L’Or en Guerre

Cette affiche de propagande datant de 1915 est l’une des œuvres les plus célèbres d’Abel Faivre, illustrateur français renommé pour ses représentations politiques et ses caricatures. Elle est composée d’une pièce de monnaie et d’un soldat allemand se détachant sur un fond blanc. Le soldat est représenté avec une arme à la main, une baïonnette au canon et des yeux exorbités, comme pris d’effroi. Il semble terrassé par la pièce d’or qui le surplombe et d’où surgit un coq qui l’attaque.

Ce qui attire l’attention dès le premier regard, c’est l’omniprésence de l’or. Tout d’abord à travers sa mention dans les slogans en haut et en bas de l’affiche : « Pour la France, versez votre or » et « L’Or Combat Pour La Victoire ». L’or est également représenté sous la forme d’une pièce de monnaie qui occupe plus d’un quart de l’affiche. Cette pièce d’or française est facilement identifiable grâce au coq et à la devise de la république : Liberté, Égalité, Fraternité. Elle symbolise une pièce de 20 Francs Or Marianne Coq de 1914.

Cette symbolique forte de l’or renvoie à l’articulation entre technique, science économique et système monétaire à l’époque. Depuis 1803, l’or joue un rôle central dans le système monétaire français. Le franc est défini par son poids strictement contrôlé d’or et d’argent. Le système de l’étalon-or est un pilier de la stabilité économique et une garantie de confiance dans les échanges internationaux. Les nations qui possèdent un important stock sont considérées comme les plus solides économiquement et les plus stables sur le plan monétaire. En 1914, la France possède quasiment le quart de tout l’or monétaire en circulation dans le monde. Les Français sont aussi les champions du monde de la thésaurisation. Ils détiennent presque la moitié du stock d’or du pays, garnissant leurs bas de laine de ces pièces d’or de 20 francs que l’on observe au premier plan sur cette affiche.

Au début du XXe siècle, la production d’or dans les colonies est une activité économique importante. Elle est rendue possible grâce aux technologies de l’industrie minière et métallurgique qui permettent d’extraire l’or, aux politiques gouvernementales régulant l’exploitation minière et aux relations commerciales internationales. La transformation de l’or en pièces nécessite toute une série de procédés qui requièrent une technologie de précision et des ouvriers qualifiés pour imprimer les motifs et les inscriptions sur la surface de la pièce. L’esthétique de l’affiche reflète très bien la précision de ces procédés et le degré de technicité nécessaire pour frapper la monnaie d’or avec une telle finesse.

En 1914, la Banque de France décide de suspendre le remboursement des billets en pièces d’or de 20 Francs pour conserver son stock d’or nécessaire à la guerre. Cette décision affaiblit le rôle monétaire de l’or en France et entraîne une inflation. Au cours de la première année du conflit, la France voit ses réserves d’or fondre, ce qui souligne l’importance de la technologie financière et des pratiques économiques pour soutenir l’effort de guerre. Afin de reconstituer le stock d’or, l’Etat lance en 1915 une campagne de propagande pour inciter les Français à soutenir l’effort de guerre en versant leur or thésaurisé.

À cette époque, le seul moyen de communication à grande échelle du gouvernement est l’affiche. La technique de la lithographie est utilisée pour permettre une diffusion rapide et à faible coût. « Pour la France versez votre or » est ainsi largement diffusée dans le but de convaincre un maximum de citoyens.

Les stéréotypes présents sur l’affiche permettent une lecture rapide et claire du message visuel. La structure en “Z” met en scène une allégorie de la guerre avec des éléments populaires faciles à comprendre. L’or versé se transforme en arme, symbolisée par la pièce, qui est une métaphore des armes françaises. Les armes produites grâce à l’or attaquent le soldat allemand, avec pour objectif final la victoire. Les slogans présents sur l’affiche appellent au civisme et au patriotisme des citoyens pour qu’ils versent leur or.

