2e expérience aérostatique à Versailles (vue d’optique). Science populaire ou démonstration royale ?

Voler ! Que d’hommes n’y ont-ils pas funestement rêvé depuis Icare ? C’est fait en cette fin de 18e siècle ! Cette vue d’optique célèbre la deuxième expérience du genre à Versailles devant la famille royale. La montgolfière appelée « Marie-Antoinette » est décorée d’un bras portant une couronne de laurier. On distingue sur le côté le chiffre de la Reine, c’est-à-dire son monogramme, ses initiales entrelacées. Cette montgolfière a des dimensions disproportionnées au regard du château en dessous, elle domine la population qui est représentée dans la cour et aux abords du château. Le message est double mais clair : en ce siècle des lumières, le Roi (à travers son épouse) apporte la science à son peuple, mais le Roi, reste au-dessus du peuple. Cette montgolfière devient une métaphore du pouvoir royal.

Cette vue d’optique est assez grossière : les personnages et les carrosses sont rapidement brossés, sans beaucoup de détails, la peinture du ciel dépasse le cadre, très peu de couleurs sont utilisées. Le coût de production devait être faible. Contrairement aux estampes fines, de luxe, ces vues d’optiques étaient vendues à un prix très modique et destinées à être diffusées massivement. D’ailleurs, cette image a été reprise d’une gravure plus ancienne où ne figurait pas la montgolfière : une façon de baisser les coûts en limitant les nouvelles créations, voire en réutilisant les planches de gravure. Cette diffusion massive explique d’ailleurs qu’il soit difficile de retracer son parcours bien qu’on retrouve la trace de cette planche en particulier dans une collection du 19e siècle : celle du baron de Vinck que les enfants cèdent à la Bibliothèque nationale de France au début du 20e siècle, signe que, d’objet populaire, elle est devenue un objet de collection.

Les vues d’optiques sont très à la mode au 18e siècle. Il s’agit de gravures parfois peintes comme c’est le cas ici, qu’on regarde à travers un zograscope, un appareil optique composé d’une lentille et d’un miroir, qui permet d’augmenter l’impression de relief induite par la perspective. Ainsi, l’image est vue dans l’autre sens, ce qui explique que l’inscription au-dessus du carré est écrite à l’envers. De même, la chapelle royale est dessinée sur le côté gauche alors qu’elle se situe à droite du château. Mais elle retrouve sa place lorsqu’on regarde l’image à travers un zograscope ! En revanche, la lettre est écrite à l’endroit afin de pouvoir lire la description même sans cet appareil.

Les vues d’optiques sont alors vendues à des particuliers, mais aussi beaucoup à des colporteurs ambulants qui les montrent dans les foires de Paris et de province avec un zograscope : une manière aussi de colporter les événements de la capitale auprès du peuple. Le spectacle réside autant dans l’image elle-même que dans le procédé : on peut imaginer la fascination des populations, pour beaucoup encore illettrées, devant non seulement l’évènement (des hommes ont volé dans les airs !) mais aussi la technique (quel est cet étrange appareil qui transforme les images ?). On est en effet au 18e siècle, le siècle des cabinets de curiosités où on amasse moult objets curieux et techniques.

D’ailleurs, plus que la qualité, c’est plutôt le sujet qui est important et vendeur. Il s’agit d’une estampe d’actualité. Ce n’est alors pas le genre le plus prisé, mais certains sujets dopent tout de même la production : les expériences aérostatiques en font partie et provoquent un pic de production d’estampes d’actualité en 1784, preuve que le peuple est fasciné par cette technique nouvelle. Au-delà de cette vue d’optique, on constate toute une mode d’objets à l’effigie de montgolfières. La Marie-Antoinette se retrouve précisément sur de nombreuses vues d’optiques et autres objets en tout genre.

Cette image illustre également les liens entre la science et le pouvoir monarchique. La montgolfière porte le nom et la signature de la reine. Au-delà du caractère purement informatif, le message diffusé à travers cette estampe est clair : le Roi soutient les innovations. À cette époque, on montre la science en train de se construire au public. La valeur de la preuve tient plus de la position sociale du public, signe, à cette époque, de sa valeur, que de la reproductibilité de l’expérience.

C’est aussi le siècle des grandes avancées techniques illustrées par la montgolfière : l’homme accède enfin à son désir de voler ! Et cela se passe en France, à Versailles et Paris, haut lieu du développement des sciences. Et cela doit se savoir ! La diffusion des vues d’optiques participe à ce message, dans toute la France, mais aussi à l’étranger, car ces objets s’exportent bien. Le message est diffusé dans toutes les couches sociales à travers le colportage et les foires.

C’est enfin l’illustration d’une science visible dans l’espace public, d’une science encore le fait d’amateurs. Mais c’est la fin de ce courant. En effet, le 19e siècle verra à la fois la professionnalisation du scientifique et le renfermement de la recherche à l’intérieur des laboratoires. Le souci de rendre la science visible dans l’espace public perdurera cependant, et les besoins de vulgarisation puis de médiation émergeront alors… 

 

Par Floriane MALVOLTI-BERNARDINI 

La conquête de l’air en l’an 2000 : l’apogée du dirigeable

Cette lithographie date de 1899 et fait partie d’un ensemble de 87 dessins réalisés par Jean-Marc Côté associé à d’autres peintres. Cet ensemble nommé “En l’an 2000” a été créé pour l’exposition universelle de Paris en 1900 et distribué sous forme de vignettes dans les boîtes à cigares. Le projet aurait dû également se décliner en cartes postales en 1910, mais faute de financement n’a pas abouti. La seule série de cartes postales connue aujourd’hui a été retrouvée par l’écrivain Isaac Asimov qui les a rendues publiques dans son livre “Futuredays : A Nineteenth Century Vision of the Year 2000”, paru aux Editions Henry Holt & Co le 1er novembre 1986.

L’illustration présentée a pour titre “Aéronat au long cours”. Elle représente un système de voyage aérien composé de deux ballons dirigeables, reliés à une même nacelle. À l’arrière de ces ballons, deux petites voiles sont dessinées, jouant sans doute le rôle d’empennage. La nacelle a une forme de bateau, avec un pont sur lequel on peut voir des voyageurs. Ce choix résonne avec le fait que cette scène se passe au-dessus d’une étendue d’eau. Sur l’avant de cette embarcation, une armature en bois soutient un mât sur lequel est fixée l’hélice du moteur. En effet, avec l’avènement du moteur au XIXe siècle, les aérostats en ont rapidement été équipés, cela permettant une plus grande maniabilité. Le drapeau français entre les deux ballons rappelle l’excellence scientifique de la France, qui doit être démontrée lors de cette exposition universelle. 

