L’Arbre aux Hérons ou la joie de donner vie à ses rêves

Depuis 2004, l’Ile aux Machines est installée sur l’Ile de Nantes, aux bords de la Loire. Un partenariat entre Nantes Métropole et la compagnie « La Machine », croisant le théâtre et l’urbanisme, a permis l’installation d’un atelier où collaborent des artistes, techniciens et décorateurs de théâtre. Né de l’imagination de François Delarozière et Pierre Orefice, le public a découvert en 2007 le Grand Eléphant et la Galerie des Machines, puis en 2012, le Carrousel des Mondes Marins. Le projet initial prévoyait aussi la conception de l’Arbre aux Hérons dont une branche prototype est visible depuis 2007. Les visiteurs admirent, se promènent et patientent en observant les gestes et le savoir-faire de ceux qui donnent vie à ce projet rêvé. Au cœur de la création d’un nouveau jardin urbain, le Jardin Extraordinaire, l’Arbre aux Hérons s’inscrit petit à petit dans l’environnement. Dessiné, rêvé, imaginé, ce sont des techniciens, des artistes peintres, des mécaniciens, hommes et femmes qui œuvrent à sa conception. 1700 tonnes d’acier feront une sculpture de 35 m de haut et 50 m de diamètre. Le tronc, de 15 m de diamètre, portera des jardins suspendus où les visiteurs pourront déambuler. Le monde souterrain sera également accessible aux curieux. Un bestiaire mécanique de trente animaux et plantes habitera les lieux, surplombés par un couple de hérons, nichant à la cime de l’arbre. Ces oiseaux mécaniques déploieront leurs 91 plumes sur 16 m d’envergure pour faire voler une quinzaine de passagers à plus de 40 m au-dessus de la ville ! Une occasion de voir les lieux autrement et de célébrer l’ingéniosité des techniciens et l’imagination des artistes qui feront partager leurs rêves au public. Chaque jour, ils œuvrent à donner vie à cet incroyable projet grâce à leur savoir-faire. Le projet s’inscrit dans une aventure artistique, humaine et industrielle. Des temps de partage avec les habitants permettent de l’inclure dans la vie locale, les ateliers sont ouverts aux visiteurs plusieurs mois par an, exposant les avancées en cours. Les artistes présentent les machines au public, leur fonctionnement et leur donnent vie. Plusieurs animaux du bestiaire sont déjà prêts (créations de Pierre De Menecquenem) : une chenille, un colibri, un paresseux et depuis peu un caméléon aux couleurs irisées qui étend sa langue pour attraper des mouches ! L’aventure se poursuit jusqu’en 2024 où l’Arbre aux Hérons deviendra réalité. Souhaitons que d’autres rêves fleurissent d’ici-là, pour continuer de les partager à l’Ile aux Machines.

Nathalie ROTH

2021 ◊ Dansons la science des mouvements

Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant
Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant

 

Les instantanés chorégraphiques pris en photos révèlent beaucoup d’informations sur les techniques propre à la photographie, aux lumières de scène et aussi sur les corps en mouvements. La médiation scientifique par la danse va être illustrée à travers cette photo, extraite d’un des spectacles de danse du chorégraphe anglais de danse contemporaine Russell Maliphant.

Contexte et description du dispositif

Cette photo récente des années 2015 met en scène des mouvements dansés par un duo de danseurs lors d’une répétition de danse ou d’un spectacle devant un public. On devine que l’un des deux artistes porte l’autre allongé sur son dos, les bras et les jambes dans le vide à un instant donné. On ignore dans quel sens va basculer celui qui est porté (à gauche ou à droite ?). Il s’agit ici de mettre en avant des termes utilisés pour qualifier une qualité de mouvement en danse. Ils feront le lien avec le monde scientifique et des mécanismes sociaux, amplifiés par le flou artistique de la photo.

Du flou de mouvements a été créé sous un éclairage bleu-vert sur fond noir. On y aperçoit à la fois la forme, le volume, la profondeur, les courbes, la rotation et des projections. Les deux corps dessinent un espace sur la scène. Il est possible de décortiquer la cinétique des gestes et des mouvements de pieds de la personne portée, plutôt une exécution d’un temps rapide au ralenti. Un mélange de parties nettes et floues des deux corps peut rendre les postures irréalistes. Le genre de ces artistes est masqué par cet effet artistique. Les deux corps fusionnent quasiment, laissant imaginer une autre forme de vie étrange, comme un corps humain avec une tête de monstre et deux bras qui font des hélices.

