Greffes de reins de porcs : un futur qui a une longue histoire

Ces derniers mois ont été le théâtre de révolutions en matière de greffes dans un contexte de chute de dons d’organes humains. Des organes provenant de porcs ont pu être greffés avec succès à des patients humains. Essayer de greffer des organes d’animaux à des humains est une longue histoire, composée de nombreux échecs. Mais, ces échecs ont permis d’arriver aux victoires d’aujourd’hui.

Durant la fin de l’année 2021 et le début de 2022, plusieurs équipes médicales ont fait des avancées majeures dans la recherche sur les greffes d’organes d’animaux sur l’Homme. Il s’agit de xénogreffes. Le donneur est ici un porc et le receveur un humain. Le 25 septembre et le 21 novembre 2021, une équipe de l’Université de New York a réussi à greffer a un homme en état de mort cérébrale un rein provenant d’un porc génétiquement modifié. Celui-ci a été placé à l’extérieur du corps et connecté à la jambe du patient. Cette technique permet d’observer si le rein produit de l’urine, signe de la réussite de la greffe. Le 30 septembre 2021, une équipe de l’Université d’Alabama à Birmingham a réussi à greffer à l’intérieur d’un corps humain deux reins porcins génétiquement modifiés. Ceux-ci ont été greffé à un homme de 57 ans. Ils ont filtré le sang et produit de l’urine. Puis, le 7 janvier 2022, un homme a bénéficié de la greffe d’un cœur porcin génétiquement modifié. Cette opération a été réalisé par une équipe médicale de l’Université de médecine du Maryland.

Ces xénogreffes interviennent dans un contexte où les listes d’attentes pour des greffes de ne font que grandir. Cela s’est aggravé depuis mars 2020 à cause de la pandémie. Pouvoir greffer des organes issus de porcs élevés pour est source d’espoirs.

Réussir à parer à la défaillance d’un organe humain est un but recherché par de nombreux scientifiques depuis de longues années. Les greffes rénales furent les premières greffes réalisées chez l’Homme. D’abord parce qu’il est possible de vivre avec un seul rein. De plus, la taille des vaisseaux et la fonction de filtration du rein sont faciles à reconstruire. Même si les xénogreffes nous paraissent révolutionnaire aujourd’hui, les premiers reins greffés étaient des reins d’animaux. Le premier à tenter l’expérience fut, en 1906, Mathieu Jaboulay, chirurgien à Lyon. Il greffa un rein de porc sur les vaisseaux du coude d’une jeune femme souffrant d’insuffisance rénale grave. Dans la femme décéda. Ernest Unger retenta l’expérience en 1909 à Berlin. Il greffa deux reins de macaques, d’un bloc, à une jeune fille souffrant d’une maladie rénale en phase terminale. Même si une faible production d’urine fut observé, la jeune fille mourut au bout de 32 heures. Puis en 1913, Schonstadt essaya à son tour. Il greffa un rein de singe japonais sur les vaisseaux du coude d’une jeune fille. Celle-ci mourut au bout de 60 heures. Mais, le rein produisit de l’urine. À partir de ces expériences, les médecins démontrèrent l’absence de survie des organes lors de xénogreffes. L’hypothèse d’une réaction immunitaire à l’origine du rejet des organes germa.

En 1923, Williamson à la Mayo Clinic travailla sur la réaction de rejet. Il mit en évidence les atteintes tissulaires des organes greffés. Il insista sur la nécessité de trouver des donneurs compatibles avec les receveurs. Il proposa les groupes sanguins comme critère de compatibilité. À sa suite, Holman au John Hopkins Hospital démontra que greffer à plusieurs reprises un organe ou un tissu d’un même donneur au même individu provoque un rejet de plus en plus rapide et de plus en plus fort.

Ce n’est qu’en 1933 que les premières greffes entre humains furent réalisées. Le chirurgien russe Yuri Voronoy tenta la première greffe d’un rein issu d’un donneur mort. Il le greffa au niveau de la cuisse d’une femme dont c’était le dernier espoir. Bien qu’une faible production d’urine fut observée, la jeune femme décéda au bout de 4 jours. Voronoy fut le premier à démontrer que la réaction de rejet est bien une réaction immunitaire. C’est en 1950 que Lawler à Chicago greffa à une patiente un rein en lieu et place du rein malade. Mais, la patiente décéda au bout de 60 jours. Le premier succès fut une greffe rénale entre deux jumeaux identiques. Ce sont Murray et Merril qui réalisèrent cela à Boston en 1954. L’identité génétique des jumeaux permit d’éviter que l’organe soit rejeté par le système immunitaire du receveur.

