2021 ◊ Dansons la science des mouvements (cliché)

Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant
Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant

 

Les instantanés chorégraphiques pris en photos révèlent beaucoup d’informations sur les techniques propre à la photographie, aux lumières de scène et aussi sur les corps en mouvements. La médiation scientifique par la danse va être illustrée à travers cette photo, extraite d’un des spectacles de danse du chorégraphe anglais de danse contemporaine Russell Maliphant.

Contexte et description du dispositif

Cette photo récente des années 2015 met en scène des mouvements dansés par un duo de danseurs lors d’une répétition de danse ou d’un spectacle devant un public. On devine que l’un des deux artistes porte l’autre allongé sur son dos, les bras et les jambes dans le vide à un instant donné. On ignore dans quel sens va basculer celui qui est porté (à gauche ou à droite ?). Il s’agit ici de mettre en avant des termes utilisés pour qualifier une qualité de mouvement en danse. Ils feront le lien avec le monde scientifique et des mécanismes sociaux, amplifiés par le flou artistique de la photo.

Du flou de mouvements a été créé sous un éclairage bleu-vert sur fond noir. On y aperçoit à la fois la forme, le volume, la profondeur, les courbes, la rotation et des projections. Les deux corps dessinent un espace sur la scène. Il est possible de décortiquer la cinétique des gestes et des mouvements de pieds de la personne portée, plutôt une exécution d’un temps rapide au ralenti. Un mélange de parties nettes et floues des deux corps peut rendre les postures irréalistes. Le genre de ces artistes est masqué par cet effet artistique. Les deux corps fusionnent quasiment, laissant imaginer une autre forme de vie étrange, comme un corps humain avec une tête de monstre et deux bras qui font des hélices.

Après cette parenthèse imaginative, revenons à la danse. L’exécution de ce porté nécessite un ancrage dans le sol de la personne qui fait l’appui. Les centres de gravité des deux danseurs sont en jeu pour acquérir une stabilité avant d’arriver au déséquilibre. Quand cette succession de mouvements est réalisée et maîtrisée, alors on y ressent de la légèreté, fluidité et de l’harmonie.

 

Les aspects culturels et scientifiques de la danse

Cette séquence photographiée met l’accent sur les points suivants :

  • Un phénomène artistique et culturel

Outre son appartenance aux arts vivants, la danse est un moyen de rassembler les personnes, comme les ballets et les danses folkloriques. Elle fait partie intégrante d’une culture et favorise les interactions sociales.

  • Science du mouvement

La photo représente un extrait de danse contemporaine où la rencontre de deux corps va être régie par des forces physiques. Ce choc s’entremêle de dynamisme et de statique.

En la décryptant, on parle de gravité, d’équilibre-déséquilibre, de force d’attraction dans les portées.

Ces qualités de mouvements demandent de connaître son corps (anatomie, biologie, physiologie), de l’accepter et de les contraindre à sortir d’une zone de confort. On s’approprie de la mécanique du corps. Certains chorégraphes de danse contemporaine conçoivent leur chorégraphie sur le déséquilibre ou le contact ou bien la maîtrise de l’équilibre dans des dizaines et des dizaines de tours.

Des chercheurs scientifiques étudient différentes thématiques à travers ces mouvements (la proprioception, la cognition, la robotique etc).

 

  • Mémoire par l’apprentissage et la notation chorégraphique

Quand il s’agit de chorégraphie, la mémoire est sollicitée ! Des zones de notre cortex cérébral sont donc activées pour l’apprentissage et la mémoire du corps par les cinq sens. La mémoire d’une séquence dansée fait souvent appel à la visualisation.

A ce propos, les plus vielles notations chorégraphiques datent du 17ème siècle. Elles ont été enrichies au début du 20ème siècle par des architectes et mathématiciens passionnés de danse (Laban, Benesh). On aperçoit un système organisé avec la symétrie, des rondes… caractéristiques des ballets de danse classique.

 

Notation de Laban
Notation de Laban
  • Moyen de communication et inspirations de la nature (vols d’étourneaux, parade nuptiale des oiseaux de paradis) ?

 

  • Modélisation 3D du corps

Ces corps en mouvements ont donné des idées à des concepteurs et des modélisateurs de films d’animation, de jeux interactifs de danse et de robots humanoïdes.

L’ensemble de ces mouvements de danse peuvent être considérés comme une représentation artistique des sciences. La danse est donc vectrice d’une multitude de messages relevant de la médiation culturelle et scientifique (biologie, physique, les mathématiques et la communication par le langage corporel) ! 

