Game of Thrones, encore et toujours !

Je vous invite à découvrir un épisode du podcast “La Science, CQFD”, intitulé “Game of Thrones : Science is coming”

Vous aussi elle vous manque, cette époque où nous attendions, chaque année à la même période, la sortie d’un nouvel épisode chaque lundi ? A regarder seul·e ou entre amis (pas trop en famille, hein), les séances de visionnage de Game of Thrones étaient très répandues, notamment dans une certaine tranche d’âge. Un jour j’ai entendu la musique du générique chez mes voisins, j’ai écris sur post-it “Winter is coming” et l’ai collé sur leur porte. Si vous êtes tout aussi nostalgique de cet univers et que vous n’avez pas été repu·e·s par le spin off La Maison des Dragons, je vous invite à découvrir un épisode du podcast “La Science, CQFD”, intitulé “Game of Thrones : Science is coming”.

La science dans GoT ? Mais je ne suis pas scientifique! – Je vais vous dire quelque chose, moi non plus !

Et pourtant, j’ai adoré passer une heure à écouter parler de la géographie des 7 couronnes, de la météo à Westeros, de la linguistique du dothraki… plus généralement de la création d’un monde par George R. R. Martin. Comment on crée un monde tout entier? Quelles sont les influences de l’auteur? Vous connaissiez le métier de “conlanger”? Moi non plus, mais Jean-Sébastien Steyer et Frédéric Landragin l’expliquent mieux que moi alors allez les écouter si vous souhaitez en savoir plus ! Venez écouter ces chercheurs nous parler de cet univers que nous avons adoré, écouter des extraits du film, des extraits du livre, et de la musique !

Sur ce je vous laisse, mon dragon m’attend.

Crédit photo : page du podcast sur radiofrance.fr

Lien vers l’épisode : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-science-cqfd/game-of-thrones-science-is-coming-8663057 

Lien vers la carte interactive de Game of Thrones : http://quartermaester.info/ 

Sens-Fiction, quand la fiction augure des usages.

(Par Marie Le Diraison, CNAM 2022)

Quel est le sens que prend la fiction dans nos vies ? Pour y répondre, l’exposition met au cœur de son propos deux grandes notions : la Fiction et le Design. L’un comme l’autre ont un rôle essentiel dans nos sociétés car ils façonnent nos usages et nos mœurs. Pas à pas, la visite nous fait voyager à travers l’Histoire et des œuvres de science-fiction pour mieux comprendre la manière dont l’imaginaire écrit nos futurs. Un voyage fascinant pour comprendre le cheminement de ce processus, nous posant pour dernière question : comment définir les usages de demain par la fiction d’aujourd’hui ?

 

 
Une exposition étonnante. 

Du 6 octobre au 2 janvier 2022, une exposition originale s’est installée au Lieu Unique, centre d’art atypique situé au centre-ville de Nantes. Conçue par RF Studio et son Bureau des Usages, elle nous invite à explorer le monde de la fiction à travers une scénographie atypique. Mais qu’est-ce que la fiction exactement ? Étymologiquement ce terme originaire du latin, signifie “action d’imaginer” ou “chose imaginée”. Cette notion est au cœur du propos de l’exposition, pour comprendre son influence sur nos vies. C’est aussi une étude sur le design pour écrire et imaginer nos futurs, menée par Ramy Fisher et Scott Longfellow, commissaires de cette exposition. Car, lorsque la fiction rencontre le design, le dispositif nécessaire est alors inventé pour parvenir à ce demain imaginaire. C’est ainsi que nos usages qui rythment nos vies sont façonnés. De la cuisine robotisée à la maison intelligente, ou encore du monde virtuel au transhumanisme, c’est la fiction qui, lorsqu’elle est appliquée par les designers, écrit nos usages quotidiens de demain et anticipe nos rapports à la vie. Une visite au propos intéressant, au questionnement pertinent, et riche dans sa mise en scène. Plus qu’une enquête sur l’influence qu’a la fiction sur nos vies, c’est une révélation de notre rapport au monde qui nous amène à méditer sur notre futur.

 

Hugo Gernsback et ses revues de science-fiction, photo par Anouk Desury
Photo par David Gallard
 
Une visite captivante. 

