2021 ◊ La guerre du Vietnam : La science aux tribunaux

La guerre du Vietnam (1961-1975) opposant les États-Unis au Front national de libération du Sud Viêt Nam (ou Vietcong) est la plus grande guerre chimique de tous les temps.

Elle doit en grande partie ce titre à l’opération Ranch Hand (littéralement ouvrier agricole) effectuée par l’armée américaine de 1962 à 1975. Cette dernière a consisté en la pulvérisation massive de fines gouttelettes d’herbicide sur le territoire vietnamien. Cette opération, menée avec l’aide d’industries chimiques comme Monsanto, avait un triple objectif : empêcher les Vietcongs de se cacher en forêt, détruire leurs récoltes et prévenir les éventuelles attaques en dégageant les abords des installations militaires.

           Malgré la force de frappe technologique effrayante des États-Unis, les Vietcongs, grâce à leur ingéniosité, ont gagné cette guerre dont le prix se paye encore aujourd’hui.

            L’arsenal d’herbicides est dit « en arc en ciel » en référence aux couleurs des bidons les contenant. Parmi ces substances, l’agent orange (OA), le plus toxique et le plus abondamment utilisé avec plus de 62 % de la masse totale vaporisée. En 10 ans, on estime à plus de 80 millions de litres la quantité de ce produit déversée sur 2,6 millions d’hectare (le sud du pays majoritairement).

            Son efficacité toxique s’explique par sa composition en dioxine, composé organique de la famille des hydrocarbures chlorurés tel que le célèbre DDT. Le caractère peu volatile et très hydrophobe de la dioxine fait que le produit se fixe aisément au sol et aux tissus. De plus, très stable chimiquement et biologiquement, il est très peu dégradé et s’accumule. La dioxine cible toutes les cellules vivantes : aussi bien minérales, qu’animales et humaines où, en engendrant un stress oxydatif, elle affecte le mécanisme de production énergétique à la base du vivant.

            Selon un rapport de l’Unesco, les épandages d’OA ont détruit quatre cent mille hectares de terres agricoles, deux millions d’hectares de forêts et cinq cent mille hectares de mangrove, soit 20 % de l’ensemble des forêts sud-vietnamiennes. Certaines zones ont subi jusqu’à 34 épandages par jour et l’impact est durable sur tout l’écosystème. En effet, la demi-vie de la molécule de dioxine pourrait aller jusqu’à 100 ans d’après certains scientifiques, c’est à dire que 100 années seraient nécessaires pour perdre la moitié de l’activité toxique. Si bien qu’en 2011, certaines zones du pays montrent toujours des concentrations de dioxine au-dessus des normes acceptées.

            La dioxine s’accumule dans les organismes et fut ainsi retrouvée en quantité importante dans le sang de la population locale des années plus tard, jusqu’à 20 ans après la guerre dans le cas des habitants de Bien Hoa, ville située à côté d’une ancienne base américaine et point de départ de missions d’épandage. 3851 communes et entre 2,1 et 4,8 millions de Vietnamiens ont été directement exposés (selon une étude publiée dans la revue Nature en 2003), auxquels il faut ajouter des Cambodgiens, des Laotiens, des civils et militaires étasuniens et leurs divers alliés. La dioxine est d’autre part intégrée dans la chaîne alimentaire créant une exposition indirecte. En effet, de très forts taux ont été retrouvés dans la graisse de canards et de poissons qui se trouvaient dans des étangs souillés. Il a également été montré que la dioxine passe dans le lait maternel, exposant, par cette voie, le nouveau-né.

            La capacité de la dioxine à entrer en contact avec l’ADN entraîne des répercussions désastreuses sur tous les organes et à tous les niveaux du développement. Des maladies génétiques et congénitales telles que des cancers, de l’infertilité, des handicaps ou des malformations se transmettent jusqu’à 4 générations, et de nouvelles contaminations continuent de survenir chaque jour.

            Malgré l’entrave à la loi de 1925 interdisant l’arme chimique en temps de guerre, les États-Unis n’ont jamais reconnu leur responsabilité. Néanmoins, quarante ans après la guerre, le gouvernement a mis en place des programmes de décontamination et a déversé plus de 50 millions de dollars de dédommagement. Ces démarches ont mis en évidence l’altération en profondeur et à grande échelle de la totalité du système vivant, siège d’interactions complexes : la guerre chimique du Vietnam est à la base du concept de l’Écocide.

            Après 19 reports d’audience a eu lieu le 25 janvier 2021 un procès porté par Tran To Nga, une civile Franco-Vietnamienne empoisonnée avec toute sa famille par la dioxine. Le combat de Tran To Nga vise à faire reconnaître juridiquement ce crime contre tout un écosystème. Ce procès fait entrer pour la première fois la science aux tribunaux des crimes internationaux et pourrait mettre un terme à l’accusation unique des politiques et l’impunité des firmes chimiques à cette échelle. À la barre des accusés et défendues par une vingtaine d’avocats, on compte quatorze sociétés industrielles à l’origine du produit chimique mortel, comme Monsanto ou encore Dow Chemical. Ce procès fut notamment la pierre angulaire pour les combats menés contre les industries agrochimiques à l’échelle nationale, comme c’est le cas pour les affaires du Chlordécone ou du Glyphosate (ce dernier pesticide étant d’ailleurs commercialisé par Monsanto).

D’après le tribunal d’Évry, les multinationales ont agi sur ordre et pour le compte de l’État américain, et les demandes de la plaignante sont irrecevables. Cette dernière ne comptant pas s’arrêter là, l’affaire reste à suivre.

 

            En plus de la souffrance humaine qu’elle a infligée, la destruction causée par cette guerre aux plantes, aux animaux et à leur habitat a été sans précédent en étendue et en intensité. La reconnaissance juridique de l’Écocide souderait le lien entre l’anéantissement de l’environnement et la violation des droits humains et transgénérationnels.

Cette affaire nous livre un parfait exemple d’une utilisation désordonnée, abusive et inconsciente de la science et démontre que celle-ci est loin d’être indépendante de son contexte socio-politique. Elle souligne enfin un des problèmes fondamentaux de ce siècle : la destruction au nom du progrès, du pouvoir ou du profit, dont la prise en charge juridique pourrait engendrer un changement de posture de la science.

Ariane Lacotte


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search