À partir de années 1960, la recherche scientifique aboutit à différentes solutions pour éviter le rejet lors d’une greffe. Il s’agit d’affaiblir le système immunitaire du receveur. Une technique, toujours utilisée, est médicamenteuse. Mais il y a des limites. Les doses de médicaments ne peuvent être trop fortes. Il est donc essentiel que donneur et receveur présente une grande similarité. Bien que les premières greffes ai été réalisé avec des organes d’animaux, les xénogreffes furent abandonnées. En effet, les réaction de rejet étaient bien trop fortes et il n’y avait pas de possibilité de les contrer.

Mais alors, qu’est-ce qui a changé depuis ?

Les xénogreffes réalisées ces derniers mois ont été des succès. Les organes greffés proviennent de lignés de porcs modifiés génétiquement. La première modification vise à supprimer un motif présent à la surface des cellules porcines. Il est composé de deux sucres : alpha-Gal. Le système immunitaire humain le reconnaît comme un danger. Il va alors réagir extrêmement fort et rapidement à ce motif. On parle alors de rejet hyper aigu. L’organe greffé est détruit en quelques minutes. Des scientifiques cherchent à supprimer ce motifs à la surface des organes porcins depuis 1993. Les premières lignées de porcs ne les produisant pas ont vues le jour en 2002. On parle de porcs Gal-KO. D’autres éléments sont reconnus par le système immunitaire humain. Les techniques de génie génétiques ont grandement évoluées ces dernières années. Ainsi, la technique CRISPR-Cas9 permet de créer des lignées porcines ayant plus de dix modifications de leur génomes. Les organes de ces porcs sont bien mieux tolérés par les receveurs humains lors de greffes. Cela est associé à des avancées dans la recherche médicamenteuse. De nouvelles substances permettent de diminuer la réaction du système immunitaire du receveur. Les xénogreffes redeviennent un espoir.

Sources :

https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/don-d-organes/transplantation-d-un-rein-de-porc-sur-un-humain-c-est-un-espoir-majeur-analyse-un-specialiste_4816277.html

https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/don-d-organes/dons-et-greffes-d-organes-l-agence-de-biomedecine-espere-retrouver-cette-annee-le-niveau-d-avant-la-crise-du-covid-19_4673803.html

https://www.reuters.com/business/healthcare-pharmaceuticals/us-surgeons-successfully-test-pig-kidney-transplant-human-patient-2021-10-19/

https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-sciences/la-premiere-greffe-d-un-rein-de-porc-chez-l-humain

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0003394402008209

https://www.revmed.ch/view/642850/5029603/RMS_117_1632.pdf

https://www.agence-biomedecine.fr/annexes/bilan2016/donnees/organes/06-rein/synthese.htm

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0001407919302298

https://journals.openedition.org/terrain/13610#tocto1n4

https://www.researchgate.net/profile/Beatrice-Charreau/publication/272873864_La_xenogreffe_chez_l’homme_acquis_et_perspectives/links/54f5b9550cf226f2a49dfc41/La-xenogreffe-chez-lhomme-acquis-et-perspectives.pdf

https://www.umms.org/ummc/news/2022/first-successful-transplant-of-porcine-heart-into-adult-human-heart

https://www.ccne-ethique.fr/sites/default/files/publications/avis061.pdf

https://www.medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2005/03/medsci2005213p302/medsci2005213p302.html

Jusqu’à quand l’Homme négligera-t-il les débris spatiaux ?

Alors que l’organisation de notre société nécessite le bon fonctionnement des satellites en activité, la prolifération des débris spatiaux le compromet.

