2014 ■ Zone sur écoute (street art)

oreille_butteauxcaille_orange
Photo d’une des oreilles (zone sur écoute) du duo d’artistes: Urban Solid prise dans le quartier de la Butte-aux-Cailles à Paris au printemps 2014. Ici cliché en provenance de instagram : http://tofo.me/p/757727916227554552_1405067298
– “Mur, que vous avez de grandes oreilles !”
– “C’est pour mieux vous entendre …”

(par Corinne Burlaud, Cnam Paris, 2015)

Cette « maxi-oreille » d’un orange vif et sa légende « zone sur écoute », collées sur une façade d’un immeuble du quartier de la Butte-aux-Cailles à Paris, ont été prises en photo au printemps 2014. Véritable appendice sortant littéralement du mur, cette sculpture envahit de façon irrévérencieuse l’espace public ouvrant un dialogue inattendu avec les passants.

Déambulant dans une métropole comme Paris, qui n’est pas déjà tombé sur un tag, un graffiti, un pochoir, un collage etc. ? Cette forme d’expression culturelle, le Street Art, ne date en effet pas d’hier. Son émergence remonte en France au milieu des années 1960. Ernest Pignon-Ernest installe alors un parcours de pochoirs sur le plateau d’Albion (Vaucluse) afin d’alerter les citoyens de l’installation de la force de frappe atomique sur leur territoire : une performance artistique assurément militante face au déploiement de la technologie nucléaire. Depuis, le Street Art s’est répandu et diversifié, tant sur la forme que sur le fond : les possibilités sont infinies. Même si certains artistes renommés s’exposent au musée ou en galerie, le Street Art s’exprime avant tout dans les rues ! Ces artistes, honnis ou admirés, investissent la plupart du temps l’espace public en toute illégalité. En France, les tags, les graffitis et autres inscriptions non autorisées sont considérés comme des actes de vandalisme. Les peines encourues peuvent être des amendes s’élevant jusqu’à 4000 euros et des travaux d’intérêt général. Certes pratiquer le Street art est une transgression, mais il permet à l’artiste de faire de la rue un musée « à ciel ouvert », de s’adresser directement au passant : « Monsieur tout le monde ». Continuer la lecture de « 2014 ■ Zone sur écoute (street art) »

2014 ♦ Interstellar (film)

Capture d’écran – La planète Miller en orbite autour du trou noir Gargantua dans le film Interstellar

illustration de la relativité temporelle

[par Tristan NOEL, Certificat Cnam Nantes]

Interstellar est un film de Christopher Nolan, sorti en novembre 2014. Cette fresque spatiale de près de 3h s’attaque à de grandes thématiques scientifiques, notamment aux trous noirs et à la relativité du temps. Ce qui va nous intéresser ici est une séquence particulière du long-métrage, qui se déroule sur la planète Miller, du nom d’un astronaute qui avait pour mission d’observer si cette planète était potentiellement habitable. En effet, petit rappel des faits, Interstellar se déroule dans un avenir où il n’est déjà plus question de sauver la Terre, mais bien de se trouver une nouvelle planète d’accueil, sans quoi l’Humanité pourrait disparaître. Continuer la lecture de « 2014 ♦ Interstellar (film) »

2014 ♦ Fondation Louis-Vuitton (affiche)

Anonyme, Affiche publicitaire annonçant l’ouverture de la Fondation Louis Vuitton – Architecture illustrée : œuvre de Frank Gehry, 2014.

la création est un voyage

[par Agathe ALBI, Licence Cnam Paris]

Cette affiche publicitaire largement diffusée à Paris en 2014 annonçait l’ouverture prochaine de la Fondation Louis Vuitton, une fondation d’entreprise créée en 2006 à l’initiative de Bernard Arnault, président et directeur général du groupe de luxe français LVMH. Son projet officiel : une mission d’intérêt général, une œuvre philanthropique qui offrirait au grand public la possibilité d’avoir accès à des œuvres d’art moderne et contemporain bien au-delà de leur budget, à travers des collections permanentes, des expositions temporaires et diverses manifestations. Son but officiel : promouvoir la création contemporaine et favoriser son dialogue avec le public. Continuer la lecture de « 2014 ♦ Fondation Louis-Vuitton (affiche) »

2014 ♦ Albert Einstein (figurine)

Le designer Chris Collicott a conçu une figurine solaire d’Einstein capable d’animer nos étagères, nos méditations et nos zygomatiques.

