De la minette aux fleurs…

Hey-ho, Hey-ho, on rentre du boulot ! … oui mais quel boulot ? 

L’image associée à cette ritournelle, montrant les 7 nains de Blanche Neige poussant des berlines pleines à craquer de gemmes et de diamants dans le rire et la bonne humeur, n’a toujours été qu’une lointaine utopie, particulièrement en Lorraine. 

Des années durant, les mines de la région ont charrié des tonnes de charbon et de fer. Moins connues, pourtant plus nombreuses, ces mines ont fait naitre la plus forte industrie du pays : la sidérurgie. 

Cette époque bénie fît la richesse de tout un pays, de toute une région, de tout un peuple. Derrière le drame de la fermeture des mines et des aciéries lorraines, s’est jouée la vie de nombreuses familles, dont le seul revenu perlait au front du paternel…mineur de son état. Qu’il fût robineur (qui remplissait les berlines) ou herscheurs (qui poussait les berlines), la mine était toute sa vie et elle réglait, pour ne pas dire régulait, le rythme de milliers de gens. Ainsi, ces derniers passaient des années à descendre dans le puits, à creuser, à charger et manœuvrer ces berlines de « cailloux de fer » qui une fois fondus, servaient à produire les rails sur lesquels roulent encore de nos jours tant de trains, au milieu de nos belles campagnes fleuries. 

Le minerai lorrain, appelé minette à cause de sa faible teneur en fer (30% environ), fût exploité très tôt. Des fouilles ont mis à jour un important site près de Nancy, remontant au VIIIe – Xe siècles. Mais sa haute teneur en phosphore, qui rend l’acier cassant, limita son utilisation à la fonderie principalement. Sa pleine exploitation fût donc retardée jusqu’à la mise au point du procédé Thomas, qui permet une déphosphoration efficace de la fonte. Ainsi, avec des réserves de minerai estimées à 6 milliards de tonnes, le gisement Lorrain fût classé parmi les plus vastes du monde. La Lorraine devint même la deuxième productrice de fer au monde, derrière les Etats-Unis, en 1913, avec une production dépassant les 41 millions de tonnes. 

Malheureusement, au début des années 1960 le prix des minerais importés devient plus avantageux, notamment grâce à la baisse des prix de transport par bateau ! La concurrence s’accroît, le marché devient mondial et non plus régional. Les usines sidérurgiques devant être au plus prêt des sources de fer, on privilégie celles dites « côtières » qui peuvent décharger les bateaux facilement. Le choc pétrolier de 1973, l’apparition de nouveaux procédés (fours électriques à arc qui permettent de produire des aciers et alliages en recyclant la ferraille usagée et à faible coût, laminage à chaud en continue…) et de nouveaux matériaux (plastiques, béton précontraint) affecteront grandement l’industrie sidérurgique, entrainant les mines de Lorraine dans un inexorable déclin. 

La vallée de la Fensch, que chante si bien Bernard Lavilliers, organise alors la résistance autour de son laminoir à chaud, l’un des plus vieux et des plus performants d’Europe, pour produire des tôles. La production s’oriente vers le marché de l’automobile, grâce aux aciers à haute valeur ajoutée qui sortent de l’usine de Florange, en Moselle, dès 1984. 

Mais cela ne suffira pas à sauver les mines de fer de Lorraine qui fermeront les unes après les autres. Les coûts d’exploitations trop élevés, sonnent le glas des chevalements, porions et autres briquets (le casse-croûte des mineurs) remisant ainsi au placard, tout un vocable local. La dernière mine de fer ferme en 1997, c’est celle des Terres Rouges à Audun-le-Tiche en Moselle. 

Aujourd’hui les jolies fleurs de nos campagnes existent toujours (et c’est tant mieux !) mais elles garnissent les berlines, réduites au simple rôle de bac à fleurs, qui ornent places publiques et autres rondpoints lorrains. Ces wagonnets de mine, rappellent aux dernières générations encore en vie et témoins de ce drame de la sidérurgie, un passé glorieux (et pas si lointain) que ne peuvent comprendre, voir ignorer totalement, les nouvelles générations… 

 

Thierry HOTTON, CNAM 2022 

La stèle Farman, hommage invisible à un exploit oublié

C’est un bloc de pierre posé entre une voie de tramway et un boulevard périphérique, aux confins de Paris et d’Issy-les-Moulineaux. Pour les usagers du tram en attente à la station Suzanne-Lenglen, les automobilistes coincés au feu rouge tout proche et les piétons pressés de rallier leur bureau ou le centre commercial de l’Aquaboulevard, il passe un peu inaperçu.

Pour qui a le temps et la curiosité de s’approcher, la stèle prend un peu plus de sens, en face de l’héliport de Paris et des bâtiments de la Direction de l’Aviation civile. Réalisée par Paul Landowski, sculpteur français de renommée mondiale, inaugurée en 1930, elle célèbre un pionnier de l’aéronautique, Henri Farman, et scelle le souvenir d’un vol accompli le 13 janvier 1908 ici même où pas très loin, là où vrombissent désormais les hélicoptères.

