L’école La Cigogne à Bois-Colombes

Par Damien Prevosto, CNAM 2022.

 

L’école La Cigogne, à Bois-Colombes, en banlieue parisienne, est un grand bâtiment blanc, d’apparence moderne, dont les façades sont en partie cachées par les arbres du parc des Bruyères qui l’entourent. Ce qui frappe le regard, quand on s’approche de l’école, c’est l’immense ouverture circulaire qui surplombe l’entrée du bâtiment. Et, de manière symétrique, une deuxième ouverture apparait à l’arrière du bâtiment, recouverte de 3 grands anneaux concentriques.

Si cet étrange édifice semble aujourd’hui banal pour les écoliers et les visiteurs du parc, il a pourtant hébergé la soufflerie privée la plus importante du monde pendant les années qui ont suivi la deuxième guerre mondiale. Il est le dernier témoin de la riche histoire industrielle du constructeur Hispano-Suiza dans ce quartier de Bois-Colombes.

Quand Hispano-Suiza décide de construire cette soufflerie, en 1936, l’entreprise est déjà implantée sur ce site depuis plus de 20 ans. D’abord spécialisée dans l’assemblage des automobiles de luxe de la marque espagnole, l’usine de Bois-Colombes oriente rapidement sa production vers l’aéronautique pour soutenir l’effort de guerre français pendant la première guerre mondiale. C’est un moteur conçut par Hispano-Suiza qui équipera les célèbres avions de chasse SPAD, dont les exploits seront rendus célèbres par les “as” de l’escadrille des Cigognes : Georges Guynemer et René Fonck.

Avec la construction de la soufflerie, peu avant la deuxième guerre mondiale, Hispano-Suiza accélère encore le développement de son activité aéronautique: cet équipement lui permet en effet de réaliser des essais de moteurs d’avion en reproduisant les conditions de vol.
Cette soufflerie, longue de 55 mètres, fonctionne selon un principe de “circuit ouvert” mis au point par Gustave Eiffel au début du 20ème siècle : le flux d’air est capté sur un côté du bâtiment grâce à un collecteur en forme d’entonnoir; il circule ensuite au travers d’une chambre d’expérience où sont placés les moteurs testés; puis il ressort du bâtiment par un diffuseur.

Cette installation prestigieuse souffre néanmoins d’un défaut majeur : le bruit qu’elle génère lorsqu’elle est activée. Les riverains de l’usine déposent à plusieurs reprises des plaintes pour nuisance sonore ! Certaines mauvaises langues disent qu’on entend la soufflerie jusqu’à Paris…

Malgré les bombardements de 1943, la soufflerie tourne à plein régime jusque dans les années 1950, avant d’être progressivement délaissée et reconvertie en bureaux pour les employés. Puis c’est tout le site industriel d’Hispano-Suiza qui est touché par des réorganisations successives, avant une fermeture définitive en avril 1999. La soufflerie échappe cependant à la destruction, grâce à la mobilisation d’anciens salariés et d’habitants de Bois-Colombes qui souhaitaient conserver une trace emblématique de cet ancien grand site industriel. Elle est ainsi inscrite en 2000 à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques, puis réhabilitée en école. De nombreuses rues aux alentours ont également été renommées (rue Guynemer, rue Hispano-Suiza, …), comme autant d’indices d’un passé qu’on a du mal à imaginer tant le quartier a été reconstruit depuis une vingtaine d’années.

Aujourd’hui, plusieurs grands panneaux illustrés, accrochés aux grilles de l’école, retracent l’histoire de la soufflerie. Les passants curieux découvrent alors l’origine de ce bâtiment étrange, qui fait maintenant partie du patrimoine industriel de la ville.

A la recherche des paysages perdus : La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard

 

La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard, 2020, Saltimbanque éd.

En espagnol, vulgariser se dit « divulgar ». Un si joli faux-ami… divulguer… comme s’il fallait révéler un secret. Il faut que la science se propage. Et bien rarement mission n’a été si bien remplie qu’avec un livre jeunesse, espagnol donc, sorti il y a quelques mois et récent récipiendaire du Prix Sorcières 2021, qui fait se côtoyer harmonieusement dessins flamboyants, rigueur scientifique et clarté du propos, le tout dans un double dispositif de médiation.

