Ariane 6 : Du russe Roscosmos à l’américain Amazon

Sanctionné économiquement en février 2022 par l’Europe du fait du conflit russo-ukrainien, Moscou, par la voix de Dmitri Rogozine, directeur de Roscosmos, a décidé de ne plus permettre l’exploitation de son lanceur Soyouz implanté au Centre Spatial Guyanais (CSG) à Kourou. Une alternative à cet arrêt catastrophique pour l’institution européenne spatiale semble avoir été trouvée : Amazon, nouveau partenaire.

Le Centre Spatial Guyanais, fer de lance technologique de l’Europe spatiale

Pour rivaliser avec la concurrence internationale et pour se développer techniquement, l’Agence Spatiale Européenne (ASE ou ESA) et l’Agence Spatiale Russe, Roscosmos s’étaient associées en 2002. En effet, le lancement-test concluant du lanceur Soyouz depuis la Guyane, le 21 octobre 2001, avait permis d’envoyer dans l’espace les deux premiers satellites européens Galiléo IOV (In Orbit Validation) à la constellation(1) spatiale dédiée. L’entente avec Moscou, complétant alors l’offre de services de l’ASE, a été actée.

Arianespace SAS est la société française créée pour commercialiser et exploiter les systèmes des lanceurs civils européens : Ariane 5, Soyouz, Véga et prochainement Ariane 6 et Véga C. Elle planifie la mise en orbite des satellites destinés à l’internet de haut débit.

L’ASE et Arianespace SAS en panne de moteurs

Soyouz permettait à la France de rivaliser avec les lanceurs américains de SpaceX, dont le Falcon 9. Il assurait les lancements annuels des quatre « fusées » des institutions européennes ainsi que ceux d’autres clients. Soyouz était l’engin le plus adapté pour ces voyages en orbite basse, soit environ à 600 km d’altitude au-dessus de la Terre (l’équivalent de 2000 Tour Eiffel superposées). Pour assurer ces prestations, Arianespace SAS exploitait le lanceur Soyouz. Avec le conflit russo-ukrainien, ces lancements étaient bloqués.

Les clients des satellites Galiléo, Oneweb(2) et autres européens auraient-ils patienter ?

Coup de théâtre : la plus grande acquisition commerciale de lanceurs de l’histoiredixit Amazon

Désormais les clients peuvent retrouver une place sur le carnet de commande d’Arianespace SAS, aujourd’hui réactivé. En effet, le 5 avril 2022, un nouveau partenariat avec le géant américain de la vente en ligne, Amazon, assure au nouveau lanceur Ariane 6 d’effectuer 18 tirs au lieu des 11 prévus. « Un grand moment dans l’histoire » de la société selon son président exécutif, Stéphane Israël.

« La fourniture de services de lancement de charges lourdes dans le cadre du Projet de la constellation Kuiper » désormais financé par Amazon permettra à l’ASE de mettre en orbite 35 satellites par lancement avec une prévision de 6 tirs par an pendant trois ans.

Amazon, qui diversifie largement le champ de ses activités économiques, a prévu de positionner pas moins de 3236 satellites en 5 ans.

L’aura d’Amazon

Toutefois, Amazon est accusé par des ONG, des députés français et européens, d’évasion fiscale. Par ailleurs, Attac, les Amis de la Terre, Droit au Logement et l’Union Syndicale Solidaire accusent la société américaine d’avoir un impact désastreux sur l’environnement et d’infliger des conditions de travail déplorables à ses salarié.e.s. Le ministère de la Culture et le Syndicat de la Librairie française pointent également Amazon du doigt pour ses pratiques commerciales agressives. Toutes ces accusations ne semblent pas freiner la France et l’Europe dans leur volonté de s’associer avec le géant américain.

La pollution terrestre sera-t-elle reproduite dans l’espace malgré la catastrophe climatique à nos portes ? La volonté de conquête spatiale européenne(3) mettra-t-elle un voile sur ces enjeux ? Peut-on convenir aussi aisément d’une telle collaboration sans entendre les palpitations de la planète ?

