Tous les articles par Michel Lette

2018 ◊ la France contre les robots (théâtre)

Le Liberté au Théâtre de l’Alliance Française : La France contre les robots

La Fondation Alliance Française et Le Liberté, scène nationale de Toulon ont le plaisir de vous convier à l’une des représentations de LA FRANCE CONTRE LES ROBOTS de Georges Bernanos au Théâtre de l’Alliance Française (101, Boulevard Raspail – 75006 Paris)Une évocation fulgurante de la vision de Bernanos pour le XXIe siècle à travers les textes lus par Jean-Baptiste Sastre. 

samedi 3 et lundi 5 février à 20h30 

Réservation dans la limite des places disponibles ici

En amont de ces représentations, nous vous convions également à une rencontre avec Gilles Bernanos, Jean-Claude Zylberstein et Jean-Baptiste Sastre autour du thème « Pourquoi Bernanos aujourd’hui ? » ce  soir jeudi 1er février à 19h

Dernières places disponibles > réservation

2018 ◊ Trajectoires (exposition)

« Trajectoires, l’expo qui interroge nos mobilités »

du 9 janvier au 10 mars 2018 à l’Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes

Rendez-vous pour l’inauguration de l’exposition jeudi 25 janvier 2018 !

Après une première saison thématique sur le thème de l’air (2014-2017), le projet « Questions de Sciences, Enjeux Citoyens » ² (QSEC²) se poursuit sur le thème des mobilités à travers une nouvelle exposition itinérante « Trajectoires, l’expo qui interroge nos mobilités »

Continuer la lecture de 2018 ◊ Trajectoires (exposition) 

2018 ◊ arts, sciences et société ( dialogue)

Un événement qui fait dia­lo­guer arts, scien­ces et société pour ima­gi­ner demain

Le 2 et 3 février 2018, 36h en continu, de 10h à 22h

Cité internationale des arts – Site du Marais

Toutes les infos ici

« Nous ne sommes pas le nombre que nous croyons être » est proposé par la Fondation Daniel et Nina Carasso, en partenariat avec la Chaire “arts & sciences” (portée par l’École polytechnique / l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs – PSL / la Fondation Daniel et Nina Carasso) et la Cité internationale des arts.

Cet évènement rassemblera des centaines d’artistes, chercheurs et groupes de travail d’horizons géographiques et disciplinaires très variés autour d’une expérience inédite, en continu pendant 36h. Ils investiront plusieurs espaces de la Cité internationale des arts à Paris, lieu de vie ouvert au dialogue entre les cultures, en invitant les visiteurs à réfléchir sur le présent et à esquisser ensemble des voies d’avenir.

Le fil conducteur de ce foisonnant programme est l’univers romanesque de The Compass Rose (1982), un recueil de nouvelles de l’auteure américaine de science-fiction Ursula K. Le Guin. Nous essaierons de dessiner le paysage de ce qui pourrait exister dans le futur en tirant quelques fils de ces nouvelles et tenterons de sortir de notre zone de confort, d’accepter l’imprévisible, de nous frayer dans l’inconnu et de questionner à nouveau la valeur de la preuve, du doute, de l’accident et de l’enquête. Continuer la lecture de 2018 ◊ arts, sciences et société ( dialogue) 

2018 ♦ alambics en cuivre (objet)

Alambics traditionnels en cuivre et outils de distillation exposés fièrement dans un magasin de cosmétiques parisien

L’essence de la vie : le rôle bénéfique de l’alambic pour notre santé et notre bien-être

(par Nathalie POUDEROUX, Cnam Magister 2018)

On découvre parfois dans les boutiques de cosmétiques d’anciens alambics en cuivre, témoins de l’ancestrale création de nos essences naturelles aux mille et une vertus vers lesquelles on semble tous se retourner.