Des photons dans la tête : Einstein solaire, icône du génie ou de la folie ?

(par Delphine BLANCHARD, Cnam Magister 2018)

Au dernier étage des Galeries Lafayette de Paris Haussmann, entourée de dizaines de Reines d’Angleterre miniatures, une petite statue d’Albert Einstein (1879-1955) propage sa réflexion. A priori.

Commercialisée par Kikkerland, une société américaine fondée par le hollandais Jan van der Lande, la « Einstein Solar Figurine » est emblématique de la marque. Depuis sa sortie en 2014, elle connaît un succès conséquent dans les rayons gadgets et objets scientifiques de ses revendeurs internationaux. Le fabricant lui a même dédié une vidéo officielle tourbillonnante sur YouTube, sous le slogan « Why don’t you just use your head ? » (« Pourquoi n’utilisez-vous pas simplement votre tête ? »). Les commentaires en sont cependant désactivés, allez savoir pourquoi… Continuer la lecture de « 2014 ♦ Albert Einstein (figurine) »

2014 ■ MecanHumanimal de Enki Bilal au Musée des arts et métiers (exposition)

Quand la culture technique et l’art populaire se rencontrent

Affiche officielle de l’exposition Mécanhumanimal proposée par Enki Bilal et le Musée des arts et métiers à Paris.
Affiche officielle de l’exposition Mécanhumanimal proposée par Enki Bilal et le Musée des arts et métiers à Paris.

Situé au cœur de Paris, le Musée des Arts et Métiers est le temple national de l’histoire des techniques. Ses collections témoignent du génie technicien au travers de l’exposition d’œuvres d’art associées à la plus haute culture matérielle. Par le seul fait muséal, ces objets ont une valeur historique et esthétique, matérialisent la grande Culture des arts de la technique. Le cadre monumental, comme le mode d’exposition des objets – c’est-à-dire donnés à voir pour eux-mêmes, renseignés à minima et figés derrière leurs vitrines – confirment leur condition d’œuvres plus proches des arts traditionnels que de la culture populaire.

L’exposition MécanHumAnimal rompt avec les usages qui consistent à se conformer aux canons de la culture classique et des beaux-arts. Contredit-elle pour autant la revendication de faire entrer en culture sciences et techniques ? Le temps de l’exposition, les objets du Musée quittent leur précieux mode d’exposition pour rencontrer une culture populaire cultivant la distance avec la culture scientifique et technique telle que pensée et pratiquée par ses prescripteurs officiels.

Continuer la lecture de « 2014 ■ MecanHumanimal de Enki Bilal au Musée des arts et métiers (exposition) »

2013 ■ MecanHumanimal de Enki Bilal au Musée des arts et métiers

Affiche officielle de l’exposition Mécanhumanimal proposée par Enki Bilal et le Musée des arts et métiers à Paris.
Affiche de l’exposition Mécanhumanimal proposée par Enki Bilal et le Musée des arts et métiers à Paris.

Quand la culture technique et l’art populaire se rencontrent

(par les auditeurs de la promotion 2013-2014 de la licence professionnelle “Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Paris novembre 2013)

Situé au cœur de Paris, le Musée des Arts et Métiers est le temple national de l’histoire des techniques. Ses collections témoignent du génie technicien au travers de l’exposition d’œuvres d’art associées à la plus haute culture matérielle. Par le seul fait muséal, ces objets ont une valeur historique et esthétique, matérialisent la grande Culture des arts de la technique. Le cadre monumental, comme le mode d’exposition des objets – c’est-à-dire donnés à voir pour eux-mêmes, renseignés à minima et figés derrière leurs vitrines – confirment leur condition d’œuvres plus proches des arts traditionnels que de la culture populaire.

