L’Or en Guerre

Cette affiche de propagande datant de 1915 est l’une des œuvres les plus célèbres d’Abel Faivre, illustrateur français renommé pour ses représentations politiques et ses caricatures. Elle est composée d’une pièce de monnaie et d’un soldat allemand se détachant sur un fond blanc. Le soldat est représenté avec une arme à la main, une baïonnette au canon et des yeux exorbités, comme pris d’effroi. Il semble terrassé par la pièce d’or qui le surplombe et d’où surgit un coq qui l’attaque.

Ce qui attire l’attention dès le premier regard, c’est l’omniprésence de l’or. Tout d’abord à travers sa mention dans les slogans en haut et en bas de l’affiche : « Pour la France, versez votre or » et « L’Or Combat Pour La Victoire ». L’or est également représenté sous la forme d’une pièce de monnaie qui occupe plus d’un quart de l’affiche. Cette pièce d’or française est facilement identifiable grâce au coq et à la devise de la république : Liberté, Égalité, Fraternité. Elle symbolise une pièce de 20 Francs Or Marianne Coq de 1914.

Cette symbolique forte de l’or renvoie à l’articulation entre technique, science économique et système monétaire à l’époque. Depuis 1803, l’or joue un rôle central dans le système monétaire français. Le franc est défini par son poids strictement contrôlé d’or et d’argent. Le système de l’étalon-or est un pilier de la stabilité économique et une garantie de confiance dans les échanges internationaux. Les nations qui possèdent un important stock sont considérées comme les plus solides économiquement et les plus stables sur le plan monétaire. En 1914, la France possède quasiment le quart de tout l’or monétaire en circulation dans le monde. Les Français sont aussi les champions du monde de la thésaurisation. Ils détiennent presque la moitié du stock d’or du pays, garnissant leurs bas de laine de ces pièces d’or de 20 francs que l’on observe au premier plan sur cette affiche.

Au début du XXe siècle, la production d’or dans les colonies est une activité économique importante. Elle est rendue possible grâce aux technologies de l’industrie minière et métallurgique qui permettent d’extraire l’or, aux politiques gouvernementales régulant l’exploitation minière et aux relations commerciales internationales. La transformation de l’or en pièces nécessite toute une série de procédés qui requièrent une technologie de précision et des ouvriers qualifiés pour imprimer les motifs et les inscriptions sur la surface de la pièce. L’esthétique de l’affiche reflète très bien la précision de ces procédés et le degré de technicité nécessaire pour frapper la monnaie d’or avec une telle finesse.

En 1914, la Banque de France décide de suspendre le remboursement des billets en pièces d’or de 20 Francs pour conserver son stock d’or nécessaire à la guerre. Cette décision affaiblit le rôle monétaire de l’or en France et entraîne une inflation. Au cours de la première année du conflit, la France voit ses réserves d’or fondre, ce qui souligne l’importance de la technologie financière et des pratiques économiques pour soutenir l’effort de guerre. Afin de reconstituer le stock d’or, l’Etat lance en 1915 une campagne de propagande pour inciter les Français à soutenir l’effort de guerre en versant leur or thésaurisé.

À cette époque, le seul moyen de communication à grande échelle du gouvernement est l’affiche. La technique de la lithographie est utilisée pour permettre une diffusion rapide et à faible coût. « Pour la France versez votre or » est ainsi largement diffusée dans le but de convaincre un maximum de citoyens.

Les stéréotypes présents sur l’affiche permettent une lecture rapide et claire du message visuel. La structure en “Z” met en scène une allégorie de la guerre avec des éléments populaires faciles à comprendre. L’or versé se transforme en arme, symbolisée par la pièce, qui est une métaphore des armes françaises. Les armes produites grâce à l’or attaquent le soldat allemand, avec pour objectif final la victoire. Les slogans présents sur l’affiche appellent au civisme et au patriotisme des citoyens pour qu’ils versent leur or.

Cette affiche met en évidence l’importance de l’or au début du 20e siècle dans l’économie, la technologie et la société de l’époque. Aujourd’hui, l’or est toujours un actif important pour les investisseurs et les banques centrales, mais il ne joue plus le même rôle prépondérant dans le système monétaire. Le système actuel est largement dématérialisé et basé sur des devises qui ne sont pas adossées à l’or ou à toute autre marchandise physique. L’avènement des “crypto-monnaies” dans les années 2000 représente le point culminant de cette dématérialisation et décentralisation de la monnaie. Cette évolution montre comment les systèmes monétaires et économiques sont profondément liés aux croyances, aux valeurs sociales, politiques, économiques et technologiques de chaque époque.

Par Loïc DUCARME

L’Inserm met la science insipide au placard

Durant 6 mois, une campagne de publicité de l’Inserm s’est emparée des murs du métro parisien et des gares françaises. Ces affiches, colorées au ton humoristique, sont brodées de mystérieux termes scientifiques à côté de photographies qui portraient des personnes dans des situations du quotidien.

Sur l’affiche ci-dessus, nous avons un texte en police informelle, voire enfantine et une photo d’une personne âgée, hilare, contorsionnée dans ce qui semble être un placard. Un texte plus petit nous propose un slogan “ On gagne tous les jours à s’intéresser à la santé” au-dessous duquel l’affiche semble être expliquée. Un logo Inserm nous informe du commanditaire de cette publicité et une phrase nous propose d’en savoir plus sur leur site.

Le texte principal, en gros, ne nous donne pas d’information sur le lieu d’être de cette publicité ni sur ce qu’il se passe sur la photographie. Il nous apprend que “les chondrocytes sont pratiques”. Ce qui semble être du jargon de laboratoire. Lorsque l’on ne sait pas ce que sont les chondrocytes, on ne sait pas ce que cela veut dire. Si nous avons du temps d’attente pour notre train ou notre métro, la curiosité suscitée par le gros texte nous incite à lire le plus petit texte, espérant y trouver plus d’informations. C’est ainsi que l’on comprend que les
“chondrocytes” sont des cellules du cartilage. Les personnes souffrant d’arthrose ayant un cartilage “abîmé”. Et c’est ainsi que l’on comprend le lien entre la phrase principale et la photographie, le cartilage en bonne santé de la personne dans le placard lui permettant de jouer à des jeux d’enfant. Mais par le petit texte, l’Inserm ne nous dit pas qu’il guérit l’arthrose, il nous dit qu’il “envisage” cette possibilité. Que sa recherche dans le domaine permettra peut-être un jour de réparer le cartilage abîmé. Que sa recherche pourrait aller plus loin, mais à quelle condition ? 

Le lecteur ou le public de cette affiche devrait donc se demander comment aider l’Inserm à parvenir à cette possibilité. Il pourrait ainsi être prêt à chercher plus d’informations sur le site internet mentionné.

Le but de cette publicité se joue sûrement à ce niveau-là. Quel besoin à l’Inserm de faire campagne de notoriété dans ce registre ? Elle cherche à impliquer le lecteur dans la recherche publique. Elle ne fait pas appel aux dons, mais elle montre aux contribuables l’intérêt de l’existence de cet institut public. Elle nous présente de façon réductrice mais ludique le rôle de la recherche dans la société. En effet, au lieu du pathos désormais habituel employé par les campagnes de publicité liées à la santé, nous avons ici l’emploi d’une énigme scientifique. C’est un jeu de piste moins austère que des photos de chercheurs dans des laboratoires.

Ceci est finalement l’emploi d’un dispositif de médiation scientifique. Il explique de façon légère et plus ou moins accessible des termes employés seulement par les connaisseurs. Et il offre une raison de s’y intéresser par une ouverture sur la santé publique. Est-ce réussi ? Est-ce que le public va lire le petit texte ? Est-ce qu’il va ensuite surfer sur Internet pour avoir plus d’informations sur cet institut qu’il finance indirectement par les subventions de l’Etat ? Peut-être que non. Mais il a un accès soudain à une certaine proximité avec cet institut. Ce qui est potentiellement une autre motivation de l’Inserm pour une telle campagne.

Après les flagrantes contradictions des experts de la communauté scientifique durant les premiers pics de l’épidémie de SARS-COV-2, la confiance du public envers la communauté scientifique s’affaiblit. Il s’agit donc de renforcer cette confiance en se mettant à disposition du public. À disposition pour lui apprendre des “trucs”, et à disposition pour lui donner de plus amples informations.

Avec cette affiche, la fonction de compréhension et de transmission dans la médiation est réalisée. Cependant, il manque la fonction d’échange et d’écoute. Car ici, nous avons la réponse à des questions que le grand public ne se pose peut-être pas. Et être sensibilisé à la fonction des chondrocytes paraît un peu superficiel. Si nous gagnons tous les jours à nous intéresser à la science, peut-elle nous apprendre des “trucs” plus utiles ? Des “trucs” plus essentiels ? Le pari fait par cette campagne est qu’avec des informations scientifiques légères, elle peut nous impliquer dans la recherche scientifique. Est-ce que cette vieille dame dans le placard nous donne envie d’aller plus loin ? Pour répondre à cette question un sondage grand public semble tout indiqué.

Par Anaïs DEVOUGE

“Pensez à vous équiper” … ou l’art de tomber dans le panneau

Depuis quand ce panneau est-il là ? Sur le bord de la départementale D461 aux portes d’une zone montagneuse appelée le Haut Doubs ? Je suis bien incapable de le dire. Sa couleur bleue n’alerte pas, il ne fait pas partie des panneaux de signalisation que mon cerveau surentrainé analyse de manière automatique. Je classe rapidement ce panneau dans la case des nuisances inutiles qui bordent nos routes et décide de l’ignorer.

Mais le panneau ne disparaît pas pour autant. Il reste là, bien planté le long de mon trajet domicile-travail et enlaidit, par son unique présence, le superbe paysage qui se trouve juste d’arrière. Malgré mon souhait d’admirer la campagne comme s’il n’existait pas, je repère son pictogramme : une roue et un flocon, une façon simple et efficace pour évoquer un pneu-neige. L’État a déjà inondé la région de ses propres panneaux, rappelant que la loi a rendu, l’an dernier, les pneus-neige obligatoires dans la région pendant toute la période hivernale. Pourquoi en rajouter ? 