 

Claire Semler

2019 ◊ La machine de Turing (théâtre)

billet proposé par clancyaddict

Alan TURING, à quelques instants de son suicide, vous raconte comment sa vie qui aurait dû être faite de reconnaissance et de renommée l’a conduit à choisir la mort par pomme empoisonnée.

Par une série de flash back nous conduisant des années 30 aux années 50, il nous est révélé mathématicien de génie, héros de guerre, amoureux transis, mais aussi dépravé et proscrit.

Benoît Soles nous fait découvrir un Alan Turing, mi-génie attachant, mi-savant fou émouvant, appuyé par un Amaury de Crayencour qui le pousse à dévoiler ses failles et ses secrets.

Une immanquable découverte de la bouleversante et fascinante histoire de ce mathématicien britannique.

 

2019 ◊ Muse-IC : quand science et musique se rencontrent

12 mars 2019

Concert de musique de chambre, le 12 mars, salle Cortot, 78 rue Cardinet, 75017 Paris

Le projet Muse-IC propose à six compositeurs de réaliser une oeuvre musicale inspirée directement d’une découverte scientifique récente de haut niveau dans les domaines de l’astrophysique, la biologie, et la biophysique. Ce concert mêle vulgarisation scientifique et valorisation de la musique contemporaine.

Info et inscription ICI

2019 ◊ Paradoxal

03 au 19 février 2019

Théâtre de Belleville
du 03 au 19 février
Lundi 19h, Mardi 21h15, Dimanche 17h

PARADOXAL, Thriller scientifique

De et par Marien Tillet, Production Le cri de l’armoire

Peut-on vraiment différencier le rêve de la réalité ? Une jeune journaliste souffrant d’insomnie intègre un programme médical de recherche à destination des rêveurs lucides. L’expérience dérape. Paradoxal est un thriller qui crée le doute et le propage dans la tête du spectateur.

Continuer la lecture de « 2019 ◊ Paradoxal »

2019 ◊ Binôme, le poète et le savant

du 31 janvier au 6 février 2019

Festival de théâtre au Grand Parquet – Maison d’artistes, 35 rue d’Aubervilliers, Paris (jeudi 31 janvier, vendredi 1er février à 19h et samedi 2 février à 17h)

Festival de théâtre au Grand Parquet Six spectacles binôme seront présentés.  Avec binôme, le chercheur devient l’objet d’étude d’un auteur de théâtre qui écrit une pièce librement inspirée de leur rencontre.

Le résultat est sensible, souvent drôle et nous offre un regard inhabituel sur la science et ceux qui la font. La compagnie les sens des mots développe cette collection de spectacles depuis 2010, il existe aujourd’hui 37 binômes.

Continuer la lecture de « 2019 ◊ Binôme, le poète et le savant »

2018 ◊ Classique cosmique /Afterwork, l’étonnante rencontre Musique-Astronomie

Mercredi 21 Novembre 2018  à 20:00

source : https://philharmoniedeparis.fr/fr/scolaires-enseignants/19358-classique-cosmique

La Philharmonie de Paris accueille au sein de sa Grande salle Pierre Boulez l’étonnant mariage entre la musique classique et l’astronomie. En effet, le mercredi 21 novembre 2018 à 20:00, vous pourrez observer les étoiles, la Lune, Jupiter ou encore des trous noirs, tout en voyageant à travers la musique classique de l’Orchestre de Paris. Les images du cosmos seront fournie par le planétarium de la  La cité des sciences et de l’industrie. Ce voyage cosmique sera mené par la voix de Jean-Claude Ameisen. Pour celles et ceux qui souhaitent prolonger le plaisir de ce métissage musico-scientifique, vous aurez accès à partir de 21:30 au Balcon, le  restaurant panoramique de la Philharmonie avec cinq musiciens de l’orchestre et le musicien électronique Quentin Abadia. Des reprises de Star Wars, E.T ou David Bowie aux compositions électro.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Classique cosmique /Afterwork, l’étonnante rencontre Musique-Astronomie »

2019 ◊ Le Grand Bazar des Savoirs

Le week-end du 13-14 Avril 2019

AUTOUR DU SPECTACLE

Le Grand Bazar des Savoirs, c’est un projet imaginé par Catherine Blondeau, directrice du théâtre Le Grand T à Nantes, et Didier Ruiz, metteur en scène expert en êtres humains. Après une première édition mémorable à Nantes en 2012, le projet est remonté en exclusivité pour les dix ans du ThéâtreLa Piscine : sous le signe de la curiosité, du partage et de l’échange, un grand week-end pour découvrir une encyclopédie vivante unique au monde !

On recherche !

