L’arsenal de Brest

Un projet urbain

Cette fresque de Benjamin Flao s’inscrit dans le cadre d’un important programme de revitalisation du quartier des Quatre Moulins de Brest intitulé « Les murs prennent la parole », destiné à améliorer la qualité urbaine de ces habitants.

Cette initiative d’embellissement urbain du quartier s’aménage d’un parcours de neuf fresques dont les thématiques sont diverses : le voyage, la musique, l’océanographie, etc. Toutes ces thématiques sont reliées au patrimoine et à l’identité de la ville de Brest.

Initié en 2000, le projet est issu de l’implication et de la collaboration des habitants, des acteurs du territoire, et du chanteur Miossec, parrain du projet. Le parcours a été réalisé par CitéCréation, une entreprise coopérative lyonnaise spécialiste mondiale en matière de décoration et de scénographie urbaine.

C’est Benjamin Flao, illustrateur et auteur de bande dessinée, qui a été retenu pour concevoir cette fresque ; elle évoque à travers la construction d’un bateau imaginaire, l’ambiance et l’atmosphère des chantiers de construction navale de l’ancien arsenal de Brest au XIXe siècle.



De l’imaginaire à l’histoire

En regardant l’oeuvre, notre imaginaire s’envole. Nous pouvons imaginer le bruit des machines, du chantier, des hommes et des mouettes volant au-dessus du site industriel. Nous pouvons imaginer l’odeur de différentes émanations produites par le chantier, nous pouvons imaginer les éclats de voix des ouvriers tantôt entrain de pester, tantôt entrain de rire le temps d’une pause ou à la fin d’une dure journée. À travers cette fresque, nous retournons dans le passé de l’arsenal de Brest, dans son histoire.

C’est une histoire riche, avec un passé industriel unique. Car l’histoire de l’arsenal de Brest fait partie de l’histoire militaire-naval de la France. L’arsenal de Brest fût créé en 1631 par le cardinal Richelieu, le but était de renouveler la flotte royale. L’arsenal a été conçu de manière à pouvoir accueillir les grands navires de guerre du XVIIe siècle. Niché au cœur de la ville, l’arsenal construisait, armait et réparait en partie les vaisseaux de guerre devenant ainsi un gigantesque complexe militaro-industriel, à l’image des ports Toulon et de Rochefort.



Technico-industriel

L’arsenal était donc le siège d’une véritable activité industrielle. La construction d’un navire met en jeu, tout un panel de savoir-faire complexe et de techniques. Des innovations voient le jour pour mécaniser, rationaliser et faciliter ces opérations qui demandent une logistique considérable, en raison des poids et des volumes à assembler et à déplacer.

Les principaux corps de métiers sont les maîtres de haches, qui deviennent les maîtres-constructeurs (architectes navals), les charpentiers, les calfats, les sculpteurs. Les corps de métiers dominants concernent directement la fabrication de la coque du navire. De nombreux ateliers spécialisés préparent les pièces nécessaires aux navires : corderie, voilerie, menuiserie, sculpture, forges.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, il se modernise considérablement pour répondre aux nouvelles exigences de la flotte. Car la Marine s’engage dans trois innovations technologiques majeures : la propulsion à vapeur, l’obus explosif et la construction métallique. Ces mutations techniques imposent à l’arsenal d’entreprendre d’importantes transformations de son infrastructure : creusement de nouveaux bassins et agrandissement des anciens, création d’ateliers d’ajustage, de forges et de fonderies.

Véritable poumon de la ville, l’arsenal a rythmé la croissance et la prospérité de la cité au fil des siècles.

C’est donc au détour d’une rue que le street-art met en scène par l’imaginaire, le souvenir de l’histoire d’une ville. Au-delà de la seule charge nostalgique d’une activité industrielle disparue, la fresque expose la relation entre l’art et l’industrie dans le nouveau paysage urbain brestois.