La principale face du monument est divisée en 5 « étages » : un aigle, un pilote aux commandes, des ingénieurs et un schéma, un dessin d’avion, un texte ainsi libellé : « Sous le contrôle de l’Aéro-Club de France sur ce terrain, le 13 janvier 1908 pour la première fois au monde un kilomètre en circuit fermé a été parcouru par Henri Farman sur biplan conçu et construit par les frères Gabriel et Charles Voisin moteur Antoinette créé par Levavasseur gagnant ainsi le Grand Prix d’aviation Deutsch-Archdeacon et portant les records mondiaux d’aviation à distance : 1000m, durée : 1m28s. » 

La stèle est surmontée d’un aigle aux ailes spectaculaires. Comme un rappel que l’aventure de l’aviation a commencé avec le désir de l’homme d’imiter les oiseaux. Vainqueur des lois de la nature et de l’attraction terrestre, il semble convoquer cet aigle, ici, pour se mettre sous sa protection en même temps qu’il lui signifie la domination définitive de la technique humaine.

Le vainqueur, en l’occurrence, est l’aviateur Henri Farman, représenté dans la posture classique des premiers pilotes des premiers avions : lové dans un entrelacs de baguettes qui maintiennent la voilure, tenant un volant, moustache et barbe, casquette à l’envers. Suivant le même itinéraire que nombre de ses pairs, il s’intéressait, à tout ce qui permettait d’aller toujours plus vite au tournant du siècle. D’abord coureur cycliste en 1892-1893, Farman se lance dans la course automobile dans les années 1900 avant de multiplier les performances aux commandes de ces drôles de machines volantes. À noter que l’orthographe de son prénom, Henri et non Henry, naturalise définitivement cet Anglais né à Paris.

La progression de l’industrie aéronautique au début du XXe siècle passionnait la presse et le public. La technique, alors, cette « locomotion mécanique dans les airs » nourrissait les rêves et l’imagination. Chaque vol un peu plus long que les autres, un peu plus haut ou un peu plus rapide se racontait à la une de nombreux journaux à grand tirage, déplaçait les foules sur les terrains d’aviation dont celui qui fait face à la stèle, aujourd’hui occupé par l’héliport de Paris.

Ainsi, l’action pour laquelle Farman est célébré faisait à l’époque figure d’exploit et le jour de son accomplissement, le 13 janvier 1908, reste une date dans l’histoire de l’aviation. Un schéma montre où se situa, entre Issy et la porte de Sèvres, la boucle effectuée par Farman. Près de 120 ans après, ce « kilomètre en circuit fermé » n’a pas la résonance d’un exploit comme c’est le cas, par exemple des traversées de Blériot (1909) ou Lindbergh (1927). Sa technicité n’a pas résisté au temps. En fait, Farman est le premier à effectuer un virage en avion à une époque où certains jugeaient cela impossible. C’est donc, en effet, un jour décisif pour tous ceux qui conçoivent et fabriquent les avions.

En notamment les frères Charles et Gabriel Voisin, ingénieurs également mis à l’honneur sur la stèle, où figurent leurs deux profils sculptés. Eux aussi sont des acteurs de premier plan des débuts de l’aviation moderne (leur nom résonne toujours dans le quartier à travers une école, une allée, un terminus d’autobus). Leurs ateliers et leurs usines à Issy et Boulogne fournissent les appareils qui vont entrer dans la légende en même temps que leurs pilotes. Le biplan de Farman est représenté de face et de façon stylisée sur le monument mais décrit de manière détaillée : « un biplan Voisin avec moteur Antoinette créé par [Léon] Levavasseur », autre ingénieur renommé.

Le texte, enfin, au bas de la stèle, précise que la performance de Farman a été dûment homologuée par l’Aéro-Club de France, organisme né dès 1898 pour encourager la « locomotion aérienne », qui édicte les règlements et délivre les brevets de pilote. Enfin, elle a eu lieu dans le cadre du Grand Prix d’aviation Deutsch-Archdeacon, du nom d’Henry Deutsch de la Meurthe et Ernest Archdeacon, deux des cofondateurs de l’Aéro-Club de France. L’un est avocat, l’autre gère une société de pétrole; les deux ont mis leur fortune au service de cette industrie naissante, qui progresse au gré de compétitions (Grand Prix d’aviation, coupe Gordon-Bennett, courses à étapes…) dont ils financent les primes.

Cette stèle n’oublie donc rien ni personne de l’écosystème qui a fait progresser l’aviation jusqu’à la Première guerre mondiale : des ingénieurs à la pointe de l’innovation, des pilotes prêts à risquer leur vie pour un record, des mécènes fortunés et passionnés.

