5G puis 6G : la course au pouvoir des rêves

Le monde hyperconnecté se rapproche à grands pas. Fantasmée et convoitée par les puissances mondiales et les entreprises, cette vision passionne les geeks mais elle est aussi redoutée par les particuliers. La frontière entre rêve et réalité semble de plus en plus mince. Mais est-ce un besoin réel ou une déconnection pour aller vers un monde virtuel où tout désir peut se réaliser ?

C’est une course qui paraît sans fin. Alors que son déploiement en est encore à ses débuts, la 5G suscite nombre de débats et controverses. La 6G commence à pointer le bout de son nez, laissant entrevoir un monde baigné par l’intelligence artificielle qui devra répondre aux problématiques du monde actuel.

Alimenter le fantasme du pouvoir et la compétitivité

Ces nouvelles générations de technologies de réseaux mobiles restent au cœur d’enjeux géopolitiques notamment les rivalités sino-américaines, une lutte de pouvoir et de conquête entre ces deux superpuissances pour la course du leadership. L’Asie est toutefois bien avancée sur ce sujet depuis 2018, puis depuis novembre 2020 avec les premiers satellites chinois pour tester la 6G. Les Etats-Unis sous Trump sont tombés dans une lubie de vouloir à tout prix remporter cette bataille. Fin 2020, ils entraient aussi dans la compétition de la 6G avec la Chine. Les supposés soupçons de risques d’espionnage par la Chine sont le principal motif de cette course. Cette lutte acharnée se fait ressentir jusqu’en Europe où les attendent deux potentiels concurrents, les entreprises Nokia et Ericsson.

Les industriels et les chercheurs attendent la 5G avec impatience puisqu’elle a été conçue pour répondre en particulier à leurs demandes. Outre le secteur militaire, les exemples souvent cités sont : le domaine de la santé avec des opérations chirurgicales très pointues réalisées à distance, des voitures connectées et autonomes pour le secteur automobile et la gestion du réseau des transports routiers.

Le développement de la 5G favorisera donc le maintien de la performance. Il relancera la compétitivité et l’économie. Il naviguera sur une meilleure productivité et une incitation à la consommation.

L’ultra-rapide rêvé

L’arrivée de la 4G dans les années 2010 avait déjà permis de faire un bond énorme dans la rapidité de la communication des données. Avec la 5G, finis les problèmes de latence et de saturation du réseau ! C’est de la 4G améliorée. Le temps de réponse des réseaux passera à 2 millisecondes au lieu de 20 à 40 millisecondes. Autrement dit, vous n’aurez pas le temps de souffler que la donnée apparaîtra sous vos yeux en un claquement de doigt. C’est magique, si le futur réseau ne rencontre pas trop d’obstacles physiques importants ! Concrètement, pour les utilisateurs d’internet et passionnés de technologies, vous téléchargerez une vidéo en quelques minutes au lieu d’1h30. Vous regarderez des vidéos en streaming sans coupure du flux. Vous aurez accès à davantage de jeux vidéo avec une meilleure résolution. Le monde de la 5G vous plongera dans un mélange entre virtuel et réalité.

Un avant-goût de la 6G

Pensez-vous que vous aurez tout vu avec la 5G ? Eh bien, pas tout à fait, puisque la 6G est bien en route. Comme pour la 5G, la 6G aura surtout sa place dans l’industrie avec un débit en théorie cent fois plus rapide que la 5G. Le premier sommet « 6G wireless summit » a eu lieu en mars 2019 en Finlande. Les experts et les scientifiques de 28 pays se sont projetés dans les rêves du monde en 2030, en tenant compte des problèmes du monde actuel. Car il s’agit peut-être bien d’un rêve de repousser encore plus loin les limites du progrès technologique. Le monde sera confronté à une population croissante et de plus en plus vieillissante, à des demandes d’augmentation de la productivité et à la nécessité de connecter des milliards de personnes qui ne le sont pas encore.

La vidéo « 6G vision for 2030 » de l’université Oulu en Finlande vous propulse dans un monde hyperconnecté avec des hologrammes. Les industries et les villes intelligentes se développeront encore plus rapidement. Vous ne seriez plus dans un de ces films de fiction fantasy. Les désirs des chercheurs et des geeks deviendront réalité dans quelques années.

Et le bien commun des particuliers ?

Le particulier va s’adapter à cette course technologique. Mais jusqu’où et à quel prix sera-t-il prêt à accepter tous ces changements ? En France, le sondage Ifop de décembre 2020 pour l’Académie des technologies révèle l’inquiétude des particuliers face aux nouvelles technologies, peut-être par manque d’informations et par les controverses suscitées. L’impact de l’évolution des technologies est perçu de moins en moins positivement sur la santé, l’environnement, l’alimentation et les loisirs numériques. Pour autant, l’attirance des nouvelles technologies reste palpable avec une amélioration acceptée pour certains secteurs et pour la vie quotidienne.

Vous serez sans doute contents d’avoir une bonne réactivité du réseau et de découvrir la connectivité entre objets. Cependant, ne vous attendez pas à aller au nirvana du réseau sans fil ! Si vous en restez à une utilisation du smartphone uniquement, il est bien possible que rien ne change à vos yeux sur un petit écran. L’intégration de ces technologies dans votre quotidien dépendra donc de votre utilisation future, du choix de vos équipements et de vos besoins réels. Vous finissez par adopter l’hyperconnectivité mais agissez-vous réellement pour votre bien-être ? Comment sera géré le flux d’informations instantanées ? Le bouleversement écologique et la problématique énergétique supporteront-ils à terme l’implantation de ces technologies ? Le risque de dangerosité des ondes reviendra avec la multiplication des antennes. Voilà bien des questions qui amènent à d’autres réflexions. Et rappelez-vous, la 5G ne sera pas opérationnelle avant 2025 et rien ne vous empêche de continuer à rêver d’intelligence artificielle avec de la fiction.

 

Claire Semler

 

 

 

2021 ◊ Death Stranding, un jeu vidéo ambivalent

Fort de ses nombreuses distinctions, dont celle du meilleur jeu de l’année (2019), ses critiques voient en lui une forme d’écho avec la pandémie que nous traversons…

Le jeu se déroule aux Etats-Unis suite à un évènement cataclysmique… Aux commandes de Sam porter Bridges (acteur de la célèbre série The Walking dead), le joueur incarnera un coursier en charge de livrer des fournitures aux colonies humaines isolées. Il s’emploiera également à les reconnecter à l’aide d’un réseau de communication sans fil.





Sorti fin 2019, le jeux vidéo Death Stranding a suscité notre curiosité en raison de son mode de réalisation et du soin apporté à sa narration. Une trame narrative aux qualités de production cinématographique avec la participation de divers acteurs : Norman Reedus, connu pour un rôle principal dans The Walking Dead, Mads Mikkelsen connu pour jouer le célèbre psychopathe dans la série Hannibal, Léa Seydoux, Guillermo Del Toro…  Tous modélisés à l’aide du procédé de performance capture, un procédé qui permet un réalisme plutôt bluffant. De quoi s’agit-il ?  D’un procédé « technique vidéographique qui permet d’enregistrer les déplacements d’un être vivant ou d’un objet dans l’espace, et de les restituer sur un ordinateur afin de réaliser des images de synthèse ou des effets spéciaux » (Larousse.fr).

A gauche, Madd Mikelsen avec un casque de performance capture. A droite, le rendu vidéographique.
A gauche, Madd Mikelsen avec un casque de performance capture. A droite, le rendu vidéographique.