FRANS Gwenaëlle



Maître d’ouvrage : Brest Métropole Océane – Communauté urbaine / Maitre d’œuvre : CitéCréation

L’Arbre aux Hérons ou la joie de donner vie à ses rêves (installation)

Depuis 2004, l’Ile aux Machines est installée sur l’Ile de Nantes, aux bords de la Loire. Un partenariat entre Nantes Métropole et la compagnie « La Machine », croisant le théâtre et l’urbanisme, a permis l’installation d’un atelier où collaborent des artistes, techniciens et décorateurs de théâtre. Né de l’imagination de François Delarozière et Pierre Orefice, le public a découvert en 2007 le Grand Eléphant et la Galerie des Machines, puis en 2012, le Carrousel des Mondes Marins. Le projet initial prévoyait aussi la conception de l’Arbre aux Hérons dont une branche prototype est visible depuis 2007. Les visiteurs admirent, se promènent et patientent en observant les gestes et le savoir-faire de ceux qui donnent vie à ce projet rêvé. Au cœur de la création d’un nouveau jardin urbain, le Jardin Extraordinaire, l’Arbre aux Hérons s’inscrit petit à petit dans l’environnement. Dessiné, rêvé, imaginé, ce sont des techniciens, des artistes peintres, des mécaniciens, hommes et femmes qui œuvrent à sa conception. 1700 tonnes d’acier feront une sculpture de 35 m de haut et 50 m de diamètre. Le tronc, de 15 m de diamètre, portera des jardins suspendus où les visiteurs pourront déambuler. Le monde souterrain sera également accessible aux curieux. Un bestiaire mécanique de trente animaux et plantes habitera les lieux, surplombés par un couple de hérons, nichant à la cime de l’arbre. Ces oiseaux mécaniques déploieront leurs 91 plumes sur 16 m d’envergure pour faire voler une quinzaine de passagers à plus de 40 m au-dessus de la ville ! Une occasion de voir les lieux autrement et de célébrer l’ingéniosité des techniciens et l’imagination des artistes qui feront partager leurs rêves au public. Chaque jour, ils œuvrent à donner vie à cet incroyable projet grâce à leur savoir-faire. Le projet s’inscrit dans une aventure artistique, humaine et industrielle. Des temps de partage avec les habitants permettent de l’inclure dans la vie locale, les ateliers sont ouverts aux visiteurs plusieurs mois par an, exposant les avancées en cours. Les artistes présentent les machines au public, leur fonctionnement et leur donnent vie. Plusieurs animaux du bestiaire sont déjà prêts (créations de Pierre De Menecquenem) : une chenille, un colibri, un paresseux et depuis peu un caméléon aux couleurs irisées qui étend sa langue pour attraper des mouches ! L’aventure se poursuit jusqu’en 2024 où l’Arbre aux Hérons deviendra réalité. Souhaitons que d’autres rêves fleurissent d’ici-là, pour continuer de les partager à l’Ile aux Machines.

Nathalie ROTH

2021 ◊ L’Etoile du Nord (sculpture)

 

L’Etoile du Nord est le nom donné au réseau ferroviaire passant par la gare d’Ermont-Eaubonne, mais c’est également celui de la sculpture d’Andrea Lomanzo érigée à côté de cette gare.

Continuer la lecture de « 2021 ◊ L’Etoile du Nord (sculpture) »

2021 ◊ Dansons la science des mouvements (cliché)

Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant
Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant

 

Les instantanés chorégraphiques pris en photos révèlent beaucoup d’informations sur les techniques propre à la photographie, aux lumières de scène et aussi sur les corps en mouvements. La médiation scientifique par la danse va être illustrée à travers cette photo, extraite d’un des spectacles de danse du chorégraphe anglais de danse contemporaine Russell Maliphant.

Contexte et description du dispositif

Cette photo récente des années 2015 met en scène des mouvements dansés par un duo de danseurs lors d’une répétition de danse ou d’un spectacle devant un public. On devine que l’un des deux artistes porte l’autre allongé sur son dos, les bras et les jambes dans le vide à un instant donné. On ignore dans quel sens va basculer celui qui est porté (à gauche ou à droite ?). Il s’agit ici de mettre en avant des termes utilisés pour qualifier une qualité de mouvement en danse. Ils feront le lien avec le monde scientifique et des mécanismes sociaux, amplifiés par le flou artistique de la photo.

Du flou de mouvements a été créé sous un éclairage bleu-vert sur fond noir. On y aperçoit à la fois la forme, le volume, la profondeur, les courbes, la rotation et des projections. Les deux corps dessinent un espace sur la scène. Il est possible de décortiquer la cinétique des gestes et des mouvements de pieds de la personne portée, plutôt une exécution d’un temps rapide au ralenti. Un mélange de parties nettes et floues des deux corps peut rendre les postures irréalistes. Le genre de ces artistes est masqué par cet effet artistique. Les deux corps fusionnent quasiment, laissant imaginer une autre forme de vie étrange, comme un corps humain avec une tête de monstre et deux bras qui font des hélices.

