De la minette aux fleurs…

Hey-ho, Hey-ho, on rentre du boulot ! … oui mais quel boulot ? 

L’image associée à cette ritournelle, montrant les 7 nains de Blanche Neige poussant des berlines pleines à craquer de gemmes et de diamants dans le rire et la bonne humeur, n’a toujours été qu’une lointaine utopie, particulièrement en Lorraine. 

Des années durant, les mines de la région ont charrié des tonnes de charbon et de fer. Moins connues, pourtant plus nombreuses, ces mines ont fait naitre la plus forte industrie du pays : la sidérurgie. 

Cette époque bénie fît la richesse de tout un pays, de toute une région, de tout un peuple. Derrière le drame de la fermeture des mines et des aciéries lorraines, s’est jouée la vie de nombreuses familles, dont le seul revenu perlait au front du paternel…mineur de son état. Qu’il fût robineur (qui remplissait les berlines) ou herscheurs (qui poussait les berlines), la mine était toute sa vie et elle réglait, pour ne pas dire régulait, le rythme de milliers de gens. Ainsi, ces derniers passaient des années à descendre dans le puits, à creuser, à charger et manœuvrer ces berlines de « cailloux de fer » qui une fois fondus, servaient à produire les rails sur lesquels roulent encore de nos jours tant de trains, au milieu de nos belles campagnes fleuries. 

Le minerai lorrain, appelé minette à cause de sa faible teneur en fer (30% environ), fût exploité très tôt. Des fouilles ont mis à jour un important site près de Nancy, remontant au VIIIe – Xe siècles. Mais sa haute teneur en phosphore, qui rend l’acier cassant, limita son utilisation à la fonderie principalement. Sa pleine exploitation fût donc retardée jusqu’à la mise au point du procédé Thomas, qui permet une déphosphoration efficace de la fonte. Ainsi, avec des réserves de minerai estimées à 6 milliards de tonnes, le gisement Lorrain fût classé parmi les plus vastes du monde. La Lorraine devint même la deuxième productrice de fer au monde, derrière les Etats-Unis, en 1913, avec une production dépassant les 41 millions de tonnes. 

Malheureusement, au début des années 1960 le prix des minerais importés devient plus avantageux, notamment grâce à la baisse des prix de transport par bateau ! La concurrence s’accroît, le marché devient mondial et non plus régional. Les usines sidérurgiques devant être au plus prêt des sources de fer, on privilégie celles dites « côtières » qui peuvent décharger les bateaux facilement. Le choc pétrolier de 1973, l’apparition de nouveaux procédés (fours électriques à arc qui permettent de produire des aciers et alliages en recyclant la ferraille usagée et à faible coût, laminage à chaud en continue…) et de nouveaux matériaux (plastiques, béton précontraint) affecteront grandement l’industrie sidérurgique, entrainant les mines de Lorraine dans un inexorable déclin. 

La vallée de la Fensch, que chante si bien Bernard Lavilliers, organise alors la résistance autour de son laminoir à chaud, l’un des plus vieux et des plus performants d’Europe, pour produire des tôles. La production s’oriente vers le marché de l’automobile, grâce aux aciers à haute valeur ajoutée qui sortent de l’usine de Florange, en Moselle, dès 1984. 

Mais cela ne suffira pas à sauver les mines de fer de Lorraine qui fermeront les unes après les autres. Les coûts d’exploitations trop élevés, sonnent le glas des chevalements, porions et autres briquets (le casse-croûte des mineurs) remisant ainsi au placard, tout un vocable local. La dernière mine de fer ferme en 1997, c’est celle des Terres Rouges à Audun-le-Tiche en Moselle. 

Aujourd’hui les jolies fleurs de nos campagnes existent toujours (et c’est tant mieux !) mais elles garnissent les berlines, réduites au simple rôle de bac à fleurs, qui ornent places publiques et autres rondpoints lorrains. Ces wagonnets de mine, rappellent aux dernières générations encore en vie et témoins de ce drame de la sidérurgie, un passé glorieux (et pas si lointain) que ne peuvent comprendre, voir ignorer totalement, les nouvelles générations… 

 

Thierry HOTTON, CNAM 2022 

L’école La Cigogne à Bois-Colombes

Par Damien Prevosto, CNAM 2022.

 

L’école La Cigogne, à Bois-Colombes, en banlieue parisienne, est un grand bâtiment blanc, d’apparence moderne, dont les façades sont en partie cachées par les arbres du parc des Bruyères qui l’entourent. Ce qui frappe le regard, quand on s’approche de l’école, c’est l’immense ouverture circulaire qui surplombe l’entrée du bâtiment. Et, de manière symétrique, une deuxième ouverture apparait à l’arrière du bâtiment, recouverte de 3 grands anneaux concentriques.

Si cet étrange édifice semble aujourd’hui banal pour les écoliers et les visiteurs du parc, il a pourtant hébergé la soufflerie privée la plus importante du monde pendant les années qui ont suivi la deuxième guerre mondiale. Il est le dernier témoin de la riche histoire industrielle du constructeur Hispano-Suiza dans ce quartier de Bois-Colombes.

Quand Hispano-Suiza décide de construire cette soufflerie, en 1936, l’entreprise est déjà implantée sur ce site depuis plus de 20 ans. D’abord spécialisée dans l’assemblage des automobiles de luxe de la marque espagnole, l’usine de Bois-Colombes oriente rapidement sa production vers l’aéronautique pour soutenir l’effort de guerre français pendant la première guerre mondiale. C’est un moteur conçut par Hispano-Suiza qui équipera les célèbres avions de chasse SPAD, dont les exploits seront rendus célèbres par les “as” de l’escadrille des Cigognes : Georges Guynemer et René Fonck.

Avec la construction de la soufflerie, peu avant la deuxième guerre mondiale, Hispano-Suiza accélère encore le développement de son activité aéronautique: cet équipement lui permet en effet de réaliser des essais de moteurs d’avion en reproduisant les conditions de vol.
Cette soufflerie, longue de 55 mètres, fonctionne selon un principe de “circuit ouvert” mis au point par Gustave Eiffel au début du 20ème siècle : le flux d’air est capté sur un côté du bâtiment grâce à un collecteur en forme d’entonnoir; il circule ensuite au travers d’une chambre d’expérience où sont placés les moteurs testés; puis il ressort du bâtiment par un diffuseur.

Cette installation prestigieuse souffre néanmoins d’un défaut majeur : le bruit qu’elle génère lorsqu’elle est activée. Les riverains de l’usine déposent à plusieurs reprises des plaintes pour nuisance sonore ! Certaines mauvaises langues disent qu’on entend la soufflerie jusqu’à Paris…

Malgré les bombardements de 1943, la soufflerie tourne à plein régime jusque dans les années 1950, avant d’être progressivement délaissée et reconvertie en bureaux pour les employés. Puis c’est tout le site industriel d’Hispano-Suiza qui est touché par des réorganisations successives, avant une fermeture définitive en avril 1999. La soufflerie échappe cependant à la destruction, grâce à la mobilisation d’anciens salariés et d’habitants de Bois-Colombes qui souhaitaient conserver une trace emblématique de cet ancien grand site industriel. Elle est ainsi inscrite en 2000 à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques, puis réhabilitée en école. De nombreuses rues aux alentours ont également été renommées (rue Guynemer, rue Hispano-Suiza, …), comme autant d’indices d’un passé qu’on a du mal à imaginer tant le quartier a été reconstruit depuis une vingtaine d’années.

Aujourd’hui, plusieurs grands panneaux illustrés, accrochés aux grilles de l’école, retracent l’histoire de la soufflerie. Les passants curieux découvrent alors l’origine de ce bâtiment étrange, qui fait maintenant partie du patrimoine industriel de la ville.

La Pat’ Patrouille part en mission ! De médiation bien sûr !

Par Aurélie Brulle, CNAM 2022.

La Pat’ Patrouille est une série d’animation canadienne créée en 2013 et toujours en production. Bien connue des enfants et de leurs parents, notamment grâce à son refrain entêtant, elle met en scène une équipe de 6 chiots qui parlent ! Menés par Ryder, un jeune garçon de 10 ans, les chiots sont chargés de protéger et aider les habitants de la Grande Vallée. Ils interviennent dans toutes sortes de situations, comme retrouver un animal perdu (un chat, une poule ou même un hippopotame), piéger un voleur, aider une baleine perdue ou encore retrouver le trésor d’un pirate. Très attachants, réussissant toujours avec brio leurs missions, ils ravissent les enfants à chaque épisode. Chaque chiot possède des compétences particulières : spécialiste du recyclage, pilote d’avion et d’hélicoptère, pompier, policier, sauveteur en mer ou spécialiste de la construction. Tous de races différentes, ils ont également une couleur et un slogan associés à leur spécialité. Cela permet aux enfants de bien les différencier, et surtout d’avoir leur chiot préféré (ou deux, ou trois, …). Au fur et à mesure des saisons, 3 nouveaux chiots viennent ponctuellement en aide à la Pat’ Patrouille, avec des compétences particulières associées à la neige, la jungle ou aux dinosaures.

En regardant rapidement cette série, il est facile de penser que ce ne sont que des histoires mignonettes pour enfants, avec des morales simples, comme le fait de s’entraider ou de ne pas voler les biens d’autrui. Si des chiots protègent la ville, comment pourrait-il y avoir un fond réaliste, voir même scientifique ? Et pourtant les exemples sont nombreux, en voici un.

Dans un épisode de la saison 7, l’antagoniste récurrent de la série, Mr Hellinger, maire de la ville voisine de Foggy Bottom, a créé par accident un tart’ouragan. Comme un véritable ouragan, il est formé de vents tourbillonnants et envoie partout des tartes, tandis qu’il se déplace dans la Grande Vallée. Mais comment un tel ouragan a-t-il pu se créer ? Presque comme un vrai ouragan, enfin si l’on excepte les tartes. Et pour expliquer cela le plus simplement possible au jeune public, le capitaine Turbot, le biologiste et scientifique de la série, montre une courte vidéo, dont les captures d’écran sont présentées en tête d’article. L’air chaud s’élevant des tartes tout juste cuites a rencontré une rafale d’air froid, soufflée par une machine censée refroidir ces tartes. Comme dans n’importe quelle représentation actuelle en sciences, l’air chaud est représenté en rouge, et l’air froid en bleu. Les deux masses d’air se sont alors mises à tourbillonner ensemble, créant un ouragan, plus précisément un tart’ouragan. Dans le monde réel, un ouragan, ou cyclone, se forme lorsque l’air chaud s’élevant de l’océan rencontre des vents latéraux froids et constants. La mécanique est donc la même dans la Pat’ Patrouille et les enfants, sans le savoir, apprennent les bases de la création d’un ouragan.

