CONTE DES TEMPS MODERNES

Par Marie PRIEUR

Il était une fois, au plus haut sommet de la plus haute tour du campus, la Belle Marjolaine rêvait. En ce dimanche pluvieux, elle regarde défiler le générique de sa rom-com d’un œil hagard. 

À quoi rêve-t’elle demandez vous ? Mais à son prince charmant bien sûr ! Un doux mélange entre le Marc Darcy de Bridget Jones et celui d’Elizabeth Bennet. 

Se rappelant soudain l’acte valeureux de l’héroïne du film pour retrouver l’âme sœur, la Belle Marjolaine reprend ses esprits et sent jaillir en elle la flamme de l’espoir. 

Ni une, ni deux, elle attrape son téléphone et en quelques clics se retrouve au bal des célibataires du XXIe siècle. Sur cette application magique où l’on retrouve la fine fleur du célibat mondial, elle trouvera, c’est sûr, celui qui fera battre son cœur. 

Virevoltant de gauche à droite sur le bottin, la Belle Marjolaine fait défiler les prétendants. On trouve de tout sur cette application miraculeuse : des grands, des petits, des musclés, des drôles, des Transformers…

Pardon ? Des quoi ? Que signifient ces sacrées sornettes* ? Pourquoi diantre y a-t-il un capot de voiture au beau milieu de la galerie des portraits ?! La Belle Marjolaine est perplexe. Ce n’est pourtant pas un bal masqué ici !

Elle avait déjà vu beaucoup de prétendants passionnés poser devant leur véhicule, mais encore jamais la voiture n’avait remplacé l’individu ! Les hommes-machines de La Mettrie et de Chaplin auraient-ils pris le dessus sur le monde ?!

Interloquée, la Belle Marjolaine décide d’aller trouver le grand sage Internetus Le-Sais-Tus affinâtes de répondre à questions : 

“- Oh Grand sage Internetus, sais-tu pourquoi les gentilshommes choisissent leur voiture en guise de portrait pour séduire les dames ?”

Et le Grand Sage de répondre : 

“- Et bien mon enfant, c’est parce que cela fonctionne tout simplement. Regardez, Belle Marjolaine, les travaux de mon confrère anglais, l’elfe Click4Reg. Il y a trois années de cela, ce spécialiste des voitures s’est intéressé à leur utilisation dans les philtres d’amour : le résultat est sans appel ! Après deux centaines de tentatives, il apparaît que la présence d’une voiture augmente significativement le taux de popularité du portrait**. Attention toutefois ! Le succès de la recette n’est assuré que par certains types de véhicules très précieux originaires d’Allemagne (le top 3 : BMW, Audi, Mercedes). Or, il semble que votre prétendant ne respecte pas ces critères avec une voiture tchèque. De plus, Click4Reg n’a pas étudié les portraits de voitures seules, selon lui, l’humain reste central”.

En prenant congé du sage, la tête de notre Belle Marjolaine reste bien pleine de questions. Elle décide donc de poursuivre sa quête dans les vieux grimoires de la bibliothèque. 

Dans un volume de sociologie et de philosophie, elle apprend que la voiture est un “objouet” social total***, c’est-à-dire que l’impact des voitures dépasse celui du code de la route pour s’insinuer dans tous les domaines de la société. En effet, si posséder une voiture est un signe social d’intégration, de réussite et de liberté, des mages Ansay et Pervanchon relèvent une relation plus ontologique entre les gentilshommes et leur carrosse. 

Maryse Pervanchon a écrit dans ses manuscrits qu’ “avoir une voiture c’est être”, au sens où l’entendait feu Baruch Spinoza : être puissant. Ceci s’expliquerait par le sentiment de maîtrise de l’espace-temps que l’on ressent depuis nos voitures. En plus de nous apporter une nouvelle façon d’occuper l’espace et de le parcourir à notre guise, nous sommes désormais maîtres du temps. Il ne dépend plus, ni des saisons, nu de l’horloge, mais bien du nombre de chevaux sous le capot de notre carrosse, et de nos capacités de pilote.

Ce détail est d’ailleurs fondamental pour le mage Pierre Ansay, dont la plume décrit la relation presque charnelle de “seconde peau”, que certains partagent avec leur voiture. Il ajoute même que “ma voiture montre mon désir, ma manière d’être à moi”.

La Belle Marjolaine est pensive… Si ce gentilhomme considère sa voiture comme une seconde peau, cela explique pourquoi il l’a choisie pour le représenter. Cela rappelle à notre protagoniste une vieille comptine du mage Philippe Descola****:

Les animistes et les totémiques, 

Partagent leur âme avec la Nature, 

Et le corps des joyeux totémistes, 

Ne fait qu’un avec les créatures, 

Non comme les strictes analogistes, 

Qui eux séparent Nature et Culture, 

Enfin chez nous les naturalistes, 

Nos corps font partie de la Nature, 

Mais nos âmes ne sont que Culture. 