L’exposition MécanHumAnimal rompt avec les usages qui consistent à se conformer aux canons de la culture classique et des beaux-arts. Contredit-elle pour autant la revendication de faire entrer en culture sciences et techniques ? Le temps de l’exposition, les objets du Musée quittent leur précieux mode d’exposition pour rencontrer une culture populaire cultivant la distance avec la culture scientifique et technique telle que pensée et pratiquée par ses prescripteurs officiels.

Continuer la lecture de « 2013 ■ MecanHumanimal de Enki Bilal au Musée des arts et métiers »

2013 ■ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration)

T-shirt Rachel Ignotofsky
T-shirt portant le modèle de Marie Curie, par l’illustratrice Rachel Ignotofsky
S´habiller en science

(par Jara Blanco Aguilar , Licence médiation culturelle des sciences et techniques, Toulouse, 2015)

Marie Curie n’aurait surement pu s´imaginer qu´elle deviendrait 80 ans après sa mort un modèle d’illustration pour T-shirt de coton, porté sur les épaules de gens autour du monde. C’est ce qu’a pourtant fait l’illustratrice Rachel Ignotofsky.

Madame Sklodowska, puis Curie, a été la première d’une série d’illustration consacrée aux femmes de science, « women in science ». Marie Curie est non seulement la première femme nobélisée, mais aussi la seule à avoir été récompensée deux fois. Née en Pologne, elle arrive à Paris en 1891 et étudie à la Sorbonne. Quatre ans après elle se marie avec Pierre Curie. Avec lui, elle poursuit des travaux partant de la découverte « des rayons uraniques » par Henri Becquerel. Elle s’installe dans un laboratoire de fortune au rez-de-chaussée de l’École de physique et de chimie, et là, ils identifient deux nouveaux éléments chimiques : le radium et le polonium. Plus encore, ils mettent au jour le phénomène de la radioactivité. Grâce à ces découvertes, elle se voit attribuer deux prix Nobel. Le premier, en physique, en 1903 avec Becquerel et Pierre. Le deuxième en chimie, en 1911. Continuer la lecture de « 2013 ■ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration) »

2013 ♦ Gingerbread man (objet)

Dissected Gingerbread man – Jason Freeny (objet décoratif)

l’art de l’anatomie ludique

[par Caroline SINEAU, Certificat Cnam Paris]

Le bonhomme de pain d’épices est une figure délicieuse, traditionnelle et incontournable des hivers anglo-saxons et fêtes de fin d’année. Son apparition est estimée au XVIe siècle. En effet, les premiers bonshommes de pain d’épices connus auraient été servis à la cour de la reine Élisabeth I d’Angleterre (1533 – 1603) qui aimait beaucoup offrir à ses invités de marques des bonshommes à leur effigie. Il est, depuis, devenu un personnage récurrent des contes merveilleux. Il occupe une place de choix dans l’imaginaire collectif. On a récemment pu à ce titre le croiser au casting de la série des films d’animation mondialement célèbre « Shrek ». Continuer la lecture de « 2013 ♦ Gingerbread man (objet) »

2012 ♦ chroniques de plateterre (bande-dessinée)

Couverture en couleur de la bande-dessinée “Les chroniques de la plateterre. Le pendule de Foucault”, de Didier Convard, Eric Adam et Fred Vignaux, paru chez Glénat en 2012.

lire et non voir tourner la terre

[par Mohamed AOUBAID, Certificat Cnam Paris]

Dans un monde post-apocalytique, la redécouverte de la science… La jeune et impétueuse Kunnskap enrage : comme tous les autres habitants de la Plateterre, elle est obligée de se soumettre à la doctrine de la Voie, la religion en place. Dotée d’une intelligence supérieure, elle brûle de s’affranchir de cette domination oppressante et de permettre enfin à tous d’accéder aux connaissances scientifiques. Elle appartient à une communauté secrète de rebelles hérétiques qui recueille le précieux témoignage d’un voyageur. Celui-ci affirme qu’il existe une population ayant choisi de ne pas suivre la Voie, et dont les membres se nomment les Foucault. Ces derniers détiendraient de quoi faire tomber le clergé : la preuve irréfutable que la terre tourne Sur une planète Terre où l’humanité repart à zéro, cette bande dessinée nous emmène à un moment clé où l’audace d’une poignée d’hommes permettra à ses pairs de s’affranchir de l’obscurantisme. Continuer la lecture de « 2012 ♦ chroniques de plateterre (bande-dessinée) »

