VIRAGO sur la chaîne youtube de Aude Gogny-Goubert

 

L’oeuvre vidéo de Aude Gogny Goubert est feministe, elle veut réatribuer sa place à la
femme dans l’histoire. Politicienne, musicienne, peintre, navigatrice, révolutionnaire,
scientifique, son œuvre présente les exploits de femmes qui sont trop souvent oubliées. Elle
réécrit l’histoire en y replaçant celles qui y ont contribué. Dans sa série de vidéos
disponibles sur youtube, elle nous en présente 26.
On pourra alors découvrir des bribes d’histoire, et donc bien sûr des bribes de l’histoire des
sciences. Sa série de vidéo sur youtube l’a poussé à en faire un livre avec plus de 60
portraits de femmes. Parmi celles-ci, Caroline Herschel, Irène Joliot Curie et Ellen
MacArthur. Pour chacun de ces tableaux, elle y interprète la figure historique elle-même
quand elle le peut et confie la tâche à d’autres actrices lorsque le portrait concerne une
femme non-blanche. Elle la présente seule ou accompagnée d’un.e spécialiste.

Caroline Herschel, première femme a découvrire une comète en 1786 et première femme
astronome professionelle. Née en 1750, c’est l’enfant du milieu d’une fratrie de 10, relayée
au tache ménagère elle fuit le domicile parental pour retrouver son frère William Herschel
qui fabrique des télescopes lui-même dans son jardin. Il a au passage découvert la planète
Uranus en 1781 et deviendra astronome privé du roi George III. Cette passionnée
d’astronomie classifie 560 étoiles et 2500 nébuleuses dont 14 qu’elle a découvertes.Elle
reprendra les erreurs du catalogue d’étoiles créé par John Flamsteed, premier astronome
royal. Première femme a recevoir la medaille d’or pour ces travaux par la Royal
Astronomical Society, elle en recoit une deuxième pour son 96e anniversaire par le roi de
Prusse.

On nous raconte également l’histoire de Irène Joliot Curie, fervente défenseuse de la cause
des femmes, plus particulièrement de leur droit d’exercer et de la nécessité d’être reconnu
pour et par son travail. Dans le récit de son histoire, Aude Gogny-Goubert réattribue à Marie
Curie son deuxième prix Nobel obtenu en 1911 trop souvent oublié. Sa fille Irène qui a suivi
sa mère en tant qu’infirmière au front, calcule en 1922 la vitesse d’émission des rayons
alpha du polonium par la méthode de la déviation magnétique. Elle détermine en 1924 la
constante radioactive du radon et découvre en 1934 avec son mari Frédéric Joliot-Curie la
radioactivité artificielle. Cette femme dont-on n’entend peu parler et qui a pourtant joué un
rôle important pour la science et pour la cause feministe est enfin mise en lumière pour le
grand public.

L’auteure nous parle ensuite de Ellen MacArthur, première navigatrice de renom, ce qui lu
permet d’aborder les problèmes écologiques et la lutte qui en découle. En 1998, Ellen MacArthur est la seule femme engagée (et la plus jeune de tout les candidats) pour une traversée de l’Atlantique. A 24 ans, elle est deuxième du Vendée Globe et à 26 elle gagne la Route du Rhum. Elle arrête sa carrière assez jeune et se reconvertit alors dans l’économie circulaire et construit la Fondation à son nom qui a pour but d’accélérer la transition écologique en passant par l’industrie, la communication et l’éducation. Cela lui a été inspiré en grande partie grâce au réflexe d’optimisation sur son bateau, de l’espace, de l’eau, des provisions, de l’électronique et de la vision d’autant de plastique dans les océans. La fin de la partie sur Ellen MacArthur s’adresse directement au public et donne quelques conseils pour faire de petits gestes et diminuer les déchets plastiques. Là, la médiation est directe et passe du récit à l’interpellation du lecteur. La démarche de Aude Gogny-Goubert ressemble beaucoup à celle de Pénélope Bagieu, auteure de la série de roman graphique Les Culottés. De part leure mise en avant de femme dans l’histoire, elles nous permettent de connaitre des moments de l’histoire des peuples, des sciences, de la sociologie, de la mode, du cinéma … que les livres d’histoire ne nous partage pas.