La dernière création du studio japonais dirigé par Hideo Kojima (créateur du célèbre Metal Gear) a été depuis sa conception, dépeinte à la fois comme une production originale et un pari risqué. Le journaliste au pseudonyme « Panthaa » de la rédaction de jeuxvidéo.com récapitule assez bien ce dont une large partie de ses joueurs témoignent : « une aventure qui se doit d’être jouée pour être jugée »[1].

Trame 

Dans un monde détruit par un phénomène surnaturel, le « death stranding » – un phénomène cataclysmique à l’allure fantaisiste – le monde des vivants et celui des morts a plus de frontière. Pour se protéger d’une pluie qui provoque le vieillissement de quiconque s’en fait asperger, les humains se sont réfugiés dans des souterrains.  Parallèlement, une société privée tente de construire un réseau de livraison de matériel et de souvenirs du monde passé. Pour cela, les humains ont besoin de livreurs.

Dispositif Bridge baby

On incarne donc l’une de ces rares personnes qui a encore le courage de quitter la vie sous terre pour sortir à l’aire libre. Equipé d’une capsule dans laquelle se trouve un fœtus qui a le pouvoir de détecter les fantômes ( Voir photo ci contre) dans un environnement hostile, le personnage principal s’est vu confier une mission, celle de redonner de l’espoir aux Etats-Unis en reliant les différents îlots de survivants entre eux. Le personnage va effectuer un tas de livraisons à pied ou en véhicule en sillonnant des Etats-Unis dévastés.

Mêlant une conception surnaturelle à celle d’un monde qui ne nous est pas étranger, la production de Kojima est empreinte d’une dimension philosophique, politiques, sociologique et ésotérique « qui tentent de relier d’un même fil narratif la question de l’origine de l’univers et celle de la mort »[2]. S’ajoute à cette amplitude de sens, la possibilité pour le joueur d’entrevoir des références à la physique quantique compte tenu par exemple des lois physiques qui régissent l’extraordinaire pluie vieillissante qui tombe sur l’environnement du jeu… Plusieurs références donc avec en toile de fond la question « de l’ubérisation de la société, de la guerre, de toutes les guerres, de l’apocalypse nucléaire… » …

Photo du jeu Death stranding tirée de la présentation du jeu lors du salon de l’E3 en 2018.

Hormis tous ces soubassements quelques peu agités, le jeu se démarque des productions habituelles. En termes de jouabilité, il ne s’agira pas de tirer sur le premier venu, ni de s’infiltrer, non… Le jeu s’apparente davantage à une autogestion réaliste de son personnage pour réaliser de longues randonnées (voire d’escalade) dans des décors somptueux laissant place à la contemplation. Death stranding est donc un parfait mélange entre une œuvre cinématographique dystopique et un jeu d’aventure pour lequel il semble difficile d’identifier ce qui constitue sa réussite et sa capacité à émouvoir.

[1] Panthaa « Le test sans spoiler d’un chef d’œuvre dépaysant… », in jeuxvidéo.com, 2020

[2] Corentin Lamy « On a testé Death stranding », le jeu vidéo hors des santiers battus », in LeMonde, 2019

2021 ◊ Dansons la science des mouvements

Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant
Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant

 

Les instantanés chorégraphiques pris en photos révèlent beaucoup d’informations sur les techniques propre à la photographie, aux lumières de scène et aussi sur les corps en mouvements. La médiation scientifique par la danse va être illustrée à travers cette photo, extraite d’un des spectacles de danse du chorégraphe anglais de danse contemporaine Russell Maliphant.

Contexte et description du dispositif

Cette photo récente des années 2015 met en scène des mouvements dansés par un duo de danseurs lors d’une répétition de danse ou d’un spectacle devant un public. On devine que l’un des deux artistes porte l’autre allongé sur son dos, les bras et les jambes dans le vide à un instant donné. On ignore dans quel sens va basculer celui qui est porté (à gauche ou à droite ?). Il s’agit ici de mettre en avant des termes utilisés pour qualifier une qualité de mouvement en danse. Ils feront le lien avec le monde scientifique et des mécanismes sociaux, amplifiés par le flou artistique de la photo.

Du flou de mouvements a été créé sous un éclairage bleu-vert sur fond noir. On y aperçoit à la fois la forme, le volume, la profondeur, les courbes, la rotation et des projections. Les deux corps dessinent un espace sur la scène. Il est possible de décortiquer la cinétique des gestes et des mouvements de pieds de la personne portée, plutôt une exécution d’un temps rapide au ralenti. Un mélange de parties nettes et floues des deux corps peut rendre les postures irréalistes. Le genre de ces artistes est masqué par cet effet artistique. Les deux corps fusionnent quasiment, laissant imaginer une autre forme de vie étrange, comme un corps humain avec une tête de monstre et deux bras qui font des hélices.

Après cette parenthèse imaginative, revenons à la danse. L’exécution de ce porté nécessite un ancrage dans le sol de la personne qui fait l’appui. Les centres de gravité des deux danseurs sont en jeu pour acquérir une stabilité avant d’arriver au déséquilibre. Quand cette succession de mouvements est réalisée et maîtrisée, alors on y ressent de la légèreté, fluidité et de l’harmonie.

 

Les aspects culturels et scientifiques de la danse

Cette séquence photographiée met l’accent sur les points suivants :

  • Un phénomène artistique et culturel

Outre son appartenance aux arts vivants, la danse est un moyen de rassembler les personnes, comme les ballets et les danses folkloriques. Elle fait partie intégrante d’une culture et favorise les interactions sociales.

  • Science du mouvement

La photo représente un extrait de danse contemporaine où la rencontre de deux corps va être régie par des forces physiques. Ce choc s’entremêle de dynamisme et de statique.

En la décryptant, on parle de gravité, d’équilibre-déséquilibre, de force d’attraction dans les portées.

Ces qualités de mouvements demandent de connaître son corps (anatomie, biologie, physiologie), de l’accepter et de les contraindre à sortir d’une zone de confort. On s’approprie de la mécanique du corps. Certains chorégraphes de danse contemporaine conçoivent leur chorégraphie sur le déséquilibre ou le contact ou bien la maîtrise de l’équilibre dans des dizaines et des dizaines de tours.

Des chercheurs scientifiques étudient différentes thématiques à travers ces mouvements (la proprioception, la cognition, la robotique etc).

 

  • Mémoire par l’apprentissage et la notation chorégraphique

Quand il s’agit de chorégraphie, la mémoire est sollicitée ! Des zones de notre cortex cérébral sont donc activées pour l’apprentissage et la mémoire du corps par les cinq sens. La mémoire d’une séquence dansée fait souvent appel à la visualisation.

A ce propos, les plus vielles notations chorégraphiques datent du 17ème siècle. Elles ont été enrichies au début du 20ème siècle par des architectes et mathématiciens passionnés de danse (Laban, Benesh). On aperçoit un système organisé avec la symétrie, des rondes… caractéristiques des ballets de danse classique.

 

Notation de Laban
Notation de Laban
  • Moyen de communication et inspirations de la nature (vols d’étourneaux, parade nuptiale des oiseaux de paradis) ?

 

  • Modélisation 3D du corps

Ces corps en mouvements ont donné des idées à des concepteurs et des modélisateurs de films d’animation, de jeux interactifs de danse et de robots humanoïdes.