Et si le désaccord géopolitique franco-russe avait signé la première guerre … spatiale ?

P. Nathalie DESIREE

 

(1) Zone formée par l’agglutination de satellites mis en orbite

(2) ex WorldVu, mégaconstellation de 650 satellites de télécommunication de 150 kilo circulant sur une orbite basse permettant l’accès à l’internet à haut débit dans les régions mal desservies par les liaisons terrestres. Elle devrait atteindre 6372 satellites selon l’étude en cours

(3) consulter l’article “Algérie et Guyane : Spots de l’histoire du Spatial français” sur   https://lamediacuscitech.wixsite.com/gwankarayib-e-sud/post/algerie-et-guyane-spots-de-l-histoire-du-spatial-francais

 

Sources :

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/acces-espace-conflit-ukraine-russie-suspend-utilisation-soyouz-depuis-kourou-marque-point-97007/

https://www.sciencesetavenir.fr/espace/internet-spatial-contrats-geants-d-amazon-avec-trois-lanceurs-dont-ariane-6_162701

 

Vénus, l’enquête continue !

 

En septembre dernier une équipe d’astronomes annonçait la découverte de phosphine (un gaz
marqueur d’activité bactérienne) sur Vénus. La nouvelle crée immédiatement un Buzz international. Mais pour les scientifiques, le débat ne fait que commencer. Plongée dans les rouages de la controverse scientifique.

De la vie sur Vénus ?


La nouvelle tombe le 14 septembre 2020. Une équipe d’astrophysiciens de l’université de
Cambridge au Royaume-Uni mené par Jane Greaves publie un article intitulé : « du gaz
Phosphine dans les nuages de Vénus ». La phosphine (PH 3 ) est un gaz bien connu sur
terre. Il est produit quasiment uniquement par des bactéries. La phosphine est donc un
marqueur biologique, signe indirect, mais sérieux d’une possible activité vivante sur
Vénus. Le monde académique accueille la nouvelle avec prudence, mais la parution de
l’article dans Nature Astronomy, une revue scientifique d’excellence, est prise très au
sérieux.


La phosphine, un gaz difficile à saisir.


Toute la question réside là. A-t-on réellement observé de la phosphine dans l’atmosphère
vénusienne ? Pour détecter ce gaz, les astronomes utilisent la spectrométrie. Chaque Gaz
présent dans l’atmosphère absorbe une partie de la lumière qui la traverse. En observant quelle partie de la lumière est retenue par le ciel les astronomes en déduisent les gaz qui
le composent. Il faut alors identifier comment la phosphine absorbe la lumière pour
observer si cette « empreinte » est présente dans les images prises de Vénus. Jane Greaves a mené deux séries d’observations. La première en juin 2017 avec le télescope JCMT (Hawaï) ou elle trouve une empreinte d’absorption qui correspond à la phosphine. La seconde est programmée sur le télescope ALMA au Chili. En mars 2019 le signal est une nouvelle fois confirmé. L’équipe évalue la concentration du gaz dans l’atmosphère : 20ppb (molécules par milliard). C’est infime, mais déjà trop pour une atmosphère comme celle de Vénus. L’équipe publie ses résultats dans « Nature Astronomy » le 14 septembre 2020.

À gauche L’empreinte de la phosphine est bien visible sur ce graphique issu des données d’ALMA. On y lit verticalement l’intensité de l’absorption lumineuse après la correction due à la vitesse de déplacement de venues par rapport au télescope (en horizontale) À droite: La même chose avec la détection aux niveaux polaire (noir) « mid-latitude » bleue et équatoriale (rouge)

 

La controverse, un moteur pour la science.