Après cette parenthèse imaginative, revenons à la danse. L’exécution de ce porté nécessite un ancrage dans le sol de la personne qui fait l’appui. Les centres de gravité des deux danseurs sont en jeu pour acquérir une stabilité avant d’arriver au déséquilibre. Quand cette succession de mouvements est réalisée et maîtrisée, alors on y ressent de la légèreté, fluidité et de l’harmonie.

 

Les aspects culturels et scientifiques de la danse

Cette séquence photographiée met l’accent sur les points suivants :

  • Un phénomène artistique et culturel

Outre son appartenance aux arts vivants, la danse est un moyen de rassembler les personnes, comme les ballets et les danses folkloriques. Elle fait partie intégrante d’une culture et favorise les interactions sociales.

  • Science du mouvement

La photo représente un extrait de danse contemporaine où la rencontre de deux corps va être régie par des forces physiques. Ce choc s’entremêle de dynamisme et de statique.

En la décryptant, on parle de gravité, d’équilibre-déséquilibre, de force d’attraction dans les portées.

Ces qualités de mouvements demandent de connaître son corps (anatomie, biologie, physiologie), de l’accepter et de les contraindre à sortir d’une zone de confort. On s’approprie de la mécanique du corps. Certains chorégraphes de danse contemporaine conçoivent leur chorégraphie sur le déséquilibre ou le contact ou bien la maîtrise de l’équilibre dans des dizaines et des dizaines de tours.

Des chercheurs scientifiques étudient différentes thématiques à travers ces mouvements (la proprioception, la cognition, la robotique etc).

 

  • Mémoire par l’apprentissage et la notation chorégraphique

Quand il s’agit de chorégraphie, la mémoire est sollicitée ! Des zones de notre cortex cérébral sont donc activées pour l’apprentissage et la mémoire du corps par les cinq sens. La mémoire d’une séquence dansée fait souvent appel à la visualisation.

A ce propos, les plus vielles notations chorégraphiques datent du 17ème siècle. Elles ont été enrichies au début du 20ème siècle par des architectes et mathématiciens passionnés de danse (Laban, Benesh). On aperçoit un système organisé avec la symétrie, des rondes… caractéristiques des ballets de danse classique.

 

Notation de Laban
Notation de Laban
  • Moyen de communication et inspirations de la nature (vols d’étourneaux, parade nuptiale des oiseaux de paradis) ?

 

  • Modélisation 3D du corps

Ces corps en mouvements ont donné des idées à des concepteurs et des modélisateurs de films d’animation, de jeux interactifs de danse et de robots humanoïdes.

L’ensemble de ces mouvements de danse peuvent être considérés comme une représentation artistique des sciences. La danse est donc vectrice d’une multitude de messages relevant de la médiation culturelle et scientifique (biologie, physique, les mathématiques et la communication par le langage corporel) ! 

 

Claire Semler

Du bijou ou comment rendre accessible l’inaccessible.

Art d’exception et milieu secret, la joaillerie nécessite de maîtriser de nombreuses techniques avant de créer une œuvre : la gemmologie, le travail traditionnel à l’établi, la ciselure, le repoussé, le sertissage… la taille des pierres, le polissage. Mais pas seulement. Comptent aussi la culture, la curiosité, l’expérience et la recherche créative. C’est l’art de l’infiniment petit.

Continuer la lecture de « Du bijou ou comment rendre accessible l’inaccessible. »

Exposition-évènement Pierres Précieuses.

Depuis le 16 septembre 2020, l’exposition pierres précieuses s’est installée dans la grande galerie de l’évolution à Paris. Dans celle-ci, en collaboration avec Van Cleef & Arpels, la minéralogie, la gemmologie et la joaillerie sont rassemblées pour créer un univers à l’intersection de l’art et de la science.