Les falaises en arrière-plan évoquent la Normandie, il est possible que ce voyage soit donc un voyage transatlantique. À cette époque, le seul moyen de se rendre sur le continent américain était par voie maritime, l’avion motorisé n’est pas encore apparu et les aérostats commencent à l’être. Cela explique que la représentation d’un voyage dans les airs en l’an 2000 utilise cet engin.

La conquête de l’air est un thème récurrent depuis bien longtemps et en cette fin du XIXe siècle, dans la France de la Belle époque, la société est dans une époque faste, marquée par des progrès sociaux, économiques et technologiques. Grâce à l’influence de la révolution industrielle, le progrès technique est synonyme d’espoir, l’ère industrielle continue, la mécanisation est de plus en plus présente et rien ne semble impossible, y compris la conquête de l’air, tant fantasmée depuis toujours. L’industrie naissante permet de développer des matières innovantes telles celles utilisées dans les ballons.

La couleur jaune de ces derniers en est un parfait exemple. En effet, les toiles des ballons ont évolué au fil du temps et en cette fin du XIXe siècle, elles sont souvent caoutchoutées, spécificité reconnaissable à leur couleur jaune, comme sur la lithographie de Jean-Marc Côté. Ces étoffes étaient plus résistantes et plus imperméables que les étoffes vernies et se sont surtout développées après la mise au point du procédé de vulcanisation en 1839, rendant notamment le caoutchouc plus élastique et supprimant la thermosensilbilité de ce dernier. Cette teinture jaune était à base de chromate de plomb ou d’aniline et servait à protéger le caoutchouc des ultra-violets. La toile des ballons était composée d’un tissu jaune à l’extérieur du ballon, une pellicule de caoutchouc, un autre tissu et une autre pellicule de caoutchouc côté intérieur du ballon. 

Au moment de la parution de cette illustration, il est possible que le public ait vu en elle, un rêve inaccessible, mais tout de même empreint d’une possible réalité, car le ballon dirigeable se développait à ce moment-là. En effet, comme toutes les œuvres de cette série, celle-ci s’appuie sur des éléments réels et sur l’optimisme et l’espoir illimité dans les prouesses techniques. Cette démarche permet de rendre crédible l’engin décrit. Ce dessin n’est pas sans rappeler le monde imaginaire de Jules Verne, contemporain de cette époque, ou encore les dessins visionnaires de Léonard de Vinci, on se trouve ici dans le domaine du rétrofuturisme.

Ceci étant, cette illustration n’était pas qu’un rêve. À partir de cette époque, la conquête de l’air s’est accélérée et aujourd’hui fait partie de notre réalité. De nos jours, quels sont les rêves techniques qui pourraient donner lieu à des séries d’illustrations ? Voyager sur Mars ? Voyager dans le temps ? Atteindre l’immortalité ? Coloniser d’autres planètes ? 

La liste pourrait être longue, depuis toujours l’homme rêve de conquêtes et d’explorations et le progrès technique ouvre le champ des possibles, pour le meilleur ou pour le pire…

Par Muriel BEN SOUSSAN

Quand l’affiche publicitaire devient une porte ouverte vers le monde des Sciences :  promouvoir la connaissance au XIXe siècle.

De nos jours, tout le monde a un dictionnaire à la maison. Soit en version papier, soit en se connectant à internet. La connaissance est donc seulement à un clic de souris. Mais quand on remonte le temps, 126 ans en arrière pour être exact, la situation est bien différente. 

1897, à l’aube du XXe siècle, cette affiche publicitaire « dictionnaire général des sciences théoriques et pratiques » est placardée dans les rues de Paris. Chromolithographie typique de cette période avec des couleurs flamboyantes et un style artistique extrêmement travaillé. Pourquoi autant de détails dans une simple affiche, pourrait-on s’interroger ? Les raisons sont simples. 

Première raison, c’est qu’à cette époque les affiches s’avèrent être encore le meilleur moyen pour faire sa publicité. Être dans la presse coûte trop cher et bien souvent les annonces sont mal présentées reléguées en quatrième page et entassées avec d’autres annonces qui pour bon nombre d’entre elles sont fallacieuses. Les éditeurs ne lésinent donc pas sur les moyens en engageant des artistes connus, ici Besnier pour réaliser cette affiche qui promeut un dictionnaire des sciences. 

Deuxième raison, capter l’attention et déclencher des émotions chez le passant en utilisant les couleurs. Ici, deux couleurs primaires dominent ; le rouge et le bleu. Pendant que re rouge captant le regard recouvre quasiment la totalité de l’affiche, le bleu utilisé avec parcimonie vient y apporter de la profondeur. Ces couleurs n’ont pas été choisies au hasard. La couleur rouge attise les émotions fortes, pour créer un sentiment d’urgence, pousser à l’achat impulsif. À l’inverse, le bleu invite au calme et à l’apaisement. Mais c’est l’association des deux qui est la plus pertinente. Le bleu met en confiance et le rouge invite à consommer plus rapidement. C’est une alliance bien connue dans le divertissement, l’alimentation et les jeux. On comprend donc l’utilité d’avoir utilisé ces deux couleurs dans cette affiche publicitaire. 

Troisième raison, c’est qu’à travers le dessin on étaie un propos pour amplifier, prolonger un texte. L’encadrement formé par l’arc et les colonnes imite de façon symbolique une porte ou bien une ouverture par laquelle on peut entrevoir un nouvel univers. Un univers où il est possible de découvrir et de comprendre un monde jusque-là peut-être inconnu. Un monde de sciences. Les dessins qui se trouvent à l’intérieur viennent sublimer les thématiques retrouvées dans le dictionnaire. La locomotive et les bateaux pour la mécanique, l’homme noir pour l’ethnologie. L’éléphant animal spectaculaire tant par sa taille que par sa forme, pour les sciences naturelles. Ou bien encore, représentée par les astres et le ciel bleu nuit ; l’astronomie sujet phare du XIXe siècle. En-dehors de sublimer les dessins questionnent. Certains objets sont complexes et inconnus. L’éléphant interroge, à cette époque qui pouvait avoir la chance d’observer cet animal ? 

Mais pourquoi en cette fin de XIXe siècle promouvoir un dictionnaire qui inventorie tout ce qui gravite de près ou de loin aux sciences ? L’essor fulgurant des progrès scientifiques et techniques de ces deux derniers siècles a aussi favorisé en parallèle l’essor de la vulgarisation scientifique. 

Les sciences et techniques, ne sont plus perçues comme une propriété privée à laquelle ne peuvent accéder que de rares privilégiés (la bourgeoisie). Ceux qui leur accordent de l’intérêt sont de plus en plus nombreux.  De plus, la compétition est rude à cette époque, puisqu’un florilège de revues de vulgarisation scientifique existent déjà. 