Ce livre, c’est La Fabuleuse Histoire de la Terre d’Aina Bestard.

Un titre presque trop académique, qui ne rend pas tout à fait justice au contenu. Le titre original, Paysages Perdus, promettait davantage de poésie, mais en faisait presque oublier le volet scientifique qui est pourtant au cœur de cet ouvrage. Les deux choix éditoriaux se valent et même se complètent en éclairant les deux lignes de force de ce projet unique.

La Fabuleuse Histoire de la Terre, c’est donc un documentaire sur l’histoire de la terre. Articulé autour de 10 chapitres et débutant par une frise explicative très réussie, le dispositif mis en place remonte à la formation de l’univers il y a 13,8 milliards d’années, pour s’achever au commencement de l’Humanité. A destination d’un public jeune, l’ouvrage propose aussi une lecture plus informelle et diffuse, qui prend la forme d’une initiation aux illustrations naturalistes du XIXème siècle.

Le quotidien chilien La Tercera raconte que la fondatrice et éditrice de Zahori Books, Mireia Trius, a eu l’idée de ce livre en visitant la Galerie de paléontologie et d’anatomie comparée de Paris. Elle est revenue en Espagne avec la volonté de faire un livre de paysages (pré-)historiques réels mais qui n’existent plus. Aina Bestard précise : « C’était comme mettre un appareil photo sur un site, qui aurait été là toute la vie de la planète, Continuer la lecture de « A la recherche des paysages perdus : La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard »

2018 ◊ Nuit Blanche : Expression des Sciences de l’archéologie par l’art contemporain

La Rencontre des époques : Le Triomphe de la République reproduit sur le Parvis de l’Hôtel de Ville

Cliché pris la nuit du 6 octobre, Parvis de l’Hôtel de Ville, IVe arrondissement de Paris

Reproduction de la statue de Jules Dalou “Le Triomphe de la République” par Ugo Schiavi

Paris et ses statues, Paris et ses monuments, Paris et son Histoire, celle des français et celle de la France… Dur de passer son chemin sans tendre l’œil et admirer, cet art qui domine l’Espace public. Si bien qu’il s’y fond. Encore plus dur pour un artiste qui doit se contenter de contempler, à la limite esquisser la reproduction des œuvres parisiennes sur un bout de papier ou de tissu, à chacun sa méthode ! Mais celle qui définit notre artiste Ugo Schiavi est des plus saisissantes et des moins conformistes. Je cite « le collage anachronique » comme l’artiste aime à le dire.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Nuit Blanche : Expression des Sciences de l’archéologie par l’art contemporain »

2018 ◊ L’Île de Pâques dans trois musées (exposition)

Le 30 Juin prochain une exposition sur l’Île de Pâques va s’ouvrir dans 3 musées en Occitanie

L’Île de Pâques, cette île pleine de mystères, perdue dans l’immensité du Pacifique, sera mise à l’honneur en Occitanie cet été ! En effet, le Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse, le musée Fenaille de Rodez et le musée Champollion de Figeac vous proposent de mieux découvrir ce morceau de terre de 165 km2, l’une des dernières terres colonisées par les humains.

L’île fascine… notamment par sa situation géographique, mais aussi par ces étranges et majestueuses statues qui ne cessent pas de susciter des fantasmes et des mythes… De plus, l’Île de Pâques est aussi un territoire vivant avec une faune et une flore particulières qui commencent à livrer quelques uns de leurs secrets grâce aux avancées de la science.

L’originalité de cette exposition n’est pas seulement le sujet, l’Île de Pâques, mais aussi la complémentarité offerte par les 3 musées. En effet, l’association de ces trois institutions vous permettra de découvrir un ensemble rare et unique d’objets qui vous dévoileront les multiples facettes de cette île. Différents thèmes vous seront ainsi proposés :

  • l’univers fascinant des représentations sculptées à Rodez ;
  • l’écriture énigmatique Rongorongo et des récits d’explorateurs à Figeac ;
  • l’histoire ancienne et contemporaine de l’île à Toulouse.