Continuer la lecture de « 2019 ◊ Le Grand Bazar des Savoirs »

2018 ◊ la mort de ma vie (théâtre)

LA MORT DE MA VIE

Depuis le début du mois, 14 étudiantes et étudiants travaillent d’arrache-pied sur un sujet brûlant: la mort est-elle un problème? 

Débats passionnants et passionnés, intervenants, livres, articles scientifiques, films… 

14 personnages bien vivants le mercredi 3 octobre à 20h30 au magnifique théâtre de l’Épée de Bois, Cartoucherie de Vincennes. Détails sur le flyer ci-joint. Débat et pot suivront…

En espérant vous y retrouver !

2018 ◊ Galilée, le mécano (théâtre)

Galilée, le mécano

de Marco Paolini et Francesco Niccolini, mis en scène par Gloria Paris

du 14 septembre au 28 octobre

Théâtre de la Reine blanche/Scène des arts et des sciences à Paris

C’est un texte contemporain qui nous conte avec humour et brio la vie de cet immense scientifique.

« Et pourtant, elle tourne ! ». Au delà de cette phrase probablement apocryphe, que doit la science à Galilée ? Ce spectacle nous raconte la vie tumultueuse du savant italien, qui bouleversa l’histoire de la pensée en perfectionnant la lunette astronomique. Grâce à elle, la Voie lactée, la nébuleuse d’Orion, le Soleil et ses tâches se dévoilent. Avec Galilée, c’est la vision « mécaniste » de l’univers qui s’impose face aux héritiers d’Aristote et de Ptolémée. Le « pourquoi » du monde est remplacé par le « comment » …

Détails ici

2018 ◊ perform (conférence, atelier, spectacle)

Source : cosmicshambles.com + bigvancience.com + DirtyBiology DR

Conférence, spectacles, ateliers

Jeudi 14 et vendredi 15 Juin 2018

Maison de l’UNESCO – 125 avenue de Suffren – 75007 Paris

Innovations dans l’éducation scientifique à travers les arts de la scène.

Découvrez comment les arts de la scène peuvent aider les professionnel·le·s de la culture scientifique à réfléchir sur la science et sur son rôle dans la société.

Un projet européen porté en France par l’association TRACES.

Afin de partager les résultats du projet et d’imaginer de nouvelles alliances pour assurer la diffusion et la poursuite de ses objectifs, nous vous invitons à participer à la conférence finale PERFORM, avec la participation du comédien Robin Ince, de la performeuse Ana Peiro, et du Youtuber Léo Grasset.

Avec le Youtuber Léo Grasset (vidéaste et créateur de la chaîne Dirty Biology)

programme et inscription ici

2018 ◊ ça va faire mâle ! (théâtre)

Une scène de science-friction proposée par les élèves des formations CNAM en médiation culturelle des sciences et techniques dans leurs rapports à la société

lundi 28 mai 2018 à 20h

Théâtre de la reine blanche

2 passage Ruelle – 75 018 Paris

ENTREE LIBRE

C’est l’histoire d’une séance de l’Institut des sciences du masculin (ISM). Bernard et Alice y subissent une parodie de tests visant à déterminer s’ils sont de la race des mâles. Deux scientifiques de l’ISM – Roger et Fatima – s’acharnent à démontrer que des différences biologiques sont au fondement des inégalités sociales entre les masculins et les autres. Mais voir le mâle partout comporte des risques …

Télécharger le flyer

renseignements auprès de Michel letté : michel.lette@lecnam.net

2018 ♦ Gucci (cliché)

Cliché pris par le groupe Imaxtree lors du défilé Automne-Hiver Gucci le 21 février 2018 à Milan

Gucci habille un avenir post-humain

(par Meryem HAMEG, Cnam Magister 2018)

Ce cliché a été pris le 21 février 2018, à l’occasion de la Fashion Week milanaise durant laquelle Alessandro Michele, directeur artistique de la marque Gucci a présenté sa collection Automne-Hiver 2018/2019. Depuis son arrivée à la tête de la maison de luxe en 2015, le créateur star ne cesse de faire parler de lui, autant pour ses choix artistiques que pour son audace marketing. Cette année, il semble avoir carrément fasciné le monde de la mode, moins par ses créations vestimentaires que par la mise en scène troublante de son défilé. Jugés dérangeants, voire perturbants, les choix d’Alessandro Michele n’ont pas laissé indifférent. Continuer la lecture de « 2018 ♦ Gucci (cliché) »

2018 ◊ la France contre les robots (théâtre)