Continuer la lecture de « Exposition-évènement Pierres Précieuses. »

2019 ◊ Binôme, le poète et le savant

du 31 janvier au 6 février 2019

Festival de théâtre au Grand Parquet – Maison d’artistes, 35 rue d’Aubervilliers, Paris (jeudi 31 janvier, vendredi 1er février à 19h et samedi 2 février à 17h)

Festival de théâtre au Grand Parquet Six spectacles binôme seront présentés.  Avec binôme, le chercheur devient l’objet d’étude d’un auteur de théâtre qui écrit une pièce librement inspirée de leur rencontre.

Le résultat est sensible, souvent drôle et nous offre un regard inhabituel sur la science et ceux qui la font. La compagnie les sens des mots développe cette collection de spectacles depuis 2010, il existe aujourd’hui 37 binômes.

Continuer la lecture de « 2019 ◊ Binôme, le poète et le savant »

2018 ◊ Nuit Blanche : Expression des Sciences de l’archéologie par l’art contemporain

La Rencontre des époques : Le Triomphe de la République reproduit sur le Parvis de l’Hôtel de Ville

Cliché pris la nuit du 6 octobre, Parvis de l’Hôtel de Ville, IVe arrondissement de Paris

Reproduction de la statue de Jules Dalou “Le Triomphe de la République” par Ugo Schiavi

Paris et ses statues, Paris et ses monuments, Paris et son Histoire, celle des français et celle de la France… Dur de passer son chemin sans tendre l’œil et admirer, cet art qui domine l’Espace public. Si bien qu’il s’y fond. Encore plus dur pour un artiste qui doit se contenter de contempler, à la limite esquisser la reproduction des œuvres parisiennes sur un bout de papier ou de tissu, à chacun sa méthode ! Mais celle qui définit notre artiste Ugo Schiavi est des plus saisissantes et des moins conformistes. Je cite « le collage anachronique » comme l’artiste aime à le dire.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Nuit Blanche : Expression des Sciences de l’archéologie par l’art contemporain »

2018 ◊ performer les savoirs (journées)

Performer les savoirs / Performing knowledge

21 juin – 23 juin

L’artiste-chercheur et le chercheur-artiste dans les pratiques scéniques actuelles : étude d’un geste critique

Nous y interrogerons notamment l’émergence des artistes-chercheurs et des chercheurs-artistes dont les pratiques scéniques performent (avec, dans, à partir de, vers) du savoir.

  • Comment et pourquoi faire de la connaissance et de la recherche des matériaux de création ?
  • Expert, bricoleur, artiste, chercheur, pédagogue : quelles sont les voies de recherche que défrichent et modélisent les artistes-chercheurs et les chercheurs-artistes d’aujourd’hui, figures en miroir mais non gémellaires ?
  • Quels gestes, dispositifs et modes opératoires inventent ou ressuscitent ceux et celles qui se livrent à ces hybridations entre élaboration théorique, expérimentation pratique et création artistique ?
  • Comment s’articulent recherche, création et pédagogie dans le spectacle vivant et au sein de l’université ?

informations pratiques

Ces trois journées-laboratoires, mêlant spectacles, keynotes, interventions critiques et workshops
Gratuits et ouverts à tous
Jeudi 21 juin, MSH Paris Nord, 14h – 19h30
Vendredi 22 juin, Centre Pompidou, 11h – 19h30
Samedi 23 juin, Théâtre de Nanterre, Amandiers, 9h30 – 21h

Programme complet et informations pratiques ici

2018 ◊ La Nuit Européenne des Musées (évènement)

Le 19 mai prochain dans différentes villes d’Europe aura lieu la 14ème édition de la Nuit européenne des Musées

Lors de cet évènement, de nombreux musées ouvriront gratuitement leurs portes en France et Europe, depuis la tombée de la nuit jusqu’à minuit. Plusieurs activités, ateliers et autres dispositifs seront alors mis en place, tels que des visites commentées, des parcours ludiques, des dégustations ou encore des spectacles vivants. Ceci permettra d’ouvrir cet évènement à un large public et amènera une expérience plus originale du musée, à la fois conviviale et ludique.

L’édition de 2017 avait mobilisé plus de 3800 musées dans trente pays européens, dont 1800 en France qui ont accueilli plus de 2 millions de visiteurs. Cet évènement a été créé en 2005 et attire depuis un public toujours plus nombreux, curieux et intéressé, notamment le jeune public, parfois assez récalcitrant.

