« Toi, le virus et moi »

« Toi, le virus et moi »

Quelles sont les répercussions de la pandémie du coronavirus sur notre rapport à l’autre ?

 

            La pandémie du coronavirus a transformé nos rapports à l’autre: méfiance, peur et rejet sont de mise. Cette xénophobie est une réaction malheureusement commune qui a déjà été observée lors de précédentes épidémies. Les mesures de distanciation mises en œuvre pour contenir la progression du phénomène confirment le rôle de l’autre dans la transmission du virus et font que ces sentiments ont progressivement atteints toutes les échelles de la société. Les impacts sont forts sur l’animal social qu’est l’être humain.

            Des répercussions sociales à toutes les échelles de la société

 

            C’est en premier lieu à l’échelle internationale que la peur de l’autre s’est fait ressentir. Avec la fermeture des frontières comme élément de protection, on a vite observé une stigmatisation des personnes issues de l’immigration et des étrangers. De nombreux cas de violence raciste ont été répertoriés envers des individus de nationalité chinoise ou qui y ont été associés. C’est le cas aux États-Unis où 32% de la population sondée blâment les chinois d’avoir répandu la maladie. Ces derniers se sont vus empêcher l’accès à des lieux publics comme des restaurants ou ont dû fermer leurs commerces à la suite de menaces. Au lendemain du reconfinement, en région parisienne, on a compté plus d’une vingtaine de victimes chinoises d’agression physique avec des appels à la violence sur les réseaux sociaux. Des messages comme « Dehors les jaunes » ou « Coronavirus dégage » ont été retrouvés sur les portes d’entrée de leur appartement ou de leur commerce.

            Au niveau national, on a assisté à des comportements xénophobes de populations locales face à l’afflux de populations venant d’autres régions. Dans ce contexte, il est apparu qu’il était acceptable de rejeter l’autre ce qui a renforcé les clivages entre régions, particulièrement entre Paris et le reste de la France. À titre d’exemple, en Mars, dans le but de rejoindre leurs maisons secondaires pour s’y confiner, l’arrivée de Parisiens sur l’Île d’Yeu a donné lieu à un renforcement des contrôles par arrêté préfectoral. Cette démarche a été très bien accueillie par les habitant.es de l’Île. Cet été, lors du dé-confinement, l’arrivée de masses venues d’ailleurs a provoqué une promiscuité indésirable et un fort mécontentement. Ici, le port du masque a permis de maintenir l’autre à distance pour préserver l’entre-soi.

            A l’échelle locale, la peur de l’autre s’est notamment dirigée contre le voisinage, devenu la cible de suspicion et d’évitement. C’est d’autant plus le cas pour les personnes ayant été placées en quarantaine ou les personnes considérées « à risque » comme le personnel soignant. Pendant le confinement, ces derniers se sont vus adresser des messages visant à inciter leur départ de la part de leurs voisins, syndicats ou propriétaires, parfois même anonymement. D’autres populations, comme les jeunes, sont stigmatisées comme ne respectant pas les gestes barrières, ce qui alimente les suspicions à leur égard.

            A l’échelle individuelle, le port du masque, transforme l’apparence visuelle et ce qu’elle signifie, induisant des conséquences sur les interactions sociales. En effet, en cachant la partie inférieure du visage, le masque trouble les repères de communication et les expressions non verbales. Les expressions faciales ou les mimiques permettent d’apprécier l’état émotionnel de l’autre et d’agir en conséquence. Aussi le port du masque empêche ce système de régulation et entraîne réserve et quiproquos. Il réduit au silence et entrave la cohésion sociale.

 

Le besoin de proximité humaine incompatible avec la distanciation imposée

 

            L’injonction à garder ses distances a un impact fort sur nos modes de vie et remet en question les formes de relations entre personne. On assiste à un clivage dans les modalités d’interaction : on ne croise plus les regards, on ne s’adresse plus la parole, on change de trottoirs… Cette peur de l’autre encourage un repli sur soi, un isolement social et affectif. Pour l’animal social qu’est l’être humain, la distanciation sociale provoque une confusion car elle n’est pas naturelle. En effet, selon la théorie de l’Évolution Darwiniste, la recherche de contact est de l’ordre de l’adaptation dans un but de sécurité et de survie. L’autre étant désormais associé au danger et à la mort, il s’agit de combattre les réflexes dictés par le système nerveux dit « adaptatif ».

Les études de « proxémique » élaborées en 1966 par l’anthropologue Edward Hall, visent à étudier l’impact de l’absence de contacts physiques sur l’individu. Celles-ci ont mis en évidence que 4 zones de confort entouraient l’individu et correspondaient à des zones émotionnelles particulières et garantes de sécurité individuelle. Bien que leurs dimensions varient selon les cultures, il a été identifiée une distance intime à grande implication physique et échange sensoriel élevé, celle de l’amour utilisée pour embrasser et toucher ; puis une distance personnelle qui correspond aux conversations particulières et aux interactions amicales et familiales ; une distance sociale qui s’applique bien dans le cadre professionnel et enfin une distance publique qui s’impose dans la vie quotidienne lorsque qu’on s’adresse à des groupes. Ces études permettent de comprendre que derrière le contact physique se cache le contact social et que sa limitation entraîne une perte de confort et de repères.

 

            Selon ces études, la proximité géographique que représente la distance physique se combine avec la proximité organisée qui se définit par le partage de ressources cognitives, culturelles et émotionnelles. Cette dernière permet de s’affranchir des contraintes de la proximité géographique, et, en ces temps de pandémie, est à privilégier et à développer, par le recours à la technologie. Le développement de relations sociales virtuelles nous permettra-t-il de combler l’absence de contacts physiques ?

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search