Si la comptine dit vrai, alors où se place donc notre prince charmant ? Et où se place notre automobile ? Peut-on parler d’un totémisme technique où l’homme ne formerait qu’un esprit (libre et puisant) et qu’un corps avec sa voiture, au point de considérer son image suffisante pour le présenter au monde ? 

Après avoir retourné les ouvrages de la bibliothèque, notre Belle Marjolaine n’est pas beaucoup plus avancée. Elle sait tout de même que ce portrait n’est pas le signe que les Transformers ont conquis le monde. Au contraire, notre protagoniste a découvert qu’en plus d’être un objet technique omniprésent dans le monde d’aujourd’hui, la voiture est un objet social total.

Au final, se dit notre Belle Marjolaine en rentrant chez elle, peut-être que ce prince n’est pas si mal. Friand de liberté, capable de maîtriser le temps et l’espace, il serait sûrement capable de terrasser bien des dragons. Et s’il suffit d’un simple baiser pour rompre le sortilège qui a enfermé cet homme dans une seconde peau de métal, alors peut-être cela vaut il le coup de l’inviter à danser sur la droite…

… En plus, la Belle Marjolaine a toujours rêvé d’un voyage à Prague. 

 

*Note de l’auteur : les jurons ont été légèrement poétisés afin de ne pas heurter la sensibilité de nos lecteurs. 

**En langage scientifique, cela signifie que le portrait obtient plus de “match”.

***Paroles du grimoire La voiture, cet incontournable objet du désir.

****Ces mots ne sont pas ceux exacts de Descola, mais reprennent sa pensée sur l’air qu’il vous plaira de chanter. 

 

L’ordinaire culturel des STS / histoire au quotidien d’un objet banal mais jamais anodin

Tout en bois j’en pince pour toi

L’image a quelque chose de sensuelle et de tragique

Elle raconte une étreinte sur le fil, une histoire dramatique

Deux individus luttent ou s’aiment tout en contraste

 

L’un au premier plan, droit comme un pique, tout en plastique

L’autre, tout en bois, s’accroche dans un élan qui semble vivant

La rigidité froide de l’un est toute militaire, comme les galons qu’il arbore tout fier sur son uniforme vert.

L’autre désespère, nu comme un ver.

L’ensemble forme une chimère, mariage d’artifice et de nature

L’un sent l’usine et le container venu de Chine

L’autre est, sous son aspect banal, un produit local

L’un brille en rayon, pour pas cher, sous son blister

L’autre attend, sans ornement, l’achat conscient

L’un vous assure de polluer dès demain pour 1000 ans

L’autre vous garantit le cycle infini de la vie sur terre

 

L’ensemble est une misère, mariage d’éphémère et d’ancien

L’un aux lignes arrogantes et droites vous promet de décliner à vitesse grand V

L’autre aux courbes usées et gauches vous promet fidélité

L’un a perdu sa moitié que la pluie et le soleil ont fragilisé, puis cassé

L’autre est fait de belle matière, il a trouvé un partenaire pour durer

 

Ce bricolage finalement dit une danse à 2 temps

Un temps pour le jetable, regrettable mais pardonnable si on agit maintenant

L’autre pour le recyclable et le renouvelable, on répare et ça dure longtemps

 

par Michel LETTE.

La PAVAC, une innovation réunionnaise

Par Aurélie Brulle (promotion 2022)

Crédit photo de couverture : la1ere.francetvinfo.fr

 

À La Réunion, le programme réunionnais de pêche de prévention fait suite aux programmes CAPREQUINS 1 et 2 avec un même objectif : éliminer les individus de requins tigre ou bouledogue présents dans les zones côtières. Tuer les requins limiterait le risque d’attaques de squales dans les zones d’activités nautiques et de baignade.

La pêche préventive de requins s’effectue avec un filet ou une palangre (drumline), techniques utilisées partout dans le monde (McPhee et al., 2021). La palangre verticale est un fil de pêche avec un appât relié à des flotteurs et maintenue au fond par une ancre (image 1). Cette technique entraîne la capture d’espèces non ciblées, comme les tortues marines ou les dauphins. Ces prises accessoires posent un problème environnemental et éthique, car la majorité des animaux ne survivent pas. Plusieurs techniques ont été testées en Australie pour diminuer ces prises accessoires, comme modifier les hameçons ou ajouter des filets (Sumpton et al., 2010). Cependant, aucune ne semble fonctionner.

Image 1 : palangre verticale classique de pêche aux requins (crédit : Aurélie Brulle).

 

À la Réunion, la palangre verticale a été améliorée par l’ajout d’une innovation technique : le système “Catch-A-Live”©. La palangre verticale avec alerte de capture (PAVAC), ou SMART drumline, permet d’augmenter le taux de survie des espèces non cibles (Guyomard et al., 2019). En effet, le système “Catch-A-Live”© se déclenche dès qu’un animal capturé tire sur l’hameçon de la palangre. Équipée d’un GPS, l’alerte de capture (image 2) permet aux pêcheurs de se rendre rapidement à la palangre concernée pour libérer le plus vite possible les espèces non cibles. À l’arrivée des pêcheurs au niveau de la PAVAC, presque 87% des animaux capturés étaient vivants (cibles ou non), avec de grandes variabilités selon les espèces (Guyomard et al., 2019). Ce résultat est bien meilleur que ceux obtenus avec des palangres classiques en Australie (Sumpton et al., 2011) et en Afrique du Sud (Cliff et Dudley, 2011).