L’ensemble de ces mouvements de danse peuvent être considérés comme une représentation artistique des sciences. La danse est donc vectrice d’une multitude de messages relevant de la médiation culturelle et scientifique (biologie, physique, les mathématiques et la communication par le langage corporel) ! 

 

Claire Semler

2021 ◊ Les sciences du recyclage

 

Poubelle sur le campus de la Faculté de Sciences à Angers.
Poubelle sur le campus de la Faculté de Sciences à Angers.

Le symbole du recyclage est présent sur de nombreux emballages, poubelles, notices ou publicités. D’où vient-il ? Que représente-t-il ? Qu’indique-t-il ? A quoi sert-il ? A quelles technologies fait-il référence ?

On le voit souvent en France comme à l’étranger, un triangle composé de trois flèches qui tournent dans le sens horaire nous fait penser au recyclage. Sur une poubelle, il nous indique qu’elle reçoit les déchets recyclables. Sur un produit, il signifie qu’il est recyclable et invite les citoyens à le déposer dans un bac de tri. L’universalité de ce symbole permet de s’y retrouver même quand on change de région ou de pays. En effet, la politique de gestion des déchets est territoriale. Les consignes varient d’un endroit à l’autre et évidemment d’un pays à l’autre.

Il rappelle le ruban de Moebius. C’est une surface qui ne possède qu’une seule face. On peut aisément en fabriquer un à partir d’une bande de papier : faisons-lui subir une torsion d’un demi-tour avant de coller les deux extrémités. Ainsi il n’y a plus ni intérieur ni extérieur. C’est une figure mathématique découverte en 1858 indépendamment par deux mathématiciens A. F. Möbius et J. B. Listing. Mais on la retrouve également dans le monde industriel du XIXème siècle quand les machines fonctionnaient à l’aide de courroies. Les courroies étaient croisées à la jonction éviter l’usure toujours du même côté.

Ce logo a été conçu par un graphiste, Gary Anderson lors d’un concours organisé par la Container Corporation of America à l’occasion du premier Jour de la Terre le 22 avril 1970. Il désigne les produits potentiellement recyclables. Complété par un numéro au centre il indique de quel matériau il s’agit. Un système de codes internationaux a été mis en place pour permettre de trier les différents matériaux. Par exemple pour le verre, on trouve différents logotypes dont les codes vont de 70 à 79. Pour les plastiques, numérotés de 01 à 07. Tous ne sont pas encore recyclables.

Quand il y a un pourcentage au centre, cela change la signification : il indique la quantité de matière recyclée que contient l’emballage.

 

C’est une représentation de l’économie circulaire : un objet est fabriqué, vendu, acheté, utilisé, jeté puis ses composants sont triés en fonction de leurs matériaux. Chaque matériau est recyclé puis sert de nouveau à fabriquer un objet qui sera vendu, acheté, utilisé, etc. Il symbolise donc l’infini de ce cycle. Le recyclage est un procédé de traitement des déchets qui permet de réintroduire des matériaux issus de déchets dans la production de nouveaux produits. Il vise à réduire le volume des déchets et à préserver les ressources naturelles. Il est l’un des trois axes de la stratégie de gestion des déchets : réduction, réutilisation et recyclage.

En France, l’Etat délègue tous les 5 ans le développement du recyclage sur le territoire à une entreprise agréée. Depuis 2017, c’est CITEO (fusion de Eco-Emballages et Ecofolio). Localement, les collectivités organisent la collecte des déchets, des entreprises et des associations trient et recyclent les déchets collectés. Quelques grosses entreprises françaises qui mettent en œuvre des technologies pour transformer les déchets en matériaux réutilisables : Guy Dauphin Environnement, Paprec, Suez, Ecosystem (dans mon département c’est Séché Environnement). La recherche dans ce domaine est désormais stratégique.

Des symboles sont mis en place dans chaque pays selon les législations en vigueur. On évolue vers des normes européennes voire internationales permettant aux usagers de les comprendre et de pouvoir trier les déchets quels que soit le pays où ils se trouvent.

Il est souvent confondu avec le point vert qui est un label marquant l’adhésion à un système de contribution au recyclage de déchets. Il est parfois accompagné du slogan « Pensez au tri ». Plusieurs associations ont dénoncé un symbole qui fait penser aux consommateurs à un produit recyclé ou recyclable alors qu’il fait que traduire une volonté de soutenir le recyclage. 

Depuis 2012, les consignes info-tri sont complémentaires, elles précisent la destination des déchets aux usagers.

 

 

A partir de 2021 il est remplacé par le logo Triman (créé en 2015) composé d’un cercle qui entoure un personnage qui tend une main vers 3 flèches. Symboliquement, la silhouette met en avant la démarche citoyenne pour trier, les trois grosses flèches incarnent le tri et la flèche circulaire le recyclage.

 

Le symbole du recyclage est présent dans notre quotidien et fait référence à un secteur économique très important. Il concerne à la fois les citoyens, les collectivités, des entreprises et des associations. Les consignes de tri évoluent au gré des avancées technologiques et modifient notre quotidien. Des pictogrammes explicites internationaux favorisent le recyclage et la préservation de l’environnement et des ressources naturelles. 

Nathalie ROTH

La Tronche en Biais

La tronche en Biais est une chaîne YouTube créée par Thomas C. Durand et Vled Tapas, biologiste et musicologue. Sur cette chaîne, ils nous aident à distinguer le vrai du faux, ce qui relève de la science ou de la croyance. Mais leur contenu n’évoque pas que les sciences mais bien tous les biais cognitifs en rapport avec la rhétorique, le débat, la controverse. Un guide pour débattre en toute conscience et avec intelligence. Ils replacent la vérité dans des controverses qui prêtent trop souvent à confusion. Thomas C. Durand et Vled Tapas se veulent critiques et déchiffrent les malentendus scientifiques. Ils ont pour but d’éclairer leur public sur les défauts de rationalité et de leur perception des événements.

Plusieurs formats de vidéo sont disponibles sur leur chaîne:

“La boutique des erreurs” dans laquelle ils interprètent un disciple et un maître qui “explore les limites de la mauvaise foi” en combattant les sophismes, plusieurs exemples sont donnés et par la force des choses plusieurs faux arguments concernant les controverses du monde scientifique. Les créateurs abordent par exemple la question de la théorie de l’évolution et de la religion dans un entretien de presque deux heures avec un chercheur en philosophie : sont-elles compatibles ?

Dans le format “Interviews” ils réalisent des entretiens avec plusieurs chercheurs, physiciens, médecins, cosmologues. Ils y soulèvent la question de l’expertise, parlent de la relation entre la science et la société, décrypte le vrai du faux des médecines alternatives …

Dans la playlist “Tronche de fake”, les deux passionnés décortiquent la très controversée et mal racontée théorie de la mémoire de l’eau. Ils y déchiffrent les principes de l’homéopathie et de toutes les déviances et fausses vérité qui l’accompagnent.

BREF un tas de sujets captivants qu’ils développent en vidéo de manière intelligente, décalée et pleine de pédagogie.

 

Une nouvelle chaîne de podcasts pour le Muséum National d’Histoire Naturelle

 

Après “Bestioles”, la série de 12 podcasts à destination des enfants, et consacrée
aux animaux inaccessibles, Le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) propose aux
internautes une nouvelle émission : “Les curieuses histoires du Muséum”, coproduite avec
France Culture.


A travers ce nom intriguant, Le MNHN fait la part belle aux pièces emblématiques,
parfois méconnues mais néanmoins importantes, de l’ensemble de ses collections, tous
sites confondus.