2007 ▪ « La Matrice de Babel » de Jean-Claude Meynard (art contemporain)

Babel
« La Matrice de Babel » – sérigraphie – 60 cm x 75 cm – 2007, par Jean-Claude Meynard

Entre la science et l’art, vers une nouvelle mythologie du monde

(par Lubica Gorcsosova, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques, Cnam)

En hiver 2013, deux autobus de la commune de Valbonne transportent, outre les passagers habituels, une gigantesque silhouette fantomatique représentant l’homme qui se redresse et dont l’image semble se multiplier en grandissant jusqu’à l’infini.

Il s’agit de l’installation de l’artiste Jean-Claude Meynard, achevant ainsi en mouvement son cycle des « Babels » qui décline en formes, matériaux et couleurs un seul et unique motif (celui-là même qui est visible sur les deux bus) – La Matrice de Babel ; conçue en 2007 d’abord sous la forme de simple lithographie en noir et blanc.

Continuer la lecture de « 2007 ▪ « La Matrice de Babel » de Jean-Claude Meynard (art contemporain) »

2004 ♦ les Becher (affiche)

Patrimoine industriel et / ou art contemporain ?

(par Julie DAVIET-DRAYE, Cnam Certificat 2018)

Lorsque le centre Pompidou organise une exposition, une immense affiche d’environ 3,5 x 2,5 m est tendue sur son bâtiment, dans la partie droite. Il organise en parallèle une opération de communication, avec des publicités dans les journaux, sur les réseaux sociaux, dans le métro etc. … Les citoyens de toute la France peuvent alors accéder à l’affiche et au(x) nom(s) des artistes exposé.e.s. Afin d’illustrer très fidèlement l’œuvre des Becher, dont le Centre Pompidou organise une grande rétrospective en 2004, il est décidé de mettre en image à la fois leur travail et leur manière de travailler. Les parisien.ne.s du quartier et plus largement les français.e.s découvrent cette image, qui est à la fois répétition du semblable sans être le même. Ces photographies représentent des chevalements de mines. La multiplication du même motif le rend peu à peu étrange, et l’on s’étonne de commencer à y voir comme des oiseaux fatigués, qui semblent enfoncer leur long bec dans le sol. La monotonie de cet étrange rassemblement est rompu par le sens des images : si les toboggans des chevalements sont situés vers la gauche sur la première et la troisième ligne, ils sont inversés sur la deuxième. Monotonie rompue mais tout en restant ordonnée. Continuer la lecture de « 2004 ♦ les Becher (affiche) »

1978 ▪ The man machine – Kraftwerk (musique)

kraftwerk_man_machine_1998_retail_cd-front[2]
The Man Machine – Kraftwerk, Germany 1978
 “We are the robots, we’re fonctionning automatic”

(par Fanny GIRAUDEAU, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes, 2015)

Kraftwerk est un groupe allemand de Düsseldorf fondé en 1970 par Ralf Hütter et Florian Schneider qui seront rejoint 5 ans plus tard par Wolfgang Flur et Karl Bartos. Alors que la vague hippie inonde le paysage culturel, et que les courants rock émergent, Kraftwerk se place rapidement à la marge en cherchant à exprimer des idées novatrices à travers des formes inédites et expérimentales. Kraftwerk est considéré comme un des groupes précurseurs de la musique électronique. Ils ont joué un rôle important dans son développement et sa popularisation et ont influencé de nombreux autres courants musicaux et artistes majeurs d’aujourd’hui. Malgré l’apparente rigidité et froideur de leur musique, Kraftwerk a su, tout au long de sa carrière doser une alliance entre musique électronique avant-gardiste, et musique populaire largement diffusée dans les clubs. Continuer la lecture de « 1978 ▪ The man machine – Kraftwerk (musique) »

1902 ♦ Auguste Comte (statue/cliché)

Photo d’auteur anonyme (1902) de l’inauguration de la Statue d’Auguste Comte

Les sciences s’élèvent à la spiritualité

(par Karine GUILLON, Cnam Certificat 2018)

Le document choisi est une photo de l’inauguration de la statue d’Auguste Comte.