Bientôt, ce sont les guerres qui feront progresser l’aéronautique avant que le développement de l’aviation commerciale et du tourisme ne fasse du voyage en avion un événement banal… désormais montré du doigt pour sa lourde contribution au dérèglement climatique. Ainsi à quelques mètres du monument, autour du terrain de l’héliport de Paris, il n’est plus question de héros mais de nuisances: trop de pollution, trop de bruit…

En 92 ans d’existence, la stèle Farman a été déplacée deux fois, pour cause de travaux, mais elle a survécu au chamboulement du quartier. Hommage quasi invisible à un exploit oublié, mais témoignage préservé d’une époque glorieuse.

Isabelle Thalès, CNAM 2022

 

 

L’arsenal de Brest

Un projet urbain

Cette fresque de Benjamin Flao s’inscrit dans le cadre d’un important programme de revitalisation du quartier des Quatre Moulins de Brest intitulé « Les murs prennent la parole », destiné à améliorer la qualité urbaine de ces habitants.

Cette initiative d’embellissement urbain du quartier s’aménage d’un parcours de neuf fresques dont les thématiques sont diverses : le voyage, la musique, l’océanographie, etc. Toutes ces thématiques sont reliées au patrimoine et à l’identité de la ville de Brest.

Initié en 2000, le projet est issu de l’implication et de la collaboration des habitants, des acteurs du territoire, et du chanteur Miossec, parrain du projet. Le parcours a été réalisé par CitéCréation, une entreprise coopérative lyonnaise spécialiste mondiale en matière de décoration et de scénographie urbaine.

C’est Benjamin Flao, illustrateur et auteur de bande dessinée, qui a été retenu pour concevoir cette fresque ; elle évoque à travers la construction d’un bateau imaginaire, l’ambiance et l’atmosphère des chantiers de construction navale de l’ancien arsenal de Brest au XIXe siècle.



De l’imaginaire à l’histoire

En regardant l’oeuvre, notre imaginaire s’envole. Nous pouvons imaginer le bruit des machines, du chantier, des hommes et des mouettes volant au-dessus du site industriel. Nous pouvons imaginer l’odeur de différentes émanations produites par le chantier, nous pouvons imaginer les éclats de voix des ouvriers tantôt entrain de pester, tantôt entrain de rire le temps d’une pause ou à la fin d’une dure journée. À travers cette fresque, nous retournons dans le passé de l’arsenal de Brest, dans son histoire.

C’est une histoire riche, avec un passé industriel unique. Car l’histoire de l’arsenal de Brest fait partie de l’histoire militaire-naval de la France. L’arsenal de Brest fût créé en 1631 par le cardinal Richelieu, le but était de renouveler la flotte royale. L’arsenal a été conçu de manière à pouvoir accueillir les grands navires de guerre du XVIIe siècle. Niché au cœur de la ville, l’arsenal construisait, armait et réparait en partie les vaisseaux de guerre devenant ainsi un gigantesque complexe militaro-industriel, à l’image des ports Toulon et de Rochefort.



Technico-industriel

L’arsenal était donc le siège d’une véritable activité industrielle. La construction d’un navire met en jeu, tout un panel de savoir-faire complexe et de techniques. Des innovations voient le jour pour mécaniser, rationaliser et faciliter ces opérations qui demandent une logistique considérable, en raison des poids et des volumes à assembler et à déplacer.

Les principaux corps de métiers sont les maîtres de haches, qui deviennent les maîtres-constructeurs (architectes navals), les charpentiers, les calfats, les sculpteurs. Les corps de métiers dominants concernent directement la fabrication de la coque du navire. De nombreux ateliers spécialisés préparent les pièces nécessaires aux navires : corderie, voilerie, menuiserie, sculpture, forges.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, il se modernise considérablement pour répondre aux nouvelles exigences de la flotte. Car la Marine s’engage dans trois innovations technologiques majeures : la propulsion à vapeur, l’obus explosif et la construction métallique. Ces mutations techniques imposent à l’arsenal d’entreprendre d’importantes transformations de son infrastructure : creusement de nouveaux bassins et agrandissement des anciens, création d’ateliers d’ajustage, de forges et de fonderies.

Véritable poumon de la ville, l’arsenal a rythmé la croissance et la prospérité de la cité au fil des siècles.

C’est donc au détour d’une rue que le street-art met en scène par l’imaginaire, le souvenir de l’histoire d’une ville. Au-delà de la seule charge nostalgique d’une activité industrielle disparue, la fresque expose la relation entre l’art et l’industrie dans le nouveau paysage urbain brestois.



FRANS Gwenaëlle



Maître d’ouvrage : Brest Métropole Océane – Communauté urbaine / Maitre d’œuvre : CitéCréation

Germinal, la mémoire des corons


Germinal est le 13 ème roman de la saga des Rougon-Macquart écrit par Zola entre 1870 et
1893, et paru en 1885. A travers l’histoire d’Etienne Lantier, un chômeur qui recherche du
travail dans le Nord de la France et se fait embaucher aux mines de charbon (fictives) de
Montsou, Germinal nous décrit le travail harassant des mineurs et leurs conditions de vie
dans les corons.