Cette affiche met en évidence l’importance de l’or au début du 20e siècle dans l’économie, la technologie et la société de l’époque. Aujourd’hui, l’or est toujours un actif important pour les investisseurs et les banques centrales, mais il ne joue plus le même rôle prépondérant dans le système monétaire. Le système actuel est largement dématérialisé et basé sur des devises qui ne sont pas adossées à l’or ou à toute autre marchandise physique. L’avènement des “crypto-monnaies” dans les années 2000 représente le point culminant de cette dématérialisation et décentralisation de la monnaie. Cette évolution montre comment les systèmes monétaires et économiques sont profondément liés aux croyances, aux valeurs sociales, politiques, économiques et technologiques de chaque époque.

Par Loïc DUCARME

Le voyage dans la lune

Cette affiche nous parle d’un temps que les moins de 55 ans ne peuvent pas connaître… le temps où à la lune gardait encore toute une part de mystère. Un temps où l’Homme pouvait fantasmer sur ce qu’il découvrirait lorsqu’il aurait trouvé le moyen d’en fouler le sol. Un temps où je n’étais pas née et que j’aurais souhaité connaître. 

Année 1902, au détour d’une attraction de fête foraine, le public découvre l’affiche présentant le film de Georges Méliès : « Le Voyage dans la lune ». Impossible de ne pas focaliser son regard sur la grosse lune blanche représentée au centre de l’affiche, se détachant du fond noir.  Les motifs floraux sur les côtés suggèrent que l’astre est observé depuis la terre. La lune semble très proche, telle que l’a découverte le grand public grâce à la grande lunette présentée lors de l’exposition universelle de 1900 qui montre sur grand écran « la lune à un mètre ».

Mais même à cette époque, personne n’est dupe du côté irréaliste de la représentation proposée par Méliès. Les traits anthropomorphiques attribués à la lune en carton-pâte ne trompent personne. La deuxième figure sur le bord de la Lune rappelle les représentations humaines des différentes phases de la lune. L’affiche n’annonce donc pas un film scientifique, la vision de Méliès est volontairement fantaisiste, poétique et intemporelle, proche de la vision fantasmagorique de la lune. Le spectateur est prévenu. 

Le second élément marquant de cette affiche est l’obus qui se plante « en plein dans l’œil » dira Méliès. Cet obus est totalement démesuré par rapport à la taille réelle de la lune. L’impact est présenté comme violent. De l’œil coulent des larmes et du sang (plus visibles sur la même affiche colorisée). La figure humaine nous amène à compatir, elle semble bouleversée que l’Homme, sur qui elle a veillé si longtemps, l’attaque aussi violemment. Mais elle semble également résignée, acceptant par là le désir et l’envie de l’homme de fouler son territoire. Il y a d’ailleurs un décalage entre le titre « Le voyage dans la lune» qui amène au rêve et l’impact violent représenté. 

C’est d’ailleurs la première fois que la science-fiction propose un voyage « dans » la lune. Les découvertes scientifiques de la fin du 19e siècle ont peut-être contribué à ce choix : les observations de plus en plus précises des astronomes et physiciens, ainsi que les premières photographies de notre satellite naturel confirment la structure géologique de la lune. Rien d’étonnant à ce que Méliès ait recherché un nouvel horizon inconnu plus propice à la fantaisie « dans » la lune.

Cette affiche nous présente l’alunissage de l’obus afin de bien montrer que les voyageurs du film sont arrivés à destination et aiguiser la curiosité chez le futur spectateur. Atteindre la lune est également une source d’inspiration inépuisable pour la science-fiction du 19e siècle. Ce n’est qu’un demi-siècle plus  tard, que les scientifiques et ingénieurs commenceront à considérer ce rêve d’un trajet terre-lune accessible après avoir mis au point les premiers moteurs de fusée.

Moins de 70 ans après le succès du film de Georges Méliès, l’homme marchera sur la lune et la réalité a tué le rêve. Des milliers de spectateurs et auditeurs du monde entier suivent l’événement à la télévision ou à la radio. « C’est un petit pas pour l’Homme, mais c’est un pas-de-géant pour l’humanité », affirme Neil Armstrong. C’est surtout une grosse désillusion. Les images envoyées par la mission Apollo montrent une lune sous un jour plus cru et « décevant », loin, très loin des rêves de Méliès et de ses contemporains. 