Mon cerveau me trahit à nouveau, les études montrent qu’il n’est pas possible pour un lecteur de ne pas lire un texte qui se présente à lui. Alors malgré moi, le message s’incruste dans ma tête: « cet hiver, le Doubs met le cap sur la sécurité. Pensez à vous équiper ! » Département du Doubs.

Première réaction : je commence par m’énerver et  par pester contre la société de plus en plus sécuritaire… les services publics qui se désengagent… l’État qui oblige la population à s’équiper toujours davantage… le département qui va en profiter pour arrêter de déneiger les routes…. Bref, une grosse dose de parti pris et de mauvaise foi. Totalement en décalage avec le panneau bleu rassurant, bienveillant, que je viens de croiser.

…. jusqu’à ce que je m’interroge.

Pourquoi le Conseil Départemental a-t-il jugé important de nous rappeler qu’il nous faut nous équiper de pneus neige? Pourquoi maintenant, alors que le réchauffement climatique a rendu les équipements hivernaux de moins en moins nécessaires ? Pourquoi ici, dans le Haut Doubs alors que la limite pluie-neige ne cesse de monter? Les automobilistes seraient-ils devenus irresponsables et inconscients des dangers de l’hiver ? Les scientifiques et industriels n’ont-ils pas fait progresser l’adhérence des pneus ?

Le Conseil Départemental a mis en place des applications pour connaître en temps réel l’état des routes. Il a également multiplié les chasse-neige et autres sableuses et saleuses. Finalement, comme le rappelle le panneau, le Doubs veille sur notre sécurité. Combien de fois l’état des routes a-t-il vraiment nécessité des pneus-neige ces trois dernières années ? 5 ou 6 fois maximum par an sur cette portion de route D461, autant que dans d’autres départements qui n’ont besoin d’aucune obligation. Ce n’est rien par rapport à ce qu’ont pu vivre les générations précédentes.

« Dans le Haut Doubs, il pleut 6 mois et neige 6 mois » avait pour habitude de dire ma grand-mère, avec une pointe d’exagération. « Les routes étaient enneigées tout l’hiver, il fallait chaque jour pelleter, gratter, pousser, pour dégager les véhicules. » 

C’est ici que mon cerveau d’humain me fait défaut : d’après Tobias Brosch (de la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève) : « notre cerveau n’est pas optimisé pour reconnaître la menace des changements climatiques. Homo sapiens a évolué de manière à réagir aux dangers immédiats et concrets qu’il peut percevoir directement. Le réchauffement global, lui, est un phénomène lent, complexe, abstrait et probabiliste. »

Finalement, je suis passée tant de fois devant ce panneau que j’ai fini par lui trouver une raison d’exister: il est devenu mon signal d’alerte. Il me rappelle notre propension à oublier à quoi ressemblait notre environnement avant l’accélération du réchauffement climatique : les hirondelles qui peuplaient les fils électriques… les insectes qui collaient aux pare-brises… le chant des oiseaux dans les forêts… les grandes épaisseurs de neige sur les routes du Haut Doubs. Il m’alerte surtout sur les actions que nous devions mener pour préserver ce qui peut l’être encore. 

Ironie du sort, alors que je termine cet article : Nous sommes mi-avril, les Pyrénées-Orientales connaissent leurs premiers feux, nos nappes phréatiques sont vides, mais dans le Haut Doubs… il neige ! 

Par Rachel DUBIEZ 

Le voyage dans la lune

Cette affiche nous parle d’un temps que les moins de 55 ans ne peuvent pas connaître… le temps où à la lune gardait encore toute une part de mystère. Un temps où l’Homme pouvait fantasmer sur ce qu’il découvrirait lorsqu’il aurait trouvé le moyen d’en fouler le sol. Un temps où je n’étais pas née et que j’aurais souhaité connaître. 

Année 1902, au détour d’une attraction de fête foraine, le public découvre l’affiche présentant le film de Georges Méliès : « Le Voyage dans la lune ». Impossible de ne pas focaliser son regard sur la grosse lune blanche représentée au centre de l’affiche, se détachant du fond noir.  Les motifs floraux sur les côtés suggèrent que l’astre est observé depuis la terre. La lune semble très proche, telle que l’a découverte le grand public grâce à la grande lunette présentée lors de l’exposition universelle de 1900 qui montre sur grand écran « la lune à un mètre ».

Mais même à cette époque, personne n’est dupe du côté irréaliste de la représentation proposée par Méliès. Les traits anthropomorphiques attribués à la lune en carton-pâte ne trompent personne. La deuxième figure sur le bord de la Lune rappelle les représentations humaines des différentes phases de la lune. L’affiche n’annonce donc pas un film scientifique, la vision de Méliès est volontairement fantaisiste, poétique et intemporelle, proche de la vision fantasmagorique de la lune. Le spectateur est prévenu. 

Le second élément marquant de cette affiche est l’obus qui se plante « en plein dans l’œil » dira Méliès. Cet obus est totalement démesuré par rapport à la taille réelle de la lune. L’impact est présenté comme violent. De l’œil coulent des larmes et du sang (plus visibles sur la même affiche colorisée). La figure humaine nous amène à compatir, elle semble bouleversée que l’Homme, sur qui elle a veillé si longtemps, l’attaque aussi violemment. Mais elle semble également résignée, acceptant par là le désir et l’envie de l’homme de fouler son territoire. Il y a d’ailleurs un décalage entre le titre « Le voyage dans la lune» qui amène au rêve et l’impact violent représenté. 

C’est d’ailleurs la première fois que la science-fiction propose un voyage « dans » la lune. Les découvertes scientifiques de la fin du 19e siècle ont peut-être contribué à ce choix : les observations de plus en plus précises des astronomes et physiciens, ainsi que les premières photographies de notre satellite naturel confirment la structure géologique de la lune. Rien d’étonnant à ce que Méliès ait recherché un nouvel horizon inconnu plus propice à la fantaisie « dans » la lune.

Cette affiche nous présente l’alunissage de l’obus afin de bien montrer que les voyageurs du film sont arrivés à destination et aiguiser la curiosité chez le futur spectateur. Atteindre la lune est également une source d’inspiration inépuisable pour la science-fiction du 19e siècle. Ce n’est qu’un demi-siècle plus  tard, que les scientifiques et ingénieurs commenceront à considérer ce rêve d’un trajet terre-lune accessible après avoir mis au point les premiers moteurs de fusée.

Moins de 70 ans après le succès du film de Georges Méliès, l’homme marchera sur la lune et la réalité a tué le rêve. Des milliers de spectateurs et auditeurs du monde entier suivent l’événement à la télévision ou à la radio. « C’est un petit pas pour l’Homme, mais c’est un pas-de-géant pour l’humanité », affirme Neil Armstrong. C’est surtout une grosse désillusion. Les images envoyées par la mission Apollo montrent une lune sous un jour plus cru et « décevant », loin, très loin des rêves de Méliès et de ses contemporains. 

Cet événement est décisif pour le monde et tout particulièrement pour notre société occidentale. Il démontre la puissance scientifique et technique de l’être humain et des Américains en particulier qui ont pour objectif d’assumer leur supériorité sur le reste du monde. Dès le moment où l’homme pose le pied sur la lune, le fantasme change de dimension. Une nouvelle ère spatiale est ouverte et les êtres humains rêvent de fouler d’autres astres plus lointains et d’explorer toujours plus loin notre univers. La conquête de l’espace ne fait que commencer.

Aujourd’hui, la réalité a rattrapé la fiction : le retour vers la lune est à nouveau amorcé, elle devient cruciale pour les entreprises privées qui souhaitent développer le tourisme spatial, extraire des matières premières sur d’autres astres ou poursuivre le trajet vers l’espace. Les plus riches de notre monde ont déjà fabriqué et présenté leurs « alunisseurs » privés. Donald Trump a demandé à la NASA d’y envoyer des êtres humains en 2024 en vue d’y rester. 

La vision de Georges Méliès, décrite dans cette affiche était donc prémonitoire. La représentation de la lune éborgnée par un projectile de fabrication terrestre est restée dans l’imagerie populaire et est représentée sur divers goodies. Que nous dit-elle aujourd’hui alors que nous savons que la prophétie s’est réalisée ? Que l’homme, de tout temps, a cherché à connaître son environnement et qu’il est capable d’énormes prouesses technologiques, mais également de grands dégâts. Après avoir détruit son environnement, exploité les ressources de sa planète et pollué l’univers, il est capable de « crever l’œil » des astres. 

Je n’aurais vécu ni le temps où notre satellite restait à découvrir, ni l’événement du premier pas de l’homme sur la lune.  Cette affiche, d’un autre siècle, devrait nous alerter sur l’actualité : nous pourrions assister au moment où la lune sera « défigurée » par l’activité humaine.

Par Rachel DUBIEZ

2e expérience aérostatique à Versailles (vue d’optique). Science populaire ou démonstration royale ?

Voler ! Que d’hommes n’y ont-ils pas funestement rêvé depuis Icare ? C’est fait en cette fin de 18e siècle ! Cette vue d’optique célèbre la deuxième expérience du genre à Versailles devant la famille royale. La montgolfière appelée « Marie-Antoinette » est décorée d’un bras portant une couronne de laurier. On distingue sur le côté le chiffre de la Reine, c’est-à-dire son monogramme, ses initiales entrelacées. Cette montgolfière a des dimensions disproportionnées au regard du château en dessous, elle domine la population qui est représentée dans la cour et aux abords du château. Le message est double mais clair : en ce siècle des lumières, le Roi (à travers son épouse) apporte la science à son peuple, mais le Roi, reste au-dessus du peuple. Cette montgolfière devient une métaphore du pouvoir royal.