L’idée d’élever le philosophe Auguste Comte, précurseur de la sociologie (1798-1857) aux yeux de tous, est lancée en 1898 par Pierre Laffitte, son successeur.

La statue en marbre est l’œuvre du sculpteur Injalbert et de l’architecte Lemaresquier.

Au centre, Juché sur son piédestal, la tête légèrement inclinée, le buste d’Auguste Comte semble saluer le parterre des personnalités françaises et étrangères venues lui rendre hommage. Parmi eux, des gens qui adhèrent vraisemblablement à sa philosophie. Continuer la lecture de « 1902 ♦ Auguste Comte (statue/cliché) »

1889 ♦ couple Lavoisier (tableau)

Jacques-Louis David, Portrait d’Antoine Lavoisier et de sa femme, 1788, huile sur toile, 260 x 195 cm, New York, Metropolitan Museum of Art.

Genre et sciences dans le portrait du couple Lavoisier par Jacques-Louis David

(par Julie PISKOR-IGNATOWICZ, Cnam Certificat 2018)

Ce tableau de Jacques-Louis David représente le chimiste Laurent-Antoine Lavoisier et son épouse et collaboratrice Marie-Anne Pierrette Paulze. Il est signé, en bas à gauche : L DAVID, PARISIIS ANNO, 1788. Comme Lavoisier dans son domaine, David est célèbre de son vivant et reconnu par ses pairs. Peintre du néoclassicisme, il devient le portraitiste de la haute société après son passage à l’Académie Royale où il obtient le prix de Rome, avant de se faire « peintre révolutionnaire ». Le tableau n’est pas présenté au Salon des artistes français de 1789 pour des raisons politiques. Il reste dans la famille de Marie-Anne Pierrette Paulze et n’est pas exposé pendant un siècle. Il est prêté par Etienne de Chazelles pour l’exposition universelle de Paris de 1889, date charnière à partir de laquelle il devient très célèbre. En 1924, il est acheté par Rockefeller pour l’institut Rockefeller pour la recherche médicale. Il est acquis par le Metropolitan Museum de New York en 1977. Il est donc largement montré, étudié et diffusé dans les médias depuis 129 ans. Continuer la lecture de « 1889 ♦ couple Lavoisier (tableau) »

1887 ♦ Charcot à la Salpêtrière (tableau)

Une leçon clinique à la Salpêtrière – Tableau d’André Brouillet (290 x 430 cm) représentant le Professeur Charcot pendant l’une de ses leçons sur l’hystérie

De l’art de mettre en scène la science

(par Christophe THOMAS, Cnam Certificat 2018)

« Une leçon clinique à la Salpêtrière » est une peinture d’André Brouillet réalisée en 1887 et exposée au Salon des artistes à Paris à partir du 1er Mai de cette même année. L’œuvre est ensuite achetée par l’Etat et attribuée au musée de Nice. De type réaliste, elle met en scène le professeur Charcot, célèbre neurologue français du XIXe siècle, lors de l’une de ses fameuses « Leçons », expériences médicales publiques qui sont peu à peu devenues un rendez-vous mondain incontournable dans le Paris des années 1880. Continuer la lecture de « 1887 ♦ Charcot à la Salpêtrière (tableau) »

1877 ♦ La gare Saint-Lazare (peinture)

Le progrès technique au XIXsiècle vu à travers l’œuvre impressionniste de Claude Monet, La Gare Saint-Lazare

(par Henri FRECHON, Licence professionnelle Cnam “Médiation culturelle des sciences et techniques en société”, mai 2014)

Étant l’un des fondateurs du mouvement impressionniste et considéré généralement comme un artiste peintre de paysages et portraits, Claude Monet, après plusieurs années à s’être intéressé à la campagne, s’attache aux paysages urbains. Il se veut un peintre de la vie moderne.