Et comment se termine donc ce tart’ouragan ? Pas par magie en tout cas. Pour stopper le tart’ouragan, un chiot est héliporté dans l’œil du tart’ouragan puis frappe les tartes pour les expulser du tart’ouragan. Sans sa source de chaleur, le tart’ouragan disparaît, comme un vrai ouragan. En effet, lorsqu’il se déplace sur terre, un ouragan perd sa source de chaleur qu’était l’océan, et s’affaiblit rapidement jusqu’à disparaitre. Alors oui la façon de faire sortir les tartes fera sourire, mais la mécanique est scientifiquement correcte.

Même si au premier coup d’œil, cet épisode, comme tant d’autres, paraît complètement irréaliste, il s’appuie quand même sur des bases scientifiques, que les enfants comprennent sans difficulté, car elles sont modifiées et intégrées de façon fluide et logique dans l’épisode. Serez-vous capable de regarder cette série avec un œil nouveau et chercher les nombreux exemples de médiation scientifique informelle ?

Du code-barres au QR code, ce qu’ils nous racontent…

Par Mari le Diraison, promotion 2021-2022

 

 

Depuis quelques années le QR code s’est inséré dans notre vie quotidienne. La banalité de son usage, du passe-sanitaire aux panneaux publicitaires, en passant par les cartes de restaurants aux cartels d’exposition, témoigne de l’accessibilité des technologies dans notre société moderne ainsi que l’entreprise qu’elles exercent sur nos vies. 

 

Un peu d’histoire nous permettra d’éclairer l’interprétation de ce dispositif. Lee QR code a pour ancêtre le code-barres, et tous deux trouvent leurs origines dans le secteur de l’industrie. Ces signes de notre modernité agissent comme médiation entre la matérialité d’un objet et son identité virtuelle, ils sont une porte entre deux mondes : le monde physique et le monde numérique. Créés dans une logique économique, ils sont les symboles des mutations du capitalisme dans son ensemble. 

Tout commence en 1952, quand Bernard Silver et Norman Joseph, deux ingénieurs américains, s’inspirent du code Morse et proposent un nouveau dispositif : des points et des barres qui se succèdent pour transmettre une information. Partant d’une motivation commerciale, le but de cette innovation était d’accélérer le travail et la productivité. L’idée était née, mais son usage quotidien n’était pas encore possible, il nécessitait quelques améliorations. C’est en 1976 que Georges Laurer propose la forme finale du code-barres tel qu’on le connait aujourd’hui. Mais il faudra attendre la fin des années 1980 pour qu’il se standardise et s’impose sur toutes les marchandises du monde. Ce dispositif se présente alors comme un véritable jackpot dans le secteur industriel : il augmente la productivité du travail et facilite la collecte d’informations qui serviront à guider la production industrielle. 

Quelques années plus tard, en 1994, le QR code fait son apparition dans le secteur de l’automobile au Japon. Acronyme de Quick Response Code, c’est un type de code-barres au design de labyrinthe en noir et blanc, capable de stocker une grande quantité d’informations. Cette fois-ci c’est surtout une motivation logistique qui poussera l’ingénieur Taiichi Ohno, grand maître d’œuvre de l’organisation scientifique du travail, à créer ce dispositif pour améliorer la production de l’entreprise Toyota dans laquelle il travaillait. 200 fois plus puissant qu’un code-barres standard, il aura dû attendre le passe sanitaire pour percer chez nous.

L’histoire de ces dispositifs témoigne en premier lieux de la part industrielle entourant chaque innovation informatique. Si la technologie et l’avancée des sciences et techniques ont rendu cela possible, c’est avant tout une motivation commerciale, logistique et économique qui poussent à l’innovation. De plus, l’exemple du code-barres et du QR code nous montre l’enjeu du progrès technique dans l’organisation sociale et économique. Que ce soit dans le secteur marchand, administratif, médical, culturel ou éducatif, le QR code s’est inséré dans tous les domaines et a mainte fois prouvé sa valeur, notamment durant durant la crise sanitaire. La simplicité apparente de cette technologie, ainsi que son accessibilité font qu’elle a réussie à se fonder très facilement et à une vitesse ahurissante dans nos vies quotidiennes. La standardisation de ce dispositif témoigne en second lieu de la démocratisation et de l’accessibilité des nouvelles technologies. Symboles du progrès technique dans notre société moderne où tout nous semble pouvoir être simplifié et amélioré, ce genre de technologie apporte des avantages tels que nous faisons abstraction des inconvénients qu’elle peut apporter. 

Le code-barres et le QR code, quel que soit le contexte d’usage, ont su répondre aux besoins et aux désirs de notre société. Difficile de les diaboliser. Pourtant, ils poussent à remettre en question certaines normes d’usage, et à s’interroger sur ka place que nous donnons aux technologies dans nos vies. Avons-nous réellement besoin d’un QR code remplaçant les menus de restaurant ? Est-ce nécessaire à la médiation culturelle d’un musée de disposer un QR code sous chaque œuvre, donnant des explicatifs au lieu de faire appel à un guide ? Comme les nombreuses applications sur votre smartphone, nombre de leurs usages ne sont pas nécessaires, mais ils le semblent pour nous. Les technologies, par leur accessibilité et leur pouvoir de simplifier nos actions quotidiennes, permettent de créer des besoins imaginaires et de nouveaux désirs insatiables, car le consommateur en veut toujours plus. Signes du langage du commerce, de la grande distribution, de la consommation de masse et du toujours plus, ils sont aussi les symboles de notre société capitaliste, dans laquelle la vitesse, la productivité et l’efficacité sont devenus le nouvel orgasme de l’être humain contemporain. La performance de la technologie et de l’informatique permet de rentabiliser et de simplifier nombre de nos actions quotidiennes, mais cela au détriment de l’humain et de la relation sociale. Des caisses automatiques aux bornes dans les gares, ou encore internet, reliant tout ce qui est dans ce monde sans les contraintes de la matérialité et du face à face, ces phénomènes on transformé la pensé moderne, et marquent la naissance d’un nouveau paradigme où notre relation au monde et à l’autre s’est transformé. Bien qu’ils nous facilitent la vie, de nombreuses conséquences en émanent, et parfois néfastes. L’avancée des sciences et techniques et leur insertion dans nos vies se font à une vitesse telle que nous ne prenons pas toujours du recul face à elles. Désormais omniprésentes, il nous parait difficile de vivre sans toutes ces technologies. Crées pour nous servir, leurs usages ont un pouvoir considérable sur nos vies, tant que nous en sommes parfois soumis, et ce sans que nous nous en rendions compte. 

Finalement, le QR code, symbole des technologies invasives, nous poussent à nous interroger sur notre manière de vivre et la place que nous donnons à ce genre de dispositif. Leurs avantages nous paraissent directement, nous remarquons tout de suite ce qu’ils nous apportent. A contrario, les désavantages peuvent êtres perçus que si nous prenons du recul et que nous remettons en question les normes d’usage qui régissent nos vies. Enfon, ce n’est pas un appel au boycott, ou a la lutte contre le progrès technique, mais un encouragement à la prise de recul et à la remise en question. Pour Simone Weil, le progrès technique apporte plus d’inconvénients que d’avantages. Avait-elles raison ? A vous d’y réfléchir… 

Vénus, l’enquête continue !

 

En septembre dernier une équipe d’astronomes annonçait la découverte de phosphine (un gaz
marqueur d’activité bactérienne) sur Vénus. La nouvelle crée immédiatement un Buzz international. Mais pour les scientifiques, le débat ne fait que commencer. Plongée dans les rouages de la controverse scientifique.

De la vie sur Vénus ?


La nouvelle tombe le 14 septembre 2020. Une équipe d’astrophysiciens de l’université de
Cambridge au Royaume-Uni mené par Jane Greaves publie un article intitulé : « du gaz
Phosphine dans les nuages de Vénus ». La phosphine (PH 3 ) est un gaz bien connu sur
terre. Il est produit quasiment uniquement par des bactéries. La phosphine est donc un
marqueur biologique, signe indirect, mais sérieux d’une possible activité vivante sur
Vénus. Le monde académique accueille la nouvelle avec prudence, mais la parution de
l’article dans Nature Astronomy, une revue scientifique d’excellence, est prise très au
sérieux.


La phosphine, un gaz difficile à saisir.


Toute la question réside là. A-t-on réellement observé de la phosphine dans l’atmosphère
vénusienne ? Pour détecter ce gaz, les astronomes utilisent la spectrométrie. Chaque Gaz
présent dans l’atmosphère absorbe une partie de la lumière qui la traverse. En observant quelle partie de la lumière est retenue par le ciel les astronomes en déduisent les gaz qui
le composent. Il faut alors identifier comment la phosphine absorbe la lumière pour
observer si cette « empreinte » est présente dans les images prises de Vénus. Jane Greaves a mené deux séries d’observations. La première en juin 2017 avec le télescope JCMT (Hawaï) ou elle trouve une empreinte d’absorption qui correspond à la phosphine. La seconde est programmée sur le télescope ALMA au Chili. En mars 2019 le signal est une nouvelle fois confirmé. L’équipe évalue la concentration du gaz dans l’atmosphère : 20ppb (molécules par milliard). C’est infime, mais déjà trop pour une atmosphère comme celle de Vénus. L’équipe publie ses résultats dans « Nature Astronomy » le 14 septembre 2020.

À gauche L’empreinte de la phosphine est bien visible sur ce graphique issu des données d’ALMA. On y lit verticalement l’intensité de l’absorption lumineuse après la correction due à la vitesse de déplacement de venues par rapport au télescope (en horizontale) À droite: La même chose avec la détection aux niveaux polaire (noir) « mid-latitude » bleue et équatoriale (rouge)

 

La controverse, un moteur pour la science.


La qualité d’une publication scientifique est définie par plusieurs critères. Le plus important
est celui du « peer review » (évaluation par les pairs). Un journal scientifique qui reçoit un
article le fait relire par d’autres experts du domaine. Ces experts sont des scientifiques non
auteurs du papier, ne travaillant pas dans le même laboratoire que les auteurs et n’ayant
pas de conflit d’intérêts au niveau du sujet abordé. Ils ont pour mission d’identifier
d’éventuelles erreurs ou imprécisions et d’évaluer l’article qui leur est soumis par l’éditeur.
Ce procédé garantit le sérieux et la rigueur méthodologique de l’article. C’est à ces
conditions que le débat scientifique peut se tenir. La saga de la phosphine est une
démonstration de ce mécanisme parfois lent, mais garant de qualité.

