2021 ◊ Un voyage spatial dans le métro parisien

Il y a 11 ans, le collectif de photographies émergentes Fetart, a créé le festival CIRCULATION(S), dédié à la photographie contemporaine en Europe. Les photographes retenus par le jury voient leurs œuvres diffusées à travers l’Europe et autre pays partenaires dans des expositions, projections et conférences. En France, c’est généralement  au CENTQUATRE-PARIS que le festival pose ses valises.

Cette année, 33 jeunes photographes européens se sont illustrés. C’est en passant par la vie du quotidien, la maternité, le Danse Hall et bien d’autres projets, que ces artistes ont mis en avant la thématique du Voyage.
Dans notre contexte de crise sanitaire où tout regroupement autour d’une exposition est compliqué, quoi de mieux que d’accompagner les personnes sur leur trajet quotidien pour les faire voyager et rêver ?

C’est l’idée qu’a eu le Festival CIRCULATION(S) en s’associant à la RATP. Du 3 mars à fin mai, les photographies de 4 artistes du festival ont élu domicile dans 13 stations du métro parisien et du RER. Parmi ceux-ci, le projet « The Universe Makers» de l’artiste Italienne Bianca Salvo réalisé en 2016. 

 

La photographe y met à l’honneur l’imagerie spatiale. Il est possible d’apercevoir dans les transports en commun un savant mélange de photos d’archives des années 60 : photos d’astronautes, foule en effervescence au décollage d’une fusée ; ainsi que des photographies d’équipements spatiaux tels qu’un gant ou encore d’origamis en forme de fusées réalisés à partir d’une page de bande-dessinée de Science-fiction.

 

Cette exposition met en avant les avancées technologiques associées à la conquête de l’espace et notre rapport quotidien de l’imaginaire pouvant devenir réalité. Sont regroupés dans les photos sélectionnées, le savoir-faire technologique et l’engouement international que suscite le voyage spatial. Les images d’archives ne témoignent pas seulement d’un enthousiasme passé, mais des prémisses d’une nouvelle discipline d’étude et de conquête en pleine expansion  qui nous habite toujours et qui s’est intensifiée en même temps que nos avancées scientifiques et techniques.  Un exemple national récent de cet intérêt est le départ médiatisé de Thomas Pesquet pour la Station Spatiale Internationale (ISS) le 23 avril dernier.

La Science-fiction a vu le jour au début du XXème siècle, en répercussion à la révolution industrielle. Les progrès technologiques et médicaux rapides qui ont suivi, ont été le moteur de ce genre, que ce soit dans les bandes dessinées (Enki Bilal depuis 1975, Alejandro Jodorowky depuis 1948, Jean-Claude Mézières depuis 1967…), les livres (Philip K. Dick, Isaac Asimov…), les films (Le voyage dans la lune  de Méliès déjà en 1902, Mars Attacks ! de Tim Burton en 1996, Interstellar de Christopher Nolan en 2014…), ou encore les séries (Star-Trek depuis 1966…), pour adultes comme pour enfants. Le paysage de prédilection est l’espace.  Si on se rapporte à la bande dessinée de Science-fiction, celle-ci est considérée par les spécialistes comme un lieu de médiation de la culture spatiale.2  Tout en pouvant s’en écarter et faire preuve d’une grande imagination et créativité, le paysage spatial est fondé sur des faits scientifiques et s’est implanté comme une caractéristique du genre. Le fait que l’artiste Bianca Salvo réutilise une page de bande dessinée de Science-fiction pour créer un avion/fusée en papier, fait écho à cette idée et apporte un argument supplémentaire quant à une volonté cachée de médiation scientifique et spatiale derrière le projet « The Univers Makers ».

 

Le choix de la RATP de mettre en avant le travail de la photographe Bianca Salvo « The Universe Makers», est un magnifique exemple du Voyage. Voyage spatial et imaginaire d’une part, mais aussi technologique.  Ce projet photographique parle à chacun d’entre nous.  Il a su mettre en valeur le savoir technologique et ses applications, que ce soit dans le domaine de l’ingénierie spatiale, ou dans l’imaginaire collectif à travers la Science-fiction.

Mélanie Miranda

Sources :

 

  1. https://www.senscritique.com/liste/Une_Chronologie_BD_de_Science_Fiction/2234244
  2. Irène Langlet. Le paysage spatial dans la bande dessinée de science-fiction. ReS Futurae – Revue d’études sur la science-fiction, Université de Limoges, 2018, ⟨4000/resf.3374⟩

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search