Le réchauffement climatique en France s’annonce 50% plus élevé que prévu

D’après de nouvelles projections climatiques, sans une baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre, la température moyenne de la France pourrait augmenter de 3,8°C à l’horizon 2100 par rapport au début du XXe siècle.  

Après les canicules, les sécheresses, les incendies et les orages de cet été, les dernières prévisions climatiques s’annoncent encore plus sombres que prévu pour l’Hexagone. Le réchauffement climatique en France pourrait être 50% plus élevé que ce que montraient les dernières prévisions publiées par Météo-France en 2021. C’est le résultat des dernières projections climatiques publiées dans la revue Earth System Dynamics le 4 octobre 2022 par une équipe du CNRS, du CERFACS (Centre Européen de Recherche et de Formation Avancée en Calcul Scientifique) et de Météo-France. 

Ces projections se basent sur un scénario intermédiaire, comme défini par le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Ce scénario intermédiaire envisage une trajectoire dans laquelle les tendances d’émissions de gaz à effet de serre (GES) actuelles se maintiennent. Ce qui semble le plus probable d’après les chercheurs. Dans ce cas, la température en France pourrait augmenter de 3,8°C en 2100 comparativement au début du XXe siècle. 

Une nouvelle méthodologie prometteuse 

Afin d’arriver à ces résultats, les chercheurs ont utilisé des modèles utilisés par le GIEC, qu’ils ont adapté à la France et pour lesquels ils ont utilisé une nouvelle méthodologie. Cette méthodologie présente une innovation majeure, consistant en l’utilisation de données climatiques observées sur le terrain pour contraindre les modèles. Pour cela les chercheurs se sont basés sur des données récoltées sur plus de 30 stations météorologiques en France. Les plus anciennes utilisées et considérées comme robustes datent de 1899. Les plus récentes datent de 2020. Ils comparent ensuite ces mesures de terrains, avec les résultats issus des modèles afin de les calibrer et diminuer les incertitudes. Lorsque les modèles reproduisent au mieux les tendances observées par les mesures, alors les chercheurs font des projections sur le futur. Ces projections suivent différents scénarios présentés par le GIEC, du plus optimiste au plus pessimiste.  

Un modèle à l’échelle de la France 

L’autre élément innovant de cette méthodologie est qu’elle permet de faire des projections climatiques à l’échelle de la France seulement. Contrairement, aux résultats du groupe d’experts du GIEC, simulant les projections climatiques à l’échelle de grandes régions comme le bassin méditerranéen ou l’Europe, cette méthodologie permet une réduction d’échelle dans les projections. Ce qui est une grande avancée. En effet, la prise de décision, la planification à l’adaptation climatique, ainsi que les politiques de prévention se font à une échelle locale et nationale. D’où l’importance de pouvoir avoir des projections à une échelle plus réduite.  

Des prévisions plus dramatiques que prévu 

Basé sur cette nouvelle méthodologie, les scientifiques ont tout d’abord montré que la température en France actuelle est supérieure de 1,66°C par rapport aux températures mesurées entre 1900 et 1930. D’après l’étude, 1,63°C degré serait à attribuer uniquement à l’activité humaine.  

L’analyse de données de températures plus précises entre 2010 et 2019, montre que sur cette courte période, la France se réchauffe de 0,1°C tous les 3 ans. Ce réchauffement est à imputer seulement à l’activité humaine. Ce qui de manière plus concrète aura pour conséquence, toujours à partir d’un scénario intermédiaire, une hausse des températures moyenne de 3,2°C en hiver et de 5,1°C en été à l’horizon 2100. L’hexagone connaîtra alors des étés avec des canicules quasi permanentes et les sécheresses seront plus longues de 5 à 10 jours. La neige aura quasiment disparu des régions de moyenne montagne, et dans le sud du massif alpin il neigera moins de 5 jours par an. 

Ces nouvelles prévisions sont encore plus dramatiques que les dernières prévues par Météo-France publiées en 2021. Cette dernière étude prévoyait alors une hausse des températures de 2,2°C dans un scénario intermédiaire et de 3.9°C dans un scénario pessimiste à l’horizon 2100. Ces nouvelles prévisions montrent que le scénario pessimiste correspond finalement à un scénario modéré, à l’échelle de la France.  

L’étude publiée dans la revue Earth System Dynamics, présente également différents scénarios possibles, en fonction du choix fait par nos sociétés. En considérant le scénario le plus optimiste, envisageant une évolution croissante vers des pratiques durables, alors l’augmentation de la température pourrait se limiter à 2,3 °C en 2100 par rapport au début du XXe siècle. En considérant le scénario le plus pessimiste, où nos sociétés continueraient à augmenter leurs émissions de GES, alors la température en France pourrait augmenter de 6,7°C en 2100. Des chiffres qui posent d’immenses défis d’adaptation et qui promettent des changements sévères dans l’agriculture, les écosystèmes et la société française.  

Ces projections sonnent comme un véritable cri d’alarme et montrent l’importance d’une action rapide des gouvernements si l’on veut limiter les impacts du changement climatique. Bien que, comme le soulignent les chercheurs, cette nouvelle méthodologie doit encore être validée par d’autres études dans le monde, il n’en reste pas moins que l’avenir climatique de la France s’annonce sombre. 

par Loïc DUCARME.

L’impossible débat public sur le nucléaire

Par Adélaïde Robault (promotion 2022)

centrale nucléaire
©Carol M. Highsmith

 

La décision de construire de nouvelles centrales, annoncée par Emmanuel Macron, s’est fait sans concertation préalable, au grand regret des opposants au nucléaire et des défenseurs de la démocratie participative. Mais un débat sur ce sujet est-il possible ?

 

Le président de la République ne s’est pas embarrassé de consulter l’Assemblée nationale ou les Français avant de dévoiler, le 9 novembre dernier, un plan de relance du nucléaire civil qui prévoit la construction d’une nouvelle génération de réacteurs, les SMR (small modular reactors, ou petits réacteurs modulaires). Aucun débat public sur la question n’est prévu à ce jour alors qu’il s’agit « d’un choix démocratique majeur engageant les générations futures » a relevé la Commission nationale du débat public (CNDP). Cette instance indépendante, dont la mission est justement d’organiser des débats publics sur des projets qui touchent à l’environnement, s’est poliment mais fermement exprimée sur le sujet dans son avis du 1 décembre 2021. Elle y déplore que « les annonces de la relance ont été formulées avant toute procédure de participation du public prévue par les conventions internationales, en particulier la convention d’Aarhus sur l’accès à l’information ; la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement, ainsi que l’article 7 de la Charte de l’environnement, de portée constitutionnelle ». En clair, l’exécutif ne respecte pas ses engagements nationaux et internationaux. « Dans tous les cas, la CNDP sera saisie projet par projet comme le prévoit le Code de l’environnement, précise sa présidente, Chantal Jouanno, mais la recommandation du 1 décembre demande un débat public sur la politique générale d’ensemble sur la place et le besoin du nucléaire dans la transition ». Sauf que rien n’oblige le gouvernement à aller dans ce sens et que toute possibilité de consultation citoyenne a tout bonnement été rayée du Plan de programmation pluriannuel sur l’énergie. Affaire réglée donc, dans le dos de la CNDP si on en croit sa présidente qui regrette d’avoir découvert ce tour de passe-passe a postériori.

 

« Chevelus », « khmers verts », les militants antinucléaires sont caricaturés par leurs adversaires

 

Quand bien même un débat public était envisagé, comment l’organiser de manière équilibré, dans de bonnes conditions avec un sujet clivant, technique, idéologique et parasité par de nombreux biais. Chez Sortir du nucléaire, une fédération de 895 associations, on ne veut pas discuter mais arrêter le nucléaire. Le plan de relance a « sonné » les militants. «  Il y a un défaitisme chez les anciens antinuc, c’est compliqué de leur demander de débattre du nucléaire civil, c’est une question qu’on aurait du poser il y a quarante ans mais c’est trop tard, témoigne Angélique Huguin, administratrice du réseau Sortir du nucléaire. Et comment débattre alors qu’on est de la génération « fée électricité », maintenant que toute la population est habituée à l’électricité et que la radioactivité reste invisible ? Comment être audible alors qu’on est caricaturés par certaines figure médiatiques comme Jean-Marc Jancovici, ou traités de gauchistes, de sectaires, de khmers verts ? comment se faire entendre ? voilà ce qui fausse le contexte et la possibilité de la discussion ». La bataille de la communication et de l’image fait rage. « Les youtubeurs qui vont voir l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) croient rencontrer des scientifiques, et nous on est que des chevelus » résume la militante. Sous entendu des hippies idéologues et non des experts dotés d’un argument d’autorité.

