Yoko Tsuno, une électronicienne aux confins du réel

Yoko Tsuno, c’est un souvenir nostalgique de jeunesse, peut-être aussi l’amie que j’aurais rêvée avoir. Belge d’origine Japonaise, la belle Yoko est ingénieure en électronique, ceinture noire d’aïkido et pilote le planneur comme l’hélicoptère. Vous trouvez ça too much ? C’est sans compter sur sa profonde humanité qui en font un personnage extrêmement attachant, loin des standards de super-héroïnes.

Née sous le crayon de Roger Leloup en 1970, Yoko évolue depuis 29 albums entre science-fiction et fantastique. Généralement accompagnée de ses deux amis, Vic et Pol, la jeune électronicienne se retrouve toujours embarquée au détour d’une mission dans une aventure extraordinaire. Des intrigues qui la conduisent en Allemagne, en Chine, mais aussi dans le passé et dans l’espace !

Très jeune, Roger Leloup se passionne pour la mécanique. Il confectionne des maquettes en bois et collectionne des insectes qui lui servent d’inspiration. L’auteur ne manque jamais de peupler les aventures de Yoko d’avions, de vaisseaux ou d’autres moyens de locomotion en tous genres, à la beauté et au réalisme saisissants. Une habitude qui n’est pas sans rappeler un certain Hayao Miyazaki. La passion de Roger Leloup transparait nettement dans les univers dans lesquels Yoko évolue. Et celui-ci ne fait pas les choses à moitié ! Son œuvre est à la fois bien documentée et bien illustrée. On ne peut qu’apprécier la qualité du dessin, à la limite parfois du dessin industriel : le trait est précis, minutieux. Tout est pensé dans les moindres détails, des machines aux décors. Et Leloup est aussi généreux dans ses dessins qu’à fournir des explications techniques concernant le fonctionnement de ses inventions.

 

Mais Yoko Tsuno n’est pas juste une bande-dessinée intelligente. Ce petit bijou ne serait rien sans son héroïne, indépendante, déterminée et courageuse, élégante en toutes circonstances. Même, dans ses aventures les plus sombres, face aux ennemis les plus terribles, Yoko nous rappelle toujours la valeur de la vie humaine, l’importance de la famille et des amis. Ainsi, que ce soit au côté des Vinéens, ce peuple extra-terrestre à la peau bleue, ou dans le Bruges du XVI e siècle, les aventures de Yoko nous happent et nous relâchent toujours à la fin avec le sourire aux lèvres et la tête pleine de rêves…


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search