Cette vue d’optique est assez grossière : les personnages et les carrosses sont rapidement brossés, sans beaucoup de détails, la peinture du ciel dépasse le cadre, très peu de couleurs sont utilisées. Le coût de production devait être faible. Contrairement aux estampes fines, de luxe, ces vues d’optiques étaient vendues à un prix très modique et destinées à être diffusées massivement. D’ailleurs, cette image a été reprise d’une gravure plus ancienne où ne figurait pas la montgolfière : une façon de baisser les coûts en limitant les nouvelles créations, voire en réutilisant les planches de gravure. Cette diffusion massive explique d’ailleurs qu’il soit difficile de retracer son parcours bien qu’on retrouve la trace de cette planche en particulier dans une collection du 19e siècle : celle du baron de Vinck que les enfants cèdent à la Bibliothèque nationale de France au début du 20e siècle, signe que, d’objet populaire, elle est devenue un objet de collection.

Les vues d’optiques sont très à la mode au 18e siècle. Il s’agit de gravures parfois peintes comme c’est le cas ici, qu’on regarde à travers un zograscope, un appareil optique composé d’une lentille et d’un miroir, qui permet d’augmenter l’impression de relief induite par la perspective. Ainsi, l’image est vue dans l’autre sens, ce qui explique que l’inscription au-dessus du carré est écrite à l’envers. De même, la chapelle royale est dessinée sur le côté gauche alors qu’elle se situe à droite du château. Mais elle retrouve sa place lorsqu’on regarde l’image à travers un zograscope ! En revanche, la lettre est écrite à l’endroit afin de pouvoir lire la description même sans cet appareil.

Les vues d’optiques sont alors vendues à des particuliers, mais aussi beaucoup à des colporteurs ambulants qui les montrent dans les foires de Paris et de province avec un zograscope : une manière aussi de colporter les événements de la capitale auprès du peuple. Le spectacle réside autant dans l’image elle-même que dans le procédé : on peut imaginer la fascination des populations, pour beaucoup encore illettrées, devant non seulement l’évènement (des hommes ont volé dans les airs !) mais aussi la technique (quel est cet étrange appareil qui transforme les images ?). On est en effet au 18e siècle, le siècle des cabinets de curiosités où on amasse moult objets curieux et techniques.

D’ailleurs, plus que la qualité, c’est plutôt le sujet qui est important et vendeur. Il s’agit d’une estampe d’actualité. Ce n’est alors pas le genre le plus prisé, mais certains sujets dopent tout de même la production : les expériences aérostatiques en font partie et provoquent un pic de production d’estampes d’actualité en 1784, preuve que le peuple est fasciné par cette technique nouvelle. Au-delà de cette vue d’optique, on constate toute une mode d’objets à l’effigie de montgolfières. La Marie-Antoinette se retrouve précisément sur de nombreuses vues d’optiques et autres objets en tout genre.

Cette image illustre également les liens entre la science et le pouvoir monarchique. La montgolfière porte le nom et la signature de la reine. Au-delà du caractère purement informatif, le message diffusé à travers cette estampe est clair : le Roi soutient les innovations. À cette époque, on montre la science en train de se construire au public. La valeur de la preuve tient plus de la position sociale du public, signe, à cette époque, de sa valeur, que de la reproductibilité de l’expérience.

C’est aussi le siècle des grandes avancées techniques illustrées par la montgolfière : l’homme accède enfin à son désir de voler ! Et cela se passe en France, à Versailles et Paris, haut lieu du développement des sciences. Et cela doit se savoir ! La diffusion des vues d’optiques participe à ce message, dans toute la France, mais aussi à l’étranger, car ces objets s’exportent bien. Le message est diffusé dans toutes les couches sociales à travers le colportage et les foires.

C’est enfin l’illustration d’une science visible dans l’espace public, d’une science encore le fait d’amateurs. Mais c’est la fin de ce courant. En effet, le 19e siècle verra à la fois la professionnalisation du scientifique et le renfermement de la recherche à l’intérieur des laboratoires. Le souci de rendre la science visible dans l’espace public perdurera cependant, et les besoins de vulgarisation puis de médiation émergeront alors… 

 

Par Floriane MALVOLTI-BERNARDINI 

L’impact de l’alliance Coca-Cola/Marvel sur la Culture Populaire

En rentrant chez moi avec mes colocataires, nous avons partagé notre dîner ensemble. Pendant le repas, l’une de mes colocataires a siroté sa traditionnelle canette de Coca-Cola, un rituel pour elle, mais aussi une addiction au sucre. Après le repas, alors que je commençais à débarrasser la table, je me suis dirigée vers la poubelle pour jeter la canette. Toutefois, j’ai remarqué que cette canette était différente de celles que nous avions l’habitude de boire. Elle était estampillée Avengers avec le logo de Black Widow, un personnage féminin fort de la saga, le tout en couleur argentée. J’ai trouvé cette canette particulièrement jolie et ai choisi de la conserver comme une sorte d’objet collector. 

Cependant en la regardant plus attentivement, j’ai réalisé l’impact que cette alliance entre deux marques mondialement connues avait sur moi. J’ai même pris une photo de cette canette avant de la jeter à la poubelle. Cela m’a fait prendre conscience que cette canette était un reflet de la culture populaire omniprésente dans notre vie quotidienne. En effet, cette rencontre entre les univers de Coca-Cola et de Marvel illustre parfaitement l’influence qu’ont ces deux industries sur nos comportements et notre perception de la culture. 

D’un côté, Coca-Cola a établi un lien étroit avec le public depuis de nombreuses années grâce notamment à ses publicités iconiques, comme celle du Père Noël ou de l’ours polaire. Ces images sont devenues des symboles emblématiques de la culture populaire, associées à la saison des fêtes, à la convivialité et à la joie de vivre.

D’un autre côté, la franchise Marvel est devenue un phénomène cinématographique majeur. Depuis le lancement du premier film de l’univers cinématographique Marvel en 2008, “Iron Man”, les films ont connu un succès commercial et critique considérable. Ils ont attiré un large public de fans du monde entier, générant un engouement médiatique, des discussions en ligne, des théories de fans et des attentes élevées pour chaque nouvelle sortie. Les films Marvel sont devenus de véritables événements culturels, marquant les tendances et les modes de notre époque. 

Coca-Cola et Marvel ont su créer des communautés de fans inconditionnels, suscitant un engouement médiatique pour leurs divers produits. Leur influence sur la culture populaire est immense, touchant la mode, les tendances culturelles, les produits dérivés, la culture geek, les médias sociaux et bien d’autres aspects de la vie moderne. Ces marques sont devenues des icônes mondiales de la culture populaire, façonnant les tendances culturelles et sociales de notre temps. 

Cette rencontre à travers cette canette de Coca-Cola est un exemple de la manière dont ces deux industries ont su se rejoindre utiliser les avantages de l’une et l’autre et laisser leur marque dans la culture populaire.

Par Alice BAMAS

De l’eau !

Seule, au bord de l’eau, cette borne à incendie s’est revêtue de bleu. Est-ce par simple coquetterie pour s’assortir avec le reflet du ciel dans l’eau ?

On aurait pu le croire, tant elle est gracieuse ainsi posée au bord du Tarn.

Et bien non, sa couleur bleue signifie qu’elle fait partie de la famille des poteaux d’aspiration, les pompiers devront aspirer l’eau de la rivière avec une pompe.

Elle n’est donc ni comme sa sœur rouge, reliée directement au réseau d’eau potable, ni comme sa sœur jaune, réservée au milieu industriel, ni comme sa sœur verte, utilisée comme réserve d’eau pour les professionnels hors pompiers.

Datant de la fin du XIXe siècle, la borne à incendie est apparue petit à petit dans l’espace public jusqu’à devenir omniprésente. Cette présence l’a rendue banale, voire insipide aux yeux du passant. Sa forme n’a que peu évolué et elle se pare parfois d’un coffre comme par pudeur.

Elle est un symbole de la révolution industrielle et technique et démontre que malgré son grand âge, elle est toujours utile.

Elle nous rappelle également à quel point l’eau est précieuse à la vie, à quel point aussi elle est nécessaire aux pompiers dans la lutte contre le feu, avec les sinistres incendies de l’été 2022.

Par Muriel BEN SOUSSAN

La conquête de l’air en l’an 2000 : l’apogée du dirigeable

Cette lithographie date de 1899 et fait partie d’un ensemble de 87 dessins réalisés par Jean-Marc Côté associé à d’autres peintres. Cet ensemble nommé “En l’an 2000” a été créé pour l’exposition universelle de Paris en 1900 et distribué sous forme de vignettes dans les boîtes à cigares. Le projet aurait dû également se décliner en cartes postales en 1910, mais faute de financement n’a pas abouti. La seule série de cartes postales connue aujourd’hui a été retrouvée par l’écrivain Isaac Asimov qui les a rendues publiques dans son livre “Futuredays : A Nineteenth Century Vision of the Year 2000”, paru aux Editions Henry Holt & Co le 1er novembre 1986.

L’illustration présentée a pour titre “Aéronat au long cours”. Elle représente un système de voyage aérien composé de deux ballons dirigeables, reliés à une même nacelle. À l’arrière de ces ballons, deux petites voiles sont dessinées, jouant sans doute le rôle d’empennage. La nacelle a une forme de bateau, avec un pont sur lequel on peut voir des voyageurs. Ce choix résonne avec le fait que cette scène se passe au-dessus d’une étendue d’eau. Sur l’avant de cette embarcation, une armature en bois soutient un mât sur lequel est fixée l’hélice du moteur. En effet, avec l’avènement du moteur au XIXe siècle, les aérostats en ont rapidement été équipés, cela permettant une plus grande maniabilité. Le drapeau français entre les deux ballons rappelle l’excellence scientifique de la France, qui doit être démontrée lors de cette exposition universelle. 