 

« Un débat national demande entre 1,8 à 2 millions d’euros au minimum »

 

En plus d’exiger un cadre neutre débarrassé des a priori idéologiques et des clichés véhiculés par les uns et les autres, la tenue d’un débat public dépend d’un paramètre essentiel : l’argent. Les associations savent qu’elles auront du mal à rivaliser avec les experts « en blouse blanche » et les industriels concernant les moyens de communication et la possibilité d’effectuer certaines recherches scientifiques pour nourrir les échanges. Quant à la CNDP, elle ne possède qu’un budget de fonctionnement et une équipe de 13 salariés. Le travail de terrain qu’elle effectue sous forme de rencontres, d’ateliers, avec les citoyens volontaires, sur des projets d’infrastructures qui touchent à l’environnement (implantations d’éoliennes, projets de transports,…), est financé par un fond spécial, abondé par les maitres d’ouvrage et les responsables de chaque projet concerné. L’Etat dans le cas du nucléaire. « Un débat national demande entre 1,8 à 2 millions d’euros au minimum. Il faudrait une campagne de communication énorme, acheter des espaces, car l’un des enjeux majeurs serait que tout le monde soit informé » précise Chantal Jouanno. Un investissement de taille pour répondre aussi à trois prérequis posés par la CNDP : la transparence de l’information, son accessibilité et sa compréhensibilité. L’information disponible sur le nucléaire répond-elle à ces exigences ? « Le sujet de la transparence est très clivant. On nous renvoie le secret défense ou industriel ce qui crée des tensions et est très mal vécu par le public comme on l’a vu lors du débat sur la centrale de Penly, en 2010, rapporte la présidente de la CNDP. Nous n’avons pas été confrontés à cette difficulté dans le débat sur le plan de gestion des déchets du fait que la Cour des comptes a beaucoup publié sur le nucléaire ». Concernant l’accessibilité de l’information, la CNDP rassemble les données de l’Etat, des associations et de la Cour des comptes. Quant à la compréhensibilité, elle commande des outils de communication (films, etc) pour faire de la pédagogie.

 

Entre bataille de l’image et de communication, enjeux industriels et militaires, débattre collectivement du nucléaire semble hypothétique et les choix politiques en la matière relever du domaine réservé de l’exécutif. A cela s’ajoute le calendrier de 2022 et l’élection présidentielle qui favorise d’avantage les tensions que la sérénité espérée pour confronter calmement les opinions divergentes. L’annonce de la relance de la filière a de facto propulsé le sujet dans la campagne et obligé les candidats à prendre position, ce qui peut être interprété comme une stratégie pour lancer le débat public sans impliquer l’État, lequel se contentera de regarder comment chaque camp s’affronte.

Jusqu’à quand l’Homme négligera-t-il les débris spatiaux ?

Alors que l’organisation de notre société nécessite le bon fonctionnement des satellites en activité, la prolifération des débris spatiaux le compromet.

En novembre 2021, par deux fois, les astronautes de la Station Spatiale Internationale (ISS) ont dû se protéger d’une éventuelle collision avec des débris : le 16, un satellite russe obsolète a explosé en de multiples fragments, suite à un tir de missile visant à le détruire. Les astronautes d l’ISS ont dû se mettre à l’abri pendant deux heures, prêts à quitter la station. Toujours pour éviter une collision, la semaine précédente, ils avaient dû ajuster leur altitude en raison du passage à proximité de débris d’un ancien satellite chinois. L’orbite basse dans laquelle évolue l’ISS est maintenant encombrée d’une quantité phénoménale d’objets spatiaux ; il s’agit essentiellement d’objets artificiels issus de l’exploitation spatial : à chaque lancement de satellite, les composants de la fusée se séparent et restent à tourner en orbite. A l’issue de sa période d’activité vient s’ajouter le satellite lui-même qui devient un débris spatial. Chaque fois que deux objets dérivant en orbite se percutent, ils se fragmentent et contribuent à la prolifération des débris. On estime que la part des satellites actifs représente seulement 7% des objets orbitaux parmi lesquels on compte 27 000 « grosses » pièces. L’orbite terrestre basse, la plus utile à notre vie quotidienne, s’encombre à un rythme exponentiel.

Quand les satellites jouent à la pétanque

En quoi la formation de cette véritable décharge orbitale représente-t-elle une menace pour l’Homme qui l’a créée ? Les risques sont de deux natures : la retombée d’objets sur Terre, et les conséquences des collisions en orbite.

Lorsqu’un objet spatial finit par quitter son orbite de départ, il peut d’abord adopter une orbite inférieure, puis, à terme, il traverse l’atmosphère terrestre et se désagrège en brûlant à son contact. En fonction de son poids, de sa taille, de l’épaisseur de l’atmosphère ce jour-là, cet objet est entièrement désintégré, ou pas : il peut alors tomber au sol, de façon aléatoire, n’importe où. Les plus gros objets orbitaux sont référencés, leur trajectoire en orbite est surveillée, mais trop de variables entrent dans le calcul de leur point d’impact sur Terre pour que celui-ci puisse être prévu à l’avance au moment de leur retombée.

La collision entre objets dans l’espace représente cependant la plus grande menace ; en effet, la vie quotidienne de notre société moderne repose en grande partie sur le bon fonctionnement des satellites en activité. La NASA estime à plus de 100 000 le nombre de débris spatiaux supérieurs à 1mm ; chacun de ces objets est potentiellement une boule de pétanque qui circule sans contrôle à 7 ou 8 km/seconde. Les satellites actifs endommagés lors des collisions avec ces débris n’assurent alors plus les services pour lesquels ils ont été lancés, qu’il s’agisse de communication, de positionnement GPS, d’heure officielle ou d’observation météorologique. Les répercussions sont immenses et illustrent la dépendance grandissante de notre société à l’exploitation de l’espace.

Consciente de la menace, la communauté internationale affirme sa volonté de maîtriser la prolifération des débris spatiaux, dans ce contexte de dépendance et d’intense concurrence. Le but affiché est de préserver un accès possible à l’espace pour tous les pays, afin que chacun soit en capacité de tirer les bénéfices issus de la technologie spatiale. Pourtant, les grands projets publics et privés multiplient les lancements dans la course au déploiement des constellations de nouveaux satellites de communication, qui se compteront par milliers.

Vœu de tout déchet orbital : quitter la décharge et vivre l’incandescence

Cependant, force est de constater qu’il existe en réalité bien peu de façon de réduire le nombre de déchets orbitaux et de libérer l’orbite utile. La désintégration lors du retour dans l’atmosphère est aujourd’hui la seule solution technique ; encore faut-il que les objets ne soient pas trop gros pour brûler entièrement. Quelques scénarios de nettoyage orbital se dessinent donc : d’abord, cesser de faire exploser les anciens satellites, comme le font les USA, l’Inde, la Russie et la Chine, car cette technique est contre-productive, leur fragmentation générant une multitude de débris plus petits.

Les agences spatiales concentrent leurs recherches sur le fait d’alléger les nouveaux satellites et d’en allonger la durée de vie, grâce à la mise en place de services en orbite tel que la recharge en énergie. Ils travaillent également sur la capacité des lanceurs à se séparer en morceaux plus petits, de taille à brûler entièrement dans l’atmosphère lors de la retombée ; ils étudient également comment intégrer dès la conception des objets spatiaux l’ordre de changer de cap en fin de vie, afin qu’ils enclenchent automatiquement leur entrée dans l’atmosphère. Enfin, les recherches portent sur la capture des gros objets pour les amener sur une orbite « cimetière » ou les faire tomber vers l’atmosphère pour désintégration.

Recherche solutions désespérément

Aucune de ces solutions n’est encore opérationnelle, et toutes nécessitent de gros investissements qui ne sont pas provisionnés dans les coûts de lancement actuels. Ce scénario nous rappelle sans aucun doute celui du dérèglement climatique : nos modes de production et de consommation continuent à produire le gaz à effet de serre qui modifie dangereusement les conditions de la vie sur Terre. De même, nous continuons à lancer nombre d’engins dans l’espace tendant à rendre l’orbite basse non navigable. Dans les deux cas, l’Homme use et abuse du milieu naturel sans en régler les conséquences à temps, au risque de payer lourdement le prix de sa pollution. Apprendra-t-il un jour à respecter les milieux qui lui assurent pourtant son propre cadre de vie ? Peut-être, si chacun se met à penser à ce qui lui importe vraiment.

Nathalie Lenormand

CRISPR-CAS9 Nobélisé, jusqu’où peut-on aller ?


La révision de la loi bioéthique au sujet de l’outil Crispr-cas9 tout récemment nobélisé,
autorise les recherches sur les embryons jusqu’à 14 jours et les modifications du génome
sur les cellules souches embryonnaires. L’augmentation de l’être humain inquiète toujours
autant et c’est à l’international que les futures lois devront se faire.