Tout un programme qui promet des découvertes enrichissantes et passionnantes…

Pour en savoir plus, vous pouvez retrouver le programme officiel ici !

2010 ■ Fritz Haber (bande-dessinée)

David VERMEULEN (2010) Fritz Haber. 3. Un vautour, c’est déjà presque un aigle, Tournai, Guy Delcourt, [image de la couverture]
David VANDERMEULEN (2010) Fritz Haber. 3. Un vautour, c’est déjà presque un aigle, Tournai, Guy Delcourt, [image de la couverture]
L’ambivalence de la science sur le champ de bataille

(fiche proposée par les auditeurs de la promotion 2012-2013)

Près d’un siècle s’est écoulé entre les faits et le récit qu’en propose cette bande-dessinée aussi saisissante que l’histoire qu’elle raconte. David Vandermeulen, auteur et scénariste issu de la culture underground en Belgique, ose aborder de front l’un des thèmes les plus ambigu de la culture scientifique et technique : la guerre, et avec elle la capacité de destruction et de violence que les savants permettent de déployer sur le terrain. Dans une œuvre au graphisme et au style fantomatique, il rend compte d’un épisode peu glorieux d’une figure de génie, celle de Fritz Haber (1868-1934). Entre janvier et septembre 1915, ce brillant chimiste est en effet l’un des principaux acteurs de la production des gaz de combat et l’instigateur de leur mise au point sur le champ de bataille.

Continuer la lecture de « 2010 ■ Fritz Haber (bande-dessinée) »

2009 ♦ Inglorious Basterds (film)

inglorious basterds
Stolz der Nation : la fierté de la nation – Extrait du film “Inglorious Basterds” de Quentin Tarantino (2009)

La pilule de Göring : une armée « dopée »

(par Yann-Gaël SECHER, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam Nantes 2015)

Dans cet ersatz de film de propagande nazie glissé dans le film Inglorious Basterds (2009), Quentin Tarantino retrace le fait d’arme d’un sniper allemand. Le soldat Zoller, isolé dans son clocher, tient en respect des jours durant une véritable armée, sans se reposer ni trembler. Fanatique, l’œil fou, il ne semble plus contraint aux limites physiques imposées par son corps. Cette scène caricaturale et visuellement explosive est l’une des marques de fabrique de Quentin Tarantino, à l’image de l’easter egg du svastika formé par des impacts de balles.

Et pourtant, si derrière l’image d’Épinal de « surhommes » des soldats du IIIe Reich se cachait une troublante vérité, celle d’un usage massif et planifié de métamphétamines ? Continuer la lecture de « 2009 ♦ Inglorious Basterds (film) »

2000 ♦ La méridienne verte (objet)

Médaillon commémoratif en bronze, fixé sur une borne à Paris, au point d’intersection de la rue de Rivoli et du passage de Richelieu (20 cm de diamètre). Photo mai 2016, I. Charton.

ligne imaginaire posée sur l’an 2000

[par Isabelle CHARTON, Licence Cnam Paris]

Au croisement de la rue de Rivoli et du passage Richelieu, elle est là, assise sur une borne, adossée à l’une des portes du Musée du Louvre. Elle arbore un air discret, mais non moins mystérieux. Cet œil de bronze présente en effet quelques signes étranges. Des points relient Dunkerque à Barcelone. Des courbes sont traversées d’inscriptions : An 2000 – La méridienne verte. L’objet, en bronze, est en réalité l’empreinte urbaine et artistique d’une histoire, d’un projet politique au croisement des sciences, des techniques et de la société. Continuer la lecture de « 2000 ♦ La méridienne verte (objet) »

1981 ♦ la guerre du feu (cinéma)

Extrait du film La guerre du feu, Archive, JJ Annaud, 1981. Ika va prendre la place de Naoh pour “fabriquer” le feu car il n’arrive pas à le faire. Elle porte avec elle une révolution technologique.

