VIRAGO sur la chaîne youtube de Aude Gogny-Goubert

 

L’oeuvre vidéo de Aude Gogny Goubert est feministe, elle veut réatribuer sa place à la
femme dans l’histoire. Politicienne, musicienne, peintre, navigatrice, révolutionnaire,
scientifique, son œuvre présente les exploits de femmes qui sont trop souvent oubliées. Elle
réécrit l’histoire en y replaçant celles qui y ont contribué. Dans sa série de vidéos
disponibles sur youtube, elle nous en présente 26.
On pourra alors découvrir des bribes d’histoire, et donc bien sûr des bribes de l’histoire des
sciences. Sa série de vidéo sur youtube l’a poussé à en faire un livre avec plus de 60
portraits de femmes. Parmi celles-ci, Caroline Herschel, Irène Joliot Curie et Ellen
MacArthur. Pour chacun de ces tableaux, elle y interprète la figure historique elle-même
quand elle le peut et confie la tâche à d’autres actrices lorsque le portrait concerne une
femme non-blanche. Elle la présente seule ou accompagnée d’un.e spécialiste.

Caroline Herschel, première femme a découvrire une comète en 1786 et première femme
astronome professionelle. Née en 1750, c’est l’enfant du milieu d’une fratrie de 10, relayée
au tache ménagère elle fuit le domicile parental pour retrouver son frère William Herschel
qui fabrique des télescopes lui-même dans son jardin. Il a au passage découvert la planète
Uranus en 1781 et deviendra astronome privé du roi George III. Cette passionnée
d’astronomie classifie 560 étoiles et 2500 nébuleuses dont 14 qu’elle a découvertes.Elle
reprendra les erreurs du catalogue d’étoiles créé par John Flamsteed, premier astronome
royal. Première femme a recevoir la medaille d’or pour ces travaux par la Royal
Astronomical Society, elle en recoit une deuxième pour son 96e anniversaire par le roi de
Prusse.

On nous raconte également l’histoire de Irène Joliot Curie, fervente défenseuse de la cause
des femmes, plus particulièrement de leur droit d’exercer et de la nécessité d’être reconnu
pour et par son travail. Dans le récit de son histoire, Aude Gogny-Goubert réattribue à Marie
Curie son deuxième prix Nobel obtenu en 1911 trop souvent oublié. Sa fille Irène qui a suivi
sa mère en tant qu’infirmière au front, calcule en 1922 la vitesse d’émission des rayons
alpha du polonium par la méthode de la déviation magnétique. Elle détermine en 1924 la
constante radioactive du radon et découvre en 1934 avec son mari Frédéric Joliot-Curie la
radioactivité artificielle. Cette femme dont-on n’entend peu parler et qui a pourtant joué un
rôle important pour la science et pour la cause feministe est enfin mise en lumière pour le
grand public.

L’auteure nous parle ensuite de Ellen MacArthur, première navigatrice de renom, ce qui lu
permet d’aborder les problèmes écologiques et la lutte qui en découle. En 1998, Ellen MacArthur est la seule femme engagée (et la plus jeune de tout les candidats) pour une traversée de l’Atlantique. A 24 ans, elle est deuxième du Vendée Globe et à 26 elle gagne la Route du Rhum. Elle arrête sa carrière assez jeune et se reconvertit alors dans l’économie circulaire et construit la Fondation à son nom qui a pour but d’accélérer la transition écologique en passant par l’industrie, la communication et l’éducation. Cela lui a été inspiré en grande partie grâce au réflexe d’optimisation sur son bateau, de l’espace, de l’eau, des provisions, de l’électronique et de la vision d’autant de plastique dans les océans. La fin de la partie sur Ellen MacArthur s’adresse directement au public et donne quelques conseils pour faire de petits gestes et diminuer les déchets plastiques. Là, la médiation est directe et passe du récit à l’interpellation du lecteur. La démarche de Aude Gogny-Goubert ressemble beaucoup à celle de Pénélope Bagieu, auteure de la série de roman graphique Les Culottés. De part leure mise en avant de femme dans l’histoire, elles nous permettent de connaitre des moments de l’histoire des peuples, des sciences, de la sociologie, de la mode, du cinéma … que les livres d’histoire ne nous partage pas.