Image 2 : palangre verticaleavec alerte de capture (crédit : www.info-requin.re).

Intéressés par la PAVAC, qu’ils qualifient eux-mêmes d’innovation, les Australiens l’ont testée pendant 2 ans, en Australie occidentale, de 2019 à 2021, sur les grands requins blancs (rapport DPIRD 2021). Plus de 90% des animaux capturés ont été relâchés vivants, confirmant que la technique est efficace, à condition que l’animal soit rapidement retiré de la palangre (rapport DPIRD 2021). Malheureusement, la mesure n’a pas fonctionné pour capturer les grands requins blancs, alors même que des individus ont été repérés à proximité des PAVAC.

 

Comme toute technique, innovante ou non, la PAVAC est source de controverses. Le stress et les blessures engendrées par la capture peuvent affecter la survie des prises accessoires relâchées (Skomal, 2007). En 2020, un programme de marquage acoustique a donc été mis en place à La Réunion, pour vérifier la survie à long terme des animaux relâchés après leur capture par une PAVAC. La mise à mort des requins est de plus en plus controversée à travers le monde (Meeuwig and Ferreira, 2014 ; Gibbs and Warren, 2015). Y compris à La Réunion, où des associations écologistes comme Sea Shepherd luttent pour les stopper. En effet, la mise à mort n’est pas une obligation. Depuis 1989, à KwaZulu-Natal en Afrique du Sud, tous les requins capturés vivants, dont même considérés comme dangereux pour les humains, sont relâchés à distance des côtes, sans augmentation du nombre d’attaques (Cliff et Dudley, 2011).

 

Sources :

Cliff G., Dudley S.F.J. Reducing the environmental impact of shark-controlprograms: a case study from KwaZulu-Natal, South Africa. Marine and Freshwater Research. 2011(62): 700-709.

DPIRD. Results of the non-lethal SMART drumline trial in south-western Australia between 21 february 2019 and 20 february 2021. Fisheries Occasional Publication n°140. Mai 2021. Department of Primary Industries and Regional Development, Western Australia. 48 p.

Gibbs L., Warren A. Transforming shark hazard policy: Learning from ocean-users and shark encounter in Western Australia. Marine Policy. 2015(58): 116-124.

Guyomard D., Perry C., Tournoux P.U., Cliff G., Peddemors V., Jacquemet S. An innovative fishing gear to enhance the release of non-target species in coastal shark-control programs: The SMART (shark management alert in real-time) drumline. Fisheries research. 2019(216): 6-17.

McPhee D., Blount C., Lincoln Smith M., Peddemors V. A comparison of alternative systems to catch and kill for mitigating unprovoked shark bite on bathers or surfers at ocean beaches. Ocean & Coastal Management. 2021(201): 105492.

Meeuwig J., Ferreira L. Moving beyond lethal programs for shark hazard mitigation. Animal Conservation 2014(17): 297-298.

Skomal G.B. Evaluating the physiological and physical consequences of capture on post-release survivorship in large pelagic fishes. Fisheries Management and Ecology. 2007(14): 81-89.

Sumpton W., Lane B., Ham A. Gear modifications and alternative baits that reduce bait scavenging and minimize by-catch on baited drum-lines used in the Queensland shark control program. Proceedings of the Royal Society of Queensland. 2010(116): 23-34.

Sumpton W., Taylor S.M., Gribble N.A., McPherson G., Ham T. Gear selectivity of large-mesh nets and drumlines used to catch sharks in the Queensland Shark Control Program. African journal of marine science. 2011(33): 37-43.

Le charme discret de l’intestin:

Ce livre écrit par l’Allemande Giulia Enders, est là pour nous faire découvrir les secrets méconnus de notre système digestif. Elle même victime de nombreux troubles digestifs, elle a voulu découvrir d’elle même ce qu’il se passait dans son intestin et qui lui causait tant de tort. Avec une écriture détendue qui ne manque pas d’humour, elle nous décrit premièrement notre système digestif dans son ensemble et ajoute même la classification de nos excréments ! Mais la plus grande partie de l’ouvrage sert à l’exposé sur l’organe mal aimé, notre allié : l’intestin ! Son récit est très bien structuré avec un ordre de passage de nos organes le plus naturel possible, celui que prend notre nourriture ! L’on y découvre de nombreuses informations qui peuvent être utiles pour notre bien-être comme par exemple : à quoi sont dus nos intolérance et allergie, d’où viennent elles et comment vivre avec. Le fonctionnement de l’intestin est livré en détails, de ses villosités jusqu’à son microbiote en passant bien-sûr par son système nerveux autonome. Mais surtout on y apprend les exploits impressionnants dont l’intestin est capable, des découvertes que l’on n’aurait osé imaginer. Son résumé du système digestif en introduction permet de rendre son livre très abordable, d’une simplicité plus qu’agréable qui permet d’en faire un livre de chevet que l’on peut lire sans avoir besoin d’un dictionnaire médical à ses côtés. De plus, la traductrice Isabelle Liber rend la lecture de cet ouvrage très plaisante. Donc si vous voulez en savoir plus sur notre incroyable machinerie interne, n’hésitez pas !