Le feu, une révolution technologique

(par Laurent MARCHE, Cnam Certificat 2018)

La guerre du feu est un film franco-canadien du réalisateur JJ. Annaud, sorti en France en 1981. JJ Annaud décrit son film, non comme un documentaire scientifique mais bien une œuvre de fiction, un récit romanesque. A l’époque le film comptabilise 5 millions d’entrées en France. Il est classé 6 ème au Box office US (21 millions de $US). Le film ne comporte que peu de dialogue, qui sont dans une langue inventée à partir de quelques racines indo-européennes et de grec ancien.

 40 000 ans en 96 minutes !

 Trois néandertaliens, Naoh, Amouka et Gaw, partent à la recherche du feu perdu par leur clan lors d’une attaque d’hominidés primitifs. Au cours de leur périple, ils vont découvrir le monde. Ils vont rencontrer d’autres clans, autant de mœurs et de techniques différentes qu’ils vont s’approprier ou rejeter. C’est une quête, une recherche. Continuer la lecture de « 1981 ♦ la guerre du feu (cinéma) »

1970 ♦ nuit et brouillard (film)

Arrêt sur image du film Nuit et Brouillard d’Alain Resnais, 1970 (5’57’’)

Shoah : le film de l’Histoire

(par Alexandre COUTURAS, Cnam Licence 2018)

1956. Alain Resnais réalise Nuit et Brouillard, premier témoignage populaire de la déportation des juifs d’Europe. L’image capturée du film est d’abord censurée et son réalisateur se voit contraint de présenter son travail amputé du document. L’image donc, censurée d’abord, est ensuite un objet de témoignage historique et judiciaire. Elle est enfin un objet de mémoire et d’illustration de sa construction. Cette archive constitue un outil dont l’usage, ou la dissimulation, caractérise l’absolue nécessité pour l’historien de construire, au sens du processus, avec toute la rigueur qu’impose la recherche scientifique tant l’influence du politique, de l’idéologique et du culturel peut lui nuire. Censurée en 1956, la France ne découvre donc pas ce policier français en train de surveiller les internés du camp de Pithiviers. Pithiviers ou la dernière étape avant le centre de mise à mort de Birkenau à Auschwitz pour un grand nombre de juifs de France et pour la totalité des enfants juifs du Vel d’Hiv. Les français ne découvrent pas les baraques, les barbelés, les internés et l’implication de la France dans l’assassinat systématique des juifs. Ils ne découvrent pas l’implication française dans la mise en œuvre de la Solution Finale. En 1956, cette image ne dit pas les 165 000 déportés de France dont 76 000 qui étaient des juifs. C’est la commission de censure qui impose à Alain Resnais de retirer cette image du policier français, identifiable par sa casquette, qui surveille le camp de Pithiviers. Si la France accepte de montrer la réalité des camps, elle refuse de montrer la collaboration. Continuer la lecture de « 1970 ♦ nuit et brouillard (film) »

1969 ♦ des hommes sur la lune (journal)

La Une enthousiaste de France-Soir au lendemain des premiers pas de l’homme sur la Lune. Photo prise à 4’36 de la vidéo en illustration sur le site http://www.francesoir.fr/culture-medias/20-juillet-1969-un-petit-pas-pour-lhomme-video – la Une de France-Soir du 22 juillet 1969

Des hommes sur la Lune à la Une

(par Annie DUMONT, Cnam Certificat 2018)

Le 21 juillet 1969 (temps universel), l’Américain Neil Armstrong exécute — en mondovision — les premiers pas humains sur la lune. Il en restera une phase célèbre « un petit pas pour un homme, un grand bond pour l’humanité ». La veille, le module lunaire se posait dans la « Mer de Tranquillité ». L’Amérique triomphante avait gagné la course à la Lune sur fond de guerre froide. Continuer la lecture de « 1969 ♦ des hommes sur la lune (journal) »

1927 – Metropolis (film)

La fusion de l’être et de la machine

metropolis10
Fritz Lang (1927) Metropolis (version restaurée 2001), Kino Lorber Inc. – durée : 2h28 [séquence à 1h27]
(par Michel Letté, Cnam, mars 2013)

Metropolis est un film expressionniste allemand de science-fiction réalisé en 1927 par Fritz Lang. Tout en musique philarmonique, le film est muet et en noir et blanc. Le scénario a été écrit par Lang et sa femme, Thea Von Harbou. Il a été l’une des premières superproductions de l’histoire du cinéma mais aussi un échec financier. Il fut néanmoins le premier film inscrit en 2001 par l’Unesco au Registre de la Mémoire du monde.