Le Liberté au Théâtre de l’Alliance Française : La France contre les robots

La Fondation Alliance Française et Le Liberté, scène nationale de Toulon ont le plaisir de vous convier à l’une des représentations de LA FRANCE CONTRE LES ROBOTS de Georges Bernanos au Théâtre de l’Alliance Française (101, Boulevard Raspail – 75006 Paris)Une évocation fulgurante de la vision de Bernanos pour le XXIe siècle à travers les textes lus par Jean-Baptiste Sastre. 

samedi 3 et lundi 5 février à 20h30 

Réservation dans la limite des places disponibles ici

En amont de ces représentations, nous vous convions également à une rencontre avec Gilles Bernanos, Jean-Claude Zylberstein et Jean-Baptiste Sastre autour du thème « Pourquoi Bernanos aujourd’hui ? » ce  soir jeudi 1er février à 19h

Dernières places disponibles > réservation

2018 ◊ arts, sciences et société ( dialogue)

Un événement qui fait dia­lo­guer arts, scien­ces et société pour ima­gi­ner demain

Le 2 et 3 février 2018, 36h en continu, de 10h à 22h

Cité internationale des arts – Site du Marais

Toutes les infos ici

« Nous ne sommes pas le nombre que nous croyons être » est proposé par la Fondation Daniel et Nina Carasso, en partenariat avec la Chaire “arts & sciences” (portée par l’École polytechnique / l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs – PSL / la Fondation Daniel et Nina Carasso) et la Cité internationale des arts.

Cet évènement rassemblera des centaines d’artistes, chercheurs et groupes de travail d’horizons géographiques et disciplinaires très variés autour d’une expérience inédite, en continu pendant 36h. Ils investiront plusieurs espaces de la Cité internationale des arts à Paris, lieu de vie ouvert au dialogue entre les cultures, en invitant les visiteurs à réfléchir sur le présent et à esquisser ensemble des voies d’avenir.

Le fil conducteur de ce foisonnant programme est l’univers romanesque de The Compass Rose (1982), un recueil de nouvelles de l’auteure américaine de science-fiction Ursula K. Le Guin. Nous essaierons de dessiner le paysage de ce qui pourrait exister dans le futur en tirant quelques fils de ces nouvelles et tenterons de sortir de notre zone de confort, d’accepter l’imprévisible, de nous frayer dans l’inconnu et de questionner à nouveau la valeur de la preuve, du doute, de l’accident et de l’enquête. Continuer la lecture de « 2018 ◊ arts, sciences et société ( dialogue) »

2018 ◊ France-Fantôme (théâtre)

“France-Fantôme”, la science-friction dans tous ses éclats

Tiphaine Raffier dépeint un futur aseptisé où l’art est dénigré et où les souvenirs des vivants servent de monnaie d’échange pour faire revenir les morts.

Peu de textes de science-fiction sont créés sur scène. Peut-être parce que ce genre nécessite souvent la mise en condition du spectateur dans un univers a priori loin du réel et gourmand en effets spéciaux, alors que le théâtre saute souvent dans celui-ci à pieds joints. La jeune metteure en scène Tiphaine Raffier, au contraire, y a vu la possibilité de parler de tout avec une grande liberté. Comédienne chez Julien Gosselin, dans les Particules élémentaires et dans 2666, elle a travaillé en parallèle durant deux ans sur son propre projet, l’écriture de France-Fantôme, puis sa création en octobre au Théâtre du Nord à Lille, dont elle a suivi l’école de 2009 à 2012.

la suite de l’article de Frédérique Roussel sur le site du journal Libération  ici

2017 ◊ impromptus scientifiques (spectacle)

Soirée impromptus scientifiques

le 30/11/2017

Agoramania – « Agoramania, la ville dans tous ses états !». Cette programmation visera à interroger la place de(s) individu(s) dans la ville et à transformer le concept de « ville intelligente » en une réalité avant tout humaine.

Une soirée composée de deux spectacles pour découvrir de manière ludique les recherches de scientifiques, mises en scène par le groupe n+1.

Les impromptus scientifiques sont des discours spectaculaires qui mettent en scène un chercheur, dont les travaux sérieux sont joyeusement déréglés par le groupe n+1 de la compagnie Les ateliers du spectacle. Ils tentent de faire tenir ensemble un propos scientifique et une approche poétique.

Les impromptus visent à transmettre la recherche d’un chercheur de manière sensible et incarnée. Les impromptus sont volontairement interdisciplinaires, avec un goût particulier pour les mathématiques et les neurosciences. Ils sont toujours suivis d’un temps de discussion et d’échange avec le public.