Germinal, la mémoire des corons


Germinal est le 13 ème roman de la saga des Rougon-Macquart écrit par Zola entre 1870 et
1893, et paru en 1885. A travers l’histoire d’Etienne Lantier, un chômeur qui recherche du
travail dans le Nord de la France et se fait embaucher aux mines de charbon (fictives) de
Montsou, Germinal nous décrit le travail harassant des mineurs et leurs conditions de vie
dans les corons.


En 1885, Zola est déjà un écrivain renommé et le chef de file du naturalisme. Le naturalisme
est ce mouvement littéraire né dans la seconde moitié du XIXème siècle, mû par la volonté
de décrire la réalité de façon objective et fortement influencé par les sciences naturelles et
sociales. Le naturalisme traite de sujets quotidiens, rendant par-là la littérature accessible au
plus grand nombre, et met notamment en scène la réalité sociale, participant également à la
prise de conscience des inégalités sociales et à l’émergence du droit d’expression. L’écriture
naturaliste est donc dictée par le réalisme et le souci documentaire.


Afin de retranscrire le plus fidèlement possible le métier et les conditions de travail dans les
fosses, Zola s’est rendu dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, notamment sur le site
d’Anzin, allant à la rencontre des mineurs, des porions, les contremaîtres de la mine, et des
ingénieurs qui les commandent.


Germinal immerge ainsi avec précision dans le quotidien des mineurs : le réveil matinal (à
4h), le petit-déjeuner frugal, la marche à travers la campagne, du coron jusqu’à la fosse, en
passant devant les hauts fourneaux et les fours à coke. Puis la descente dans la cage qui
emmène dans les entrailles de la terre, jusqu’à 550m de profondeur et l’eau qui ruisselle
autour comme une pluie continue. Le labyrinthe des galeries, boueuses et glissantes,
soutenues par des étais de bois. La galerie de roulage glacée qui contraste avec les voies
isolées par les portes d’aérage où la chaleur est telle que les ouvriers au bord du malaise en
retirent leurs vêtements et travaillent nus, les hommes comme les femmes.


Zola nous présente les métiers de la mine : les « haveurs » qui exploitent les veines à coup
de pelle et de pioche et les « herscheurs » qui poussent les berlines remplies de charbon –
à cette profondeur, on trouve même des chevaux de traie. Et il n’épargne pas les risques
encourus par ces travailleurs : les boisages rapidement exécutés qui cèdent parfois faisant
s’effondrer les galeries, le grisou qui se dégage imperceptiblement et peut tout faire
exploser, le charbon qui rentre dans les poumons et fait cracher noir, sans parler de la
pauvreté qui mènera les mineurs de Montsou à la grève. Zola complète sa fresque sociale
en montrant aussi l’autre versant de la mine : les exploitants, des familles bourgeoises dont
les soucis contrastent dramatiquement avec les conditions de vie des principaux
protagonistes qui ont à peine de quoi manger.

Le décor planté, Zola peut alors dérouler son histoire : celle d’ouvriers acculés par la pauvreté qui déclarent la grève, mettant ainsi en scène l’éveil de la conscience ouvrière à son époque.

Germinal est à la fois un récit romanesque et bien ancré dans le réel. C’est aussi une œuvre plurielle, monument littéraire adapté de nombreuses fois au cinéma, au théâtre ou encore en bande-dessinée. Sa dernière adaptation cinématographique fut dantesque pour l’époque. Le film réalisé par Claude Berri mettant en scène des acteurs(chanteurs) populaires tels que Renaud, Gérard Depardieu, Miou-Miou ou encore Jean Carmet a nécessité 165 millions de francs, ce qui en faisait à sa sortie en 1993 le film le plus cher de histoire du cinéma français.

Autant de déclinaisons qui élargissent la portée de Germinal, tant dans son message
politique que dans sa retranscription sans fard d’un corps de métiers d’un autre temps.

 

 

 

Affiche Emile Lévy (fin du XIXe siècle) pour une
représentation au Théâtre du Châtelet, à Paris, de la
pièce Germinal tirée du roman de Zola, sur laquelle
sont représentés des scènes et artefacts typiques de
l’exploitation minière, aussi bien sur que sous la
terre.

2021 ◊ Les fourmis

Pendant les quelques secondes qui vont vous être nécessaires pour lire ces 4 lignes :
– 40 humains et 700 millions de fourmis sont en train de naître sur Terre.
– 30 humains et 500 millions de fourmis sont en train de mourir sur Terre.

