2021 ◊ Muse jette un froid dans l’univers du rock

 

Pochette de The 2nd Law, 6ème album de Muse

Comme pour tous leurs disques, MUSE trouve dans The 2nd Law une place pour parler de sciences. De la couverture représentant les connexions cérébrales modélisée par Human Connectome Project, jusqu’au titre qui se réfère à la seconde loi de la thermodynamique, leur sixième album est profondément inspiré par le concept d’entropie qui sera présent dans plusieurs titres. Parmi eux, Big Freeze est une ode à la mort thermique de l’univers, l’une des hypothèses proposées par les physiciens sur la façon dont notre univers pourrait se terminer, dans des millions d’années.

La théorie dérive de celle de l’expansion de l’univers. Toute matière continuerait de s’éloigner l’une de l’autre depuis que le Big Bang a eu lieu. Un état de plus en plus dispersé, de plus en plus chaotique en comparaison avec son état originel, où tout ce qui constitue notre monde était réuni en un unique point. En continuant cette expansion, arrivera un moment où chaque atome, chaque élément de ce qui fera notre monde sera trop loin l’un de l’autre pour qu’ils puissent un jour interagir. Tout sera alors immobile, froid, et signera la mort de l’univers, ou son état de stabilité absolue vers lequel il cherche toujours à tendre.

Un concept complexe et purement scientifique, donc, qui se retrouve dans le vocabulaire utilisé par le compositeur. Dès le second versé, il parle de s’effondrer en nuage de gaz stellaire (I’m collapsing in stellar clouds of gas), se comparant ainsi à une étoile en train d’exploser, accomplissant ainsi sa part dans l’évolution inévitable du chaos qui attend le système dans lequel nous évoluons. Plus loin, il continue l’allégorie en suppliant de ne pas laisser le Soleil de son cœur s’effondrer. Le vers en version originale, (don’t let the sun in your heart decay), permet ici d’utiliser le terme scientifique anglophone de l’évolution du cycle de vie d’une étoile, menant de son état stable à sa disparition, au fur et à mesure qu’elle brûle son carburant en hydrogène. Là encore, c’est à une mort inévitable que Matthew Bellamy se réfère, comme celle de l’univers.

Des phénomènes contre lesquels l’humanité ne peut pas lutter, face auxquels elle ne peut non plus se cacher. Il s’évertuera pourtant tout au long de la chanson à vouloir y trouver des solutions : trouver un moyen de s’échapper (have you found a way to escape), se terrer (hole up), demander de comprendre ses sentiments (Feel me), ou la clémence (will your show mercy ?) à notre monde. Une comparaison que l’ont peut faire avec la volonté de l’Homme de toujours vouloir prolonger son expérience sur Terre. Ses luttes contre la maladie, contre la mort, ne sont que le déni de la fin inéluctable de l’espace dans lequel nous vivons.

Que l’on échappe aux désastres climatiques de l’anthropocène (We destroyed something beautiful) ou à la mort de notre étoile lorsqu’elle atteindra la fin de son cycle en fuyant vers un autre système solaire, la conclusion de l’espace que nous occupons semble ici tout aussi inévitable que terrifiante. Et tout comme le concept du phénomène est bien retranscrit dans les paroles, ses conséquences sont tout aussi bien décrites au travers de la musique.

L’expansion est alors comparée à une force, celle de la solitude, qui éloigne la matière l’une de l’autre, mais pousse aussi vers un monde vide et seul, sans aucune trace de vie pour avoir conscience de son existence.  Cette force, à voir ici tant sous le sens premier que scientifique, règnerait alors sur un univers vidé de ce qui en fait sa beauté : la vie, que Bellamy compare ici à une magie qui habiterait notre cosmos (Don’t let the magic leave us // Stop the loneliness from becoming king of the universe)

Et malgré cette peur qu’il couche sur papier, malgré l’impossibilité d’agir sur phénomène physique plus grand que nous, l’auteur ne se laisse pas aller au pessimisme. A de nombreuses reprises, il appelle à ne pas abandonner, ou s’abandonné face à ce futur sombre. Appel à la foi, un thème que l’on retrouve dans leur discographie dans des albums au nom aussi clair qu’Absolution, aussi bien qu’à la recherche d’autre monde dans Follow Me ou Explorers.

Parce que Big Freeze s’intègre dans une continuité lisible tout au long de l’album. Dans Follow Me, justement, une résonnance à cette mort de l’Univers et idée d’un après plus spirituel (When your fire has died out // No one’s there // They have left you for dead // Follow me), en double lecture de ce texte dédié à son fils. Mais surtout dans le dernier titre, The Second Law : Isolated System, qui sonne en cette fin d’écoute comme un avertissement. Reprise sur thème électro et enregistrement radio de l’activité humaine d’une seule et unique phrase : In an isolated system, the entropy can only increase.

Le leader du groupe commentera cette piste dans une interview comme le son de l’humanité, bruyante et chaotique au milieu du calme et du silence de l’Univers. Une agitation qu’il sait n’être qu’un état temporaire, avant la fin de Tout. Une fin dont il n’a que trop conscience, mais ne cesse de vouloir éviter.

 

Charlotte Aknin


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search