Le 7 octobre dernier, Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna recevaient le prix Nobel
de chimie pour leur invention d’une technique révolutionnaire : Crispr-Cas9. Un nouvel
“outil pour réécrire le code de la vie” selon le jury, qui déclare également que “seule
l’imagination peut fixer la limite de l’utilisation de l’outil”. Ces dernières déclarations nous
font nous interroger sur les limites légales de l’utilisation de cet outil. Justement le projet de
révision de la loi de bioéthique déposé le 24 juillet 2019 a été adopté le 3 août dernier.
Pour rappel, Crispr-Cas9 est un ciseau génétique qui permet d’éditer le génome avec une
simplicité surprenante et un moindre coût. L’alliance CRISPR-Cas9 permet de localiser le
segment d’ADN à modifier et de le supprimer ou le remplacer.


Cela soulève un grand nombre de questionnements éthiques. En effet, la possibilité
d’implanter un embryon transgénique et la modification des cellules germinales (donc
transmissible à la descendance) inquiètent.


La révision de la loi bioéthique


La Convention d’Oviedo sur les droits de l’homme et la biomédecine (article 13 : ”une
intervention ayant pour objet de modifier le génome humain ne peut être entreprise que
pour des raisons préventives, diagnostiques ou thérapeutiques et seulement si elle n’a pas
pour but d’introduire une modification dans le génome de la descendance”) et l’article 16-4
du code civil (“Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité de l’espèce humaine. Toute pratique
eugénique tendant à l’organisation de la sélection est interdite […], aucune transformation
ne peut être apportée aux caractères génétiques dans le but de modifier la descendance de
la personne.”) encadrent les recherches génétiques sur l’embryon humain.


Mais dernièrement, le projet de loi relatif à la bioéthique a permis de réviser quelques textes
de lois concernant ces décisions.


Lors de la séance du 28 juillet, Mme Cécile Cukierman, vice-Présidente de la commission des
lois constitutionnelles, souligne l’importance de cadrer la recherche dans ce domaine car
elle pourrait amener à l’amélioration du génome et de ce fait à de l’eugénisme : “Ce que je
sais, c’est qu’aujourd’hui, en fonction de ce que nous allons voter, ou non, nous ouvrons, ou
non, le champ des possibles pour dans dix, vingt, trente ou quarante ans.”


Dans le compte rendu de la séance du 31 juillet 2020, la différence entre cellule souche
embryonnaire et embryon est détaillée et permet à la ministre de l’Enseignement supérieur,
Recherche et Innovation, Mme Frédérique Vidal, de modifier l’article 17 qui stipule
désormais que la modification génétique des embryons reste illégale mais plus celle des
cellules souches embryonnaires (cellules souches pluripotentes prélevées dans un embryon
de 4 jours, elles n’ont pas vocation à devenir embryon). Selon plusieurs participants, ces
recherches aboutiront à de nombreuses avancées et de nouvelles thérapies pourront être
développées.


De plus, l’autorisation de recherche sur les embryons surnuméraires (embryons donnés en
plus et non utilisés pour la PMA) est étendue à 14 jours au lieu de 7. Cette décision était très
attendue par la communauté scientifique, la majorité des signataires de la convention
d’Oviedo l’ayant déjà prise. Selon Mme Anne France Brunet, cela “permettrait de
comprendre la différenciation des cellules souches embryonnaires humaines, [..] Les
retombées médicales qui pourraient en découler sont très attendues. Ce serait un atout pour
la recherche française.”


Le futur de Crispr-cas9 et de ses lois


Pour l’instant, cette technique et les résultats éventuels ne sont pas encore suffisamment
connus. Une modification du génome d’un embryon serait, en plus d’être illégale, assez
dangereuse. Mais plusieurs sociologues s’interrogent sur le futur de cette méthode, qui
finira certainement par être utilisable sans trop de danger pour la vie de l’humain à venir.
Dans un article de Télérama, Céline Lafontaine déplore cette course à la nouveauté et à la
technique : “On juge de plus en plus souvent ce qui est bien ou mal non pas en fonction de
l’éthique, mais de la disponibilité des technologies et de leur innocuité supposée”. Mme
Lafontaine s’inquiète sur un possible avenir où les lois seraient du côté “des industries
concernées, déjà dans les starting-blocks”.


Pour Alain Fischer, médecin et ancien titulaire de la chaire Médecine expérimentale au
collège de France :« La modification du génome […] doit rester sur le seul terrain de la
médecine. Ces rêves de perfectionnement ne pourraient qu’aboutir à la dictature de ceux qui
seraient augmentés sur ceux qui ne le seraient pas. Corriger une maladie génétique, ce n’est
pas augmenter un homme, c’est soulager une personne qui souffre. Si les deux objectifs font
appel aux mêmes techniques, il faut promouvoir le soin et empêcher le développement de
l’augmentation.”.


Quoi qu’il en soit, l’encadrement législatif de ce futur devra se faire de manière
internationale afin de diminuer le dumping éthique, c’est-à-dire la possibilité d’aller dans un
pays qui autorise des activités scientifiques interdites en France.


Sur ces idées, le Comité Consultatif National d’Ethique, le comité d’éthique allemand et le
comité d’éthique anglais se sont réunis. Ils appellent les Etats à étudier de façon réelle
l’édition du génome transmissible et à légiférer cette pratique. Il faudrait bien sûr que ce
sujet soit discuté en amont avec l’ensemble de la société et que des moyens de contrôle et
des sanctions soient mis en place au niveau international.

La médecine sportive. De la cigarette tolérée

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories. La médecine sportive. De la cigarette tolérée aux régimes alimentaires stricts.

La compétence sportive dépend en grande partie du talent intrinsèque mais aussi de
l’outil qui lui permet de l’exploiter au maximum et de l’exprimer à savoir : le corps. Être le
plus talentueux ne suffit plus, il est nécessaire de profiter de la meilleur condition physique
possible. Le sport de haut niveau étant une compétition, comprendre les mécanismes du
corps pour arriver à de meilleurs résultats est une aide salutaire, de même que l’entretien du
corps, la guérison des blessures, la rééducation et même la nutrition.

On remarque de plus en plus la présence de la médecine dans le monde du sport surtout
professionnel ou elle cohabite jusqu’au foyer des sportifs. L’accompagnant à sa table, dans
son assiette, dans son bain glacé après un effort pour une meilleure récupération musculaire ; elle est sa conscience professionnelle. Prescripteur, manuel de mode de vie sain utile à quiconque prétend remporter la compétition, le sportif sérieux est un sportif qui l’emporte partout avec soi.

Les équipes olympiques ont des staffs médicaux, les critiques sportives sont moins indulgentes lorsqu’un joueur traîne quelques kilos en trop. Et pourtant si l’on s’aventure quelques décennies en arrière l’exigence athlétique n’étaient pas aussi liberticides pour les compétiteurs. Aucune révolution incroyable n’a impacté les connaissances anatomiques. C’est le comportement, l’adoption d’un esprit dans le sport qui s’est imposé de lui-même mais pas que… La médecine sportive a bénéficié d’un coup de pouce, elle fut impulsée par les dirigeants de club, les sponsors etc.. qui ont de gros désavantages à voir leur écurie décimée par les blessures perdre face à des adversaires dont les sucres lents ont composé le déjeuner. Ce faisant, les athlètes se sont calqués sur l’hygiène de vie des vainqueurs et la rigueur médicale a accrue la compétitivité.

Une histoire de gros sous ?

De manière croissante, le sport génère de plus en plus d’argent avec la démocratisation des télévisions – donc des droits d’image -, la publicité et les sponsors. En NBA, golf ou football, jamais les salaires n’ont atteint un tel palier. Jamais une victoire du championnat n’attirait autant de rentrée d’argent par les sponsors (20 millions annuels déboursés en 2017 par Rakuten afin d’avoir son logo visible sur le maillot des Warriors de San Francisco en NBA). Jamais un titre de meilleur joueur des play-offs n’attirait autant d’entreprises, chéquier à la main en proposant à une star de tourner une publicité de shampoing. Johan Cruyff sur cette photo commet un acte qui serait aujourd’hui sanctionné par les dirigeants de club. Rappelons qu’un joueur de football est sous contrat, son corps est l’outil de travail de ses employeurs. Comme un industriel qui assurerait une machine contre la dégradation, les dirigeants contractent des assurances sur les mains des gardiens ou les jambes des attaquants. Celles de C. Ronaldo ont été assurées à 103 millions d’euros par le Real Madrid en 2013. On comprend mieux pourquoi les joueurs sont incités à adopter une attitude médicinale d’eux même. Imaginons que les 4 joueurs fumeurs de l’équipe de France de Tennis affronte l’équipe Suisse composée de 4 joueurs non-fumeurs. Est-ce que Lacoste serait ravis de perdre contre Nike et glanerait l’innocente maxime « L’important c’est de participer » ? Il est donc possible que l’explication trouve son origine dans la dimension monétaire du sport. Johan Cruyff gagnait 360 000 euros annuels au FC Barcelone en 1973. C’était le transfert record de l’époque. Cristiano Ronaldo au Réal Madrid, 40 ans plus tard avait un salaire annuel de 21 millions, soit 58 fois plus ! En 1973 Cruyff fumait devant les photographes, C. Ronaldo a son nutritionniste personnel. Nous ne pouvons à ce stade que nous interroger sur l’évolution simultanée de la médecine dans le sport de haut niveau et de l’évolution des capitaux, sans ne pouvoir rien affirmer. Notons également que le comportement sain dit « professionnel » gagne les amateurs mais aussi les futurs professionnels du sport à savoir les étudiants STAPS disposant d’Unité d’Enseignement théoriques concernant l’anatomie et la prévention des blessures.