Cet événement est décisif pour le monde et tout particulièrement pour notre société occidentale. Il démontre la puissance scientifique et technique de l’être humain et des Américains en particulier qui ont pour objectif d’assumer leur supériorité sur le reste du monde. Dès le moment où l’homme pose le pied sur la lune, le fantasme change de dimension. Une nouvelle ère spatiale est ouverte et les êtres humains rêvent de fouler d’autres astres plus lointains et d’explorer toujours plus loin notre univers. La conquête de l’espace ne fait que commencer.

Aujourd’hui, la réalité a rattrapé la fiction : le retour vers la lune est à nouveau amorcé, elle devient cruciale pour les entreprises privées qui souhaitent développer le tourisme spatial, extraire des matières premières sur d’autres astres ou poursuivre le trajet vers l’espace. Les plus riches de notre monde ont déjà fabriqué et présenté leurs « alunisseurs » privés. Donald Trump a demandé à la NASA d’y envoyer des êtres humains en 2024 en vue d’y rester. 

La vision de Georges Méliès, décrite dans cette affiche était donc prémonitoire. La représentation de la lune éborgnée par un projectile de fabrication terrestre est restée dans l’imagerie populaire et est représentée sur divers goodies. Que nous dit-elle aujourd’hui alors que nous savons que la prophétie s’est réalisée ? Que l’homme, de tout temps, a cherché à connaître son environnement et qu’il est capable d’énormes prouesses technologiques, mais également de grands dégâts. Après avoir détruit son environnement, exploité les ressources de sa planète et pollué l’univers, il est capable de « crever l’œil » des astres. 

Je n’aurais vécu ni le temps où notre satellite restait à découvrir, ni l’événement du premier pas de l’homme sur la lune.  Cette affiche, d’un autre siècle, devrait nous alerter sur l’actualité : nous pourrions assister au moment où la lune sera « défigurée » par l’activité humaine.

Par Rachel DUBIEZ

Quand l’affiche publicitaire devient une porte ouverte vers le monde des Sciences :  promouvoir la connaissance au XIXe siècle.

De nos jours, tout le monde a un dictionnaire à la maison. Soit en version papier, soit en se connectant à internet. La connaissance est donc seulement à un clic de souris. Mais quand on remonte le temps, 126 ans en arrière pour être exact, la situation est bien différente. 

1897, à l’aube du XXe siècle, cette affiche publicitaire « dictionnaire général des sciences théoriques et pratiques » est placardée dans les rues de Paris. Chromolithographie typique de cette période avec des couleurs flamboyantes et un style artistique extrêmement travaillé. Pourquoi autant de détails dans une simple affiche, pourrait-on s’interroger ? Les raisons sont simples. 

Première raison, c’est qu’à cette époque les affiches s’avèrent être encore le meilleur moyen pour faire sa publicité. Être dans la presse coûte trop cher et bien souvent les annonces sont mal présentées reléguées en quatrième page et entassées avec d’autres annonces qui pour bon nombre d’entre elles sont fallacieuses. Les éditeurs ne lésinent donc pas sur les moyens en engageant des artistes connus, ici Besnier pour réaliser cette affiche qui promeut un dictionnaire des sciences. 

Deuxième raison, capter l’attention et déclencher des émotions chez le passant en utilisant les couleurs. Ici, deux couleurs primaires dominent ; le rouge et le bleu. Pendant que re rouge captant le regard recouvre quasiment la totalité de l’affiche, le bleu utilisé avec parcimonie vient y apporter de la profondeur. Ces couleurs n’ont pas été choisies au hasard. La couleur rouge attise les émotions fortes, pour créer un sentiment d’urgence, pousser à l’achat impulsif. À l’inverse, le bleu invite au calme et à l’apaisement. Mais c’est l’association des deux qui est la plus pertinente. Le bleu met en confiance et le rouge invite à consommer plus rapidement. C’est une alliance bien connue dans le divertissement, l’alimentation et les jeux. On comprend donc l’utilité d’avoir utilisé ces deux couleurs dans cette affiche publicitaire. 