Les falaises en arrière-plan évoquent la Normandie, il est possible que ce voyage soit donc un voyage transatlantique. À cette époque, le seul moyen de se rendre sur le continent américain était par voie maritime, l’avion motorisé n’est pas encore apparu et les aérostats commencent à l’être. Cela explique que la représentation d’un voyage dans les airs en l’an 2000 utilise cet engin.

La conquête de l’air est un thème récurrent depuis bien longtemps et en cette fin du XIXe siècle, dans la France de la Belle époque, la société est dans une époque faste, marquée par des progrès sociaux, économiques et technologiques. Grâce à l’influence de la révolution industrielle, le progrès technique est synonyme d’espoir, l’ère industrielle continue, la mécanisation est de plus en plus présente et rien ne semble impossible, y compris la conquête de l’air, tant fantasmée depuis toujours. L’industrie naissante permet de développer des matières innovantes telles celles utilisées dans les ballons.

La couleur jaune de ces derniers en est un parfait exemple. En effet, les toiles des ballons ont évolué au fil du temps et en cette fin du XIXe siècle, elles sont souvent caoutchoutées, spécificité reconnaissable à leur couleur jaune, comme sur la lithographie de Jean-Marc Côté. Ces étoffes étaient plus résistantes et plus imperméables que les étoffes vernies et se sont surtout développées après la mise au point du procédé de vulcanisation en 1839, rendant notamment le caoutchouc plus élastique et supprimant la thermosensilbilité de ce dernier. Cette teinture jaune était à base de chromate de plomb ou d’aniline et servait à protéger le caoutchouc des ultra-violets. La toile des ballons était composée d’un tissu jaune à l’extérieur du ballon, une pellicule de caoutchouc, un autre tissu et une autre pellicule de caoutchouc côté intérieur du ballon. 

Au moment de la parution de cette illustration, il est possible que le public ait vu en elle, un rêve inaccessible, mais tout de même empreint d’une possible réalité, car le ballon dirigeable se développait à ce moment-là. En effet, comme toutes les œuvres de cette série, celle-ci s’appuie sur des éléments réels et sur l’optimisme et l’espoir illimité dans les prouesses techniques. Cette démarche permet de rendre crédible l’engin décrit. Ce dessin n’est pas sans rappeler le monde imaginaire de Jules Verne, contemporain de cette époque, ou encore les dessins visionnaires de Léonard de Vinci, on se trouve ici dans le domaine du rétrofuturisme.

Ceci étant, cette illustration n’était pas qu’un rêve. À partir de cette époque, la conquête de l’air s’est accélérée et aujourd’hui fait partie de notre réalité. De nos jours, quels sont les rêves techniques qui pourraient donner lieu à des séries d’illustrations ? Voyager sur Mars ? Voyager dans le temps ? Atteindre l’immortalité ? Coloniser d’autres planètes ? 

La liste pourrait être longue, depuis toujours l’homme rêve de conquêtes et d’explorations et le progrès technique ouvre le champ des possibles, pour le meilleur ou pour le pire…

Par Muriel BEN SOUSSAN

La Bouillotte : un objet d’innovation caché dans les placards de mamie ?

Bouillotte, bassinette, chauffe-lit ; en métal, en bois, en caoutchouc ; remplie de braise ou d’eau. On connaît toutes et tous cet objet hivernal. Dans l’imaginaire collectif, il évoque l’ancien temps, quand nos ancêtres sans chauffage avaient froid aux mains, aux pieds, dans les draps de leurs lits, ou même dans les chaires d’églises.

Des pierres chauffées dans la cheminée aux peluches en noyaux de cerise à mettre au micro-ondes, le concept de la bouillotte a su se réinventer au fil des siècles. Inspirant inventeurs et hommes d’affaires, la bouillotte se décline sous les formes les plus variées, et parfois les plus farfelues en fonction des évolutions techniques et sociétales : effigie de star américaine, bouillotte magique…(voir publicités ci-dessous). Une légende urbaine raconte même qu’un cordonnier en 1770 aurait inventé des chaussures avec un talon rempli d’eau chaude pour tenir les pieds de sa femme au chaud !

Aujourd’hui, les habitations sont chauffées, efficacement… parfois même avec excès. Les bouillottes de notre époque sont devenues un simple objet de bien-être et composées de noyaux de cerise. La peluche à mettre au micro-ondes est plus proche du gadget que de l’objet indispensable pour passer l’hiver. 

Mais la bouillotte n’a pas dit son dernier mot. Elle est aussi l’image des sports nature, à la montagne, en forêt, où les mains et les pieds se réchauffent sur des chaufferettes chimiques. On est loin du durable (et de la nature) ! C’est aussi l’image d’un hiver 2022-2023 où on doit économiser l’énergie et baisser le chauffage. La revanche de la bouillotte en somme !

Par Muriel BEN SOUSSANFloriane MALVOLTI-BERNARDINIMarie PRIEUR et  Delphine Ya-CHEE-CHAN

Quand l’affiche publicitaire devient une porte ouverte vers le monde des Sciences :  promouvoir la connaissance au XIXe siècle.

De nos jours, tout le monde a un dictionnaire à la maison. Soit en version papier, soit en se connectant à internet. La connaissance est donc seulement à un clic de souris. Mais quand on remonte le temps, 126 ans en arrière pour être exact, la situation est bien différente. 

1897, à l’aube du XXe siècle, cette affiche publicitaire « dictionnaire général des sciences théoriques et pratiques » est placardée dans les rues de Paris. Chromolithographie typique de cette période avec des couleurs flamboyantes et un style artistique extrêmement travaillé. Pourquoi autant de détails dans une simple affiche, pourrait-on s’interroger ? Les raisons sont simples. 

Première raison, c’est qu’à cette époque les affiches s’avèrent être encore le meilleur moyen pour faire sa publicité. Être dans la presse coûte trop cher et bien souvent les annonces sont mal présentées reléguées en quatrième page et entassées avec d’autres annonces qui pour bon nombre d’entre elles sont fallacieuses. Les éditeurs ne lésinent donc pas sur les moyens en engageant des artistes connus, ici Besnier pour réaliser cette affiche qui promeut un dictionnaire des sciences. 

Deuxième raison, capter l’attention et déclencher des émotions chez le passant en utilisant les couleurs. Ici, deux couleurs primaires dominent ; le rouge et le bleu. Pendant que re rouge captant le regard recouvre quasiment la totalité de l’affiche, le bleu utilisé avec parcimonie vient y apporter de la profondeur. Ces couleurs n’ont pas été choisies au hasard. La couleur rouge attise les émotions fortes, pour créer un sentiment d’urgence, pousser à l’achat impulsif. À l’inverse, le bleu invite au calme et à l’apaisement. Mais c’est l’association des deux qui est la plus pertinente. Le bleu met en confiance et le rouge invite à consommer plus rapidement. C’est une alliance bien connue dans le divertissement, l’alimentation et les jeux. On comprend donc l’utilité d’avoir utilisé ces deux couleurs dans cette affiche publicitaire. 

Troisième raison, c’est qu’à travers le dessin on étaie un propos pour amplifier, prolonger un texte. L’encadrement formé par l’arc et les colonnes imite de façon symbolique une porte ou bien une ouverture par laquelle on peut entrevoir un nouvel univers. Un univers où il est possible de découvrir et de comprendre un monde jusque-là peut-être inconnu. Un monde de sciences. Les dessins qui se trouvent à l’intérieur viennent sublimer les thématiques retrouvées dans le dictionnaire. La locomotive et les bateaux pour la mécanique, l’homme noir pour l’ethnologie. L’éléphant animal spectaculaire tant par sa taille que par sa forme, pour les sciences naturelles. Ou bien encore, représentée par les astres et le ciel bleu nuit ; l’astronomie sujet phare du XIXe siècle. En-dehors de sublimer les dessins questionnent. Certains objets sont complexes et inconnus. L’éléphant interroge, à cette époque qui pouvait avoir la chance d’observer cet animal ? 

Mais pourquoi en cette fin de XIXe siècle promouvoir un dictionnaire qui inventorie tout ce qui gravite de près ou de loin aux sciences ? L’essor fulgurant des progrès scientifiques et techniques de ces deux derniers siècles a aussi favorisé en parallèle l’essor de la vulgarisation scientifique. 

Les sciences et techniques, ne sont plus perçues comme une propriété privée à laquelle ne peuvent accéder que de rares privilégiés (la bourgeoisie). Ceux qui leur accordent de l’intérêt sont de plus en plus nombreux.  De plus, la compétition est rude à cette époque, puisqu’un florilège de revues de vulgarisation scientifique existent déjà. 

Donc pour capter et vendre à ces nouveaux curieux l’esthétisme de l’affiche est capital. Mais pas seulement, un dictionnaire relié à la fin du XIXe siècle coûte excessivement cher.  À cette époque, seule une certaine élite peut s’en procurer. Le système d’achat est donc adapté en utilisant la vente par livraison (ici à 10 centimes). Le principe est simple. L’acheteur achète chapitre (parfois juste quelques feuillets) par chapitre le dictionnaire. Une fois la totalité achetée, l’acheteur retourne chez l’éditeur qui lui relie gratuitement l’ouvrage. Ce système permet aux classes sociales les plus modestes la possibilité d’avoir accès à la culture scientifique.

En conclusion, cette affiche pourrait être le reflet de l’état des connaissances de la société en cette fin de XIXe siècle. Mais aussi le reflet d’une population qui a la soif d’apprendre et de comprendre la société dans laquelle elle évolue. Une population à qui on offre la possibilité d’avoir accès à une culture scientifique longtemps réservée à une certaine partie de la bourgeoisie. Cela irait dans la continuité de la volonté de la IIIe République de transformer la société, en faisant de l’éducation son fer de lance. 

Pourtant, des questions demeurent. Ce genre d’ouvrage pouvait-il vraiment être proposé à la population entière, quand on sait qu’un ouvrier de cette époque gagnait tout juste de quoi se nourrir et se loger. 

