“Pensez à vous équiper” … ou l’art de tomber dans le panneau

Depuis quand ce panneau est-il là ? Sur le bord de la départementale D461 aux portes d’une zone montagneuse appelée le Haut Doubs ? Je suis bien incapable de le dire. Sa couleur bleue n’alerte pas, il ne fait pas partie des panneaux de signalisation que mon cerveau surentrainé analyse de manière automatique. Je classe rapidement ce panneau dans la case des nuisances inutiles qui bordent nos routes et décide de l’ignorer.

Mais le panneau ne disparaît pas pour autant. Il reste là, bien planté le long de mon trajet domicile-travail et enlaidit, par son unique présence, le superbe paysage qui se trouve juste d’arrière. Malgré mon souhait d’admirer la campagne comme s’il n’existait pas, je repère son pictogramme : une roue et un flocon, une façon simple et efficace pour évoquer un pneu-neige. L’État a déjà inondé la région de ses propres panneaux, rappelant que la loi a rendu, l’an dernier, les pneus-neige obligatoires dans la région pendant toute la période hivernale. Pourquoi en rajouter ? 

Mon cerveau me trahit à nouveau, les études montrent qu’il n’est pas possible pour un lecteur de ne pas lire un texte qui se présente à lui. Alors malgré moi, le message s’incruste dans ma tête: « cet hiver, le Doubs met le cap sur la sécurité. Pensez à vous équiper ! » Département du Doubs.

Première réaction : je commence par m’énerver et  par pester contre la société de plus en plus sécuritaire… les services publics qui se désengagent… l’État qui oblige la population à s’équiper toujours davantage… le département qui va en profiter pour arrêter de déneiger les routes…. Bref, une grosse dose de parti pris et de mauvaise foi. Totalement en décalage avec le panneau bleu rassurant, bienveillant, que je viens de croiser.

…. jusqu’à ce que je m’interroge.

Pourquoi le Conseil Départemental a-t-il jugé important de nous rappeler qu’il nous faut nous équiper de pneus neige? Pourquoi maintenant, alors que le réchauffement climatique a rendu les équipements hivernaux de moins en moins nécessaires ? Pourquoi ici, dans le Haut Doubs alors que la limite pluie-neige ne cesse de monter? Les automobilistes seraient-ils devenus irresponsables et inconscients des dangers de l’hiver ? Les scientifiques et industriels n’ont-ils pas fait progresser l’adhérence des pneus ?

Le Conseil Départemental a mis en place des applications pour connaître en temps réel l’état des routes. Il a également multiplié les chasse-neige et autres sableuses et saleuses. Finalement, comme le rappelle le panneau, le Doubs veille sur notre sécurité. Combien de fois l’état des routes a-t-il vraiment nécessité des pneus-neige ces trois dernières années ? 5 ou 6 fois maximum par an sur cette portion de route D461, autant que dans d’autres départements qui n’ont besoin d’aucune obligation. Ce n’est rien par rapport à ce qu’ont pu vivre les générations précédentes.

« Dans le Haut Doubs, il pleut 6 mois et neige 6 mois » avait pour habitude de dire ma grand-mère, avec une pointe d’exagération. « Les routes étaient enneigées tout l’hiver, il fallait chaque jour pelleter, gratter, pousser, pour dégager les véhicules. » 

C’est ici que mon cerveau d’humain me fait défaut : d’après Tobias Brosch (de la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève) : « notre cerveau n’est pas optimisé pour reconnaître la menace des changements climatiques. Homo sapiens a évolué de manière à réagir aux dangers immédiats et concrets qu’il peut percevoir directement. Le réchauffement global, lui, est un phénomène lent, complexe, abstrait et probabiliste. »

Finalement, je suis passée tant de fois devant ce panneau que j’ai fini par lui trouver une raison d’exister: il est devenu mon signal d’alerte. Il me rappelle notre propension à oublier à quoi ressemblait notre environnement avant l’accélération du réchauffement climatique : les hirondelles qui peuplaient les fils électriques… les insectes qui collaient aux pare-brises… le chant des oiseaux dans les forêts… les grandes épaisseurs de neige sur les routes du Haut Doubs. Il m’alerte surtout sur les actions que nous devions mener pour préserver ce qui peut l’être encore. 

Ironie du sort, alors que je termine cet article : Nous sommes mi-avril, les Pyrénées-Orientales connaissent leurs premiers feux, nos nappes phréatiques sont vides, mais dans le Haut Doubs… il neige ! 

Par Rachel DUBIEZ 

De l’eau !

Seule, au bord de l’eau, cette borne à incendie s’est revêtue de bleu. Est-ce par simple coquetterie pour s’assortir avec le reflet du ciel dans l’eau ?

On aurait pu le croire, tant elle est gracieuse ainsi posée au bord du Tarn.

Et bien non, sa couleur bleue signifie qu’elle fait partie de la famille des poteaux d’aspiration, les pompiers devront aspirer l’eau de la rivière avec une pompe.

Elle n’est donc ni comme sa sœur rouge, reliée directement au réseau d’eau potable, ni comme sa sœur jaune, réservée au milieu industriel, ni comme sa sœur verte, utilisée comme réserve d’eau pour les professionnels hors pompiers.

Datant de la fin du XIXe siècle, la borne à incendie est apparue petit à petit dans l’espace public jusqu’à devenir omniprésente. Cette présence l’a rendue banale, voire insipide aux yeux du passant. Sa forme n’a que peu évolué et elle se pare parfois d’un coffre comme par pudeur.

Elle est un symbole de la révolution industrielle et technique et démontre que malgré son grand âge, elle est toujours utile.

Elle nous rappelle également à quel point l’eau est précieuse à la vie, à quel point aussi elle est nécessaire aux pompiers dans la lutte contre le feu, avec les sinistres incendies de l’été 2022.

Par Muriel BEN SOUSSAN

Le réchauffement climatique en France s’annonce 50% plus élevé que prévu

D’après de nouvelles projections climatiques, sans une baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre, la température moyenne de la France pourrait augmenter de 3,8°C à l’horizon 2100 par rapport au début du XXe siècle.  

Après les canicules, les sécheresses, les incendies et les orages de cet été, les dernières prévisions climatiques s’annoncent encore plus sombres que prévu pour l’Hexagone. Le réchauffement climatique en France pourrait être 50% plus élevé que ce que montraient les dernières prévisions publiées par Météo-France en 2021. C’est le résultat des dernières projections climatiques publiées dans la revue Earth System Dynamics le 4 octobre 2022 par une équipe du CNRS, du CERFACS (Centre Européen de Recherche et de Formation Avancée en Calcul Scientifique) et de Météo-France. 

Ces projections se basent sur un scénario intermédiaire, comme défini par le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Ce scénario intermédiaire envisage une trajectoire dans laquelle les tendances d’émissions de gaz à effet de serre (GES) actuelles se maintiennent. Ce qui semble le plus probable d’après les chercheurs. Dans ce cas, la température en France pourrait augmenter de 3,8°C en 2100 comparativement au début du XXe siècle. 