Après cette parenthèse imaginative, revenons à la danse. L’exécution de ce porté nécessite un ancrage dans le sol de la personne qui fait l’appui. Les centres de gravité des deux danseurs sont en jeu pour acquérir une stabilité avant d’arriver au déséquilibre. Quand cette succession de mouvements est réalisée et maîtrisée, alors on y ressent de la légèreté, fluidité et de l’harmonie.

 

Les aspects culturels et scientifiques de la danse

Cette séquence photographiée met l’accent sur les points suivants :

  • Un phénomène artistique et culturel

Outre son appartenance aux arts vivants, la danse est un moyen de rassembler les personnes, comme les ballets et les danses folkloriques. Elle fait partie intégrante d’une culture et favorise les interactions sociales.

  • Science du mouvement

La photo représente un extrait de danse contemporaine où la rencontre de deux corps va être régie par des forces physiques. Ce choc s’entremêle de dynamisme et de statique.

En la décryptant, on parle de gravité, d’équilibre-déséquilibre, de force d’attraction dans les portées.

Ces qualités de mouvements demandent de connaître son corps (anatomie, biologie, physiologie), de l’accepter et de les contraindre à sortir d’une zone de confort. On s’approprie de la mécanique du corps. Certains chorégraphes de danse contemporaine conçoivent leur chorégraphie sur le déséquilibre ou le contact ou bien la maîtrise de l’équilibre dans des dizaines et des dizaines de tours.

Des chercheurs scientifiques étudient différentes thématiques à travers ces mouvements (la proprioception, la cognition, la robotique etc).

 

  • Mémoire par l’apprentissage et la notation chorégraphique

Quand il s’agit de chorégraphie, la mémoire est sollicitée ! Des zones de notre cortex cérébral sont donc activées pour l’apprentissage et la mémoire du corps par les cinq sens. La mémoire d’une séquence dansée fait souvent appel à la visualisation.

A ce propos, les plus vielles notations chorégraphiques datent du 17ème siècle. Elles ont été enrichies au début du 20ème siècle par des architectes et mathématiciens passionnés de danse (Laban, Benesh). On aperçoit un système organisé avec la symétrie, des rondes… caractéristiques des ballets de danse classique.

 

Notation de Laban
Notation de Laban
  • Moyen de communication et inspirations de la nature (vols d’étourneaux, parade nuptiale des oiseaux de paradis) ?

 

  • Modélisation 3D du corps

Ces corps en mouvements ont donné des idées à des concepteurs et des modélisateurs de films d’animation, de jeux interactifs de danse et de robots humanoïdes.

L’ensemble de ces mouvements de danse peuvent être considérés comme une représentation artistique des sciences. La danse est donc vectrice d’une multitude de messages relevant de la médiation culturelle et scientifique (biologie, physique, les mathématiques et la communication par le langage corporel) ! 

 

Claire Semler

2021 ◊ Muse jette un froid dans l’univers du rock

 

Pochette de The 2nd Law, 6ème album de Muse

Comme pour tous leurs disques, MUSE trouve dans The 2nd Law une place pour parler de sciences. De la couverture représentant les connexions cérébrales modélisée par Human Connectome Project, jusqu’au titre qui se réfère à la seconde loi de la thermodynamique, leur sixième album est profondément inspiré par le concept d’entropie qui sera présent dans plusieurs titres. Parmi eux, Big Freeze est une ode à la mort thermique de l’univers, l’une des hypothèses proposées par les physiciens sur la façon dont notre univers pourrait se terminer, dans des millions d’années. Continuer la lecture de « 2021 ◊ Muse jette un froid dans l’univers du rock »

Du bijou ou comment rendre accessible l’inaccessible.

Art d’exception et milieu secret, la joaillerie nécessite de maîtriser de nombreuses techniques avant de créer une œuvre : la gemmologie, le travail traditionnel à l’établi, la ciselure, le repoussé, le sertissage… la taille des pierres, le polissage. Mais pas seulement. Comptent aussi la culture, la curiosité, l’expérience et la recherche créative. C’est l’art de l’infiniment petit.

