseditions.com/cartes/

https://www.valerie-chansigaud.fr/histoire-de-lillustration-naturaliste-2009/

https://www.latercera.com/culto/2020/11/30/aina-bestard-autora-de-paisajes-perdidos-de-la-tierra-con-este-libro-aprendi-a-dibujar/

https://www.diariodemallorca.es/cultura/2020/06/13/aina-bestard-vila-dibujo-libros-4550636.html

https://vimeo.com/413268510

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search