Une nouvelle méthodologie prometteuse 

Afin d’arriver à ces résultats, les chercheurs ont utilisé des modèles utilisés par le GIEC, qu’ils ont adapté à la France et pour lesquels ils ont utilisé une nouvelle méthodologie. Cette méthodologie présente une innovation majeure, consistant en l’utilisation de données climatiques observées sur le terrain pour contraindre les modèles. Pour cela les chercheurs se sont basés sur des données récoltées sur plus de 30 stations météorologiques en France. Les plus anciennes utilisées et considérées comme robustes datent de 1899. Les plus récentes datent de 2020. Ils comparent ensuite ces mesures de terrains, avec les résultats issus des modèles afin de les calibrer et diminuer les incertitudes. Lorsque les modèles reproduisent au mieux les tendances observées par les mesures, alors les chercheurs font des projections sur le futur. Ces projections suivent différents scénarios présentés par le GIEC, du plus optimiste au plus pessimiste.  

Un modèle à l’échelle de la France 

L’autre élément innovant de cette méthodologie est qu’elle permet de faire des projections climatiques à l’échelle de la France seulement. Contrairement, aux résultats du groupe d’experts du GIEC, simulant les projections climatiques à l’échelle de grandes régions comme le bassin méditerranéen ou l’Europe, cette méthodologie permet une réduction d’échelle dans les projections. Ce qui est une grande avancée. En effet, la prise de décision, la planification à l’adaptation climatique, ainsi que les politiques de prévention se font à une échelle locale et nationale. D’où l’importance de pouvoir avoir des projections à une échelle plus réduite.  

Des prévisions plus dramatiques que prévu 

Basé sur cette nouvelle méthodologie, les scientifiques ont tout d’abord montré que la température en France actuelle est supérieure de 1,66°C par rapport aux températures mesurées entre 1900 et 1930. D’après l’étude, 1,63°C degré serait à attribuer uniquement à l’activité humaine.  

L’analyse de données de températures plus précises entre 2010 et 2019, montre que sur cette courte période, la France se réchauffe de 0,1°C tous les 3 ans. Ce réchauffement est à imputer seulement à l’activité humaine. Ce qui de manière plus concrète aura pour conséquence, toujours à partir d’un scénario intermédiaire, une hausse des températures moyenne de 3,2°C en hiver et de 5,1°C en été à l’horizon 2100. L’hexagone connaîtra alors des étés avec des canicules quasi permanentes et les sécheresses seront plus longues de 5 à 10 jours. La neige aura quasiment disparu des régions de moyenne montagne, et dans le sud du massif alpin il neigera moins de 5 jours par an. 

Ces nouvelles prévisions sont encore plus dramatiques que les dernières prévues par Météo-France publiées en 2021. Cette dernière étude prévoyait alors une hausse des températures de 2,2°C dans un scénario intermédiaire et de 3.9°C dans un scénario pessimiste à l’horizon 2100. Ces nouvelles prévisions montrent que le scénario pessimiste correspond finalement à un scénario modéré, à l’échelle de la France.  

L’étude publiée dans la revue Earth System Dynamics, présente également différents scénarios possibles, en fonction du choix fait par nos sociétés. En considérant le scénario le plus optimiste, envisageant une évolution croissante vers des pratiques durables, alors l’augmentation de la température pourrait se limiter à 2,3 °C en 2100 par rapport au début du XXe siècle. En considérant le scénario le plus pessimiste, où nos sociétés continueraient à augmenter leurs émissions de GES, alors la température en France pourrait augmenter de 6,7°C en 2100. Des chiffres qui posent d’immenses défis d’adaptation et qui promettent des changements sévères dans l’agriculture, les écosystèmes et la société française.  

Ces projections sonnent comme un véritable cri d’alarme et montrent l’importance d’une action rapide des gouvernements si l’on veut limiter les impacts du changement climatique. Bien que, comme le soulignent les chercheurs, cette nouvelle méthodologie doit encore être validée par d’autres études dans le monde, il n’en reste pas moins que l’avenir climatique de la France s’annonce sombre. 

par Loïc DUCARME.

Exposition scientifique “Océans et mers plastifiés”

Oceans_et_mers_plastifiés

 

Conçue par des spécialistes des milieux marins, “Océans et mers plastifiés” pointe l’impact de notre consommation, de nos modes de production et de notre vie quotidienne sur les fleuves, les mers et l’océan.

A travers six thèmes majeurs, le visiteur découvre l’origine de la pollution plastique des océans, sa circulation, son accumulation et sa fragmentation pour terminer en microplastiques. Les impacts, non seulement sur la vie marine mais aussi sur notre planète et ses habitants ne vous laisseront pas indifférents. Et oui ! le plastique ne disparaît jamais. Pire encore, il entre désormais dans la chaîne alimentaire. Sur une note plus positive, les actions de l’association Expédition MED sont présentées en fin de circuit, ainsi que des solutions et des alternatives au plastique.

Créée par l’association Expédition MED, cette exposition itinérante a posé ses valises au pavillon de l’eau de Paris depuis le 05 octobre 2021 et ce jusqu’à la fin de l’année 2022. Elle se veut pédagogique et scientifique, accessible quels que soient votre niveau scientifique et votre âge. Le sujet vous intéresse ? Alors foncez !



Lieu : Pavillon de l’eau, 77 avenue de Versailles, 75016 Paris – 01 42 24 54 02

Horaires : visite libre et gratuite tous les mercredis de 10h00 à 17h00 et le premier dimanche du mois de 13h30 à 18h00.



Pour en savoir plus : https://www.expedition-med.org/nos-actions/les-expositions-oceans-et-mers-plastifies/



Cette exposition est également à retrouver à travers la France :

– Montbéliard : Espace Damassine, du 1er juin au 31 août 2022

– Laval : Agglo Hôtel communautaire, du 1 octobre au 30 novembre 2022

– Métropole de Rouen Normandie de mars à novembre 2023.

Comment prévoir et gérer une éruption volcanique ?

Eruption du volcan Cumbre Vieja

 

Le 19 septembre 2021, le volcan Cumbre vieja entre en éruption, entrainant le déplacement de plus de 5000 personnes dans les heures qui suivent. Les observations des jours précédents laissaient pourtant présager une éruption dans cette zone volcanique. Malgré une surveillance accrue des scientifiques, ces phénomènes restent en partie imprévisibles. L’exemple du Cumbre Vieja est l’occasion de revenir sur ce que peuvent prévoir les volcanologues et comment est géré le risque volcanique.

Si les volcans ont longtemps été un mystère pour l’humanité, les progrès de la volcanologie depuis la seconde moitié du XXe siècle permettent néanmoins d’avoir une idée des dangers à venir1. Le risque volcanique peut être apprécié par deux principales variables2. La première d’entre elles est l’activité sismique de la zone, c’est-à-dire les tremblements de terre qui témoignent de l’activité souterraine du volcan observé. Ces petits séismes sont appelés « trémors ». Dans le cas de La Palma, plus de 1000 tremblements de cette sorte ont été enregistrés la semaine précédant l’éruption (on parle alors d’essaim sismique)3.

L’autre variable étudiée est la déformation de la terre à la surface provoquée par les mouvements souterrains. Des chercheurs espagnols avaient justement publié une étude sur La Palma en janvier 20214. Grâce à l’analyse d’images satellites, les scientifiques avaient pu mettre en évidence que l’activité volcanique était à l’origine de légères déformations depuis une dizaine d’années dans le sud de l’île.