Donc pour capter et vendre à ces nouveaux curieux l’esthétisme de l’affiche est capital. Mais pas seulement, un dictionnaire relié à la fin du XIXe siècle coûte excessivement cher.  À cette époque, seule une certaine élite peut s’en procurer. Le système d’achat est donc adapté en utilisant la vente par livraison (ici à 10 centimes). Le principe est simple. L’acheteur achète chapitre (parfois juste quelques feuillets) par chapitre le dictionnaire. Une fois la totalité achetée, l’acheteur retourne chez l’éditeur qui lui relie gratuitement l’ouvrage. Ce système permet aux classes sociales les plus modestes la possibilité d’avoir accès à la culture scientifique.

En conclusion, cette affiche pourrait être le reflet de l’état des connaissances de la société en cette fin de XIXe siècle. Mais aussi le reflet d’une population qui a la soif d’apprendre et de comprendre la société dans laquelle elle évolue. Une population à qui on offre la possibilité d’avoir accès à une culture scientifique longtemps réservée à une certaine partie de la bourgeoisie. Cela irait dans la continuité de la volonté de la IIIe République de transformer la société, en faisant de l’éducation son fer de lance. 

Pourtant, des questions demeurent. Ce genre d’ouvrage pouvait-il vraiment être proposé à la population entière, quand on sait qu’un ouvrier de cette époque gagnait tout juste de quoi se nourrir et se loger. 

La culture scientifique, si elle n’était pas à un clic de souris, était elle vraiment à portée de main ? 

Par Alice BAMAS 

Dans le cabinet de physique d’un lycée

Ici un appareil étrange avec des tiges en métal circulaires, le tout relié à une courroie et une poulie. Les tiges, sous l’effet de la rotation, s’aplatissent. L’appareil montre l’effet de la rotation sur la forme aplatie de la Terre. On tourne la tête et des étincelles jaillissent d’un appareil à grandes roues : c’est une machine de Wimshurst destinée à accumuler de l’électricité statique issue du frottement de balais métalliques sur les deux roues. Et puis à côté, d’autres objets aux noms tout aussi mystérieux : électroscope, tube de Crookes. Nous sommes dans les recoins d’un laboratoire de physique d’un lycée, ou d’un cabinet de physique comme on disait auparavant.

Ces objets sont beaux, ils nous fascinent même ! Ils sont les témoins d’une époque où l’émerveillement était le point de départ de l’enseignement. Mais surtout une époque où l’expérience était bien plus concrète, plus sensorielle même. On faisait des travaux pratiques. Le geste était aussi important que le savoir, le geste appuyait le savoir. Agir avant de penser, agir pour bien penser. Ces travaux pratiques permettaient de voir, de toucher, d’entendre les phénomènes, parfois même de les sentir en chimie. La science n’était pas seulement sur la paillasse, on expérimentait la science à travers ses sens, on intériorisait la science.

Aujourd’hui, les travaux pratiques n’ont plus cours, place aux activités expérimentales ! On a gommé le geste, jusque dans le nom même des pratiques pédagogiques. A la précision nécessaire de ces gestes, on a substitué le déroulé de la démarche : c’est la compréhension du déroulé qui prime. La réalisation, le geste, sa précision ne sont que secondaires.

Donc les ordinateurs et python (le langage de programmation utilisé dans les classes) ont remplacé la main de l’élève. Alors, les professeurs tournent, nostalgiques, les pages des inventaires réalisés au début du 20ème siècle. Ils tentent parfois de ressusciter ces objets et en font de brèves petites démonstrations ! Et tout de suite, les yeux des élèves pétillent. Et malgré eux, ils leur transmettent un peu de leur nostalgie. Mais surtout, ils leur transmettent la beauté de la science et l’émerveillement qu’elle suscite !

par Floriane MALVOLTI-BERNARDINI.

 

1ère page de l’inventaire du cabinet de physique du lycée de jeunes filles de Saint Cloud (actuellement lycée Alexandre Dumas), photo par Alexis Chantereau, adjoint technique au lycée Alexandre Dumas de Saint Cloud.
machine de Wimshurst, photo par Alexis Chantereau, adjoint technique au lycée Alexandre Dumas de Saint Cloud.
Appareil servant à montrer l’aplatissement de la Terre, photo par Alexis Chantereau, adjoint technique au lycée Alexandre Dumas de Saint Cloud.

L’ordinaire culturel des STS / histoire au quotidien d’un objet banal mais jamais anodin

Tout en bois j’en pince pour toi

L’image a quelque chose de sensuelle et de tragique

Elle raconte une étreinte sur le fil, une histoire dramatique

Deux individus luttent ou s’aiment tout en contraste

 

L’un au premier plan, droit comme un pique, tout en plastique

L’autre, tout en bois, s’accroche dans un élan qui semble vivant

La rigidité froide de l’un est toute militaire, comme les galons qu’il arbore tout fier sur son uniforme vert.

L’autre désespère, nu comme un ver.

L’ensemble forme une chimère, mariage d’artifice et de nature

L’un sent l’usine et le container venu de Chine

L’autre est, sous son aspect banal, un produit local

L’un brille en rayon, pour pas cher, sous son blister

L’autre attend, sans ornement, l’achat conscient

L’un vous assure de polluer dès demain pour 1000 ans

L’autre vous garantit le cycle infini de la vie sur terre

 

L’ensemble est une misère, mariage d’éphémère et d’ancien

L’un aux lignes arrogantes et droites vous promet de décliner à vitesse grand V

L’autre aux courbes usées et gauches vous promet fidélité

L’un a perdu sa moitié que la pluie et le soleil ont fragilisé, puis cassé

L’autre est fait de belle matière, il a trouvé un partenaire pour durer

 

Ce bricolage finalement dit une danse à 2 temps

Un temps pour le jetable, regrettable mais pardonnable si on agit maintenant

L’autre pour le recyclable et le renouvelable, on répare et ça dure longtemps

 

par Michel LETTE.

De la minette aux fleurs…

Hey-ho, Hey-ho, on rentre du boulot ! … oui mais quel boulot ? 

L’image associée à cette ritournelle, montrant les 7 nains de Blanche Neige poussant des berlines pleines à craquer de gemmes et de diamants dans le rire et la bonne humeur, n’a toujours été qu’une lointaine utopie, particulièrement en Lorraine. 

Des années durant, les mines de la région ont charrié des tonnes de charbon et de fer. Moins connues, pourtant plus nombreuses, ces mines ont fait naitre la plus forte industrie du pays : la sidérurgie. 

