L’Arbre aux Hérons ou la joie de donner vie à ses rêves

Depuis 2004, l’Ile aux Machines est installée sur l’Ile de Nantes, aux bords de la Loire. Un partenariat entre Nantes Métropole et la compagnie « La Machine », croisant le théâtre et l’urbanisme, a permis l’installation d’un atelier où collaborent des artistes, techniciens et décorateurs de théâtre. Né de l’imagination de François Delarozière et Pierre Orefice, le public a découvert en 2007 le Grand Eléphant et la Galerie des Machines, puis en 2012, le Carrousel des Mondes Marins. Le projet initial prévoyait aussi la conception de l’Arbre aux Hérons dont une branche prototype est visible depuis 2007. Les visiteurs admirent, se promènent et patientent en observant les gestes et le savoir-faire de ceux qui donnent vie à ce projet rêvé. Au cœur de la création d’un nouveau jardin urbain, le Jardin Extraordinaire, l’Arbre aux Hérons s’inscrit petit à petit dans l’environnement. Dessiné, rêvé, imaginé, ce sont des techniciens, des artistes peintres, des mécaniciens, hommes et femmes qui œuvrent à sa conception. 1700 tonnes d’acier feront une sculpture de 35 m de haut et 50 m de diamètre. Le tronc, de 15 m de diamètre, portera des jardins suspendus où les visiteurs pourront déambuler. Le monde souterrain sera également accessible aux curieux. Un bestiaire mécanique de trente animaux et plantes habitera les lieux, surplombés par un couple de hérons, nichant à la cime de l’arbre. Ces oiseaux mécaniques déploieront leurs 91 plumes sur 16 m d’envergure pour faire voler une quinzaine de passagers à plus de 40 m au-dessus de la ville ! Une occasion de voir les lieux autrement et de célébrer l’ingéniosité des techniciens et l’imagination des artistes qui feront partager leurs rêves au public. Chaque jour, ils œuvrent à donner vie à cet incroyable projet grâce à leur savoir-faire. Le projet s’inscrit dans une aventure artistique, humaine et industrielle. Des temps de partage avec les habitants permettent de l’inclure dans la vie locale, les ateliers sont ouverts aux visiteurs plusieurs mois par an, exposant les avancées en cours. Les artistes présentent les machines au public, leur fonctionnement et leur donnent vie. Plusieurs animaux du bestiaire sont déjà prêts (créations de Pierre De Menecquenem) : une chenille, un colibri, un paresseux et depuis peu un caméléon aux couleurs irisées qui étend sa langue pour attraper des mouches ! L’aventure se poursuit jusqu’en 2024 où l’Arbre aux Hérons deviendra réalité. Souhaitons que d’autres rêves fleurissent d’ici-là, pour continuer de les partager à l’Ile aux Machines.

Nathalie ROTH


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search