5G : les maires ont-ils leur mot à dire ?

La 5G commence sa mise en service, mais les maires s’interrogent sur la stratégie à adopter. De nombreuses communes ont changé d’édile lors des dernières élections municipales, et les nouveaux élus demandent du temps. Côté opérateurs, soutenus par l’État, on annonce déjà une couverture nationale fin 2021. Les temporalités locales et nationales n’ont jamais paru aussi éloignées.

A l’ère de la compétition des métropoles et de l’attractivité des territoires, la ville connectée est devenue un impératif. Il faut dire que les promesses font saliver : imaginez des villes sans embouteillages. Imaginez de ne plus avoir à se déplacer pour voir son médecin, ou encore une réunion de télétravail sans avoir à éteindre sa caméra pour libérer de la bande passante ! Autant d’arguments à même d’attirer habitants et entreprises. Et pourtant…

5G, fromage et amish : le débat de société aura-t-il lieu ?

Hormis à Nice, première ville couverte en 5G, où l’on pratique un « solutionnisme » technologique fervent, et mises à part quelques villes comme Lannion, qui bénéficient des retombées économiques directes des entreprises leaders du secteur, la tendance n’est pas à l’engouement.

Sébastien Soriano, président jusqu’à la fin de l’année dernière de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (ARCEP), analyse : les progrès technologiques « ne sont plus nécessairement vus comme positifs par défaut ».

Sur fond de crise sanitaire, la méfiance parait avoir augmenté, tout comme semblent avoir changées les priorités données par les citoyens à l’action publique. Les nouvelles assemblées municipales s’en font l’écho.

Après Grenoble, c’est Strasbourg, Bordeaux, Lyon ou encore Marseille qui demandent désormais un moratoire sur le déploiement, dans une tribune parue le 13 septembre dans le Journal du Dimanche, accompagnés de plusieurs dizaines de maires. Lille adopte le même principe quelques jours plus tard, alors que Paris promet une concertation citoyenne et Nantes un débat.

On y invoque un impact environnemental majeur et peu étudié. La hausse attendue de la consommation de donnée augmentera les besoins énergétiques des serveurs. Le remplacement des appareils non compatibles obligera à une intensification de l’extraction de terres rares, extrêmement polluante. C’est enfin l’internet des objets (IoT) qui est discuté, et à travers lui un modèle de société : a-t-on vraiment besoin d’« un frigo qui nous dit quand on a plus de fromage » ? s’interroge Delphine Jamet, première adjointe au maire de Bordeaux.

 « On risque encore d’être oubliés »

Mais à la tête de l’État, on veut aller vite, rattraper le retard. En comparant les auteurs de la tribune à des « amishs », M. Macron se positionne en champion du progrès technologique, quitte à caricaturer les positions divergentes ou attentistes, convention citoyenne incluse.

Qu’importe, depuis cette tribune, d’autres voix continuent de s’élever. A Mitry-Mory (Seine-et-Marne), la maire Charlotte Blandiot-Faride rappelle la réalité du terrain : raccordement à la fibre « toujours problématique », « déconnexions sauvages par les opérateurs »… Chaque changement de technologie induit une obsolescence de la précédente, et son lot de laissés-pour-compte.

Sans oublier que des centaines de communes rurales sont encore en zone blanche. Francis Fagegaltier, maire de Saint-Maurice-aux-riches-hommes (Yonne), partage son pessimisme : « on risque encore d’être oubliés ».

Les élus locaux, entre influence et impuissance

Après la fronde contre les compteurs Linky et les arrêtés anti-pesticides, les maires semblent soucieux de cultiver une image de premier acteur écologiste de terrain. Positionnement opportuniste ou sursaut de démocratie en l’absence d’un grand débat national ? Nombre de villes continuent quoiqu’il en soit de se vivre comme la caisse de résonance des préoccupations sociétales, à l’instar de Fontenay-Sous-Bois, ainsi devenue le 26 novembre dernier la première ville à prendre un « arrêté anti-5G ».