Divisée en en plusieurs parties, l’exposition nous offre un voyage dans le monde de la fiction et du design pour observer le sens de nos usages. Notre visite débute par une première section intitulée “Sapiens se la raconte”, nous interrogeant sur la place de « l’Imaginaire dans l’odyssée de nos futurs » si nous reprenons les mots de l’exposition. Elle porte un regard sur la relation entre l’homo sapiens et la fiction d’anticipation, nous montrant l’importance du récit dans la construction de nos sociétés. Nous entrons ensuite dans une deuxième section s’intéressant au merveilleux-scientifique, que nous retrouvons par exemple dans les récits de Jules Verne (1828-1905) avec ses aventures extraordinaires. Mais c’est surtout Hugo Gernsback (1884–1967) qui est ici mis en avant, considéré comme père de la science-fiction en tant que genre littéraire. La section suivante, divisée en deux parties, nous invite à explorer la relation entre les deux grandes notions de l’exposition. Dans la première, « Fiction for Design », alors que nous sommes installés confortablement dans nos transats devant de grandes structures télévisuelles, nous voyageons dans le temps, du début des années 1900 à aujourd’hui. Nous observons à travers l’Histoire comment le design, en interaction avec la fiction, a dessiné notre monde d’aujourd’hui. Ensuite, “Design in Fiction” nous montre à travers des œuvres de science-fiction la représentation de nos usages quotidiens et l’influence qu’ils ont sur nos vies. De Black Mirror à Terminator, ou encore Retour vers le Futur et Blade Runner, ces œuvres nous permettent une anticipation de nos vies et de nos problématiques futures. Enfin, nous terminons notre visite par le laboratoire de « Sens-fiction », une réflexion sur nos futurs désirables. Un espace pour donner un sens à la fiction et à nos imaginaires dans la création des usages de notre avenir.

 

Une scénographie originale. 

Une visite captivante, en raison de son contenu, mais aussi par son dispositif de médiation fort original. Un espace où design et fiction se rencontrent, dans le propos autant que dans la scénographie. Du visuel à l’ouïe, nos sens sont sollicités par un agencement de grands écrans, de lumière et de micros, une immersion totale dans un design futuriste. La mise en scène de l’exposition témoigne de ce postulat de l’interaction entre la fiction et le design, et l’influence qu’elle a sur nos usages quotidiens. Une habile mise en abîme qui nous permet d’être spectateurs de cette interaction et de vivre une expérience unique. Cette présentation ingénieuse rend explicite le propos de l’exposition, et nous amène à mieux comprendre la manière dont ont été pensé nos futurs usages, mœurs et habitudes par le design et la fiction.

 

Une interaction qui dessine nos futurs. 

Comment bien comprendre cette interaction entre design et fiction ? La fiction, au sens étymologique du terme, l’imaginaire et le récit ont été, depuis la nuit des temps, le moteur de la création d’un nouveau demain. Notre voyage dans le temps affirme cela et dévoile la manière dont cette interaction a façonné nos vies d’aujourd’hui. A travers les images et les œuvres de fiction du passé, du cinéma à la littérature, en passant par la publicité et l’architecture, nous observons comment les designers ont dessiné nos usages présents par la force de l’imaginaire. Un autre regard sur cette interaction nous révèle à travers des œuvres de science-fiction à quel point celles-ci ont influencé notre monde actuel. Ces œuvres permettent une anticipation de notre avenir et de nos futurs usages. On imaginait autrefois des maisons intelligentes, des technologies au cœur de nos vies quotidiennes et de notre travail, des réseaux nous reliant tous les uns aux autres dans le monde entier, ou encore le virtuel remplaçant notre réalité. Tout cela fait aujourd’hui partie de nos vies. Nous comprenons alors la portée de cette relation réciproque entre fiction et design dans la création de nos sociétés de demain, et le sens que prend la fiction dans nos vies. A nous donc, par la force de nos imaginaires, de définir nos usages futurs et d’écrire notre avenir.