Troisième raison, c’est qu’à travers le dessin on étaie un propos pour amplifier, prolonger un texte. L’encadrement formé par l’arc et les colonnes imite de façon symbolique une porte ou bien une ouverture par laquelle on peut entrevoir un nouvel univers. Un univers où il est possible de découvrir et de comprendre un monde jusque-là peut-être inconnu. Un monde de sciences. Les dessins qui se trouvent à l’intérieur viennent sublimer les thématiques retrouvées dans le dictionnaire. La locomotive et les bateaux pour la mécanique, l’homme noir pour l’ethnologie. L’éléphant animal spectaculaire tant par sa taille que par sa forme, pour les sciences naturelles. Ou bien encore, représentée par les astres et le ciel bleu nuit ; l’astronomie sujet phare du XIXe siècle. En-dehors de sublimer les dessins questionnent. Certains objets sont complexes et inconnus. L’éléphant interroge, à cette époque qui pouvait avoir la chance d’observer cet animal ? 

Mais pourquoi en cette fin de XIXe siècle promouvoir un dictionnaire qui inventorie tout ce qui gravite de près ou de loin aux sciences ? L’essor fulgurant des progrès scientifiques et techniques de ces deux derniers siècles a aussi favorisé en parallèle l’essor de la vulgarisation scientifique. 

Les sciences et techniques, ne sont plus perçues comme une propriété privée à laquelle ne peuvent accéder que de rares privilégiés (la bourgeoisie). Ceux qui leur accordent de l’intérêt sont de plus en plus nombreux.  De plus, la compétition est rude à cette époque, puisqu’un florilège de revues de vulgarisation scientifique existent déjà. 

Donc pour capter et vendre à ces nouveaux curieux l’esthétisme de l’affiche est capital. Mais pas seulement, un dictionnaire relié à la fin du XIXe siècle coûte excessivement cher.  À cette époque, seule une certaine élite peut s’en procurer. Le système d’achat est donc adapté en utilisant la vente par livraison (ici à 10 centimes). Le principe est simple. L’acheteur achète chapitre (parfois juste quelques feuillets) par chapitre le dictionnaire. Une fois la totalité achetée, l’acheteur retourne chez l’éditeur qui lui relie gratuitement l’ouvrage. Ce système permet aux classes sociales les plus modestes la possibilité d’avoir accès à la culture scientifique.

En conclusion, cette affiche pourrait être le reflet de l’état des connaissances de la société en cette fin de XIXe siècle. Mais aussi le reflet d’une population qui a la soif d’apprendre et de comprendre la société dans laquelle elle évolue. Une population à qui on offre la possibilité d’avoir accès à une culture scientifique longtemps réservée à une certaine partie de la bourgeoisie. Cela irait dans la continuité de la volonté de la IIIe République de transformer la société, en faisant de l’éducation son fer de lance. 

Pourtant, des questions demeurent. Ce genre d’ouvrage pouvait-il vraiment être proposé à la population entière, quand on sait qu’un ouvrier de cette époque gagnait tout juste de quoi se nourrir et se loger. 

La culture scientifique, si elle n’était pas à un clic de souris, était elle vraiment à portée de main ? 

Par Alice BAMAS 

2018 ◊ Octobre Rose : “Le Cancer du Sein, Parlons-en !” soutient la recherche médicale et scientifique!

Tous concernés!

Tout au long du mois d’octobre

Pour sa 25ème campagne consécutive, l’association Le Cancer du Sein, Parlons-en ! lutte contre le cancer du sein en informant, dialoguant et en se mobilisant.
Depuis 2014, la Tour Eiffel se colore de rose le 1er octobre afin de réaliser un évènement qui marque les esprits concomitant l’importance du message et de l’image que renvoie le symbole de la capitale française!