Il faut cependant noter que ces indicateurs ne permettent pas de déterminer quand une éruption va avoir lieu, ni même si elle va avoir lieu. Les scientifiques restent donc mesurés dans leurs conclusions. Dans l’étude sur La Palma publiée début 2021, les auteurs précisaient que les troubles observés ne présageaient probablement pas d’une éruption avant une décennie5. Trois jours avant le début de l’éruption, David Calvo, de l’Institut Volcanologique des Canaries (INVOLCAN), parlait d’une « probable éruption » qui pourrait avoir lieu dans « des semaines, des mois, voire des années »6.

Gérer le risque volcanique

On l’aura compris, la décision d’évacuer une zone à risques est donc compliquée à prendre. Les éruptions étant incertaines, les politiques doivent arbitrer entre le danger volcanique et les coûts socio-économiques du déplacement des populations. Une mauvaise décision peut entrainer des drames humains (exemple du Nevado del Ruiz en 1985) ou des coûts sociaux et économiques importants et avoir un impact négatif sur la légitimité des scientifiques ayant donné l’alerte et des politiques ayant pris la décision7.

Les zones à risques volcaniques se dotent généralement d’institutions, mêlant scientifiques et autorités locales, dont est but est justement de prévenir les dangers. Aux Canaries, cette organisation est la PEVOLCA. Mise en place en 2018 par le gouvernement canarien, elle est composée de comités de direction et de coordination, conseillés par un « Comité scientifique d’évaluation et de surveillance des phénomènes volcaniques ». Ce dernier est chargé d’alerter les comités de direction et de coordination en cas d’anomalie et d’établir la dangerosité des situations sur une échelle allant de 1 à 4 (le niveau 1 signifiant qu’une éruption à court terme est peu probable, le niveau 4 étant une situation d’urgence, d’éruption volcanique)8. L’essaim sismique précédant l’éruption avait fait passer le niveau d’alerte de 1 à 2 le 14 septembre. La population était donc au courant du risque et les autorités locales prêtes à intervenir en cas de danger. Le 19 septembre, l’importante activité sismique du Cumbre Vieja entraine l’évacuation des personnes à mobilité réduite dans la matinée9. Le volcan entre en éruption dans l’après-midi et plus de 5000 personnes sont déplacées dans les heures qui suivent.

Le Cumbre Vieja restera en activité pendant presque trois mois et entrainera l’évacuation de plus de 7000 personnes (sur les 83000 que compte l’île), la destruction de 3000 bâtiments et d’importants dégâts sur les cultures. La surveillance des scientifiques et les plans mis en place par les autorités auront au moins évité que cet épisode devienne un drame humain (aucun mort)10. Cet événement nous rappelle que, malgré les progrès scientifiques de ces dernières décennies, les éruptions volcaniques restent des phénomènes en partie imprévisibles face auxquels les populations et les autorités doivent réagir rapidement.


sources :

1 Richet, Pascale, « L’imaginaire des volcans et les progrès de la volcanologie », In. Comité français d’histoire de la géologie, Troisième série, T.XXI, 2007, consulté en ligne le 20/12/2021 : http://www.annales.org/archives/cofrhigeo/volcans.html

2 Futura Science. « Volcan : surveillance, prévision et prévention ». Publié le 07/11/2016, consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/volcanologie-risques-volcaniques-441/page/4/

3 Courrier International. « Espagne. Les îles Canaries craignent la survenue d’une éruption volcanique ». Publié le 16/09/2021, consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.courrierinternational.com/article/espagne-les-iles-canaries-craignent-la-survenue-dune-eruption-volcanique

4 José Fernández, Joaquín Escayo, Zhongbo Hu, Antonio G. Camacho, Sergey V. Samsonov, Juan F. Prieto, Kristy F.Tiampo, Mimmo Palano, Jordi J. Mallorquí & EumenioAncochea, « Detection of volcanic unrest onset in La Palma, Canary Islands, evolution and implications », In. Nature, Scientific Reports, 15p. Publié le 28 janvier 2021, consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.nature.com/articles/s41598-021-82292-3

5 Ibid. p1.

6 Diaro de Avisos. « La Palma continúa dando pasos hacia una “potencial erupción” ». Publié le 16/09/2021, consulté en ligne le 04/01/2022 : https://diariodeavisos.elespanol.com/2021/09/la-palma-continua-dando-pasos-hacia-una-potencial-erupcion/

7 Gouvernement du Canada, « Comment peut-on prévoir le moment où un volcan entrera en éruption, et comment se prépare-t-on à une éruption ? ». Publié le 19/03/2020, consulté en ligne le 05/01/2022 : https://scir.rncan.gc.ca/volcano-volcan/how-comment-fr.php

8 Gobierno de Canarias, « Plan Especial De Protección Civil Y Atención De Emergencias Por Riesgo Volcánico En La Comunidad Autónoma De Canarias (PEVOLCA) », In. Boletín Oficial de Canarias, n. 154, 09/08/2018, pp.26312-26542. Consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.involcan.org/wp-content/uploads/2018/10/boc-a-2018-154-3785.pdf

9 Europapress. «Comienza la evacuación preventiva de personas con movilidad reducida en núcleos de riesgo de La Palma ». Publié le 19/09/2021, consulté en ligne le 06/01/2022 : https://www.europapress.es/islas-canarias/noticia-comienza-evacuacion-preventiva-personas-movilidad-reducida-nucleos-riesgo-20210919145001.html

10 Futura sciences « Quel bilan pour les 3 mois d’éruption volcanique du Cumbre Vieja ? ». Publié le 06/01/2022, consulté en ligne le 08/01/2022 : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/volcan-bilan-3-mois-eruption-volcanique-cumbre-vieja-5243/

Jusqu’à quand l’Homme négligera-t-il les débris spatiaux ?

Alors que l’organisation de notre société nécessite le bon fonctionnement des satellites en activité, la prolifération des débris spatiaux le compromet.

En novembre 2021, par deux fois, les astronautes de la Station Spatiale Internationale (ISS) ont dû se protéger d’une éventuelle collision avec des débris : le 16, un satellite russe obsolète a explosé en de multiples fragments, suite à un tir de missile visant à le détruire. Les astronautes d l’ISS ont dû se mettre à l’abri pendant deux heures, prêts à quitter la station. Toujours pour éviter une collision, la semaine précédente, ils avaient dû ajuster leur altitude en raison du passage à proximité de débris d’un ancien satellite chinois. L’orbite basse dans laquelle évolue l’ISS est maintenant encombrée d’une quantité phénoménale d’objets spatiaux ; il s’agit essentiellement d’objets artificiels issus de l’exploitation spatial : à chaque lancement de satellite, les composants de la fusée se séparent et restent à tourner en orbite. A l’issue de sa période d’activité vient s’ajouter le satellite lui-même qui devient un débris spatial. Chaque fois que deux objets dérivant en orbite se percutent, ils se fragmentent et contribuent à la prolifération des débris. On estime que la part des satellites actifs représente seulement 7% des objets orbitaux parmi lesquels on compte 27 000 « grosses » pièces. L’orbite terrestre basse, la plus utile à notre vie quotidienne, s’encombre à un rythme exponentiel.