Continuer la lecture de « Du bijou ou comment rendre accessible l’inaccessible. »

2018 ◊ Nuit Blanche : Expression des Sciences de l’archéologie par l’art contemporain

La Rencontre des époques : Le Triomphe de la République reproduit sur le Parvis de l’Hôtel de Ville

Cliché pris la nuit du 6 octobre, Parvis de l’Hôtel de Ville, IVe arrondissement de Paris

Reproduction de la statue de Jules Dalou “Le Triomphe de la République” par Ugo Schiavi

Paris et ses statues, Paris et ses monuments, Paris et son Histoire, celle des français et celle de la France… Dur de passer son chemin sans tendre l’œil et admirer, cet art qui domine l’Espace public. Si bien qu’il s’y fond. Encore plus dur pour un artiste qui doit se contenter de contempler, à la limite esquisser la reproduction des œuvres parisiennes sur un bout de papier ou de tissu, à chacun sa méthode ! Mais celle qui définit notre artiste Ugo Schiavi est des plus saisissantes et des moins conformistes. Je cite « le collage anachronique » comme l’artiste aime à le dire.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Nuit Blanche : Expression des Sciences de l’archéologie par l’art contemporain »

2018 ◊ performer les savoirs (journées)

Performer les savoirs / Performing knowledge

21 juin – 23 juin

L’artiste-chercheur et le chercheur-artiste dans les pratiques scéniques actuelles : étude d’un geste critique

Nous y interrogerons notamment l’émergence des artistes-chercheurs et des chercheurs-artistes dont les pratiques scéniques performent (avec, dans, à partir de, vers) du savoir.

  • Comment et pourquoi faire de la connaissance et de la recherche des matériaux de création ?
  • Expert, bricoleur, artiste, chercheur, pédagogue : quelles sont les voies de recherche que défrichent et modélisent les artistes-chercheurs et les chercheurs-artistes d’aujourd’hui, figures en miroir mais non gémellaires ?
  • Quels gestes, dispositifs et modes opératoires inventent ou ressuscitent ceux et celles qui se livrent à ces hybridations entre élaboration théorique, expérimentation pratique et création artistique ?
  • Comment s’articulent recherche, création et pédagogie dans le spectacle vivant et au sein de l’université ?

informations pratiques

Ces trois journées-laboratoires, mêlant spectacles, keynotes, interventions critiques et workshops
Gratuits et ouverts à tous
Jeudi 21 juin, MSH Paris Nord, 14h – 19h30
Vendredi 22 juin, Centre Pompidou, 11h – 19h30
Samedi 23 juin, Théâtre de Nanterre, Amandiers, 9h30 – 21h

Programme complet et informations pratiques ici

2018 ◊ perform (conférence, atelier, spectacle)

Source : cosmicshambles.com + bigvancience.com + DirtyBiology DR

Conférence, spectacles, ateliers

Jeudi 14 et vendredi 15 Juin 2018

Maison de l’UNESCO – 125 avenue de Suffren – 75007 Paris

Innovations dans l’éducation scientifique à travers les arts de la scène.

Découvrez comment les arts de la scène peuvent aider les professionnel·le·s de la culture scientifique à réfléchir sur la science et sur son rôle dans la société.

Un projet européen porté en France par l’association TRACES.

Afin de partager les résultats du projet et d’imaginer de nouvelles alliances pour assurer la diffusion et la poursuite de ses objectifs, nous vous invitons à participer à la conférence finale PERFORM, avec la participation du comédien Robin Ince, de la performeuse Ana Peiro, et du Youtuber Léo Grasset.

Avec le Youtuber Léo Grasset (vidéaste et créateur de la chaîne Dirty Biology)

programme et inscription ici

2018 ◊ Exposition Biodivercitez (exposition)

Du 14 avril au 4 mai venez découvrir l’exposition Biodivercitez à Beauvais

Est-ce que vous avez une idée de toute la biodiversité qui peut se cacher dans nos villes ? Non ? Alors il est temps que vous partiez à sa découverte ! Vous allez pouvoir découvrir les petites (ou grosses) bêtes et les plantes qui s’y cachent et tous les services qu’ils peuvent nous rendre ! Par exemple, connaissez-vous les “oursons d’eau” qui vivent entre les interstices des pavés ? Ou encore les crustacés qui peuplent nos jardins ?

Cette exposition, produite par l’Exploradôme, propose une approche ludique et interactive qui invite à changer de regard sur le vivant en ville et à appréhender les enjeux majeurs de la biodiversité. Vous pourrez retrouver notamment 8 modules thématiques proposant chacun des activités et des manipulations : Continuer la lecture de « 2018 ◊ Exposition Biodivercitez (exposition) »

2018 ◊ Attention intelligences ! (expo)

Attention Intelligences !

