L’entente cordiale entre la science et le capital: le cas de l’obsolescence programmée

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Le modèle capitaliste de l’économie mondiale prend son envol au XIXème siècle avec
l’innovation et l’invention de nouveaux procédés de production. Parmi eux, le machinisme
effréné qui selon Karl Marx est inarrêtable (sauf par une révolution du prolétariat) depuis
que le libre-échange légiféré entraine la concurrence. Cette dernière est mû par la volonté
de réduire toujours et toujours les frais de production afin d’être le plus compétitif.


Le XIXème siècle est alors une période d’augmentation spectaculaire de la quantité de biens
produits. Parallèlement, les industriels cherchent à se démarquer sur le marché en s’intéressant -cette fois- à la dimension qualitative du bien. La tâche est de créer le produit le
plus fiable possible, celui qui résiste à la dégradation du temps et que le poids des années
d’utilisation n’use qu’un peu.


Cependant, cette ingénierie du produit ultime est vite abandonnée pour des raisons
économiques. Le capital ayant comme condition de survie une consommation continue, il ne
peut se permettre de produire les outils de sa propre destruction : des objets qui ne
s’achètent qu’une fois car trop robuste.


La science et la technologie s’alignent donc sur ce modèle économique qui leur sied bien, en
plus d’être un terreau fertile pour leur développement. C’est le début de l’entente cordiale
dans laquelle le rôle de la science est d’innover afin d’amener de la diversité et du choix pour
le consommateur. En revanche, dans ce pacte nous le verrons explicite, elle doit poliment se
brider en ce qui concerne la quête du qualitatif. La survie de l’économie capitaliste a fait
stagner l’avancé scientifique et technologique dans certains domaines. Plus que cela, elle l’a
même contraint à reculer. Voyons cela avec quelques exemples :


L’ampoule incandescente


L’ampoule est une découverte de Thomas Edison. En 1881, elle durait 1500 heures.
La marche naturelle de la science, qui amène au perfectionnement et à la maitrise d’une
nouvelle technologie a permis à l’ampoule en 1924 d’atteindre 2500 heures d’utilisation. Par
des recherches et des expérimentations sur les composants des filaments, le produit s’est
bonifié. Jusque-là, rien d’anormal. Pourtant dans les années 40, l’ampoule ne dure plus que
1000 heures.

 

Une ampoule à Livermore


brille depuis 1901 !L’explication se trouve simplement dans la logique économique. Une ampoule qui s’achète toutes les 1000 heures est plus rentable qu’une ampoule vendue toutes les 2500. « C’est dangereux pour les affaires » pour reprendre les mots déclarés dans les rapports de réunion du premier cartel du monde : Phoebus. Cartel industriel, il réunit les principaux fabricants d’ampoule pour trouver un point d’accord sur la durée de vie des produits découlant de la découverte d’Edison.

 Leur concurrence ne profite qu’au consommateur qui s’éclaire deplus en plus longtemps pour le même prix. Suite à cela, les recherches des services d’ingénierie et prototype recommencent à 0. Ils établissent de nouveaux calculs dans l’objectif d’atteindre la médiocrité : une ampoule durant 1000 heures soit 2/3 de la durée de vie d’il y a 60 ans à l’époque de l’inventeur américain. Dans cette union d’industrielle de l’ampoule, un cahier était tenu. Celui qui produisait des trop bons produits était sanctionné financièrement.

Les collants en nylon

Dans le même cas de figure, l’entreprise DuPont trouve après des années de
commercialisation, la composition chimique garantissant aux collants résistance et élasticité
pour le plus grand plaisir du consommateur. La solution scientifique aux bas qui s’effilochent
n’est appliquée encore une fois qu’un court temps pour ne pas enrayer un modèle
économique qui doit sans cesse recommencer de produire. Petit à petit la formule
synthétique du Nylon remonte dans le temps, les collants s’appauvrissent en additif
protecteur de la fibre. Tout le progrès qualitatif obtenu par la recherche est alors
abandonné.


L’imprimante

Si l’on veut se rattacher à des phénomènes récents en lien avec notre société de consommation contemporaine ; nous pouvons deviner la tentation pour l’industriel d’inclure
le concept d’obsolescence programmée dans l’électronique. Aujourd’hui les circuits imprimés sont omniprésents dans nos foyers, vous êtes d’ailleurs en train de lire ce texte via un smartphone, un ordinateur ou une tablette qui n’est sûrement pas votre premier appareil acheté. L’exemple qui nous intéresse est celui de l’imprimante. Un logiciel permet aux puces de certaines imprimantes de se réinitialiser


En effet, si l’avancé technologique a pu se brider avec l’ampoule ou revenir en arrière avec
les collants ; elle va jusqu’à devenir purement destructrice pour le cas de cet outil de travail
indispensable. Greffée aux circuits imprimés des imprimantes se trouve une puce
comptabilisant le nombre d’impression. Une fois la quantité atteinte, elle bloque le
mécanisme entier de l’appareil en affichant un message d’erreur la rendant inutilisable. De
manière imagée, la recherche a façonné un cœur fragile dépérissant par l’usure de la
matière (filaments d’ampoule fin, nylon) puis à créer un organe en pleine santé mais
programmée pour s’arrêter après une attaque cardiaque subite. On passe alors d’un
processus voulu d’usure, de mort lente à un processus de sabotage, de meurtre soudain.

Les résistances à ce modèle


Cette mouvance de l’obsolescence programmé s’est naturellement calibrée avec la
loi du marché. La même règle autodestructrice du calcul financier régit tous les aspects de
l’existence comme disait Keynes. Cependant la victoire de ce mode de production qui a
façonné notre mode de consommation puis notre rapport au matériel, notre conception des
biens, a connu des résistances.


Les premières furent éthiques avec un débat interne chez les ingénieurs dans les années 50.
La seconde, idéologique était portée par l’ennemi séculaire de l’économie capitaliste à savoir
l’économie communiste. Son marché régulé à outrance et centralisé ne trouve pas d’intérêt
dans le cycle court de consommation. C’est de là que naît le mythe de l’outillage
d’Allemagne de l’Est incassable. En 1981, une entreprise de Berlin-Est déposait le brevet
d’une ampoule longue durée. La commercialisation n’a jamais eu lieu.


Une loi d’URSS stipulait aussi que l’électro-ménager devait tenir au moins 25 ans alors qu’un
des pères du concept d’obsolescence programmé : Bernard London déclarait que tout
devrait avoir une durée de vie légale de 2 ans, puis être remis à l’Etat afin d’être détruit pour
recommencer les cycles de production, de consommation et de circulation des capitaux.
Selon la droite lignée de l’entente cordiale de la science et du capital depuis plus de 100 ans,
il apparait évident que ce mariage est solide. Malgré certaines crises, le compromis a profité
aux deux partis qui ne cessent de prendre de la proportion jour après jour. Qui des deux
conditionne le comportement de l’autre ? Et surtout la science sera-t-elle capable de trouver
la solution à ce jeu risqué pour la planète ?


Source principale : Prêt à jeter, ARTE, https://www.youtube.com/watch?v=5eSoBBapXCg


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search