En 1885, Zola est déjà un écrivain renommé et le chef de file du naturalisme. Le naturalisme
est ce mouvement littéraire né dans la seconde moitié du XIXème siècle, mû par la volonté
de décrire la réalité de façon objective et fortement influencé par les sciences naturelles et
sociales. Le naturalisme traite de sujets quotidiens, rendant par-là la littérature accessible au
plus grand nombre, et met notamment en scène la réalité sociale, participant également à la
prise de conscience des inégalités sociales et à l’émergence du droit d’expression. L’écriture
naturaliste est donc dictée par le réalisme et le souci documentaire.


Afin de retranscrire le plus fidèlement possible le métier et les conditions de travail dans les
fosses, Zola s’est rendu dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, notamment sur le site
d’Anzin, allant à la rencontre des mineurs, des porions, les contremaîtres de la mine, et des
ingénieurs qui les commandent.


Germinal immerge ainsi avec précision dans le quotidien des mineurs : le réveil matinal (à
4h), le petit-déjeuner frugal, la marche à travers la campagne, du coron jusqu’à la fosse, en
passant devant les hauts fourneaux et les fours à coke. Puis la descente dans la cage qui
emmène dans les entrailles de la terre, jusqu’à 550m de profondeur et l’eau qui ruisselle
autour comme une pluie continue. Le labyrinthe des galeries, boueuses et glissantes,
soutenues par des étais de bois. La galerie de roulage glacée qui contraste avec les voies
isolées par les portes d’aérage où la chaleur est telle que les ouvriers au bord du malaise en
retirent leurs vêtements et travaillent nus, les hommes comme les femmes.


Zola nous présente les métiers de la mine : les « haveurs » qui exploitent les veines à coup
de pelle et de pioche et les « herscheurs » qui poussent les berlines remplies de charbon –
à cette profondeur, on trouve même des chevaux de traie. Et il n’épargne pas les risques
encourus par ces travailleurs : les boisages rapidement exécutés qui cèdent parfois faisant
s’effondrer les galeries, le grisou qui se dégage imperceptiblement et peut tout faire
exploser, le charbon qui rentre dans les poumons et fait cracher noir, sans parler de la
pauvreté qui mènera les mineurs de Montsou à la grève. Zola complète sa fresque sociale
en montrant aussi l’autre versant de la mine : les exploitants, des familles bourgeoises dont
les soucis contrastent dramatiquement avec les conditions de vie des principaux
protagonistes qui ont à peine de quoi manger.

Le décor planté, Zola peut alors dérouler son histoire : celle d’ouvriers acculés par la pauvreté qui déclarent la grève, mettant ainsi en scène l’éveil de la conscience ouvrière à son époque.

Germinal est à la fois un récit romanesque et bien ancré dans le réel. C’est aussi une œuvre plurielle, monument littéraire adapté de nombreuses fois au cinéma, au théâtre ou encore en bande-dessinée. Sa dernière adaptation cinématographique fut dantesque pour l’époque. Le film réalisé par Claude Berri mettant en scène des acteurs(chanteurs) populaires tels que Renaud, Gérard Depardieu, Miou-Miou ou encore Jean Carmet a nécessité 165 millions de francs, ce qui en faisait à sa sortie en 1993 le film le plus cher de histoire du cinéma français.

Autant de déclinaisons qui élargissent la portée de Germinal, tant dans son message
politique que dans sa retranscription sans fard d’un corps de métiers d’un autre temps.

 

 

 

Affiche Emile Lévy (fin du XIXe siècle) pour une
représentation au Théâtre du Châtelet, à Paris, de la
pièce Germinal tirée du roman de Zola, sur laquelle
sont représentés des scènes et artefacts typiques de
l’exploitation minière, aussi bien sur que sous la
terre.

Le théorème du parapluie

Le théorème du parapluie (ou l’art d’observer le monde dans le bon sens), Mickaël Launay, J’ai lu

Mickaël Launay nous offre une promenade mathématique. Il nous emmène voyager dans l’histoire des sciences, d’observations en réflexions, il nous accompagne avec son illustratrice, Chloé Bouchaour. Une question sert d’invitation, puis l’auteur dessine un itinéraire où chaque étape apporte un éclairage à l’interrogation initiale et prépare à comprendre la réponse des scientifiques. Une balade bien pensée guide le lecteur, grâce à des illustrations qui aident à comprendre les idées. Et oui, c’est une déambulation avec les yeux grand ouverts sur le monde. Quel billet prendrez-vous ? Celui du Chimborazo pour savoir quelle est la plus haute montagne sur Terre ? Celui de l’infini pour comprendre pourquoi la longueur d’une frontière ou d’un fleuve peut varier de plusieurs centaines de kilomètres selon les sources ? Celui de la quatrième dimension pour éclairer la relativité découverte par Einstein ? Laissez-vous guider, donnez libre-cours à votre curiosité… un voyage à la portée de tous ceux qui acceptent de découvrir les mathématiques sans a priori. Ils en sortiront changés, heureux, ravis d’avoir suivi les pas, les détours et idées des mathématiciens de l’Antiquité au XXème siècle !