En novembre 2021, par deux fois, les astronautes de la Station Spatiale Internationale (ISS) ont dû se protéger d’une éventuelle collision avec des débris : le 16, un satellite russe obsolète a explosé en de multiples fragments, suite à un tir de missile visant à le détruire. Les astronautes d l’ISS ont dû se mettre à l’abri pendant deux heures, prêts à quitter la station. Toujours pour éviter une collision, la semaine précédente, ils avaient dû ajuster leur altitude en raison du passage à proximité de débris d’un ancien satellite chinois. L’orbite basse dans laquelle évolue l’ISS est maintenant encombrée d’une quantité phénoménale d’objets spatiaux ; il s’agit essentiellement d’objets artificiels issus de l’exploitation spatial : à chaque lancement de satellite, les composants de la fusée se séparent et restent à tourner en orbite. A l’issue de sa période d’activité vient s’ajouter le satellite lui-même qui devient un débris spatial. Chaque fois que deux objets dérivant en orbite se percutent, ils se fragmentent et contribuent à la prolifération des débris. On estime que la part des satellites actifs représente seulement 7% des objets orbitaux parmi lesquels on compte 27 000 « grosses » pièces. L’orbite terrestre basse, la plus utile à notre vie quotidienne, s’encombre à un rythme exponentiel.

Quand les satellites jouent à la pétanque

En quoi la formation de cette véritable décharge orbitale représente-t-elle une menace pour l’Homme qui l’a créée ? Les risques sont de deux natures : la retombée d’objets sur Terre, et les conséquences des collisions en orbite.

Lorsqu’un objet spatial finit par quitter son orbite de départ, il peut d’abord adopter une orbite inférieure, puis, à terme, il traverse l’atmosphère terrestre et se désagrège en brûlant à son contact. En fonction de son poids, de sa taille, de l’épaisseur de l’atmosphère ce jour-là, cet objet est entièrement désintégré, ou pas : il peut alors tomber au sol, de façon aléatoire, n’importe où. Les plus gros objets orbitaux sont référencés, leur trajectoire en orbite est surveillée, mais trop de variables entrent dans le calcul de leur point d’impact sur Terre pour que celui-ci puisse être prévu à l’avance au moment de leur retombée.

La collision entre objets dans l’espace représente cependant la plus grande menace ; en effet, la vie quotidienne de notre société moderne repose en grande partie sur le bon fonctionnement des satellites en activité. La NASA estime à plus de 100 000 le nombre de débris spatiaux supérieurs à 1mm ; chacun de ces objets est potentiellement une boule de pétanque qui circule sans contrôle à 7 ou 8 km/seconde. Les satellites actifs endommagés lors des collisions avec ces débris n’assurent alors plus les services pour lesquels ils ont été lancés, qu’il s’agisse de communication, de positionnement GPS, d’heure officielle ou d’observation météorologique. Les répercussions sont immenses et illustrent la dépendance grandissante de notre société à l’exploitation de l’espace.

Consciente de la menace, la communauté internationale affirme sa volonté de maîtriser la prolifération des débris spatiaux, dans ce contexte de dépendance et d’intense concurrence. Le but affiché est de préserver un accès possible à l’espace pour tous les pays, afin que chacun soit en capacité de tirer les bénéfices issus de la technologie spatiale. Pourtant, les grands projets publics et privés multiplient les lancements dans la course au déploiement des constellations de nouveaux satellites de communication, qui se compteront par milliers.

Vœu de tout déchet orbital : quitter la décharge et vivre l’incandescence

Cependant, force est de constater qu’il existe en réalité bien peu de façon de réduire le nombre de déchets orbitaux et de libérer l’orbite utile. La désintégration lors du retour dans l’atmosphère est aujourd’hui la seule solution technique ; encore faut-il que les objets ne soient pas trop gros pour brûler entièrement. Quelques scénarios de nettoyage orbital se dessinent donc : d’abord, cesser de faire exploser les anciens satellites, comme le font les USA, l’Inde, la Russie et la Chine, car cette technique est contre-productive, leur fragmentation générant une multitude de débris plus petits.

Les agences spatiales concentrent leurs recherches sur le fait d’alléger les nouveaux satellites et d’en allonger la durée de vie, grâce à la mise en place de services en orbite tel que la recharge en énergie. Ils travaillent également sur la capacité des lanceurs à se séparer en morceaux plus petits, de taille à brûler entièrement dans l’atmosphère lors de la retombée ; ils étudient également comment intégrer dès la conception des objets spatiaux l’ordre de changer de cap en fin de vie, afin qu’ils enclenchent automatiquement leur entrée dans l’atmosphère. Enfin, les recherches portent sur la capture des gros objets pour les amener sur une orbite « cimetière » ou les faire tomber vers l’atmosphère pour désintégration.