On parle souvent d’un retour à la nature comme si celle-ci paraissait avoir été perdue par la civilisation moderne au profit des innovations industrielles et des évolutions technologiques. Pourtant, les nombreuses scénographies sur le thème de la chimie dans les magasins de cosmétiques ne sont pas rares. J’ai immortalisé en guise d’exemple le mur d’un magasin de cosmétiques garni d’étagères sur lesquelles trônent des alambics traditionnels en cuivre de formes et de tailles variées ainsi que d’autres outils de distillation comme des pots en cuivre. Ce magasin possède son propre laboratoire, ce n’est pas le seul ! Ces curiosités et mon intérêt pour les produits naturels m’ont conduit à tenter d’expliquer pourquoi l’alambic est valorisé pour témoigner de l’omniprésence de la nature dans notre société et dans nos progrès scientifiques. Continuer la lecture de 2018 ♦ alambics en cuivre (objet) 

2018 ♦ les jardins de Versailles (cliché)

photo de la Grande Perspective prise le 3 juin 2018 dans les Jardins de Versailles (inauguration le 6 mai 1682)

sciences et techniques au service du pouvoir

(par Jeanne-Thalie DEPRINCE, Cnam Magister 2018)

Le pouvoir a besoin d’être matérialisé, ritualisé pour être ressenti par les masses ; que cela soit par l’intermédiaire d’un trône ou d’un bureau ovale, d’un château ou d’une maison blanche. Et lorsque cette matérialisation fait appel aux sciences et techniques, le rayonnement de ces dernières en est décuplé. Ainsi, le château de Versailles et les jardins sont une concrétisation emblématique du pouvoir du roi Louis XIV. Continuer la lecture de 2018 ♦ les jardins de Versailles (cliché) 

2018 ◊ France-Fantôme (théâtre)

« France-Fantôme », la science-friction dans tous ses éclats

Tiphaine Raffier dépeint un futur aseptisé où l’art est dénigré et où les souvenirs des vivants servent de monnaie d’échange pour faire revenir les morts.

Peu de textes de science-fiction sont créés sur scène. Peut-être parce que ce genre nécessite souvent la mise en condition du spectateur dans un univers a priori loin du réel et gourmand en effets spéciaux, alors que le théâtre saute souvent dans celui-ci à pieds joints. La jeune metteure en scène Tiphaine Raffier, au contraire, y a vu la possibilité de parler de tout avec une grande liberté. Comédienne chez Julien Gosselin, dans les Particules élémentaires et dans 2666, elle a travaillé en parallèle durant deux ans sur son propre projet, l’écriture de France-Fantôme, puis sa création en octobre au Théâtre du Nord à Lille, dont elle a suivi l’école de 2009 à 2012.

la suite de l’article de Frédérique Roussel sur le site du journal Libération  ici

2017 ◊ Sexisme Man (bande-dessinée)

Seximsme Man contre le Seximsme

Laisse donc Seximsme Man te guider au travers des aventures du seximsme dans les sciences et les maths. Tu en ressortiras… à peu près pareil, mais peut-être un peu meilleur ?

On parle souvent du harcèlement de rue, du sexisme au travail, mais quid du sexisme dans les maths et les sciences ? On se dit, bah, les scientifiques sont des gens intelligents et éduqués, jamais des gens comme ça ne seraient sexistes… et pourtant, les chiffres comme l’expérience nous démontrent l’inverse. Seximsme Man contre le Seximsme est un petit manuel visant à exposer sans accuser le sexisme dans les milieux scientifiques, en particulier les mathématiques et la recherche. Phiip utilise son expérience à la fois de scientifique et son trouble passé sexiste (passé, ouais…) pour débusquer le sexisme sans en avoir l’air. Isabelle Collet contextualise la problématique dans l’histoire des sciences en la parsemant d’exemples concrets et d’explications rationnelles.

Un livre écrit en collaboration par Isabelle Collet, enseignante, informaticienne et prof de sexisme (en vrai c’est maîtresse d’enseignement et de recherche en sciences de l’éducation, et membre du groupe de relations interculturelles et formation des enseignants – genre et éducation (Grife-ge), à l’Université de Genève) et Phiip (le mec qui dessine les lapins) sur le sexisme dans les sciences en général et dans les maths en particulier.
Un peu dingue, un peu pédagogique. Avec le juste équilibre entre trucs vrais et idioties à l’intérieur. Un livre qui refuse la culpabilisation et qui se lit comme un livre.