2019 ◊ Vera Rubin

La voix du féminisme dans l’astrophysique du XXème siècle

Vera Rubin, femme pionnière en astrophysique pour ses travaux sur les mouvements de galaxie, la fusion des galaxies et la découverte de la matière noire.

Article de Nathalie Bauchet, à lire ci-dessous et à retrouver sur AMA2 et sur le Journal Je Science donc Je Suis (n°8)

2018 ◊ Les sciences sont-elles « genrées » ?

Une culture scientifique à domination masculine…

Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre

Image de .

Des victoires récentes, un combat incessant

Aujourd’hui, c’est le 8 Mars, la Journée Internationale des Droits des Femmes. Une bonne occasion pour débroussailler un peu le thème du genre dans les sciences (ce n’est absolument pas une étude qui se veut exhaustive !).

Pour commencer, quelques rappels de dates historiques françaises sur les droits des femmes en sciences et dans le milieu professionnel :

Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre
Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre

Ce ne sont que quelques dates clés illustrant les combats menés pour la recherche d’une égalité entre les hommes et les femmes, au niveau professionnel et, en particulier, dans les sciences.

Mais il y a encore beaucoup de chemin à faire et de combats à mener ! Car oui, la science a un « genre » et est inégalitaire…

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Les sciences sont-elles « genrées » ? »

2018 ◊ Journée Filles et Maths : une équation lumineuse

Mardi 18 décembre 2018

Les journées Filles et Maths sont destinées aux jeunes filles scolarisées en fin de collège ou au lycée. Les intéressées sont inscrites par leur enseignant.e (20 élèves par collège ou lycée maximum) ou s’inscrivent pour venir à titre individuel.
Cette initiative naît grâce aux associations Animaths et Femmes et Mathématiques.
La prochaine rencontre Parisienne aura lieu le mardi 18 décembre à l’Institut Henri Poincaré.
Les inscriptions pour cette journée sont ouvertes jusqu’au 23 novembre 2018.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Journée Filles et Maths : une équation lumineuse »

2018 ◊ Les dimanches du numérique en ateliers avec le Reset

Tous les dimanches de 11:00 à 17:00 à la Mutinerie

Source : https://www.facebook.com/events/2578255132412182/

     Le Reset est un hackerspace, c’est à dire un espace de partage où des personnes ayant un intérêt commun se rejoignent. La plupart du temps, c’est le cas du Reset, l’apprentissage concerne les techniques du numérique. Ce hackerspace féministe ouvre ses portes à toute personne acceptant de respecter la charte.  Le maître mot de ce rendez-vous hebdomadaire est donc le respect de chacun.e.s afin que les apprentissages se déroulent dans les meilleures conditions. En accédant aux différents ateliers, la participante ou le participant se devra de veiller à ne pas juger les personnes présentes sur l’âge, l’identité et expression de genre, l’ethnicité, l’orientation sexuelle et romantique, le handicap, les apparences, les capacités, les races, les religions, le statut économique, les choix technologiques ou encore le niveau de compétences et de connaissances.

Lire la suite

2018 ◊ la Science taille XX ELLES (manifestation)

Dans le cadre du festival Science in The City, retrouvez cette exposition à Toulouse du 6 au 15 juillet

Proposée par l’association Femmes & Science et le CNRS, cette manifestation propose de mettre en lumière des femmes scientifiques contemporaines et historiques. Elle se décomposera en trois parties :