2018 ◊ Des lieux divers et variés pour diffuser les savoirs

Histoire et géographie des lieux de culture scientifique

culture scientifique, centres de sciences, STS, sciences

© Flickr.

Les lieux de diffusion des savoirs et de la culture scientifique sont très variés en France : des musées classiques, aux Fab Labs, en passant par les associations d’aide aux malades. Il y en a pour tous les goûts, pour tous les dispositifs et pour tous les publics.

La majorité des lieux actuels de diffusion des savoirs prennent leurs racines dans les années ’70-80, lorsqu’il y a eu un changement de contexte politique, notamment sous Mitterrand. La présentation des sciences et techniques, ainsi que les connaissances des publics évoluent. Cela correspond également à une période où les publics s’intéressent de nouveaux aux sciences et se les réapproprient.

Ces lieux de diffusion des savoirs sont multiples et peuvent avoir des objectifs différents :

  • Culturels et historiques sont plutôt orientés vers la diffusion ;
  • Politiques sont plutôt des endroits où se joue la question de la participation ;
  • Économiques sont plutôt axés sur la valorisation.

Quels sont ces lieux et quelle est leur histoire ?

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Des lieux divers et variés pour diffuser les savoirs »

2018 ◊ Galilée, le mécano (théâtre)

Galilée, le mécano

de Marco Paolini et Francesco Niccolini, mis en scène par Gloria Paris

du 14 septembre au 28 octobre

Théâtre de la Reine blanche/Scène des arts et des sciences à Paris

C’est un texte contemporain qui nous conte avec humour et brio la vie de cet immense scientifique.

« Et pourtant, elle tourne ! ». Au delà de cette phrase probablement apocryphe, que doit la science à Galilée ? Ce spectacle nous raconte la vie tumultueuse du savant italien, qui bouleversa l’histoire de la pensée en perfectionnant la lunette astronomique. Grâce à elle, la Voie lactée, la nébuleuse d’Orion, le Soleil et ses tâches se dévoilent. Avec Galilée, c’est la vision « mécaniste » de l’univers qui s’impose face aux héritiers d’Aristote et de Ptolémée. Le « pourquoi » du monde est remplacé par le « comment » …

Détails ici

2012 ♦ chroniques de plateterre (bande-dessinée)

Couverture en couleur de la bande-dessinée “Les chroniques de la plateterre. Le pendule de Foucault”, de Didier Convard, Eric Adam et Fred Vignaux, paru chez Glénat en 2012.

lire et non voir tourner la terre

[par Mohamed AOUBAID, Certificat Cnam Paris]

Dans un monde post-apocalytique, la redécouverte de la science… La jeune et impétueuse Kunnskap enrage : comme tous les autres habitants de la Plateterre, elle est obligée de se soumettre à la doctrine de la Voie, la religion en place. Dotée d’une intelligence supérieure, elle brûle de s’affranchir de cette domination oppressante et de permettre enfin à tous d’accéder aux connaissances scientifiques. Elle appartient à une communauté secrète de rebelles hérétiques qui recueille le précieux témoignage d’un voyageur. Celui-ci affirme qu’il existe une population ayant choisi de ne pas suivre la Voie, et dont les membres se nomment les Foucault. Ces derniers détiendraient de quoi faire tomber le clergé : la preuve irréfutable que la terre tourne Sur une planète Terre où l’humanité repart à zéro, cette bande dessinée nous emmène à un moment clé où l’audace d’une poignée d’hommes permettra à ses pairs de s’affranchir de l’obscurantisme. Continuer la lecture de « 2012 ♦ chroniques de plateterre (bande-dessinée) »

1980s ♦ Observatoire de Paris (gravure)

L’Observatoire de Paris et la Tour de Marly / Plan de l’Observatoire Royal de Paris, bâti sous le règne de Louis le Grand l’an 1667 sur le dessin de Mr Perrault […] Gravure de Antoine Coquart tirée de L’Atlas curieux ou Le Monde représenté dans des cartes […] Fer, Nicolás de (1705) / reproduction partielle sur planche d’une partie de la gravure/1980 env./ 90×180 cm

L’Observatoire de Paris en vrai et en image

(par Maïder BUGNON OLANO, Cnam Certificat 2018)

Cette planche est située dans l’entrée du bâtiment Perrault, bâtiment historique de l’Observatoire de Paris. C’est à la suite de mes recherches que j’ai appris qu’il s’agissait de la reproduction partielle d’une gravure qui se composait de trois parties. Toutes représentent l’Observatoire, qui a été achevé en 1672.

La partie qui nous intéresse représente la vue orientale de l’Observatoire de Paris et la tour de Marly au début du XVIIIe siècle.