Sur le site de l’éditeur ici

2017 ◊ impromptus scientifiques (spectacle)

Soirée impromptus scientifiques

le 30/11/2017

Agoramania – « Agoramania, la ville dans tous ses états !». Cette programmation visera à interroger la place de(s) individu(s) dans la ville et à transformer le concept de « ville intelligente » en une réalité avant tout humaine.

Une soirée composée de deux spectacles pour découvrir de manière ludique les recherches de scientifiques, mises en scène par le groupe n+1.

Les impromptus scientifiques sont des discours spectaculaires qui mettent en scène un chercheur, dont les travaux sérieux sont joyeusement déréglés par le groupe n+1 de la compagnie Les ateliers du spectacle. Ils tentent de faire tenir ensemble un propos scientifique et une approche poétique.

Les impromptus visent à transmettre la recherche d’un chercheur de manière sensible et incarnée. Les impromptus sont volontairement interdisciplinaires, avec un goût particulier pour les mathématiques et les neurosciences. Ils sont toujours suivis d’un temps de discussion et d’échange avec le public.

Spectacle 1 : Comment faire couler une goutte d’essence d’un brin d’herbe ?
De la poubelle au carburant, il n’y a pas qu’un pas, il y en a plusieurs. Tel un sioux des temps modernes, Thierry Chataing retrace les chemins secrets de la valorisation des déchets. Premièrement, le chercheur parle de ses recherches au groupe n+1. Pour suivre, le groupe n+1 l’interroge sur sa manière de travailler. Aussitôt, le chercheur fait part des problèmes qu’il rencontre. Sur le champ, le groupe n+1 lui pose des questions sur le domaine dans lequel il exerce. Pour finir, le chercheur évoque une curiosité particulière pour un type de sujet. Et ainsi de suite, jusqu’à épuisement.

Spectacle 2 : La thermophysique de l’innovation
La thermoélectricité est la science qui permet de convertir de la chaleur en électricité. Considérant leur conversation comme un échange thermique, Tristan Caroff et Léo Larroche discutent de la possibilité de tracer des parallèles entre cette science et le processus d’innovation.

Tous les détails ici

2017 ◊ FuturaPolis (forum)

Festival de l’innovation

Lieu de rencontres et d’échanges, Futurapolis est un forum qui convie chefs d’entreprises, scientifiques, intellectuels mais aussi personnalités publiques et mordus de technologies à réfléchir et débattre sur l’innovation et le high-tech.

Les 24 et 25 novembre, Futurapolis investit à nouveau des lieux emblématiques de la ville rose : le Quai des Savoirs, le Muséum d’Histoire Naturelle et la Faculté de Médecine, hauts lieux de la culture scientifique, technique et industrielle de Toulouse.

Pendant deux jours, le public est invité à découvrir et tester les dernières innovations de pointe dans le « lab », un espace dédié à la démonstration ainsi que sur les Allées Jules Guesde.

Entrée gratuite sur inscription ! ici

2017 ♦ Jeu Exploria (publicité)

La grande récré, jeu exploria « à la découverte du papier », le plaisir de découvrir et d’explorer la nature afin de mieux la détruire

[proposition de Marie DANIELE, 2018]

Novembre 2017, les fêtes de fin d’année approchent, les stratégies commerciales des magasins de jouets se font de plus en plus agressives. La publicité inonde les boîtes aux lettres des consommateurs qui y trouvent parmi les habituelles promotions, le catalogue la Grande Récré « Nos moments préférés – Jouets spécial noël ». 212 pages de jouets,  pour tous âges, de quoi convaincre quiconque cherchant des cadeaux pour des enfants. Continuer la lecture de 2017 ♦ Jeu Exploria (publicité) 

2017 ◊ le Cabaret de la crise (théâtre)

Dimanche 19 Novembre à 17h : Le Cabaret de la Crise SAISON 1

Si vous l’avez raté, c’est votre moment : c’est le Cabaret version duo créé en 2016. La dette, le marché, l’écologie positive, l’exploitation, la course à la compète : parlons-en… Mais il faut en rire ! Chanter, slamer, danser ensemble en l’honneur de la grande épopée de la Crise!