Cette année, la Nuit européenne des Musées aura pour objectif de souligner la dimension européenne de l’histoire des arts et des collections et donc de créer des projets et des échanges transfrontaliers.

En France, de nombreux musées participent à la Nuit européenne des Musées, notamment Paris : le Musée du Louvre, le Musée des Arts Décoratifs, le Musée des Arts et Métiers ou encore le Museum d’Histoire Naturelle. Pour connaître la liste exacte et les programmes à venir, vous pouvez consulter ce site, ici.

Mais, Paris n’est pas la seule ville à faire vivre ce festival, ainsi le Quai des Savoirs, à Toulouse, y participera également pour la première fois. À Nantes, le musée Dobrée organisera également des animations et des ateliers.

Renseignez-vous, dans votre ville aussi, il devrait sûrement y avoir des musées qui participent à cet évènement !

Et si vous voulez en savoir plus sur les festival, le site officiel est .

Et le programme ville par ville est disponible à cette adresse !

2017 ◊ Festival Arts et Sciences (FACTS)

2ème édition du festival FACTS, du 14 au 24 Novembre à Bordeaux

Ce festival, organisé par l’université de Bordeaux, a pour but d’explorer et d’expérimenter les différentes facettes de la relation entre les arts et les sciences. La première édition ayant été fructueuse, l’université de Bordeaux a continué d’accueillir des artistes et des nouveaux projets mêlant des disciplines artistiques et scientifiques.

Pour cette nouvelle édition, le thème du mouvement a été choisi ; permettant de se questionner sur ce qui nous meut, nous émeut, met en mouvement nos pensées, nos idées ou encore notre corps. Les artistes et les chercheurs ont donc créés des projets ensemble. Des projets qui osent associer le théâtre et la neuroscience, la musique et la robotique, la danse et l’anthropologie et bien d’autres croisements insolites. La programmation sera donc riche en surprises, en spectacles vivants et en performances. Vous pourrez notamment participer à l’illumination de la façade du bâtiment A1 de l’université de Bordeaux : venez apprendre à programmer un “tetris” géant avec le projet Arbalet Frontage ! Les inscriptions sont encore ouvertes ici !

Quant au programme complet, il est disponible !

2017 ◊ Transhumain toi-même ! (captation théâtre)

La captation de la pièce “Transhumain toi-même !” jouée le 25 mars 2017 à la Cité des sciences et de l’industrie à la Villette est en ligne ici

Une nouvelle création est en cours de production dans le cadre de l’animation de l’Atelier collaboratif du théâtre des sciences (AcTs) et le Collectif Manu Shantri des auditeur.trice.s  des formations Cnam à la médiation et au design culturel des technosciences en société. Le thème porte cette année sur l’articulation des savoirs et connaissances sur le féminin et le masculin avec la question des rapports sociaux selon le sexe. Plus de détails bientôt …

2017 ◊ Binôme (théâtre)

1200x465-binome_okokokBINôME – Théâtre
Jeudi 26 au samedi 28 janvier
Rencontre, Théâtre
Binôme est une série de spectacles issus de la rencontre entre des auteurs de théâtre et des scientifiques.

Jeudi 26 et vendredi 27 janvier / 15h et 19h30
Samedi 28 janvier / 17h et 20h / Scène – Tarif D

Projet initié en 2010 par Thibault Rossigneux, binôme est une série de spectacles issus de la rencontre entre des auteurs de théâtre et des scientifiques. Avec binôme le chercheur devient l’objet d’étude d’un auteur qui écrit une pièce d’une demi-heure librement inspirée de leur entretien. Le résultat est sensible, souvent drôle et nous offre un regard inhabituel sur la science et ceux qui la font.

1 binôme dure 1h20, 2 binômes 2h. Les sens des mots développe ce projet depuis 2010, il existe aujourd’hui 29 binômes. 3 à 5 binômes sont créés tous les ans au Festival d’Avignon. 10 seront présentés au Carreau du Temple. 10 rencontres entre auteurs et chercheurs, 10 textes originaux et 10 spectacles différents.

Détails ici

2015 ◊ la science de l’art : la mémoire à l’honneur (rencontre)

science memoireLe Collectif Culturel de l’Essonne organise sa sixième édition de «La Science de l’art». Une occasion de découvrir des œuvres autour de la thématique de « La mémoire ». 