Quels secrets se trouvent derrière le crâne de René Descartes, conservé au Musée
de l’Homme ? Quelles sont les spécificités de l’hippocampe moucheté, observable au
Marinarium de Concarneau ? Quelle est donc la fameuse cloche du naturaliste Jean-Henri
Fabre ou la technique si particulière derrière la réalisation du Plateau de table florentine dite
au collier de perles, que les visiteurs ont pu, par ailleurs, apprécier lors de l’exposition
Trésors de la Terre en 2019 ? Les curieuses histoires du Muséum répondront à ces
énigmes.

Objets artistiques et techniques, pièces scientifiques, espèces vivantes…Ce nouveau
podcast, découpé en 40 éppisodes de 7 minutes, apportera des éclairages sur ces pièces,
rarissimes, fragiles ou uniques, que vous avez, peut-être, déjà vues ou dont vous ne
soupçonniez pas l’existence. Il vous permettra également de comprendre ce qui fait leur
spécificité, ainsi que leurs intérêts historique, scientifique et patrimonial. Ces curieuses histoires sont racontées par des spécialistes tels que Ronan Allain, paléontologue, Aude Bourgeois, vétérinaire, ou encore Éric Joly, ancien directeur du Jardin des Plantes de Paris. Cette série, produite par Tao Favre, et réalisée par Vincent Decque, est disponible directement sur les sites internet du Muséum et de France Culture ainsi que
sur les plateformes de téléchargement. 

Crédits : MNHN – Bernard Faye

2021 ◊ Dans la combi de Thomas Pesquet, Marion Montaigne

La bande dessinée peut être un formidable outil de vulgarisation scientifique. Marion Montaigne a réussi le pari en 2017 en publiant Dans la combi de Thomas Pesquet peu de temps après le retour sur terre de l’astronaute. Elle nous fait entrer dans son quotidien sur le ton de l’humour, nous raconte les coulisses du métier et donne à voir un autre visage de l’astronaute très médiatisé. La BD et ses 200 pages se lisent bien. On sourit, on apprend. Et c’est là sa force. Un ton léger et un propos qui vient démystifier un métier réservé à une certaine élite. Petit déjà, Thomas Pesquet rêvait d’espace. Il suit un cursus scientifique, obtient un diplôme d’ingénieur et fini pilote chez Air France. Mais ce n’était pas tout à fait ça, son rêve. Alors quand l’occasion se présente, il intègre le processus de sélection de l’Agence
Spatiale Européenne. Les différentes épreuves, toutes plus complexes les unes que les autres, sont dévoilées dans la BD et on se rend à l’évidence, oui ce métier n’est pas pour tout le monde. Il faut une volonté sans faille et faire preuve d’une abnégation totale puisque la sélection, ce n’est que le début …


Rescapé des quelques 5 000 candidats, le futur astronaute intègre le centre d’entraînement des astronautes. Pourtant il lui faudra encore attendre 5 ans pour s’envoler pour la première fois dans l’espace. Ces années de préparation sont décortiquées de long
en large et donne un aperçu de ce qu’est la vie d’astronaute, loin de l’imaginaire collectif.
Les plannings sont surchargés. Entraînements physiques et cours théoriques s’enchaînent
à un rythme effréné. Les astronautes doivent tout savoir. Connaître sur le bout des doigts la
notice de chaque équipement présent dans la station spatiale internationale. Et comme son
nom l’indique, c’est une station dans laquelle cohabite plusieurs nationalités. Les
astronautes partagent donc leur temps entre les différentes agences (russe, américaine,
canadienne, japonaise et européenne). Ils doivent connaître le matériel et les notices de
chaque agence, et dans la langue du pays ! Outre l’apprentissage théorique, ce qui impressionne dans cette BD, c’est l’entraînement physique auquel ils sont soumis. Au fil des pages, on découvre les nombreux équipements de préparation : les centrifugeuses, les piscines d’entraînement, les simulateurs de soyouz … Tous sont schématisés, expliqués. Ces notions complexes deviennent alors accessibles. L’utilisation de comparaisons plutôt inattendues mais finalement très parlantes, comme celle d’un poivrier pour représenter un soyouz, s’avèrent redoutablement efficaces. Les ajustements concernant la vie quotidienne pour faire face à l’impesanteur sont eux aussi explicités. Et l’auteure n’oublie aucun détails, ce qui donne lieu à des passages assez comiques. En somme, cette bande dessinée est un vrai plaisir à lire et une réussite en terme de vulgarisation scientifique. Toutes les facettes du métier d’astronaute sont explorées, des notions les plus complexes aux éléments de la vie quotidienne les plus anodins. Elle est accessible à tous et gagne facilement son public grâce à son ton humoristique et décomplexé. Véritable succès de librairie, elle s’avère être une porte d’entrée séduisante pour aborder le monde de l’aérospatial aux côtés de son représentant français.

 

Salomé Giron

Le charme discret de l’intestin:

Ce livre écrit par l’Allemande Giulia Enders, est là pour nous faire découvrir les secrets méconnus de notre système digestif. Elle même victime de nombreux troubles digestifs, elle a voulu découvrir d’elle même ce qu’il se passait dans son intestin et qui lui causait tant de tort. Avec une écriture détendue qui ne manque pas d’humour, elle nous décrit premièrement notre système digestif dans son ensemble et ajoute même la classification de nos excréments ! Mais la plus grande partie de l’ouvrage sert à l’exposé sur l’organe mal aimé, notre allié : l’intestin ! Son récit est très bien structuré avec un ordre de passage de nos organes le plus naturel possible, celui que prend notre nourriture ! L’on y découvre de nombreuses informations qui peuvent être utiles pour notre bien-être comme par exemple : à quoi sont dus nos intolérance et allergie, d’où viennent elles et comment vivre avec. Le fonctionnement de l’intestin est livré en détails, de ses villosités jusqu’à son microbiote en passant bien-sûr par son système nerveux autonome. Mais surtout on y apprend les exploits impressionnants dont l’intestin est capable, des découvertes que l’on n’aurait osé imaginer. Son résumé du système digestif en introduction permet de rendre son livre très abordable, d’une simplicité plus qu’agréable qui permet d’en faire un livre de chevet que l’on peut lire sans avoir besoin d’un dictionnaire médical à ses côtés. De plus, la traductrice Isabelle Liber rend la lecture de cet ouvrage très plaisante. Donc si vous voulez en savoir plus sur notre incroyable machinerie interne, n’hésitez pas !

Lumière sur : De cause à effets, le magazine de l’environnement

Il s’ouvre sur une version remaniée du Requiem pour un con de Gainsbourg, pourtant on se le sent un peu moins après avoir écouté ce podcast.

Si vous aimez la nature et la touche France Culture, cette émission est faite pour vous. Au programme, une heure de débats sur des questions environnementales et sociétales autour de spécialistes : scientifiques, agriculteurs, journalistes, avocats… L’émission traite à voix libre des sujets qui fâchent : dérèglement climatique, pollution, disparition de la biodiversité, lobbys… mais aussi de solutions, de villes en transition, d’économie circulaire, de permaculture.

Découvrez ainsi aux côtés de Nicolas Hulot, de Sasha l’influenceuse virtuelle ou encore de
photographes animaliers les transformations de notre monde et comment agir pour une société plus durable.

Présentée par Aurélie Luneau, docteure en histoire et diplômée de sciences politiques,
documentariste et productrice notamment de l’émission « La Marche des sciences » (de 2009 à
2016), ce podcast est disponible sur toutes les plateforme de podcasts et sur le site de France
Culture.

