Le méchant médecin dans l’imagerie populaire

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Dans notre société et notre imaginaire, le médecin tient un rôle tout à fait singulier. De par ses grandes responsabilités, sa capacité à influer sur la santé soit, sur la vie, il est parfois perçu comme un membre à part, un individu avec de grands pouvoirs. Sur un bateau, il est surnommé le sorcier. Son surnom marin représente bien la superstition qui entoure le personnage. L’imagerie mystique s’est fixée sur cet homme comprenant mieux le corps d’autrui qu’autrui. Manipulant l’invisible pour le commun des mortels à savoir les bactéries, les os sous la peau, les muscles, il détient alors la connaissance et voit ce que l’on ne voit pas. Soulignons également le fait qu’un docteur défie l’ordre naturel de la vie et de la mort et qu’il se heurte très vite à notre conception traditionnelle héritée du christianisme.
Pour toutes ces raisons, il est possiblement vu comme un être au grand pouvoir, un « sorcier ». Or le pouvoir en définition politique est la « capacité de nuisance ». Puisqu’il détient de tel pouvoir, le médecin a fait l’objet d’une crainte qui se retrouve dans l’imagerie populaire. Malheureusement pour lui, le médecin est un voir – le – symbole de la médecine.
Pour comprendre pourquoi James Bond se bat contre le méchant Dr. No ou Spiderman affronte le Dr. Norman Osborn ou le Dr. Octopuss, il est nécessaire de faire un saut jusqu’ au XIXème siècle et d’y trouver un début de piste. Deux phénomènes historiques ont à la fois forgé l’imaginaire du médecin mais furent aussi des traductions de cette méfiance déjà ancrée. Il s’agît de l’histoire de Jack L’Eventreur et du roman de Stevenson, L’étrange cas du Docteur Jekyll et de Mr. Hyde.

Jack l’éventreur :

La série de meurtre spectaculaire dans le quartier de White Chapel a été un évènement traumatisant pour les londoniens. Elle s’inscrit en plus de cela dans une époque révolutionnaire concernant la transmission de l’information. C’est la grande mode du journal, son succès repose déjà sur le sensationnalisme et l’émotion, ici, celle de la peur.
L’information n’est pas le seul apport du journal. Il diffuse des idées, amène le débat public, la discussion entre deux londoniens sur un fait divers etc… Jack l’éventreur devient vite un sujet d’ampleur. Tout comme le XVIème siècle est le siècle d’or de l’Espagne, le XIXème, lui, est celui des Royaumes Unis. La city a une influence idéologique immense sur le monde entier. Si le coton est la meilleure fibre vestimentaire pour l’économie londonienne alors le coton gagne les autres pays au profit de la laine. Si la city a peur des hommes en blouse, alors le Portugal en aura peur après avoir eu écho des meurtres sanguinaire dont le suspect est… un médecin !
En effet, sans s’étaler sur le caractère glauque des crimes, Jack l’éventreur opérait de manière assez chirurgical et plusieurs éléments ont conduit les autorités britanniques à établir le profil type d’un médecin. L’opinion populaire s’est vite accommodé de ce bouc-émissaire social. Peut-être par méfiance patente à l’égard de la profession ? Tout cela est difficile à cerner, nous ne pouvons que rappeler que l’acteur principal de ce feuilleton traumatisant dans la capitale de ce qui était à l’époque le plus grand empire du monde est un médecin dans l’esprit des anglo-saxons.


Dr Jekyll et Mr. Hyde

 



Depuis tout temps et sous toutes ces formes, l’art véhicule le ressentit de son auteur sur le monde qui l’environne. Si le XVème siècle est celui de la peinture et des grands maîtres (Michel Ange, Botticelli), le XIXème est communément admis comme étant celui du roman (Victor Hugo, Zola, Charles Dickens). A cette époque, le succès du genre littéraire a des répercussions sur l’imaginaire des lecteurs par le biais des protagonistes symbolisant un élément de la société (Gavroche par exemple). Presque tous les atomes de la société sont traités dans les romans. Le médecin n’y échappe guère dans la célèbre histoire de Stevenson : L’étrange cas du Dr. Jekyll et de Mr. Hyde.

Ce livre nous intéresse car il est une œuvre majeure dont la portée et l’influence se ressent possiblement 140 ans plus tard. De plus il caractérise l’ambivalence du médecin chez un personnage dans la dualité du bien et du mal. C’est le mal qui triomphe et Mr.Hyde qui assassine. Fut-ce un témoignage de la méfiance envers le médecin, son point de départ, ou les deux ? Quoiqu’il en soit nous retiendrons qu’un monument de l’art majeur de son temps dont la renommée a traversé plus d’un siècle met en scène un docteur assassin. Pour ne pas arranger les choses dans un Londres victorien déjà associé au lugubre avec l’épisode de Jack l’éventreur et les quartiers malfamés de bar à opium entre autres. Il est alors fort probable que cette œuvre soit une influence dans l’imagerie populaire.

Cependant, le cas du médecin n’est pas aussi simpliste et manichéen. Ils échangent parfois leurs blouses contre des capes de super-héros dans l’univers Marvel comme l’indique l’article en annexe.

Méchant ? Gentil ? Les deux assurément. C’est là toute la spécificité de la profession. Le médecin dans l’imaginaire populaire est un personnage ambivalent, affilié à la sécurité (Dr. Jekyll) et au danger (Mr. Hyde). Peut-être est-il associé à la fois au bien (la vie) ou au mal (la mort) puisqu’il est aussi bien un passeur vers la vie à la maternité et un passeur vers la mort au moment de l’extrême vieillesse ?

 

 


Sources :
https://www.historia.fr/la-chronique-de-nota-bene/jack-leventreur-et-le-r%C3%B4le-de-la-presse
https://www.londresmag.com/2019/08/01/jack-leventreur-la-realite-a-lorigine-du-mythe/
https://nospensees.fr/jekyll-et-hyde-le-bien-et-le-mal/

Annexe :
Les Scientifiques ‘Marvel’ : Des (Super) Héros en Blouses Blanches, Sylvain Rimbault


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search