La qualité d’une publication scientifique est définie par plusieurs critères. Le plus important
est celui du « peer review » (évaluation par les pairs). Un journal scientifique qui reçoit un
article le fait relire par d’autres experts du domaine. Ces experts sont des scientifiques non
auteurs du papier, ne travaillant pas dans le même laboratoire que les auteurs et n’ayant
pas de conflit d’intérêts au niveau du sujet abordé. Ils ont pour mission d’identifier
d’éventuelles erreurs ou imprécisions et d’évaluer l’article qui leur est soumis par l’éditeur.
Ce procédé garantit le sérieux et la rigueur méthodologique de l’article. C’est à ces
conditions que le débat scientifique peut se tenir. La saga de la phosphine est une
démonstration de ce mécanisme parfois lent, mais garant de qualité.

Après la parution de l’article dans Nature, c’est l’effervescence dans les universités
du monde entier. Les astronomes étudient les données publiées et parcourent leurs
propres données issues d’anciennes observations de télescopes ou de sondes spatiales
pour recouper et comparer les données. En octobre 2020 une équipe de la NASA publie
une première réanalyse. Les auteurs adressent plusieurs problèmes dans les mesures.
Pour l’observation de JCMT, ils indiquent que l’empreinte de phosphine constatée par spectrographie peut s’expliquer par la présence de dioxyde de soufre (SO 2 ), un gaz qui a
les mêmes propriétés lumineuses que la phosphine dans certaines conditions. Pour les
données d’ALMA, ils identifient des problèmes de calibration de l’appareil qui invalident
une partie des observations. Selon eux on ne peut pas conclure à la détection de
phosphine sur Vénus. Quelques semaines plus tard, Jane Greaves répond par article
interposé. Elle rejette le premier argument : pour que la détection de Phosphine soit
confondue avec celle de dioxyde de souffre il en faudrait une concentration « aberrante »
dans l’atmosphère. Par ailleurs, elle reconnaît l’argument qui concerne la calibration
d’ALMA. Ce qui ne disqualifie pas la mesure, mais oblige l’équipe à revoir son estimation
initiale à la baisse. On passe de 20ppb à 8ppb. Une concentration bien moindre.
D’autres approches sont également utilisées. Une équipe de l’University of
Hertfordshire (UK) analyse les outils mathématiques et statistiques utilisés par Jane
Greaves. Selon eux les algorithmes utilisés provoquent des imprécisions qui rendent le
résultat non significatif. Cette analyse pousse une nouvelle fois Jane Greaves à publier un
article décortiquant les méthodes mathématiques utilisées et la cohérence des résultats
obtenus. Une équipe de l’Observatoire de Paris apporte également sa pierre à l’édifice. Ils
étudient depuis 2012 différents aspects de l’atmosphère de Vénus. Selon eux les
conditions atmosphériques et la concentration de dioxyde de soufre limitent fortement la
probabilité de trouver des concentrations importantes de phosphine.


Depuis la publication initiale, les analyses et publications se multiplient. Confirmant ou
infirmant l’hypothèse de détection de phosphine sur Vénus. Les chercheurs corrigent,
affinent, réfutent et argumentent autour de ces nouvelles observations. Ce va-et-vient
entre les chercheurs est une vrai stimulation pour la recherche. Cette recrudescence
d’activité autour de Vénus crée également l’intérêt chez les agences spatiales qui
pourraient financer de nouvelles missions vers Vénus, délaissée jusqu’alors en faveur de
Mars depuis de nombreuses années. En attendant, l’enquête continue !

 

Sources :
14 sept 2020 : Phosphine Gas in the Cloud Decks of Venus – Jane S.Greaves et al
https://arxiv.org/abs/2009.06593
10 Dec 2020 : On The Robustness of Phosphine Signatures in Venus’ Clouds – Jane S.
Greaves et al : https://arxiv.org/abs/2012.05844
27 sept 2020 : Is Phosphine in the Mass Spectra from Venus’ Clouds? – Rakesh Mogul et
al
https://arxiv.org/abs/2009.12758
28 oct 2020 : The statistical reliability of 267 GHz JCMT observations of Venus: No
significant evidence for phosphine absorption – M.A. Thompson
https://arxiv.org/abs/2010.15188
19 oct 2020 : Re-analysis of the 267-GHz ALMA observations of Venus: No statistically
significant detection of phosphine – I.A.G. Snellen et al
https://arxiv.org/abs/2010.09761v2
16 nov 2020 : Re-analysis of Phosphine in Venus’ Clouds – Jane S. Greaves et al
https://arxiv.org/abs/2011.08176
décembre 2020 Science et vie N°1239 « De la vie sur Vénus ? »- B.R