Aime ton chien

Aime ton chien, il est dans tes gènes

Des chiots se sont montrés réceptifs aux gestes, aux regards et aux voix d’une équipe de chercheurs américains, au cours d’une étude sur la sociabilité du chien, publiée dans la revue Current Biology début juin 2021. Ces petites bouilles recherchaient déjà le contact alors qu’elles n’étaient pas encore habituées à la présence humaine. Elles prouvent une fois de plus que les chiens sont en général motivés par un mode de communication et de coopération basée sur la confiance dans la relation homme-animal. 40 % des variations dans les aptitudes sociales observées sur ce groupe de 375 chiots viendraient de l’influence de facteurs génétiques. Ces capacités apparaîtraient alors très tôt dans le développement du chien, sans apprentissage nécessaire, tout comme chez les bébés humains. Un pas de plus pour tenter de déficeler les origines de la domestication du chien et de mieux nous sociabiliser avec nos braves toutous !

Claire Semler

« Toi, le virus et moi »

« Toi, le virus et moi »

Quelles sont les répercussions de la pandémie du coronavirus sur notre rapport à l’autre ?

 

            La pandémie du coronavirus a transformé nos rapports à l’autre: méfiance, peur et rejet sont de mise. Cette xénophobie est une réaction malheureusement commune qui a déjà été observée lors de précédentes épidémies. Les mesures de distanciation mises en œuvre pour contenir la progression du phénomène confirment le rôle de l’autre dans la transmission du virus et font que ces sentiments ont progressivement atteints toutes les échelles de la société. Les impacts sont forts sur l’animal social qu’est l’être humain.

            Des répercussions sociales à toutes les échelles de la société

 

            C’est en premier lieu à l’échelle internationale que la peur de l’autre s’est fait ressentir. Avec la fermeture des frontières comme élément de protection, on a vite observé une stigmatisation des personnes issues de l’immigration et des étrangers. De nombreux cas de violence raciste ont été répertoriés envers des individus de nationalité chinoise ou qui y ont été associés. C’est le cas aux États-Unis où 32% de la population sondée blâment les chinois d’avoir répandu la maladie. Ces derniers se sont vus empêcher l’accès à des lieux publics comme des restaurants ou ont dû fermer leurs commerces à la suite de menaces. Au lendemain du reconfinement, en région parisienne, on a compté plus d’une vingtaine de victimes chinoises d’agression physique avec des appels à la violence sur les réseaux sociaux. Des messages comme « Dehors les jaunes » ou « Coronavirus dégage » ont été retrouvés sur les portes d’entrée de leur appartement ou de leur commerce.

            Au niveau national, on a assisté à des comportements xénophobes de populations locales face à l’afflux de populations venant d’autres régions. Dans ce contexte, il est apparu qu’il était acceptable de rejeter l’autre ce qui a renforcé les clivages entre régions, particulièrement entre Paris et le reste de la France. À titre d’exemple, en Mars, dans le but de rejoindre leurs maisons secondaires pour s’y confiner, l’arrivée de Parisiens sur l’Île d’Yeu a donné lieu à un renforcement des contrôles par arrêté préfectoral. Cette démarche a été très bien accueillie par les habitant.es de l’Île. Cet été, lors du dé-confinement, l’arrivée de masses venues d’ailleurs a provoqué une promiscuité indésirable et un fort mécontentement. Ici, le port du masque a permis de maintenir l’autre à distance pour préserver l’entre-soi.

            A l’échelle locale, la peur de l’autre s’est notamment dirigée contre le voisinage, devenu la cible de suspicion et d’évitement. C’est d’autant plus le cas pour les personnes ayant été placées en quarantaine ou les personnes considérées « à risque » comme le personnel soignant. Pendant le confinement, ces derniers se sont vus adresser des messages visant à inciter leur départ de la part de leurs voisins, syndicats ou propriétaires, parfois même anonymement. D’autres populations, comme les jeunes, sont stigmatisées comme ne respectant pas les gestes barrières, ce qui alimente les suspicions à leur égard.

            A l’échelle individuelle, le port du masque, transforme l’apparence visuelle et ce qu’elle signifie, induisant des conséquences sur les interactions sociales. En effet, en cachant la partie inférieure du visage, le masque trouble les repères de communication et les expressions non verbales. Les expressions faciales ou les mimiques permettent d’apprécier l’état émotionnel de l’autre et d’agir en conséquence. Aussi le port du masque empêche ce système de régulation et entraîne réserve et quiproquos. Il réduit au silence et entrave la cohésion sociale.

 

Le besoin de proximité humaine incompatible avec la distanciation imposée

 

            L’injonction à garder ses distances a un impact fort sur nos modes de vie et remet en question les formes de relations entre personne. On assiste à un clivage dans les modalités d’interaction : on ne croise plus les regards, on ne s’adresse plus la parole, on change de trottoirs… Cette peur de l’autre encourage un repli sur soi, un isolement social et affectif. Pour l’animal social qu’est l’être humain, la distanciation sociale provoque une confusion car elle n’est pas naturelle. En effet, selon la théorie de l’Évolution Darwiniste, la recherche de contact est de l’ordre de l’adaptation dans un but de sécurité et de survie. L’autre étant désormais associé au danger et à la mort, il s’agit de combattre les réflexes dictés par le système nerveux dit « adaptatif ».

Les études de « proxémique » élaborées en 1966 par l’anthropologue Edward Hall, visent à étudier l’impact de l’absence de contacts physiques sur l’individu. Celles-ci ont mis en évidence que 4 zones de confort entouraient l’individu et correspondaient à des zones émotionnelles particulières et garantes de sécurité individuelle. Bien que leurs dimensions varient selon les cultures, il a été identifiée une distance intime à grande implication physique et échange sensoriel élevé, celle de l’amour utilisée pour embrasser et toucher ; puis une distance personnelle qui correspond aux conversations particulières et aux interactions amicales et familiales ; une distance sociale qui s’applique bien dans le cadre professionnel et enfin une distance publique qui s’impose dans la vie quotidienne lorsque qu’on s’adresse à des groupes. Ces études permettent de comprendre que derrière le contact physique se cache le contact social et que sa limitation entraîne une perte de confort et de repères.

 

            Selon ces études, la proximité géographique que représente la distance physique se combine avec la proximité organisée qui se définit par le partage de ressources cognitives, culturelles et émotionnelles. Cette dernière permet de s’affranchir des contraintes de la proximité géographique, et, en ces temps de pandémie, est à privilégier et à développer, par le recours à la technologie. Le développement de relations sociales virtuelles nous permettra-t-il de combler l’absence de contacts physiques ?

 

Lumiere sur Le mystère du monde quantique

Les mystères du monde quantique :

 

En savez-vous assez sur les lois qui régissent notre univers? N’avez-vous pas envie de comprendre tout ce qui se passe dans votre smartphone ou comment expliquer la couleur des braises par le prisme de la physique quantique ? Il faudra réussir à déconstruire votre intuition pour la comprendre ! C’est la mission que se sont lancés Thibault Damour,physicien théoricien, et Mathieu Burniat, auteur de BD. Thibault Damour avait depuis longtemps envie de partager son grand savoir de manière plus accessible et Mathieu s’y intéressait beaucoup et voulait en faire un roman graphique. En contactant Thibault, Mathieu s’est rendu compte que son savoir et sa vulgarisation seraient bien nécessaires…! Cet ouvrage est le résultat de plusieurs années de discussion sur ce que veut dire le monde quantique et la façon de le rendre visuellement attractif et compréhensible. Pour les aider à accomplir leur mission, partez avec Bob, un jeune garçon attachant qui ne comprend rien à la physique et Rick son chien, pour une aventure dans un monde onirique sur les traces des découvertes en physique quantique. L’explication est très progressive et nos auteurs partent toujours d’une observation de Bob, le personnage principal du récit. Lors de la lecture vous rencontrerez les nombreux scientifiques qui ont participé à l’histoire de la physique quantique, admirerez les belles planches de Mathieu Burniat et en plus vous comprendrez !
Aude Chandellier

Dérogation aux néonicotinoïdes des: reculer pour mieux avancer ?