HUMAIN : Mammifère dont la taille varie entre : 1 et 2 mètres. Poids : entre 30 et 100 kilos. Gestation des femelles : 9 mois. Mode de nutrition : omnivore. Population estimée : plus de 5 milliards d’individus.

FOURMI : Insecte dont la taille varie entre : 0.01 et 3 centimètres. Poids : entre 1 et 150 milligrammes. Ponte : à volonté selon le stock de spermatozoïdes. Mode de nutrition : omnivore. Population probable : plus d’un milliard de milliards d’individus.

EDMOND WELLS.
Encyclopédie du savoir relatif et absolu.

 

Cet extrait est tiré du livre « Les Fourmis ». Ce roman est écrit par Bernard Werber, paru aux éditions Le livre de Poche en 1991 et est qualifié par l’auteur d’un nouveau genre littéraire « philosophie fiction ». Dans ce roman scientifique, Bernard Werber nous embarque dans un thriller où nous suivons en parallèle deux personnages principaux, Jonathan Wells et le 327ème mâle, une fourmi.

Jonathan Wells vient de perdre son oncle, Edmond Wells, biologiste et entomologiste, qu’il n’a que très peu connu. Jonathan étant serrurier au chômage, ce triste évènement lui permet toutefois d’hériter d’un grand appartement dans lequel il va venir habiter avec son fils et sa compagne. Dans son testament, Edmond Wells est formel, Jonathan ne doit pas essayer de se rendre à la cave. Evidemment, il s’y rendra et y disparaitra. Ce sera le début d’une suite de plus de vingt disparations. Du côté des fourmis, tout commence par le réveil de la fourmilière de la cité de Bel-o-kan. Le 327ème mâle part alors en expédition de chasse accompagné d’autres fourmis mais alors qu’il s’éloigne de l’équipe pour cueillir une fleur, elles se font toutes tuer ! Le 327ème mâle se lance alors dans une quête pour prévenir sa cité et élucider ce mystère.

Au cours de ce roman, nous en apprenons beaucoup sur les fourmis, leur comportement, leur reproduction, leurs interactions, etc. Bien que certains de ces faits soient romancés pour le bien du scénario, il est cependant indéniable que de nombreuses informations reposent sur des données scientifiques tout ce qu’il y a de plus rigoureuses. Ces éléments changent perceptiblement notre vision sur ce petit peuple qu’on fréquente, mais surtout qu’on ignore, au quotidien.

Par son roman, l’auteur nous pousse aussi à réfléchir sur la société humaine, en mettant en exergue ses points communs existants avec les sociétés myrmécéennes. Bien qu’il insiste régulièrement sur les actions totalement altruistes des fourmis, il les individualise et les personnifie, ce qui développe notre empathie pour elles.

De plus, le récit est ponctué régulièrement d’extrait d’un livre fictif, écrit par Edmond Wells, l’oncle de Jonathan, intitulé l’ « Encyclopédie du savoir relatif et absolu », par lequel l’auteur communique de nombreuses informations aussi bien sur les fourmis, les humains, mais aussi la science en général. Par le biais du Professeur Wells, des petites énigmes sont également proposées aux personnages (et donc à nous aussi) comme : « Comment faire quatre triangles équilatéraux avec six allumettes ? » ou encore :
« 1
   11
   21
   1211
   111221
   312211
Quelle sera la prochaine ligne ? ». De quoi ravir les amateurs de devinettes et autres problèmes !

Enfin, ce livre nous transmet de nombreuses informations scientifiques, sans que ce soit sa vocation première. On se fait prendre par la main pour découvrir le monde myrmicéen et on en redemande ! Nul doute que de nombreuses personnes se sont d’avantage renseignées sur les fourmis après la lecture de cet ouvrage, rien que par curiosité de démêler les faits scientifiques de la fiction. Et finalement, n’est-ce pas tout l’intérêt de la science-fiction que de stimuler notre imagination pour faciliter la compréhension de concepts scientifiques parfois compliqués ?

Léa Lange

Fouloscopie, ce que la foule dit de nous.

 

Mehdi Moussaïd est chercheur à l’Institut Max Planck de Berlin où il étudie le comportement de la foule. Dans son livre, Fouloscopie, il partage son parcours : ses interrogations, ses expériences, ses rencontres et ses découvertes. Ce terme, qui n’existe pas dans la langue française, a été inventé par l’illustratrice Marion Montaigne. Mehdi Moussaïd se l’est approprié pour désigner la science du comportement des foules et ainsi parler de son travail. Il nous donne à comprendre les questions et les enjeux de ses recherches d’une manière très accessible.

 

On apprend que cette science utilise de la biologie, des mathématiques, de la physique, de l’informatique ou de la psychologie ! On se laisse volontiers porter vers des thèmes aussi différents que les déplacements collectifs, la contagion sociale ou l’intelligence collective.