2021 ◊ Dans la combi de Thomas Pesquet, Marion Montaigne

La bande dessinée peut être un formidable outil de vulgarisation scientifique. Marion Montaigne a réussi le pari en 2017 en publiant Dans la combi de Thomas Pesquet peu de temps après le retour sur terre de l’astronaute. Elle nous fait entrer dans son quotidien sur le ton de l’humour, nous raconte les coulisses du métier et donne à voir un autre visage de l’astronaute très médiatisé. La BD et ses 200 pages se lisent bien. On sourit, on apprend. Et c’est là sa force. Un ton léger et un propos qui vient démystifier un métier réservé à une certaine élite. Petit déjà, Thomas Pesquet rêvait d’espace. Il suit un cursus scientifique, obtient un diplôme d’ingénieur et fini pilote chez Air France. Mais ce n’était pas tout à fait ça, son rêve. Alors quand l’occasion se présente, il intègre le processus de sélection de l’Agence
Spatiale Européenne. Les différentes épreuves, toutes plus complexes les unes que les autres, sont dévoilées dans la BD et on se rend à l’évidence, oui ce métier n’est pas pour tout le monde. Il faut une volonté sans faille et faire preuve d’une abnégation totale puisque la sélection, ce n’est que le début …


Rescapé des quelques 5 000 candidats, le futur astronaute intègre le centre d’entraînement des astronautes. Pourtant il lui faudra encore attendre 5 ans pour s’envoler pour la première fois dans l’espace. Ces années de préparation sont décortiquées de long
en large et donne un aperçu de ce qu’est la vie d’astronaute, loin de l’imaginaire collectif.
Les plannings sont surchargés. Entraînements physiques et cours théoriques s’enchaînent
à un rythme effréné. Les astronautes doivent tout savoir. Connaître sur le bout des doigts la
notice de chaque équipement présent dans la station spatiale internationale. Et comme son
nom l’indique, c’est une station dans laquelle cohabite plusieurs nationalités. Les
astronautes partagent donc leur temps entre les différentes agences (russe, américaine,
canadienne, japonaise et européenne). Ils doivent connaître le matériel et les notices de
chaque agence, et dans la langue du pays ! Outre l’apprentissage théorique, ce qui impressionne dans cette BD, c’est l’entraînement physique auquel ils sont soumis. Au fil des pages, on découvre les nombreux équipements de préparation : les centrifugeuses, les piscines d’entraînement, les simulateurs de soyouz … Tous sont schématisés, expliqués. Ces notions complexes deviennent alors accessibles. L’utilisation de comparaisons plutôt inattendues mais finalement très parlantes, comme celle d’un poivrier pour représenter un soyouz, s’avèrent redoutablement efficaces. Les ajustements concernant la vie quotidienne pour faire face à l’impesanteur sont eux aussi explicités. Et l’auteure n’oublie aucun détails, ce qui donne lieu à des passages assez comiques. En somme, cette bande dessinée est un vrai plaisir à lire et une réussite en terme de vulgarisation scientifique. Toutes les facettes du métier d’astronaute sont explorées, des notions les plus complexes aux éléments de la vie quotidienne les plus anodins. Elle est accessible à tous et gagne facilement son public grâce à son ton humoristique et décomplexé. Véritable succès de librairie, elle s’avère être une porte d’entrée séduisante pour aborder le monde de l’aérospatial aux côtés de son représentant français.