Cette époque bénie fît la richesse de tout un pays, de toute une région, de tout un peuple. Derrière le drame de la fermeture des mines et des aciéries lorraines, s’est jouée la vie de nombreuses familles, dont le seul revenu perlait au front du paternel…mineur de son état. Qu’il fût robineur (qui remplissait les berlines) ou herscheurs (qui poussait les berlines), la mine était toute sa vie et elle réglait, pour ne pas dire régulait, le rythme de milliers de gens. Ainsi, ces derniers passaient des années à descendre dans le puits, à creuser, à charger et manœuvrer ces berlines de « cailloux de fer » qui une fois fondus, servaient à produire les rails sur lesquels roulent encore de nos jours tant de trains, au milieu de nos belles campagnes fleuries. 

Le minerai lorrain, appelé minette à cause de sa faible teneur en fer (30% environ), fût exploité très tôt. Des fouilles ont mis à jour un important site près de Nancy, remontant au VIIIe – Xe siècles. Mais sa haute teneur en phosphore, qui rend l’acier cassant, limita son utilisation à la fonderie principalement. Sa pleine exploitation fût donc retardée jusqu’à la mise au point du procédé Thomas, qui permet une déphosphoration efficace de la fonte. Ainsi, avec des réserves de minerai estimées à 6 milliards de tonnes, le gisement Lorrain fût classé parmi les plus vastes du monde. La Lorraine devint même la deuxième productrice de fer au monde, derrière les Etats-Unis, en 1913, avec une production dépassant les 41 millions de tonnes. 

Malheureusement, au début des années 1960 le prix des minerais importés devient plus avantageux, notamment grâce à la baisse des prix de transport par bateau ! La concurrence s’accroît, le marché devient mondial et non plus régional. Les usines sidérurgiques devant être au plus prêt des sources de fer, on privilégie celles dites « côtières » qui peuvent décharger les bateaux facilement. Le choc pétrolier de 1973, l’apparition de nouveaux procédés (fours électriques à arc qui permettent de produire des aciers et alliages en recyclant la ferraille usagée et à faible coût, laminage à chaud en continue…) et de nouveaux matériaux (plastiques, béton précontraint) affecteront grandement l’industrie sidérurgique, entrainant les mines de Lorraine dans un inexorable déclin. 

La vallée de la Fensch, que chante si bien Bernard Lavilliers, organise alors la résistance autour de son laminoir à chaud, l’un des plus vieux et des plus performants d’Europe, pour produire des tôles. La production s’oriente vers le marché de l’automobile, grâce aux aciers à haute valeur ajoutée qui sortent de l’usine de Florange, en Moselle, dès 1984. 

Mais cela ne suffira pas à sauver les mines de fer de Lorraine qui fermeront les unes après les autres. Les coûts d’exploitations trop élevés, sonnent le glas des chevalements, porions et autres briquets (le casse-croûte des mineurs) remisant ainsi au placard, tout un vocable local. La dernière mine de fer ferme en 1997, c’est celle des Terres Rouges à Audun-le-Tiche en Moselle. 

Aujourd’hui les jolies fleurs de nos campagnes existent toujours (et c’est tant mieux !) mais elles garnissent les berlines, réduites au simple rôle de bac à fleurs, qui ornent places publiques et autres rondpoints lorrains. Ces wagonnets de mine, rappellent aux dernières générations encore en vie et témoins de ce drame de la sidérurgie, un passé glorieux (et pas si lointain) que ne peuvent comprendre, voir ignorer totalement, les nouvelles générations… 

 

Thierry HOTTON, CNAM 2022 

La stèle Farman, hommage invisible à un exploit oublié

C’est un bloc de pierre posé entre une voie de tramway et un boulevard périphérique, aux confins de Paris et d’Issy-les-Moulineaux. Pour les usagers du tram en attente à la station Suzanne-Lenglen, les automobilistes coincés au feu rouge tout proche et les piétons pressés de rallier leur bureau ou le centre commercial de l’Aquaboulevard, il passe un peu inaperçu.

Pour qui a le temps et la curiosité de s’approcher, la stèle prend un peu plus de sens, en face de l’héliport de Paris et des bâtiments de la Direction de l’Aviation civile. Réalisée par Paul Landowski, sculpteur français de renommée mondiale, inaugurée en 1930, elle célèbre un pionnier de l’aéronautique, Henri Farman, et scelle le souvenir d’un vol accompli le 13 janvier 1908 ici même où pas très loin, là où vrombissent désormais les hélicoptères.

La principale face du monument est divisée en 5 « étages » : un aigle, un pilote aux commandes, des ingénieurs et un schéma, un dessin d’avion, un texte ainsi libellé : « Sous le contrôle de l’Aéro-Club de France sur ce terrain, le 13 janvier 1908 pour la première fois au monde un kilomètre en circuit fermé a été parcouru par Henri Farman sur biplan conçu et construit par les frères Gabriel et Charles Voisin moteur Antoinette créé par Levavasseur gagnant ainsi le Grand Prix d’aviation Deutsch-Archdeacon et portant les records mondiaux d’aviation à distance : 1000m, durée : 1m28s. » 

La stèle est surmontée d’un aigle aux ailes spectaculaires. Comme un rappel que l’aventure de l’aviation a commencé avec le désir de l’homme d’imiter les oiseaux. Vainqueur des lois de la nature et de l’attraction terrestre, il semble convoquer cet aigle, ici, pour se mettre sous sa protection en même temps qu’il lui signifie la domination définitive de la technique humaine.

Le vainqueur, en l’occurrence, est l’aviateur Henri Farman, représenté dans la posture classique des premiers pilotes des premiers avions : lové dans un entrelacs de baguettes qui maintiennent la voilure, tenant un volant, moustache et barbe, casquette à l’envers. Suivant le même itinéraire que nombre de ses pairs, il s’intéressait, à tout ce qui permettait d’aller toujours plus vite au tournant du siècle. D’abord coureur cycliste en 1892-1893, Farman se lance dans la course automobile dans les années 1900 avant de multiplier les performances aux commandes de ces drôles de machines volantes. À noter que l’orthographe de son prénom, Henri et non Henry, naturalise définitivement cet Anglais né à Paris.

La progression de l’industrie aéronautique au début du XXe siècle passionnait la presse et le public. La technique, alors, cette « locomotion mécanique dans les airs » nourrissait les rêves et l’imagination. Chaque vol un peu plus long que les autres, un peu plus haut ou un peu plus rapide se racontait à la une de nombreux journaux à grand tirage, déplaçait les foules sur les terrains d’aviation dont celui qui fait face à la stèle, aujourd’hui occupé par l’héliport de Paris.