La sixième édition de « La Science de l’art » commence ce mercredi 4 novembre et durera jusqu’au samedi 19 décembre. Soutenu par le Conseil Départemental de l’Essonne et la Région Ile-de-France, le Collectif Culture de l’Essonne propose une nouvelle édition de « La Science de l’art » avec comme thème cette année « La mémoire ». Le public pourra découvrir des œuvres dans 25 lieux du département par une série d’expositions. Continuer la lecture de « 2015 ◊ la science de l’art : la mémoire à l’honneur (rencontre) »

2015 ◊ Art Science et Experimenta (salon)

EXPERIMENTA-2015-©-PIERRE-JAYET-43_wBiennale Art Science et Experimenta : l’imaginaire au carrefour des arts et sciences

Cinquième édition pour Experimenta, le salon de toutes les rencontres Arts, Sciences, Technologies, et déjà huitième pour la Biennale Arts Sciences, Rencontres-I, cette année ! Manifestations qui se tenaient sur le site de la Maison Minatec (CEA) du 1er au 10 octobre 2015 de concert avec la Fête de la Science.
Au programme : des propositions innovantes évidemment mais surtout du concret, des œuvres et des projets appliqués dans le domaine de la recherche pure mais également des sciences sociales, avec une place toute particulière pour l’humain, la parole, le texte. Retour sur un événement pas comme les autres.

suite et détails ici

2015 ◊ l’Art et la Machine (exposition)

art_machine_affiche_300Exposition au Musée des confluences de Lyon

du 13 octobre 2015 au 24 janvier 2016

Indifférence ou inspiration ? Haine ou fascination ? À partir du 13 octobre 2015, le musée des Confluences vous invite à explorer les rapports ambigus qu’entretiennent l’art et la machine depuis longtemps. Du rêve d’un monde sauvé par la technique à son désenchantement, de la fascination de l’objet mécanique à la création de formes inédites, cette exposition captivera tous les amateurs d’art, amoureux de mécaniques et grands rêveurs. 

Avec l’industrialisation, dès le 18e siècle, la machine prend une part prépondérante dans le quotidien. Nouvel objet de travail, nouvel objet de technique et de vitesse, la machine, d’abord ignorée, fascine les artistes. L’évolution des techniques et l’innovation mécanique créent des objets d’élégance et de puissance, comme l’avion, la locomotive ou encore la voiture. A partir de ces nouveaux symboles de modernité, Monet, Léger, Duchamp, ou Tinguely élaborent des formes plastiques inédites et donnent naissance, parfois, à de vraies machines imaginaires.

L’exposition montre comment l’artiste s’est inspiré de la machine, puis comment il l’a transformé en objet de création – avec l’invention de la photographie et du cinéma – et enfin en objet d’art, en la manipulant et en la détournant de sa fonction première. Au fil du parcours et au fil du temps, à travers le regard de l’artiste et sa représentation de la société, une question se pose : est-ce encore une machine ou déjà une œuvre d’art ?

L’art et la machine rassemble sur 1 500 m², près de 200 œuvres issues de 70 musées européens et prêteurs privés.

2015 ◊ Saint-Gobain a 350 ans (patrimoine industriel)

affiche-saint-gobain_bdLe tour du monde des Pavillons “Sensations Futures”!

En 2015, Saint-Gobain fête ses 350 ans. À cette occasion, la plus ancienne entreprise du CAC 40 s’est lancé un défi: proposer une expérience sensorielle et artistique au grand public dans quatre grandes métropoles à travers le monde. Elle a donc imaginé quatre pavillons, baptisés “Sensations Futures*” qui mettent en scène sa capacité d’innovation et son expertise exceptionnelle en termes de matériaux, notamment de construction.

Après Shanghai en janvier, São Paulo en avril, et Philadelphie en mai, ces pavillons seront à Paris, du 15 au 31 octobre, place de la Concorde. Ils sont ouverts à tous, gratuitement, tous les jours de 10h à 18h (22h le samedi, 20h le dimanche).

Plus de détails ici

CURIOSITas INSIDE

Dimanche 27 septembre 2015, 19h.

Coucher de soleil illuminant le domaine du CNRS (Centre National de Recherche Scientifique) de Gif-sur-Yvette lors des derniers moments du premier temps fort du festival CURIOSITas. Sentiments partagés… La satisfaction de l’énorme travail accompli par tous les acteurs du festival (organisateurs, artistes, scientifiques, médiateurs, etc.) se mélange à une nostalgie grandissante que l’acte soit déjà consommé.