La culture scientifique, si elle n’était pas à un clic de souris, était elle vraiment à portée de main ? 

Par Alice BAMAS 

Dans le cabinet de physique d’un lycée

Ici un appareil étrange avec des tiges en métal circulaires, le tout relié à une courroie et une poulie. Les tiges, sous l’effet de la rotation, s’aplatissent. L’appareil montre l’effet de la rotation sur la forme aplatie de la Terre. On tourne la tête et des étincelles jaillissent d’un appareil à grandes roues : c’est une machine de Wimshurst destinée à accumuler de l’électricité statique issue du frottement de balais métalliques sur les deux roues. Et puis à côté, d’autres objets aux noms tout aussi mystérieux : électroscope, tube de Crookes. Nous sommes dans les recoins d’un laboratoire de physique d’un lycée, ou d’un cabinet de physique comme on disait auparavant.

Ces objets sont beaux, ils nous fascinent même ! Ils sont les témoins d’une époque où l’émerveillement était le point de départ de l’enseignement. Mais surtout une époque où l’expérience était bien plus concrète, plus sensorielle même. On faisait des travaux pratiques. Le geste était aussi important que le savoir, le geste appuyait le savoir. Agir avant de penser, agir pour bien penser. Ces travaux pratiques permettaient de voir, de toucher, d’entendre les phénomènes, parfois même de les sentir en chimie. La science n’était pas seulement sur la paillasse, on expérimentait la science à travers ses sens, on intériorisait la science.

Aujourd’hui, les travaux pratiques n’ont plus cours, place aux activités expérimentales ! On a gommé le geste, jusque dans le nom même des pratiques pédagogiques. A la précision nécessaire de ces gestes, on a substitué le déroulé de la démarche : c’est la compréhension du déroulé qui prime. La réalisation, le geste, sa précision ne sont que secondaires.

Donc les ordinateurs et python (le langage de programmation utilisé dans les classes) ont remplacé la main de l’élève. Alors, les professeurs tournent, nostalgiques, les pages des inventaires réalisés au début du 20ème siècle. Ils tentent parfois de ressusciter ces objets et en font de brèves petites démonstrations ! Et tout de suite, les yeux des élèves pétillent. Et malgré eux, ils leur transmettent un peu de leur nostalgie. Mais surtout, ils leur transmettent la beauté de la science et l’émerveillement qu’elle suscite !

par Floriane MALVOLTI-BERNARDINI.

 

1ère page de l’inventaire du cabinet de physique du lycée de jeunes filles de Saint Cloud (actuellement lycée Alexandre Dumas), photo par Alexis Chantereau, adjoint technique au lycée Alexandre Dumas de Saint Cloud.
machine de Wimshurst, photo par Alexis Chantereau, adjoint technique au lycée Alexandre Dumas de Saint Cloud.
Appareil servant à montrer l’aplatissement de la Terre, photo par Alexis Chantereau, adjoint technique au lycée Alexandre Dumas de Saint Cloud.

L’ordinaire culturel des STS / histoire au quotidien d’un objet banal mais jamais anodin

Tout en bois j’en pince pour toi

L’image a quelque chose de sensuelle et de tragique

Elle raconte une étreinte sur le fil, une histoire dramatique

Deux individus luttent ou s’aiment tout en contraste

 

L’un au premier plan, droit comme un pique, tout en plastique

L’autre, tout en bois, s’accroche dans un élan qui semble vivant

La rigidité froide de l’un est toute militaire, comme les galons qu’il arbore tout fier sur son uniforme vert.

L’autre désespère, nu comme un ver.

L’ensemble forme une chimère, mariage d’artifice et de nature

L’un sent l’usine et le container venu de Chine

L’autre est, sous son aspect banal, un produit local

L’un brille en rayon, pour pas cher, sous son blister

L’autre attend, sans ornement, l’achat conscient

L’un vous assure de polluer dès demain pour 1000 ans

L’autre vous garantit le cycle infini de la vie sur terre

 

L’ensemble est une misère, mariage d’éphémère et d’ancien

L’un aux lignes arrogantes et droites vous promet de décliner à vitesse grand V

L’autre aux courbes usées et gauches vous promet fidélité

L’un a perdu sa moitié que la pluie et le soleil ont fragilisé, puis cassé

L’autre est fait de belle matière, il a trouvé un partenaire pour durer

 

Ce bricolage finalement dit une danse à 2 temps

Un temps pour le jetable, regrettable mais pardonnable si on agit maintenant

L’autre pour le recyclable et le renouvelable, on répare et ça dure longtemps

 

par Michel LETTE.

Pourquoi pleure-t-elle ?

Femme à la larme, cire anatomique,  cire, bois et coton, 1784, MNHN. Photo B. Faye 

Cette grosse larme translucide qui lui perle de l’œil gauche pour aller rouler sur le haut de la joue, la jeune femme ne peut manifestement la retenir. Signifie-t-elle la souffrance de la maladie, le deuil d’un corps intact ou un autre chagrin plus secret, qui nous échappe nécessairement ? 

La Femme à la larme, conservée au Musée de l’Homme, est la cire anatomique la plus connue d’André-Pierre Pinson, chirurgien, anatomiste et artiste de la fin du XVIIIe siècle. Elle présente une tête scindée en deux profils, le profil gauche exposant l’anatomie interne de la tête (cerveau, œsophage, trachée, intérieur du nez et de la bouche), le profil droit représentant une jeune femme gracieuse aux longs cheveux avec une larme sur la joue.  

Les premières cires anatomiques datent du XVIIe siècle. Elles étaient principalement destinées aux étudiants en médecine, mais servaient aussi aux artistes en quête d’une meilleure connaissance du corps humain. Elles étaient censées faciliter ou compléter l’enseignement de l’anatomie par la dissection du corps humain. La cire permettait de reproduire de façon à la fois réaliste et artistique les parties qui le composent. Le Musée de l’Homme possède une très belle collection de ces cires anatomiques colorées, principalement issues du cabinet du Duc d’Orléans, pour qui André-Pierre Pinson en a réalisé des centaines. 

France Culture a consacré une série de 6 podcasts de 7 minutes à des objets de la collection du Musée de l’Homme. Le premier épisode est consacré aux cires anatomiques de M. Pinson.

par Estèle AUSSANT.

De la minette aux fleurs…

Hey-ho, Hey-ho, on rentre du boulot ! … oui mais quel boulot ? 

L’image associée à cette ritournelle, montrant les 7 nains de Blanche Neige poussant des berlines pleines à craquer de gemmes et de diamants dans le rire et la bonne humeur, n’a toujours été qu’une lointaine utopie, particulièrement en Lorraine. 

Des années durant, les mines de la région ont charrié des tonnes de charbon et de fer. Moins connues, pourtant plus nombreuses, ces mines ont fait naitre la plus forte industrie du pays : la sidérurgie. 

Cette époque bénie fît la richesse de tout un pays, de toute une région, de tout un peuple. Derrière le drame de la fermeture des mines et des aciéries lorraines, s’est jouée la vie de nombreuses familles, dont le seul revenu perlait au front du paternel…mineur de son état. Qu’il fût robineur (qui remplissait les berlines) ou herscheurs (qui poussait les berlines), la mine était toute sa vie et elle réglait, pour ne pas dire régulait, le rythme de milliers de gens. Ainsi, ces derniers passaient des années à descendre dans le puits, à creuser, à charger et manœuvrer ces berlines de « cailloux de fer » qui une fois fondus, servaient à produire les rails sur lesquels roulent encore de nos jours tant de trains, au milieu de nos belles campagnes fleuries. 

Le minerai lorrain, appelé minette à cause de sa faible teneur en fer (30% environ), fût exploité très tôt. Des fouilles ont mis à jour un important site près de Nancy, remontant au VIIIe – Xe siècles. Mais sa haute teneur en phosphore, qui rend l’acier cassant, limita son utilisation à la fonderie principalement. Sa pleine exploitation fût donc retardée jusqu’à la mise au point du procédé Thomas, qui permet une déphosphoration efficace de la fonte. Ainsi, avec des réserves de minerai estimées à 6 milliards de tonnes, le gisement Lorrain fût classé parmi les plus vastes du monde. La Lorraine devint même la deuxième productrice de fer au monde, derrière les Etats-Unis, en 1913, avec une production dépassant les 41 millions de tonnes. 

Malheureusement, au début des années 1960 le prix des minerais importés devient plus avantageux, notamment grâce à la baisse des prix de transport par bateau ! La concurrence s’accroît, le marché devient mondial et non plus régional. Les usines sidérurgiques devant être au plus prêt des sources de fer, on privilégie celles dites « côtières » qui peuvent décharger les bateaux facilement. Le choc pétrolier de 1973, l’apparition de nouveaux procédés (fours électriques à arc qui permettent de produire des aciers et alliages en recyclant la ferraille usagée et à faible coût, laminage à chaud en continue…) et de nouveaux matériaux (plastiques, béton précontraint) affecteront grandement l’industrie sidérurgique, entrainant les mines de Lorraine dans un inexorable déclin. 

La vallée de la Fensch, que chante si bien Bernard Lavilliers, organise alors la résistance autour de son laminoir à chaud, l’un des plus vieux et des plus performants d’Europe, pour produire des tôles. La production s’oriente vers le marché de l’automobile, grâce aux aciers à haute valeur ajoutée qui sortent de l’usine de Florange, en Moselle, dès 1984. 

Mais cela ne suffira pas à sauver les mines de fer de Lorraine qui fermeront les unes après les autres. Les coûts d’exploitations trop élevés, sonnent le glas des chevalements, porions et autres briquets (le casse-croûte des mineurs) remisant ainsi au placard, tout un vocable local. La dernière mine de fer ferme en 1997, c’est celle des Terres Rouges à Audun-le-Tiche en Moselle. 