Quand les satellites jouent à la pétanque

En quoi la formation de cette véritable décharge orbitale représente-t-elle une menace pour l’Homme qui l’a créée ? Les risques sont de deux natures : la retombée d’objets sur Terre, et les conséquences des collisions en orbite.

Lorsqu’un objet spatial finit par quitter son orbite de départ, il peut d’abord adopter une orbite inférieure, puis, à terme, il traverse l’atmosphère terrestre et se désagrège en brûlant à son contact. En fonction de son poids, de sa taille, de l’épaisseur de l’atmosphère ce jour-là, cet objet est entièrement désintégré, ou pas : il peut alors tomber au sol, de façon aléatoire, n’importe où. Les plus gros objets orbitaux sont référencés, leur trajectoire en orbite est surveillée, mais trop de variables entrent dans le calcul de leur point d’impact sur Terre pour que celui-ci puisse être prévu à l’avance au moment de leur retombée.

La collision entre objets dans l’espace représente cependant la plus grande menace ; en effet, la vie quotidienne de notre société moderne repose en grande partie sur le bon fonctionnement des satellites en activité. La NASA estime à plus de 100 000 le nombre de débris spatiaux supérieurs à 1mm ; chacun de ces objets est potentiellement une boule de pétanque qui circule sans contrôle à 7 ou 8 km/seconde. Les satellites actifs endommagés lors des collisions avec ces débris n’assurent alors plus les services pour lesquels ils ont été lancés, qu’il s’agisse de communication, de positionnement GPS, d’heure officielle ou d’observation météorologique. Les répercussions sont immenses et illustrent la dépendance grandissante de notre société à l’exploitation de l’espace.

Consciente de la menace, la communauté internationale affirme sa volonté de maîtriser la prolifération des débris spatiaux, dans ce contexte de dépendance et d’intense concurrence. Le but affiché est de préserver un accès possible à l’espace pour tous les pays, afin que chacun soit en capacité de tirer les bénéfices issus de la technologie spatiale. Pourtant, les grands projets publics et privés multiplient les lancements dans la course au déploiement des constellations de nouveaux satellites de communication, qui se compteront par milliers.

Vœu de tout déchet orbital : quitter la décharge et vivre l’incandescence

Cependant, force est de constater qu’il existe en réalité bien peu de façon de réduire le nombre de déchets orbitaux et de libérer l’orbite utile. La désintégration lors du retour dans l’atmosphère est aujourd’hui la seule solution technique ; encore faut-il que les objets ne soient pas trop gros pour brûler entièrement. Quelques scénarios de nettoyage orbital se dessinent donc : d’abord, cesser de faire exploser les anciens satellites, comme le font les USA, l’Inde, la Russie et la Chine, car cette technique est contre-productive, leur fragmentation générant une multitude de débris plus petits.

Les agences spatiales concentrent leurs recherches sur le fait d’alléger les nouveaux satellites et d’en allonger la durée de vie, grâce à la mise en place de services en orbite tel que la recharge en énergie. Ils travaillent également sur la capacité des lanceurs à se séparer en morceaux plus petits, de taille à brûler entièrement dans l’atmosphère lors de la retombée ; ils étudient également comment intégrer dès la conception des objets spatiaux l’ordre de changer de cap en fin de vie, afin qu’ils enclenchent automatiquement leur entrée dans l’atmosphère. Enfin, les recherches portent sur la capture des gros objets pour les amener sur une orbite « cimetière » ou les faire tomber vers l’atmosphère pour désintégration.

Recherche solutions désespérément

Aucune de ces solutions n’est encore opérationnelle, et toutes nécessitent de gros investissements qui ne sont pas provisionnés dans les coûts de lancement actuels. Ce scénario nous rappelle sans aucun doute celui du dérèglement climatique : nos modes de production et de consommation continuent à produire le gaz à effet de serre qui modifie dangereusement les conditions de la vie sur Terre. De même, nous continuons à lancer nombre d’engins dans l’espace tendant à rendre l’orbite basse non navigable. Dans les deux cas, l’Homme use et abuse du milieu naturel sans en régler les conséquences à temps, au risque de payer lourdement le prix de sa pollution. Apprendra-t-il un jour à respecter les milieux qui lui assurent pourtant son propre cadre de vie ? Peut-être, si chacun se met à penser à ce qui lui importe vraiment.

Nathalie Lenormand

Sahara et le Césium

Début février 2021, un nuage de poussière de sable du Sahara arrive en France grâce à des conditions météorologiques favorables. Après analyse des échantillons, les scientifiques retrouvent des traces de césium 137, un élément radioactif issu des tests nucléaires français dans les années 60.

Pas de danger radiologique d’après l’IRSN.

Au total, il est retombé 80 000 Bq (becquerels) au km² de césium 137. Cette valeur est extrêmement faible et n’est heureusement pas synonyme de dangerosité pour la santé. L’IRSN (institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) indique que les retombées radiologiques sont négligeables.

Le césium a une demi-vie d’environ 30 ans. Il faut 30 ans pour que la moitié des atomes se désintègrent et que la dangerosité baisse d’autant. On considère qu’il faut 10 périodes pour que la radiotoxicité d’un élément tombe en dessous du niveau de radioactivité naturelle. Le fait que ces retombées de césium 137 soient négligeables pour la radioprotection vient de deux facteurs :

– La désintégration naturelle : les essais ont eu lieu dans les années 60, la radiotoxicité adonc été divisé par 4 depuis.

– La dilution : Le césium 137 produit par les explosions nucléaire a été largement dilué dans l’immensité du Sahara, la quantité de césium réellement présente dans ces retombées est infime. 

Néanmoins si le danger radiologique est écarté, ce phénomène de retombé de poussière augmente considérablement la concentration en particule fine et provoque une pollution atmosphérique qui n’est pas négligeable.

Un rappel des agissements de la France.

Le Césium 137 n’existe pas dans la nature et provient exclusivement d’activités humaines. On le retrouve notamment après des accidents nucléaires comme ceux de Tchernobyl ou Fukushima. En l’occurrence ici, vu la provenance du sable, ce césium 137 est un reliquat des essais nucléaires français menés pendant les années 60 dans le désert du Sahara. Le premier essai : « La gerboise bleue » date de 1960.  Entre 1960 et 1966, ça n’est pas moins de 17 essais nucléaires qui seront réalisés par la France dans le sud de l’Algérie. Les accords d’Evian signés en 1962 obligeront la France à quitter le territoire Algérien pour ses essais atomiques à partir de 1967. La France continuera les essais atomique en Polynésie pendant près de 30 ans jusque 1996, fin officielle des essais français.

Néonicotinoïdes : Une contamination irrémédiable des écosystèmes d’Europe?