Après la parution de l’article dans Nature, c’est l’effervescence dans les universités
du monde entier. Les astronomes étudient les données publiées et parcourent leurs
propres données issues d’anciennes observations de télescopes ou de sondes spatiales
pour recouper et comparer les données. En octobre 2020 une équipe de la NASA publie
une première réanalyse. Les auteurs adressent plusieurs problèmes dans les mesures.
Pour l’observation de JCMT, ils indiquent que l’empreinte de phosphine constatée par spectrographie peut s’expliquer par la présence de dioxyde de soufre (SO 2 ), un gaz qui a
les mêmes propriétés lumineuses que la phosphine dans certaines conditions. Pour les
données d’ALMA, ils identifient des problèmes de calibration de l’appareil qui invalident
une partie des observations. Selon eux on ne peut pas conclure à la détection de
phosphine sur Vénus. Quelques semaines plus tard, Jane Greaves répond par article
interposé. Elle rejette le premier argument : pour que la détection de Phosphine soit
confondue avec celle de dioxyde de souffre il en faudrait une concentration « aberrante »
dans l’atmosphère. Par ailleurs, elle reconnaît l’argument qui concerne la calibration
d’ALMA. Ce qui ne disqualifie pas la mesure, mais oblige l’équipe à revoir son estimation
initiale à la baisse. On passe de 20ppb à 8ppb. Une concentration bien moindre.
D’autres approches sont également utilisées. Une équipe de l’University of
Hertfordshire (UK) analyse les outils mathématiques et statistiques utilisés par Jane
Greaves. Selon eux les algorithmes utilisés provoquent des imprécisions qui rendent le
résultat non significatif. Cette analyse pousse une nouvelle fois Jane Greaves à publier un
article décortiquant les méthodes mathématiques utilisées et la cohérence des résultats
obtenus. Une équipe de l’Observatoire de Paris apporte également sa pierre à l’édifice. Ils
étudient depuis 2012 différents aspects de l’atmosphère de Vénus. Selon eux les
conditions atmosphériques et la concentration de dioxyde de soufre limitent fortement la
probabilité de trouver des concentrations importantes de phosphine.


Depuis la publication initiale, les analyses et publications se multiplient. Confirmant ou
infirmant l’hypothèse de détection de phosphine sur Vénus. Les chercheurs corrigent,
affinent, réfutent et argumentent autour de ces nouvelles observations. Ce va-et-vient
entre les chercheurs est une vrai stimulation pour la recherche. Cette recrudescence
d’activité autour de Vénus crée également l’intérêt chez les agences spatiales qui
pourraient financer de nouvelles missions vers Vénus, délaissée jusqu’alors en faveur de
Mars depuis de nombreuses années. En attendant, l’enquête continue !

 

Sources :
14 sept 2020 : Phosphine Gas in the Cloud Decks of Venus – Jane S.Greaves et al
https://arxiv.org/abs/2009.06593
10 Dec 2020 : On The Robustness of Phosphine Signatures in Venus’ Clouds – Jane S.
Greaves et al : https://arxiv.org/abs/2012.05844
27 sept 2020 : Is Phosphine in the Mass Spectra from Venus’ Clouds? – Rakesh Mogul et
al
https://arxiv.org/abs/2009.12758
28 oct 2020 : The statistical reliability of 267 GHz JCMT observations of Venus: No
significant evidence for phosphine absorption – M.A. Thompson
https://arxiv.org/abs/2010.15188
19 oct 2020 : Re-analysis of the 267-GHz ALMA observations of Venus: No statistically
significant detection of phosphine – I.A.G. Snellen et al
https://arxiv.org/abs/2010.09761v2
16 nov 2020 : Re-analysis of Phosphine in Venus’ Clouds – Jane S. Greaves et al
https://arxiv.org/abs/2011.08176
décembre 2020 Science et vie N°1239 « De la vie sur Vénus ? »- B.R

Les dessous techniques des sons

Dans son journal en ligne, le Centre National de Recherche Scientifique a réalisé un dossier sur « La science en musique » en 2017. Deux extraits en audio et vidéo vont illustrer un ensemble non exhaustif de techniques à redécouvrir relevant de l’artisanat, de l’ingénierie, du corps sans oublier les sciences. Les sons musicaux et non musicaux sont scannés au peigne fin par les chercheurs. L’ethnomusicologie et un instrument de musique : plusieurs cultures, des chants, des notes de musiques mais pas que ! C’est aussi une alliance de techniques complexes et incroyables qui évoluent dans le temps pour donner du son et le retransmettre, sur fond de sciences.

 

Que nous dit l’ethnomusicologie ?

 

Le Centre de Recherche en Ethnomusicologie CNRS-Musée de l’Homme de Nanterre (CREM) recense plus de 48000 enregistrements sonores et vidéos numérisés dans sa base de données, la plus importante dans le monde entier. On y trouve principalement des chants de peuples pour continuer à valoriser le patrimoine culturel de certaines régions du globe où il manque les infrastructures. Plus récemment, des environnements sonores, hors musique, sont également captés. Dans cet audio, le CREM nous dévoile quelques-unes de ses archives sonores et musicales avec des supports anciens et actuels, accessibles aux amateurs et professionnels de la musique.

Les premiers extraits datent de l’exposition universelle de Paris de 1900 sur des cylindres de cires ! Notons aussi la technique de voix polyphoniques de Pygmées gravées sur disque puis d’expressions vocales des chants mauritaniens sur les premières bandes magnétiques dans les années 1950.

 

La guitare

 

L’assemblage d’une guitare fait appel à des théories et des applications de la physique, principalement de la vibration, et du savoir-faire d’un luthier pour le choix des matériaux (bois et cordes). Entre vibromètre et microphones, le laboratoire d’Acoustique de l’Université du Mans nous montre dans cette vidéo les instruments utilisés pour mesurer et cartographier la vibration de la corde et du son. Quant à la guitare électrique, la problématique repose sur l’aimant et la bobine qui vont influer sur le timbre de l’instrument. Avec ces nouvelles méthodes de mesure enregistrées dans une base de données, le luthier va pouvoir choisir les matériaux adéquats pour fabriquer une guitare sur mesure qui donnera le bon timbre.

 

 

Pour en savoir plus :

https://archives.crem-cnrs.fr/

https://lejournal.cnrs.fr/dossiers/la-science-en-musique

 

Claire Semler

L’entente cordiale entre la science et le capital: le cas de l’obsolescence programmée

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Le modèle capitaliste de l’économie mondiale prend son envol au XIXème siècle avec
l’innovation et l’invention de nouveaux procédés de production. Parmi eux, le machinisme
effréné qui selon Karl Marx est inarrêtable (sauf par une révolution du prolétariat) depuis
que le libre-échange légiféré entraine la concurrence. Cette dernière est mû par la volonté
de réduire toujours et toujours les frais de production afin d’être le plus compétitif.


Le XIXème siècle est alors une période d’augmentation spectaculaire de la quantité de biens
produits. Parallèlement, les industriels cherchent à se démarquer sur le marché en s’intéressant -cette fois- à la dimension qualitative du bien. La tâche est de créer le produit le
plus fiable possible, celui qui résiste à la dégradation du temps et que le poids des années
d’utilisation n’use qu’un peu.


Cependant, cette ingénierie du produit ultime est vite abandonnée pour des raisons
économiques. Le capital ayant comme condition de survie une consommation continue, il ne
peut se permettre de produire les outils de sa propre destruction : des objets qui ne
s’achètent qu’une fois car trop robuste.


La science et la technologie s’alignent donc sur ce modèle économique qui leur sied bien, en
plus d’être un terreau fertile pour leur développement. C’est le début de l’entente cordiale
dans laquelle le rôle de la science est d’innover afin d’amener de la diversité et du choix pour
le consommateur. En revanche, dans ce pacte nous le verrons explicite, elle doit poliment se
brider en ce qui concerne la quête du qualitatif. La survie de l’économie capitaliste a fait
stagner l’avancé scientifique et technologique dans certains domaines. Plus que cela, elle l’a
même contraint à reculer. Voyons cela avec quelques exemples :


L’ampoule incandescente


L’ampoule est une découverte de Thomas Edison. En 1881, elle durait 1500 heures.
La marche naturelle de la science, qui amène au perfectionnement et à la maitrise d’une
nouvelle technologie a permis à l’ampoule en 1924 d’atteindre 2500 heures d’utilisation. Par
des recherches et des expérimentations sur les composants des filaments, le produit s’est
bonifié. Jusque-là, rien d’anormal. Pourtant dans les années 40, l’ampoule ne dure plus que
1000 heures.

 

Une ampoule à Livermore


brille depuis 1901 !L’explication se trouve simplement dans la logique économique. Une ampoule qui s’achète toutes les 1000 heures est plus rentable qu’une ampoule vendue toutes les 2500. « C’est dangereux pour les affaires » pour reprendre les mots déclarés dans les rapports de réunion du premier cartel du monde : Phoebus. Cartel industriel, il réunit les principaux fabricants d’ampoule pour trouver un point d’accord sur la durée de vie des produits découlant de la découverte d’Edison.

 Leur concurrence ne profite qu’au consommateur qui s’éclaire deplus en plus longtemps pour le même prix. Suite à cela, les recherches des services d’ingénierie et prototype recommencent à 0. Ils établissent de nouveaux calculs dans l’objectif d’atteindre la médiocrité : une ampoule durant 1000 heures soit 2/3 de la durée de vie d’il y a 60 ans à l’époque de l’inventeur américain. Dans cette union d’industrielle de l’ampoule, un cahier était tenu. Celui qui produisait des trop bons produits était sanctionné financièrement.

Les collants en nylon

Dans le même cas de figure, l’entreprise DuPont trouve après des années de
commercialisation, la composition chimique garantissant aux collants résistance et élasticité
pour le plus grand plaisir du consommateur. La solution scientifique aux bas qui s’effilochent
n’est appliquée encore une fois qu’un court temps pour ne pas enrayer un modèle
économique qui doit sans cesse recommencer de produire. Petit à petit la formule
synthétique du Nylon remonte dans le temps, les collants s’appauvrissent en additif
protecteur de la fibre. Tout le progrès qualitatif obtenu par la recherche est alors
abandonné.


L’imprimante

Si l’on veut se rattacher à des phénomènes récents en lien avec notre société de consommation contemporaine ; nous pouvons deviner la tentation pour l’industriel d’inclure
le concept d’obsolescence programmée dans l’électronique. Aujourd’hui les circuits imprimés sont omniprésents dans nos foyers, vous êtes d’ailleurs en train de lire ce texte via un smartphone, un ordinateur ou une tablette qui n’est sûrement pas votre premier appareil acheté. L’exemple qui nous intéresse est celui de l’imprimante. Un logiciel permet aux puces de certaines imprimantes de se réinitialiser


En effet, si l’avancé technologique a pu se brider avec l’ampoule ou revenir en arrière avec
les collants ; elle va jusqu’à devenir purement destructrice pour le cas de cet outil de travail
indispensable. Greffée aux circuits imprimés des imprimantes se trouve une puce
comptabilisant le nombre d’impression. Une fois la quantité atteinte, elle bloque le
mécanisme entier de l’appareil en affichant un message d’erreur la rendant inutilisable. De
manière imagée, la recherche a façonné un cœur fragile dépérissant par l’usure de la
matière (filaments d’ampoule fin, nylon) puis à créer un organe en pleine santé mais
programmée pour s’arrêter après une attaque cardiaque subite. On passe alors d’un
processus voulu d’usure, de mort lente à un processus de sabotage, de meurtre soudain.