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Octobre Rose : “Le Cancer du Sein, Parlons-en !” soutient la recherche médicale et scientifique! »

2018 ◊ affichage éco-irresponsable ? (cliché)

[proposition de Cyndie DUPOUX]

 La poubelle se tape l’affiche !

cliché pris le samedi 24 mars 2018 au croisement de la rue Lemercier et la rue des Moines dans le 17e arrondissement de Paris.

A l’heure où les villes se végétalisent, on voit pousser, un peu partout dans Paris, une nouvelle espèce arboriforme, le Totem numérique. Tronc de 2 mètres de haut portant un smartphone géant d’1m80. Ce grand écran de 72 pouces, diffuse en temps réel des informations sur la ville. L’innovation est, depuis quelques années déjà, au cœur de tous les appels à projets et le mobilier urbain connecté est à la mode.

Samedi 24 mars donc, au départ d’une journée de cours au Cnam, à 9h09 exactement, cette nouvelle espèce non endémique délivre son message : « Ne jetez pas vos déchets par terre, il y a une poubelle à moins de 100m de vous ». La surprise est suffisamment loufoque pour que les neurones connectent et que j’immortalise ce moment. Dans la lignée des « Faites ce que je dis, pas ce que je fais », au croisement de la rue Lemercier et de la rue des Moines devant le marché des Batignolles, ce panneau gaspille 10 secondes toutes les 2 minutes pour informer le passant qu’une poubelle est à sa disposition à quelques mètres. Continuer la lecture de « 2018 ◊ affichage éco-irresponsable ? (cliché) »

2018 ◊ le cerveau comme machine (affiche)

Cliché pris le 3 mai 2018 dans la station Porte de Choisy du métro de la ligne 7

[proposition de Vera de Sousa]

Deux cerveaux connectés tels des cartes à puces électroniques pour un bonheur partagé du futur ? Le cerveau n’est-il décidément qu’une machine ? Ce que semble suggérer cette figuration d’un mécanisme évoquant l’évolution de la mécanique vers le numérique.

2018 ♦ Quai des savoirs vs TBS (affiches expo)

[proposition de Ariane Rudelle]

Le Quai des Savoirs versus Toulouse Business School : l’un nous propose ce que sera l’humain de demain, l’autre l’y prépare ? Est-ce la conclusion de ces deux visuels ? En effet, en se baladant dans Toulouse ces derniers temps, on pouvait croiser ces deux affiches aux ressemblances troublantes :

  • Une première sur l’expo du Quai des Savoirs (article sur l’expo ici), centre dédié à la culture scientifique, technique et industrielle ;
  • Une deuxième de « Toulouse Business School » (TBS), ex-ESC Toulouse, école de de commerce réputée de la ville, réalisée pour ses journées portes ouvertes (photo du 8/02/2018, métro).

Dominantes de fond noir, texte blanc, logos rouges, visages d’homme au regard clair, barbe naissante bien taillée avec en fond une mosaïque d’images évoquant le futur : robots, images suggérant des expériences scientifiques, lignes de code etc.  Sur l’une se dégage le titre « Future is Coming », sur l’autre « #Humain Demain », en lettres capitales. Surprenant cette appétence pour le futur envahissant la ville, non ? Continuer la lecture de « 2018 ♦ Quai des savoirs vs TBS (affiches expo) »

2015 ◊ le tennis augmenté (publicité)

le tennis augmente

Tennis augmenté ? … bigre !!!

Depuis quelques jours fleurissent sur les espaces publicitaires du réseau des transports parisiens plusieurs affiches de celle présentée ci-dessus. Sous son titre “le tennis augmenté” figurent tour à tour chacune des stars mondiales du tennis. Le qualificatif “augmenté”, habituellement accolé au mot “homme” semble ici pourtant un peu étrange. Mais pourquoi pas… Après tout, l’un des champs d’application des technosciences en dehors du domaine militaire est bien le matériel sportif pour la haute compétition. Les nanomatériaux y sont testés, les pratiques éprouvées avant de finir en innovations commerciales pour la consommation de masse.