Ainsi, l’action pour laquelle Farman est célébré faisait à l’époque figure d’exploit et le jour de son accomplissement, le 13 janvier 1908, reste une date dans l’histoire de l’aviation. Un schéma montre où se situa, entre Issy et la porte de Sèvres, la boucle effectuée par Farman. Près de 120 ans après, ce « kilomètre en circuit fermé » n’a pas la résonance d’un exploit comme c’est le cas, par exemple des traversées de Blériot (1909) ou Lindbergh (1927). Sa technicité n’a pas résisté au temps. En fait, Farman est le premier à effectuer un virage en avion à une époque où certains jugeaient cela impossible. C’est donc, en effet, un jour décisif pour tous ceux qui conçoivent et fabriquent les avions.

En notamment les frères Charles et Gabriel Voisin, ingénieurs également mis à l’honneur sur la stèle, où figurent leurs deux profils sculptés. Eux aussi sont des acteurs de premier plan des débuts de l’aviation moderne (leur nom résonne toujours dans le quartier à travers une école, une allée, un terminus d’autobus). Leurs ateliers et leurs usines à Issy et Boulogne fournissent les appareils qui vont entrer dans la légende en même temps que leurs pilotes. Le biplan de Farman est représenté de face et de façon stylisée sur le monument mais décrit de manière détaillée : « un biplan Voisin avec moteur Antoinette créé par [Léon] Levavasseur », autre ingénieur renommé.

Le texte, enfin, au bas de la stèle, précise que la performance de Farman a été dûment homologuée par l’Aéro-Club de France, organisme né dès 1898 pour encourager la « locomotion aérienne », qui édicte les règlements et délivre les brevets de pilote. Enfin, elle a eu lieu dans le cadre du Grand Prix d’aviation Deutsch-Archdeacon, du nom d’Henry Deutsch de la Meurthe et Ernest Archdeacon, deux des cofondateurs de l’Aéro-Club de France. L’un est avocat, l’autre gère une société de pétrole; les deux ont mis leur fortune au service de cette industrie naissante, qui progresse au gré de compétitions (Grand Prix d’aviation, coupe Gordon-Bennett, courses à étapes…) dont ils financent les primes.

Cette stèle n’oublie donc rien ni personne de l’écosystème qui a fait progresser l’aviation jusqu’à la Première guerre mondiale : des ingénieurs à la pointe de l’innovation, des pilotes prêts à risquer leur vie pour un record, des mécènes fortunés et passionnés.

Bientôt, ce sont les guerres qui feront progresser l’aéronautique avant que le développement de l’aviation commerciale et du tourisme ne fasse du voyage en avion un événement banal… désormais montré du doigt pour sa lourde contribution au dérèglement climatique. Ainsi à quelques mètres du monument, autour du terrain de l’héliport de Paris, il n’est plus question de héros mais de nuisances: trop de pollution, trop de bruit…

En 92 ans d’existence, la stèle Farman a été déplacée deux fois, pour cause de travaux, mais elle a survécu au chamboulement du quartier. Hommage quasi invisible à un exploit oublié, mais témoignage préservé d’une époque glorieuse.

Isabelle Thalès, CNAM 2022

 

 

L’arsenal de Brest

Un projet urbain

Cette fresque de Benjamin Flao s’inscrit dans le cadre d’un important programme de revitalisation du quartier des Quatre Moulins de Brest intitulé « Les murs prennent la parole », destiné à améliorer la qualité urbaine de ces habitants.

Cette initiative d’embellissement urbain du quartier s’aménage d’un parcours de neuf fresques dont les thématiques sont diverses : le voyage, la musique, l’océanographie, etc. Toutes ces thématiques sont reliées au patrimoine et à l’identité de la ville de Brest.

Initié en 2000, le projet est issu de l’implication et de la collaboration des habitants, des acteurs du territoire, et du chanteur Miossec, parrain du projet. Le parcours a été réalisé par CitéCréation, une entreprise coopérative lyonnaise spécialiste mondiale en matière de décoration et de scénographie urbaine.

C’est Benjamin Flao, illustrateur et auteur de bande dessinée, qui a été retenu pour concevoir cette fresque ; elle évoque à travers la construction d’un bateau imaginaire, l’ambiance et l’atmosphère des chantiers de construction navale de l’ancien arsenal de Brest au XIXe siècle.



De l’imaginaire à l’histoire

En regardant l’oeuvre, notre imaginaire s’envole. Nous pouvons imaginer le bruit des machines, du chantier, des hommes et des mouettes volant au-dessus du site industriel. Nous pouvons imaginer l’odeur de différentes émanations produites par le chantier, nous pouvons imaginer les éclats de voix des ouvriers tantôt entrain de pester, tantôt entrain de rire le temps d’une pause ou à la fin d’une dure journée. À travers cette fresque, nous retournons dans le passé de l’arsenal de Brest, dans son histoire.

C’est une histoire riche, avec un passé industriel unique. Car l’histoire de l’arsenal de Brest fait partie de l’histoire militaire-naval de la France. L’arsenal de Brest fût créé en 1631 par le cardinal Richelieu, le but était de renouveler la flotte royale. L’arsenal a été conçu de manière à pouvoir accueillir les grands navires de guerre du XVIIe siècle. Niché au cœur de la ville, l’arsenal construisait, armait et réparait en partie les vaisseaux de guerre devenant ainsi un gigantesque complexe militaro-industriel, à l’image des ports Toulon et de Rochefort.



Technico-industriel

L’arsenal était donc le siège d’une véritable activité industrielle. La construction d’un navire met en jeu, tout un panel de savoir-faire complexe et de techniques. Des innovations voient le jour pour mécaniser, rationaliser et faciliter ces opérations qui demandent une logistique considérable, en raison des poids et des volumes à assembler et à déplacer.

Les principaux corps de métiers sont les maîtres de haches, qui deviennent les maîtres-constructeurs (architectes navals), les charpentiers, les calfats, les sculpteurs. Les corps de métiers dominants concernent directement la fabrication de la coque du navire. De nombreux ateliers spécialisés préparent les pièces nécessaires aux navires : corderie, voilerie, menuiserie, sculpture, forges.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, il se modernise considérablement pour répondre aux nouvelles exigences de la flotte. Car la Marine s’engage dans trois innovations technologiques majeures : la propulsion à vapeur, l’obus explosif et la construction métallique. Ces mutations techniques imposent à l’arsenal d’entreprendre d’importantes transformations de son infrastructure : creusement de nouveaux bassins et agrandissement des anciens, création d’ateliers d’ajustage, de forges et de fonderies.

Véritable poumon de la ville, l’arsenal a rythmé la croissance et la prospérité de la cité au fil des siècles.

C’est donc au détour d’une rue que le street-art met en scène par l’imaginaire, le souvenir de l’histoire d’une ville. Au-delà de la seule charge nostalgique d’une activité industrielle disparue, la fresque expose la relation entre l’art et l’industrie dans le nouveau paysage urbain brestois.