Plusieurs années après leur interdiction, les néonicotinoïdes ont envahi nos sols et nos écosystèmes selon des études récentes. Trois pesticides, reconnus toxiques pour les abeilles et autres pollinisateurs, sont interdits d’utilisation en Union Européenne (UE) depuis 2018. Ces pesticides, de la famille des néonicotinoïdes, continuent de faire des ravages aujourd’hui. Malgré des conditions d’utilisation fortement restreintes et contrôlées, ils ne cessent de se propager dans l’environnement et de menacer la biodiversité. Ces derniers mois, de nombreuses études portées par des équipes européennes, ont mis en évidence une dissémination non négligeable de ces néonicotinoïdes dans les sols et les eaux de rivière. Les conséquences sont visibles. Les organismes vivants dans ces écosystèmes : abeilles, fourmis, vers de terre ou encore insectes d’eau douce, sont fortement impactés.

Réglementation en Union Européenne

Pesticides les plus utilisés à travers le monde, les néonicotinoïdes sont également les plus dangereux pour nos écosystèmes. Trois d’entre eux ont vu leur utilisation restreinte dans les États de l’UE en 2013, avant d’être bannis en 2018. Certaines cultures possèdent des dérogations. C’est le cas de plantations sous serre entre les années 2013 et 2018. Elles étaient alors considérées comme sécurisées avec des chances de contamination extérieures très faibles. Plus récemment, on peut noter l’autorisation accordée en décembre 2020 pour le traitement des betteraves à sucre, dans l’optique de lutter contre un puceron vert transmetteur de la jaunisse.

Malheureusement, des études récentes ont démontré, par le biais d’expériences en laboratoire et d’ analyses sur des terrains agricoles français, que les contaminations étaient monnaie courante et les conséquences importantes. Une contamination généralisée des sols Une étude française 1 a analysé des prélèvements de sols agricoles datant de 2016 et provenant de la zone Atelier Plaine; Val de Sèvre, un territoire d’étude de la biodiversité de 450km 2 . Le résultat est sans appel. Tous les sols, qu’ils aient été ou non traités par le passé, présentent des traces d’au moins un pesticide. Dans 90% des cas, il s’agit d’imidaclopride, un des trois néonicotinoïdes interdit depuis 2013. Une seconde étude française 2 , datant de 2020, a aussi enregistré une contamination de fleurs sauvages dans l’ouest de la France, que celles-ci soient proches ou à distance d’un champs traité ou anciennement traité.

La propagation à une aussi grande échelle de ces pesticides, a plusieurs origines. Dans une culture traitée par pulvérisation, seulement 5% des pesticides se retrouvent sur les plants. Les 95% restant sont absorbés par le sol, charriés par les vents vers de nouveaux terrains, ou encore emportés dans les eaux de ruissellement et d’irrigation qui rejoignent ensuite les rivières. La durée de vie des néonicotinoïdes dans les sols est variable, parfois jusqu’à plusieurs années. Dans un champ n’ayant jamais été traité, les risques de contamination dépendent de différents paramètres : son emplacement, plus ou moins proche d’un champs traité ou anciennement traité ; les vents, vecteurs de propagation ; et la nature de son sol. En cas de pluie et de retombées de néonicotinoïdes, il a été démontré qu’un sol argileux, ayant une meilleure capacité de rétention d’eau qu’un sol calcaire, présente des quantités d’imidaclopride supérieures.

Un impact sur la faune

Si les disséminations sont nombreuses et peuvent être expliquées, les conséquences à long terme sur la faune commencent juste à être étudiées. En répercussion à la contamination de l’environnement, le miel issu du butinage du nectar de colza présente encore des traces de néonicotinoïdes trois ans après leur interdiction. Les abeilles, au centre de la lutte anti-néonicotinoïdes depuis les années 1990, ne cessent d’être en première ligne. De même, des niveaux de pesticides pouvant mettre en danger les vers de terre des terrains agricoles de l’ouest de la France sont retrouvés chez la moitié d’entre eux. Parmi les pesticides retrouvés, l’imidaclopride y est surreprésenté et retrouvé en quantité encore plus importante que dans les sols.

D’autres études, réalisées en laboratoire, ont cherché à observer le comportement des organismes présents naturellement dans ces écosystèmes pollués. Ainsi, en mimant les quantités de néonicotinoïdes retrouvées dans la nature, des chercheurs suisses 3 ont mis en évidence un impact à long terme sur les colonies de fourmis noires de jardin. Ils remarquent une diminution de la taille et du nombre d’ouvrières, en répercussion à une diminution des capacités à rechercher de la nourriture ou à se reproduire. De même, une équipe des Pays-Bas 4 a étudié le risque associé à la présence d’imidaclopride à la surface des eaux douces. Si les poissons et amphibiens ne sont pas impactés, ce n’est pas le cas des insectes aquatiques. Le déclin d’insectes aux Pays-Bas est documenté et les résultats de cette expérience apportent une explication plausible au phénomène. Le taux de néonicotinoïdes retrouvé à la surface de l’eau serait toxique pour certains insectes.

Si le mode d’action et les effets des néonicotinoïdes sur les cultures traitées sont connus, nos connaissances sur leur dissémination dans les écosystèmes et les conséquences à long terme le sont moins. La contamination des sols atténue les effets bénéfiques de l’agriculture biologique et menace la biodiversité. Malgré la décision d’interdire certains néonicotinoïdes, leur utilisation dans le passé et les dérogations accordées continuent d’affecter nos écosystèmes. Certains pays de l’UE demandent régulièrement des dérogations. Une responsabilisation des États serait nécessaire afin de diminuer les demandes de dérogations et favoriser la mise en place d’alternatives naturelles aux pesticides.

 

  1. D. Wintermantel et al. Science of the Total Environment (2020)
  2. C. Pelosi et al. Agric. Ecosyst. Environ. (2021)
  3. D. Schläppi et al. Communications biology (2020)
  4. N. Thunnissen et al. Chemosphere (2020)

 

2021 ◊ Les sciences du recyclage

 

Poubelle sur le campus de la Faculté de Sciences à Angers.
Poubelle sur le campus de la Faculté de Sciences à Angers.

Le symbole du recyclage est présent sur de nombreux emballages, poubelles, notices ou publicités. D’où vient-il ? Que représente-t-il ? Qu’indique-t-il ? A quoi sert-il ? A quelles technologies fait-il référence ?

On le voit souvent en France comme à l’étranger, un triangle composé de trois flèches qui tournent dans le sens horaire nous fait penser au recyclage. Sur une poubelle, il nous indique qu’elle reçoit les déchets recyclables. Sur un produit, il signifie qu’il est recyclable et invite les citoyens à le déposer dans un bac de tri. L’universalité de ce symbole permet de s’y retrouver même quand on change de région ou de pays. En effet, la politique de gestion des déchets est territoriale. Les consignes varient d’un endroit à l’autre et évidemment d’un pays à l’autre.

Il rappelle le ruban de Moebius. C’est une surface qui ne possède qu’une seule face. On peut aisément en fabriquer un à partir d’une bande de papier : faisons-lui subir une torsion d’un demi-tour avant de coller les deux extrémités. Ainsi il n’y a plus ni intérieur ni extérieur. C’est une figure mathématique découverte en 1858 indépendamment par deux mathématiciens A. F. Möbius et J. B. Listing. Mais on la retrouve également dans le monde industriel du XIXème siècle quand les machines fonctionnaient à l’aide de courroies. Les courroies étaient croisées à la jonction éviter l’usure toujours du même côté.

