Sahara et le Césium

Début février 2021, un nuage de poussière de sable du Sahara arrive en France grâce à des conditions météorologiques favorables. Après analyse des échantillons, les scientifiques retrouvent des traces de césium 137, un élément radioactif issu des tests nucléaires français dans les années 60.

Pas de danger radiologique d’après l’IRSN.

Au total, il est retombé 80 000 Bq (becquerels) au km² de césium 137. Cette valeur est extrêmement faible et n’est heureusement pas synonyme de dangerosité pour la santé. L’IRSN (institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) indique que les retombées radiologiques sont négligeables.

Le césium a une demi-vie d’environ 30 ans. Il faut 30 ans pour que la moitié des atomes se désintègrent et que la dangerosité baisse d’autant. On considère qu’il faut 10 périodes pour que la radiotoxicité d’un élément tombe en dessous du niveau de radioactivité naturelle. Le fait que ces retombées de césium 137 soient négligeables pour la radioprotection vient de deux facteurs :

– La désintégration naturelle : les essais ont eu lieu dans les années 60, la radiotoxicité adonc été divisé par 4 depuis.

– La dilution : Le césium 137 produit par les explosions nucléaire a été largement dilué dans l’immensité du Sahara, la quantité de césium réellement présente dans ces retombées est infime. 

Néanmoins si le danger radiologique est écarté, ce phénomène de retombé de poussière augmente considérablement la concentration en particule fine et provoque une pollution atmosphérique qui n’est pas négligeable.

Un rappel des agissements de la France.

Le Césium 137 n’existe pas dans la nature et provient exclusivement d’activités humaines. On le retrouve notamment après des accidents nucléaires comme ceux de Tchernobyl ou Fukushima. En l’occurrence ici, vu la provenance du sable, ce césium 137 est un reliquat des essais nucléaires français menés pendant les années 60 dans le désert du Sahara. Le premier essai : « La gerboise bleue » date de 1960.  Entre 1960 et 1966, ça n’est pas moins de 17 essais nucléaires qui seront réalisés par la France dans le sud de l’Algérie. Les accords d’Evian signés en 1962 obligeront la France à quitter le territoire Algérien pour ses essais atomiques à partir de 1967. La France continuera les essais atomique en Polynésie pendant près de 30 ans jusque 1996, fin officielle des essais français.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search