2021 ◊ Dans la combi de Thomas Pesquet, Marion Montaigne

La bande dessinée peut être un formidable outil de vulgarisation scientifique. Marion Montaigne a réussi le pari en 2017 en publiant Dans la combi de Thomas Pesquet peu de temps après le retour sur terre de l’astronaute. Elle nous fait entrer dans son quotidien sur le ton de l’humour, nous raconte les coulisses du métier et donne à voir un autre visage de l’astronaute très médiatisé. La BD et ses 200 pages se lisent bien. On sourit, on apprend. Et c’est là sa force. Un ton léger et un propos qui vient démystifier un métier réservé à une certaine élite. Petit déjà, Thomas Pesquet rêvait d’espace. Il suit un cursus scientifique, obtient un diplôme d’ingénieur et fini pilote chez Air France. Mais ce n’était pas tout à fait ça, son rêve. Alors quand l’occasion se présente, il intègre le processus de sélection de l’Agence
Spatiale Européenne. Les différentes épreuves, toutes plus complexes les unes que les autres, sont dévoilées dans la BD et on se rend à l’évidence, oui ce métier n’est pas pour tout le monde. Il faut une volonté sans faille et faire preuve d’une abnégation totale puisque la sélection, ce n’est que le début …


Rescapé des quelques 5 000 candidats, le futur astronaute intègre le centre d’entraînement des astronautes. Pourtant il lui faudra encore attendre 5 ans pour s’envoler pour la première fois dans l’espace. Ces années de préparation sont décortiquées de long
en large et donne un aperçu de ce qu’est la vie d’astronaute, loin de l’imaginaire collectif.
Les plannings sont surchargés. Entraînements physiques et cours théoriques s’enchaînent
à un rythme effréné. Les astronautes doivent tout savoir. Connaître sur le bout des doigts la
notice de chaque équipement présent dans la station spatiale internationale. Et comme son
nom l’indique, c’est une station dans laquelle cohabite plusieurs nationalités. Les
astronautes partagent donc leur temps entre les différentes agences (russe, américaine,
canadienne, japonaise et européenne). Ils doivent connaître le matériel et les notices de
chaque agence, et dans la langue du pays ! Outre l’apprentissage théorique, ce qui impressionne dans cette BD, c’est l’entraînement physique auquel ils sont soumis. Au fil des pages, on découvre les nombreux équipements de préparation : les centrifugeuses, les piscines d’entraînement, les simulateurs de soyouz … Tous sont schématisés, expliqués. Ces notions complexes deviennent alors accessibles. L’utilisation de comparaisons plutôt inattendues mais finalement très parlantes, comme celle d’un poivrier pour représenter un soyouz, s’avèrent redoutablement efficaces. Les ajustements concernant la vie quotidienne pour faire face à l’impesanteur sont eux aussi explicités. Et l’auteure n’oublie aucun détails, ce qui donne lieu à des passages assez comiques. En somme, cette bande dessinée est un vrai plaisir à lire et une réussite en terme de vulgarisation scientifique. Toutes les facettes du métier d’astronaute sont explorées, des notions les plus complexes aux éléments de la vie quotidienne les plus anodins. Elle est accessible à tous et gagne facilement son public grâce à son ton humoristique et décomplexé. Véritable succès de librairie, elle s’avère être une porte d’entrée séduisante pour aborder le monde de l’aérospatial aux côtés de son représentant français.

 

Salomé Giron


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search