La planche est visible par le public qui – théoriquement (travaux en cours pour la mise aux normes ERP depuis 3 ans et pour quelques temps encore) – visite l’Observatoire les mercredi matin. Continuer la lecture de « 1980s ♦ Observatoire de Paris (gravure) »

1980 ■ Mon oncle d’Amérique (film)

Les vertiges de l’inhibition

(par Cécile Colin, Magister Cnam, 2014)

Et ce qu'on se sent obligé de faire
Et ce qu’on se sent obligé de faire

2014-06-13_172245
Ce qu’on aimerait faire …

D’où vient notre stress ? Comment le gérer ? Comment naît l’angoisse ? A quoi nous mène-t-elle ? Quelles sont les causes profondes de nos actions et de nos inhibitions ?

Ces questions, tout le monde se les pose un jour ou l’autre. Face aux difficultés de la vie quotidienne, qui peut prétendre ne jamais avoir eu le sentiment d’être confronté à des difficultés inextricables ? D’être dans un cul-de-sac existentiel ? Qui n’a jamais eu terriblement envie, entre deux sourires contrits, de rouer de coups, voire de tuer froidement un membre de son entourage perçu comme un rival ?

Il n’est donc pas étonnant que Mon Oncle d’Amérique ait remporté un grand succès auprès du public, lors de sa sortie en salle en 1980. Chaque spectateur a pu retrouver un peu de soi dans les accès de rage de René, dans la révolte de Janine ou dans la lâcheté de Jean. L’identification est d’autant plus facile que les situations décrites sont « classiques », voire banales (trahison amoureuse, rivalité professionnelle, ambition déçue, frustration érotique…), et que les personnages appartiennent aux différents milieux sociaux représentatifs de la société française (milieu ouvrier, classe moyenne, bourgeoisie de province).

Continuer la lecture de « 1980 ■ Mon oncle d’Amérique (film) »

1973 ■ La planète sauvage (film)

2014-06-13_143003
Séquence finale où les Oms s’émancipent des Draggs en s’appropriant leurs savoirs scientifiques et techniques

Un petit pas pour l’Om …

(par Marie Claire Matéo, Magistère Cnam, juin 2014)

La Planète Sauvage est un film d’animation français de science-fiction réalisé par René Laloux, avec des images de Roland Topor. Sorti en 1973, ce film est une adaptation libre du livre de 1957, « Oms en série » de l’écrivain français de science-fiction, Stefan Wul.

Long métrage d’animation qui a marqué l’histoire du cinéma, « La Planète Sauvage » est unique en son genre de par sa qualité artistique mais aussi de par l’intelligence de son message. Ce film est un hymne à la connaissance et au savoir qui vont être les clefs de l’émancipation des Oms, réduits à l’état d’animaux domestiques par des géants bleues aux yeux rouges, appelé Draags.

Continuer la lecture de « 1973 ■ La planète sauvage (film) »

1937 – L’inauguration du Palais de la Découverte

Science(s) en action

(par Diane Masclary, 2014)

MASCLARY_diane Extrait 1937 Palais de la decouverte
Extrait d’un article paru le 17 juillet 1937 dans le quotidien « l’Humanité » , organe central du Parti Communiste

Le titre initial de cet article du quotidien « l’Humanité » paru le 17 juillet 1937 invite à la balade. « Visitons le palais de la découverte » écrit G. Vigué. L’originalité réside dans la qualité de cet auteur ; il n’est pas journaliste mais agrégé de l’université et c’est hors de son amphithéâtre et de son parterre d’étudiants captifs, qu’il s’adresse au grand public, ciblant à travers l’organe quotidien du Parti Communiste les classes populaires et ouvrières. En 1937, l’Humanité comptabilise un tirage de 300 000 exemplaires. G. Vigué y endosse le rôle de passeur de savoir, à l’instar du médiateur d’aujourd’hui. Le fait est nouveau ; Les chercheurs, les scientifiques étaient jusque-là enfermés dans leur laboratoire, leur « tour d’ivoire », ne s’adressant qu’à des publics avertis. Mais l’environnement a changé. La période est marquée en France par de profonds bouleversements politiques et sociaux. Après les ravages de la grande guerre, les intellectuels du monde entier se mobilisent pour la paix et tentent de faire partager des valeurs fondées sur un esprit de raison. Universitaires et chercheurs affirment la nécessité d’organiser et professionnaliser la recherche scientifique. Ils veulent aussi montrer qu’il est possible de mettre la science à la portée de tous car c’est un moyen avec la culture de lutter « contre l’aliénation de l’homme. » Ils revendiquent également pour la science une place au sein du gouvernement.