Les résistances à ce modèle


Cette mouvance de l’obsolescence programmé s’est naturellement calibrée avec la
loi du marché. La même règle autodestructrice du calcul financier régit tous les aspects de
l’existence comme disait Keynes. Cependant la victoire de ce mode de production qui a
façonné notre mode de consommation puis notre rapport au matériel, notre conception des
biens, a connu des résistances.


Les premières furent éthiques avec un débat interne chez les ingénieurs dans les années 50.
La seconde, idéologique était portée par l’ennemi séculaire de l’économie capitaliste à savoir
l’économie communiste. Son marché régulé à outrance et centralisé ne trouve pas d’intérêt
dans le cycle court de consommation. C’est de là que naît le mythe de l’outillage
d’Allemagne de l’Est incassable. En 1981, une entreprise de Berlin-Est déposait le brevet
d’une ampoule longue durée. La commercialisation n’a jamais eu lieu.


Une loi d’URSS stipulait aussi que l’électro-ménager devait tenir au moins 25 ans alors qu’un
des pères du concept d’obsolescence programmé : Bernard London déclarait que tout
devrait avoir une durée de vie légale de 2 ans, puis être remis à l’Etat afin d’être détruit pour
recommencer les cycles de production, de consommation et de circulation des capitaux.
Selon la droite lignée de l’entente cordiale de la science et du capital depuis plus de 100 ans,
il apparait évident que ce mariage est solide. Malgré certaines crises, le compromis a profité
aux deux partis qui ne cessent de prendre de la proportion jour après jour. Qui des deux
conditionne le comportement de l’autre ? Et surtout la science sera-t-elle capable de trouver
la solution à ce jeu risqué pour la planète ?


Source principale : Prêt à jeter, ARTE, https://www.youtube.com/watch?v=5eSoBBapXCg

La cuisine moléculaire

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Dans les années 80, la cuisine moléculaire est encore en gestation. Il faudra attendre
que les grands chefs s’approprient l’apport de la science à la cuisine pour que ce mouvement
se développe, impulsé par les porte-étendards étoilés.


Alternative à la cuisine traditionnelle, elle fascine et conquiert les estomacs voyant dans ses
compositions, une pratique nouvelle portée par une vision neuve de l’art culinaire. Le
raffinement de ses assiettes s’oppose d’emblée à la cuisine grossière, les pots-au-feu et
autres plats à consonance rurale. Par une association d’idée, la cuisine dite du terroir ou
généreuse appartient à la campagne, elle-même souvent perçue comme en retard sur l’ère
du temps. La cuisine moléculaire s’inscrit pour ce qui la concerne dans le modernisme.
Cuire, mixer plusieurs légumes pour ne former qu’un tout, fouetter la mayonnaise ; toutes
ces actions banales sont déjà une chimie des aliments. On parle d’une recette de cuisine
comme on parle d’une recette pharmaceutique. Lavoisier, figure française de la chimie a
travaillé en 1783 sur le bouillon de bœuf. Le lien étroit entre ces 2 disciplines est établi
depuis longtemps.

Le mouvement culinaire moderne des années 80-90 se rapproche toujours plus de la science de Mendeleïev et d’Alfred Nobel jusqu’à devenir une synthèse de cette dernière et de la science du régal, à la manière d’un métissage.

Il se caractérise par l’étude poussée des propriétés physiques des aliments, des réactions chimiques qui interviennent lors de la cuisson dans un but de sublimation ultime du produit.

La cuisine moléculaire c’est alors penser la cuisine, l’expérimenter, la définir, la pratiquer
avec le prisme de l’exactitude scientifique. En d’autres mots, c’est une assiette dressée avec
des mains de chefs et des yeux de scientifique.

Pour appuyer le propos, voyons les similitudes entre la cuisine moléculaire et la physique-
chimie.


Le vocabulaire :

Les analogies de vocabulaire avec la physique forment le premier point commun. Le
chef Thierry Marx – un des précurseurs – dispose dans son restaurant à Paulhac d’un
laboratoire dans lequel lui et ses compères mènent des expériences sans blouses ni gants en
latex mais bien en tablier. Ils cherchent la transformation physique d’un aliment pour selon
le chef étoilé « trouver le meilleur confort de dégustation » que ce soit pure, glacé, en
mousse, en sphère etc… Encore plus équivoque ; Marx est le fondateur du «Food Lab» dans
lequel il organise la réunion d’esprits scientifiques (physiciens, chimistes) et de cuisiniers de
métier, comme un parfait symbole du mariage entre les différentes disciplines.


Scientification du goût :

La cuisine moléculaire emprunte également des notions et des résultats de recherche scientifique afin de tendre vers la perfection. Cuire un aliment à la poêle jusqu’à ce que se forme une légère croute brunit porte le nom de réaction de Maillard. Elle intervient selon les aliments (180° pour un steack) lorsqu’une certaine température est atteinte, ce qui provoque un chamboulement atomique dans le produit. Ce phénomène entraine un éclatement des protéines en une multitude d’acides aminés qui viennent se fixer sur le glucose. Le résultat de cette réaction chimique est un goût plus prononcé. Les grands cuisiniers cherchent à tout prix à atteindre la cuisson Maillard.

De même, ils privilégient la mousse car la recherche anatomique a démontré que l’arôme
présent dans les bulles d’air montait dans le réseau rétro-nasal lorsque celles-ci éclataient.
Ce qui en quelques sortes multiplierait le goût car les capteurs de la langue et les muqueuses
olfactives traitent plus d’information que les capteurs de la langue seul.

 

La méthode et le matériel utilisé.


Cryogénisation, émulsification, floculation, sphérification, azote liquide.. Oui nous
parlons toujours de cuisine moléculaire. Et pourtant ce sont des phénomènes physiques que
l’on manipule en laboratoire. Le cuisinier moléculaire s’essaye à des transformations
atomiques complexes à la manière d’un physicien.

Pour se faire il ajoute aux couteaux affutés de sa besace du véritable matériel scientifique tel-
que : le thermomètre pour la température idéale de libération des arômes, le siphon pour la
mousse, ou même un scanner IRM afin de repérer les nerfs de l’anguille parasitant le goût !
Selon Hervé This physicien-chimiste, auteur de la thèse « La gastronomie moléculaire et
physique » en 1996 ; la cuisine moléculaire consiste simplement à accepter le progrès
matériel et à s’aider de l’outillage des physiciens. Seul la technologie de pointe permettrait
d’atteindre la précision scientifique dans la cuisine moléculaire. C’est ainsi que la cheffe
Christèle Gendre propose sur sa carte des mouilletes de jaune d’œuf cuit à 68° précisément.
Toutes ces données nous amènent à penser que la cuisine moléculaire est une discipline qui
pour passer un cap d’excellence a sût recourir à la science, à ses procédés et son matérielle.
Ce n’est peut-être que le commencement. La vision scientiste de la cuisine a encore de
beaux jours devant elle puisque les futurs chefs ont désormais dans leur cursus une
formation scientifique.

 

Sources
http://secrets-de-la-casserole.e-monsite.com/pages/histoire-de-la-cuisine-moleculaire.html
http://tpecuisinemol.e-monsite.com/pages/qu-est-ce-que-la-gastronomie-moleculaire/les grands-chefs-de-la-cuisine-moleculaire.html
https://www.lemonde.fr/dans-l-assiette/article/2015/04/07/les-electrons-libres-de-la-cuisine-
moleculaire_4610896_4575442.html
https://nouvellesgastronomiques.com/la-gastronomie-moleculaire-ce-nest-pas-la-cuisine-moleculaire-par-herve-this/
https://www.youtube.com/watch?v=Kc2fjylFIa4
http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/18613_1
https://www.youtube.com/watch?v=MTgx5m7JNCI

IA l’esprit informatique

 

200m², 10 ilots, une quarantaine d’expériences interactives, c’est ce que propose le centre
science, à travers son exposition « IA l’esprit informatique ».


Cette exposition interactive a pour but de mettre en relation le public et les domaines de l’innovation informatique, du numérique et de l’intelligence artificielle. Dès le plus jeune âge,
tous pourront évoluer selon trois axes tournés autour de l’intelligence artificielle. Tous d’abord, des expériences et manipulations dites « débranchées », c’est-à-dire non connectées, feront découvrir les bases du codage, des algorithmes et de la programmation.


Même les plus jeunes seront ravis de pouvoir explorer cette partie du monde de
l’informatique. Puis, la suite de l’exposition portera sur les évolutions récentes en
informatique et les avancées de l’intelligence artificielle grâce à des robots et différents
dispositifs numériques. L’accent est mis sur les relations homme-machine et la place du Big
Data dans notre monde. Puis le troisième axe donnera la parole à des scientifiques qui
partageront leurs questionnements au sujet de l’impact de l’IA sur les grands enjeux de notre
quotidien, comme le transport, la sécurité, l’environnement ou encore la santé.


Petits et grands pourront, à travers une quarantaine d’éléments interactifs, se poser des
questions sur des thèmes comme : Tout est code / Algorithmes au quotidien / Vitesse de
calcul / Triez et Empilez / Est-ce bien logique ? / La nature programmée / Robots et automates
/ Calculs et stratégies / Informations et stockage / Un monde numérique ou hyper connecté ? /
Perspectives de l’IA.

MD

 

 

Source : https://www.centre-sciences.org/ressources/ia-lesprit-informatique

CRISPR-CAS9 Nobélisé, jusqu’où peut-on aller ?


La révision de la loi bioéthique au sujet de l’outil Crispr-cas9 tout récemment nobélisé,
autorise les recherches sur les embryons jusqu’à 14 jours et les modifications du génome
sur les cellules souches embryonnaires. L’augmentation de l’être humain inquiète toujours
autant et c’est à l’international que les futures lois devront se faire.


Le 7 octobre dernier, Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna recevaient le prix Nobel
de chimie pour leur invention d’une technique révolutionnaire : Crispr-Cas9. Un nouvel
“outil pour réécrire le code de la vie” selon le jury, qui déclare également que “seule
l’imagination peut fixer la limite de l’utilisation de l’outil”. Ces dernières déclarations nous
font nous interroger sur les limites légales de l’utilisation de cet outil. Justement le projet de
révision de la loi de bioéthique déposé le 24 juillet 2019 a été adopté le 3 août dernier.
Pour rappel, Crispr-Cas9 est un ciseau génétique qui permet d’éditer le génome avec une
simplicité surprenante et un moindre coût. L’alliance CRISPR-Cas9 permet de localiser le
segment d’ADN à modifier et de le supprimer ou le remplacer.