 

M. Moussaïd illustre ses propos par des exemples récents qui nous montrent combien ces études sont au cœur de notre vie quotidienne : comment se propagent les informations ou les fake news, comment se comportent les piétons lors d’une évacuation d’urgence, comment prévoir la propagation d’une épidémie, comment des internautes collaborent à la résolution de problèmes scientifiques…

 

Et ces découvertes profitent à bien des domaines : de la biologie à l’économie, de la sécurité à la politique, du cinéma à la rédaction d’encyclopédies… Les applications sont nombreuses et montrent que ce nouveau mot pourrait bientôt trouver sa place dans un dictionnaire entre la biologie et la sociologie. Une science qui a tout pour attirer les foules. 

 

On retrouve aussi Mehdi Moussaïd sur son blog (articles et vidéos complètent son livre) : http://www.mehdimoussaid.com/

 

Le livre est édité par humenSciences, éditeur qui donne la parole aux chercheurs les plus en pointe dans leur domaine afin de partager leurs découvertes avec le grand public.

https://www.humensciences.com/livre/Fouloscopie/53

Lumières par Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu

Lumières par Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu, préface de Gérard Mourou, Paris, éditions EDP sciences, 2020.

 

  1. Leloup

 

 

Biographies de la lumière écrites à six mains, trois scientifiques nous font découvrir leur jardin secret.  Jean Audouze, astrophysicien et président d’honneur de la Commission française auprès de l’UNESCO ; Costel Subran, spécialiste des lasers et président de la Fédération française des sociétés scientifiques et Michel Menu, chef du département recherche et restauration des musées de France.

Trois jardiniers faisant pousser devant nos yeux les couleurs du visible et de l’invisible ?

 

Ni guide ni manuel, ce livre s’apparente au genre philosophique du dialogue, genre qui imite les discussions orales, afin de permettre aux lecteurs d’approfondir les domaines concernés. Richement illustré par une iconographie et des dessins variés, il donne envie d’en savoir plus.

D’emblée, la finalité de l’ouvrage est annoncée : « associer la science, la culture et la philosophie aux débats sur la lumière ».

Ces trois passeurs nous présentent trois aspects de la lumière : physique, technique et heuristique.

Et si, au fond la Lumière, source de vie, était le personnage central d’une odyssée de la science, des techniques et des arts ? Une allégorie de la Sagesse au XXIème siècle ?

Fiat lux … Dans la première section, « Lumières du ciel », Jean Audouze nous transporte dans le cosmos et les mystères de l’infiniment grand. Après avoir rappelé les principales caractéristiques de la lumière, il nous explique très clairement l’histoire de l’astronomie marquée par quatre étapes : l’invention des lunettes astronomiques au XVII ème siècle ; l’essor de la radio astronomie après 1945 ; les rayons X et gamma à partir des années 60 ; l’observation des ondes gravitationnelles, émises par la fusion de trous noirs en 2015.

 

Après l’infiniment grand, l’infiniment petit.

Dans la seconde section, « Lumière des lasers », Costel Subran nous montre combien la photonique est devenue la nouvelle science et technologie du XXIème siècle, tant ses applications sont devenues indispensables dans notre civilisation. Comme son ami Jean Audouze, il donne au lecteur des repères historiques très utiles pour comprendre l’essor de cette science récente. En effet, l’invention du laser date de 1960 et va avoir de multiples retombées, d’abord dans le domaine médical, puis dans tous les domaines de la vie quotidienne avec l’invention des codes- barres en 1974, des imprimantes lasers en 1975 ou la première LED bleue en 1994. Sans oublier les transports avec l’aéronautique ou les télécommunications.

Il en ressort que l’économie de la photonique est devenue mondiale. Sans lasers, adieu fibres optiques, éclairages intelligents, smartphones… et couleurs aveugles.

 

Dans la troisième et dernière section, « Lumière et art », Michel Menu rend hommage aux chercheurs qui nous permettent de mieux comprendre et mieux préserver notre patrimoine culturel. En particulier à l’anthropologue André Leroi-Gourhan et à son concept de « chaîne opératoire » « compris comme une syntaxe organisée d’actions, associant gestes, outils, connaissances ». (p.160) En bref, l’intelligence de la main !

 

Retour à la matière. L’œuvre d’art n’est pas une image « pure ». Elle est constituée de matériaux.  Essentielle pour élucider les énigmes de certaines toiles ou sculptures, la lumière permet d’étudier les constituants physico-chimiques des tableaux, de caractériser les couleurs, les procédés ou les remords. Elle fournit une méthodologie pour guider les restaurateurs, et tout simplement, l’œil.

 

En somme, cet ouvrage est comme un jardin à ciel ouvert où l’on a envie de contempler les étoiles, d’apprendre le langage des couleurs des planètes et des nébuleuses, de faire surgir des hologrammes avec des lasers…pour se sentir en osmose avec l’univers.

 

Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu relient sciences, techniques et art au service de notre bien-être, avec leur regard de passionnés. Et c’est cette passion qui illumine cet ouvrage, au moment où le télescope Hubble prend des clichés des limites extrêmes du cosmos.