Pour sauver les cultures de betteraves touchées par la jaunisse, le gouvernement vient de réautoriser l’utilisation de ces insecticides « tueurs d’abeilles ». Un plan de recherche proposé cet automne au ministre de l’agriculture va réunir les spécialistes du secteur pour trouver des solutions alternatives durables d’ici la fin de la dérogation, en 2023.

Pourquoi le retour des néonicotinoïdes ? 
Depuis leur utilisation massive en agriculture dans les années 90, les néonicotinoïdes (NNI) ont fait l’objet de nombreuses études démontrant leur toxicité et notamment leurs conséquences désastreuses sur le système nerveux des abeilles. L’interdiction de leur utilisation en France a été votée en 2016 dans le cadre de la « loi biodiversité » et définitivement appliquée en 2018. Pourquoi le gouvernement revient-il donc sur sa décision 2 ans après ? La cause de ce revirement : la jaunisse virale. Transmise par les pucerons verts qui piquent les feuilles de betteraves, la jaunisse entraîne des baisses de rendement des cultures. Or, si elle est présente tous les ans à des degrés plus ou moins importants, la jaunisse a touché cette année beaucoup plus de parcelles qu’en 2019. La faute à un hiver très doux, mais aussi à une intervention moins importante qu’espérée des auxiliaires, ces insectes comme les coccinelles qui limitent naturellement les populations de pucerons verts.

La perte de rendement liée à la jaunisse de la betterave pourrait être fatale à la filière sucrière française 
© Confédération des Générales de planteurs de Betteraves

Les incidences de la jaunisse sur les rendements de 2020 ne sont pas encore connues mais les professionnels prévoient une baisse élevée, jusqu’à 50 % des récoltes selon les départements. Un coup dur, voire fatal, pour la filière française déjà fragilisée par la suppression des quotas européens sur le sucre fin 2017. Le ministère de l’agriculture évalue à 46 000 le nombre d’emplois qui seraient menacés. Pour sauver le secteur, le gouvernement a donc répondu positivement à la demande des betteraviers et promulgue, ce 14 décembre, la loi ré-autorisant jusqu’en 2023 usage des NNI pour les seules cultures de la betterave sucrière.

La filière à court de moyens
Cette dérogation sonne pourtant comme une dernière chance pour les betteraviers
français, car sans alternatives viables d’ici 2023, la filière s’arrêtera. Depuis plusieurs années, l’INRAE (Institut national de la recherche agronomique) et l’ITB (Institut Technique de la Betterave) collaborent afin de trouver des alternatives à ces insecticides « tueurs d’abeilles ». Si des pistes prometteuses ont été identifiées, aussi bien du côté de la génétique que des solutions chimiques sur le terrain, il n’existe à ce jour aucun traitement aussi efficace que les NNI. Le Teppeki et le Movento, qui faisaient partie des alternatives chimiques possibles,
ont très bien fonctionné en 2019… mais pas en 2020, car les pucerons verts ont
développé une résistance à ces produits. Il est donc indispensable d’amplifier les efforts de recherche et de développer des solutions à la fois économiquement viables et respectueuses du vivant et des terroirs.

Un programme de sauvetage sur mesure
Tous les espoirs se tournent donc vers le Plan national de recherche et innovation
monté par l’INRAE et l’ITB afin de renforcer les efforts de recherche autour de la
jaunisse. « Ce qu’on cherche à faire c’est que l’année 2020 ne se reproduise pas »,
explique Alexandre Quillet, Président de l’ITB.
Ce vaste plan, qui bénéficiera d’un financement supérieur à 20 M€, est construit
autour de 4 grands axes :
 Mieux comprendre les conditions favorables au développement de la jaunisse
et son vecteur, le puceron vert
 Identifier et tester des solutions à l’échelle de la culture betteravière
 Identifier et tester des solutions à l’échelle des paysages
 Construire un modèle économique durable
Ce projet associera donc recherche fondamentale et expérimentations, avec des
essais sous serre et grandeur nature, en ferme, pour délivrer aux agriculteurs des
solutions opérationnelles d’ici 2024. « On est rarement sur des projets de recherche
aussi opérationnels » a déclaré Philippe Mauguin, PDG de l’INRAE.

Une combinaison de solutions
Cependant les équipes sont lucides sur la difficulté du problème et le temps qui leur
est imparti pour le résoudre. « L’objectif n’est pas de dire qu’on aura une solution équivalente aux néonicotinoïdes valable à 100% dans les 2 ans et demi, 3 ans », explique Alexandre Quillet, mais de proposer aux professionnels une combinaison de solutions qui auront réduit le risque. Les chercheurs vont notamment explorer la sélection par la génétique des variétés de betteraves les plus résistantes à la jaunisse. Ils vont aussi se pencher sur la recherche d’outils de biocontrôle dont certains lutteraient aussi efficacement que les produits chimiques contre les pucerons verts. Parmi ceux-là, le champignon Lecanicillium muscarium, est particulièrement prometteur. Des solutions étudiées pour la culture de la betterave mais aussi à une échelle plus globale. Pour Christian Huyghe, directeur scientifique à l’INRAE, « la façon de cultiver les betteraves en 2023-2024 sera très différente car les paysages agricoles seront très différents. »

Les bandes fleuries, un moyen de lutter contre les nuisibles © Agroscope, Matthias Tschumi

 

Ainsi, une piste envisagée serait d’introduire à proximité des cultures de betteraves, des espèces végétales ayant un effet répulsif sur le puceron. Mais la piste majeure serait l’implantation de bandes fleuries, ou d’autres cultures, qui puissent héberger une forte population d’auxiliaires, en particulier les hyménoptères parasitoïdes, redoutables prédateurs des pucerons. Ce genre d’aménagement pourrait être bénéfique à d’autres productions impactées par les pucerons, et est aussi occasion de repenser les paysages agricoles d’une
façon qui soit plus favorable à la biodiversité.

Germinal, la mémoire des corons


Germinal est le 13 ème roman de la saga des Rougon-Macquart écrit par Zola entre 1870 et
1893, et paru en 1885. A travers l’histoire d’Etienne Lantier, un chômeur qui recherche du
travail dans le Nord de la France et se fait embaucher aux mines de charbon (fictives) de
Montsou, Germinal nous décrit le travail harassant des mineurs et leurs conditions de vie
dans les corons.


En 1885, Zola est déjà un écrivain renommé et le chef de file du naturalisme. Le naturalisme
est ce mouvement littéraire né dans la seconde moitié du XIXème siècle, mû par la volonté
de décrire la réalité de façon objective et fortement influencé par les sciences naturelles et
sociales. Le naturalisme traite de sujets quotidiens, rendant par-là la littérature accessible au
plus grand nombre, et met notamment en scène la réalité sociale, participant également à la
prise de conscience des inégalités sociales et à l’émergence du droit d’expression. L’écriture
naturaliste est donc dictée par le réalisme et le souci documentaire.