Cela soulève un grand nombre de questionnements éthiques. En effet, la possibilité
d’implanter un embryon transgénique et la modification des cellules germinales (donc
transmissible à la descendance) inquiètent.


La révision de la loi bioéthique


La Convention d’Oviedo sur les droits de l’homme et la biomédecine (article 13 : ”une
intervention ayant pour objet de modifier le génome humain ne peut être entreprise que
pour des raisons préventives, diagnostiques ou thérapeutiques et seulement si elle n’a pas
pour but d’introduire une modification dans le génome de la descendance”) et l’article 16-4
du code civil (“Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité de l’espèce humaine. Toute pratique
eugénique tendant à l’organisation de la sélection est interdite […], aucune transformation
ne peut être apportée aux caractères génétiques dans le but de modifier la descendance de
la personne.”) encadrent les recherches génétiques sur l’embryon humain.


Mais dernièrement, le projet de loi relatif à la bioéthique a permis de réviser quelques textes
de lois concernant ces décisions.


Lors de la séance du 28 juillet, Mme Cécile Cukierman, vice-Présidente de la commission des
lois constitutionnelles, souligne l’importance de cadrer la recherche dans ce domaine car
elle pourrait amener à l’amélioration du génome et de ce fait à de l’eugénisme : “Ce que je
sais, c’est qu’aujourd’hui, en fonction de ce que nous allons voter, ou non, nous ouvrons, ou
non, le champ des possibles pour dans dix, vingt, trente ou quarante ans.”


Dans le compte rendu de la séance du 31 juillet 2020, la différence entre cellule souche
embryonnaire et embryon est détaillée et permet à la ministre de l’Enseignement supérieur,
Recherche et Innovation, Mme Frédérique Vidal, de modifier l’article 17 qui stipule
désormais que la modification génétique des embryons reste illégale mais plus celle des
cellules souches embryonnaires (cellules souches pluripotentes prélevées dans un embryon
de 4 jours, elles n’ont pas vocation à devenir embryon). Selon plusieurs participants, ces
recherches aboutiront à de nombreuses avancées et de nouvelles thérapies pourront être
développées.


De plus, l’autorisation de recherche sur les embryons surnuméraires (embryons donnés en
plus et non utilisés pour la PMA) est étendue à 14 jours au lieu de 7. Cette décision était très
attendue par la communauté scientifique, la majorité des signataires de la convention
d’Oviedo l’ayant déjà prise. Selon Mme Anne France Brunet, cela “permettrait de
comprendre la différenciation des cellules souches embryonnaires humaines, [..] Les
retombées médicales qui pourraient en découler sont très attendues. Ce serait un atout pour
la recherche française.”


Le futur de Crispr-cas9 et de ses lois


Pour l’instant, cette technique et les résultats éventuels ne sont pas encore suffisamment
connus. Une modification du génome d’un embryon serait, en plus d’être illégale, assez
dangereuse. Mais plusieurs sociologues s’interrogent sur le futur de cette méthode, qui
finira certainement par être utilisable sans trop de danger pour la vie de l’humain à venir.
Dans un article de Télérama, Céline Lafontaine déplore cette course à la nouveauté et à la
technique : “On juge de plus en plus souvent ce qui est bien ou mal non pas en fonction de
l’éthique, mais de la disponibilité des technologies et de leur innocuité supposée”. Mme
Lafontaine s’inquiète sur un possible avenir où les lois seraient du côté “des industries
concernées, déjà dans les starting-blocks”.


Pour Alain Fischer, médecin et ancien titulaire de la chaire Médecine expérimentale au
collège de France :« La modification du génome […] doit rester sur le seul terrain de la
médecine. Ces rêves de perfectionnement ne pourraient qu’aboutir à la dictature de ceux qui
seraient augmentés sur ceux qui ne le seraient pas. Corriger une maladie génétique, ce n’est
pas augmenter un homme, c’est soulager une personne qui souffre. Si les deux objectifs font
appel aux mêmes techniques, il faut promouvoir le soin et empêcher le développement de
l’augmentation.”.


Quoi qu’il en soit, l’encadrement législatif de ce futur devra se faire de manière
internationale afin de diminuer le dumping éthique, c’est-à-dire la possibilité d’aller dans un
pays qui autorise des activités scientifiques interdites en France.


Sur ces idées, le Comité Consultatif National d’Ethique, le comité d’éthique allemand et le
comité d’éthique anglais se sont réunis. Ils appellent les Etats à étudier de façon réelle
l’édition du génome transmissible et à légiférer cette pratique. Il faudrait bien sûr que ce
sujet soit discuté en amont avec l’ensemble de la société et que des moyens de contrôle et
des sanctions soient mis en place au niveau international.

La médecine sportive. De la cigarette tolérée

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories. La médecine sportive. De la cigarette tolérée aux régimes alimentaires stricts.

La compétence sportive dépend en grande partie du talent intrinsèque mais aussi de
l’outil qui lui permet de l’exploiter au maximum et de l’exprimer à savoir : le corps. Être le
plus talentueux ne suffit plus, il est nécessaire de profiter de la meilleur condition physique
possible. Le sport de haut niveau étant une compétition, comprendre les mécanismes du
corps pour arriver à de meilleurs résultats est une aide salutaire, de même que l’entretien du
corps, la guérison des blessures, la rééducation et même la nutrition.

On remarque de plus en plus la présence de la médecine dans le monde du sport surtout
professionnel ou elle cohabite jusqu’au foyer des sportifs. L’accompagnant à sa table, dans
son assiette, dans son bain glacé après un effort pour une meilleure récupération musculaire ; elle est sa conscience professionnelle. Prescripteur, manuel de mode de vie sain utile à quiconque prétend remporter la compétition, le sportif sérieux est un sportif qui l’emporte partout avec soi.

Les équipes olympiques ont des staffs médicaux, les critiques sportives sont moins indulgentes lorsqu’un joueur traîne quelques kilos en trop. Et pourtant si l’on s’aventure quelques décennies en arrière l’exigence athlétique n’étaient pas aussi liberticides pour les compétiteurs. Aucune révolution incroyable n’a impacté les connaissances anatomiques. C’est le comportement, l’adoption d’un esprit dans le sport qui s’est imposé de lui-même mais pas que… La médecine sportive a bénéficié d’un coup de pouce, elle fut impulsée par les dirigeants de club, les sponsors etc.. qui ont de gros désavantages à voir leur écurie décimée par les blessures perdre face à des adversaires dont les sucres lents ont composé le déjeuner. Ce faisant, les athlètes se sont calqués sur l’hygiène de vie des vainqueurs et la rigueur médicale a accrue la compétitivité.

Une histoire de gros sous ?

De manière croissante, le sport génère de plus en plus d’argent avec la démocratisation des télévisions – donc des droits d’image -, la publicité et les sponsors. En NBA, golf ou football, jamais les salaires n’ont atteint un tel palier. Jamais une victoire du championnat n’attirait autant de rentrée d’argent par les sponsors (20 millions annuels déboursés en 2017 par Rakuten afin d’avoir son logo visible sur le maillot des Warriors de San Francisco en NBA). Jamais un titre de meilleur joueur des play-offs n’attirait autant d’entreprises, chéquier à la main en proposant à une star de tourner une publicité de shampoing. Johan Cruyff sur cette photo commet un acte qui serait aujourd’hui sanctionné par les dirigeants de club. Rappelons qu’un joueur de football est sous contrat, son corps est l’outil de travail de ses employeurs. Comme un industriel qui assurerait une machine contre la dégradation, les dirigeants contractent des assurances sur les mains des gardiens ou les jambes des attaquants. Celles de C. Ronaldo ont été assurées à 103 millions d’euros par le Real Madrid en 2013. On comprend mieux pourquoi les joueurs sont incités à adopter une attitude médicinale d’eux même. Imaginons que les 4 joueurs fumeurs de l’équipe de France de Tennis affronte l’équipe Suisse composée de 4 joueurs non-fumeurs. Est-ce que Lacoste serait ravis de perdre contre Nike et glanerait l’innocente maxime « L’important c’est de participer » ? Il est donc possible que l’explication trouve son origine dans la dimension monétaire du sport. Johan Cruyff gagnait 360 000 euros annuels au FC Barcelone en 1973. C’était le transfert record de l’époque. Cristiano Ronaldo au Réal Madrid, 40 ans plus tard avait un salaire annuel de 21 millions, soit 58 fois plus ! En 1973 Cruyff fumait devant les photographes, C. Ronaldo a son nutritionniste personnel. Nous ne pouvons à ce stade que nous interroger sur l’évolution simultanée de la médecine dans le sport de haut niveau et de l’évolution des capitaux, sans ne pouvoir rien affirmer. Notons également que le comportement sain dit « professionnel » gagne les amateurs mais aussi les futurs professionnels du sport à savoir les étudiants STAPS disposant d’Unité d’Enseignement théoriques concernant l’anatomie et la prévention des blessures.


Sources :
https://www.basketusa.com/news/446725/les-lakers-devoilent-un-sponsor-maillot-pour-12-a-14-millions-de-dollars-annuels/
https://ufr-staps.univ-lyon1.fr/formations/licence-et-master
https://www.footichiste.com/2020/05/27/footballeurs-fumeurs-cigarettes/

https://www.sofoot.com/johan-cruijff-le-business-man-volant-204691.html

Le méchant médecin dans l’imagerie populaire

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Dans notre société et notre imaginaire, le médecin tient un rôle tout à fait singulier. De par ses grandes responsabilités, sa capacité à influer sur la santé soit, sur la vie, il est parfois perçu comme un membre à part, un individu avec de grands pouvoirs. Sur un bateau, il est surnommé le sorcier. Son surnom marin représente bien la superstition qui entoure le personnage. L’imagerie mystique s’est fixée sur cet homme comprenant mieux le corps d’autrui qu’autrui. Manipulant l’invisible pour le commun des mortels à savoir les bactéries, les os sous la peau, les muscles, il détient alors la connaissance et voit ce que l’on ne voit pas. Soulignons également le fait qu’un docteur défie l’ordre naturel de la vie et de la mort et qu’il se heurte très vite à notre conception traditionnelle héritée du christianisme.
Pour toutes ces raisons, il est possiblement vu comme un être au grand pouvoir, un « sorcier ». Or le pouvoir en définition politique est la « capacité de nuisance ». Puisqu’il détient de tel pouvoir, le médecin a fait l’objet d’une crainte qui se retrouve dans l’imagerie populaire. Malheureusement pour lui, le médecin est un voir – le – symbole de la médecine.
Pour comprendre pourquoi James Bond se bat contre le méchant Dr. No ou Spiderman affronte le Dr. Norman Osborn ou le Dr. Octopuss, il est nécessaire de faire un saut jusqu’ au XIXème siècle et d’y trouver un début de piste. Deux phénomènes historiques ont à la fois forgé l’imaginaire du médecin mais furent aussi des traductions de cette méfiance déjà ancrée. Il s’agît de l’histoire de Jack L’Eventreur et du roman de Stevenson, L’étrange cas du Docteur Jekyll et de Mr. Hyde.

