Dérogation aux néonicotinoïdes des: reculer pour mieux avancer ?


Pour sauver les cultures de betteraves touchées par la jaunisse, le gouvernement vient de réautoriser l’utilisation de ces insecticides « tueurs d’abeilles ». Un plan de recherche proposé cet automne au ministre de l’agriculture va réunir les spécialistes du secteur pour trouver des solutions alternatives durables d’ici la fin de la dérogation, en 2023.

Pourquoi le retour des néonicotinoïdes ? 
Depuis leur utilisation massive en agriculture dans les années 90, les néonicotinoïdes (NNI) ont fait l’objet de nombreuses études démontrant leur toxicité et notamment leurs conséquences désastreuses sur le système nerveux des abeilles. L’interdiction de leur utilisation en France a été votée en 2016 dans le cadre de la « loi biodiversité » et définitivement appliquée en 2018. Pourquoi le gouvernement revient-il donc sur sa décision 2 ans après ? La cause de ce revirement : la jaunisse virale. Transmise par les pucerons verts qui piquent les feuilles de betteraves, la jaunisse entraîne des baisses de rendement des cultures. Or, si elle est présente tous les ans à des degrés plus ou moins importants, la jaunisse a touché cette année beaucoup plus de parcelles qu’en 2019. La faute à un hiver très doux, mais aussi à une intervention moins importante qu’espérée des auxiliaires, ces insectes comme les coccinelles qui limitent naturellement les populations de pucerons verts.

La perte de rendement liée à la jaunisse de la betterave pourrait être fatale à la filière sucrière française 
© Confédération des Générales de planteurs de Betteraves

Les incidences de la jaunisse sur les rendements de 2020 ne sont pas encore connues mais les professionnels prévoient une baisse élevée, jusqu’à 50 % des récoltes selon les départements. Un coup dur, voire fatal, pour la filière française déjà fragilisée par la suppression des quotas européens sur le sucre fin 2017. Le ministère de l’agriculture évalue à 46 000 le nombre d’emplois qui seraient menacés. Pour sauver le secteur, le gouvernement a donc répondu positivement à la demande des betteraviers et promulgue, ce 14 décembre, la loi ré-autorisant jusqu’en 2023 usage des NNI pour les seules cultures de la betterave sucrière.

La filière à court de moyens
Cette dérogation sonne pourtant comme une dernière chance pour les betteraviers
français, car sans alternatives viables d’ici 2023, la filière s’arrêtera. Depuis plusieurs années, l’INRAE (Institut national de la recherche agronomique) et l’ITB (Institut Technique de la Betterave) collaborent afin de trouver des alternatives à ces insecticides « tueurs d’abeilles ». Si des pistes prometteuses ont été identifiées, aussi bien du côté de la génétique que des solutions chimiques sur le terrain, il n’existe à ce jour aucun traitement aussi efficace que les NNI. Le Teppeki et le Movento, qui faisaient partie des alternatives chimiques possibles,
ont très bien fonctionné en 2019… mais pas en 2020, car les pucerons verts ont
développé une résistance à ces produits. Il est donc indispensable d’amplifier les efforts de recherche et de développer des solutions à la fois économiquement viables et respectueuses du vivant et des terroirs.

Un programme de sauvetage sur mesure
Tous les espoirs se tournent donc vers le Plan national de recherche et innovation
monté par l’INRAE et l’ITB afin de renforcer les efforts de recherche autour de la
jaunisse. « Ce qu’on cherche à faire c’est que l’année 2020 ne se reproduise pas »,
explique Alexandre Quillet, Président de l’ITB.
Ce vaste plan, qui bénéficiera d’un financement supérieur à 20 M€, est construit
autour de 4 grands axes :
 Mieux comprendre les conditions favorables au développement de la jaunisse
et son vecteur, le puceron vert
 Identifier et tester des solutions à l’échelle de la culture betteravière
 Identifier et tester des solutions à l’échelle des paysages
 Construire un modèle économique durable
Ce projet associera donc recherche fondamentale et expérimentations, avec des
essais sous serre et grandeur nature, en ferme, pour délivrer aux agriculteurs des
solutions opérationnelles d’ici 2024. « On est rarement sur des projets de recherche
aussi opérationnels » a déclaré Philippe Mauguin, PDG de l’INRAE.

Une combinaison de solutions
Cependant les équipes sont lucides sur la difficulté du problème et le temps qui leur
est imparti pour le résoudre. « L’objectif n’est pas de dire qu’on aura une solution équivalente aux néonicotinoïdes valable à 100% dans les 2 ans et demi, 3 ans », explique Alexandre Quillet, mais de proposer aux professionnels une combinaison de solutions qui auront réduit le risque. Les chercheurs vont notamment explorer la sélection par la génétique des variétés de betteraves les plus résistantes à la jaunisse. Ils vont aussi se pencher sur la recherche d’outils de biocontrôle dont certains lutteraient aussi efficacement que les produits chimiques contre les pucerons verts. Parmi ceux-là, le champignon Lecanicillium muscarium, est particulièrement prometteur. Des solutions étudiées pour la culture de la betterave mais aussi à une échelle plus globale. Pour Christian Huyghe, directeur scientifique à l’INRAE, « la façon de cultiver les betteraves en 2023-2024 sera très différente car les paysages agricoles seront très différents. »

Les bandes fleuries, un moyen de lutter contre les nuisibles © Agroscope, Matthias Tschumi

 

Ainsi, une piste envisagée serait d’introduire à proximité des cultures de betteraves, des espèces végétales ayant un effet répulsif sur le puceron. Mais la piste majeure serait l’implantation de bandes fleuries, ou d’autres cultures, qui puissent héberger une forte population d’auxiliaires, en particulier les hyménoptères parasitoïdes, redoutables prédateurs des pucerons. Ce genre d’aménagement pourrait être bénéfique à d’autres productions impactées par les pucerons, et est aussi occasion de repenser les paysages agricoles d’une
façon qui soit plus favorable à la biodiversité.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search