Recherche solutions désespérément

Aucune de ces solutions n’est encore opérationnelle, et toutes nécessitent de gros investissements qui ne sont pas provisionnés dans les coûts de lancement actuels. Ce scénario nous rappelle sans aucun doute celui du dérèglement climatique : nos modes de production et de consommation continuent à produire le gaz à effet de serre qui modifie dangereusement les conditions de la vie sur Terre. De même, nous continuons à lancer nombre d’engins dans l’espace tendant à rendre l’orbite basse non navigable. Dans les deux cas, l’Homme use et abuse du milieu naturel sans en régler les conséquences à temps, au risque de payer lourdement le prix de sa pollution. Apprendra-t-il un jour à respecter les milieux qui lui assurent pourtant son propre cadre de vie ? Peut-être, si chacun se met à penser à ce qui lui importe vraiment.

Nathalie Lenormand

The Line

Une ville construite sur une ligne de 170 km en plein désert et alimentée à 100% d’énergie verte. Incroyable ? C’est pourtant le projet présenté par le prince Mohammed Ben Salmane le 10 janvier dernier.

 

Cette ville innovante, appelée The Line, est développée par la compagnie Néom, en plein désert d’Arabie Saoudite. Selon les grandes lignes annoncées du projet, le prince prévoit de bâtir cette ville futuriste en 2025. A l’image des cités linéaires imaginées par le passé par d’autres urbanistes, la ville s’organise autour d’un axe central et comporte tous les services nécessaires. Construite sans rues, où ne circule aucune voiture et ne rejetant aucune émission à effet carbone, cette ville est un joyau dans un écrin de nature. Le prince promet que tout y est accessible en moins de 20 minutes grâce à un système de transport ultra-rapide situé sous la ville. 

S’inscrivant dans le plan de développement « Vision 2030 », Mohammed Ben Salmane projette de diversifier l’économie de l’Arabie Saoudite en misant moins sur le pétrole et plus sur le tourisme. Il est vrai qu’avec ses 26 500km², répartie entre la mer Rouge et la Jordanie et son budget de 500 milliards de dollars, la ville futuriste The Line, intégrée en pleine nature, promet d’être plus que spectaculaire. 

Autre point sur lequel le prince a mis l’accent, est que chaque site, bien qu’ayant sa propre spécificité, comme l’architecture ou les loisirs, est connecté grâce aux dernières technologies de pointe. Les robots feront partie intégrante de la vie des habitants, afin de faciliter certaines tâches à ces derniers ou encore de s’occuper des cultures prévues dans d’immenses serres. Deux lunes artificielles brilleront dans le ciel de The Line et même des taxis volants sont imaginés. La ville sera organisée par couches, avec les transports en sous sol, puis la couche de services, elle aussi sous terre, afin de laisser un espace dégagé en surface pour les piétons. 

Mohammed Bon Salmane promet un endroit où il fera bon vivre, sans pollution, entouré de nature et où les maîtres-mots seront : bien-être et haute technologie. Rêve ou réalité ?

 

MD

2018 ◊ Cycle Cinéma Présences extraterrestres Saison 2

Du 07 novembre 2018 au 18 juin 2019

Cycle de films-débats à découvrir au Grand Action (5 rue des Ecoles, Paris 5e), dans le cadre du projet Origines et conditions d’apparition de la vie (OCAV) de Paris Sciences et Lettres et en partenariat avec Sciences et Avenir.

En compagnie d’écrivains, d’astrophysiciens, de chercheurs en sciences physiques, en sciences naturelles et en sciences humaines et sociales, ce cycle de 8 films-débats invite à réfléchir à ce que sont, ou pourraient être, des vies humaines dans l’espace. Programme

2018 ◊ le progrès a-t-il un avenir ? (conférences)

Deux semaines de remue-méninges du mardi 15 au samedi 26 mai à la Cité des sciences et de l’industrie
Le progrès est mis à l’épreuve des rapides évolutions du monde : le numérique transforme le travail, l’économie, la société ; les activités humaines ont un impact inédit sur l’environnement et la santé.