Avec Adèle Frantz et Luigi Cerri
Durée : 1h15 / Participation libre

Dimanche 3 décembre à 17h : Le Cabaret de la Crise SAISON 2

Voici la saison 2 du Cabaret avec de nouveaux sketchs, toujours plus grinçants sur l’économie, l’écologie et l’éducation nationale ! Au programme : le slam de l’ours polaire, un match percutant entre agriculteurs, et en exclu : les confidences de Big Brother !
Avec Adèle Frantz, Véronique Bret et Luigi Cerri
Durée : 1h15 / Participation libre

Les deux représentations se tiendront au Lieu Dit (6 rue Sorbier 75020 Paris – M° Ménilmontant ou Gambetta), et seront suivies par un débat animé par des membres du collectif Les économistes atterrés.

Tous les détails sur le site de la Fabrique des terriens ici

2017 ◊ sciences et émancipation (colloque)

Workshop “Sciences et Emancipation – Ce que font les sciences à la société”

Les sciences modèlent plus que jamais nos sociétés. Impulsées par le progrès technique et de nouveaux modèles industriels (cluster, start-up, etc.), elles sont porteuses d’autant de promesses et d’espoirs que de craintes et de doutes. On ne compte plus les avancées et les innovations dans les domaines de la santé, de l’agroalimentaire, de la communication ou des énergies. Dans le même temps, un tel développement des sciences pose question. Des suspicions et des remises en cause apparaissent devant la multiplication des scandales sanitaires et des risques industriels, face aux problèmes posés par les immenses bases de données, ou face aux vertigineuses « augmentations » élaborées par le transhumanisme. Que font les sciences à la société ? Comment les concevoir d’une façon réellement émancipatrice ? Et de quelle manière peut-on les mettre en débat au cœur de la société ?

Détails et inscription ici

2017 ◊ Dieu, Darwin, Marcel et moi (théâtre)

Fantaisie écolo-musicale pour duo voix/batterie

écrite après lecture du livre de Marcel Bouché

« Des vers de terre et des Hommes »  – Acte Sud – 2014

création octobre 2017

La conférencière des rencontres « Parlons-en » revient et, assistée du jeune stagiaire Francis, reçoit le professeur Marcel Bouché et d’autres invités-surprises pour parler de géodrilologie.

Mais, qu’est-ce que la géodrilologie ?!

Tous les détails ici

 

2017 ◊ le paradoxe des jumeaux (théâtre)

LE PARADOXE DES JUMEAUX – Création et production la Reine blanche

du 16 novembre au 28 décembre 2017

Auteur.e.s :  Jean-Louis Baueur et Élisabeth Bouchaud

Mise en scène : Bernadette le Saché

« Il faut faire de la vie un rêve et faire d’un rêve une réalité ; L’humanité tirera plus de bien que de mal des découvertes nouvelles. » Pierre Curie

La pièce met en scène deux immenses physiciens du début du 20ème siècle : Marie Curie, qui comprit la radioactivité et découvrit le radium et le polonium et Paul Langevin, qui travailla sur un très grand nombre de sujets majeurs, dont l’électromagnétisme, le mouvement Brownien et la relativité. Après la mort de Pierre Curie, Marie Curie et Paul Langevin ont une liaison amoureuse et la presse d’extrême droite mène une campagne politique d’une violence inouïe contre l’« étrangère ». Pendant cette période terrible, Marie est soutenue par Bronia, sa sœur aînée, qui rêve de la ramener dans la Pologne de leur enfance, en lutte pour son indépendance. Science, passion, exil : l’épopée d’une grande pionnière.

Détails ici

2017 ◊ C’est pas mon genre ! (théâtre)

C’est pas mon genre ! … scènes de science friction

Penser, écrire, mettre en scène et jouer en moins d’un mois à partir du thème des questions de genre et dans le cadre contraint d’une formation à la médiation culturelle des sciences et techniques en société, les étudiant.e.s du Master Journalisme, communication et culture scientifiques de l’Université Paris Diderot l’ont fait. Et le résultat vaut la peine d’être vu ! Jugez-en par vous-même.