Continuer la lecture de « 1927 – Metropolis (film) »

1794 ♦ la guillotine (estampe)

GUILLOTINE
Robespierre guillotinant le boureau après avoir fait guillotiner tous les Français : cy gyt toute la France : [estampe] – Recueil. Collection de Vinck. Un siècle d’histoire de France par l’estampe, 1770-1870. Vol. 48 (pièces 6461-6583), Ancien Régime et Révolution

Égalité et rationalité devant l’exécution capitale

(par Anne LAGUNE, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

« Robespierre guillotinant le bourreau après avoir fait guillotiner tous les français »

Voici une gravure apparue en 1794, à la suite du renversement de Robespierre. Elle est issue d’un recueil du collectionneur de Vinck Un siècle d’histoire de France par l’estampe. On l’attribue au caricaturiste Hercy, sans qu’on sache réellement qui il est, ni quelles autres œuvres il a pu produire. Elle n’en demeure pas moins une des plus célèbres illustrations de l’époque thermidorienne que l’on retrouve dans de nombreux ouvrages traitant de la révolution et de la terreur. On peut supposer qu’elle fut publiée dans les journaux de l’époque et placardée sur les murs de Paris. Continuer la lecture de « 1794 ♦ la guillotine (estampe) »

1793 ♦ Muséum national d’histoire naturelle (sceau)

Logo_mnhnAux Sciences Citoyens !

(par Auxane Buresi, Magister Sciences et techniques dans la société, CNAM Paris, 2015)

Vous avez surement déjà aperçu le sceau du Muséum National d’Histoire Naturelle, sur une affiche d’exposition temporaire dans le métro ou lors d’une visite au jardin des plantes. Quel parisien n’a pas un souvenir de sa « première fois » face à face avec le troupeau naturalisé de la grande galerie de l’évolution ? Ce logo, à l’image de l’institution qu’il représente, évoque les sciences, les techniques, et les liens étroits qui les unissent à une société porteuse de valeurs. Aujourd’hui, le MNHN est un établissement public à caractère scientifique, qui répond à des missions de recherche, d’expertise, de conservation et de préservation des collections, d’enseignement et de diffusion des savoirs. Mais si le muséum est devenu l’une des principales institutions de recherche et de vulgarisation des connaissances du monde entier, c’est bien la portée symbolique de ce logo qui nous rappelle que l’accessibilité des savoirs scientifiques n’a pas toujours été à la disposition d’un large public. Continuer la lecture de « 1793 ♦ Muséum national d’histoire naturelle (sceau) »

1739 ♦ Le Paris de Turgot (plan)

Paris, ville lumière !

(par Thierry LEDEME, Cnam Certificat 2016)

Ce plan à vol d’oiseau, le plus vaste jamais entrepris, connu sous le nom de plan de Turgot, est un plan de la ville de Paris au 1/400e. Il est composé d’un assemblage de vingt feuilles pour former un rectangle de 316 cm sur 245. Il fut commandé en 1734 par Michel-Etienne Turgot, prévôt des marchands dont le rôle se rapprochait de celui du maire de Paris. La version dessinée est terminée en 1736 par Louis Brétez, dessinateur d’architecture et membre de l’Académie de peinture. Le travail de gravure, effectué par Antoine Coquart et Claude Lucas, se termine en 1739. A l’époque, les plans de Paris sont imparfaits et ne sont plus conformes. Continuer la lecture de « 1739 ♦ Le Paris de Turgot (plan) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search