La Cité des sciences et de l’industrie interroge son public et les scientifiques sur ce qu’est devenue pour eux la notion de progrès. Qu’est-ce que le progrès ? Mai 2018 est à la fois le cinquantenaire de Mai 68 et le bicentenaire de la naissance de Karl Marx, un événement et une personnalité qui ont nourri les réflexions sur le progrès. Depuis lors, l’idée de progrès a-t-elle vieilli ? Le progrès a-t-il encore un avenir ?

Durant deux semaines, des groupes d’étudiants, un panel de citoyens et des scientifiques, historiens et philosophes, livrent leurs réflexions et débattent.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux : #ProgrèsMai2018

La suite ici

2018 ◊ un homme presque parfait (projection-débat)

Projection-débat
Un homme presque parfait
dimanche 4 février à 18h
au Temps des cerises

En présence de la réalisatrice Cécile Denjean.

Aujourd’hui les progrès de la science nous permettent d’imaginer un être humain « amélioré ». Dans les laboratoires du monde, un nouvel individu, partiellement reconfiguré, est en train d’être imaginé, testé… fabriqué. Bientôt, nous promettent certains scientifiques, nous considérerons l’Homo Sapiens comme une version charmante certes, mais totalement démodée.

Tous les détails ici

2018 ◊ la France contre les robots (théâtre)

Le Liberté au Théâtre de l’Alliance Française : La France contre les robots

La Fondation Alliance Française et Le Liberté, scène nationale de Toulon ont le plaisir de vous convier à l’une des représentations de LA FRANCE CONTRE LES ROBOTS de Georges Bernanos au Théâtre de l’Alliance Française (101, Boulevard Raspail – 75006 Paris)Une évocation fulgurante de la vision de Bernanos pour le XXIe siècle à travers les textes lus par Jean-Baptiste Sastre. 

samedi 3 et lundi 5 février à 20h30 

Réservation dans la limite des places disponibles ici

En amont de ces représentations, nous vous convions également à une rencontre avec Gilles Bernanos, Jean-Claude Zylberstein et Jean-Baptiste Sastre autour du thème « Pourquoi Bernanos aujourd’hui ? » ce  soir jeudi 1er février à 19h

Dernières places disponibles > réservation

2018 ◊ arts, sciences et société ( dialogue)

Un événement qui fait dia­lo­guer arts, scien­ces et société pour ima­gi­ner demain

Le 2 et 3 février 2018, 36h en continu, de 10h à 22h

Cité internationale des arts – Site du Marais

Toutes les infos ici

« Nous ne sommes pas le nombre que nous croyons être » est proposé par la Fondation Daniel et Nina Carasso, en partenariat avec la Chaire “arts & sciences” (portée par l’École polytechnique / l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs – PSL / la Fondation Daniel et Nina Carasso) et la Cité internationale des arts.

Cet évènement rassemblera des centaines d’artistes, chercheurs et groupes de travail d’horizons géographiques et disciplinaires très variés autour d’une expérience inédite, en continu pendant 36h. Ils investiront plusieurs espaces de la Cité internationale des arts à Paris, lieu de vie ouvert au dialogue entre les cultures, en invitant les visiteurs à réfléchir sur le présent et à esquisser ensemble des voies d’avenir.

Le fil conducteur de ce foisonnant programme est l’univers romanesque de The Compass Rose (1982), un recueil de nouvelles de l’auteure américaine de science-fiction Ursula K. Le Guin. Nous essaierons de dessiner le paysage de ce qui pourrait exister dans le futur en tirant quelques fils de ces nouvelles et tenterons de sortir de notre zone de confort, d’accepter l’imprévisible, de nous frayer dans l’inconnu et de questionner à nouveau la valeur de la preuve, du doute, de l’accident et de l’enquête. Continuer la lecture de « 2018 ◊ arts, sciences et société ( dialogue) »

2017 ◊ Transhumain toi même ! (théâtre)

Vers de nouvelles humanités ?

L’Atelier Collaboratif de Théâtre et Sciences et toute l’équipe Alice et Manu Shantri de la formation à la médiation culturelle des sciences et techniques en société du Cnam vous invitent à assister à la nouvelle représentation de Transhumain toi-même !

Lieu ? Grand auditorium de la cité des sciences et de l’industrie à la Villette

Quand ? le samedi 25 mars à 14h30 (entrée libre).