Ce logo a été conçu par un graphiste, Gary Anderson lors d’un concours organisé par la Container Corporation of America à l’occasion du premier Jour de la Terre le 22 avril 1970. Il désigne les produits potentiellement recyclables. Complété par un numéro au centre il indique de quel matériau il s’agit. Un système de codes internationaux a été mis en place pour permettre de trier les différents matériaux. Par exemple pour le verre, on trouve différents logotypes dont les codes vont de 70 à 79. Pour les plastiques, numérotés de 01 à 07. Tous ne sont pas encore recyclables.

Quand il y a un pourcentage au centre, cela change la signification : il indique la quantité de matière recyclée que contient l’emballage.

 

C’est une représentation de l’économie circulaire : un objet est fabriqué, vendu, acheté, utilisé, jeté puis ses composants sont triés en fonction de leurs matériaux. Chaque matériau est recyclé puis sert de nouveau à fabriquer un objet qui sera vendu, acheté, utilisé, etc. Il symbolise donc l’infini de ce cycle. Le recyclage est un procédé de traitement des déchets qui permet de réintroduire des matériaux issus de déchets dans la production de nouveaux produits. Il vise à réduire le volume des déchets et à préserver les ressources naturelles. Il est l’un des trois axes de la stratégie de gestion des déchets : réduction, réutilisation et recyclage.

En France, l’Etat délègue tous les 5 ans le développement du recyclage sur le territoire à une entreprise agréée. Depuis 2017, c’est CITEO (fusion de Eco-Emballages et Ecofolio). Localement, les collectivités organisent la collecte des déchets, des entreprises et des associations trient et recyclent les déchets collectés. Quelques grosses entreprises françaises qui mettent en œuvre des technologies pour transformer les déchets en matériaux réutilisables : Guy Dauphin Environnement, Paprec, Suez, Ecosystem (dans mon département c’est Séché Environnement). La recherche dans ce domaine est désormais stratégique.

Des symboles sont mis en place dans chaque pays selon les législations en vigueur. On évolue vers des normes européennes voire internationales permettant aux usagers de les comprendre et de pouvoir trier les déchets quels que soit le pays où ils se trouvent.

Il est souvent confondu avec le point vert qui est un label marquant l’adhésion à un système de contribution au recyclage de déchets. Il est parfois accompagné du slogan « Pensez au tri ». Plusieurs associations ont dénoncé un symbole qui fait penser aux consommateurs à un produit recyclé ou recyclable alors qu’il fait que traduire une volonté de soutenir le recyclage. 

Depuis 2012, les consignes info-tri sont complémentaires, elles précisent la destination des déchets aux usagers.

 

 

A partir de 2021 il est remplacé par le logo Triman (créé en 2015) composé d’un cercle qui entoure un personnage qui tend une main vers 3 flèches. Symboliquement, la silhouette met en avant la démarche citoyenne pour trier, les trois grosses flèches incarnent le tri et la flèche circulaire le recyclage.

 

Le symbole du recyclage est présent dans notre quotidien et fait référence à un secteur économique très important. Il concerne à la fois les citoyens, les collectivités, des entreprises et des associations. Les consignes de tri évoluent au gré des avancées technologiques et modifient notre quotidien. Des pictogrammes explicites internationaux favorisent le recyclage et la préservation de l’environnement et des ressources naturelles. 

Nathalie ROTH

Lumière sur : De cause à effets, le magazine de l’environnement (podcast)

Il s’ouvre sur une version remaniée du Requiem pour un con de Gainsbourg, pourtant on se le sent un peu moins après avoir écouté ce podcast.

Si vous aimez la nature et la touche France Culture, cette émission est faite pour vous. Au programme, une heure de débats sur des questions environnementales et sociétales autour de spécialistes : scientifiques, agriculteurs, journalistes, avocats… L’émission traite à voix libre des sujets qui fâchent : dérèglement climatique, pollution, disparition de la biodiversité, lobbys… mais aussi de solutions, de villes en transition, d’économie circulaire, de permaculture.

Découvrez ainsi aux côtés de Nicolas Hulot, de Sasha l’influenceuse virtuelle ou encore de
photographes animaliers les transformations de notre monde et comment agir pour une société plus durable.

Présentée par Aurélie Luneau, docteure en histoire et diplômée de sciences politiques,
documentariste et productrice notamment de l’émission « La Marche des sciences » (de 2009 à
2016), ce podcast est disponible sur toutes les plateforme de podcasts et sur le site de France
Culture.

Dérogation aux néonicotinoïdes des: reculer pour mieux avancer ?


Pour sauver les cultures de betteraves touchées par la jaunisse, le gouvernement vient de réautoriser l’utilisation de ces insecticides « tueurs d’abeilles ». Un plan de recherche proposé cet automne au ministre de l’agriculture va réunir les spécialistes du secteur pour trouver des solutions alternatives durables d’ici la fin de la dérogation, en 2023.

Pourquoi le retour des néonicotinoïdes ? 
Depuis leur utilisation massive en agriculture dans les années 90, les néonicotinoïdes (NNI) ont fait l’objet de nombreuses études démontrant leur toxicité et notamment leurs conséquences désastreuses sur le système nerveux des abeilles. L’interdiction de leur utilisation en France a été votée en 2016 dans le cadre de la « loi biodiversité » et définitivement appliquée en 2018. Pourquoi le gouvernement revient-il donc sur sa décision 2 ans après ? La cause de ce revirement : la jaunisse virale. Transmise par les pucerons verts qui piquent les feuilles de betteraves, la jaunisse entraîne des baisses de rendement des cultures. Or, si elle est présente tous les ans à des degrés plus ou moins importants, la jaunisse a touché cette année beaucoup plus de parcelles qu’en 2019. La faute à un hiver très doux, mais aussi à une intervention moins importante qu’espérée des auxiliaires, ces insectes comme les coccinelles qui limitent naturellement les populations de pucerons verts.

La perte de rendement liée à la jaunisse de la betterave pourrait être fatale à la filière sucrière française 
© Confédération des Générales de planteurs de Betteraves

Les incidences de la jaunisse sur les rendements de 2020 ne sont pas encore connues mais les professionnels prévoient une baisse élevée, jusqu’à 50 % des récoltes selon les départements. Un coup dur, voire fatal, pour la filière française déjà fragilisée par la suppression des quotas européens sur le sucre fin 2017. Le ministère de l’agriculture évalue à 46 000 le nombre d’emplois qui seraient menacés. Pour sauver le secteur, le gouvernement a donc répondu positivement à la demande des betteraviers et promulgue, ce 14 décembre, la loi ré-autorisant jusqu’en 2023 usage des NNI pour les seules cultures de la betterave sucrière.