Aujourd’hui les jolies fleurs de nos campagnes existent toujours (et c’est tant mieux !) mais elles garnissent les berlines, réduites au simple rôle de bac à fleurs, qui ornent places publiques et autres rondpoints lorrains. Ces wagonnets de mine, rappellent aux dernières générations encore en vie et témoins de ce drame de la sidérurgie, un passé glorieux (et pas si lointain) que ne peuvent comprendre, voir ignorer totalement, les nouvelles générations… 

 

Thierry HOTTON, CNAM 2022 

L’école La Cigogne à Bois-Colombes

Par Damien Prevosto, CNAM 2022.

 

L’école La Cigogne, à Bois-Colombes, en banlieue parisienne, est un grand bâtiment blanc, d’apparence moderne, dont les façades sont en partie cachées par les arbres du parc des Bruyères qui l’entourent. Ce qui frappe le regard, quand on s’approche de l’école, c’est l’immense ouverture circulaire qui surplombe l’entrée du bâtiment. Et, de manière symétrique, une deuxième ouverture apparait à l’arrière du bâtiment, recouverte de 3 grands anneaux concentriques.

Si cet étrange édifice semble aujourd’hui banal pour les écoliers et les visiteurs du parc, il a pourtant hébergé la soufflerie privée la plus importante du monde pendant les années qui ont suivi la deuxième guerre mondiale. Il est le dernier témoin de la riche histoire industrielle du constructeur Hispano-Suiza dans ce quartier de Bois-Colombes.

Quand Hispano-Suiza décide de construire cette soufflerie, en 1936, l’entreprise est déjà implantée sur ce site depuis plus de 20 ans. D’abord spécialisée dans l’assemblage des automobiles de luxe de la marque espagnole, l’usine de Bois-Colombes oriente rapidement sa production vers l’aéronautique pour soutenir l’effort de guerre français pendant la première guerre mondiale. C’est un moteur conçut par Hispano-Suiza qui équipera les célèbres avions de chasse SPAD, dont les exploits seront rendus célèbres par les “as” de l’escadrille des Cigognes : Georges Guynemer et René Fonck.

Avec la construction de la soufflerie, peu avant la deuxième guerre mondiale, Hispano-Suiza accélère encore le développement de son activité aéronautique: cet équipement lui permet en effet de réaliser des essais de moteurs d’avion en reproduisant les conditions de vol.
Cette soufflerie, longue de 55 mètres, fonctionne selon un principe de “circuit ouvert” mis au point par Gustave Eiffel au début du 20ème siècle : le flux d’air est capté sur un côté du bâtiment grâce à un collecteur en forme d’entonnoir; il circule ensuite au travers d’une chambre d’expérience où sont placés les moteurs testés; puis il ressort du bâtiment par un diffuseur.

Cette installation prestigieuse souffre néanmoins d’un défaut majeur : le bruit qu’elle génère lorsqu’elle est activée. Les riverains de l’usine déposent à plusieurs reprises des plaintes pour nuisance sonore ! Certaines mauvaises langues disent qu’on entend la soufflerie jusqu’à Paris…

Malgré les bombardements de 1943, la soufflerie tourne à plein régime jusque dans les années 1950, avant d’être progressivement délaissée et reconvertie en bureaux pour les employés. Puis c’est tout le site industriel d’Hispano-Suiza qui est touché par des réorganisations successives, avant une fermeture définitive en avril 1999. La soufflerie échappe cependant à la destruction, grâce à la mobilisation d’anciens salariés et d’habitants de Bois-Colombes qui souhaitaient conserver une trace emblématique de cet ancien grand site industriel. Elle est ainsi inscrite en 2000 à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques, puis réhabilitée en école. De nombreuses rues aux alentours ont également été renommées (rue Guynemer, rue Hispano-Suiza, …), comme autant d’indices d’un passé qu’on a du mal à imaginer tant le quartier a été reconstruit depuis une vingtaine d’années.

Aujourd’hui, plusieurs grands panneaux illustrés, accrochés aux grilles de l’école, retracent l’histoire de la soufflerie. Les passants curieux découvrent alors l’origine de ce bâtiment étrange, qui fait maintenant partie du patrimoine industriel de la ville.

Minecraft, un terrain de jeu pour les futurs ingénieurs

Minecraft fait partie de ces jeux vidéo appelés bac à sable, ou plus communément, Sandbox. Le principe de ces derniers est très simple : donner quelques règles de bases et ensuite laisser la plus grande liberté possible aux joueurs. Ainsi, certains se spécialisent dans l’exploration, la construction, la création de musique etc. Le tout est proposé avec une approche très ludique qui ravit les petits comme les plus grands.

En jouant à Minecraft, il est tout à fait possible de se passer de l’aspect ingénierie car ce n’est clairement pas son objectif principal. Il existe malgré tout une partie dans le jeu qui permettra une initiation à la logique algorithmique avec ce qui est appelé dans le jeu : “la redstone”. Cela en fait un parfait dispositif informel de médiation culturel scientifique.

A l’aide de cette petite poudre rouge trouvable en profondeur, il sera possible de créer des machines, d’émettre des signaux, créer des filtres, compter le temps qui défile, effectuer des tests en tout genre et surtout créer des circuits logiques se rapprochant de ce qu’il est possible d’avoir en électronique. Bref, la Redstone est une source d’énergie qui peut être transmise à des appareils ou récepteurs qui produiront des actions en conséquent.

Démonstration du fonctionnement du piston dans Minecraft à l’aide de la redstone

Introduction à la logique algorithmique

En ingénierie, que ce soit en informatique ou en électronique, nous faisons très souvent appel à l’algèbre de Boole. Cette dernière est fondamentale car c’est celle-ci qui permet aux ordinateurs d’effectuer des calculs.

Avec l’arithmétique classique nous sommes habitués aux opérateurs tel que +, -, *, /. Ces derniers sont toujours bel et bien utilisables avec un ordinateur. En revanche si cela est possible c’est grâce à d’autres opérateurs tels quel OU, ET, NON etc… Ces derniers proposent une approche directement traitable par un ordinateur. C’est ce que l’on va appeler du langage machine de bas niveau. C’est une traduction du comportement des signaux électriques permises par des portes logiques.

En effet un opérateur pourra prendre en entrée deux signaux. Ces derniers pourront être de nature électrique dans le cadre d’un processeur mais aussi de redstone dans celui de Minecraft. A la sortie de cet opérateur sortira un signal 1 ou 0, c’est ici que l’on retrouve l’aspect binaire du numérique. Soit il y a un courant, soit il n’y en a pas.

Prenons l’exemple d’un opérateur OU qui prends en entrée un signal A et un autre B. Si le signal A est actif, soit à une valeur 1 et le signal B est inactif, soit une valeur de 0, la sortie de l’opérateur sera de 1. Cela revient à écrire : 1 OU 0 = 1. La sortie de l’opérateur OU sera active si au moins l’un des deux signaux d’entré est active aussi. L’opérateur ET en revanche sera actif uniquement si les deux signaux d’entrés sont actifs.

Pour que cela soit plus clair, il est possible de représenter ceci dans ce qu’on appelle un tableau de Karnaugh comme ceci :

A\B

0

1

0

0

1

1

1

1

Sorties de l’opérateur OU

A\B

0

1

0

0

0

1

0

1

Sorties de l’opérateur ET

En bleu apparait la valeur du signal d’entrée A, en Violet la valeur d’un signal d’entrée B et en rouge, la valeur du signal de sortie

 

Pour en apprendre plus sur cette logique algorythmique,je recommande cette excellente vidéo d’un ex-ingénieur informatique à propos des portes logiques dans Minecraft :

Pour en revenir à Minecraft, cette logique est importante dans la création de circuits logiques. En effet cela sera permis si l’on souhaite activer la récolte de canne à sucre lorsque les stocks de ces derniers sont bas OU qu’une demande forcée du joueur intervient. Bien que non essentiels, l’utilisation de ces opérateurs prend tout son sens si l’on souhaite commencer à automatiser certaines tâches.

Il faut toutefois bien garder en tête que les possibilités permises par la redstone sont bien plus vastes. Certaines personnes sont même allées jusqu’à recréer un processeur capable d’effectuer de nombreux calculs. Cela n’est pas très utile comme utilisation directe, certes, mais pour un objectif pédagogique, Minecraft est une véritable mine d’or. La redstone a le pouvoir d’inspirer toute une génération de futurs ingénieurs.

Camille Geourjon, CNAM 2022

La stèle Farman, hommage invisible à un exploit oublié

C’est un bloc de pierre posé entre une voie de tramway et un boulevard périphérique, aux confins de Paris et d’Issy-les-Moulineaux. Pour les usagers du tram en attente à la station Suzanne-Lenglen, les automobilistes coincés au feu rouge tout proche et les piétons pressés de rallier leur bureau ou le centre commercial de l’Aquaboulevard, il passe un peu inaperçu.

Pour qui a le temps et la curiosité de s’approcher, la stèle prend un peu plus de sens, en face de l’héliport de Paris et des bâtiments de la Direction de l’Aviation civile. Réalisée par Paul Landowski, sculpteur français de renommée mondiale, inaugurée en 1930, elle célèbre un pionnier de l’aéronautique, Henri Farman, et scelle le souvenir d’un vol accompli le 13 janvier 1908 ici même où pas très loin, là où vrombissent désormais les hélicoptères.

La principale face du monument est divisée en 5 « étages » : un aigle, un pilote aux commandes, des ingénieurs et un schéma, un dessin d’avion, un texte ainsi libellé : « Sous le contrôle de l’Aéro-Club de France sur ce terrain, le 13 janvier 1908 pour la première fois au monde un kilomètre en circuit fermé a été parcouru par Henri Farman sur biplan conçu et construit par les frères Gabriel et Charles Voisin moteur Antoinette créé par Levavasseur gagnant ainsi le Grand Prix d’aviation Deutsch-Archdeacon et portant les records mondiaux d’aviation à distance : 1000m, durée : 1m28s. » 

La stèle est surmontée d’un aigle aux ailes spectaculaires. Comme un rappel que l’aventure de l’aviation a commencé avec le désir de l’homme d’imiter les oiseaux. Vainqueur des lois de la nature et de l’attraction terrestre, il semble convoquer cet aigle, ici, pour se mettre sous sa protection en même temps qu’il lui signifie la domination définitive de la technique humaine.

