Germinal, la mémoire des corons


Germinal est le 13 ème roman de la saga des Rougon-Macquart écrit par Zola entre 1870 et
1893, et paru en 1885. A travers l’histoire d’Etienne Lantier, un chômeur qui recherche du
travail dans le Nord de la France et se fait embaucher aux mines de charbon (fictives) de
Montsou, Germinal nous décrit le travail harassant des mineurs et leurs conditions de vie
dans les corons.


En 1885, Zola est déjà un écrivain renommé et le chef de file du naturalisme. Le naturalisme
est ce mouvement littéraire né dans la seconde moitié du XIXème siècle, mû par la volonté
de décrire la réalité de façon objective et fortement influencé par les sciences naturelles et
sociales. Le naturalisme traite de sujets quotidiens, rendant par-là la littérature accessible au
plus grand nombre, et met notamment en scène la réalité sociale, participant également à la
prise de conscience des inégalités sociales et à l’émergence du droit d’expression. L’écriture
naturaliste est donc dictée par le réalisme et le souci documentaire.


Afin de retranscrire le plus fidèlement possible le métier et les conditions de travail dans les
fosses, Zola s’est rendu dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, notamment sur le site
d’Anzin, allant à la rencontre des mineurs, des porions, les contremaîtres de la mine, et des
ingénieurs qui les commandent.


Germinal immerge ainsi avec précision dans le quotidien des mineurs : le réveil matinal (à
4h), le petit-déjeuner frugal, la marche à travers la campagne, du coron jusqu’à la fosse, en
passant devant les hauts fourneaux et les fours à coke. Puis la descente dans la cage qui
emmène dans les entrailles de la terre, jusqu’à 550m de profondeur et l’eau qui ruisselle
autour comme une pluie continue. Le labyrinthe des galeries, boueuses et glissantes,
soutenues par des étais de bois. La galerie de roulage glacée qui contraste avec les voies
isolées par les portes d’aérage où la chaleur est telle que les ouvriers au bord du malaise en
retirent leurs vêtements et travaillent nus, les hommes comme les femmes.


Zola nous présente les métiers de la mine : les « haveurs » qui exploitent les veines à coup
de pelle et de pioche et les « herscheurs » qui poussent les berlines remplies de charbon –
à cette profondeur, on trouve même des chevaux de traie. Et il n’épargne pas les risques
encourus par ces travailleurs : les boisages rapidement exécutés qui cèdent parfois faisant
s’effondrer les galeries, le grisou qui se dégage imperceptiblement et peut tout faire
exploser, le charbon qui rentre dans les poumons et fait cracher noir, sans parler de la
pauvreté qui mènera les mineurs de Montsou à la grève. Zola complète sa fresque sociale
en montrant aussi l’autre versant de la mine : les exploitants, des familles bourgeoises dont
les soucis contrastent dramatiquement avec les conditions de vie des principaux
protagonistes qui ont à peine de quoi manger.

Le décor planté, Zola peut alors dérouler son histoire : celle d’ouvriers acculés par la pauvreté qui déclarent la grève, mettant ainsi en scène l’éveil de la conscience ouvrière à son époque.

Germinal est à la fois un récit romanesque et bien ancré dans le réel. C’est aussi une œuvre plurielle, monument littéraire adapté de nombreuses fois au cinéma, au théâtre ou encore en bande-dessinée. Sa dernière adaptation cinématographique fut dantesque pour l’époque. Le film réalisé par Claude Berri mettant en scène des acteurs(chanteurs) populaires tels que Renaud, Gérard Depardieu, Miou-Miou ou encore Jean Carmet a nécessité 165 millions de francs, ce qui en faisait à sa sortie en 1993 le film le plus cher de histoire du cinéma français.

Autant de déclinaisons qui élargissent la portée de Germinal, tant dans son message
politique que dans sa retranscription sans fard d’un corps de métiers d’un autre temps.

 

 

 

Affiche Emile Lévy (fin du XIXe siècle) pour une
représentation au Théâtre du Châtelet, à Paris, de la
pièce Germinal tirée du roman de Zola, sur laquelle
sont représentés des scènes et artefacts typiques de
l’exploitation minière, aussi bien sur que sous la
terre.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search