  • une exposition artistique de 12 portraits de femmes scientifiques qui travaillent dans divers domaines des sciences (biologie, mathématiques, droit…). Les photos serviront à interpeller afin de rompre avec l’image stéréotypée du scientifique : un homme de 40 ans en blouse blanche. Elles seront visibles du 6 au 15 juillet aux Galeries Lafayette, puis tout le reste de l’été à l’Aéroscopia.
  • des rencontres à l’Espace des diversités et de la laïcité du 7 au 9 juillet avec de nombreuses scientifiques qui présenteront des ateliers et des tables rondes, afin de montrer la diversité des métiers scientifiques, de présenter leurs travaux et de débattre sur les sciences et l’égalité professionnelle.
  • un parcours avec l’Office du Tourisme de Toulouse : 6 étapes dans Toulouse pour découvrir l’histoire de certaines femmes scientifiques, encore trop souvent méconnues.

Pour participer et suivre ces différents événements, suivez ce lien !

2018 ◊ ça va faire mâle ! (théâtre)

Une scène de science-friction proposée par les élèves des formations CNAM en médiation culturelle des sciences et techniques dans leurs rapports à la société

lundi 28 mai 2018 à 20h

Théâtre de la reine blanche

2 passage Ruelle – 75 018 Paris

ENTREE LIBRE

C’est l’histoire d’une séance de l’Institut des sciences du masculin (ISM). Bernard et Alice y subissent une parodie de tests visant à déterminer s’ils sont de la race des mâles. Deux scientifiques de l’ISM – Roger et Fatima – s’acharnent à démontrer que des différences biologiques sont au fondement des inégalités sociales entre les masculins et les autres. Mais voir le mâle partout comporte des risques …

Télécharger le flyer

renseignements auprès de Michel letté : michel.lette@lecnam.net

2018 ◊ Madame je peux vous appeler Monsieur ? (exposition)

Vernissage vendredi 23.02 à partir de 19h
Depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, la relation entre les deux sexes est décrite comme complémentaire, tant dans  « l’ordre naturel » que dans les rôles qu’ils se sont attribués au fil du temps, et pensée comme deux forces dissemblables et contradictoires, à la fois.
Les différentes Pensées relatives aux différences physiques, sociales et culturelles entre les sexes, ont façonné les modèles sociaux, politiques et philosophiques à travers le monde. Ces modèles, qui nous paraissent dépassés aujourd’hui, ont également contribué à la ségrégation entre les sexes, et à permettre aux hommes à prendre le pouvoir sur la plupart des aspects de la vie et des rôles des femmes. En France songeons qu’il y a à peine 60 ans de ça les femmes, sous le joug de la pensée patriarcale,  ne pouvaient ni travailler sans l’autorisation de leur mari, ni avoir un chéquier, ni voter… (comme le rappelle l’œuvre de Sylvie Gravagna  de la compagnie Un pas de côté dans l’exposition)

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Madame je peux vous appeler Monsieur ? (exposition) »

2017 ◊ “Madame Invention” (livre)

“Madame Invention” pour lutter contre les stéréotypes

“Son cerveau est plein d’idées, qu’elle transforme en inventions extraordinaires dans une cabane au fond de son jardin”.

Pour la création de son 36ème personnage de la collection des “Monsieur Madame”, l’auteur Adam Hargeaves a voulu “défier un stéréotype” et montrer que les femmes et filles sont aussi largement capables de créer, concevoir, inventer… des œuvres ou des technologies et que ce n’est pas quelque chose qui est propre au masculin. Le prochain personnage sera donc “Madame Invention” (en anglais, “Little Miss Inventor”), la reine des inventions !

L’auteur et dessinateur, contacté par le Huffington Post (l’article est à retrouver ici), a précisé qu'[il a] “toujours aimé créer de tous nouveaux personnages de cette série et c’était amusant de trouver plein d’inventions folles pour la maison de ‘Little Miss Inventor’ et d’autres aussi stupides pour tous ses amis. J’ai aussi aimé écrire une histoire qui met en avant un modèle positif, défiant un stéréotype, même si ce n’est qu’à une petite échelle”.

Ce nouveau livre sera publié en anglais le 8 mars 2018 à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes.