Imagine your cells - Ondine Lefebvre, Institut Villebon Georges Charpak – ParisTech, Université Paris Descartes, Université Paris-Sud, Université Paris- Saclay - festival CURIOSITas édition 2015 - CNRS Gif-sur-Yvette.
Imagine your cells – Ondine Lefebvre, Institut Villebon Georges Charpak – ParisTech, Université Paris Descartes, Université Paris-Sud, Université Paris-Saclay – festival CURIOSITas édition 2015 – CNRS Gif-sur-Yvette.

Continuer la lecture de « CURIOSITas INSIDE »

2015 ◊ les Rencontres des Gobelins (conférences)

rencontre des gobelinsles Rencontres des Gobelins septembre-octobre 2015 de 18h à 20h.

Dédiées à un large public, les Rencontres des Gobelins sont des rendez-vous hebdomadaires, le mardi à 18h, durant lesquels se partagent les connaissances relatives à l’histoire de l’art et aux activités du Mobilier national et des manufactures nationales: tapisseries des Gobelins et de Beauvais, tapis de la Savonnerie et dentelles du Puy et d’Alençon. Pour ce cycle, trois pistes sont explorées: une pratique, une esthétique et un métier.

Rencontre 1
Luxe, style et volupté. Les collections patrimoniales au service de la création
Sous la direction scientifique de Marc Bayard, Charlotte Chastel-Rousseau et Christophe Henry

Le patrimoine d’une entreprise est constitué d’archives, d’objets réalisés et, de façon plus immatérielle, de savoir-faire. Chaque entité puise dans cette mémoire avec des objectifs et des procédés différents. Ce cycle des Rencontres des Gobelins montre comment, dans certains secteurs d’activité, la mémoire de l’entreprise est réactivée afin d’inscrire ses réalisations dans les problématiques du contemporain. En s’appuyant sur une documentation historique, cette réactivation s’incarne dans les gestes des savoir-faire, déterminant ainsi une synergie fructueuse entre patrimoine et création. Le luxe est envisagé dans un processus du temps, dans le rapport à la mémoire des matériaux, des fonctionnalités et des savoir-faire et aux plaisirs que ceux-ci procurent.

Mardi 29 septembre : Le luxe et ses histoires, avec :

  • Miriam Schefzyk (Université de Münster) :Archéologie de la marque. L’estampille selon Risener, Carlin et Weisweiler
  • Christophe Rioux (ISC Paris, Directeur Pôle Art, Luxe et Industries créatives) : Storytelling : le luxe se raconte

… la suite ici

2015 ◊ Curiositas (festival)

2015-08-26_195823Un festival qui vous fait découvrir des créations inédites nées de la rencontre entre scientifiques et artistes !

CURIOSITas, le rendez-vous Arts & Sciences du Campus Paris-Saclay !

Le festival CURIOSITas propose au public de découvrir des œuvres réalisées en collaboration entre des artistes et des scientifiques : installations interactives, spectacles, performances, ateliers et débats vous attendent ! Cet évènement est itinérant au sein des différents campus de l’Université Paris-Saclay, qui regroupe 19 établissements de recherche et d’enseignement supérieur.

Cet évènement s’adresse à tous : familles et enfants, jeunes et étudiants, scientifiques, artistes, curieux de l’Essonne, de Paris ou d’ailleurs et tous ceux qui ont envie de découvrir ces projets originaux qui repoussent les frontières de l’art et de la science.

Il y en aura pour tous les gouts, au niveau artistique : théâtre, installations multimédia et interactives,  danse, exposition photo, performances, art plastique… tant qu’au niveau scientifique : Lumière, droit, interaction homme-machine, agronomie, mécanique des fluides, environnement, acoustique, chimie culinaire, comportement alimentaire, biologie, mathématiques…

L’intégralité du festival CURIOSITas est gratuit et se fait sur entrée libre, dans la limite des places disponibles. [accès à la majorité des projets possible pour les personnes à mobilité réduite, si c’est votre cas, merci de nous indiquer par mail approximativement l’horaire de votre venue, pour que nous puissions prendre les mesures nécessaires]

Tous les détails ici

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search