FRANS Gwenaëlle



Maître d’ouvrage : Brest Métropole Océane – Communauté urbaine / Maitre d’œuvre : CitéCréation

Les dessous techniques des sons

Dans son journal en ligne, le Centre National de Recherche Scientifique a réalisé un dossier sur « La science en musique » en 2017. Deux extraits en audio et vidéo vont illustrer un ensemble non exhaustif de techniques à redécouvrir relevant de l’artisanat, de l’ingénierie, du corps sans oublier les sciences. Les sons musicaux et non musicaux sont scannés au peigne fin par les chercheurs. L’ethnomusicologie et un instrument de musique : plusieurs cultures, des chants, des notes de musiques mais pas que ! C’est aussi une alliance de techniques complexes et incroyables qui évoluent dans le temps pour donner du son et le retransmettre, sur fond de sciences.

 

Que nous dit l’ethnomusicologie ?

 

Le Centre de Recherche en Ethnomusicologie CNRS-Musée de l’Homme de Nanterre (CREM) recense plus de 48000 enregistrements sonores et vidéos numérisés dans sa base de données, la plus importante dans le monde entier. On y trouve principalement des chants de peuples pour continuer à valoriser le patrimoine culturel de certaines régions du globe où il manque les infrastructures. Plus récemment, des environnements sonores, hors musique, sont également captés. Dans cet audio, le CREM nous dévoile quelques-unes de ses archives sonores et musicales avec des supports anciens et actuels, accessibles aux amateurs et professionnels de la musique.

Les premiers extraits datent de l’exposition universelle de Paris de 1900 sur des cylindres de cires ! Notons aussi la technique de voix polyphoniques de Pygmées gravées sur disque puis d’expressions vocales des chants mauritaniens sur les premières bandes magnétiques dans les années 1950.

 

La guitare

 

L’assemblage d’une guitare fait appel à des théories et des applications de la physique, principalement de la vibration, et du savoir-faire d’un luthier pour le choix des matériaux (bois et cordes). Entre vibromètre et microphones, le laboratoire d’Acoustique de l’Université du Mans nous montre dans cette vidéo les instruments utilisés pour mesurer et cartographier la vibration de la corde et du son. Quant à la guitare électrique, la problématique repose sur l’aimant et la bobine qui vont influer sur le timbre de l’instrument. Avec ces nouvelles méthodes de mesure enregistrées dans une base de données, le luthier va pouvoir choisir les matériaux adéquats pour fabriquer une guitare sur mesure qui donnera le bon timbre.

 

 

Pour en savoir plus :

https://archives.crem-cnrs.fr/

https://lejournal.cnrs.fr/dossiers/la-science-en-musique

 

Claire Semler

La technologie éloquente. Et si l’utilisation des robots en disait long sur nous ?

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Contrairement aux idées reçues, l’automate que l’on pourrait qualifier de premier prototype de machines date de bien avant Vaucanson. L’automate est un animatromate mécanique capable de copier des actions humaines, de se mouvoir comme lui et pourtant sans conscience ni connexion allant du cortex jusqu’aux muscles. La différence avec les machines au sens contemporain du terme est purement formelle. Les machines requièrent une énergie supplémentaire, un apport qui les alimentent, soit de l’essence pour créer l’explosion dans le cylindre et ainsi entraîner l’engrenage du moteur ou plus simplement de l’électricité. Les automates reposent exclusivement sur l’énergie d’un mouvement entraînant une mécanique continue.

Si l’on se dispense de la distinction purement technique pour se concentrer sur l’aspect pratique (car c’est tout le cœur du sujet), ils sont tous deux une entité, une création de l’ingéniosité capable de mimer le comportement humain. Pratique dans certains cas pour s’épargner des tâches risquées ou ennuyeuses ! Ils seraient alors des auxiliaires pour suppléer l’homme. Et ce, depuis l’antiquité. Mais dans quel but l’espèce humaine s’est efforcée de créer ces animaux de compagnies sans conscience, dociles et obéissants ? Peut-être que l’utilisation que nous avons cherché à faire des automates et des machines depuis plus de 2000 ans en révélera d’avantages sur nous ? Intéressons-nous aux parallèles historiques, voir s’ils dégagent une tendance.

 

Le divertissement et le service 

Les sociétés quelle que fût l’époque ont souvent trouvé du plaisir dans le spectacle qu’offre un autre individu. Visuel, auditif ou d’autre nature, le divertissement est une affaire d’être vivant aux premiers abords. Un tigre plantant ses griffes dans un gladiateur de la Rome antique, un esclave romain jouant de la harpe pour le bon plaisir de sa domina, un bouffon qui jongle lors d’un repas seigneurial etc.. Aujourd’hui le divertissement humain s’est libéré de cet aspect servile. Les musiciens d’un mariage sont, par exemple, payés. Au moment de sa performance, le rôle de l’amuseur est de servir de source de plaisir. Durant l’antiquité, avoir un esclave divertissant est le privilège des riches citoyens. Ce privilège ne peut nier la nature humaine : les sentiments, les émotions comme la colère qui anima les révoltes d’esclaves. En quelques sortes, le robot ou l’automate serait un esclave parfait. 

Dans le mythe de Prométhée ; l’espèce humaine est créée par les dieux grecs pour les divertir dans leur ennuie d’après-guerre contre les Titans (la Titanomachie). Toujours dans la mythologie, juive cette fois, le golem est une créature artificielle, dénuée de capacité décisionnelle. Polyvalent, il doit protéger ou bien épauler son créateur.

Tout cela n’est qu’interprétation mais voyons quelques exemples comparés :

 

Mosaïque romaine, IIIème siècle après J-C, Musée National du Bardo, Tunis. Deux esclaves servent à boire à leurs maîtres en tunique

 

 

 

 

 

 

 

 

A droite : Reconstitution de la servante automate par Phylon de Byzance, IIIème siècle avant J-C, Musée des technologies des grecs de l’antiquité, Katakolon.

 

Peinture de Jean-Léon Gérôme « Bas les pouces » 1872. Combat de gladiateur

 

 

Affrontement de « robot tueur » devant la foule du Salon Vivatechnology de Paris

 

 

 

Peinture sur vase de Nicias, IVème siècle avant J-C. Une aulétride lors d’un banquet

 

 

 

XVIIème siècle. Le joueur de flûte, un des trois automates de Vaucansson exposé au Palais Royal

 

 

 

 

 

 

 

A gauche : La docile Cendrillon /A droite : Un robot aspirateur et nettoyeur de sol

La protection :

Le fantasme d’un garde du corps aux os de métal, insensible à la douleur perdure à travers les époques. L’automate ou bien robot sans conscience, robuste, efficace, est un allié intimidant. 