2018 ◊ Les sciences sont-elles « genrées » ?

Une culture scientifique à domination masculine…

Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre

Image de .

Des victoires récentes, un combat incessant

Aujourd’hui, c’est le 8 Mars, la Journée Internationale des Droits des Femmes. Une bonne occasion pour débroussailler un peu le thème du genre dans les sciences (ce n’est absolument pas une étude qui se veut exhaustive !).

Pour commencer, quelques rappels de dates historiques françaises sur les droits des femmes en sciences et dans le milieu professionnel :

Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre
Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre

Ce ne sont que quelques dates clés illustrant les combats menés pour la recherche d’une égalité entre les hommes et les femmes, au niveau professionnel et, en particulier, dans les sciences.

Mais il y a encore beaucoup de chemin à faire et de combats à mener ! Car oui, la science a un « genre » et est inégalitaire…

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Les sciences sont-elles « genrées » ? »

2018 ◊ Les dimanches du numérique en ateliers avec le Reset

Tous les dimanches de 11:00 à 17:00 à la Mutinerie

Source : https://www.facebook.com/events/2578255132412182/

     Le Reset est un hackerspace, c’est à dire un espace de partage où des personnes ayant un intérêt commun se rejoignent. La plupart du temps, c’est le cas du Reset, l’apprentissage concerne les techniques du numérique. Ce hackerspace féministe ouvre ses portes à toute personne acceptant de respecter la charte.  Le maître mot de ce rendez-vous hebdomadaire est donc le respect de chacun.e.s afin que les apprentissages se déroulent dans les meilleures conditions. En accédant aux différents ateliers, la participante ou le participant se devra de veiller à ne pas juger les personnes présentes sur l’âge, l’identité et expression de genre, l’ethnicité, l’orientation sexuelle et romantique, le handicap, les apparences, les capacités, les races, les religions, le statut économique, les choix technologiques ou encore le niveau de compétences et de connaissances.

Lire la suite

2018 ◊ la Science taille XX ELLES (manifestation)

Dans le cadre du festival Science in The City, retrouvez cette exposition à Toulouse du 6 au 15 juillet

Proposée par l’association Femmes & Science et le CNRS, cette manifestation propose de mettre en lumière des femmes scientifiques contemporaines et historiques. Elle se décomposera en trois parties :

  • une exposition artistique de 12 portraits de femmes scientifiques qui travaillent dans divers domaines des sciences (biologie, mathématiques, droit…). Les photos serviront à interpeller afin de rompre avec l’image stéréotypée du scientifique : un homme de 40 ans en blouse blanche. Elles seront visibles du 6 au 15 juillet aux Galeries Lafayette, puis tout le reste de l’été à l’Aéroscopia.
  • des rencontres à l’Espace des diversités et de la laïcité du 7 au 9 juillet avec de nombreuses scientifiques qui présenteront des ateliers et des tables rondes, afin de montrer la diversité des métiers scientifiques, de présenter leurs travaux et de débattre sur les sciences et l’égalité professionnelle.
  • un parcours avec l’Office du Tourisme de Toulouse : 6 étapes dans Toulouse pour découvrir l’histoire de certaines femmes scientifiques, encore trop souvent méconnues.

Pour participer et suivre ces différents événements, suivez ce lien !

2018 ◊ ça va faire mâle ! (théâtre)

Une scène de science-friction proposée par les élèves des formations CNAM en médiation culturelle des sciences et techniques dans leurs rapports à la société

lundi 28 mai 2018 à 20h

Théâtre de la reine blanche

2 passage Ruelle – 75 018 Paris

ENTREE LIBRE

C’est l’histoire d’une séance de l’Institut des sciences du masculin (ISM). Bernard et Alice y subissent une parodie de tests visant à déterminer s’ils sont de la race des mâles. Deux scientifiques de l’ISM – Roger et Fatima – s’acharnent à démontrer que des différences biologiques sont au fondement des inégalités sociales entre les masculins et les autres. Mais voir le mâle partout comporte des risques …