 

Salomé Giron

2021 ◊ Terraforming Mars 

« Terraforming Mars » est un jeu de société paru en 2016, conçu pour 1 à 5 joueurs et créé par Jacob Fryxelius. Il est produit par Fryxgames et édité et traduit en France par Intrafin Games. L’auteur propose de faire l’expérience de la terraformation de Mars, c’est-à-dire rendre la planète Mars habitable pour l’être humain. Pour ce faire les joueurs devront faire évoluer 3 paramètres principaux : augmenter la température moyenne à la surface de -30C° à +8C , augmenter le niveau d’oxygène de 0 à 14% et créer de grandes quantités d’eau liquide à la surface. Les joueurs font évoluer ces paramètres via des « projets » qui ont la particularité d’être scientifiquement et techniquement vraisemblables. Un projet est une action de jeu, qui représente un dispositif technique et qui aura un impact significatif sur le climat de mars. Par exemple, le projet « grands réflecteurs solaires » permet de réchauffer l’atmosphère et d’augmenter la température moyenne. Le jeu compte plus de 300 projets différents. Continuer la lecture de « 2021 ◊ Terraforming Mars  »

2021 ◊ Un voyage spatial dans le métro parisien

Il y a 11 ans, le collectif de photographies émergentes Fetart, a créé le festival CIRCULATION(S), dédié à la photographie contemporaine en Europe. Les photographes retenus par le jury voient leurs œuvres diffusées à travers l’Europe et autre pays partenaires dans des expositions, projections et conférences. En France, c’est généralement  au CENTQUATRE-PARIS que le festival pose ses valises.

Continuer la lecture de « 2021 ◊ Un voyage spatial dans le métro parisien »

2021 ◊ Muse jette un froid dans l’univers du rock

 

Pochette de The 2nd Law, 6ème album de Muse

Comme pour tous leurs disques, MUSE trouve dans The 2nd Law une place pour parler de sciences. De la couverture représentant les connexions cérébrales modélisée par Human Connectome Project, jusqu’au titre qui se réfère à la seconde loi de la thermodynamique, leur sixième album est profondément inspiré par le concept d’entropie qui sera présent dans plusieurs titres. Parmi eux, Big Freeze est une ode à la mort thermique de l’univers, l’une des hypothèses proposées par les physiciens sur la façon dont notre univers pourrait se terminer, dans des millions d’années. Continuer la lecture de « 2021 ◊ Muse jette un froid dans l’univers du rock »

Lumières par Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu

Lumières par Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu, préface de Gérard Mourou, Paris, éditions EDP sciences, 2020.

 

  1. Leloup

 

 

Biographies de la lumière écrites à six mains, trois scientifiques nous font découvrir leur jardin secret.  Jean Audouze, astrophysicien et président d’honneur de la Commission française auprès de l’UNESCO ; Costel Subran, spécialiste des lasers et président de la Fédération française des sociétés scientifiques et Michel Menu, chef du département recherche et restauration des musées de France.

Trois jardiniers faisant pousser devant nos yeux les couleurs du visible et de l’invisible ?

 

Ni guide ni manuel, ce livre s’apparente au genre philosophique du dialogue, genre qui imite les discussions orales, afin de permettre aux lecteurs d’approfondir les domaines concernés. Richement illustré par une iconographie et des dessins variés, il donne envie d’en savoir plus.

D’emblée, la finalité de l’ouvrage est annoncée : « associer la science, la culture et la philosophie aux débats sur la lumière ».

Ces trois passeurs nous présentent trois aspects de la lumière : physique, technique et heuristique.

Et si, au fond la Lumière, source de vie, était le personnage central d’une odyssée de la science, des techniques et des arts ? Une allégorie de la Sagesse au XXIème siècle ?