Jack l’éventreur :

La série de meurtre spectaculaire dans le quartier de White Chapel a été un évènement traumatisant pour les londoniens. Elle s’inscrit en plus de cela dans une époque révolutionnaire concernant la transmission de l’information. C’est la grande mode du journal, son succès repose déjà sur le sensationnalisme et l’émotion, ici, celle de la peur.
L’information n’est pas le seul apport du journal. Il diffuse des idées, amène le débat public, la discussion entre deux londoniens sur un fait divers etc… Jack l’éventreur devient vite un sujet d’ampleur. Tout comme le XVIème siècle est le siècle d’or de l’Espagne, le XIXème, lui, est celui des Royaumes Unis. La city a une influence idéologique immense sur le monde entier. Si le coton est la meilleure fibre vestimentaire pour l’économie londonienne alors le coton gagne les autres pays au profit de la laine. Si la city a peur des hommes en blouse, alors le Portugal en aura peur après avoir eu écho des meurtres sanguinaire dont le suspect est… un médecin !
En effet, sans s’étaler sur le caractère glauque des crimes, Jack l’éventreur opérait de manière assez chirurgical et plusieurs éléments ont conduit les autorités britanniques à établir le profil type d’un médecin. L’opinion populaire s’est vite accommodé de ce bouc-émissaire social. Peut-être par méfiance patente à l’égard de la profession ? Tout cela est difficile à cerner, nous ne pouvons que rappeler que l’acteur principal de ce feuilleton traumatisant dans la capitale de ce qui était à l’époque le plus grand empire du monde est un médecin dans l’esprit des anglo-saxons.


Dr Jekyll et Mr. Hyde

 



Depuis tout temps et sous toutes ces formes, l’art véhicule le ressentit de son auteur sur le monde qui l’environne. Si le XVème siècle est celui de la peinture et des grands maîtres (Michel Ange, Botticelli), le XIXème est communément admis comme étant celui du roman (Victor Hugo, Zola, Charles Dickens). A cette époque, le succès du genre littéraire a des répercussions sur l’imaginaire des lecteurs par le biais des protagonistes symbolisant un élément de la société (Gavroche par exemple). Presque tous les atomes de la société sont traités dans les romans. Le médecin n’y échappe guère dans la célèbre histoire de Stevenson : L’étrange cas du Dr. Jekyll et de Mr. Hyde.

Ce livre nous intéresse car il est une œuvre majeure dont la portée et l’influence se ressent possiblement 140 ans plus tard. De plus il caractérise l’ambivalence du médecin chez un personnage dans la dualité du bien et du mal. C’est le mal qui triomphe et Mr.Hyde qui assassine. Fut-ce un témoignage de la méfiance envers le médecin, son point de départ, ou les deux ? Quoiqu’il en soit nous retiendrons qu’un monument de l’art majeur de son temps dont la renommée a traversé plus d’un siècle met en scène un docteur assassin. Pour ne pas arranger les choses dans un Londres victorien déjà associé au lugubre avec l’épisode de Jack l’éventreur et les quartiers malfamés de bar à opium entre autres. Il est alors fort probable que cette œuvre soit une influence dans l’imagerie populaire.

Cependant, le cas du médecin n’est pas aussi simpliste et manichéen. Ils échangent parfois leurs blouses contre des capes de super-héros dans l’univers Marvel comme l’indique l’article en annexe.

Méchant ? Gentil ? Les deux assurément. C’est là toute la spécificité de la profession. Le médecin dans l’imaginaire populaire est un personnage ambivalent, affilié à la sécurité (Dr. Jekyll) et au danger (Mr. Hyde). Peut-être est-il associé à la fois au bien (la vie) ou au mal (la mort) puisqu’il est aussi bien un passeur vers la vie à la maternité et un passeur vers la mort au moment de l’extrême vieillesse ?

 

 


Sources :
https://www.historia.fr/la-chronique-de-nota-bene/jack-leventreur-et-le-r%C3%B4le-de-la-presse
https://www.londresmag.com/2019/08/01/jack-leventreur-la-realite-a-lorigine-du-mythe/
https://nospensees.fr/jekyll-et-hyde-le-bien-et-le-mal/

Annexe :
Les Scientifiques ‘Marvel’ : Des (Super) Héros en Blouses Blanches, Sylvain Rimbault

L’Arbre aux Hérons ou la joie de donner vie à ses rêves

Depuis 2004, l’Ile aux Machines est installée sur l’Ile de Nantes, aux bords de la Loire. Un partenariat entre Nantes Métropole et la compagnie « La Machine », croisant le théâtre et l’urbanisme, a permis l’installation d’un atelier où collaborent des artistes, techniciens et décorateurs de théâtre. Né de l’imagination de François Delarozière et Pierre Orefice, le public a découvert en 2007 le Grand Eléphant et la Galerie des Machines, puis en 2012, le Carrousel des Mondes Marins. Le projet initial prévoyait aussi la conception de l’Arbre aux Hérons dont une branche prototype est visible depuis 2007. Les visiteurs admirent, se promènent et patientent en observant les gestes et le savoir-faire de ceux qui donnent vie à ce projet rêvé. Au cœur de la création d’un nouveau jardin urbain, le Jardin Extraordinaire, l’Arbre aux Hérons s’inscrit petit à petit dans l’environnement. Dessiné, rêvé, imaginé, ce sont des techniciens, des artistes peintres, des mécaniciens, hommes et femmes qui œuvrent à sa conception. 1700 tonnes d’acier feront une sculpture de 35 m de haut et 50 m de diamètre. Le tronc, de 15 m de diamètre, portera des jardins suspendus où les visiteurs pourront déambuler. Le monde souterrain sera également accessible aux curieux. Un bestiaire mécanique de trente animaux et plantes habitera les lieux, surplombés par un couple de hérons, nichant à la cime de l’arbre. Ces oiseaux mécaniques déploieront leurs 91 plumes sur 16 m d’envergure pour faire voler une quinzaine de passagers à plus de 40 m au-dessus de la ville ! Une occasion de voir les lieux autrement et de célébrer l’ingéniosité des techniciens et l’imagination des artistes qui feront partager leurs rêves au public. Chaque jour, ils œuvrent à donner vie à cet incroyable projet grâce à leur savoir-faire. Le projet s’inscrit dans une aventure artistique, humaine et industrielle. Des temps de partage avec les habitants permettent de l’inclure dans la vie locale, les ateliers sont ouverts aux visiteurs plusieurs mois par an, exposant les avancées en cours. Les artistes présentent les machines au public, leur fonctionnement et leur donnent vie. Plusieurs animaux du bestiaire sont déjà prêts (créations de Pierre De Menecquenem) : une chenille, un colibri, un paresseux et depuis peu un caméléon aux couleurs irisées qui étend sa langue pour attraper des mouches ! L’aventure se poursuit jusqu’en 2024 où l’Arbre aux Hérons deviendra réalité. Souhaitons que d’autres rêves fleurissent d’ici-là, pour continuer de les partager à l’Ile aux Machines.

Nathalie ROTH

Sahara et le Césium

Début février 2021, un nuage de poussière de sable du Sahara arrive en France grâce à des conditions météorologiques favorables. Après analyse des échantillons, les scientifiques retrouvent des traces de césium 137, un élément radioactif issu des tests nucléaires français dans les années 60.

Pas de danger radiologique d’après l’IRSN.

Au total, il est retombé 80 000 Bq (becquerels) au km² de césium 137. Cette valeur est extrêmement faible et n’est heureusement pas synonyme de dangerosité pour la santé. L’IRSN (institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) indique que les retombées radiologiques sont négligeables.

Le césium a une demi-vie d’environ 30 ans. Il faut 30 ans pour que la moitié des atomes se désintègrent et que la dangerosité baisse d’autant. On considère qu’il faut 10 périodes pour que la radiotoxicité d’un élément tombe en dessous du niveau de radioactivité naturelle. Le fait que ces retombées de césium 137 soient négligeables pour la radioprotection vient de deux facteurs :

– La désintégration naturelle : les essais ont eu lieu dans les années 60, la radiotoxicité adonc été divisé par 4 depuis.

– La dilution : Le césium 137 produit par les explosions nucléaire a été largement dilué dans l’immensité du Sahara, la quantité de césium réellement présente dans ces retombées est infime. 

Néanmoins si le danger radiologique est écarté, ce phénomène de retombé de poussière augmente considérablement la concentration en particule fine et provoque une pollution atmosphérique qui n’est pas négligeable.

Un rappel des agissements de la France.

Le Césium 137 n’existe pas dans la nature et provient exclusivement d’activités humaines. On le retrouve notamment après des accidents nucléaires comme ceux de Tchernobyl ou Fukushima. En l’occurrence ici, vu la provenance du sable, ce césium 137 est un reliquat des essais nucléaires français menés pendant les années 60 dans le désert du Sahara. Le premier essai : « La gerboise bleue » date de 1960.  Entre 1960 et 1966, ça n’est pas moins de 17 essais nucléaires qui seront réalisés par la France dans le sud de l’Algérie. Les accords d’Evian signés en 1962 obligeront la France à quitter le territoire Algérien pour ses essais atomiques à partir de 1967. La France continuera les essais atomique en Polynésie pendant près de 30 ans jusque 1996, fin officielle des essais français.

Avec Holo-Math : Plongez au cœur des maths

Comprendre des concepts mathématiques grâce à l’immersion dans la réalité virtuelle ? C’est

le pari du projet Holo-math de l’Institut Henri Poincaré à Paris.




Source : https://www.holoforge.io/project/holomath/

La réalité mixte 1930 est l’année où le terme « réalité virtuelle » a été utilisé pour la première fois. Et la première expérience date des années 1960. Tandis que celle-ci plonge l’utilisateur dans un monde virtuel composé d’images de synthèse, la réalité mixte permet, grâce à des lunettes Hololens ou encore Meta 2 par exemple, l’ajout d’objets de synthèse sous forme d’hologrammes, dans l’environnement réel. L’utilisateur a la possibilité d’interagir avec ces objets. Les lunettes de réalité mixte ne sont pas composées d’écrans, mais d’une visière transparente sur laquelle sont projetés des éléments virtuels. Ces éléments apparaitront en 3D dans l’environnement réel de l’utilisateur. Cette réalité mixte est souvent utilisée par les professionnels pour la maintenance de matériels de pointe ou encore par des concepteurs, ingénieurs ou architectes pour visualiser un produit futur et l’améliorer ou corriger les défauts. Le deuxième pôle d’utilisation est l’enseignement et la formation.

