2021 ◊ L’Etoile du Nord

 

L’Etoile du Nord est le nom donné au réseau ferroviaire passant par la gare d’Ermont-Eaubonne, mais c’est également celui de la sculpture d’Andrea Lomanzo érigée à côté de cette gare.

Sculpture d’Andrea Lomanzo, inaugurée le 16 mai 2009

Sculpture d’Andrea Lomanzo, inaugurée le 16 mai 2009 Photo : Marie Draghi

La sculpture et le sculpteur 

Réalisée en mémoire de l’ancienne usine SNCF du quartier de la gare d’Ermont-Eaubonne, cette sculpture trône fièrement sur un bloc de granit aux abords d’un grand rond point dominé en son centre par une fontaine. Durant toute la journée, les voyageurs allant et venant à la gare d’Ermont Eaubonne, ainsi que les voitures constituant un trafic ininterrompu, passent devant cette œuvre d’acier. Celle-ci est composée d’une roue, faisant référence à une locomotive, encadrée de tubes et de plaques d’acier rectangulaires évoquant les rails de chemin de fer.

L’artiste, Andrea Lomanzo, est français d’origine italienne et vit lui-même en région parisienne. A ses débuts, ses œuvres étaient taillées dans la pierre ou encore le marbre, puis, il s’est spécialisé dans la sculpture abstraite sur métal. Il fait rayonner son art à toutes les tailles, aussi bien dans des bijoux, qu’à travers des œuvres monumentales en France ou encore en Pologne. En 2009, il a été contacté par le conseil de quartier d’Ermont-Eaubonne pour réaliser la sculpture qu’il nommera « l’Etoile du Nord », hommage aux employés de l’ancienne usine de rechapage de roues située non loin de la gare dans les années 1870. Cette œuvre a été inaugurée le 16 mai 2009 à l’angle de la rue de la Gare et de celle du Grand Grill.

L’Etoile du Nord : témoin de l’histoire ferroviaire à travers les siècles

La première voie ferrée entre Paris Nord et Creil date de 1845. Sur cette ligne, la gare d’Ermont Eaubonne voit sa naissance en 1852. Refaite en 1878 et en 2005, cette gare s’entoure de magasins et de l’usine d’aciérie où travailleront 160 employés au rechapage des roues par un moulage d’acier.

A ses débuts, le train effectuait différents détours à travers le Val d’Oise. Ceci était dû à la présence de la Seine au milieu du territoire et à celle d’un unique pont pour la traverser. Ce pont a d’ailleurs été représenté un grand nombre de fois par Claude Monet dans ses peintures.

En 1851, les habitants devaient franchir la Seine à pied pour rejoindre la gare par un pont payant. Pour pallier ce problème, la construction du pont métallique permettant au train d’aller jusqu’au cœur d’Argenteuil, débuta en 1862. Par la suite, le réseau se développa jusqu’à Paris Saint-Lazare, grâce à une entente (pas toujours facile) de la Compagnie de l’Ouest et de la Compagnie du Nord des chemins de fer. Pour que tout le monde y trouve son compte, la gare d’Ermont-Eaubonne a même dû être déplacée. Mais le 1er août 1863, la liaison Ermont-Argenteuil a été inaugurée en présence de la princesse Mathilde Bonaparte en personne, nièce de Napoléon Ier et cousine de Napoléon III. Habitante de Saint-Gratien (une des gares du réseau) et ayant son domicile parisien vers Saint-Lazare, ce peut-il qu’elle fut une des principales voyageuses empruntant cette ligne ?

                                                                                     Marie Draghi


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search