Fiat lux … Dans la première section, « Lumières du ciel », Jean Audouze nous transporte dans le cosmos et les mystères de l’infiniment grand. Après avoir rappelé les principales caractéristiques de la lumière, il nous explique très clairement l’histoire de l’astronomie marquée par quatre étapes : l’invention des lunettes astronomiques au XVII ème siècle ; l’essor de la radio astronomie après 1945 ; les rayons X et gamma à partir des années 60 ; l’observation des ondes gravitationnelles, émises par la fusion de trous noirs en 2015.

 

Après l’infiniment grand, l’infiniment petit.

Dans la seconde section, « Lumière des lasers », Costel Subran nous montre combien la photonique est devenue la nouvelle science et technologie du XXIème siècle, tant ses applications sont devenues indispensables dans notre civilisation. Comme son ami Jean Audouze, il donne au lecteur des repères historiques très utiles pour comprendre l’essor de cette science récente. En effet, l’invention du laser date de 1960 et va avoir de multiples retombées, d’abord dans le domaine médical, puis dans tous les domaines de la vie quotidienne avec l’invention des codes- barres en 1974, des imprimantes lasers en 1975 ou la première LED bleue en 1994. Sans oublier les transports avec l’aéronautique ou les télécommunications.

Il en ressort que l’économie de la photonique est devenue mondiale. Sans lasers, adieu fibres optiques, éclairages intelligents, smartphones… et couleurs aveugles.

 

Dans la troisième et dernière section, « Lumière et art », Michel Menu rend hommage aux chercheurs qui nous permettent de mieux comprendre et mieux préserver notre patrimoine culturel. En particulier à l’anthropologue André Leroi-Gourhan et à son concept de « chaîne opératoire » « compris comme une syntaxe organisée d’actions, associant gestes, outils, connaissances ». (p.160) En bref, l’intelligence de la main !

 

Retour à la matière. L’œuvre d’art n’est pas une image « pure ». Elle est constituée de matériaux.  Essentielle pour élucider les énigmes de certaines toiles ou sculptures, la lumière permet d’étudier les constituants physico-chimiques des tableaux, de caractériser les couleurs, les procédés ou les remords. Elle fournit une méthodologie pour guider les restaurateurs, et tout simplement, l’œil.

 

En somme, cet ouvrage est comme un jardin à ciel ouvert où l’on a envie de contempler les étoiles, d’apprendre le langage des couleurs des planètes et des nébuleuses, de faire surgir des hologrammes avec des lasers…pour se sentir en osmose avec l’univers.

 

Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu relient sciences, techniques et art au service de notre bien-être, avec leur regard de passionnés. Et c’est cette passion qui illumine cet ouvrage, au moment où le télescope Hubble prend des clichés des limites extrêmes du cosmos.

 

 

1865 ■ De la terre à la lune (roman)

Résumer dans un roman les connaissances amassées par la science moderne

(par Christelle Barclay, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam, juin 2014)

Extrait du chapitre VII, l’hymne au boulet

— Oui, un obus, répondit Barbicane ; il le faut absolument; un boulet plein

 de cent huit pouces pèserait plus de deux cent mille livres, poids évidemment

 trop considérable ; cependant, comme il faut conserver une certaine stabilité au projectile,  je propose de lui donner un poids de cinq mille livres.

— Quelle sera donc l’épaisseur de ses parois ? demanda le major.

— Si nous suivons la proportion réglementaire, reprit Morgan, un diamètre de cent huit pouces exigera des parois de deux pieds au moins.

— Ce serait beaucoup trop, répondit Barbicane; remarquez-le bien, il ne s’agit pas ici d’un boulet destiné à percer des plaques ; il suffira donc de lui donner des parois assez fortes pour résister à la pression des gaz de la poudre. Voici donc le problème: quelle épaisseur doit avoir un obus en fonte de fer pour ne peser que vingt mille livres ? Notre habile calculateur, le brave Maston, va nous l’apprendre séance tenante.

— Rien n’est plus facile», répliqua l’honorable secrétaire du Comité. Continuer la lecture de « 1865 ■ De la terre à la lune (roman) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search