Vidéos de la pièce et du débat présentés par les étudiants le 30 septembre 2017 :

2017 ◊ Short Cuts#21 (projections)

Short Cuts #21 aura lieu dans l’Agora de l’ICP (74, rue de Vaugirard, Paris 6e), le jeudi 9 novembre à 18h. Olivier Fournout nous convie à une séance de science participative, forme atypique, spectacle interactif à cheval sur art et science, pour la sortie du dossier n°2 du FUTUR LAB, intitulé « Projections Transverses« .

Le FUTUR LAB est un laboratoire de prospective et d’innovation chargé d’imaginer le monde de 2050. Il passe par des figurations artistiques pour représenter l’avenir. Les créations qui en émanent dessinent notre futur. Certaines sont déjà en production. Le dossier n°1, consacré à l’avenir du travail, est téléchargeable gratuitementet a fait l’objet de performances dans le cadre du colloque Penser et réaliser la transformation du travail (CNAM, Bourse du Travail, 12-14 oct.) et pour Théâtre en Société (7 oct.).

Pour être tenu au courant du programme de performances et des prochaines sorties du FUTUR LAB, vous pouvez vous inscrire à la newsletter sur le site iledenface.com (un numéro tous les deux mois, pas plus !).

Chercheur à l’Institut Interdisciplinaire de l’Innovation (UMR du CNRS) et maître de conférences au département SES de Telecom Paristech, Olivier travaille à la charnière de art, science et société.

2017 ◊ sciences et société (rapport)

Recommandations du Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) sur le dialogue sciences-société
Sciences et société : répondre ensemble aux enjeux climatiques

L’objectif du CESE est d’énoncer des recommandations qui permettent aux interactions, déjà nombreuses, qui existent entre la communauté des scientifiques du climat et la société de se transformer en dialogue véritable, pleinement efficace. Le CESE envisage de nombreuses modalités pour ce renforcement depuis la création de lieux de dialogue jusqu’au développement de projets coconstruits, en passant par les modalités de la gouvernance. Au niveau territorial, un processus d’échange et de rencontre entre les acteur.rice.s de la recherche et ceux.celles du monde économique s’avère particulièrement nécessaire. Continuer la lecture de 2017 ◊ sciences et société (rapport) 

2017 ◊ Maths en ville (festival)

1ère édition du festival Maths en ville, les 19, 20 et 21 octobre à Saint-Denis (93)

Avec pour devise « Les maths partout et pour tous ! », ce festival se propose de faire découvrir cette science à un public familial, et surtout de la faire aimer du grand public !

Pour cela, nous avons invité des acteurs de la culture mathématique (que vous retrouverez dans le programme), mais nous avons également conçu sur mesure des évènements où les mathématiques vont dialoguer avec des acteurs culturels locaux : Basilique de Saint-Denis, Unité d’archéologie, médiathèques…

Vous trouverez le programme complet sur le site

Le festival est entièrement gratuit !

2017 ◊ Animal ! la B.A dans tous ses états (exposition)

Du 16 octobre au 15 décembre 2017, la BUPMC, l’UFR 918 (Faculté Terre, Environnement, Biodiversité) et l’UFR 927 (Faculté de Biologie) de l’université Pierre et Marie Curie organisent une exposition et des rencontres autour de la biologie animale (B.A.).

Celles-ci présenteront une sélection d’objets issus de la collection de zoologie de l’UPMC (animaux naturalisés, squelettes montés…) ainsi qu’un panorama de l’état actuel de la recherche et de l’enseignement en B.A. dans l’université parisienne.  Par cette démarche, le visiteur est invité à mieux comprendre les liens entre passé et présent des disciplines scientifiques affiliées à la biologie animale.

Lieu ? Bibliothèque de Biologie-Chimie-Physique recherche (BCPR) – patio 13-24, 4 place Jussieu, 75005 Paris.

Détails ici

2017 ◊ Beyond the lines (exposition)

Eric Vernhes – Vernissage le samedi 14 octobre de 14h à 19h

J’ai le grand plaisir d’exposer en compagnie de Manfred Mohr, pionnier de l’art digital, à la Galerie Charlot du 14 octobre au 25 novembre. Entre dessins, tirages et œuvres génératives, l’exposition explore la relation entre écriture algorithmique et signes, entre code invisible et formes visibles.

Galerie Charlot

Paris. 47 rue Charlot, 75003 Paris.

Détails ici