Cette affiche publicitaire pose néanmoins bien d’autres questions, renvoie à des images plus ou moins ambiguës sur le rôle que tiennent les technosciences aujourd’hui dans la fabrication de nos imaginaires. Richard Gasquet n’a-t-il pas sur cette affiche un faux air d’homme bionique ou même valant 3 milliards ? N’est-il pas dit ici qu’au-delà du tennis il est évident que l’excellence et la performance ne sont désormais  possibles qu’à condition de recourir aux techniques d’augmentation des capacités humaines ? … A prendre le temps de la réflexion, cette image renvoie assurément à bien des interrogations plus ou moins subtiles, à bien des interprétations de sens derrière l’intention première des créatifs de nous inciter à venir voir s’affronter sur le court les monstres sacrés du moment. Vous avez des questions ou des interprétations à suggérer ? Indiquez-les s’il vous plaît dans le fil des commentaires !

2014 ♦ Fondation Louis-Vuitton (affiche)

Anonyme, Affiche publicitaire annonçant l’ouverture de la Fondation Louis Vuitton – Architecture illustrée : œuvre de Frank Gehry, 2014.

la création est un voyage

[par Agathe ALBI, Licence Cnam Paris]

Cette affiche publicitaire largement diffusée à Paris en 2014 annonçait l’ouverture prochaine de la Fondation Louis Vuitton, une fondation d’entreprise créée en 2006 à l’initiative de Bernard Arnault, président et directeur général du groupe de luxe français LVMH. Son projet officiel : une mission d’intérêt général, une œuvre philanthropique qui offrirait au grand public la possibilité d’avoir accès à des œuvres d’art moderne et contemporain bien au-delà de leur budget, à travers des collections permanentes, des expositions temporaires et diverses manifestations. Son but officiel : promouvoir la création contemporaine et favoriser son dialogue avec le public. Continuer la lecture de « 2014 ♦ Fondation Louis-Vuitton (affiche) »

2013 ♦ Diabète … Testez-vous ! (affiche)

722c71d7a4_afd-affiche-a4-2013
Affiche de campagne de prévention contre le diabète (AFD 2013)

Le dépistage peut-il protéger de son héritage familial ?

(par Valérie HAXAIRE-GREGOIRE, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques, Cnam Nantes)

En juin 2013, l’association française des diabétiques (AFD) met en scène les Dalton sur des affiches et dans des spots radio lors d’une campagne de prévention. Fondée en 1938 et reconnue d’utilité publique, l’AFD se déclare totalement indépendante de toute institution publique, de tout organisme ou entreprise privée, de toute corporation professionnelle. Forte de cette indépendance, l’AFD bénéficie d’une légitimité reconnue auprès des pouvoirs publics, des professionnels de santé et des laboratoires pharmaceutiques. L’ensemble de la Fédération est pleinement engagé dans la gouvernance de la santé. En outre, l’AFD œuvre à la guérison du diabète en soutenant la recherche et développe des actions de solidarité internationale. Ses centaines de militants et milliers de bénévoles sont unis et solidaires, afin de remplir les missions suivantes : Continuer la lecture de « 2013 ♦ Diabète … Testez-vous ! (affiche) »

2010 ♦ la science du verre (exposition)

2011-la-science-du-verre

Titre ?

(par Mélanie HAMON, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes, 2015)

Dans un espace intimiste entre jeux de lumière et fondu en noir et blanc, mettant en valeur le centre de l’image telle une poursuite entourant une star, un rhinocéros de dos, nous regarde en tournant la tête avec sa corne sur son nez dressée vers le ciel en signe de protection et symbole de puissance. Cependant, à l’image d’une danseuse rappelant les hippopotames en tutus dans le dessin animé Fantasia de Walt Disney, entre vision surréaliste et penaud en équilibre sur ses 4 quatre pattes, celui-ci se tient sur une flute à champagne ! Continuer la lecture de « 2010 ♦ la science du verre (exposition) »

2008 ♦ Karl Lagerfeld et la prévention routière (affiche)

Affiche pour la mise en scène éducative par l’agence de publicité Lowe Stratéus

Vu et m’as-tu vu

(par Marie BERLINGUE, Cnam Licence professionnelle 2018)

Nous sommes en France le 18/06/2008. Quiconque emprunte la voie publique est au bon endroit pour découvrir la nouvelle campagne d’affichage du gouvernement en matière de sécurité routière. Cette campagne arrive après le bilan de l’accidentologie en 2007. Elle est diffusée à grande échelle dans 2877 villes. Continuer la lecture de « 2008 ♦ Karl Lagerfeld et la prévention routière (affiche) »

2004 ♦ les Becher (affiche)

Patrimoine industriel et / ou art contemporain ?