La représentation sera suivi d’une discussion et de la restitution d’un jeu participatif proposé par l’Association Jouer à débattre, un dispositif auquel vous pouvez contribuer en vous inscrivant auprès de conferences(at)universcience.fr ou cvolovitch(at)arbre-des-connaissances.org

Ces deux initiatives viendront clôturer deux jours du colloque “Vers de nouvelles humanités ?” qui se tiendra dans le grand auditorium les 23 et 24 mars 2017 (programme)

2016 ◊ Transhumain toi-même ! (théâtre)

Affiche TTM 27MAI2016_BDTranshumain toi-même !

Penser, questionner et échanger avec le public sur les promesses et menaces auxquelles renvoient les technosciences portées par la mouvance transhumaniste, telle est l’ambition des élèves du CNAM des formations à la médiation culturelle des sciences et techniques en société. Elles/ils proposent de le faire au travers d’une création théâtrale : « Transhumain toi-même ! ». Une représentation unique aura lieu au Théâtre de la Reine blanche le vendredi 27 mai à 21h, à Paris – passage Ruelle (18e)

Tous les détails sur : http://www.reineblanche.com/portfolio_page/carte-blanche-michel-lette-cnam-transhumain-toi-meme/

Transhumain toi-même ! Génétiquement modifié, augmenté, numérisé et sans âge, Manu Shantri déborde d’enthousiasme pour les prodiges de la technoscience. Dans ses délires de toute puissance, il se voit immortel, doué d’ubiquité, invincible. Face à son psy désemparé surgit le doute. Au fil d’un décalogue inédit, Manu et son psy entament une joute qui interroge les commandements d’un techno-progressisme débridé. Pauvre Manu, veut-il vraiment devenir transhumain ? Drôle, mordant, nécessaire, cette comédie invite les spectateurs à interroger leurs propres représentations d’un transhumanisme aussi effrayant que séduisant.

2015 ◊ Vers l’humain augmenté (Web Radio)

Émission “Les nouveaux Chemins de la Connaissance” présentée par Adèle Van Reeth sur 18928161.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxFrance Culture ayant pour thème: La médecine qui répare: Vers l’humain augmenté.

“Vous pensiez que le cyborg appartient au monde de la science-fiction ? Pourtant l’homme augmenté est déjà une réalité.

Que penser alors  de l’intervention de la technique sur le corps? Pourquoi  faudrait-il à tout prix préserver le naturel en nous? Réponses avec Jean-Michel Besnier”

2015 ◊ 7ème édition du Forum Science, Recherche et Société (colloque)

Cultivons le futur

Jeudi 28 mai 2015 – Conservatoire National des Arts et Métiers

Forum Science, Recherche et Société
Forum Science, Recherche et Société

Le 28 mai 2015 se tiendra au CNAM la 7ème édition du Forum SRS (Science, Recherche et Société), créé par le journal Le Monde et le mensuel La Recherche. C’est l’occasion pour le grand public de découvrir et de questionner les dernières avancées scientifiques et leur impact sur la société.

Le programme de la journée propose deux conférences plénières, des tables rondes ainsi que la projection d’un documentaire scientifique en avant-première et une exposition photo.

Parmi les thèmes abordés : l’intelligence artificielle et le transhumanisme, l’avenir du paiement dématérialisé, nourrir la planète en 2050, les flambées épidémiques, l’usage de la voiture dans dix ans, la vie ailleurs dans notre galaxie…

L’entrée est gratuite mais l’inscription est obligatoire.

Informations et inscription sur le site du Forum SRS : http://www.forum-srs.com

Conservatoire national des arts et métiers, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris

2015 ◊ Les frontières de l’humain et le posthumain (livre)

Couv37_page droite-1Créer un être artificiel à l’image de l’être humain est un mythe qui traverse les cultures depuis toujours. La science rejoint maintenant la fiction. Des recherches autour du cyborg et du clonage côtoient les nombreuses figures fictionnelles. Dans ce contexte, le terme de « posthumain » fait florès et interroge les liens entre nature et culture. Les textes de ce cahier explorent en littérature et au cinéma les représentations de l’humain et de ses avatars à l’aube du posthumain. Comment l’imaginaire représente-t-il ce corps? Comment interpréter un vocabulaire nouveau, entre transhumanisme et posthumanisme? Le posthumain annonce-t-il une perfection attendue ou une monstruosité? Des questions qui autorisent à réfléchir sur le rapport ontologique du sujet au monde, aujourd’hui.

