2021 ◊ Death Stranding, un jeu vidéo ambivalent

Fort de ses nombreuses distinctions, dont celle du meilleur jeu de l’année (2019), ses critiques voient en lui une forme d’écho avec la pandémie que nous traversons…

Le jeu se déroule aux Etats-Unis suite à un évènement cataclysmique… Aux commandes de Sam porter Bridges (acteur de la célèbre série The Walking dead), le joueur incarnera un coursier en charge de livrer des fournitures aux colonies humaines isolées. Il s’emploiera également à les reconnecter à l’aide d’un réseau de communication sans fil.





Sorti fin 2019, le jeux vidéo Death Stranding a suscité notre curiosité en raison de son mode de réalisation et du soin apporté à sa narration. Une trame narrative aux qualités de production cinématographique avec la participation de divers acteurs : Norman Reedus, connu pour un rôle principal dans The Walking Dead, Mads Mikkelsen connu pour jouer le célèbre psychopathe dans la série Hannibal, Léa Seydoux, Guillermo Del Toro…  Tous modélisés à l’aide du procédé de performance capture, un procédé qui permet un réalisme plutôt bluffant. De quoi s’agit-il ?  D’un procédé « technique vidéographique qui permet d’enregistrer les déplacements d’un être vivant ou d’un objet dans l’espace, et de les restituer sur un ordinateur afin de réaliser des images de synthèse ou des effets spéciaux » (Larousse.fr).

A gauche, Madd Mikelsen avec un casque de performance capture. A droite, le rendu vidéographique.

A gauche, Madd Mikelsen avec un casque de performance capture. A droite, le rendu vidéographique.

La dernière création du studio japonais dirigé par Hideo Kojima (créateur du célèbre Metal Gear) a été depuis sa conception, dépeinte à la fois comme une production originale et un pari risqué. Le journaliste au pseudonyme « Panthaa » de la rédaction de jeuxvidéo.com récapitule assez bien ce dont une large partie de ses joueurs témoignent : « une aventure qui se doit d’être jouée pour être jugée »[1].

Trame 

Dans un monde détruit par un phénomène surnaturel, le « death stranding » – un phénomène cataclysmique à l’allure fantaisiste – le monde des vivants et celui des morts a plus de frontière. Pour se protéger d’une pluie qui provoque le vieillissement de quiconque s’en fait asperger, les humains se sont réfugiés dans des souterrains.  Parallèlement, une société privée tente de construire un réseau de livraison de matériel et de souvenirs du monde passé. Pour cela, les humains ont besoin de livreurs.

Dispositif Bridge baby

On incarne donc l’une de ces rares personnes qui a encore le courage de quitter la vie sous terre pour sortir à l’aire libre. Equipé d’une capsule dans laquelle se trouve un fœtus qui a le pouvoir de détecter les fantômes ( Voir photo ci contre) dans un environnement hostile, le personnage principal s’est vu confier une mission, celle de redonner de l’espoir aux Etats-Unis en reliant les différents îlots de survivants entre eux. Le personnage va effectuer un tas de livraisons à pied ou en véhicule en sillonnant des Etats-Unis dévastés.

Mêlant une conception surnaturelle à celle d’un monde qui ne nous est pas étranger, la production de Kojima est empreinte d’une dimension philosophique, politiques, sociologique et ésotérique « qui tentent de relier d’un même fil narratif la question de l’origine de l’univers et celle de la mort »[2]. S’ajoute à cette amplitude de sens, la possibilité pour le joueur d’entrevoir des références à la physique quantique compte tenu par exemple des lois physiques qui régissent l’extraordinaire pluie vieillissante qui tombe sur l’environnement du jeu… Plusieurs références donc avec en toile de fond la question « de l’ubérisation de la société, de la guerre, de toutes les guerres, de l’apocalypse nucléaire… » …

Photo du jeu Death stranding tirée de la présentation du jeu lors du salon de l’E3 en 2018.

Hormis tous ces soubassements quelques peu agités, le jeu se démarque des productions habituelles. En termes de jouabilité, il ne s’agira pas de tirer sur le premier venu, ni de s’infiltrer, non… Le jeu s’apparente davantage à une autogestion réaliste de son personnage pour réaliser de longues randonnées (voire d’escalade) dans des décors somptueux laissant place à la contemplation. Death stranding est donc un parfait mélange entre une œuvre cinématographique dystopique et un jeu d’aventure pour lequel il semble difficile d’identifier ce qui constitue sa réussite et sa capacité à émouvoir.

[1] Panthaa « Le test sans spoiler d’un chef d’œuvre dépaysant… », in jeuxvidéo.com, 2020

[2] Corentin Lamy « On a testé Death stranding », le jeu vidéo hors des santiers battus », in LeMonde, 2019


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search