La filière à court de moyens
Cette dérogation sonne pourtant comme une dernière chance pour les betteraviers
français, car sans alternatives viables d’ici 2023, la filière s’arrêtera. Depuis plusieurs années, l’INRAE (Institut national de la recherche agronomique) et l’ITB (Institut Technique de la Betterave) collaborent afin de trouver des alternatives à ces insecticides « tueurs d’abeilles ». Si des pistes prometteuses ont été identifiées, aussi bien du côté de la génétique que des solutions chimiques sur le terrain, il n’existe à ce jour aucun traitement aussi efficace que les NNI. Le Teppeki et le Movento, qui faisaient partie des alternatives chimiques possibles,
ont très bien fonctionné en 2019… mais pas en 2020, car les pucerons verts ont
développé une résistance à ces produits. Il est donc indispensable d’amplifier les efforts de recherche et de développer des solutions à la fois économiquement viables et respectueuses du vivant et des terroirs.

Un programme de sauvetage sur mesure
Tous les espoirs se tournent donc vers le Plan national de recherche et innovation
monté par l’INRAE et l’ITB afin de renforcer les efforts de recherche autour de la
jaunisse. « Ce qu’on cherche à faire c’est que l’année 2020 ne se reproduise pas »,
explique Alexandre Quillet, Président de l’ITB.
Ce vaste plan, qui bénéficiera d’un financement supérieur à 20 M€, est construit
autour de 4 grands axes :
 Mieux comprendre les conditions favorables au développement de la jaunisse
et son vecteur, le puceron vert
 Identifier et tester des solutions à l’échelle de la culture betteravière
 Identifier et tester des solutions à l’échelle des paysages
 Construire un modèle économique durable
Ce projet associera donc recherche fondamentale et expérimentations, avec des
essais sous serre et grandeur nature, en ferme, pour délivrer aux agriculteurs des
solutions opérationnelles d’ici 2024. « On est rarement sur des projets de recherche
aussi opérationnels » a déclaré Philippe Mauguin, PDG de l’INRAE.

Une combinaison de solutions
Cependant les équipes sont lucides sur la difficulté du problème et le temps qui leur
est imparti pour le résoudre. « L’objectif n’est pas de dire qu’on aura une solution équivalente aux néonicotinoïdes valable à 100% dans les 2 ans et demi, 3 ans », explique Alexandre Quillet, mais de proposer aux professionnels une combinaison de solutions qui auront réduit le risque. Les chercheurs vont notamment explorer la sélection par la génétique des variétés de betteraves les plus résistantes à la jaunisse. Ils vont aussi se pencher sur la recherche d’outils de biocontrôle dont certains lutteraient aussi efficacement que les produits chimiques contre les pucerons verts. Parmi ceux-là, le champignon Lecanicillium muscarium, est particulièrement prometteur. Des solutions étudiées pour la culture de la betterave mais aussi à une échelle plus globale. Pour Christian Huyghe, directeur scientifique à l’INRAE, « la façon de cultiver les betteraves en 2023-2024 sera très différente car les paysages agricoles seront très différents. »

Les bandes fleuries, un moyen de lutter contre les nuisibles © Agroscope, Matthias Tschumi

 

Ainsi, une piste envisagée serait d’introduire à proximité des cultures de betteraves, des espèces végétales ayant un effet répulsif sur le puceron. Mais la piste majeure serait l’implantation de bandes fleuries, ou d’autres cultures, qui puissent héberger une forte population d’auxiliaires, en particulier les hyménoptères parasitoïdes, redoutables prédateurs des pucerons. Ce genre d’aménagement pourrait être bénéfique à d’autres productions impactées par les pucerons, et est aussi occasion de repenser les paysages agricoles d’une
façon qui soit plus favorable à la biodiversité.

The Line

Une ville construite sur une ligne de 170 km en plein désert et alimentée à 100% d’énergie verte. Incroyable ? C’est pourtant le projet présenté par le prince Mohammed Ben Salmane le 10 janvier dernier.

 

Cette ville innovante, appelée The Line, est développée par la compagnie Néom, en plein désert d’Arabie Saoudite. Selon les grandes lignes annoncées du projet, le prince prévoit de bâtir cette ville futuriste en 2025. A l’image des cités linéaires imaginées par le passé par d’autres urbanistes, la ville s’organise autour d’un axe central et comporte tous les services nécessaires. Construite sans rues, où ne circule aucune voiture et ne rejetant aucune émission à effet carbone, cette ville est un joyau dans un écrin de nature. Le prince promet que tout y est accessible en moins de 20 minutes grâce à un système de transport ultra-rapide situé sous la ville. 

S’inscrivant dans le plan de développement « Vision 2030 », Mohammed Ben Salmane projette de diversifier l’économie de l’Arabie Saoudite en misant moins sur le pétrole et plus sur le tourisme. Il est vrai qu’avec ses 26 500km², répartie entre la mer Rouge et la Jordanie et son budget de 500 milliards de dollars, la ville futuriste The Line, intégrée en pleine nature, promet d’être plus que spectaculaire. 

Autre point sur lequel le prince a mis l’accent, est que chaque site, bien qu’ayant sa propre spécificité, comme l’architecture ou les loisirs, est connecté grâce aux dernières technologies de pointe. Les robots feront partie intégrante de la vie des habitants, afin de faciliter certaines tâches à ces derniers ou encore de s’occuper des cultures prévues dans d’immenses serres. Deux lunes artificielles brilleront dans le ciel de The Line et même des taxis volants sont imaginés. La ville sera organisée par couches, avec les transports en sous sol, puis la couche de services, elle aussi sous terre, afin de laisser un espace dégagé en surface pour les piétons. 

Mohammed Bon Salmane promet un endroit où il fera bon vivre, sans pollution, entouré de nature et où les maîtres-mots seront : bien-être et haute technologie. Rêve ou réalité ?

 

MD

2021 ◊ La guerre du Vietnam : La science aux tribunaux

La guerre du Vietnam (1961-1975) opposant les États-Unis au Front national de libération du Sud Viêt Nam (ou Vietcong) est la plus grande guerre chimique de tous les temps.

Elle doit en grande partie ce titre à l’opération Ranch Hand (littéralement ouvrier agricole) effectuée par l’armée américaine de 1962 à 1975. Cette dernière a consisté en la pulvérisation massive de fines gouttelettes d’herbicide sur le territoire vietnamien. Cette opération, menée avec l’aide d’industries chimiques comme Monsanto, avait un triple objectif : empêcher les Vietcongs de se cacher en forêt, détruire leurs récoltes et prévenir les éventuelles attaques en dégageant les abords des installations militaires.

Continuer la lecture de « 2021 ◊ La guerre du Vietnam : La science aux tribunaux »

« PLASTIK PANIC DANS L’OCÉAN »

Billes plastiques que l’on retrouve dans le sable. Photo tirée du site Océanopolis, de Erwan Amice /CNRS

            En me promenant sur Brest, je suis tombé sur l’exposition photos « Plastik Panic dans l’océan » pilotée par Océanopolis. Sur le long d’une voie piétonne, 8 panneaux recto/verso montrent de manière artistique et scientifique l’impact de la pollution plastique dans l’océan. Les photos de Erwan Amice (CNRS) ou de Sébastien Hervé (UBO) nous montrent comment les scientifiques travaillent sur cette problématique ainsi que sur le devenir du plastique dans l’océan. Certaines sont percutantes comme les billes de plastique qui se confondent avec les grains de sables d’autres nous font rêver comme la photo prise sur le bateau avec comme fond la rade de Brest.