Talos, un des premiers automates est une création du dieu forgeron Ephaïstos. Ce géant de bronze est offert au grand Roi Minos (roi de Crête) afin de garder une île en son absence. Il sera vaincu par Jason et les argonautes. Dans l’art contemporain cette fois, Terminator est envoyé par John Connor pour le protéger lui-même (dans le passé) et répondre à ses ordres. Pour trouver le vocabulaire adéquat il faut piocher dans la saga de jeu-vidéo Halo.

Dans cet univers de sciences fiction, une race surévoluée et disparue laissa son héritage disséminé aux quatre coins de l’espace : des robots appelés « sentinelle » protège la galaxie de la propagation du parasite, une forme de vie infectieuse. Les « gardiens » sont eux des robots géants en capacité de détruire une planète que le parasite aurait conquis.

Toutefois, les scénarios dystopiques des œuvres contemporaines trahissent la méfiance des hommes envers leurs créations robotiques. Comme une leçon apprise par l’histoire des révoltes esclaves, nous retrouvons – principalement dans le cinéma – ce conflit millénaire entre dominant et dominé. La trilogie Matrix est évocatrice de cette vengeance des machines sur l’homme. Il y est mentionné de nombreuses fois les notions de prise de pouvoir et d’exploitation. Est-ce une vision clairvoyante, une forme de culpabilité inconsciente ou simplement du divertissement ?

 

 

 

2021 ◊ L’Etoile du Nord (sculpture)

 

L’Etoile du Nord est le nom donné au réseau ferroviaire passant par la gare d’Ermont-Eaubonne, mais c’est également celui de la sculpture d’Andrea Lomanzo érigée à côté de cette gare.

Continuer la lecture de « 2021 ◊ L’Etoile du Nord (sculpture) »

Germinal, la mémoire des corons


Germinal est le 13 ème roman de la saga des Rougon-Macquart écrit par Zola entre 1870 et
1893, et paru en 1885. A travers l’histoire d’Etienne Lantier, un chômeur qui recherche du
travail dans le Nord de la France et se fait embaucher aux mines de charbon (fictives) de
Montsou, Germinal nous décrit le travail harassant des mineurs et leurs conditions de vie
dans les corons.


En 1885, Zola est déjà un écrivain renommé et le chef de file du naturalisme. Le naturalisme
est ce mouvement littéraire né dans la seconde moitié du XIXème siècle, mû par la volonté
de décrire la réalité de façon objective et fortement influencé par les sciences naturelles et
sociales. Le naturalisme traite de sujets quotidiens, rendant par-là la littérature accessible au
plus grand nombre, et met notamment en scène la réalité sociale, participant également à la
prise de conscience des inégalités sociales et à l’émergence du droit d’expression. L’écriture
naturaliste est donc dictée par le réalisme et le souci documentaire.


Afin de retranscrire le plus fidèlement possible le métier et les conditions de travail dans les
fosses, Zola s’est rendu dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, notamment sur le site
d’Anzin, allant à la rencontre des mineurs, des porions, les contremaîtres de la mine, et des
ingénieurs qui les commandent.


Germinal immerge ainsi avec précision dans le quotidien des mineurs : le réveil matinal (à
4h), le petit-déjeuner frugal, la marche à travers la campagne, du coron jusqu’à la fosse, en
passant devant les hauts fourneaux et les fours à coke. Puis la descente dans la cage qui
emmène dans les entrailles de la terre, jusqu’à 550m de profondeur et l’eau qui ruisselle
autour comme une pluie continue. Le labyrinthe des galeries, boueuses et glissantes,
soutenues par des étais de bois. La galerie de roulage glacée qui contraste avec les voies
isolées par les portes d’aérage où la chaleur est telle que les ouvriers au bord du malaise en
retirent leurs vêtements et travaillent nus, les hommes comme les femmes.


Zola nous présente les métiers de la mine : les « haveurs » qui exploitent les veines à coup
de pelle et de pioche et les « herscheurs » qui poussent les berlines remplies de charbon –
à cette profondeur, on trouve même des chevaux de traie. Et il n’épargne pas les risques
encourus par ces travailleurs : les boisages rapidement exécutés qui cèdent parfois faisant
s’effondrer les galeries, le grisou qui se dégage imperceptiblement et peut tout faire
exploser, le charbon qui rentre dans les poumons et fait cracher noir, sans parler de la
pauvreté qui mènera les mineurs de Montsou à la grève. Zola complète sa fresque sociale
en montrant aussi l’autre versant de la mine : les exploitants, des familles bourgeoises dont
les soucis contrastent dramatiquement avec les conditions de vie des principaux
protagonistes qui ont à peine de quoi manger.

Le décor planté, Zola peut alors dérouler son histoire : celle d’ouvriers acculés par la pauvreté qui déclarent la grève, mettant ainsi en scène l’éveil de la conscience ouvrière à son époque.

Germinal est à la fois un récit romanesque et bien ancré dans le réel. C’est aussi une œuvre plurielle, monument littéraire adapté de nombreuses fois au cinéma, au théâtre ou encore en bande-dessinée. Sa dernière adaptation cinématographique fut dantesque pour l’époque. Le film réalisé par Claude Berri mettant en scène des acteurs(chanteurs) populaires tels que Renaud, Gérard Depardieu, Miou-Miou ou encore Jean Carmet a nécessité 165 millions de francs, ce qui en faisait à sa sortie en 1993 le film le plus cher de histoire du cinéma français.

Autant de déclinaisons qui élargissent la portée de Germinal, tant dans son message
politique que dans sa retranscription sans fard d’un corps de métiers d’un autre temps.

 

 

 

Affiche Emile Lévy (fin du XIXe siècle) pour une
représentation au Théâtre du Châtelet, à Paris, de la
pièce Germinal tirée du roman de Zola, sur laquelle
sont représentés des scènes et artefacts typiques de
l’exploitation minière, aussi bien sur que sous la
terre.

Le théorème du parapluie

Le théorème du parapluie (ou l’art d’observer le monde dans le bon sens), Mickaël Launay, J’ai lu

Mickaël Launay nous offre une promenade mathématique. Il nous emmène voyager dans l’histoire des sciences, d’observations en réflexions, il nous accompagne avec son illustratrice, Chloé Bouchaour. Une question sert d’invitation, puis l’auteur dessine un itinéraire où chaque étape apporte un éclairage à l’interrogation initiale et prépare à comprendre la réponse des scientifiques. Une balade bien pensée guide le lecteur, grâce à des illustrations qui aident à comprendre les idées. Et oui, c’est une déambulation avec les yeux grand ouverts sur le monde. Quel billet prendrez-vous ? Celui du Chimborazo pour savoir quelle est la plus haute montagne sur Terre ? Celui de l’infini pour comprendre pourquoi la longueur d’une frontière ou d’un fleuve peut varier de plusieurs centaines de kilomètres selon les sources ? Celui de la quatrième dimension pour éclairer la relativité découverte par Einstein ? Laissez-vous guider, donnez libre-cours à votre curiosité… un voyage à la portée de tous ceux qui acceptent de découvrir les mathématiques sans a priori. Ils en sortiront changés, heureux, ravis d’avoir suivi les pas, les détours et idées des mathématiciens de l’Antiquité au XXème siècle !