Afin de retranscrire le plus fidèlement possible le métier et les conditions de travail dans les
fosses, Zola s’est rendu dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, notamment sur le site
d’Anzin, allant à la rencontre des mineurs, des porions, les contremaîtres de la mine, et des
ingénieurs qui les commandent.


Germinal immerge ainsi avec précision dans le quotidien des mineurs : le réveil matinal (à
4h), le petit-déjeuner frugal, la marche à travers la campagne, du coron jusqu’à la fosse, en
passant devant les hauts fourneaux et les fours à coke. Puis la descente dans la cage qui
emmène dans les entrailles de la terre, jusqu’à 550m de profondeur et l’eau qui ruisselle
autour comme une pluie continue. Le labyrinthe des galeries, boueuses et glissantes,
soutenues par des étais de bois. La galerie de roulage glacée qui contraste avec les voies
isolées par les portes d’aérage où la chaleur est telle que les ouvriers au bord du malaise en
retirent leurs vêtements et travaillent nus, les hommes comme les femmes.


Zola nous présente les métiers de la mine : les « haveurs » qui exploitent les veines à coup
de pelle et de pioche et les « herscheurs » qui poussent les berlines remplies de charbon –
à cette profondeur, on trouve même des chevaux de traie. Et il n’épargne pas les risques
encourus par ces travailleurs : les boisages rapidement exécutés qui cèdent parfois faisant
s’effondrer les galeries, le grisou qui se dégage imperceptiblement et peut tout faire
exploser, le charbon qui rentre dans les poumons et fait cracher noir, sans parler de la
pauvreté qui mènera les mineurs de Montsou à la grève. Zola complète sa fresque sociale
en montrant aussi l’autre versant de la mine : les exploitants, des familles bourgeoises dont
les soucis contrastent dramatiquement avec les conditions de vie des principaux
protagonistes qui ont à peine de quoi manger.

Le décor planté, Zola peut alors dérouler son histoire : celle d’ouvriers acculés par la pauvreté qui déclarent la grève, mettant ainsi en scène l’éveil de la conscience ouvrière à son époque.

Germinal est à la fois un récit romanesque et bien ancré dans le réel. C’est aussi une œuvre plurielle, monument littéraire adapté de nombreuses fois au cinéma, au théâtre ou encore en bande-dessinée. Sa dernière adaptation cinématographique fut dantesque pour l’époque. Le film réalisé par Claude Berri mettant en scène des acteurs(chanteurs) populaires tels que Renaud, Gérard Depardieu, Miou-Miou ou encore Jean Carmet a nécessité 165 millions de francs, ce qui en faisait à sa sortie en 1993 le film le plus cher de histoire du cinéma français.

Autant de déclinaisons qui élargissent la portée de Germinal, tant dans son message
politique que dans sa retranscription sans fard d’un corps de métiers d’un autre temps.

 

 

 

Affiche Emile Lévy (fin du XIXe siècle) pour une
représentation au Théâtre du Châtelet, à Paris, de la
pièce Germinal tirée du roman de Zola, sur laquelle
sont représentés des scènes et artefacts typiques de
l’exploitation minière, aussi bien sur que sous la
terre.

VIRAGO sur la chaîne youtube de Aude Gogny-Goubert

 

L’oeuvre vidéo de Aude Gogny Goubert est feministe, elle veut réatribuer sa place à la
femme dans l’histoire. Politicienne, musicienne, peintre, navigatrice, révolutionnaire,
scientifique, son œuvre présente les exploits de femmes qui sont trop souvent oubliées. Elle
réécrit l’histoire en y replaçant celles qui y ont contribué. Dans sa série de vidéos
disponibles sur youtube, elle nous en présente 26.
On pourra alors découvrir des bribes d’histoire, et donc bien sûr des bribes de l’histoire des
sciences. Sa série de vidéo sur youtube l’a poussé à en faire un livre avec plus de 60
portraits de femmes. Parmi celles-ci, Caroline Herschel, Irène Joliot Curie et Ellen
MacArthur. Pour chacun de ces tableaux, elle y interprète la figure historique elle-même
quand elle le peut et confie la tâche à d’autres actrices lorsque le portrait concerne une
femme non-blanche. Elle la présente seule ou accompagnée d’un.e spécialiste.

Caroline Herschel, première femme a découvrire une comète en 1786 et première femme
astronome professionelle. Née en 1750, c’est l’enfant du milieu d’une fratrie de 10, relayée
au tache ménagère elle fuit le domicile parental pour retrouver son frère William Herschel
qui fabrique des télescopes lui-même dans son jardin. Il a au passage découvert la planète
Uranus en 1781 et deviendra astronome privé du roi George III. Cette passionnée
d’astronomie classifie 560 étoiles et 2500 nébuleuses dont 14 qu’elle a découvertes.Elle
reprendra les erreurs du catalogue d’étoiles créé par John Flamsteed, premier astronome
royal. Première femme a recevoir la medaille d’or pour ces travaux par la Royal
Astronomical Society, elle en recoit une deuxième pour son 96e anniversaire par le roi de
Prusse.

On nous raconte également l’histoire de Irène Joliot Curie, fervente défenseuse de la cause
des femmes, plus particulièrement de leur droit d’exercer et de la nécessité d’être reconnu
pour et par son travail. Dans le récit de son histoire, Aude Gogny-Goubert réattribue à Marie
Curie son deuxième prix Nobel obtenu en 1911 trop souvent oublié. Sa fille Irène qui a suivi
sa mère en tant qu’infirmière au front, calcule en 1922 la vitesse d’émission des rayons
alpha du polonium par la méthode de la déviation magnétique. Elle détermine en 1924 la
constante radioactive du radon et découvre en 1934 avec son mari Frédéric Joliot-Curie la
radioactivité artificielle. Cette femme dont-on n’entend peu parler et qui a pourtant joué un
rôle important pour la science et pour la cause feministe est enfin mise en lumière pour le
grand public.

L’auteure nous parle ensuite de Ellen MacArthur, première navigatrice de renom, ce qui lu
permet d’aborder les problèmes écologiques et la lutte qui en découle. En 1998, Ellen MacArthur est la seule femme engagée (et la plus jeune de tout les candidats) pour une traversée de l’Atlantique. A 24 ans, elle est deuxième du Vendée Globe et à 26 elle gagne la Route du Rhum. Elle arrête sa carrière assez jeune et se reconvertit alors dans l’économie circulaire et construit la Fondation à son nom qui a pour but d’accélérer la transition écologique en passant par l’industrie, la communication et l’éducation. Cela lui a été inspiré en grande partie grâce au réflexe d’optimisation sur son bateau, de l’espace, de l’eau, des provisions, de l’électronique et de la vision d’autant de plastique dans les océans. La fin de la partie sur Ellen MacArthur s’adresse directement au public et donne quelques conseils pour faire de petits gestes et diminuer les déchets plastiques. Là, la médiation est directe et passe du récit à l’interpellation du lecteur. La démarche de Aude Gogny-Goubert ressemble beaucoup à celle de Pénélope Bagieu, auteure de la série de roman graphique Les Culottés. De part leure mise en avant de femme dans l’histoire, elles nous permettent de connaitre des moments de l’histoire des peuples, des sciences, de la sociologie, de la mode, du cinéma … que les livres d’histoire ne nous partage pas.