L’influente Association des Maires de France (AMF), souvent en tension avec le gouvernement ces dernières années, joue cette fois-ci la carte du dialogue, sans prendre parti. Ce rôle de tampon convient bien au gouvernement, qui accède à quasi toutes les demandes de l’AMF : simulations d’implantation, augmentation des contrôles, information préalable… les maires seront réaffirmés dans leur rôle d’organisateur local. De quoi remettre en perspective les débats qui se jouent dans les arènes médiatiques ?

Début décembre, l’ANFR a annoncé que 6 886 communes bénéficiaient d’au moins une autorisation de site en 5G. On ne sait s’il faut voir dans cette majorité silencieuse le signe d’une adhésion, de l’indifférence ou d’une résignation, surtout que c’est l’ARCEP qui régit les modalités de déploiement des antennes. Les maires ne peuvent s’y opposer que lorsque le domaine public communal est sollicité. Force est de constater malgré tout que les grandes orientations technologiques peinent toujours à trouver un espace de discussion apaisé et légitime.

Les élus donnent rendez-vous au printemps 2021, date à laquelle l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) doit rendre un nouveau rapport sur le sujet. Pour patienter, le rapport sur l’impact carbone de la 5G du Haut Conseil pour le Climat, paru le 17 décembre dernier, n’a pas été de nature à clore le débat. Prudent, il émet des recommandations de bon sens, sans s’engager sur des mesures contraignantes. L’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) avait, quant à elle, conclu en septembre à une absence d’explosion de l’exposition aux ondes.

Avec un temps de latence de l’ordre de la milliseconde, soit des performances 10 à 20 fois supérieures à la 4G, la 5G offre une promesse d’instantanéité et de fluidité à peine pensable. Pourtant, la rencontre entre les préoccupations citoyennes locales et l’agenda national reste encore à imaginer.

 

Sources :

https://www.lagazettedescommunes.com/714497/5g-le-haut-conseil-pour-le-climat-publie-son-evaluation/

https://www.banquedesterritoires.fr/5g-le-manque-de-concertation-irrite-les-grandes-villes

https://www.lejdd.fr/Societe/5g-une-soixantaine-de-maires-et-de-deputes-demandent-un-moratoire-au-moins-jusqua-lete-2021-3991401

https://www.anses.fr/fr/content/d%C3%A9ploiement-de-la-5g-en-france-l%E2%80%99anses-se-mobilise-pour-%C3%A9valuer-les-risques-pour-la-sant%C3%A9

https://www.maire-info.com/numerique/5g-des-centaines-de-communes-couvertes-avant-la-fin-de-l%27annee-article-24779

https://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/macron-et-les-amish-anti-5g-reactions-des-ong-qui-denoncent-un-renoncement-du-president-857253.html

https://www.lagazettedescommunes.com/714694/fontenay-sous-bois-ouvre-le-bal-des-arretes-anti-5g/

https://www.lagazettedescommunes.com/714249/sebastien-soriano-le-rejet-de-la-5g-a-pris-tout-le-monde-de-court/

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lannion/pres-de-80-emplois-crees-autour-de-la-5g-a-lannion-une-tres-bonne-nouvelle-22-12-2020-12678978.php

https://reporterre.net/5G-l-impossible-moratoire-des-maires

https://www.linfodurable.fr/technomedias/nice-premiere-ville-couverte-par-la-5g-21484

https://www.linfodurable.fr/technomedias/5g-la-situation-dans-les-grandes-villes-francaises-22021

https://www.arcep.fr/cartes-et-donnees/nos-publications-chiffrees/experimentations-5g-en-france/tableau-de-bord-des-experimentations-5g-en-france.html

https://www.mitry-mory.fr/actualite/5g-la-ville-applique-le-principe-de-precaution/

https://www.numerama.com/tech/147723-5g-tout-savoir-sur-le-reseau-mobile-du-futur.html

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/en-attendant-la-5g-dans-l-yonne-une-soixantaine-de-communes-sont-toujours-en-zone-blanche-1601311483


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search