Le vainqueur, en l’occurrence, est l’aviateur Henri Farman, représenté dans la posture classique des premiers pilotes des premiers avions : lové dans un entrelacs de baguettes qui maintiennent la voilure, tenant un volant, moustache et barbe, casquette à l’envers. Suivant le même itinéraire que nombre de ses pairs, il s’intéressait, à tout ce qui permettait d’aller toujours plus vite au tournant du siècle. D’abord coureur cycliste en 1892-1893, Farman se lance dans la course automobile dans les années 1900 avant de multiplier les performances aux commandes de ces drôles de machines volantes. À noter que l’orthographe de son prénom, Henri et non Henry, naturalise définitivement cet Anglais né à Paris.

La progression de l’industrie aéronautique au début du XXe siècle passionnait la presse et le public. La technique, alors, cette « locomotion mécanique dans les airs » nourrissait les rêves et l’imagination. Chaque vol un peu plus long que les autres, un peu plus haut ou un peu plus rapide se racontait à la une de nombreux journaux à grand tirage, déplaçait les foules sur les terrains d’aviation dont celui qui fait face à la stèle, aujourd’hui occupé par l’héliport de Paris.

Ainsi, l’action pour laquelle Farman est célébré faisait à l’époque figure d’exploit et le jour de son accomplissement, le 13 janvier 1908, reste une date dans l’histoire de l’aviation. Un schéma montre où se situa, entre Issy et la porte de Sèvres, la boucle effectuée par Farman. Près de 120 ans après, ce « kilomètre en circuit fermé » n’a pas la résonance d’un exploit comme c’est le cas, par exemple des traversées de Blériot (1909) ou Lindbergh (1927). Sa technicité n’a pas résisté au temps. En fait, Farman est le premier à effectuer un virage en avion à une époque où certains jugeaient cela impossible. C’est donc, en effet, un jour décisif pour tous ceux qui conçoivent et fabriquent les avions.

En notamment les frères Charles et Gabriel Voisin, ingénieurs également mis à l’honneur sur la stèle, où figurent leurs deux profils sculptés. Eux aussi sont des acteurs de premier plan des débuts de l’aviation moderne (leur nom résonne toujours dans le quartier à travers une école, une allée, un terminus d’autobus). Leurs ateliers et leurs usines à Issy et Boulogne fournissent les appareils qui vont entrer dans la légende en même temps que leurs pilotes. Le biplan de Farman est représenté de face et de façon stylisée sur le monument mais décrit de manière détaillée : « un biplan Voisin avec moteur Antoinette créé par [Léon] Levavasseur », autre ingénieur renommé.

Le texte, enfin, au bas de la stèle, précise que la performance de Farman a été dûment homologuée par l’Aéro-Club de France, organisme né dès 1898 pour encourager la « locomotion aérienne », qui édicte les règlements et délivre les brevets de pilote. Enfin, elle a eu lieu dans le cadre du Grand Prix d’aviation Deutsch-Archdeacon, du nom d’Henry Deutsch de la Meurthe et Ernest Archdeacon, deux des cofondateurs de l’Aéro-Club de France. L’un est avocat, l’autre gère une société de pétrole; les deux ont mis leur fortune au service de cette industrie naissante, qui progresse au gré de compétitions (Grand Prix d’aviation, coupe Gordon-Bennett, courses à étapes…) dont ils financent les primes.

Cette stèle n’oublie donc rien ni personne de l’écosystème qui a fait progresser l’aviation jusqu’à la Première guerre mondiale : des ingénieurs à la pointe de l’innovation, des pilotes prêts à risquer leur vie pour un record, des mécènes fortunés et passionnés.

Bientôt, ce sont les guerres qui feront progresser l’aéronautique avant que le développement de l’aviation commerciale et du tourisme ne fasse du voyage en avion un événement banal… désormais montré du doigt pour sa lourde contribution au dérèglement climatique. Ainsi à quelques mètres du monument, autour du terrain de l’héliport de Paris, il n’est plus question de héros mais de nuisances: trop de pollution, trop de bruit…

En 92 ans d’existence, la stèle Farman a été déplacée deux fois, pour cause de travaux, mais elle a survécu au chamboulement du quartier. Hommage quasi invisible à un exploit oublié, mais témoignage préservé d’une époque glorieuse.

Isabelle Thalès, CNAM 2022

 

 

L’arsenal de Brest

Un projet urbain

Cette fresque de Benjamin Flao s’inscrit dans le cadre d’un important programme de revitalisation du quartier des Quatre Moulins de Brest intitulé « Les murs prennent la parole », destiné à améliorer la qualité urbaine de ces habitants.

Cette initiative d’embellissement urbain du quartier s’aménage d’un parcours de neuf fresques dont les thématiques sont diverses : le voyage, la musique, l’océanographie, etc. Toutes ces thématiques sont reliées au patrimoine et à l’identité de la ville de Brest.

Initié en 2000, le projet est issu de l’implication et de la collaboration des habitants, des acteurs du territoire, et du chanteur Miossec, parrain du projet. Le parcours a été réalisé par CitéCréation, une entreprise coopérative lyonnaise spécialiste mondiale en matière de décoration et de scénographie urbaine.

C’est Benjamin Flao, illustrateur et auteur de bande dessinée, qui a été retenu pour concevoir cette fresque ; elle évoque à travers la construction d’un bateau imaginaire, l’ambiance et l’atmosphère des chantiers de construction navale de l’ancien arsenal de Brest au XIXe siècle.



De l’imaginaire à l’histoire

En regardant l’oeuvre, notre imaginaire s’envole. Nous pouvons imaginer le bruit des machines, du chantier, des hommes et des mouettes volant au-dessus du site industriel. Nous pouvons imaginer l’odeur de différentes émanations produites par le chantier, nous pouvons imaginer les éclats de voix des ouvriers tantôt entrain de pester, tantôt entrain de rire le temps d’une pause ou à la fin d’une dure journée. À travers cette fresque, nous retournons dans le passé de l’arsenal de Brest, dans son histoire.

C’est une histoire riche, avec un passé industriel unique. Car l’histoire de l’arsenal de Brest fait partie de l’histoire militaire-naval de la France. L’arsenal de Brest fût créé en 1631 par le cardinal Richelieu, le but était de renouveler la flotte royale. L’arsenal a été conçu de manière à pouvoir accueillir les grands navires de guerre du XVIIe siècle. Niché au cœur de la ville, l’arsenal construisait, armait et réparait en partie les vaisseaux de guerre devenant ainsi un gigantesque complexe militaro-industriel, à l’image des ports Toulon et de Rochefort.



Technico-industriel

L’arsenal était donc le siège d’une véritable activité industrielle. La construction d’un navire met en jeu, tout un panel de savoir-faire complexe et de techniques. Des innovations voient le jour pour mécaniser, rationaliser et faciliter ces opérations qui demandent une logistique considérable, en raison des poids et des volumes à assembler et à déplacer.

Les principaux corps de métiers sont les maîtres de haches, qui deviennent les maîtres-constructeurs (architectes navals), les charpentiers, les calfats, les sculpteurs. Les corps de métiers dominants concernent directement la fabrication de la coque du navire. De nombreux ateliers spécialisés préparent les pièces nécessaires aux navires : corderie, voilerie, menuiserie, sculpture, forges.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, il se modernise considérablement pour répondre aux nouvelles exigences de la flotte. Car la Marine s’engage dans trois innovations technologiques majeures : la propulsion à vapeur, l’obus explosif et la construction métallique. Ces mutations techniques imposent à l’arsenal d’entreprendre d’importantes transformations de son infrastructure : creusement de nouveaux bassins et agrandissement des anciens, création d’ateliers d’ajustage, de forges et de fonderies.

Véritable poumon de la ville, l’arsenal a rythmé la croissance et la prospérité de la cité au fil des siècles.

C’est donc au détour d’une rue que le street-art met en scène par l’imaginaire, le souvenir de l’histoire d’une ville. Au-delà de la seule charge nostalgique d’une activité industrielle disparue, la fresque expose la relation entre l’art et l’industrie dans le nouveau paysage urbain brestois.



FRANS Gwenaëlle



Maître d’ouvrage : Brest Métropole Océane – Communauté urbaine / Maitre d’œuvre : CitéCréation

Ariane 6 : Du russe Roscosmos à l’américain Amazon

Sanctionné économiquement en février 2022 par l’Europe du fait du conflit russo-ukrainien, Moscou, par la voix de Dmitri Rogozine, directeur de Roscosmos, a décidé de ne plus permettre l’exploitation de son lanceur Soyouz implanté au Centre Spatial Guyanais (CSG) à Kourou. Une alternative à cet arrêt catastrophique pour l’institution européenne spatiale semble avoir été trouvée : Amazon, nouveau partenaire.

Le Centre Spatial Guyanais, fer de lance technologique de l’Europe spatiale

Pour rivaliser avec la concurrence internationale et pour se développer techniquement, l’Agence Spatiale Européenne (ASE ou ESA) et l’Agence Spatiale Russe, Roscosmos s’étaient associées en 2002. En effet, le lancement-test concluant du lanceur Soyouz depuis la Guyane, le 21 octobre 2001, avait permis d’envoyer dans l’espace les deux premiers satellites européens Galiléo IOV (In Orbit Validation) à la constellation(1) spatiale dédiée. L’entente avec Moscou, complétant alors l’offre de services de l’ASE, a été actée.

Arianespace SAS est la société française créée pour commercialiser et exploiter les systèmes des lanceurs civils européens : Ariane 5, Soyouz, Véga et prochainement Ariane 6 et Véga C. Elle planifie la mise en orbite des satellites destinés à l’internet de haut débit.