(par Julie DAVIET-DRAYE, Cnam Certificat 2018)

Lorsque le centre Pompidou organise une exposition, une immense affiche d’environ 3,5 x 2,5 m est tendue sur son bâtiment, dans la partie droite. Il organise en parallèle une opération de communication, avec des publicités dans les journaux, sur les réseaux sociaux, dans le métro etc. … Les citoyens de toute la France peuvent alors accéder à l’affiche et au(x) nom(s) des artistes exposé.e.s. Afin d’illustrer très fidèlement l’œuvre des Becher, dont le Centre Pompidou organise une grande rétrospective en 2004, il est décidé de mettre en image à la fois leur travail et leur manière de travailler. Les parisien.ne.s du quartier et plus largement les français.e.s découvrent cette image, qui est à la fois répétition du semblable sans être le même. Ces photographies représentent des chevalements de mines. La multiplication du même motif le rend peu à peu étrange, et l’on s’étonne de commencer à y voir comme des oiseaux fatigués, qui semblent enfoncer leur long bec dans le sol. La monotonie de cet étrange rassemblement est rompu par le sens des images : si les toboggans des chevalements sont situés vers la gauche sur la première et la troisième ligne, ils sont inversés sur la deuxième. Monotonie rompue mais tout en restant ordonnée. Continuer la lecture de « 2004 ♦ les Becher (affiche) »

1965 ♦ Total se fait producteur (publicité)

Publicité presse TOTAL – Magazine Paris Match n°855 – 28 août 1965

Totalement divin

[par Vera De SOUSA, Magister CNAM Paris]

La publicité sélectionnée ici représente un champ de gisement de pétrole en plein désert. Les principaux éléments de l’infrastructure sont illustrés : un derrick à gauche, organe principal de prospection du forage, avec juste au-dessus les tiges de forage qui seront installées dans le derrick, les cheminées de torchage en haut à gauche éliminant les rejets de gaz, les bassins de traitement et de stockage sur la droite. Continuer la lecture de « 1965 ♦ Total se fait producteur (publicité) »

1962 ♦ Moulinex (publicité)

Moulinex libère la femme

(par Charlène LAVOIR, Magistère Médiation soio-culturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Moulinex pub

Je vous propose de poser un instant les yeux sur cette publicité Moulinex de 1962. Il est possible que vous n’ayez jamais vu cette réclame mais vous ne pouvez pas avoir entendu son slogan : “Moulinex libère la femme …”. Il a fait date dans l’histoire de la publicité et celle du féminisme pour s’inscrire durablement dans la culture et l’imaginaire populaire. A tel point que ce slogan partage les mêmes initiales que le Mouvement de Libération des femmes ! Le MLF l’utilisait toujours dans ses manifestations des années 70, comme une sorte de clin d’œil.

Prenons le temps aujourd’hui de comprendre pourquoi ce slogan est resté si présent dans nos esprits, même après plus de cinquante ans. Pourquoi est-il devenu si emblématique d’une société se modernisant par ses innovations techniques ? Et comment la publicité a-t-elle mis en scène cette évolution ?