 

           

            Ne donnant que peu d’informations sur le sujet (seulement des légendes sur les photos) je suis allé sur le site d’Océanopolis afin de mieux comprendre l’objectif de cette exposition. Les scientifiques que nous y voyons sont ceux du laboratoire des Sciences de l’Environnement Marin (LEMAR) de Plouzané (CNRS, Ifremer, UBO) qui étudient la pollution marine par les microplastiques. Ils nous apprennent que plus de 90 % des déchets plastiques ont une taille inférieure à 5 mm. C’est plutôt déroutant lorsqu’on s’étonne déjà de la quantité de macrodéchets sur nos plages. D’ailleurs, il semblerait que les brestois soient bien loti puisque la rade de Brest serait 1 000 fois moins contaminée en plastique que la mer Méditerranée.

 

            Pour plus d’informations, je vous invite donc à faire un tour le temps d’une balade à la promenade du Moulin Blanc, à l’extérieur d’Océanopolis pour y découvrir les effets de la pollution plastique sur l’océan. Ou bien vous pouvez vous renseigner sur leur site internet où vous aurez accès à un large panel d’informations.

 

Des insectes comestibles dans nos assiettes : un plat problématique ?

Des insectes comestibles dans nos assiettes : « une alternative alimentaire aux vrais atouts environnementaux » (20minutes, 15/10/2020), « l’avenir de la santé de l’homme » (Le Figaro, 11/10/2017) ? Et si la production industrielle d’insectes avait des retombées néfastes sur la biodiversité ? Comme nous l’apprenons à travers l’article d’Alok Bang and Franck Courchamp « Industrial rearing of edible insects could be a major source of new biological invasions » paru dans Ecology Letters, certains insectes comestibles sont produits à une échelle industrielle. Il s’agit d’un marché de plus de 400 millions de dollars par an et qui concerne déjà plus de 2 milliards de consommateurs à travers le monde. Les insectes sont choisis pour leur haut teneur en protéines, leur faible empreinte carbone et faible besoin en eau, leur reproduction rapide ou encore leur haute résistance aux maladies et aux changements climatiques. Certains de ces atouts font d’eux un danger pour l’environnement, avec un haut risque de propagation. En effet, la dispersion d’insectes dans la nature est un réel problème : les centres d’élevages sont mal équipés et il existe peu de contrôle. Il est nécessaire de développer une réglementation efficace et des protocoles de surveillances pour que la production massive d’insectes comestibles ne devienne pas une nouvelle menace pour la biodiversité.

2018 ◊ Exposition du 9e Prix Carmignac “Arctique : Nouvelle frontière”

Ouverture de l’exposition le mercredi 7 novembre de 10:00 à 18:00

Chaque année depuis 2009, les photojournalistes ont leur prix : le Prix Carmignac. Cet “award” a pour vocation de “soutenir chaque année la production d’un reportage photographique et journalistique d’investigation sur les violations des droits humains dans le monde”. Ce concours s’adresse aux photographes professionnels. Cette année, le thème est :  “l’Arctique : Nouvelle frontière” et y est traité notamment les enjeux liés aux “conséquences de la fonte de la banquise — et sa disparition totale à moyen terme — pour la planète”.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Exposition du 9e Prix Carmignac “Arctique : Nouvelle frontière” »

2018 ◊ endoc(t)rinement (soirée-débat)

L’association Les Amis de La Louve vous invite à une soirée-débat jeudi 31 mai à 19h30 à la Bellevilloise

Projection du documentaire endoc(t)rinement, suivie d’un débat qui sera animé par Annabelle Grelier, journaliste- reporter à France Culture, avec :

  • Stéphane Horel, réalisatrice du documentaire projeté Endoc(t)rinement
    Dernier ouvrage : Intoxication chez La Découverte (sera en vente au stand librairie)
    http://www.stephanehorel.fr/doc/endoc/
  • Henri Boullier, sociologue à l’INSERM et chercheur, s’intéresse aux relations entre science, industrie et pouvoirs publics, dans les secteurs de la chimie et du médicament.
    http://www.cermes3.cnrs.fr/fr/post-doctorants/539-boullier-henri
  • Nadine Lauverjatde l’ONG Générations Futures(en visioconférence)
    https://www.generations-futures.fr/
  • Daniel Hofnung, ingénieur du Collectif 3R
    Le Collectif 3R milite pour des solutions alternatives zéro déchet à la mise en décharge, l’incinération, le tri mécano-biologique/méthanisation et contre le projet de reconstruction de l’incinérateur d’Ivry-Paris 13.
    http://collectif3r.org/

Accès libre 
Inscription conseillée

Date : 31 mai

Heure : de 19:30 à 22:00

Prix : Gratuit

Plus d’informations : https://www.labellevilloise.com/evenement/les-amis-de-la-louve-leurope-et-les-perturbateurs-endocriniens/

2018 ◊ affichage éco-irresponsable ? (cliché)

[proposition de Cyndie DUPOUX]

 La poubelle se tape l’affiche !

cliché pris le samedi 24 mars 2018 au croisement de la rue Lemercier et la rue des Moines dans le 17e arrondissement de Paris.

A l’heure où les villes se végétalisent, on voit pousser, un peu partout dans Paris, une nouvelle espèce arboriforme, le Totem numérique. Tronc de 2 mètres de haut portant un smartphone géant d’1m80. Ce grand écran de 72 pouces, diffuse en temps réel des informations sur la ville. L’innovation est, depuis quelques années déjà, au cœur de tous les appels à projets et le mobilier urbain connecté est à la mode.

Samedi 24 mars donc, au départ d’une journée de cours au Cnam, à 9h09 exactement, cette nouvelle espèce non endémique délivre son message : « Ne jetez pas vos déchets par terre, il y a une poubelle à moins de 100m de vous ». La surprise est suffisamment loufoque pour que les neurones connectent et que j’immortalise ce moment. Dans la lignée des « Faites ce que je dis, pas ce que je fais », au croisement de la rue Lemercier et de la rue des Moines devant le marché des Batignolles, ce panneau gaspille 10 secondes toutes les 2 minutes pour informer le passant qu’une poubelle est à sa disposition à quelques mètres. Continuer la lecture de « 2018 ◊ affichage éco-irresponsable ? (cliché) »

2018 ◊ Exposition Biodivercitez (exposition)

Du 14 avril au 4 mai venez découvrir l’exposition Biodivercitez à Beauvais

Est-ce que vous avez une idée de toute la biodiversité qui peut se cacher dans nos villes ? Non ? Alors il est temps que vous partiez à sa découverte ! Vous allez pouvoir découvrir les petites (ou grosses) bêtes et les plantes qui s’y cachent et tous les services qu’ils peuvent nous rendre ! Par exemple, connaissez-vous les “oursons d’eau” qui vivent entre les interstices des pavés ? Ou encore les crustacés qui peuplent nos jardins ?

Cette exposition, produite par l’Exploradôme, propose une approche ludique et interactive qui invite à changer de regard sur le vivant en ville et à appréhender les enjeux majeurs de la biodiversité. Vous pourrez retrouver notamment 8 modules thématiques proposant chacun des activités et des manipulations : Continuer la lecture de « 2018 ◊ Exposition Biodivercitez (exposition) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search