Continuer la lecture de « 1937 – L’inauguration du Palais de la Découverte »

1934 – Tho-Radia (publicité)

Tho Radia 1934

La science radieuse

(Par la promotion de la Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM 2014)

La publicité est un puissant vecteur de diffusion des représentations populaires. Elle contribue aussi largement à les forger. À ce titre, la science est un excellent candidat pour pourvoir aux besoins de l’entreprise publicitaire. Sous couvert de promotion de ce qu’elle a à vendre, elle convoque la science, ou du moins certains de ses aspects. Elle cultive de cette façon l’association de son objet avec les notions positives de modernité, d’innovation ou de progrès. La publicité alimente en permanence l’espoir d’une science et de techniques toujours plus performantes et sophistiquées, répondant aux besoins, réels ou fantasmés, du public. Au demeurant, s’est là sa fonction principale : inviter le consommateur à s’identifier au produit tout en partageant ce qu’il véhicule de significations les plus positives. La science comme valeur, gage de progrès ou de qualité fait dès lors l’objet de traitements les plus variés. Elle est mise scène, en image, en situation de délivrer discours et messages. Les liens avec la science cependant peuvent parfois paraître bien étranges à quelques années de distance. Le présent document en est un bel exemple, évoquant la question des risques sanitaires et des dangers auxquels les consommateurs peuvent être soumis au prétexte d’une promesse d’amélioration de leurs conditions d’existence.

Continuer la lecture de « 1934 – Tho-Radia (publicité) »

1933 ♦ Buste d’Eugène Livet (carte postale)

Buste_E-Livet-d60b5
Inauguration du buste d’Eugène Livet le 8 janvier 1933 à Nantes, fondateur de l’École national professionnelle (carte postale, Saby éditeur) – Archives Lycée Livet

L’enseignement technique mis sur un piédestal

(par Prisca GNAEDIG, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes 2015)

La scène se passe le 8 janvier 1933 : on inaugure à Nantes le monument sur lequel repose le buste d’Eugène Livet, personnalité locale et figure de l’enseignement technique en France. Cette inauguration résulte d’une volonté politique de la Ville et du don par l’association des anciens élèves du lycée Livet (Amicale Nationale des Nant’z’Arts) du buste de Livet, copie d’un premier réalisé par Charles-Auguste Lebourg à l’occasion du cinquantenaire de l’École nationale professionnelle (ENP) en 1894.

On se trouve sur l’ancienne place Notre Dame, rebaptisée place E. Livet en 1913 peu après sa mort (sur proposition du Maire P. Bellamy) : la commémoration de 1933 est donc une nouvelle marque d’attention à Livet dans ce lieu de mémoire.

Sont présents le sous-secrétaire d’État à l’enseignement technique, H. Ducos, le directeur de l’ENP, R. Bayle, quelques élus locaux ainsi que des anciens élèves et élèves de l’époque de l’établissement. Continuer la lecture de « 1933 ♦ Buste d’Eugène Livet (carte postale) »

1932 ♦ Le meilleur des mondes (livre)

L’optimisme candide des technosciences

(par Matthieu LEFRANCOIS, Magister Médiation socioculturelle sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Un bâtiment gris et trapu de trente-quatre étages seulement. Au-dessus de l’entrée principale, les mots : CENTRE D’INCUBATION ET DE CONDITIONNEMENT DE LONDRES-CENTRAL, et, dans un écusson, la devise de l’État mondial : COMMUNAUTÉ, IDENTITÉ. STABILITÉ.
L’énorme pièce du rez-de-chaussée était exposée au nord. En dépit de l’été qui régnait au-delà des vitres, en dépit de toute la chaleur tropicale de la pièce elle-même, ce n’étaient que de maigres rayons d’une lumière crue et froide qui se déversaient par les fenêtres. Les blouses des travailleurs étaient blanches, leurs mains, gantées de caoutchouc pâle, de teinte cadavérique. La lumière était gelée, morte, fantomatique. Ce n’est qu’aux cylindres jaunes des microscopes qu’elle empruntait un peu de substance riche et vivante, étendue le long des tubes comme du beurre.
— Et ceci, dit le Directeur, ouvrant la porte, c’est la Salle de Fécondation.
Au moment où le Directeur de l’Incubation et du Conditionnement entra dans la pièce, trois cents Fécondateurs, penchés sur leurs instruments, étaient plongés dans ce silence où l’on ose à peine respirer, dans ce chantonnement ou ce sifflotement inconscient, par quoi se traduit la concentration la plus profonde. Une bande d’étudiants nouvellement arrivés, très jeunes, roses et imberbes, se pressaient, pénétrés d’une certaine appréhension, voire de quelque humilité, sur les talons du Directeur. Chacun d’eux portait un cahier de notes, dans lequel, chaque fois que le grand homme parlait, il griffonnait désespérément. Ils puisaient ici leur savoir à la source même. C’était un privilège rare. Le D.I.C. de Londres-Central s’attachait toujours à faire faire à ses nouveaux étudiants, sous sa conduite personnelle, le tour des divers services. […] Continuer la lecture de « 1932 ♦ Le meilleur des mondes (livre) »

1931 ♦ Plombières-les-Bains (publicité)

Jean_d_Ylen_Plombières

La fièvre thermale

(par Claire SANCHEZ, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM, 2015)