2017 ◊ Sexisme Man (bande-dessinée)

Seximsme Man contre le Seximsme

Laisse donc Seximsme Man te guider au travers des aventures du seximsme dans les sciences et les maths. Tu en ressortiras… à peu près pareil, mais peut-être un peu meilleur ?

On parle souvent du harcèlement de rue, du sexisme au travail, mais quid du sexisme dans les maths et les sciences ? On se dit, bah, les scientifiques sont des gens intelligents et éduqués, jamais des gens comme ça ne seraient sexistes… et pourtant, les chiffres comme l’expérience nous démontrent l’inverse. Seximsme Man contre le Seximsme est un petit manuel visant à exposer sans accuser le sexisme dans les milieux scientifiques, en particulier les mathématiques et la recherche. Phiip utilise son expérience à la fois de scientifique et son trouble passé sexiste (passé, ouais…) pour débusquer le sexisme sans en avoir l’air. Isabelle Collet contextualise la problématique dans l’histoire des sciences en la parsemant d’exemples concrets et d’explications rationnelles.

Un livre écrit en collaboration par Isabelle Collet, enseignante, informaticienne et prof de sexisme (en vrai c’est maîtresse d’enseignement et de recherche en sciences de l’éducation, et membre du groupe de relations interculturelles et formation des enseignants – genre et éducation (Grife-ge), à l’Université de Genève) et Phiip (le mec qui dessine les lapins) sur le sexisme dans les sciences en général et dans les maths en particulier.
Un peu dingue, un peu pédagogique. Avec le juste équilibre entre trucs vrais et idioties à l’intérieur. Un livre qui refuse la culpabilisation et qui se lit comme un livre.

Sur le site de l’éditeur ici

2017 ◊ C’est pas mon genre ! (théâtre)

C’est pas mon genre ! … scènes de science friction

Penser, écrire, mettre en scène et jouer en moins d’un mois à partir du thème des questions de genre et dans le cadre contraint d’une formation à la médiation culturelle des sciences et techniques en société, les étudiant.e.s du Master Journalisme, communication et culture scientifiques de l’Université Paris Diderot l’ont fait. Et le résultat vaut la peine d’être vu ! Jugez-en par vous-même.

Vidéos de la pièce et du débat présentés par les étudiants le 30 septembre 2017 :

2017 ◊ infinités plurielles (exposition)

Infinités plurielles – portraits de femmes scientifiques

  • Exposition photographique à partir du 9 octobre 2017 dans le cadre de la Fête de la science
    • Conférence Jeudi 12 octobre à 17h00. Entrée libre pour tout public

    On ne naît pas scientifique, on le devient.

    avec : Fatou Ba Sene, docteure en droit de l’Université de Cergy-Pontoise, Geneviève Fraisse, philosophe et historienne de la pensée féministe, directrice de recherche émérite au CNRS, Rima Haddad, maîtresse de Conférences en biologie à l’Université de Paris-Sud et chercheuse à l’Inserm, Françoise Héritier, anthropologue, professeure émérite au Collège de France.
    Archives nationales – Site de Pierrefitte-sur-Seine – Auditorium
    Présence à confirmer : communication.archives-nationales@culture.gouv.fr

    Continuer la lecture de « 2017 ◊ infinités plurielles (exposition) »

2016 ◊ AdaWeek (festival)

2016-11-21_154225L’Adaweek 2e édition ouvre ses portes aujourd’hui 21 novembre jusqu’au 25 novembre 2016

Une semaine dédiée à la place des femmes dans les sciences et technologies 

Créé en 2015 par un collectif de jeunes scientifiques et technologistes, ce mouvement est né d’un constat simple mais préoccupant, les métiers scientifiques et numériques sont encore

largement dominés par les hommes en France et les femmes représentaient à peine 21% des ingénieurs en 2014, et 28% du personnel dans les entreprises numériques en 2013.

Car après le constat, l’heure est désormais à l’action pour trouver des solutions concrètes !