 

« J’ai eu vraiment beaucoup de plaisir à visiter cette exposition qui nous fait vivre un étonnant voyage dans le temps, un peu comme un “retour dans le futur”. En effet, elle nous plonge dans un futur qui est déjà notre présent, voire notre passé. Le parti pris de l’exposition de nous montrer comment l’art, plus particulièrement l’imagination artistique a été précurseur de bien de modes de vie actuels et a suscité les recherches et inventions scientifiques, est très intéressant car assez rare. Il donne même une grande bouffée d’espoir dans un avenir qui nous semble pourtant assez noir. Enfin, la scénographie sert très bien le propos de l’exposition par sa sobriété et les multi-écrans où défilent images et écrits. » – Bénédicte, agent culturel

« J’ai trouvé que c’était une belle exposition rétrospective, parce qu’elle a regroupé plusieurs œuvres de science-fiction de manière très esthétique. Avec Sens-fiction, qui utilise l’espace pour faire défiler le temps, on voyage à travers les décennies pour comprendre ce qui pousse l’Homme à faire de la science-fiction à chaque époque. On suit les courants de la S-F pour prendre du recul sur la société actuelle. Plusieurs supports sont illustrés et nous stimulent en tant que spectateurs.rices, auditeurs.rices. En sortant, on se demande quel futur on imaginera plus tard dans la science-fiction, comme lorsqu’on voulait anticiper autrefois. On ressort d’autant plus curieux.se. » – Enora, étudiante

1865 ■ De la terre à la lune (roman)

Résumer dans un roman les connaissances amassées par la science moderne

(par Christelle Barclay, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam, juin 2014)

Extrait du chapitre VII, l’hymne au boulet

— Oui, un obus, répondit Barbicane ; il le faut absolument; un boulet plein

 de cent huit pouces pèserait plus de deux cent mille livres, poids évidemment

 trop considérable ; cependant, comme il faut conserver une certaine stabilité au projectile,  je propose de lui donner un poids de cinq mille livres.

— Quelle sera donc l’épaisseur de ses parois ? demanda le major.

— Si nous suivons la proportion réglementaire, reprit Morgan, un diamètre de cent huit pouces exigera des parois de deux pieds au moins.

— Ce serait beaucoup trop, répondit Barbicane; remarquez-le bien, il ne s’agit pas ici d’un boulet destiné à percer des plaques ; il suffira donc de lui donner des parois assez fortes pour résister à la pression des gaz de la poudre. Voici donc le problème: quelle épaisseur doit avoir un obus en fonte de fer pour ne peser que vingt mille livres ? Notre habile calculateur, le brave Maston, va nous l’apprendre séance tenante.

— Rien n’est plus facile», répliqua l’honorable secrétaire du Comité. Continuer la lecture de « 1865 ■ De la terre à la lune (roman) »

1834 ■ La Recherche de l’Absolu

Extrait du livre d’Honoré de Balzac

“La recherche de l’Absolu” paru en 1834

L’homme est un matras. Ainsi, selon moi, l’idiot serait celui dont le cerveau contiendrait le moins de phosphore ou tout autre produit de l’électromagnétisme, le fou celui dont le cerveau en contiendrait trop, l’homme ordinaire celui qui en aurait peu, l’homme de génie celui dont la cervelle en serait saturée à un degré convenable.

L’homme constamment amoureux, le portefaix, le danseur, le grand mangeur, sont ceux qui déplaceraient la force résultante de leur appareil électrique. Ainsi, nos sentiments…

Continuer la lecture de « 1834 ■ La Recherche de l’Absolu »

1818 ■ Frankenstein ou le Prométhée moderne

La galaxie “Frankenstein”

(par Aurélie Dezac, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Paris juin 2014)

Quiconque veut analyser les causes de la vie, doit, pour commencer, se tourner vers la mort. Je me familiarisai avec l’anatomie, mais ce n’était pas suffisant ; je devais aussi observer le dépérissement et la corruption du corps humain. Tout au long de mon éducation, mon père avait pris d’infinies précautions pour éviter que mon esprit ne soit troublé par quelque horreur surnaturelle. Je n’ai pas souvenir  d’avoir jamais tremblé en entendant conter l’une ou l’autre asuperstition ou d’avoir craint l’apparition d’un fantôme. Les ténèbres étaient sans effet sur mon imagination ; un cimetière n’était pour moi que le réceptacle de corps privés de vie, qui après avoir été le siège de la beauté et de la force, étaient devenus la nourriture des vers. Et voici que j’étais amené à étudier la cause et l’évolution de cette dégradation et contraint à passer des jours et des nuits dans des caveaux et des charniers. Mon attention se concentrait sur les objets les plus supportables à la délicatesse des sentiments humaines.

Continuer la lecture de « 1818 ■ Frankenstein ou le Prométhée moderne »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search