Du bijou ou comment rendre accessible l’inaccessible.

Art d’exception et milieu secret, la joaillerie nécessite de maîtriser de nombreuses techniques avant de créer une œuvre : la gemmologie, le travail traditionnel à l’établi, la ciselure, le repoussé, le sertissage… la taille des pierres, le polissage. Mais pas seulement. Comptent aussi la culture, la curiosité, l’expérience et la recherche créative. C’est l’art de l’infiniment petit.

Le bijou primitif mériterait d’ailleurs d’être plus analysé dans le milieu scientifique. Cet objet semble parfois attester d’une forme de discrimination dans notre société contemporaine, alors que les individus qui en portent sont nombreux : il suffit de penser aux boucles d’oreilles, à l’alliance, à la chevalière… ou tout simplement à la montre. Le bijou connote aujourd’hui encore de nombreux clichés de futilité associés au luxe ou au prestige.

Or le bijou, objet polymorphe a une fonction identitaire et sociale. Ces fonctions ne sont-elles pas nécessaires pour penser le « vivre-ensemble » ?

Depuis les premiers moments de l’humanité, le bijou et l’homme sont associés ; cet insigne de distinction est une forme de communication non verbale. Le bijou nous situe dans un groupe, dans un clan, dans une tribu. Qui sommes-nous ? Quel message, quelle lumière nous caractérise ?

Il s’agit d’utiliser le bijou dans le cadre de la communication scientifique et technique. Le bijou apporte des réponses et donne des éléments de langage de par son importance anthropologique dans notre époque en manque de repères, et de plus en plus dématérialisée.

En tant qu’enseignante à l’École Boulle, j’ai choisi de réfléchir au bijou en tant qu’objet de médiation, ce que Luc Dall’ Armellina, maître de conférences Arts-Design, docteur en sciences de l’information, appelle la « médiation de l’art par l’art ». En effet, professeure de lettres, j’ai été contactée par Fabien Mellado, un collègue afin de participer au projet « Lycées en Lumière » ou « Lumières ». Il s’agit d’un programme d’éducation artistique et culturelle proposé dès 2020 à sept établissements au sein des académies de Créteil, Paris, Lyon, Toulouse, Nancy-Metz, Nantes et Aix-Marseille. Ce projet inter-académique met en œuvre une dynamique pluridisciplinaire pour stimuler le goût pour la recherche et la créativité, pour appréhender l’histoire de la lumière (découvertes et techniques scientifiques), s’approprier des méthodes, des démarches, des pratiques artistiques. Dans le cadre de ce projet, chaque établissement est désigné comme une étincelle de liberté, d’égalité et de fraternité.

La joaillerie est en effet enseignée à l’École Boulle, mais n’est pas connue à l’extérieur, alors que depuis 2012, cette section a intégré l’École. Actuellement elle compte 180 élèves avec les DNMADE et 13 enseignants.

En choisissant de participer à ce projet « Lumières » avec des collègues d’arts appliqués et de joaillerie, je pars du postulat suivant : l’objet-bijou est le vecteur idéal de communication afin « de maintenir le contact entre hier et aujourd’hui ».[1]Il amène une vibration tactile et corporelle nous renvoyant à l’intime. Il nous invite à nous réapproprier les mythes, à investir cette alchimie minérale revendiquée par Jean Schlumberger au début du XXème siècle, et plus tard par Jean Vendome et Robert Maszlo, surnommé le « Dali » de la haute-joaillerie.

Au départ, nous avons pensé à une exposition des travaux des élèves autour de la joaillerie et de la lumière : la lumière comme matériau et support de réflexion scientifique et technique.  Témoin, l’invention du laser dans les années 1960 due notamment aux travaux du physicien américain Charles Hard Townes. Point technique et symbolique essentiels : le laser en joaillerie sert à assembler des éléments entre eux par soudage. Puis, nous nous sommes mis d’accord sur l’idée d’un défilé de mode où les élèves défileraient avec leurs bijoux.  La collection s’appellerait « bijou cosmos ». Nous pourrions filmer les élèves avec leur accord et laisser une trace sonore et visuelle de l’événement. Pourquoi chaque élève ne porterait-il pas sa création, vêtu de noir ?  Oxymore humain, dépassant les oppositions entre lumière et nuit.

Il s’agit en effet de déconstruire la médiation comme approche pédagogique pour faire un pas de côté : mêler nature, histoire et fantasmagorie. Je m’inscris totalement dans la lignée de Luc Dall’Armellina selon lequel, « la médiation devrait aujourd’hui accueillir avec attention les pouvoirs esthétiques, les capacités symboliques et le potentiel subversif des arts pour créer les conditions de leur appropriation interculturelle… [2]»

Cette déconstruction ne signifie pas non plus oublier des savoir-faire nécessaires à la production de cette médiation. Elle passe aussi par une pédagogie intuitive et sensible, propice à l’accueil du public. Pour moi, l’objet- bijou cristallise l’unité entre la nature (la géologie), les sciences (minéralogie, physique, astronomie…), les arts (la sculpture, l’architecture, la poésie). Le bijou comme dispositif informel peut favoriser des questions ouvertes.

Ce n’est pas un hasard, si le premier lycée parisien consacré à la joaillerie s’appelait Nicolas Flamel. À Paris, les joailliers-créateurs se comptent sur les doigts de la main. J’ai eu la chance de rencontrer Thierry Vendome dans son atelier. Sa pierre fétiche est l’opale. La spécificité de l’opale ? Un agglomérat de systèmes cristallins, faussement désorganisés qui crée des irisations chatoyantes à la lumière.

Dans cette optique, le bijou est le véritable médiateur. Il matérialise l’abolition des catégories entre sujet et objet. Sublimation de la matière physique et psychique.

Dans le frémissement de ses couleurs, le bijou peut éveiller notre degré de conscience. La médiation confinerait à la méditation sur infiniment petit et infiniment grand.

Le constat de Bertolt Brecht, extrait de ses travaux sur le théâtre scientifique, confirme la vanité des dichotomies entre art, savoir-faire et science :

« Même si l’humanité a dû souvent et longtemps se passer du savoir comme de l’art, il reste que l’un et l’autre sont essentiels à ce que nous considérons être « l’humain ». Il n’existe personne qui soit totalement dépourvu de savoir, et il n’existe personne qui soit dépourvu d’art ».

(L’Achat du cuivre, 1939-1955)

Fabienne Leloup

[1] Dall’Armellina, Luc, Le design au secours de la médiation ? Muséologies, 7, 2014, p.108.

[2] Op. déjà cité, p. 106


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. benjaminbothereau dit :

    Auteure : Fabienne Leloup

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search