La médecine sportive. De la cigarette tolérée

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories. La médecine sportive. De la cigarette tolérée aux régimes alimentaires stricts.

La compétence sportive dépend en grande partie du talent intrinsèque mais aussi de
l’outil qui lui permet de l’exploiter au maximum et de l’exprimer à savoir : le corps. Être le
plus talentueux ne suffit plus, il est nécessaire de profiter de la meilleur condition physique
possible. Le sport de haut niveau étant une compétition, comprendre les mécanismes du
corps pour arriver à de meilleurs résultats est une aide salutaire, de même que l’entretien du
corps, la guérison des blessures, la rééducation et même la nutrition.

On remarque de plus en plus la présence de la médecine dans le monde du sport surtout
professionnel ou elle cohabite jusqu’au foyer des sportifs. L’accompagnant à sa table, dans
son assiette, dans son bain glacé après un effort pour une meilleure récupération musculaire ; elle est sa conscience professionnelle. Prescripteur, manuel de mode de vie sain utile à quiconque prétend remporter la compétition, le sportif sérieux est un sportif qui l’emporte partout avec soi.

Les équipes olympiques ont des staffs médicaux, les critiques sportives sont moins indulgentes lorsqu’un joueur traîne quelques kilos en trop. Et pourtant si l’on s’aventure quelques décennies en arrière l’exigence athlétique n’étaient pas aussi liberticides pour les compétiteurs. Aucune révolution incroyable n’a impacté les connaissances anatomiques. C’est le comportement, l’adoption d’un esprit dans le sport qui s’est imposé de lui-même mais pas que… La médecine sportive a bénéficié d’un coup de pouce, elle fut impulsée par les dirigeants de club, les sponsors etc.. qui ont de gros désavantages à voir leur écurie décimée par les blessures perdre face à des adversaires dont les sucres lents ont composé le déjeuner. Ce faisant, les athlètes se sont calqués sur l’hygiène de vie des vainqueurs et la rigueur médicale a accrue la compétitivité.

Une histoire de gros sous ?

De manière croissante, le sport génère de plus en plus d’argent avec la démocratisation des télévisions – donc des droits d’image -, la publicité et les sponsors. En NBA, golf ou football, jamais les salaires n’ont atteint un tel palier. Jamais une victoire du championnat n’attirait autant de rentrée d’argent par les sponsors (20 millions annuels déboursés en 2017 par Rakuten afin d’avoir son logo visible sur le maillot des Warriors de San Francisco en NBA). Jamais un titre de meilleur joueur des play-offs n’attirait autant d’entreprises, chéquier à la main en proposant à une star de tourner une publicité de shampoing. Johan Cruyff sur cette photo commet un acte qui serait aujourd’hui sanctionné par les dirigeants de club. Rappelons qu’un joueur de football est sous contrat, son corps est l’outil de travail de ses employeurs. Comme un industriel qui assurerait une machine contre la dégradation, les dirigeants contractent des assurances sur les mains des gardiens ou les jambes des attaquants. Celles de C. Ronaldo ont été assurées à 103 millions d’euros par le Real Madrid en 2013. On comprend mieux pourquoi les joueurs sont incités à adopter une attitude médicinale d’eux même. Imaginons que les 4 joueurs fumeurs de l’équipe de France de Tennis affronte l’équipe Suisse composée de 4 joueurs non-fumeurs. Est-ce que Lacoste serait ravis de perdre contre Nike et glanerait l’innocente maxime « L’important c’est de participer » ? Il est donc possible que l’explication trouve son origine dans la dimension monétaire du sport. Johan Cruyff gagnait 360 000 euros annuels au FC Barcelone en 1973. C’était le transfert record de l’époque. Cristiano Ronaldo au Réal Madrid, 40 ans plus tard avait un salaire annuel de 21 millions, soit 58 fois plus ! En 1973 Cruyff fumait devant les photographes, C. Ronaldo a son nutritionniste personnel. Nous ne pouvons à ce stade que nous interroger sur l’évolution simultanée de la médecine dans le sport de haut niveau et de l’évolution des capitaux, sans ne pouvoir rien affirmer. Notons également que le comportement sain dit « professionnel » gagne les amateurs mais aussi les futurs professionnels du sport à savoir les étudiants STAPS disposant d’Unité d’Enseignement théoriques concernant l’anatomie et la prévention des blessures.


Sources :
https://www.basketusa.com/news/446725/les-lakers-devoilent-un-sponsor-maillot-pour-12-a-14-millions-de-dollars-annuels/
https://ufr-staps.univ-lyon1.fr/formations/licence-et-master
https://www.footichiste.com/2020/05/27/footballeurs-fumeurs-cigarettes/

https://www.sofoot.com/johan-cruijff-le-business-man-volant-204691.html


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search