Textes de Pierre Cassou-Noguès, Jean-François Chassay, Laurence Dahan-Gaida, Elaine Després, Antonio Dominguez-Leiva, Gaïd Girard, Mélanie Joseph-Vilain, Alexandre Klein, Hélène Machinal, Denis Mellier, Arnaud Regnauld et Tony Thörstrom

plus sur : http://figura.uqam.ca/biblio/les-fronti-res-du-lhumain-et-le-posthumain

Transhumain, toi-même !

Le 27 mai 2016, les élèves du CNAM présenteront sous la direction de leurs enseignants au théâtre de la Reine blanche à Paris une pièce intitulée « Transhumain toi-même ! »icono TTM

Sous ce titre s’accusent et se défendent sur scène fantasmes et réalités portées par la mouvance techno-progressiste dite « transhumaniste ». Une série de 10 séquences (décalogue) aborde à peu près tous les thèmes chers aux partisans et détracteurs de cette idéologie, qu’ils soient associés aux désirs de vaincre la maladie, d’atteindre l’immortalité, d’imaginer pour la réaliser la dissociation des corps et de l’esprit, d’augmenter sinon d’améliorer l’espèce humaine, de se rendre maîtres et possesseurs de sa nature, y compris jusqu’à la transformer radicalement. Les seules limites semblent être celles des seuls imaginaires du génie humain.

Les élèves du CNAM se sont emparés de ces thèmes pour écrire une pièce de théâtre qui sera accompagnée de la lecture courte de textes issus de l’abondante littérature sur le sujet.

Les séquences du décalogue mettent en dialogue Manu Shantri – transhumain en quête permanente de dépassement de sa condition d’être limité et périssable – avec un autre personnage, miroir de ses interrogations sur le devenir présumé transhumain de l’humanité.

1886 ♦ L’Ève future (roman)

La synthèse chimique sublimant la nature

(par les auditeurs 2012)

Voulez-vous me dire quelle impression produit sur vous ce spectacle-ci ? — demanda-t-il en montrant le pâle et sanglant bras féminin posé sur le coussin de soie violâtre.

Lord Ewald contempla, non sans un nouvel étonnement, l’inattendue relique humaine, qu’éclairaient, en ce moment, les lampes merveilleuses.

— Qu’est-ce donc ? dit-il.

— Regardez bien.

Le jeune homme souleva d’abord la main.

— Que signifie cela ? Continua-t-il. Comment ! Cette main… mais elle est tiède, encore!

— Ne trouvez-vous donc rien de plus extraordinaire dans ce bras ?

Après un instant d’examen, lord Ewald jeta une exclamation, tout à coup :

— Oh ! murmura-t-il, ceci, je l’avoue, est une aussi surprenante merveille que l’autre, et faite pour troubler les plus assurés! Sans la blessure, je ne me fusse pas aperçu du chef-d’œuvre !

L’Anglais semblait comme fasciné ; il avait pris le bras et comparait avec sa propre main la main féminine.

— La lourdeur ! Le modelé ! La carnation même !… continuait-il avec une vague stupeur. — N’est-ce pas, en vérité, de la chair que je touche en ce moment ? La mienne en a tressailli, sur ma parole ! Continuer la lecture de « 1886 ♦ L’Ève future (roman) »

1883 ♦ Le Vingtième siècle (livre)

Couverture de l’ouvrage d’Alfred Robida ” Le Vingtième siècle” paru en 1883 aux éditions G. Decaux. Les dessins sont de l’auteur.

les origines de l’anticipation scientifique

(par Mélodie GALLET, Cnam Certificat 2016)

Le livre « Le vingtième siècle » est une œuvre d’anticipation dont l’auteur est Albert Robida (illustrateur, caricaturiste, graveur, journaliste et romancier français né à Compiègne le 14 mai 1848 et mort à Neuilly sur Seine le 11 octobre 1926).
La couverture du livre représente un voyage de fiançailles au XXe siècle dans une machine volante improbable. Le roman est connu pour sa fantaisie imaginative, régulièrement cité pour ses inventions étonnantes comme le téléphonoscope, son tableau de la circulation aérienne dans Paris, ou pour sa représentation de l’émancipation féminine dans la société future. Continuer la lecture de « 1883 ♦ Le Vingtième siècle (livre) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search