Cette publicité est très représentative de la société de consommation naissante où les marques assènent l’idée que c’est en achetant des « machines » modernes que nous deviendrons modernes nous aussi. De ce point de vue, les arts ménagers tiennent le haut du pavé. Vous évoluerez heureuse si vous avez une belle maison dans laquelle vous disposez des derniers équipements électroménagers. Continuer la lecture de « 1962 ♦ Moulinex (publicité) »

1959 ♦ Pyrex® sedlex (publicité)

Publicité presse “Merci Pyrex® sedlex” (1959)

plat de résistance

[par Gabrielle RIPERT, Magister Cnam Paris]

Un couple, un plat, la Tour Eiffel. Pour cette campagne publicitaire, Pyrex met en scène les talents de cuisinière de la ménagère grâce au Pyrex Sedlex, matériau innovant qui faciliterait la cuisine. Le progrès technique au service du quotidien des femmes en somme.
« Merci Pyrex ! ». Tout est dit dans le slogan : grâce à cette invention, simplifiez-vous la vie ! Pyrex promet d’améliorer votre cuisine, optimiser votre budget et entretenir votre couple ! Rien que ça ! Continuer la lecture de « 1959 ♦ Pyrex® sedlex (publicité) »

1955 ♦ Aspirateur de Noël (publicité)

Affiche publicitaire pour les aspirateurs de la marque Hoover diffusée dans les années 1950

le bonheur est dans Hoover

[par Marion NEDELEC, Certificat Cnam Nantes]

Un pitch : « Le matin de noël elle sera la plus heureuse avec un Hoover ». Telle est la promesse faite par la société d’aspirateur Hoover sur cette affiche des années 1950. Entreprise fondée en 1908 par William Henry Hoover, elle domine le secteur du nettoyage domestique la première moitié du vingtième siècle, à tel point que le mot Hoover devint synonyme d’aspirateur en anglais. Continuer la lecture de « 1955 ♦ Aspirateur de Noël (publicité) »

1948 ♦ École nationale supérieure d’électrotechnique et d’hydraulique de Toulouse (affiche)

Ecole Electrotechnique et hydraulique

L’École Nationale Supérieure d’Électrotechnique et dHydraulique de Toulouse saffiche !

(par Nathalie RUDLOFF, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Toulouse, 2015)

« Les affiches ont lobligation, du haut de leur mur, dasséner un coup de poing dans l’œil du passant distrait. Laffiche doit parler à tous les passants par elle-même, sans le secours daucun mot, daucun texte » (Mauzan 1923)

L’histoire de la grande servante moderne qu’est l’électricité est riche de repères : pendant des siècles, dans de nombreux pays du monde, les chercheurs et les savants ont patiemment rassemblé leurs observations, leurs théories, leurs initiatives ; elles furent confrontées, coordonnées, puis exploitées. Les Pyrénées devinrent une sorte d’immense laboratoire, et leurs richesses hydrauliques en lacs et en torrents allaient permettre à des hommes audacieux d’étudier, de créer, de poser les premiers jalons d’une nouvelle industrie. Continuer la lecture de « 1948 ♦ École nationale supérieure d’électrotechnique et d’hydraulique de Toulouse (affiche) »

1934 – Tho-Radia (publicité)

Tho Radia 1934

La science radieuse

(Par la promotion de la Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM 2014)

La publicité est un puissant vecteur de diffusion des représentations populaires. Elle contribue aussi largement à les forger. À ce titre, la science est un excellent candidat pour pourvoir aux besoins de l’entreprise publicitaire. Sous couvert de promotion de ce qu’elle a à vendre, elle convoque la science, ou du moins certains de ses aspects. Elle cultive de cette façon l’association de son objet avec les notions positives de modernité, d’innovation ou de progrès. La publicité alimente en permanence l’espoir d’une science et de techniques toujours plus performantes et sophistiquées, répondant aux besoins, réels ou fantasmés, du public. Au demeurant, s’est là sa fonction principale : inviter le consommateur à s’identifier au produit tout en partageant ce qu’il véhicule de significations les plus positives. La science comme valeur, gage de progrès ou de qualité fait dès lors l’objet de traitements les plus variés. Elle est mise scène, en image, en situation de délivrer discours et messages. Les liens avec la science cependant peuvent parfois paraître bien étranges à quelques années de distance. Le présent document en est un bel exemple, évoquant la question des risques sanitaires et des dangers auxquels les consommateurs peuvent être soumis au prétexte d’une promesse d’amélioration de leurs conditions d’existence.

Continuer la lecture de « 1934 – Tho-Radia (publicité) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search