Néonicotinoïdes : Une contamination irrémédiable des écosystèmes d’Europe?

Plusieurs années après leur interdiction, les néonicotinoïdes ont envahi nos sols et nos écosystèmes selon des études récentes. Trois pesticides, reconnus toxiques pour les abeilles et autres pollinisateurs, sont interdits d’utilisation en Union Européenne (UE) depuis 2018. Ces pesticides, de la famille des néonicotinoïdes, continuent de faire des ravages aujourd’hui. Malgré des conditions d’utilisation fortement restreintes et contrôlées, ils ne cessent de se propager dans l’environnement et de menacer la biodiversité. Ces derniers mois, de nombreuses études portées par des équipes européennes, ont mis en évidence une dissémination non négligeable de ces néonicotinoïdes dans les sols et les eaux de rivière. Les conséquences sont visibles. Les organismes vivants dans ces écosystèmes : abeilles, fourmis, vers de terre ou encore insectes d’eau douce, sont fortement impactés.

Réglementation en Union Européenne

Pesticides les plus utilisés à travers le monde, les néonicotinoïdes sont également les plus dangereux pour nos écosystèmes. Trois d’entre eux ont vu leur utilisation restreinte dans les États de l’UE en 2013, avant d’être bannis en 2018. Certaines cultures possèdent des dérogations. C’est le cas de plantations sous serre entre les années 2013 et 2018. Elles étaient alors considérées comme sécurisées avec des chances de contamination extérieures très faibles. Plus récemment, on peut noter l’autorisation accordée en décembre 2020 pour le traitement des betteraves à sucre, dans l’optique de lutter contre un puceron vert transmetteur de la jaunisse.

Malheureusement, des études récentes ont démontré, par le biais d’expériences en laboratoire et d’ analyses sur des terrains agricoles français, que les contaminations étaient monnaie courante et les conséquences importantes. Une contamination généralisée des sols Une étude française 1 a analysé des prélèvements de sols agricoles datant de 2016 et provenant de la zone Atelier Plaine; Val de Sèvre, un territoire d’étude de la biodiversité de 450km 2 . Le résultat est sans appel. Tous les sols, qu’ils aient été ou non traités par le passé, présentent des traces d’au moins un pesticide. Dans 90% des cas, il s’agit d’imidaclopride, un des trois néonicotinoïdes interdit depuis 2013. Une seconde étude française 2 , datant de 2020, a aussi enregistré une contamination de fleurs sauvages dans l’ouest de la France, que celles-ci soient proches ou à distance d’un champs traité ou anciennement traité.

La propagation à une aussi grande échelle de ces pesticides, a plusieurs origines. Dans une culture traitée par pulvérisation, seulement 5% des pesticides se retrouvent sur les plants. Les 95% restant sont absorbés par le sol, charriés par les vents vers de nouveaux terrains, ou encore emportés dans les eaux de ruissellement et d’irrigation qui rejoignent ensuite les rivières. La durée de vie des néonicotinoïdes dans les sols est variable, parfois jusqu’à plusieurs années. Dans un champ n’ayant jamais été traité, les risques de contamination dépendent de différents paramètres : son emplacement, plus ou moins proche d’un champs traité ou anciennement traité ; les vents, vecteurs de propagation ; et la nature de son sol. En cas de pluie et de retombées de néonicotinoïdes, il a été démontré qu’un sol argileux, ayant une meilleure capacité de rétention d’eau qu’un sol calcaire, présente des quantités d’imidaclopride supérieures.

Un impact sur la faune

Si les disséminations sont nombreuses et peuvent être expliquées, les conséquences à long terme sur la faune commencent juste à être étudiées. En répercussion à la contamination de l’environnement, le miel issu du butinage du nectar de colza présente encore des traces de néonicotinoïdes trois ans après leur interdiction. Les abeilles, au centre de la lutte anti-néonicotinoïdes depuis les années 1990, ne cessent d’être en première ligne. De même, des niveaux de pesticides pouvant mettre en danger les vers de terre des terrains agricoles de l’ouest de la France sont retrouvés chez la moitié d’entre eux. Parmi les pesticides retrouvés, l’imidaclopride y est surreprésenté et retrouvé en quantité encore plus importante que dans les sols.

D’autres études, réalisées en laboratoire, ont cherché à observer le comportement des organismes présents naturellement dans ces écosystèmes pollués. Ainsi, en mimant les quantités de néonicotinoïdes retrouvées dans la nature, des chercheurs suisses 3 ont mis en évidence un impact à long terme sur les colonies de fourmis noires de jardin. Ils remarquent une diminution de la taille et du nombre d’ouvrières, en répercussion à une diminution des capacités à rechercher de la nourriture ou à se reproduire. De même, une équipe des Pays-Bas 4 a étudié le risque associé à la présence d’imidaclopride à la surface des eaux douces. Si les poissons et amphibiens ne sont pas impactés, ce n’est pas le cas des insectes aquatiques. Le déclin d’insectes aux Pays-Bas est documenté et les résultats de cette expérience apportent une explication plausible au phénomène. Le taux de néonicotinoïdes retrouvé à la surface de l’eau serait toxique pour certains insectes.

Si le mode d’action et les effets des néonicotinoïdes sur les cultures traitées sont connus, nos connaissances sur leur dissémination dans les écosystèmes et les conséquences à long terme le sont moins. La contamination des sols atténue les effets bénéfiques de l’agriculture biologique et menace la biodiversité. Malgré la décision d’interdire certains néonicotinoïdes, leur utilisation dans le passé et les dérogations accordées continuent d’affecter nos écosystèmes. Certains pays de l’UE demandent régulièrement des dérogations. Une responsabilisation des États serait nécessaire afin de diminuer les demandes de dérogations et favoriser la mise en place d’alternatives naturelles aux pesticides.

 

  1. D. Wintermantel et al. Science of the Total Environment (2020)
  2. C. Pelosi et al. Agric. Ecosyst. Environ. (2021)
  3. D. Schläppi et al. Communications biology (2020)
  4. N. Thunnissen et al. Chemosphere (2020)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search