Sources :
https://www.basketusa.com/news/446725/les-lakers-devoilent-un-sponsor-maillot-pour-12-a-14-millions-de-dollars-annuels/
https://ufr-staps.univ-lyon1.fr/formations/licence-et-master
https://www.footichiste.com/2020/05/27/footballeurs-fumeurs-cigarettes/

https://www.sofoot.com/johan-cruijff-le-business-man-volant-204691.html

Sahara et le Césium

Début février 2021, un nuage de poussière de sable du Sahara arrive en France grâce à des conditions météorologiques favorables. Après analyse des échantillons, les scientifiques retrouvent des traces de césium 137, un élément radioactif issu des tests nucléaires français dans les années 60.

Pas de danger radiologique d’après l’IRSN.

Au total, il est retombé 80 000 Bq (becquerels) au km² de césium 137. Cette valeur est extrêmement faible et n’est heureusement pas synonyme de dangerosité pour la santé. L’IRSN (institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) indique que les retombées radiologiques sont négligeables.

Le césium a une demi-vie d’environ 30 ans. Il faut 30 ans pour que la moitié des atomes se désintègrent et que la dangerosité baisse d’autant. On considère qu’il faut 10 périodes pour que la radiotoxicité d’un élément tombe en dessous du niveau de radioactivité naturelle. Le fait que ces retombées de césium 137 soient négligeables pour la radioprotection vient de deux facteurs :

– La désintégration naturelle : les essais ont eu lieu dans les années 60, la radiotoxicité adonc été divisé par 4 depuis.

– La dilution : Le césium 137 produit par les explosions nucléaire a été largement dilué dans l’immensité du Sahara, la quantité de césium réellement présente dans ces retombées est infime. 

Néanmoins si le danger radiologique est écarté, ce phénomène de retombé de poussière augmente considérablement la concentration en particule fine et provoque une pollution atmosphérique qui n’est pas négligeable.

Un rappel des agissements de la France.

Le Césium 137 n’existe pas dans la nature et provient exclusivement d’activités humaines. On le retrouve notamment après des accidents nucléaires comme ceux de Tchernobyl ou Fukushima. En l’occurrence ici, vu la provenance du sable, ce césium 137 est un reliquat des essais nucléaires français menés pendant les années 60 dans le désert du Sahara. Le premier essai : « La gerboise bleue » date de 1960.  Entre 1960 et 1966, ça n’est pas moins de 17 essais nucléaires qui seront réalisés par la France dans le sud de l’Algérie. Les accords d’Evian signés en 1962 obligeront la France à quitter le territoire Algérien pour ses essais atomiques à partir de 1967. La France continuera les essais atomique en Polynésie pendant près de 30 ans jusque 1996, fin officielle des essais français.

La technologie éloquente. Et si l’utilisation des robots en disait long sur nous ?

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Contrairement aux idées reçues, l’automate que l’on pourrait qualifier de premier prototype de machines date de bien avant Vaucanson. L’automate est un animatromate mécanique capable de copier des actions humaines, de se mouvoir comme lui et pourtant sans conscience ni connexion allant du cortex jusqu’aux muscles. La différence avec les machines au sens contemporain du terme est purement formelle. Les machines requièrent une énergie supplémentaire, un apport qui les alimentent, soit de l’essence pour créer l’explosion dans le cylindre et ainsi entraîner l’engrenage du moteur ou plus simplement de l’électricité. Les automates reposent exclusivement sur l’énergie d’un mouvement entraînant une mécanique continue.

Si l’on se dispense de la distinction purement technique pour se concentrer sur l’aspect pratique (car c’est tout le cœur du sujet), ils sont tous deux une entité, une création de l’ingéniosité capable de mimer le comportement humain. Pratique dans certains cas pour s’épargner des tâches risquées ou ennuyeuses ! Ils seraient alors des auxiliaires pour suppléer l’homme. Et ce, depuis l’antiquité. Mais dans quel but l’espèce humaine s’est efforcée de créer ces animaux de compagnies sans conscience, dociles et obéissants ? Peut-être que l’utilisation que nous avons cherché à faire des automates et des machines depuis plus de 2000 ans en révélera d’avantages sur nous ? Intéressons-nous aux parallèles historiques, voir s’ils dégagent une tendance.

 

Le divertissement et le service 

Les sociétés quelle que fût l’époque ont souvent trouvé du plaisir dans le spectacle qu’offre un autre individu. Visuel, auditif ou d’autre nature, le divertissement est une affaire d’être vivant aux premiers abords. Un tigre plantant ses griffes dans un gladiateur de la Rome antique, un esclave romain jouant de la harpe pour le bon plaisir de sa domina, un bouffon qui jongle lors d’un repas seigneurial etc.. Aujourd’hui le divertissement humain s’est libéré de cet aspect servile. Les musiciens d’un mariage sont, par exemple, payés. Au moment de sa performance, le rôle de l’amuseur est de servir de source de plaisir. Durant l’antiquité, avoir un esclave divertissant est le privilège des riches citoyens. Ce privilège ne peut nier la nature humaine : les sentiments, les émotions comme la colère qui anima les révoltes d’esclaves. En quelques sortes, le robot ou l’automate serait un esclave parfait. 

Dans le mythe de Prométhée ; l’espèce humaine est créée par les dieux grecs pour les divertir dans leur ennuie d’après-guerre contre les Titans (la Titanomachie). Toujours dans la mythologie, juive cette fois, le golem est une créature artificielle, dénuée de capacité décisionnelle. Polyvalent, il doit protéger ou bien épauler son créateur.

Tout cela n’est qu’interprétation mais voyons quelques exemples comparés :

 

Mosaïque romaine, IIIème siècle après J-C, Musée National du Bardo, Tunis. Deux esclaves servent à boire à leurs maîtres en tunique

 

 

 

 

 

 

 

 

A droite : Reconstitution de la servante automate par Phylon de Byzance, IIIème siècle avant J-C, Musée des technologies des grecs de l’antiquité, Katakolon.

 

Peinture de Jean-Léon Gérôme « Bas les pouces » 1872. Combat de gladiateur

 

 

Affrontement de « robot tueur » devant la foule du Salon Vivatechnology de Paris

 

 

 

Peinture sur vase de Nicias, IVème siècle avant J-C. Une aulétride lors d’un banquet

 

 

 

XVIIème siècle. Le joueur de flûte, un des trois automates de Vaucansson exposé au Palais Royal

 

 

 

 

 

 

 

A gauche : La docile Cendrillon /A droite : Un robot aspirateur et nettoyeur de sol

La protection :

Le fantasme d’un garde du corps aux os de métal, insensible à la douleur perdure à travers les époques. L’automate ou bien robot sans conscience, robuste, efficace, est un allié intimidant. 

Talos, un des premiers automates est une création du dieu forgeron Ephaïstos. Ce géant de bronze est offert au grand Roi Minos (roi de Crête) afin de garder une île en son absence. Il sera vaincu par Jason et les argonautes. Dans l’art contemporain cette fois, Terminator est envoyé par John Connor pour le protéger lui-même (dans le passé) et répondre à ses ordres. Pour trouver le vocabulaire adéquat il faut piocher dans la saga de jeu-vidéo Halo.

Dans cet univers de sciences fiction, une race surévoluée et disparue laissa son héritage disséminé aux quatre coins de l’espace : des robots appelés « sentinelle » protège la galaxie de la propagation du parasite, une forme de vie infectieuse. Les « gardiens » sont eux des robots géants en capacité de détruire une planète que le parasite aurait conquis.

Toutefois, les scénarios dystopiques des œuvres contemporaines trahissent la méfiance des hommes envers leurs créations robotiques. Comme une leçon apprise par l’histoire des révoltes esclaves, nous retrouvons – principalement dans le cinéma – ce conflit millénaire entre dominant et dominé. La trilogie Matrix est évocatrice de cette vengeance des machines sur l’homme. Il y est mentionné de nombreuses fois les notions de prise de pouvoir et d’exploitation. Est-ce une vision clairvoyante, une forme de culpabilité inconsciente ou simplement du divertissement ?