L'AdaWeek, du nom de Ada Lovelace, premier programmeur informatique, est une semaine de talks, table-rondes et ateliers pour mettre en lumière l'ensemble des actions menées sur le terrain et de favoriser la rencontre entre tous ces acteurs. Google, Ecole 42, Wikimédia, Cap Digital, WomenUp, Criteo, Les Bricodeurs, Magic Makers, Inria…seront présents auprès de nombreux autres passionné(e)s pour partager leurs expertises, rencontrer de nouveaux publics et débattre des opportunités à saisir. 

21 au 25 novembre 2016

Lieu : MAIF Social Club

37 rue de Turenne 75003

Programme et inscriptions ici

2015 ◊ AdaWeek (forum)

AdaWeekUn forum du 12 au 18 octobre 2015 en Ile de France

Science, Technologie, Ingénierie et Mathématiques, une opportunité pour les femmes.

Développement durable, transition énergétique, robotique, intelligence artificielle, mégadonnées & TICS : un nouveau monde est en train de se construire sur fond de transition numérique, énergétique & industrielle.
L’informatique, l’ingénierie, la recherche scientifique et les mathématiques, sont les disciplines fondamentales sur lesquelles repose cette (r)évolution. Elles ont une importance capitale dans le sens où elles impactent et modifient à grande vitesse nos sociétés et nos économies.

Quelle place pour les femmes dans la construction de ce nouveau monde ? Qui sont les femmes actives dans ces domaines ? Que font-elles? Pourquoi ont-elles choisi ces voies ?
Comment se fait-il que les femmes soient sous-représentées dans les STEM ? Sur quoi repose ce phénomène ? Pourquoi cela pose-t-il un problème ? Comment y remédier?

Autant de questions que nous allons aborder lors de lʼAdaWeek.

Pour ce faire, nous avons pensé une programmation hybride en 3 volets #Ateliers #Conférences #TablesRondes, articulée autour de 3 axes #Education, #Emploi #Entrepreneuriat.
Ce format nous permet de :
– proposer des activités à destination du public féminin au sens large, des petites filles aux seniors, au travers dʼinitiations grand public et du traitement de sujets plus techniques.
– donner de la visibilité à des personnalités féminines remarquables dans ces secteurs, et ainsi favoriser leur reconnaissance.
– participer au décloisonnement des métiers STEM
Le but étant dʼadresser de manière ludique et créative les différents obstacles auxquels sont confrontées les femmes dans l’appropriation et la pratique des STEM.
 
Tous les détails ici

2015 ◊ Prince ou princesse ? (théâtre)

3c0f88_2a1ba9325c694f1b92d1c662f2c871e2.jpg_srz_p_220_335_75_22_0.50_1.20_0Prince ou Princesse ? That is (not) the question

Qu’est ce qu’être et devenir fille ou garçon, homme ou femme ? Nous avons tous à ce propos bien des certitudes et parfois des angoisses. Prompte à réserver sa réponse aux évidences physiologiques, aux phénomènes physico-chimiques et manifestations hormonales, la science est elle-même interrogée ici sur le mode du théâtre de Molière.

C’est une belle introduction aux questions du genre dans ces rapports avec celles de la science en société auxquelles invite cette pièce de théâtre populaire. En somme, une opération réussie de médiation socioculturelle des sciences et techniques en lien avec la question du genre.

http://www.labarakatheatre.com/#!prince-ou-princesse/cfvg

 L’histoire …

Le roi René et la reine Martine fantasment leur futur enfant… Un petit prince vaillant et téméraire qu’ils appelleraient Parfait ? Ou une petite princesse douce et belle qu’ils nommeraient Patience ?

Troublées par la fée Ministe, fraîchement accréditée et bien déterminée à ouvrir la réflexion, les fées provoqueront l’impensable : ce ne sera ni Parfait, ni Patience, ce sera Mystère !

Prince ou Princesse ? That is (not) the question a les attributs du conte de fées (un roi, une reine, des fées et du mystère), de la farce (des quiproquos, de l’humour, un rythme enlevé) et du théâtre populaire (tous les âges et tous les adultes peuvent s’y retrouver).