Spectacle 1 : Comment faire couler une goutte d’essence d’un brin d’herbe ?
De la poubelle au carburant, il n’y a pas qu’un pas, il y en a plusieurs. Tel un sioux des temps modernes, Thierry Chataing retrace les chemins secrets de la valorisation des déchets. Premièrement, le chercheur parle de ses recherches au groupe n+1. Pour suivre, le groupe n+1 l’interroge sur sa manière de travailler. Aussitôt, le chercheur fait part des problèmes qu’il rencontre. Sur le champ, le groupe n+1 lui pose des questions sur le domaine dans lequel il exerce. Pour finir, le chercheur évoque une curiosité particulière pour un type de sujet. Et ainsi de suite, jusqu’à épuisement.

Spectacle 2 : La thermophysique de l’innovation
La thermoélectricité est la science qui permet de convertir de la chaleur en électricité. Considérant leur conversation comme un échange thermique, Tristan Caroff et Léo Larroche discutent de la possibilité de tracer des parallèles entre cette science et le processus d’innovation.

Tous les détails ici

2017 ◊ le Cabaret de la crise (théâtre)

Dimanche 19 Novembre à 17h : Le Cabaret de la Crise SAISON 1

Si vous l’avez raté, c’est votre moment : c’est le Cabaret version duo créé en 2016. La dette, le marché, l’écologie positive, l’exploitation, la course à la compète : parlons-en… Mais il faut en rire ! Chanter, slamer, danser ensemble en l’honneur de la grande épopée de la Crise!

Avec Adèle Frantz et Luigi Cerri
Durée : 1h15 / Participation libre

Dimanche 3 décembre à 17h : Le Cabaret de la Crise SAISON 2

Voici la saison 2 du Cabaret avec de nouveaux sketchs, toujours plus grinçants sur l’économie, l’écologie et l’éducation nationale ! Au programme : le slam de l’ours polaire, un match percutant entre agriculteurs, et en exclu : les confidences de Big Brother !
Avec Adèle Frantz, Véronique Bret et Luigi Cerri
Durée : 1h15 / Participation libre

Les deux représentations se tiendront au Lieu Dit (6 rue Sorbier 75020 Paris – M° Ménilmontant ou Gambetta), et seront suivies par un débat animé par des membres du collectif Les économistes atterrés.

Tous les détails sur le site de la Fabrique des terriens ici

2017 ◊ Dieu, Darwin, Marcel et moi (théâtre)

Source : https://www.nrpyrenees.fr/

Fantaisie écolo-musicale pour duo voix/batterie

écrite après lecture du livre de Marcel Bouché

“Des vers de terre et des Hommes”  – Acte Sud – 2014

création octobre 2017

La conférencière des rencontres “Parlons-en” revient et, assistée du jeune stagiaire Francis, reçoit le professeur Marcel Bouché et d’autres invités-surprises pour parler de géodrilologie.

Mais, qu’est-ce que la géodrilologie ?!

Tous les détails ici

2017 ◊ le paradoxe des jumeaux (théâtre)

LE PARADOXE DES JUMEAUX – Création et production la Reine blanche

du 16 novembre au 28 décembre 2017

Auteur.e.s :  Jean-Louis Baueur et Élisabeth Bouchaud

Mise en scène : Bernadette le Saché

« Il faut faire de la vie un rêve et faire d’un rêve une réalité ; L’humanité tirera plus de bien que de mal des découvertes nouvelles. » Pierre Curie

La pièce met en scène deux immenses physiciens du début du 20ème siècle : Marie Curie, qui comprit la radioactivité et découvrit le radium et le polonium et Paul Langevin, qui travailla sur un très grand nombre de sujets majeurs, dont l’électromagnétisme, le mouvement Brownien et la relativité. Après la mort de Pierre Curie, Marie Curie et Paul Langevin ont une liaison amoureuse et la presse d’extrême droite mène une campagne politique d’une violence inouïe contre l’« étrangère ». Pendant cette période terrible, Marie est soutenue par Bronia, sa sœur aînée, qui rêve de la ramener dans la Pologne de leur enfance, en lutte pour son indépendance. Science, passion, exil : l’épopée d’une grande pionnière.

Détails ici

2017 ◊ C’est pas mon genre ! (théâtre)

C’est pas mon genre ! … scènes de science friction

Penser, écrire, mettre en scène et jouer en moins d’un mois à partir du thème des questions de genre et dans le cadre contraint d’une formation à la médiation culturelle des sciences et techniques en société, les étudiant.e.s du Master Journalisme, communication et culture scientifiques de l’Université Paris Diderot l’ont fait. Et le résultat vaut la peine d’être vu ! Jugez-en par vous-même.

Vidéos de la pièce et du débat présentés par les étudiants le 30 septembre 2017 :

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search