 

 

 

5G puis 6G : la course au pouvoir des rêves

Le monde hyperconnecté se rapproche à grands pas. Fantasmée et convoitée par les puissances mondiales et les entreprises, cette vision passionne les geeks mais elle est aussi redoutée par les particuliers. La frontière entre rêve et réalité semble de plus en plus mince. Mais est-ce un besoin réel ou une déconnection pour aller vers un monde virtuel où tout désir peut se réaliser ?

C’est une course qui paraît sans fin. Alors que son déploiement en est encore à ses débuts, la 5G suscite nombre de débats et controverses. La 6G commence à pointer le bout de son nez, laissant entrevoir un monde baigné par l’intelligence artificielle qui devra répondre aux problématiques du monde actuel.

Alimenter le fantasme du pouvoir et la compétitivité

Ces nouvelles générations de technologies de réseaux mobiles restent au cœur d’enjeux géopolitiques notamment les rivalités sino-américaines, une lutte de pouvoir et de conquête entre ces deux superpuissances pour la course du leadership. L’Asie est toutefois bien avancée sur ce sujet depuis 2018, puis depuis novembre 2020 avec les premiers satellites chinois pour tester la 6G. Les Etats-Unis sous Trump sont tombés dans une lubie de vouloir à tout prix remporter cette bataille. Fin 2020, ils entraient aussi dans la compétition de la 6G avec la Chine. Les supposés soupçons de risques d’espionnage par la Chine sont le principal motif de cette course. Cette lutte acharnée se fait ressentir jusqu’en Europe où les attendent deux potentiels concurrents, les entreprises Nokia et Ericsson.

Les industriels et les chercheurs attendent la 5G avec impatience puisqu’elle a été conçue pour répondre en particulier à leurs demandes. Outre le secteur militaire, les exemples souvent cités sont : le domaine de la santé avec des opérations chirurgicales très pointues réalisées à distance, des voitures connectées et autonomes pour le secteur automobile et la gestion du réseau des transports routiers.

Le développement de la 5G favorisera donc le maintien de la performance. Il relancera la compétitivité et l’économie. Il naviguera sur une meilleure productivité et une incitation à la consommation.

L’ultra-rapide rêvé

L’arrivée de la 4G dans les années 2010 avait déjà permis de faire un bond énorme dans la rapidité de la communication des données. Avec la 5G, finis les problèmes de latence et de saturation du réseau ! C’est de la 4G améliorée. Le temps de réponse des réseaux passera à 2 millisecondes au lieu de 20 à 40 millisecondes. Autrement dit, vous n’aurez pas le temps de souffler que la donnée apparaîtra sous vos yeux en un claquement de doigt. C’est magique, si le futur réseau ne rencontre pas trop d’obstacles physiques importants ! Concrètement, pour les utilisateurs d’internet et passionnés de technologies, vous téléchargerez une vidéo en quelques minutes au lieu d’1h30. Vous regarderez des vidéos en streaming sans coupure du flux. Vous aurez accès à davantage de jeux vidéo avec une meilleure résolution. Le monde de la 5G vous plongera dans un mélange entre virtuel et réalité.

Un avant-goût de la 6G

Pensez-vous que vous aurez tout vu avec la 5G ? Eh bien, pas tout à fait, puisque la 6G est bien en route. Comme pour la 5G, la 6G aura surtout sa place dans l’industrie avec un débit en théorie cent fois plus rapide que la 5G. Le premier sommet « 6G wireless summit » a eu lieu en mars 2019 en Finlande. Les experts et les scientifiques de 28 pays se sont projetés dans les rêves du monde en 2030, en tenant compte des problèmes du monde actuel. Car il s’agit peut-être bien d’un rêve de repousser encore plus loin les limites du progrès technologique. Le monde sera confronté à une population croissante et de plus en plus vieillissante, à des demandes d’augmentation de la productivité et à la nécessité de connecter des milliards de personnes qui ne le sont pas encore.

La vidéo « 6G vision for 2030 » de l’université Oulu en Finlande vous propulse dans un monde hyperconnecté avec des hologrammes. Les industries et les villes intelligentes se développeront encore plus rapidement. Vous ne seriez plus dans un de ces films de fiction fantasy. Les désirs des chercheurs et des geeks deviendront réalité dans quelques années.

Et le bien commun des particuliers ?

Le particulier va s’adapter à cette course technologique. Mais jusqu’où et à quel prix sera-t-il prêt à accepter tous ces changements ? En France, le sondage Ifop de décembre 2020 pour l’Académie des technologies révèle l’inquiétude des particuliers face aux nouvelles technologies, peut-être par manque d’informations et par les controverses suscitées. L’impact de l’évolution des technologies est perçu de moins en moins positivement sur la santé, l’environnement, l’alimentation et les loisirs numériques. Pour autant, l’attirance des nouvelles technologies reste palpable avec une amélioration acceptée pour certains secteurs et pour la vie quotidienne.

Vous serez sans doute contents d’avoir une bonne réactivité du réseau et de découvrir la connectivité entre objets. Cependant, ne vous attendez pas à aller au nirvana du réseau sans fil ! Si vous en restez à une utilisation du smartphone uniquement, il est bien possible que rien ne change à vos yeux sur un petit écran. L’intégration de ces technologies dans votre quotidien dépendra donc de votre utilisation future, du choix de vos équipements et de vos besoins réels. Vous finissez par adopter l’hyperconnectivité mais agissez-vous réellement pour votre bien-être ? Comment sera géré le flux d’informations instantanées ? Le bouleversement écologique et la problématique énergétique supporteront-ils à terme l’implantation de ces technologies ? Le risque de dangerosité des ondes reviendra avec la multiplication des antennes. Voilà bien des questions qui amènent à d’autres réflexions. Et rappelez-vous, la 5G ne sera pas opérationnelle avant 2025 et rien ne vous empêche de continuer à rêver d’intelligence artificielle avec de la fiction.

 

Claire Semler

 

 

 

« Toi, le virus et moi »

« Toi, le virus et moi »

Quelles sont les répercussions de la pandémie du coronavirus sur notre rapport à l’autre ?

 

            La pandémie du coronavirus a transformé nos rapports à l’autre: méfiance, peur et rejet sont de mise. Cette xénophobie est une réaction malheureusement commune qui a déjà été observée lors de précédentes épidémies. Les mesures de distanciation mises en œuvre pour contenir la progression du phénomène confirment le rôle de l’autre dans la transmission du virus et font que ces sentiments ont progressivement atteints toutes les échelles de la société. Les impacts sont forts sur l’animal social qu’est l’être humain.

            Des répercussions sociales à toutes les échelles de la société

 

            C’est en premier lieu à l’échelle internationale que la peur de l’autre s’est fait ressentir. Avec la fermeture des frontières comme élément de protection, on a vite observé une stigmatisation des personnes issues de l’immigration et des étrangers. De nombreux cas de violence raciste ont été répertoriés envers des individus de nationalité chinoise ou qui y ont été associés. C’est le cas aux États-Unis où 32% de la population sondée blâment les chinois d’avoir répandu la maladie. Ces derniers se sont vus empêcher l’accès à des lieux publics comme des restaurants ou ont dû fermer leurs commerces à la suite de menaces. Au lendemain du reconfinement, en région parisienne, on a compté plus d’une vingtaine de victimes chinoises d’agression physique avec des appels à la violence sur les réseaux sociaux. Des messages comme « Dehors les jaunes » ou « Coronavirus dégage » ont été retrouvés sur les portes d’entrée de leur appartement ou de leur commerce.

            Au niveau national, on a assisté à des comportements xénophobes de populations locales face à l’afflux de populations venant d’autres régions. Dans ce contexte, il est apparu qu’il était acceptable de rejeter l’autre ce qui a renforcé les clivages entre régions, particulièrement entre Paris et le reste de la France. À titre d’exemple, en Mars, dans le but de rejoindre leurs maisons secondaires pour s’y confiner, l’arrivée de Parisiens sur l’Île d’Yeu a donné lieu à un renforcement des contrôles par arrêté préfectoral. Cette démarche a été très bien accueillie par les habitant.es de l’Île. Cet été, lors du dé-confinement, l’arrivée de masses venues d’ailleurs a provoqué une promiscuité indésirable et un fort mécontentement. Ici, le port du masque a permis de maintenir l’autre à distance pour préserver l’entre-soi.

            A l’échelle locale, la peur de l’autre s’est notamment dirigée contre le voisinage, devenu la cible de suspicion et d’évitement. C’est d’autant plus le cas pour les personnes ayant été placées en quarantaine ou les personnes considérées « à risque » comme le personnel soignant. Pendant le confinement, ces derniers se sont vus adresser des messages visant à inciter leur départ de la part de leurs voisins, syndicats ou propriétaires, parfois même anonymement. D’autres populations, comme les jeunes, sont stigmatisées comme ne respectant pas les gestes barrières, ce qui alimente les suspicions à leur égard.