L’Institut Henri Poincaré à Paris lance d’ailleurs un nouveau projet de réalité mixte grâce à un casque HoloLens : le projet Holo-Math. Comprendre des concepts mathématiques grâce à l’immersion dans la réalité virtuelle  Le projet débute en 2017 avec une expérience et des tests pilotes au Palais de la découverte. Puis elle est testée auprès du grand public un an après, au Panthéon. Les années suivantes, le premier « épisode » sur le mouvement brownien est développé, designé et expérimenté lors de sessions d’immersion. Le concept, présenté dans des musées, des centres scientifiques, des écoles et lors d’évènements spéciaux, réuni une dizaine de personnes autour d’un médiateur.

Grâce à un casque HoloLens qui les plongent dans un univers d’objets et de théories mathématiques, les participants se déplacent, tournent dans la pièce et cliquent sur les objets virtuels. Contrairement à la réalité virtuelle « totale », les participants peuvent encore se percevoir les uns les autres. Mais la réalité est augmentée grâce aux hologrammes du casque et l’utilisateur voit se matérialiser devant lui des concepts mathématiques et physique comme le mouvement brownien ou la planche de Galton. La Maison Poincaré, dédié aux mathématiques, qui ouvrira à Paris en 2022 a prévu un espace dédié pour l’expérience Holo- Math. Cela permettra de tester une autre manière de « voir les mathématiques ».

MD

 

Kerbal space programme: Vers l’infini et au-delà!

 

Kerbal space programme (KSP) est un jeu vidéo de simulation de construction, lancement et pilotage de fusée, satellite et vaisseaux spatiaux. Le jeu propose une expérience extrêmement réaliste d’un point de vue de la physique (gravité, friction, vélocité, calcule des trajectoires) tout en affichant une direction artistique très cartoon. À cet égard, le jeu peut paraître assez simple aux premiers abords, mais dès lors que vous vous retrouvez aux manettes, la réalité de la physique cruelle et immuable vous rattrape. KSP est un jeu difficile. C’est ce qui en fait tout l’attrait. S’extirper de la gravité terrestre* est un défi. Vous raterez beaucoup, vraiment beaucoup… vos premières fusées vont pour la plupart exploser au décollage. Ici vous comprenez pourquoi le jeu possède des graphismes cartoon, il est judicieux de s’écarter du photoréalisme quand vos 50 premières fusées explosent sur le Pas de tire avec vos astronautes à l’intérieur ! Quand par miracle au bout d’un nombre d’essais un peu trop élevé à votre goût, votre fusée atteint enfin l’espace, le jeu vous rappelle immédiatement à la réalité : « gravity is a bitch ». Votre fusée amorce sa chute et se désintégrera durant sa réentrée dans l’atmosphère dans un feu d’artifice digne des plus beaux 14 juillets. Piqué dans votre ego vous vous relancez, bientôt le vocabulaire spatial n’a plus de secret pour vous. Vous parlez couramment de « Delta V », d’ergol liquide et solide, d’Apoapsis et de Periapsis. Vous êtes un expert. Vous maîtrisez la mécanique orbitale comme personne. Votre fusée « SPOUTNIK 56 » arrive en orbite stable autour de la terre à tous les coups. Vous êtes un génie. Le champ des possibles s’ouvre à vous.

Préparer une mission lunaire habitée, construire une station spatiale, envoyer des sondes vers toutes les planètes du système solaire ou encore construire un réseau de satellite géostationnaire ou GPS : tout est possible. Le jeu est un immense bac à sable à l’image du vrai monde véritable. Bientôt vous vous retrouvez sur YouTube à regarder tantôt des documentaires sur les missions Apollo pour essayer de reproduire les plus emblématiques d’entre elles, tantôt sur des tutos KSP parce que vous avez tout compris, mais vous ne crachez pas sur un peu d’aide. Rien n’est facile, chaque mission vous demande des recherches sur le fonctionnement d’une fusée, sur les mécaniques stellaires ou encore sur la chimie des différents moyens de propulsion que vous utilisez. Mais les sensations d’accomplissement sont réelles, la sensation quand votre premier cosmonaute pose le pied sur la Lune est indescriptible (teinté d’une légère tension, vous n’êtes pas vraiment sûr d’avoir embarqué assez de carburant pour le trajet retour)

KSP est un jeu difficile qui ne fait pas de cadeaux et qui ne plaira sans doute pas à tout le monde. C’est aussi une aventure extraordinaire de laquelle on ressort avec des connaissances que l’on n’aurait jamais imaginé avoir. Une compréhension des mécanismes d’orbite et bien d’autres concepts qu’aucun autre support que le jeu vidéo nous aurait poussés à aller chercher. L’envie de réussir l’exploit, de poser notre petite sonde sur une autre planète pousse le joueur à à creuser toujours un peu plus pour comprendre le monde de l’espace et les règles qui le régis. Je propose de vous quitter une nouvelle fois sur une vidéo YouTube que j’ai moi-même publiée il y a quelques années à l’occasion de la mission « Exo Mars » de l’ESA. J’essaie d’y simuler la mission au sein du jeu.

 

https://youtu.be/U2atEbzrlGU

 

* Pour des raisons de simplicité je parle du système solaire alors que KSP ne reproduit pas exactement le système solaire mais une version légèrement modifiée de celui-ci, mes excuses aux experts qui l’auront sûrement remarqué.

Néonicotinoïdes : Une contamination irrémédiable des écosystèmes d’Europe?

Plusieurs années après leur interdiction, les néonicotinoïdes ont envahi nos sols et nos écosystèmes selon des études récentes. Trois pesticides, reconnus toxiques pour les abeilles et autres pollinisateurs, sont interdits d’utilisation en Union Européenne (UE) depuis 2018. Ces pesticides, de la famille des néonicotinoïdes, continuent de faire des ravages aujourd’hui. Malgré des conditions d’utilisation fortement restreintes et contrôlées, ils ne cessent de se propager dans l’environnement et de menacer la biodiversité. Ces derniers mois, de nombreuses études portées par des équipes européennes, ont mis en évidence une dissémination non négligeable de ces néonicotinoïdes dans les sols et les eaux de rivière. Les conséquences sont visibles. Les organismes vivants dans ces écosystèmes : abeilles, fourmis, vers de terre ou encore insectes d’eau douce, sont fortement impactés.

Réglementation en Union Européenne

Pesticides les plus utilisés à travers le monde, les néonicotinoïdes sont également les plus dangereux pour nos écosystèmes. Trois d’entre eux ont vu leur utilisation restreinte dans les États de l’UE en 2013, avant d’être bannis en 2018. Certaines cultures possèdent des dérogations. C’est le cas de plantations sous serre entre les années 2013 et 2018. Elles étaient alors considérées comme sécurisées avec des chances de contamination extérieures très faibles. Plus récemment, on peut noter l’autorisation accordée en décembre 2020 pour le traitement des betteraves à sucre, dans l’optique de lutter contre un puceron vert transmetteur de la jaunisse.

Malheureusement, des études récentes ont démontré, par le biais d’expériences en laboratoire et d’ analyses sur des terrains agricoles français, que les contaminations étaient monnaie courante et les conséquences importantes. Une contamination généralisée des sols Une étude française 1 a analysé des prélèvements de sols agricoles datant de 2016 et provenant de la zone Atelier Plaine; Val de Sèvre, un territoire d’étude de la biodiversité de 450km 2 . Le résultat est sans appel. Tous les sols, qu’ils aient été ou non traités par le passé, présentent des traces d’au moins un pesticide. Dans 90% des cas, il s’agit d’imidaclopride, un des trois néonicotinoïdes interdit depuis 2013. Une seconde étude française 2 , datant de 2020, a aussi enregistré une contamination de fleurs sauvages dans l’ouest de la France, que celles-ci soient proches ou à distance d’un champs traité ou anciennement traité.

La propagation à une aussi grande échelle de ces pesticides, a plusieurs origines. Dans une culture traitée par pulvérisation, seulement 5% des pesticides se retrouvent sur les plants. Les 95% restant sont absorbés par le sol, charriés par les vents vers de nouveaux terrains, ou encore emportés dans les eaux de ruissellement et d’irrigation qui rejoignent ensuite les rivières. La durée de vie des néonicotinoïdes dans les sols est variable, parfois jusqu’à plusieurs années. Dans un champ n’ayant jamais été traité, les risques de contamination dépendent de différents paramètres : son emplacement, plus ou moins proche d’un champs traité ou anciennement traité ; les vents, vecteurs de propagation ; et la nature de son sol. En cas de pluie et de retombées de néonicotinoïdes, il a été démontré qu’un sol argileux, ayant une meilleure capacité de rétention d’eau qu’un sol calcaire, présente des quantités d’imidaclopride supérieures.

Un impact sur la faune

Si les disséminations sont nombreuses et peuvent être expliquées, les conséquences à long terme sur la faune commencent juste à être étudiées. En répercussion à la contamination de l’environnement, le miel issu du butinage du nectar de colza présente encore des traces de néonicotinoïdes trois ans après leur interdiction. Les abeilles, au centre de la lutte anti-néonicotinoïdes depuis les années 1990, ne cessent d’être en première ligne. De même, des niveaux de pesticides pouvant mettre en danger les vers de terre des terrains agricoles de l’ouest de la France sont retrouvés chez la moitié d’entre eux. Parmi les pesticides retrouvés, l’imidaclopride y est surreprésenté et retrouvé en quantité encore plus importante que dans les sols.

D’autres études, réalisées en laboratoire, ont cherché à observer le comportement des organismes présents naturellement dans ces écosystèmes pollués. Ainsi, en mimant les quantités de néonicotinoïdes retrouvées dans la nature, des chercheurs suisses 3 ont mis en évidence un impact à long terme sur les colonies de fourmis noires de jardin. Ils remarquent une diminution de la taille et du nombre d’ouvrières, en répercussion à une diminution des capacités à rechercher de la nourriture ou à se reproduire. De même, une équipe des Pays-Bas 4 a étudié le risque associé à la présence d’imidaclopride à la surface des eaux douces. Si les poissons et amphibiens ne sont pas impactés, ce n’est pas le cas des insectes aquatiques. Le déclin d’insectes aux Pays-Bas est documenté et les résultats de cette expérience apportent une explication plausible au phénomène. Le taux de néonicotinoïdes retrouvé à la surface de l’eau serait toxique pour certains insectes.