 L’aventure de Mystère et ses parents va mettre à mal les clichés et les idées reçues sur les filles et les garçons.

2013 ■ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration)

T-shirt Rachel Ignotofsky
T-shirt portant le modèle de Marie Curie, par l’illustratrice Rachel Ignotofsky

S´habiller en science

(par Jara Blanco Aguilar , Licence médiation culturelle des sciences et techniques, Toulouse, 2015)

Marie Curie n’aurait surement pu s´imaginer qu´elle deviendrait 80 ans après sa mort un modèle d’illustration pour T-shirt de coton, porté sur les épaules de gens autour du monde. C’est ce qu’a pourtant fait l’illustratrice Rachel Ignotofsky.

Madame Sklodowska, puis Curie, a été la première d’une série d’illustration consacrée aux femmes de science, « women in science ». Marie Curie est non seulement la première femme nobélisée, mais aussi la seule à avoir été récompensée deux fois. Née en Pologne, elle arrive à Paris en 1891 et étudie à la Sorbonne. Quatre ans après elle se marie avec Pierre Curie. Avec lui, elle poursuit des travaux partant de la découverte « des rayons uraniques » par Henri Becquerel. Elle s’installe dans un laboratoire de fortune au rez-de-chaussée de l’École de physique et de chimie, et là, ils identifient deux nouveaux éléments chimiques : le radium et le polonium. Plus encore, ils mettent au jour le phénomène de la radioactivité. Grâce à ces découvertes, elle se voit attribuer deux prix Nobel. Le premier, en physique, en 1903 avec Becquerel et Pierre. Le deuxième en chimie, en 1911. Continuer la lecture de « 2013 ■ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration) »

2004 ♦ Stepford wives (film)

capture d’écran d’un extrait du film « Stepford Wives » (2004)

et l’homme créa la femme

[par Charlène LAVOIR, Magister Cnam Paris]

Bonjour Monsieur, ravi de vous rencontrer. J’ai tout de suite envie de vous dire : bienvenue dans la banlieue résidentielle de Stepford. Ici vous trouverez tout ce dont une famille peut rêver : de belles maisons avec un grand jardin, des familles modèles ou des couples solides, aucune criminalité, des loisirs adaptés : les femmes ont leur club de lecture et de gym. Les hommes ont leur propre club dans la belle maison, celle que vous distinguez sur la colline qui surplombe Stepford. Continuer la lecture de « 2004 ♦ Stepford wives (film) »

2004 ♦ Kill Bill 2 (film)

Le fantasme de l’invincibilité

(par Nicole Fomékong, Magistère Médiation culturelle & Communication, CNAM 2015)

Kill-Bill-Serum
arrêt sur image 1h44’28”

Kill-Bill-Dim-mak2
arrêt sur image 1h44’36”

À partir de deux images extraites du film Kill Bill Volume 2 de Quentin Tarantino, sorti en 2004, nous examinons deux notions, symboliques du film d’action traditionnel : maitrise et masculinité.

La première image montre un personnage de dos en position dominante, l’autre assis plus bas, une seringue plantée dans la cuisse. La chimie s’intègre dans le récit avec le recours au sérum de vérité, tentative de maitrise artificielle. Le rapport de force semble inégal. La deuxième image montre les deux personnages qui se font face. Ils sont visuellement de plein pied, le rapport de force semble plus équilibré. Dans cet affrontement c’est la maitrise physique qui s’exprime, à travers une technique obscure et mystique : le Dim mak. Enfin, l’héroïne, Béatrix Kiddo, est une femme, l’adversaire, Bill, un homme. Nous verrons comment, en mettant visuellement de plein pied et à armes égales un homme et une femme, le réalisateur redéfinit certains paradigmes de genre propres aux films d’actions.

Continuer la lecture de « 2004 ♦ Kill Bill 2 (film) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search