Exposition

au MAIF SOCIAL CLUB Paris, un espace de culture et d’expérimentations

Pour découvrir l’exposition en avant-première, rendez-vous le samedi 19 mai de 14h à 19h pour le vernissage (en libre accès) ! Au programme : visites commentées par les commissaires, rencontres avec les artistes et entresorts pour mesurer vos capacités d’attention.

A travers l’expérimentation de 8 œuvres, nous vous invitons, à l’heure de l’intelligence artificielle, à explorer la manière dont nos attentions participent à construire nos intelligences et à discuter cette construction.

Tous les détails ici

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Attention intelligences ! (expo) »

2018 ♦ Gucci (scène)

Cliché pris par le groupe Imaxtree lors du défilé Automne-Hiver Gucci le 21 février 2018 à Milan

Gucci habille un avenir post-humain

(par Meryem HAMEG, Cnam Magister 2018)

Ce cliché a été pris le 21 février 2018, à l’occasion de la Fashion Week milanaise durant laquelle Alessandro Michele, directeur artistique de la marque Gucci a présenté sa collection Automne-Hiver 2018/2019. Depuis son arrivée à la tête de la maison de luxe en 2015, le créateur star ne cesse de faire parler de lui, autant pour ses choix artistiques que pour son audace marketing. Cette année, il semble avoir carrément fasciné le monde de la mode, moins par ses créations vestimentaires que par la mise en scène troublante de son défilé. Jugés dérangeants, voire perturbants, les choix d’Alessandro Michele n’ont pas laissé indifférent. Continuer la lecture de « 2018 ♦ Gucci (scène) »

2018 ◊ Madame je peux vous appeler Monsieur ? (exposition)

Vernissage vendredi 23.02 à partir de 19h
Depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, la relation entre les deux sexes est décrite comme complémentaire, tant dans  « l’ordre naturel » que dans les rôles qu’ils se sont attribués au fil du temps, et pensée comme deux forces dissemblables et contradictoires, à la fois.
Les différentes Pensées relatives aux différences physiques, sociales et culturelles entre les sexes, ont façonné les modèles sociaux, politiques et philosophiques à travers le monde. Ces modèles, qui nous paraissent dépassés aujourd’hui, ont également contribué à la ségrégation entre les sexes, et à permettre aux hommes à prendre le pouvoir sur la plupart des aspects de la vie et des rôles des femmes. En France songeons qu’il y a à peine 60 ans de ça les femmes, sous le joug de la pensée patriarcale,  ne pouvaient ni travailler sans l’autorisation de leur mari, ni avoir un chéquier, ni voter… (comme le rappelle l’œuvre de Sylvie Gravagna  de la compagnie Un pas de côté dans l’exposition)

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Madame je peux vous appeler Monsieur ? (exposition) »

2018 ◊ La Nuit Européenne des Musées (évènement)

Le 19 mai prochain dans différentes villes d’Europe aura lieu la 14ème édition de la Nuit européenne des Musées

Lors de cet évènement, de nombreux musées ouvriront gratuitement leurs portes en France et Europe, depuis la tombée de la nuit jusqu’à minuit. Plusieurs activités, ateliers et autres dispositifs seront alors mis en place, tels que des visites commentées, des parcours ludiques, des dégustations ou encore des spectacles vivants. Ceci permettra d’ouvrir cet évènement à un large public et amènera une expérience plus originale du musée, à la fois conviviale et ludique.

L’édition de 2017 avait mobilisé plus de 3800 musées dans trente pays européens, dont 1800 en France qui ont accueilli plus de 2 millions de visiteurs. Cet évènement a été créé en 2005 et attire depuis un public toujours plus nombreux, curieux et intéressé, notamment le jeune public, parfois assez récalcitrant.

Cette année, la Nuit européenne des Musées aura pour objectif de souligner la dimension européenne de l’histoire des arts et des collections et donc de créer des projets et des échanges transfrontaliers.

En France, de nombreux musées participent à la Nuit européenne des Musées, notamment Paris : le Musée du Louvre, le Musée des Arts Décoratifs, le Musée des Arts et Métiers ou encore le Museum d’Histoire Naturelle. Pour connaître la liste exacte et les programmes à venir, vous pouvez consulter ce site, ici.