C’est pour cela qu’il présente en avril 1877, à la troisième exposition impressionniste, douze versions de La Gare Saint-Lazare. Il choisit le thème du progrès technique alors très en vogue parmi les artistes européens de l’époque, influencés par l’exemple de William Turner qui peint en 1844 Pluie, Vapeur et Vitesse – Le Grand Chemin de fer de l’Ouest. Émile Zola, également intéressé par le sujet, vient d’ailleurs pour écrire La Bête humaine s’inspirer à l’exposition de l’atmosphère que dégagent les tableaux.

Continuer la lecture de « 1877 ♦ La gare Saint-Lazare (peinture) »

1868 ■ Statue de Laënnec (sculpture)

Sur la place de Laënnec dans l’imaginaire collectif des quimpérois

(par Amandine Élodie FLEMIN, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, CNAM Nantes, juin 2014)

15 août 1868. C’est jour de fête nationale à Quimper. Dans l’effervescence ambiante, la cité armoricaine s’apprête à rendre hommage à l’un de ses plus illustres fils : René-Théophile-Hyacinthe Laënnec. Quatre ans plus tôt, à l’initiative de l’Association des médecins de France, le conseil municipal votait l’élévation d’un monument à son effigie. Le document choisi est une carte postale ancienne représentant la statue du docteur Laënnec. Ce support a fait office de formidable outil de valorisation scientifique à l’époque. Conservée aux Archives de Quimper, elle a été éditée par Anglaret en 1868, année de l’inauguration du monument. Amenée à circuler, elle a contribué à perpétuer la mémoire du médecin décédé à l’âge de quarante-cinq ans.  Né à Quimper le 17 février 1781, Laënnec descend d’une longue lignée de responsables politiques bretons. Parmi ces derniers figure son grand-père, Michel Alexandre, un ancien maire de la ville.  Orphelin de mère à six ans, son éducation est prise en charge par son oncle Guillaume. Auprès de celui-ci, Laënnec trouve sa vocation. Lui qui se rêvait marin, embrassera la profession de médecin.

Continuer la lecture de « 1868 ■ Statue de Laënnec (sculpture) »

1834 ■ La Recherche de l’Absolu

Extrait du livre d’Honoré de Balzac

“La recherche de l’Absolu” paru en 1834

L’homme est un matras. Ainsi, selon moi, l’idiot serait celui dont le cerveau contiendrait le moins de phosphore ou tout autre produit de l’électromagnétisme, le fou celui dont le cerveau en contiendrait trop, l’homme ordinaire celui qui en aurait peu, l’homme de génie celui dont la cervelle en serait saturée à un degré convenable.

L’homme constamment amoureux, le portefaix, le danseur, le grand mangeur, sont ceux qui déplaceraient la force résultante de leur appareil électrique. Ainsi, nos sentiments…

Continuer la lecture de « 1834 ■ La Recherche de l’Absolu »

1816 ♦ La Vénus Hottentote (moulage)

venus hottentote photo.ashx
Vénus Hottentote, photo de Pierre Petit, vers 1880, collection d’images du Muséum National d’Histoire Naturelle
La Vénus Hottentote : au nom de la science

(par Célia VAUTIER, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Ce cliché provient de la collection d’images du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), pris aux alentours de 1880 par Pierre Petit. Inscrit en bas de la photographie, on lit « Vénus Hottentote ». C’est le surnom de la femme qui est représentée ici. Voici l’œuvre de l’éminent scientifique Georges Cuvier. Il ne s’agit pas d’une simple sculpture créée par un artiste, mais d’un moulage en plâtre, réalisé en 1816, à partir du corps sans vie de cette hottentote. La statue sera exposée, accompagnée de son squelette, dans la salle d’anatomie comparée du MNHN. A partir de 1937, ils seront transférés dans le tout récent Musée de l’Homme jusqu’en 1976, d’abord dans la galerie d’anthropologie physique, puis étrangement, en 1974 dans la salle de préhistoire. Finalement retirés des galeries, ils seront stockés dans les réserves. Ils en ressortiront une dernière fois en 1994, à l’occasion d’une exposition sur la sculpture ethnographique au XIXème siècle, de la Vénus hottentote à la Tehura de Gauguin, au musée d’Orsay puis en Arles. Continuer la lecture de « 1816 ♦ La Vénus Hottentote (moulage) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search