Affiche de publicité pour les cures thermales de Plombières-les-bains, cette illustration de Jean d’Ylen a été éditée en France en 1931 par l’agence publicitaire Vercasson. Les origines du thermalisme remontent à l’antiquité, avec l’édification de thermes romains. Réputés pour leurs vertus thérapeutiques, ces thermes sont devenus populaires dans toute l’Europe, avec un tournant décisif d’amélioration des infrastructures au 18e siècle. Mais c’est autour de 1850 que le thermalisme a pris réellement son envol en France avec sur tout le territoire l’édification d’établissements prestigieux, sous l’impulsion de Napoléon III. Devenues un véritable phénomène de la haute société, les cures thermales sont prescrites par les médecins pour le traitement de toutes sortes de maux, des rhumatismes aux problèmes intestinaux. Néanmoins, au lendemain du crash économique de 1929, cet engouement connait un certain fléchissement, avec l’arrêt de la dynamique des investissements. Cette affiche publicitaire aspire donc vraisemblablement à renverser cette tendance, en ressuscitant l’intérêt de la bourgeoisie pour les cures thermales. Continuer la lecture de « 1931 ♦ Plombières-les-Bains (publicité) »

1929 ▪ Édouard-Léon Scott de Martinville (plaque commémorative)

Plaque_Scott_de_Martinville,_9_rue_Vivienne,_Paris_2
Plaque commémorative en l’honneur d’Édouard-Léon SCOTT DE MARTINVILLE au 9 rue Vivienne dans le IIème arrondissement de Paris. (Photo : By Wikimedia Commons / Mu (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons)
Un amateur de science au 19ème siècle

(par Christophe BOURRIAUD, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Paris juin 2014)

Gravé sur les murs du monument où sont conservés les oeuvres de la littérature et des sciences, il sera l’objet, nous en prenons ici l’engagement solennel, de l’immortel respect du peuple de Paris. ». Le 15 novembre 1929, un conseiller municipal clôture par ces mots le discours inaugural de la plaque à la mémoire d’Edouard-Léon Scott de Martinville. Elle est apposée sur les murs de la Bibliothèque Nationale au 9 de la rue Vivienne dans le IIe arrondissement de Paris. À ce numéro, se dressait la maison dans laquelle il mourut le 26 avril 1879.

Continuer la lecture de « 1929 ▪ Édouard-Léon Scott de Martinville (plaque commémorative) »

1922 ♦ enquête Michelin (affiche)

Affiche pour l’Enquête nationale de l’automobile populaire menée par la Compagnie Michelin en 1922

Un nouveau concept : l’automobile populaire

(par Antonella CAVANNA, Cnam Certificat 2018)

Ce document est exposé au musée « L’aventure Michelin » de Clermont-Ferrand. Il s’agit d’une affiche publique diffusée en 1922 sur la France entière, par la manufacture des pneumatiques Michelin. Elle s’intitule « Enquête nationale de l’automobile populaire ». Cette affiche lance un appel au peuple français pour répondre à une enquête publique. Avec ce sondage, la manufacture Michelin cherche à cerner les attentes des usagers vis-à-vis de l’automobile. Précurseur, Michelin annonce la volonté de démocratiser l’automobile pour relancer l’économie. Des milliers de questionnaires sont diffusés à travers la France. Continuer la lecture de « 1922 ♦ enquête Michelin (affiche) »

1909 ▪ Traversée de la Manche par Blériot (presse)

2014-06-09_102654
Première page du quotidien Le Matin le 26 juillet 1909 sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k569134s.langFR

Quelle extraordinaire aventure humaine, vue par le journal Le Matin !

(par Claire Bigeault, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Toulouse, juin 2014)

Quelle extraordinaire aventure humaine ce 25 juillet 1909 !

En ce matin du 26 juillet les vendeurs de journaux de rue crient « Blériot a traversé La Manche en aéroplane! Achetez Le Matin ! Des photos exceptionnelles » !
Quel remarquable « jour de fête de la science et de l’histoire donné par la France » !
Jour de fête populaire ! 2000 personnes étaient à 4h30 aux Baraques à côté de Sangatte, ce dimanche 25 juillet au départ pour encourager ce futur héros !
C’est le journal britannique Le Daily Mail, initiateur de cet exploit. Lord Northcliffe, directeur de ce journal avait annoncé le 5 octobre 1908, offrir une prime de 1000 livres ou 25 000 francs à tout aviateur traversant la Manche avant la fin de l’année 1909. Quelques conditions étaient imposées : voler entre le lever et le coucher du soleil, prévenir le journal britannique 48h avant l’exploit.
Un autre concurrent Hubert Latham a tenté 4 jours auparavant, le 19 juillet. Malheureusement il échoue 2 fois, dont la dernière dans la Manche à quelques 500 m des côtes anglaises.
C’est dans ce contexte que Louis Blériot arrive aux Baraques le 24 juillet avec M. Leblanc et toute son équipe. En cette veille de record, ce pilote, surnommé, roi de la casse, est blessé à la jambe par une brûlure d’huile de moteur et ne peut marcher qu’avec des béquilles.
Le temps n’est pas clément. Il profite d’une accalmie pour s’envoler.

Continuer la lecture de « 1909 ▪ Traversée de la Manche par Blériot (presse) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search