Mais, Paris n’est pas la seule ville à faire vivre ce festival, ainsi le Quai des Savoirs, à Toulouse, y participera également pour la première fois. À Nantes, le musée Dobrée organisera également des animations et des ateliers.

Renseignez-vous, dans votre ville aussi, il devrait sûrement y avoir des musées qui participent à cet évènement !

Et si vous voulez en savoir plus sur les festival, le site officiel est .

Et le programme ville par ville est disponible à cette adresse !

2018 ◊ Visite insolite au Musée Saint-Raymond (exposition)

Une visite inédite pour se réapproprier le Musée Saint-Raymond de Toulouse le 25 mars 2018
Pour certains adultes, les musées peuvent apparaître comme des lieux austères, poussiéreux et ennuyeux, où il n’est pas possible de s’exprimer ou de toucher quoi que ce soit. Parfois, les visiteurs ont l’impression que les contenus présentés ne leur sont pas adressés ou qu’ils vont être traités comme des élèves sur les bancs de l’école.
Après avoir recueillis ces a priori et avis des publics potentiels, le Musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse, a décidé de mettre en place un nouveau dispositif de médiation, une nouvelle visite, destiné à divertir et intéresser les publics adultes, même les plus récalcitrants.
Pour cela, un médiateur va guider les visiteurs dans un parcours assez original où il sera possible de toucher et d’observer en détails des œuvres, ainsi que de défier les autres participants et de poser des questions. Il y aura notamment un dispositif de réalité augmentée qui permettra à l’utilisateur de reconstituer ou de sculpter le Discobole.
Cette visite insolite aura donc lieu le Dimanche 25 mars entre 14h30 et 16h00. Pour connaître les tarifs et  les détails de la réservation, cliquez !

2017 ◊ Transhumain toi-même ! (théâtre)

La captation de la pièce “Transhumain toi-même !” jouée le 25 mars 2017 à la Cité des sciences et de l’industrie à la Villette est en ligne ici

Une nouvelle création est en cours de production dans le cadre de l’animation de l’Atelier collaboratif du théâtre des sciences (AcTs) et le Collectif Manu Shantri des auditeur.trice.s  des formations Cnam à la médiation et au design culturel des technosciences en société. Le thème porte cette année sur l’articulation des savoirs et connaissances sur le féminin et le masculin avec la question des rapports sociaux selon le sexe. Plus de détails bientôt …

2017 ◊ Match improvisé Jazz versus Robot (publicité)

Campagne Publicitaire TSF JAZZ – Print – Avril 2017 – Photo : Vincent DIXON (photo issue d’un des trois visuels disponibles)

le jazz comme expression de notre humanité créatrice à travers la nouvelle campagne publicitaire de la radio TSF JAZZ.

par Vera sur Si tu savais STS

Studio d’enregistrement, trompette posée au sol, micro en attente. Au centre de la photo en noir et blanc, un robot à l’air dubitatif est assis sur une chaise. Objet étrange que cet humanoïde dans ce décor. Cette intelligence artificielle saura-t-elle faire preuve de créativité et trouver l’inspiration ?

La radio française spécialisée en jazz a déjà sa réponse : « It’s a human thing. »

A l’heure où les algorithmes et les big databases permettent de créer des titres de musique au succès quasi garanti, TSF Jazz rappelle ici que ce courant musical est fait d’humanité et ne peut être la création d’un robot. Deux questions se posent alors : la première, concernant la représentation du jazz dans la création musicale, la seconde,  l’impossibilité pour une intelligence artificielle de pouvoir créer.

Le jazz est difficile à définir. Courant musical aux multiples sous genres, loin des compositions de musique classique qui doivent être jouées de façon rigoureuse et précise, il laisse une part importante à l’interprétation et à l’improvisation. Continuer la lecture de « 2017 ◊ Match improvisé Jazz versus Robot (publicité) »

2016 ◊ Transhumain toi-même ! (théâtre)

Affiche TTM 27MAI2016_BDTranshumain toi-même !