            A l’échelle individuelle, le port du masque, transforme l’apparence visuelle et ce qu’elle signifie, induisant des conséquences sur les interactions sociales. En effet, en cachant la partie inférieure du visage, le masque trouble les repères de communication et les expressions non verbales. Les expressions faciales ou les mimiques permettent d’apprécier l’état émotionnel de l’autre et d’agir en conséquence. Aussi le port du masque empêche ce système de régulation et entraîne réserve et quiproquos. Il réduit au silence et entrave la cohésion sociale.

 

Le besoin de proximité humaine incompatible avec la distanciation imposée

 

            L’injonction à garder ses distances a un impact fort sur nos modes de vie et remet en question les formes de relations entre personne. On assiste à un clivage dans les modalités d’interaction : on ne croise plus les regards, on ne s’adresse plus la parole, on change de trottoirs… Cette peur de l’autre encourage un repli sur soi, un isolement social et affectif. Pour l’animal social qu’est l’être humain, la distanciation sociale provoque une confusion car elle n’est pas naturelle. En effet, selon la théorie de l’Évolution Darwiniste, la recherche de contact est de l’ordre de l’adaptation dans un but de sécurité et de survie. L’autre étant désormais associé au danger et à la mort, il s’agit de combattre les réflexes dictés par le système nerveux dit « adaptatif ».

Les études de « proxémique » élaborées en 1966 par l’anthropologue Edward Hall, visent à étudier l’impact de l’absence de contacts physiques sur l’individu. Celles-ci ont mis en évidence que 4 zones de confort entouraient l’individu et correspondaient à des zones émotionnelles particulières et garantes de sécurité individuelle. Bien que leurs dimensions varient selon les cultures, il a été identifiée une distance intime à grande implication physique et échange sensoriel élevé, celle de l’amour utilisée pour embrasser et toucher ; puis une distance personnelle qui correspond aux conversations particulières et aux interactions amicales et familiales ; une distance sociale qui s’applique bien dans le cadre professionnel et enfin une distance publique qui s’impose dans la vie quotidienne lorsque qu’on s’adresse à des groupes. Ces études permettent de comprendre que derrière le contact physique se cache le contact social et que sa limitation entraîne une perte de confort et de repères.

 

            Selon ces études, la proximité géographique que représente la distance physique se combine avec la proximité organisée qui se définit par le partage de ressources cognitives, culturelles et émotionnelles. Cette dernière permet de s’affranchir des contraintes de la proximité géographique, et, en ces temps de pandémie, est à privilégier et à développer, par le recours à la technologie. Le développement de relations sociales virtuelles nous permettra-t-il de combler l’absence de contacts physiques ?

 

Dérogation aux néonicotinoïdes des: reculer pour mieux avancer ?


Pour sauver les cultures de betteraves touchées par la jaunisse, le gouvernement vient de réautoriser l’utilisation de ces insecticides « tueurs d’abeilles ». Un plan de recherche proposé cet automne au ministre de l’agriculture va réunir les spécialistes du secteur pour trouver des solutions alternatives durables d’ici la fin de la dérogation, en 2023.

Pourquoi le retour des néonicotinoïdes ? 
Depuis leur utilisation massive en agriculture dans les années 90, les néonicotinoïdes (NNI) ont fait l’objet de nombreuses études démontrant leur toxicité et notamment leurs conséquences désastreuses sur le système nerveux des abeilles. L’interdiction de leur utilisation en France a été votée en 2016 dans le cadre de la « loi biodiversité » et définitivement appliquée en 2018. Pourquoi le gouvernement revient-il donc sur sa décision 2 ans après ? La cause de ce revirement : la jaunisse virale. Transmise par les pucerons verts qui piquent les feuilles de betteraves, la jaunisse entraîne des baisses de rendement des cultures. Or, si elle est présente tous les ans à des degrés plus ou moins importants, la jaunisse a touché cette année beaucoup plus de parcelles qu’en 2019. La faute à un hiver très doux, mais aussi à une intervention moins importante qu’espérée des auxiliaires, ces insectes comme les coccinelles qui limitent naturellement les populations de pucerons verts.

La perte de rendement liée à la jaunisse de la betterave pourrait être fatale à la filière sucrière française 
© Confédération des Générales de planteurs de Betteraves

Les incidences de la jaunisse sur les rendements de 2020 ne sont pas encore connues mais les professionnels prévoient une baisse élevée, jusqu’à 50 % des récoltes selon les départements. Un coup dur, voire fatal, pour la filière française déjà fragilisée par la suppression des quotas européens sur le sucre fin 2017. Le ministère de l’agriculture évalue à 46 000 le nombre d’emplois qui seraient menacés. Pour sauver le secteur, le gouvernement a donc répondu positivement à la demande des betteraviers et promulgue, ce 14 décembre, la loi ré-autorisant jusqu’en 2023 usage des NNI pour les seules cultures de la betterave sucrière.

La filière à court de moyens
Cette dérogation sonne pourtant comme une dernière chance pour les betteraviers
français, car sans alternatives viables d’ici 2023, la filière s’arrêtera. Depuis plusieurs années, l’INRAE (Institut national de la recherche agronomique) et l’ITB (Institut Technique de la Betterave) collaborent afin de trouver des alternatives à ces insecticides « tueurs d’abeilles ». Si des pistes prometteuses ont été identifiées, aussi bien du côté de la génétique que des solutions chimiques sur le terrain, il n’existe à ce jour aucun traitement aussi efficace que les NNI. Le Teppeki et le Movento, qui faisaient partie des alternatives chimiques possibles,
ont très bien fonctionné en 2019… mais pas en 2020, car les pucerons verts ont
développé une résistance à ces produits. Il est donc indispensable d’amplifier les efforts de recherche et de développer des solutions à la fois économiquement viables et respectueuses du vivant et des terroirs.

Un programme de sauvetage sur mesure
Tous les espoirs se tournent donc vers le Plan national de recherche et innovation
monté par l’INRAE et l’ITB afin de renforcer les efforts de recherche autour de la
jaunisse. « Ce qu’on cherche à faire c’est que l’année 2020 ne se reproduise pas »,
explique Alexandre Quillet, Président de l’ITB.
Ce vaste plan, qui bénéficiera d’un financement supérieur à 20 M€, est construit
autour de 4 grands axes :
 Mieux comprendre les conditions favorables au développement de la jaunisse
et son vecteur, le puceron vert
 Identifier et tester des solutions à l’échelle de la culture betteravière
 Identifier et tester des solutions à l’échelle des paysages
 Construire un modèle économique durable
Ce projet associera donc recherche fondamentale et expérimentations, avec des
essais sous serre et grandeur nature, en ferme, pour délivrer aux agriculteurs des
solutions opérationnelles d’ici 2024. « On est rarement sur des projets de recherche
aussi opérationnels » a déclaré Philippe Mauguin, PDG de l’INRAE.

Une combinaison de solutions
Cependant les équipes sont lucides sur la difficulté du problème et le temps qui leur
est imparti pour le résoudre. « L’objectif n’est pas de dire qu’on aura une solution équivalente aux néonicotinoïdes valable à 100% dans les 2 ans et demi, 3 ans », explique Alexandre Quillet, mais de proposer aux professionnels une combinaison de solutions qui auront réduit le risque. Les chercheurs vont notamment explorer la sélection par la génétique des variétés de betteraves les plus résistantes à la jaunisse. Ils vont aussi se pencher sur la recherche d’outils de biocontrôle dont certains lutteraient aussi efficacement que les produits chimiques contre les pucerons verts. Parmi ceux-là, le champignon Lecanicillium muscarium, est particulièrement prometteur. Des solutions étudiées pour la culture de la betterave mais aussi à une échelle plus globale. Pour Christian Huyghe, directeur scientifique à l’INRAE, « la façon de cultiver les betteraves en 2023-2024 sera très différente car les paysages agricoles seront très différents. »

Les bandes fleuries, un moyen de lutter contre les nuisibles © Agroscope, Matthias Tschumi

 

Ainsi, une piste envisagée serait d’introduire à proximité des cultures de betteraves, des espèces végétales ayant un effet répulsif sur le puceron. Mais la piste majeure serait l’implantation de bandes fleuries, ou d’autres cultures, qui puissent héberger une forte population d’auxiliaires, en particulier les hyménoptères parasitoïdes, redoutables prédateurs des pucerons. Ce genre d’aménagement pourrait être bénéfique à d’autres productions impactées par les pucerons, et est aussi occasion de repenser les paysages agricoles d’une
façon qui soit plus favorable à la biodiversité.

The Line

Une ville construite sur une ligne de 170 km en plein désert et alimentée à 100% d’énergie verte. Incroyable ? C’est pourtant le projet présenté par le prince Mohammed Ben Salmane le 10 janvier dernier.