Télécharger le flyer

renseignements auprès de Michel letté : michel.lette@lecnam.net

2018 ◊ Madame je peux vous appeler Monsieur ? (exposition)

Vernissage vendredi 23.02 à partir de 19h
Depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, la relation entre les deux sexes est décrite comme complémentaire, tant dans  « l’ordre naturel » que dans les rôles qu’ils se sont attribués au fil du temps, et pensée comme deux forces dissemblables et contradictoires, à la fois.
Les différentes Pensées relatives aux différences physiques, sociales et culturelles entre les sexes, ont façonné les modèles sociaux, politiques et philosophiques à travers le monde. Ces modèles, qui nous paraissent dépassés aujourd’hui, ont également contribué à la ségrégation entre les sexes, et à permettre aux hommes à prendre le pouvoir sur la plupart des aspects de la vie et des rôles des femmes. En France songeons qu’il y a à peine 60 ans de ça les femmes, sous le joug de la pensée patriarcale,  ne pouvaient ni travailler sans l’autorisation de leur mari, ni avoir un chéquier, ni voter… (comme le rappelle l’œuvre de Sylvie Gravagna  de la compagnie Un pas de côté dans l’exposition)

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Madame je peux vous appeler Monsieur ? (exposition) »

2004 ♦ Stepford wives (film)

capture d’écran d’un extrait du film « Stepford Wives » (2004)

et l’homme créa la femme

[par Charlène LAVOIR, Magister Cnam Paris]

Bonjour Monsieur, ravi de vous rencontrer. J’ai tout de suite envie de vous dire : bienvenue dans la banlieue résidentielle de Stepford. Ici vous trouverez tout ce dont une famille peut rêver : de belles maisons avec un grand jardin, des familles modèles ou des couples solides, aucune criminalité, des loisirs adaptés : les femmes ont leur club de lecture et de gym. Les hommes ont leur propre club dans la belle maison, celle que vous distinguez sur la colline qui surplombe Stepford. Continuer la lecture de « 2004 ♦ Stepford wives (film) »

2004 ♦ Kill Bill 2 (film)

Le fantasme de l’invincibilité

(par Nicole Fomékong, Magistère Médiation culturelle & Communication, CNAM 2015)

Kill-Bill-Serum
arrêt sur image 1h44’28”

Kill-Bill-Dim-mak2
arrêt sur image 1h44’36”

À partir de deux images extraites du film Kill Bill Volume 2 de Quentin Tarantino, sorti en 2004, nous examinons deux notions, symboliques du film d’action traditionnel : maitrise et masculinité.

La première image montre un personnage de dos en position dominante, l’autre assis plus bas, une seringue plantée dans la cuisse. La chimie s’intègre dans le récit avec le recours au sérum de vérité, tentative de maitrise artificielle. Le rapport de force semble inégal. La deuxième image montre les deux personnages qui se font face. Ils sont visuellement de plein pied, le rapport de force semble plus équilibré. Dans cet affrontement c’est la maitrise physique qui s’exprime, à travers une technique obscure et mystique : le Dim mak. Enfin, l’héroïne, Béatrix Kiddo, est une femme, l’adversaire, Bill, un homme. Nous verrons comment, en mettant visuellement de plein pied et à armes égales un homme et une femme, le réalisateur redéfinit certains paradigmes de genre propres aux films d’actions.

Continuer la lecture de « 2004 ♦ Kill Bill 2 (film) »

1997 ♦ Stargate SG-1 (série)

représenter les sciences fictionnelles

[par Lou AUGEY, Certificat Cnam Paris]

Que nous ayons fait des études scientifiques ou non, nous avons tous des connaissances scientifiques et techniques. Que nous en ayons conscience ou non. Ces connaissances nous viennent notamment des médias que nous pratiquons. Elles se dissimulent dans des publicités, des affiches, des livres et aussi dans des films. Nous allons nous intéresser ici aux notions scientifiques et techniques relayées au travers d’une série télévisée des années 90 : Stargate SG-1. Continuer la lecture de « 1997 ♦ Stargate SG-1 (série) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search