Penser, questionner et échanger avec le public sur les promesses et menaces auxquelles renvoient les technosciences portées par la mouvance transhumaniste, telle est l’ambition des élèves du CNAM des formations à la médiation culturelle des sciences et techniques en société. Elles/ils proposent de le faire au travers d’une création théâtrale : « Transhumain toi-même ! ». Une représentation unique aura lieu au Théâtre de la Reine blanche le vendredi 27 mai à 21h, à Paris – passage Ruelle (18e)

Tous les détails sur : http://www.reineblanche.com/portfolio_page/carte-blanche-michel-lette-cnam-transhumain-toi-meme/

Transhumain toi-même ! Génétiquement modifié, augmenté, numérisé et sans âge, Manu Shantri déborde d’enthousiasme pour les prodiges de la technoscience. Dans ses délires de toute puissance, il se voit immortel, doué d’ubiquité, invincible. Face à son psy désemparé surgit le doute. Au fil d’un décalogue inédit, Manu et son psy entament une joute qui interroge les commandements d’un techno-progressisme débridé. Pauvre Manu, veut-il vraiment devenir transhumain ? Drôle, mordant, nécessaire, cette comédie invite les spectateurs à interroger leurs propres représentations d’un transhumanisme aussi effrayant que séduisant.

2015 ◊ la science de l’art : la mémoire à l’honneur (rencontre)

science memoireLe Collectif Culturel de l’Essonne organise sa sixième édition de «La Science de l’art». Une occasion de découvrir des œuvres autour de la thématique de « La mémoire ». 

La sixième édition de « La Science de l’art » commence ce mercredi 4 novembre et durera jusqu’au samedi 19 décembre. Soutenu par le Conseil Départemental de l’Essonne et la Région Ile-de-France, le Collectif Culture de l’Essonne propose une nouvelle édition de « La Science de l’art » avec comme thème cette année « La mémoire ». Le public pourra découvrir des œuvres dans 25 lieux du département par une série d’expositions. Continuer la lecture de « 2015 ◊ la science de l’art : la mémoire à l’honneur (rencontre) »

2015 ■ Stop plastic pollution (street art)

RAEMANN Street art deviant_2015
Impression photographique sur papier – affiche murale collée – angle de la Kopernikusstraße et Libauer Straße (Berlin) – attribuée au groupe Raemann (2015) – 120 x 80 cm env.

Street art déviant

(par Michel LETTE, Cnam Paris, 2015)

Ce cliché a été pris le 6 août 2015 dans Berlin, à l’angle de la Kopernikusstraße et de la Libauer Straße. Il cadre une affiche murale, totalement délavée par la pluie, noyée dans une composition de graffitis et de tags s’étalant du sol au plafond. Impossible de l’ignorer pourtant. L’image, intrigante, interpelle forcément la multitude des passants.

L’impression photographique sur papier collé à même le mur est une des techniques employées par les artistes d’art de rue –  « street art » – une des formes d’expression culturelle qui s’est largement répandue à Berlin. Agglomération en perpétuelle transformation depuis la chute de son mur en 1989, elle offre à ces artistes contemporains des espaces particulièrement adaptés à ce type de créativité. Les réhabilitations, opérations de rénovation ou de réaffectation d’anciens sites industriels font exister autant de zones en transition, multipliant les opportunités de créer de véritables galeries d’art en plein air. Tout est support potentiel pour une transformation temporaire ou éphémère de l’environnement urbain : façades et entrées d’immeubles, conteneurs de poubelles et palissades de chantiers, lampadaires et mobiliers urbains, et même toits et trottoirs sont habillés (ou souillés, c’est selon) par les pinceaux ou rouleaux de peinture, les bombes et vaporisateurs, les pochoirs et posters, les collages et bandes adhésives, les marqueurs et autres moyens non conventionnels de création aux antipodes de l’art traditionnel des musées et galeries. Quelques artistes de rue sont néanmoins devenus célèbrent et se vendent plutôt bien. Ils sont désormais nombreux à s’exposer et à répondre à la commande officielle, témoignant de l’évolution des canons de l’art contemporain. Continuer la lecture de « 2015 ■ Stop plastic pollution (street art) »

2015 ■ Mobile Lovers (graffe)

Mobile Lovers graffe de Banksy
« Mobile Lovers », tag découvert à Clement Street à Bristol (UK) et reconnu par Banksy

Cet objet chéri qui nous veut du bien

(par Jérôme GAZEAU, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam Nantes 2015)

Angleterre, 15 avril 2014, comme bien d’autres dans la bouillonnante banlieue de Bristol, éclot sur une vieille porte condamnée, un graffe. Le lendemain, Banksy, le célèbre et énigmatique tagueur anarchiste britannique, figure emblématique de la contestation griffant sur les murs les dérives de la science, des techniques et de la société, le reconnaît sur son site officiel. Continuer la lecture de « 2015 ■ Mobile Lovers (graffe) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search