 

Cette ville innovante, appelée The Line, est développée par la compagnie Néom, en plein désert d’Arabie Saoudite. Selon les grandes lignes annoncées du projet, le prince prévoit de bâtir cette ville futuriste en 2025. A l’image des cités linéaires imaginées par le passé par d’autres urbanistes, la ville s’organise autour d’un axe central et comporte tous les services nécessaires. Construite sans rues, où ne circule aucune voiture et ne rejetant aucune émission à effet carbone, cette ville est un joyau dans un écrin de nature. Le prince promet que tout y est accessible en moins de 20 minutes grâce à un système de transport ultra-rapide situé sous la ville. 

S’inscrivant dans le plan de développement « Vision 2030 », Mohammed Ben Salmane projette de diversifier l’économie de l’Arabie Saoudite en misant moins sur le pétrole et plus sur le tourisme. Il est vrai qu’avec ses 26 500km², répartie entre la mer Rouge et la Jordanie et son budget de 500 milliards de dollars, la ville futuriste The Line, intégrée en pleine nature, promet d’être plus que spectaculaire. 

Autre point sur lequel le prince a mis l’accent, est que chaque site, bien qu’ayant sa propre spécificité, comme l’architecture ou les loisirs, est connecté grâce aux dernières technologies de pointe. Les robots feront partie intégrante de la vie des habitants, afin de faciliter certaines tâches à ces derniers ou encore de s’occuper des cultures prévues dans d’immenses serres. Deux lunes artificielles brilleront dans le ciel de The Line et même des taxis volants sont imaginés. La ville sera organisée par couches, avec les transports en sous sol, puis la couche de services, elle aussi sous terre, afin de laisser un espace dégagé en surface pour les piétons. 

Mohammed Bon Salmane promet un endroit où il fera bon vivre, sans pollution, entouré de nature et où les maîtres-mots seront : bien-être et haute technologie. Rêve ou réalité ?

 

MD

5G : les maires ont-ils leur mot à dire ? (virtuel)

La 5G commence sa mise en service, mais les maires s’interrogent sur la stratégie à adopter. De nombreuses communes ont changé d’édile lors des dernières élections municipales, et les nouveaux élus demandent du temps. Côté opérateurs, soutenus par l’État, on annonce déjà une couverture nationale fin 2021. Les temporalités locales et nationales n’ont jamais paru aussi éloignées.

A l’ère de la compétition des métropoles et de l’attractivité des territoires, la ville connectée est devenue un impératif. Il faut dire que les promesses font saliver : imaginez des villes sans embouteillages. Imaginez de ne plus avoir à se déplacer pour voir son médecin, ou encore une réunion de télétravail sans avoir à éteindre sa caméra pour libérer de la bande passante ! Autant d’arguments à même d’attirer habitants et entreprises. Et pourtant…

5G, fromage et amish : le débat de société aura-t-il lieu ?

Hormis à Nice, première ville couverte en 5G, où l’on pratique un « solutionnisme » technologique fervent, et mises à part quelques villes comme Lannion, qui bénéficient des retombées économiques directes des entreprises leaders du secteur, la tendance n’est pas à l’engouement.

Sébastien Soriano, président jusqu’à la fin de l’année dernière de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (ARCEP), analyse : les progrès technologiques « ne sont plus nécessairement vus comme positifs par défaut ».

Sur fond de crise sanitaire, la méfiance parait avoir augmenté, tout comme semblent avoir changées les priorités données par les citoyens à l’action publique. Les nouvelles assemblées municipales s’en font l’écho.

Après Grenoble, c’est Strasbourg, Bordeaux, Lyon ou encore Marseille qui demandent désormais un moratoire sur le déploiement, dans une tribune parue le 13 septembre dans le Journal du Dimanche, accompagnés de plusieurs dizaines de maires. Lille adopte le même principe quelques jours plus tard, alors que Paris promet une concertation citoyenne et Nantes un débat.

On y invoque un impact environnemental majeur et peu étudié. La hausse attendue de la consommation de donnée augmentera les besoins énergétiques des serveurs. Le remplacement des appareils non compatibles obligera à une intensification de l’extraction de terres rares, extrêmement polluante. C’est enfin l’internet des objets (IoT) qui est discuté, et à travers lui un modèle de société : a-t-on vraiment besoin d’« un frigo qui nous dit quand on a plus de fromage » ? s’interroge Delphine Jamet, première adjointe au maire de Bordeaux.

 « On risque encore d’être oubliés »

Mais à la tête de l’État, on veut aller vite, rattraper le retard. En comparant les auteurs de la tribune à des « amishs », M. Macron se positionne en champion du progrès technologique, quitte à caricaturer les positions divergentes ou attentistes, convention citoyenne incluse.

Qu’importe, depuis cette tribune, d’autres voix continuent de s’élever. A Mitry-Mory (Seine-et-Marne), la maire Charlotte Blandiot-Faride rappelle la réalité du terrain : raccordement à la fibre « toujours problématique », « déconnexions sauvages par les opérateurs »… Chaque changement de technologie induit une obsolescence de la précédente, et son lot de laissés-pour-compte.

Sans oublier que des centaines de communes rurales sont encore en zone blanche. Francis Fagegaltier, maire de Saint-Maurice-aux-riches-hommes (Yonne), partage son pessimisme : « on risque encore d’être oubliés ».

Les élus locaux, entre influence et impuissance

Après la fronde contre les compteurs Linky et les arrêtés anti-pesticides, les maires semblent soucieux de cultiver une image de premier acteur écologiste de terrain. Positionnement opportuniste ou sursaut de démocratie en l’absence d’un grand débat national ? Nombre de villes continuent quoiqu’il en soit de se vivre comme la caisse de résonance des préoccupations sociétales, à l’instar de Fontenay-Sous-Bois, ainsi devenue le 26 novembre dernier la première ville à prendre un « arrêté anti-5G ».

L’influente Association des Maires de France (AMF), souvent en tension avec le gouvernement ces dernières années, joue cette fois-ci la carte du dialogue, sans prendre parti. Ce rôle de tampon convient bien au gouvernement, qui accède à quasi toutes les demandes de l’AMF : simulations d’implantation, augmentation des contrôles, information préalable… les maires seront réaffirmés dans leur rôle d’organisateur local. De quoi remettre en perspective les débats qui se jouent dans les arènes médiatiques ?

Début décembre, l’ANFR a annoncé que 6 886 communes bénéficiaient d’au moins une autorisation de site en 5G. On ne sait s’il faut voir dans cette majorité silencieuse le signe d’une adhésion, de l’indifférence ou d’une résignation, surtout que c’est l’ARCEP qui régit les modalités de déploiement des antennes. Les maires ne peuvent s’y opposer que lorsque le domaine public communal est sollicité. Force est de constater malgré tout que les grandes orientations technologiques peinent toujours à trouver un espace de discussion apaisé et légitime.

Les élus donnent rendez-vous au printemps 2021, date à laquelle l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) doit rendre un nouveau rapport sur le sujet. Pour patienter, le rapport sur l’impact carbone de la 5G du Haut Conseil pour le Climat, paru le 17 décembre dernier, n’a pas été de nature à clore le débat. Prudent, il émet des recommandations de bon sens, sans s’engager sur des mesures contraignantes. L’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) avait, quant à elle, conclu en septembre à une absence d’explosion de l’exposition aux ondes.

Avec un temps de latence de l’ordre de la milliseconde, soit des performances 10 à 20 fois supérieures à la 4G, la 5G offre une promesse d’instantanéité et de fluidité à peine pensable. Pourtant, la rencontre entre les préoccupations citoyennes locales et l’agenda national reste encore à imaginer.

 

Sources :

https://www.lagazettedescommunes.com/714497/5g-le-haut-conseil-pour-le-climat-publie-son-evaluation/

https://www.banquedesterritoires.fr/5g-le-manque-de-concertation-irrite-les-grandes-villes

https://www.lejdd.fr/Societe/5g-une-soixantaine-de-maires-et-de-deputes-demandent-un-moratoire-au-moins-jusqua-lete-2021-3991401

https://www.anses.fr/fr/content/d%C3%A9ploiement-de-la-5g-en-france-l%E2%80%99anses-se-mobilise-pour-%C3%A9valuer-les-risques-pour-la-sant%C3%A9

https://www.maire-info.com/numerique/5g-des-centaines-de-communes-couvertes-avant-la-fin-de-l%27annee-article-24779

https://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/macron-et-les-amish-anti-5g-reactions-des-ong-qui-denoncent-un-renoncement-du-president-857253.html

https://www.lagazettedescommunes.com/714694/fontenay-sous-bois-ouvre-le-bal-des-arretes-anti-5g/

https://www.lagazettedescommunes.com/714249/sebastien-soriano-le-rejet-de-la-5g-a-pris-tout-le-monde-de-court/

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lannion/pres-de-80-emplois-crees-autour-de-la-5g-a-lannion-une-tres-bonne-nouvelle-22-12-2020-12678978.php

https://reporterre.net/5G-l-impossible-moratoire-des-maires

https://www.linfodurable.fr/technomedias/nice-premiere-ville-couverte-par-la-5g-21484

https://www.linfodurable.fr/technomedias/5g-la-situation-dans-les-grandes-villes-francaises-22021

https://www.arcep.fr/cartes-et-donnees/nos-publications-chiffrees/experimentations-5g-en-france/tableau-de-bord-des-experimentations-5g-en-france.html

https://www.mitry-mory.fr/actualite/5g-la-ville-applique-le-principe-de-precaution/

https://www.numerama.com/tech/147723-5g-tout-savoir-sur-le-reseau-mobile-du-futur.html

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/en-attendant-la-5g-dans-l-yonne-une-soixantaine-de-communes-sont-toujours-en-zone-blanche-1601311483

2019 ◊ 8e Forum national de la CSTI

21 et 22 mars 2019

Le département des Relations entre science et société du M.E.S.R.I. organise, en partenariat avec le Secrétariat Général pour l’Investissement et l’ANRU, la 8ème édition du Forum national de la Culture scientifique, technique et industrielle, les 21 et 22 mars prochains au 20 avenue de Ségur à Paris.