L’ASE et Arianespace SAS en panne de moteurs

Soyouz permettait à la France de rivaliser avec les lanceurs américains de SpaceX, dont le Falcon 9. Il assurait les lancements annuels des quatre « fusées » des institutions européennes ainsi que ceux d’autres clients. Soyouz était l’engin le plus adapté pour ces voyages en orbite basse, soit environ à 600 km d’altitude au-dessus de la Terre (l’équivalent de 2000 Tour Eiffel superposées). Pour assurer ces prestations, Arianespace SAS exploitait le lanceur Soyouz. Avec le conflit russo-ukrainien, ces lancements étaient bloqués.

Les clients des satellites Galiléo, Oneweb(2) et autres européens auraient-ils patienter ?

Coup de théâtre : la plus grande acquisition commerciale de lanceurs de l’histoiredixit Amazon

Désormais les clients peuvent retrouver une place sur le carnet de commande d’Arianespace SAS, aujourd’hui réactivé. En effet, le 5 avril 2022, un nouveau partenariat avec le géant américain de la vente en ligne, Amazon, assure au nouveau lanceur Ariane 6 d’effectuer 18 tirs au lieu des 11 prévus. « Un grand moment dans l’histoire » de la société selon son président exécutif, Stéphane Israël.

« La fourniture de services de lancement de charges lourdes dans le cadre du Projet de la constellation Kuiper » désormais financé par Amazon permettra à l’ASE de mettre en orbite 35 satellites par lancement avec une prévision de 6 tirs par an pendant trois ans.

Amazon, qui diversifie largement le champ de ses activités économiques, a prévu de positionner pas moins de 3236 satellites en 5 ans.

L’aura d’Amazon

Toutefois, Amazon est accusé par des ONG, des députés français et européens, d’évasion fiscale. Par ailleurs, Attac, les Amis de la Terre, Droit au Logement et l’Union Syndicale Solidaire accusent la société américaine d’avoir un impact désastreux sur l’environnement et d’infliger des conditions de travail déplorables à ses salarié.e.s. Le ministère de la Culture et le Syndicat de la Librairie française pointent également Amazon du doigt pour ses pratiques commerciales agressives. Toutes ces accusations ne semblent pas freiner la France et l’Europe dans leur volonté de s’associer avec le géant américain.

La pollution terrestre sera-t-elle reproduite dans l’espace malgré la catastrophe climatique à nos portes ? La volonté de conquête spatiale européenne(3) mettra-t-elle un voile sur ces enjeux ? Peut-on convenir aussi aisément d’une telle collaboration sans entendre les palpitations de la planète ?

Et si le désaccord géopolitique franco-russe avait signé la première guerre … spatiale ?

P. Nathalie DESIREE

 

(1) Zone formée par l’agglutination de satellites mis en orbite

(2) ex WorldVu, mégaconstellation de 650 satellites de télécommunication de 150 kilo circulant sur une orbite basse permettant l’accès à l’internet à haut débit dans les régions mal desservies par les liaisons terrestres. Elle devrait atteindre 6372 satellites selon l’étude en cours

(3) consulter l’article “Algérie et Guyane : Spots de l’histoire du Spatial français” sur   https://lamediacuscitech.wixsite.com/gwankarayib-e-sud/post/algerie-et-guyane-spots-de-l-histoire-du-spatial-francais

 

Sources :

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/acces-espace-conflit-ukraine-russie-suspend-utilisation-soyouz-depuis-kourou-marque-point-97007/

https://www.sciencesetavenir.fr/espace/internet-spatial-contrats-geants-d-amazon-avec-trois-lanceurs-dont-ariane-6_162701

 

Du code-barres au QR code, ce qu’ils nous racontent…

Par Mari le Diraison, promotion 2021-2022

 

 

Depuis quelques années le QR code s’est inséré dans notre vie quotidienne. La banalité de son usage, du passe-sanitaire aux panneaux publicitaires, en passant par les cartes de restaurants aux cartels d’exposition, témoigne de l’accessibilité des technologies dans notre société moderne ainsi que l’entreprise qu’elles exercent sur nos vies. 

 

Un peu d’histoire nous permettra d’éclairer l’interprétation de ce dispositif. Lee QR code a pour ancêtre le code-barres, et tous deux trouvent leurs origines dans le secteur de l’industrie. Ces signes de notre modernité agissent comme médiation entre la matérialité d’un objet et son identité virtuelle, ils sont une porte entre deux mondes : le monde physique et le monde numérique. Créés dans une logique économique, ils sont les symboles des mutations du capitalisme dans son ensemble. 

Tout commence en 1952, quand Bernard Silver et Norman Joseph, deux ingénieurs américains, s’inspirent du code Morse et proposent un nouveau dispositif : des points et des barres qui se succèdent pour transmettre une information. Partant d’une motivation commerciale, le but de cette innovation était d’accélérer le travail et la productivité. L’idée était née, mais son usage quotidien n’était pas encore possible, il nécessitait quelques améliorations. C’est en 1976 que Georges Laurer propose la forme finale du code-barres tel qu’on le connait aujourd’hui. Mais il faudra attendre la fin des années 1980 pour qu’il se standardise et s’impose sur toutes les marchandises du monde. Ce dispositif se présente alors comme un véritable jackpot dans le secteur industriel : il augmente la productivité du travail et facilite la collecte d’informations qui serviront à guider la production industrielle. 

Quelques années plus tard, en 1994, le QR code fait son apparition dans le secteur de l’automobile au Japon. Acronyme de Quick Response Code, c’est un type de code-barres au design de labyrinthe en noir et blanc, capable de stocker une grande quantité d’informations. Cette fois-ci c’est surtout une motivation logistique qui poussera l’ingénieur Taiichi Ohno, grand maître d’œuvre de l’organisation scientifique du travail, à créer ce dispositif pour améliorer la production de l’entreprise Toyota dans laquelle il travaillait. 200 fois plus puissant qu’un code-barres standard, il aura dû attendre le passe sanitaire pour percer chez nous.

L’histoire de ces dispositifs témoigne en premier lieux de la part industrielle entourant chaque innovation informatique. Si la technologie et l’avancée des sciences et techniques ont rendu cela possible, c’est avant tout une motivation commerciale, logistique et économique qui poussent à l’innovation. De plus, l’exemple du code-barres et du QR code nous montre l’enjeu du progrès technique dans l’organisation sociale et économique. Que ce soit dans le secteur marchand, administratif, médical, culturel ou éducatif, le QR code s’est inséré dans tous les domaines et a mainte fois prouvé sa valeur, notamment durant durant la crise sanitaire. La simplicité apparente de cette technologie, ainsi que son accessibilité font qu’elle a réussie à se fonder très facilement et à une vitesse ahurissante dans nos vies quotidiennes. La standardisation de ce dispositif témoigne en second lieu de la démocratisation et de l’accessibilité des nouvelles technologies. Symboles du progrès technique dans notre société moderne où tout nous semble pouvoir être simplifié et amélioré, ce genre de technologie apporte des avantages tels que nous faisons abstraction des inconvénients qu’elle peut apporter. 

Le code-barres et le QR code, quel que soit le contexte d’usage, ont su répondre aux besoins et aux désirs de notre société. Difficile de les diaboliser. Pourtant, ils poussent à remettre en question certaines normes d’usage, et à s’interroger sur ka place que nous donnons aux technologies dans nos vies. Avons-nous réellement besoin d’un QR code remplaçant les menus de restaurant ? Est-ce nécessaire à la médiation culturelle d’un musée de disposer un QR code sous chaque œuvre, donnant des explicatifs au lieu de faire appel à un guide ? Comme les nombreuses applications sur votre smartphone, nombre de leurs usages ne sont pas nécessaires, mais ils le semblent pour nous. Les technologies, par leur accessibilité et leur pouvoir de simplifier nos actions quotidiennes, permettent de créer des besoins imaginaires et de nouveaux désirs insatiables, car le consommateur en veut toujours plus. Signes du langage du commerce, de la grande distribution, de la consommation de masse et du toujours plus, ils sont aussi les symboles de notre société capitaliste, dans laquelle la vitesse, la productivité et l’efficacité sont devenus le nouvel orgasme de l’être humain contemporain. La performance de la technologie et de l’informatique permet de rentabiliser et de simplifier nombre de nos actions quotidiennes, mais cela au détriment de l’humain et de la relation sociale. Des caisses automatiques aux bornes dans les gares, ou encore internet, reliant tout ce qui est dans ce monde sans les contraintes de la matérialité et du face à face, ces phénomènes on transformé la pensé moderne, et marquent la naissance d’un nouveau paradigme où notre relation au monde et à l’autre s’est transformé. Bien qu’ils nous facilitent la vie, de nombreuses conséquences en émanent, et parfois néfastes. L’avancée des sciences et techniques et leur insertion dans nos vies se font à une vitesse telle que nous ne prenons pas toujours du recul face à elles. Désormais omniprésentes, il nous parait difficile de vivre sans toutes ces technologies. Crées pour nous servir, leurs usages ont un pouvoir considérable sur nos vies, tant que nous en sommes parfois soumis, et ce sans que nous nous en rendions compte. 

Finalement, le QR code, symbole des technologies invasives, nous poussent à nous interroger sur notre manière de vivre et la place que nous donnons à ce genre de dispositif. Leurs avantages nous paraissent directement, nous remarquons tout de suite ce qu’ils nous apportent. A contrario, les désavantages peuvent êtres perçus que si nous prenons du recul et que nous remettons en question les normes d’usage qui régissent nos vies. Enfon, ce n’est pas un appel au boycott, ou a la lutte contre le progrès technique, mais un encouragement à la prise de recul et à la remise en question. Pour Simone Weil, le progrès technique apporte plus d’inconvénients que d’avantages. Avait-elles raison ? A vous d’y réfléchir… 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search