The Line

Une ville construite sur une ligne de 170 km en plein désert et alimentée à 100% d’énergie verte. Incroyable ? C’est pourtant le projet présenté par le prince Mohammed Ben Salmane le 10 janvier dernier.

 

Cette ville innovante, appelée The Line, est développée par la compagnie Néom, en plein désert d’Arabie Saoudite. Selon les grandes lignes annoncées du projet, le prince prévoit de bâtir cette ville futuriste en 2025. A l’image des cités linéaires imaginées par le passé par d’autres urbanistes, la ville s’organise autour d’un axe central et comporte tous les services nécessaires. Construite sans rues, où ne circule aucune voiture et ne rejetant aucune émission à effet carbone, cette ville est un joyau dans un écrin de nature. Le prince promet que tout y est accessible en moins de 20 minutes grâce à un système de transport ultra-rapide situé sous la ville. 

S’inscrivant dans le plan de développement « Vision 2030 », Mohammed Ben Salmane projette de diversifier l’économie de l’Arabie Saoudite en misant moins sur le pétrole et plus sur le tourisme. Il est vrai qu’avec ses 26 500km², répartie entre la mer Rouge et la Jordanie et son budget de 500 milliards de dollars, la ville futuriste The Line, intégrée en pleine nature, promet d’être plus que spectaculaire. 

Autre point sur lequel le prince a mis l’accent, est que chaque site, bien qu’ayant sa propre spécificité, comme l’architecture ou les loisirs, est connecté grâce aux dernières technologies de pointe. Les robots feront partie intégrante de la vie des habitants, afin de faciliter certaines tâches à ces derniers ou encore de s’occuper des cultures prévues dans d’immenses serres. Deux lunes artificielles brilleront dans le ciel de The Line et même des taxis volants sont imaginés. La ville sera organisée par couches, avec les transports en sous sol, puis la couche de services, elle aussi sous terre, afin de laisser un espace dégagé en surface pour les piétons. 

Mohammed Bon Salmane promet un endroit où il fera bon vivre, sans pollution, entouré de nature et où les maîtres-mots seront : bien-être et haute technologie. Rêve ou réalité ?

 

MD

2021 ◊ Les fourmis

Pendant les quelques secondes qui vont vous être nécessaires pour lire ces 4 lignes :
– 40 humains et 700 millions de fourmis sont en train de naître sur Terre.
– 30 humains et 500 millions de fourmis sont en train de mourir sur Terre.

HUMAIN : Mammifère dont la taille varie entre : 1 et 2 mètres. Poids : entre 30 et 100 kilos. Gestation des femelles : 9 mois. Mode de nutrition : omnivore. Population estimée : plus de 5 milliards d’individus.

FOURMI : Insecte dont la taille varie entre : 0.01 et 3 centimètres. Poids : entre 1 et 150 milligrammes. Ponte : à volonté selon le stock de spermatozoïdes. Mode de nutrition : omnivore. Population probable : plus d’un milliard de milliards d’individus.

EDMOND WELLS.
Encyclopédie du savoir relatif et absolu.

 

Cet extrait est tiré du livre « Les Fourmis ». Ce roman est écrit par Bernard Werber, paru aux éditions Le livre de Poche en 1991 et est qualifié par l’auteur d’un nouveau genre littéraire « philosophie fiction ». Dans ce roman scientifique, Bernard Werber nous embarque dans un thriller où nous suivons en parallèle deux personnages principaux, Jonathan Wells et le 327ème mâle, une fourmi.

Jonathan Wells vient de perdre son oncle, Edmond Wells, biologiste et entomologiste, qu’il n’a que très peu connu. Jonathan étant serrurier au chômage, ce triste évènement lui permet toutefois d’hériter d’un grand appartement dans lequel il va venir habiter avec son fils et sa compagne. Dans son testament, Edmond Wells est formel, Jonathan ne doit pas essayer de se rendre à la cave. Evidemment, il s’y rendra et y disparaitra. Ce sera le début d’une suite de plus de vingt disparations. Du côté des fourmis, tout commence par le réveil de la fourmilière de la cité de Bel-o-kan. Le 327ème mâle part alors en expédition de chasse accompagné d’autres fourmis mais alors qu’il s’éloigne de l’équipe pour cueillir une fleur, elles se font toutes tuer ! Le 327ème mâle se lance alors dans une quête pour prévenir sa cité et élucider ce mystère.

Au cours de ce roman, nous en apprenons beaucoup sur les fourmis, leur comportement, leur reproduction, leurs interactions, etc. Bien que certains de ces faits soient romancés pour le bien du scénario, il est cependant indéniable que de nombreuses informations reposent sur des données scientifiques tout ce qu’il y a de plus rigoureuses. Ces éléments changent perceptiblement notre vision sur ce petit peuple qu’on fréquente, mais surtout qu’on ignore, au quotidien.

Par son roman, l’auteur nous pousse aussi à réfléchir sur la société humaine, en mettant en exergue ses points communs existants avec les sociétés myrmécéennes. Bien qu’il insiste régulièrement sur les actions totalement altruistes des fourmis, il les individualise et les personnifie, ce qui développe notre empathie pour elles.

De plus, le récit est ponctué régulièrement d’extrait d’un livre fictif, écrit par Edmond Wells, l’oncle de Jonathan, intitulé l’ « Encyclopédie du savoir relatif et absolu », par lequel l’auteur communique de nombreuses informations aussi bien sur les fourmis, les humains, mais aussi la science en général. Par le biais du Professeur Wells, des petites énigmes sont également proposées aux personnages (et donc à nous aussi) comme : « Comment faire quatre triangles équilatéraux avec six allumettes ? » ou encore :
« 1
   11
   21
   1211
   111221
   312211
Quelle sera la prochaine ligne ? ». De quoi ravir les amateurs de devinettes et autres problèmes !

Enfin, ce livre nous transmet de nombreuses informations scientifiques, sans que ce soit sa vocation première. On se fait prendre par la main pour découvrir le monde myrmicéen et on en redemande ! Nul doute que de nombreuses personnes se sont d’avantage renseignées sur les fourmis après la lecture de cet ouvrage, rien que par curiosité de démêler les faits scientifiques de la fiction. Et finalement, n’est-ce pas tout l’intérêt de la science-fiction que de stimuler notre imagination pour faciliter la compréhension de concepts scientifiques parfois compliqués ?

Léa Lange

2021 ◊ Terraforming Mars 

« Terraforming Mars » est un jeu de société paru en 2016, conçu pour 1 à 5 joueurs et créé par Jacob Fryxelius. Il est produit par Fryxgames et édité et traduit en France par Intrafin Games. L’auteur propose de faire l’expérience de la terraformation de Mars, c’est-à-dire rendre la planète Mars habitable pour l’être humain. Pour ce faire les joueurs devront faire évoluer 3 paramètres principaux : augmenter la température moyenne à la surface de -30C° à +8C , augmenter le niveau d’oxygène de 0 à 14% et créer de grandes quantités d’eau liquide à la surface. Les joueurs font évoluer ces paramètres via des « projets » qui ont la particularité d’être scientifiquement et techniquement vraisemblables. Un projet est une action de jeu, qui représente un dispositif technique et qui aura un impact significatif sur le climat de mars. Par exemple, le projet « grands réflecteurs solaires » permet de réchauffer l’atmosphère et d’augmenter la température moyenne. Le jeu compte plus de 300 projets différents. Continuer la lecture de « 2021 ◊ Terraforming Mars  »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search