 

 

Le théorème du parapluie

Le théorème du parapluie (ou l’art d’observer le monde dans le bon sens), Mickaël Launay, J’ai lu

Mickaël Launay nous offre une promenade mathématique. Il nous emmène voyager dans l’histoire des sciences, d’observations en réflexions, il nous accompagne avec son illustratrice, Chloé Bouchaour. Une question sert d’invitation, puis l’auteur dessine un itinéraire où chaque étape apporte un éclairage à l’interrogation initiale et prépare à comprendre la réponse des scientifiques. Une balade bien pensée guide le lecteur, grâce à des illustrations qui aident à comprendre les idées. Et oui, c’est une déambulation avec les yeux grand ouverts sur le monde. Quel billet prendrez-vous ? Celui du Chimborazo pour savoir quelle est la plus haute montagne sur Terre ? Celui de l’infini pour comprendre pourquoi la longueur d’une frontière ou d’un fleuve peut varier de plusieurs centaines de kilomètres selon les sources ? Celui de la quatrième dimension pour éclairer la relativité découverte par Einstein ? Laissez-vous guider, donnez libre-cours à votre curiosité… un voyage à la portée de tous ceux qui acceptent de découvrir les mathématiques sans a priori. Ils en sortiront changés, heureux, ravis d’avoir suivi les pas, les détours et idées des mathématiciens de l’Antiquité au XXème siècle !

A la recherche des paysages perdus : La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard

 

La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard, 2020, Saltimbanque éd.

En espagnol, vulgariser se dit « divulgar ». Un si joli faux-ami… divulguer… comme s’il fallait révéler un secret. Il faut que la science se propage. Et bien rarement mission n’a été si bien remplie qu’avec un livre jeunesse, espagnol donc, sorti il y a quelques mois et récent récipiendaire du Prix Sorcières 2021, qui fait se côtoyer harmonieusement dessins flamboyants, rigueur scientifique et clarté du propos, le tout dans un double dispositif de médiation.

Ce livre, c’est La Fabuleuse Histoire de la Terre d’Aina Bestard.

Un titre presque trop académique, qui ne rend pas tout à fait justice au contenu. Le titre original, Paysages Perdus, promettait davantage de poésie, mais en faisait presque oublier le volet scientifique qui est pourtant au cœur de cet ouvrage. Les deux choix éditoriaux se valent et même se complètent en éclairant les deux lignes de force de ce projet unique.

La Fabuleuse Histoire de la Terre, c’est donc un documentaire sur l’histoire de la terre. Articulé autour de 10 chapitres et débutant par une frise explicative très réussie, le dispositif mis en place remonte à la formation de l’univers il y a 13,8 milliards d’années, pour s’achever au commencement de l’Humanité. A destination d’un public jeune, l’ouvrage propose aussi une lecture plus informelle et diffuse, qui prend la forme d’une initiation aux illustrations naturalistes du XIXème siècle.

Le quotidien chilien La Tercera raconte que la fondatrice et éditrice de Zahori Books, Mireia Trius, a eu l’idée de ce livre en visitant la Galerie de paléontologie et d’anatomie comparée de Paris. Elle est revenue en Espagne avec la volonté de faire un livre de paysages (pré-)historiques réels mais qui n’existent plus. Aina Bestard précise : « C’était comme mettre un appareil photo sur un site, qui aurait été là toute la vie de la planète, Continuer la lecture de « A la recherche des paysages perdus : La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard »

2019 ◊ Vera Rubin

La voix du féminisme dans l’astrophysique du XXème siècle

Vera Rubin, femme pionnière en astrophysique pour ses travaux sur les mouvements de galaxie, la fusion des galaxies et la découverte de la matière noire.

Article de Nathalie Bauchet, à lire ci-dessous et à retrouver sur AMA2 et sur le Journal Je Science donc Je Suis (n°8)

2018 ◊ Des lieux divers et variés pour diffuser les savoirs

Histoire et géographie des lieux de culture scientifique

culture scientifique, centres de sciences, STS, sciences

© Flickr.

Les lieux de diffusion des savoirs et de la culture scientifique sont très variés en France : des musées classiques, aux Fab Labs, en passant par les associations d’aide aux malades. Il y en a pour tous les goûts, pour tous les dispositifs et pour tous les publics.

La majorité des lieux actuels de diffusion des savoirs prennent leurs racines dans les années ’70-80, lorsqu’il y a eu un changement de contexte politique, notamment sous Mitterrand. La présentation des sciences et techniques, ainsi que les connaissances des publics évoluent. Cela correspond également à une période où les publics s’intéressent de nouveaux aux sciences et se les réapproprient.

Ces lieux de diffusion des savoirs sont multiples et peuvent avoir des objectifs différents :

  • Culturels et historiques sont plutôt orientés vers la diffusion ;
  • Politiques sont plutôt des endroits où se joue la question de la participation ;
  • Économiques sont plutôt axés sur la valorisation.

Quels sont ces lieux et quelle est leur histoire ?

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Des lieux divers et variés pour diffuser les savoirs »

2018 ◊ Les sciences sont-elles « genrées » ?

Une culture scientifique à domination masculine…

Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre

Image de .