Si le mode d’action et les effets des néonicotinoïdes sur les cultures traitées sont connus, nos connaissances sur leur dissémination dans les écosystèmes et les conséquences à long terme le sont moins. La contamination des sols atténue les effets bénéfiques de l’agriculture biologique et menace la biodiversité. Malgré la décision d’interdire certains néonicotinoïdes, leur utilisation dans le passé et les dérogations accordées continuent d’affecter nos écosystèmes. Certains pays de l’UE demandent régulièrement des dérogations. Une responsabilisation des États serait nécessaire afin de diminuer les demandes de dérogations et favoriser la mise en place d’alternatives naturelles aux pesticides.

 

  1. D. Wintermantel et al. Science of the Total Environment (2020)
  2. C. Pelosi et al. Agric. Ecosyst. Environ. (2021)
  3. D. Schläppi et al. Communications biology (2020)
  4. N. Thunnissen et al. Chemosphere (2020)

 

La technologie éloquente. Et si l’utilisation des robots en disait long sur nous ?

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Contrairement aux idées reçues, l’automate que l’on pourrait qualifier de premier prototype de machines date de bien avant Vaucanson. L’automate est un animatromate mécanique capable de copier des actions humaines, de se mouvoir comme lui et pourtant sans conscience ni connexion allant du cortex jusqu’aux muscles. La différence avec les machines au sens contemporain du terme est purement formelle. Les machines requièrent une énergie supplémentaire, un apport qui les alimentent, soit de l’essence pour créer l’explosion dans le cylindre et ainsi entraîner l’engrenage du moteur ou plus simplement de l’électricité. Les automates reposent exclusivement sur l’énergie d’un mouvement entraînant une mécanique continue.

Si l’on se dispense de la distinction purement technique pour se concentrer sur l’aspect pratique (car c’est tout le cœur du sujet), ils sont tous deux une entité, une création de l’ingéniosité capable de mimer le comportement humain. Pratique dans certains cas pour s’épargner des tâches risquées ou ennuyeuses ! Ils seraient alors des auxiliaires pour suppléer l’homme. Et ce, depuis l’antiquité. Mais dans quel but l’espèce humaine s’est efforcée de créer ces animaux de compagnies sans conscience, dociles et obéissants ? Peut-être que l’utilisation que nous avons cherché à faire des automates et des machines depuis plus de 2000 ans en révélera d’avantages sur nous ? Intéressons-nous aux parallèles historiques, voir s’ils dégagent une tendance.

 

Le divertissement et le service 

Les sociétés quelle que fût l’époque ont souvent trouvé du plaisir dans le spectacle qu’offre un autre individu. Visuel, auditif ou d’autre nature, le divertissement est une affaire d’être vivant aux premiers abords. Un tigre plantant ses griffes dans un gladiateur de la Rome antique, un esclave romain jouant de la harpe pour le bon plaisir de sa domina, un bouffon qui jongle lors d’un repas seigneurial etc.. Aujourd’hui le divertissement humain s’est libéré de cet aspect servile. Les musiciens d’un mariage sont, par exemple, payés. Au moment de sa performance, le rôle de l’amuseur est de servir de source de plaisir. Durant l’antiquité, avoir un esclave divertissant est le privilège des riches citoyens. Ce privilège ne peut nier la nature humaine : les sentiments, les émotions comme la colère qui anima les révoltes d’esclaves. En quelques sortes, le robot ou l’automate serait un esclave parfait. 

Dans le mythe de Prométhée ; l’espèce humaine est créée par les dieux grecs pour les divertir dans leur ennuie d’après-guerre contre les Titans (la Titanomachie). Toujours dans la mythologie, juive cette fois, le golem est une créature artificielle, dénuée de capacité décisionnelle. Polyvalent, il doit protéger ou bien épauler son créateur.

Tout cela n’est qu’interprétation mais voyons quelques exemples comparés :

 

Mosaïque romaine, IIIème siècle après J-C, Musée National du Bardo, Tunis. Deux esclaves servent à boire à leurs maîtres en tunique

 

 

 

 

 

 

 

 

A droite : Reconstitution de la servante automate par Phylon de Byzance, IIIème siècle avant J-C, Musée des technologies des grecs de l’antiquité, Katakolon.

 

Peinture de Jean-Léon Gérôme « Bas les pouces » 1872. Combat de gladiateur

 

 

Affrontement de « robot tueur » devant la foule du Salon Vivatechnology de Paris

 

 

 

Peinture sur vase de Nicias, IVème siècle avant J-C. Une aulétride lors d’un banquet

 

 

 

XVIIème siècle. Le joueur de flûte, un des trois automates de Vaucansson exposé au Palais Royal

 

 

 

 

 

 

 

A gauche : La docile Cendrillon /A droite : Un robot aspirateur et nettoyeur de sol

La protection :

Le fantasme d’un garde du corps aux os de métal, insensible à la douleur perdure à travers les époques. L’automate ou bien robot sans conscience, robuste, efficace, est un allié intimidant. 

Talos, un des premiers automates est une création du dieu forgeron Ephaïstos. Ce géant de bronze est offert au grand Roi Minos (roi de Crête) afin de garder une île en son absence. Il sera vaincu par Jason et les argonautes. Dans l’art contemporain cette fois, Terminator est envoyé par John Connor pour le protéger lui-même (dans le passé) et répondre à ses ordres. Pour trouver le vocabulaire adéquat il faut piocher dans la saga de jeu-vidéo Halo.

Dans cet univers de sciences fiction, une race surévoluée et disparue laissa son héritage disséminé aux quatre coins de l’espace : des robots appelés « sentinelle » protège la galaxie de la propagation du parasite, une forme de vie infectieuse. Les « gardiens » sont eux des robots géants en capacité de détruire une planète que le parasite aurait conquis.

Toutefois, les scénarios distopiques des œuvres contemporaines trahissent la méfiance des hommes envers leurs créations robotiques. Comme une leçon apprise par l’histoire des révoltes esclaves, nous retrouvons – principalement dans le cinéma – ce conflit millénaire entre dominant et dominé. La trilogie Matrix est évocatrice de cette vengeance des machines sur l’homme. Il y est mentionné nombreuses fois les notions de prise de pouvoir et d’exploitation. Est-ce une vision clairvoyante, une forme de culpabilité inconsciente ou simplement du divertissement ?

 

 

 

Yoko Tsuno, une électronicienne aux confins du réel

Yoko Tsuno, c’est un souvenir nostalgique de jeunesse, peut-être aussi l’amie que j’aurais rêvée avoir. Belge d’origine Japonaise, la belle Yoko est ingénieure en électronique, ceinture noire d’aïkido et pilote le planneur comme l’hélicoptère. Vous trouvez ça too much ? C’est sans compter sur sa profonde humanité qui en font un personnage extrêmement attachant, loin des standards de super-héroïnes.

Née sous le crayon de Roger Leloup en 1970, Yoko évolue depuis 29 albums entre science-fiction et fantastique. Généralement accompagnée de ses deux amis, Vic et Pol, la jeune électronicienne se retrouve toujours embarquée au détour d’une mission dans une aventure extraordinaire. Des intrigues qui la conduisent en Allemagne, en Chine, mais aussi dans le passé et dans l’espace !

Très jeune, Roger Leloup se passionne pour la mécanique. Il confectionne des maquettes en bois et collectionne des insectes qui lui servent d’inspiration. L’auteur ne manque jamais de peupler les aventures de Yoko d’avions, de vaisseaux ou d’autres moyens de locomotion en tous genres, à la beauté et au réalisme saisissants. Une habitude qui n’est pas sans rappeler un certain Hayao Miyazaki. La passion de Roger Leloup transparait nettement dans les univers dans lesquels Yoko évolue. Et celui-ci ne fait pas les choses à moitié ! Son œuvre est à la fois bien documentée et bien illustrée. On ne peut qu’apprécier la qualité du dessin, à la limite parfois du dessin industriel : le trait est précis, minutieux. Tout est pensé dans les moindres détails, des machines aux décors. Et Leloup est aussi généreux dans ses dessins qu’à fournir des explications techniques concernant le fonctionnement de ses inventions.

 

Mais Yoko Tsuno n’est pas juste une bande-dessinée intelligente. Ce petit bijou ne serait rien sans son héroïne, indépendante, déterminée et courageuse, élégante en toutes circonstances. Même, dans ses aventures les plus sombres, face aux ennemis les plus terribles, Yoko nous rappelle toujours la valeur de la vie humaine, l’importance de la famille et des amis. Ainsi, que ce soit au côté des Vinéens, ce peuple extra-terrestre à la peau bleue, ou dans le Bruges du XVI e siècle, les aventures de Yoko nous happent et nous relâchent toujours à la fin avec le sourire aux lèvres et la tête pleine de rêves…

The Parisianer s’invite au jardin des plantes

La science et l’art font-ils bon ménage ? La réponse nous la connaissons : c’est oui !

Ces dernières années les initiatives se sont multipliées. Une des dernières en date : la collaboration entre le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris et l’association d’artistes La lettre P.  Depuis 2013, ce collectif d’artistes réalise les couvertures d’un magazine fictif, The Parisianer, qui met à l’honneur la ville de Paris à travers des séries d’illustrations.

Du 20 mai au 13 octobre 2021 des couvertures de The Parisianer sont exposés à l’entrée du Jardin des plantes.  Une dizaine d’illustrations crées à cette occasion, accompagnées d’un texte sur les sciences, y sont exposées.

Toutes signées par des artistes aux genres variés, magnifiques et pleines d’humour, elles sont une porte d’entrée du muséum et des controverses scientifiques et environnementales que nous traversons. Ainsi, sont mises à l’honneur les grandes idées scientifiques portées par les galeries et le jardin du muséum.

Un exemple, comment expliquer la reproduction des plantes ? Dans un premier temps, transformez chaque arbre et plante du jardin afin de faire apparaitre leurs organes reproducteurs. Ensuite, faite jouer l’imaginaire collectif en rapprochant leurs organes mâles et femelles de ceux que nous connaissons bien.  Le résultat, une magnifique illustration colorée et drôle qui aura su très facilement véhiculer un contenu scientifique.

Ces illustrations nous rappellent que chaque interrogation, découverte et développement scientifique a pour origine la curiosité, l’imagination et le rêve. Elle ne sont pas uniquement réservées aux arts. Ce sont des notions communes à deux mondes trop souvent opposés.

Ces affiches méritent le détour et que l’on prenne le temps de les déchiffrer.

 

 Où retrouver l’exposition physique :

Jardin des plantes, 57 Rue Cuvier, 75005 Paris

Où retrouver une partie de l’exposition virtuelle :

https://www.mnhn.fr/fr/visitez/agenda/exposition/parisianer-chroniques-museum

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search