Rendez-vous national et annuel d’échange autour de  la politique publique de culture scientifique, technique et industrielle, le Forum national permet : l’identification des lignes de force structurant le paysage et notamment le lien entre l’État et les collectivités territoriales, les Régions étant désormais chargées de la coordination des actions de C.S.T.I. à l’échelle de leur territoire ; la mise en débat des enjeux émergents qui caractérisent les relations entre science et société ; l’analyse des évolutions à l’œuvre dans le paysage national ; la mise en réflexion des dynamiques et des relations entre les acteurs de terrain.

Inscription ICI

2018 ◊ Les échecs de la communication scientifique, ce qu’ils nous apprennent

Parce que nous avons tous connu des petits soucis un jour ou l’autre…

© Pxhere.

Des échecs, nous en rencontrons tous dans notre vie quotidienne. Il y a pléthore de citations et autres expressions à ce sujet. Churchill lui-même disait que “le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme”.

Donc, oui, des erreurs et des échecs nous en faisons et nous en côtoyons partout. Tant dans la vie personnelle que dans la vie professionnelle. Pourtant, au final, c’est ce qui nous fait avancer et nous fait grandir.  Sans échec, nous ne pouvons pas apprendre de nos erreurs.

Le monde de la communication scientifique, et en particulier les événements de communication scientifique, ne fait pas exception. Qu’est-ce que l’on entend par “événement de communication scientifique” ? Si l’on en croit Wikipédia, la communication scientifique correspond à la diffusion des problématiques et des résultats de recherche fondamentale ou appliquée vers un large public. L’événement ici sert d’outil pour la transmission et peut prendre des formes variées : festivals, conférences, mais aussi l’annonce de nouvelles expositions avec un caractère temporaire et sensationnel.

Parfois, ces événements ne sont pas des réussites, voire même carrément des échecs. Pourquoi ? À quoi cela peut-il servir de les analyser ? Quelles leçons tirer de ces erreurs ?

Elodie Chabrol, directrice de Pint of Science France, Robin Jamet, médiateur scientifique au département mathématiques du Palais de la Découverte, Marion Sabourdy, chargée des nouveaux médias au CCSTI (Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle) de Grenoble, La Casemate, et responsable éditoriale d’Echosciences Grenoble et Pascal Moutet, web project manager et média lab manager à La Casemate ont accepté de témoigner pour nous et de nous livrer leurs réflexions sur le sujet.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Les échecs de la communication scientifique, ce qu’ils nous apprennent »

2018 ◊ un homme presque parfait (projection-débat)

Projection-débat
Un homme presque parfait
dimanche 4 février à 18h
au Temps des cerises

En présence de la réalisatrice Cécile Denjean.

Aujourd’hui les progrès de la science nous permettent d’imaginer un être humain « amélioré ». Dans les laboratoires du monde, un nouvel individu, partiellement reconfiguré, est en train d’être imaginé, testé… fabriqué. Bientôt, nous promettent certains scientifiques, nous considérerons l’Homo Sapiens comme une version charmante certes, mais totalement démodée.

Tous les détails ici

2017 ◊ sciences et émancipation (colloque)

Workshop “Sciences et Emancipation – Ce que font les sciences à la société”

Les sciences modèlent plus que jamais nos sociétés. Impulsées par le progrès technique et de nouveaux modèles industriels (cluster, start-up, etc.), elles sont porteuses d’autant de promesses et d’espoirs que de craintes et de doutes. On ne compte plus les avancées et les innovations dans les domaines de la santé, de l’agroalimentaire, de la communication ou des énergies. Dans le même temps, un tel développement des sciences pose question. Des suspicions et des remises en cause apparaissent devant la multiplication des scandales sanitaires et des risques industriels, face aux problèmes posés par les immenses bases de données, ou face aux vertigineuses « augmentations » élaborées par le transhumanisme. Que font les sciences à la société ? Comment les concevoir d’une façon réellement émancipatrice ? Et de quelle manière peut-on les mettre en débat au cœur de la société ?

Détails et inscription ici

2017 ◊ sciences et société (rapport)

Recommandations du Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) sur le dialogue sciences-société
Sciences et société : répondre ensemble aux enjeux climatiques

L’objectif du CESE est d’énoncer des recommandations qui permettent aux interactions, déjà nombreuses, qui existent entre la communauté des scientifiques du climat et la société de se transformer en dialogue véritable, pleinement efficace. Le CESE envisage de nombreuses modalités pour ce renforcement depuis la création de lieux de dialogue jusqu’au développement de projets coconstruits, en passant par les modalités de la gouvernance. Au niveau territorial, un processus d’échange et de rencontre entre les acteur.rice.s de la recherche et ceux.celles du monde économique s’avère particulièrement nécessaire. Continuer la lecture de « 2017 ◊ sciences et société (rapport) »

2017 ♦ décoration chez Alinea (objet)

Panneau de décoration murale en métal, vendu dans le magasin de décorations et de mobiliers Alinéa en décembre 2017

Cadeau de Noël pour un « vegan »

(par Morgane PETIT, Cnam Certificat 2018)

Me voici partie, en ce weekend de décembre 2017, à la recherche de cadeaux pour Noël. Chemin faisant, je passe les portes à tambour du magasin de meubles et décorations Alinéa, un endroit où, somme toute, on ne s’attend pas à trouver de la science.

Et pourtant… c’est au sous-sol, dans le rayon libre-service, que je tombe sur cette grande affiche murale en métal (90 cm de hauteur quand même). Mon œil est immédiatement attiré par ces quatre animaux noirs ; une poule, un cochon, un mouton et une vache, qui se découpent nettement sur le fond blanc de l’affiche. Plus étrange encore, leurs corps sont défigurés par des écritures en lettres blanches. Elles sont en anglais, mais je comprends malgré tout leur signification (de haut en bas) : « œuf », « bacon », « laine », « lait ». Continuer la lecture de « 2017 ♦ décoration chez Alinea (objet) »

2017 ◊ promouvoir la recherche participative (soirée-débat)

Sciences Critiques et le mouvement Les Jours Heureux ont le plaisir de vous inviter à une soirée-débat sur la recherche scientifique et les technosciences le vendredi 24 février, à Paris, à 20h30.

A deux mois du premier tour de l’élection présidentielle, cette rencontre sera l’occasion de débattre ensemble du rôle et de la place des sciences et des nouvelles technologies dans notre société. Cette rencontre permettra également de discuter des propositions concrètes et des actions immédiates à mettre en œuvre pour démocratiser la recherche scientifique et les technosciences.

La suite sur http://sciences-critiques.fr/

2017 ◊ Lanceurs d’alerte (festival)

web_1200_0Lanceurs d’alerte

Festival à la Gaîté Lyrique

du 11 au 29 Janvier 2017

Visiter la chambre de Julian Assange, appeler des agents du renseignement, mais aussi danser toute la nuit au son de l’électro féminine des pays arabes : du 11 au 29 janvier, la Gaîté Lyrique donne la parole aux héros modernes que sont les Lanceurs d’alerte.

Héros ou citoyens ordinaires, les lanceurs d’alerte révèlent au grand jour la manipulation des données, les dérives de la surveillance et l’appropriation des biens communs. Ils ravivent le dilemme archaïque de la tension entre libre arbitre et obéissance, entre respect de la loi et droit à la transgression. Ils ouvrent une brèche dans nos représentations du monde. Ancrés dans l’urgence du réel, ils explorent la fiction d’un autre monde possible. Ce premier Grand Format se penche sur la figure particulièrement contemporaine des lanceurs d’alerte, vue à travers le prisme de l’art et des nouvelles technologies.

Détails ici

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search