Des victoires récentes, un combat incessant

Aujourd’hui, c’est le 8 Mars, la Journée Internationale des Droits des Femmes. Une bonne occasion pour débroussailler un peu le thème du genre dans les sciences (ce n’est absolument pas une étude qui se veut exhaustive !).

Pour commencer, quelques rappels de dates historiques françaises sur les droits des femmes en sciences et dans le milieu professionnel :

Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre
Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre

Ce ne sont que quelques dates clés illustrant les combats menés pour la recherche d’une égalité entre les hommes et les femmes, au niveau professionnel et, en particulier, dans les sciences.

Mais il y a encore beaucoup de chemin à faire et de combats à mener ! Car oui, la science a un « genre » et est inégalitaire…

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Les sciences sont-elles « genrées » ? »

2018 ◊ Intelligence artificielle et santé. Quoi de neuf ?

Le 21 novembre dernier s’est déroulé sur Nancy la première journée de l’IA, avec pour thème “Intelligence artificielle en santé. Le CHRU de demain à l’ère de l’IA”.

Petit tour d’horizon sur les points qui ont été abordés à cette occasion.

01-prog-ia-vf_mail-1
Continuer la lecture de « 2018 ◊ Intelligence artificielle et santé. Quoi de neuf ? »

2018 ◊ Les échecs de la communication scientifique, ce qu’ils nous apprennent

Parce que nous avons tous connu des petits soucis un jour ou l’autre…

© Pxhere.

Des échecs, nous en rencontrons tous dans notre vie quotidienne. Il y a pléthore de citations et autres expressions à ce sujet. Churchill lui-même disait que “le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme”.

Donc, oui, des erreurs et des échecs nous en faisons et nous en côtoyons partout. Tant dans la vie personnelle que dans la vie professionnelle. Pourtant, au final, c’est ce qui nous fait avancer et nous fait grandir.  Sans échec, nous ne pouvons pas apprendre de nos erreurs.

Le monde de la communication scientifique, et en particulier les événements de communication scientifique, ne fait pas exception. Qu’est-ce que l’on entend par “événement de communication scientifique” ? Si l’on en croit Wikipédia, la communication scientifique correspond à la diffusion des problématiques et des résultats de recherche fondamentale ou appliquée vers un large public. L’événement ici sert d’outil pour la transmission et peut prendre des formes variées : festivals, conférences, mais aussi l’annonce de nouvelles expositions avec un caractère temporaire et sensationnel.

Parfois, ces événements ne sont pas des réussites, voire même carrément des échecs. Pourquoi ? À quoi cela peut-il servir de les analyser ? Quelles leçons tirer de ces erreurs ?

Elodie Chabrol, directrice de Pint of Science France, Robin Jamet, médiateur scientifique au département mathématiques du Palais de la Découverte, Marion Sabourdy, chargée des nouveaux médias au CCSTI (Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle) de Grenoble, La Casemate, et responsable éditoriale d’Echosciences Grenoble et Pascal Moutet, web project manager et média lab manager à La Casemate ont accepté de témoigner pour nous et de nous livrer leurs réflexions sur le sujet.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Les échecs de la communication scientifique, ce qu’ils nous apprennent »

2018 ◊ De la vulgarisation à la médiation scientifique ?

Doit-on supprimer la vulgarisation scientifique au profit de la médiation scientifique ?

Depuis quelques années, l’univers de la communication scientifique est en proie à plusieurs interrogations et questionnements. La façon dont doivent être transmises les connaissances scientifiques notamment est actuellement en débat. Doit-on garder le modèle (historique) de la vulgarisation scientifique, un modèle descendant et plutôt unidirectionnel ? Ou doit-on céder à cet engouement des deux dernières décennies pour la médiation, qui prône plus d’échanges ? Et si, finalement, la solution se trouvait plus à l’interface entre les deux ? Doit-on forcément remplacer un moyen de communication par l’autre ?

Continuer la lecture de « 2018 ◊ De la vulgarisation à la médiation scientifique ? »

2018 ◊ médiation de la CSTI (parution)

La médiation de la CSTI à la croisée des relations science/société et structures/publics

La médiation et la Culture scientifique, technique et industrielle sont intimement liées, notamment depuis les années 1970. Elles sont portées et mises en œuvre par une diversité d’acteurs qui œuvrent à l’interface entre science et société au cœur même du rapport de leurs structures à leurs publics.

Le présent cahier d’études constitue un extrait de la recherche exploratoire menée par Gilles Suzanne et Laure Ciosi, chercheurs et enseignants au sein d’Aix-Marseille Université, associés au sein de l’association Transverscité. Durant l’année 2016, ils ont rencontré des professionnels de la Csti et les ont interrogés sur leur perception de l’action qu’ils mènent. À l’issue de ce travail de collecte et d’analyse, un rapport conséquent intitulé « Les moments de la médiation » a été rédigé et diffusé aux professionnels rencontrés (également téléchargeable en cliquant sur l’image ci-contre).

Nous avons souhaité partager dans ce cahier d’études les témoignages qu’ils ont recueillis et l’analyse qu’ils en proposent.

Télécharger le rapport complet ici

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search