2018 ◊ Des lieux divers et variés pour diffuser les savoirs

Histoire et géographie des lieux de culture scientifique

culture scientifique, centres de sciences, STS, sciences

© Flickr.

Les lieux de diffusion des savoirs et de la culture scientifique sont très variés en France : des musées classiques, aux Fab Labs, en passant par les associations d’aide aux malades. Il y en a pour tous les goûts, pour tous les dispositifs et pour tous les publics.

La majorité des lieux actuels de diffusion des savoirs prennent leurs racines dans les années ’70-80, lorsqu’il y a eu un changement de contexte politique, notamment sous Mitterrand. La présentation des sciences et techniques, ainsi que les connaissances des publics évoluent. Cela correspond également à une période où les publics s’intéressent de nouveaux aux sciences et se les réapproprient.

Ces lieux de diffusion des savoirs sont multiples et peuvent avoir des objectifs différents :

  • Culturels et historiques sont plutôt orientés vers la diffusion ;
  • Politiques sont plutôt des endroits où se joue la question de la participation ;
  • Économiques sont plutôt axés sur la valorisation.

Quels sont ces lieux et quelle est leur histoire ?

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Des lieux divers et variés pour diffuser les savoirs »

2018 ◊ Art et lumières de Daguerre, vers l’image du futur

Du 7 au 18 novembre 2018

Bry-sur-Marne, ce mercredi. Jusqu’à ce dimanche, la propriété Daguerre ouvre les portes de son parc pour Ciné sous les étoiles. LP/M.K.

La ville de Bry-sur-Marne a longtemps souhaité faire de la villa Daguerre un musée.  Cependant la réhabilitation des lieux prendra une tout autre forme. En effet, cette demeure accueillera un pôle dédié à l’image et à l’innovation audiovisuelle.

Lire la suite

2018 ◊ Galilée, le mécano (théâtre)

Galilée, le mécano

de Marco Paolini et Francesco Niccolini, mis en scène par Gloria Paris

du 14 septembre au 28 octobre

Théâtre de la Reine blanche/Scène des arts et des sciences à Paris

C’est un texte contemporain qui nous conte avec humour et brio la vie de cet immense scientifique.

« Et pourtant, elle tourne ! ». Au delà de cette phrase probablement apocryphe, que doit la science à Galilée ? Ce spectacle nous raconte la vie tumultueuse du savant italien, qui bouleversa l’histoire de la pensée en perfectionnant la lunette astronomique. Grâce à elle, la Voie lactée, la nébuleuse d’Orion, le Soleil et ses tâches se dévoilent. Avec Galilée, c’est la vision « mécaniste » de l’univers qui s’impose face aux héritiers d’Aristote et de Ptolémée. Le « pourquoi » du monde est remplacé par le « comment » …

Détails ici

2018 ◊ le dispositif audiovisuel (journée d’étude)

Le dispositif audiovisuel comme vecteur de diffusion des savoirs scientifiques & techniques : Histoire, Crises & Perspectives

Une initiative du Cnam-HT2S en partenariat et collaboration avec  Paris-Diderot-CERILAC, le MESRI et l’Association ConnecTionS

7 avril 2018

Amphi Jean Prouvé
Conservatoire national des arts et métiers
292 rue Saint-Martin, 75003 Paris

Toutes les informations sur le site du laboratoire HT2S : http://bit.ly/audiovisuel-sts

Inscription  : JOURNÉE D’ÉTUDE : L’audiovisuel comme vecteur des sciences et techniques

Programme : Programme

Argumentaire : ARGUMENTAIRE J.E AVRIL 2018

2018 ♦ les jardins de Versailles (cliché)

photo de la Grande Perspective prise le 3 juin 2018 dans les Jardins de Versailles (inauguration le 6 mai 1682)

sciences et techniques au service du pouvoir

(par Jeanne-Thalie DEPRINCE, Cnam Magister 2018)

Le pouvoir a besoin d’être matérialisé, ritualisé pour être ressenti par les masses ; que cela soit par l’intermédiaire d’un trône ou d’un bureau ovale, d’un château ou d’une maison blanche. Et lorsque cette matérialisation fait appel aux sciences et techniques, le rayonnement de ces dernières en est décuplé. Ainsi, le château de Versailles et les jardins sont une concrétisation emblématique du pouvoir du roi Louis XIV. Continuer la lecture de « 2018 ♦ les jardins de Versailles (cliché) »

2017 ◊ De la lumière… à l’animation (exposition)

Plongez dans l’histoire du cinéma d’imagination, du 5 au 31 décembre 2017

Vous désirez connaître l’histoire du cinéma d’animation et de sa mise en œuvre ? Alors rendez-vous au Quai des Savoirs de Toulouse ! Vous pourrez vous laisser surprendre par la magie du cinéma d’animation à travers notamment une fresque ludique et interactive.

A travers des mécanismes, des collages, des mapping vidéo… un mur vivant va prendre place et présenter les différentes techniques et procédés scientifiques qui ont été inventés au fil des siècles. En manipulant ces dispositifs, vous deviendrez acteur de cette fresque animée !

De plus, entre le 23 décembre et le 7 Janvier 2018, vous pourrez participer à une œuvre collective et participative en animant des décors et des personnages disproportionnés sortis tout droit de votre imagination !

L’entrée est libre et gratuite et tous les détails sont à retrouver !

2017 ◊ le paradoxe des jumeaux (théâtre)

LE PARADOXE DES JUMEAUX – Création et production la Reine blanche

du 16 novembre au 28 décembre 2017

Auteur.e.s :  Jean-Louis Baueur et Élisabeth Bouchaud

Mise en scène : Bernadette le Saché

« Il faut faire de la vie un rêve et faire d’un rêve une réalité ; L’humanité tirera plus de bien que de mal des découvertes nouvelles. » Pierre Curie

La pièce met en scène deux immenses physiciens du début du 20ème siècle : Marie Curie, qui comprit la radioactivité et découvrit le radium et le polonium et Paul Langevin, qui travailla sur un très grand nombre de sujets majeurs, dont l’électromagnétisme, le mouvement Brownien et la relativité. Après la mort de Pierre Curie, Marie Curie et Paul Langevin ont une liaison amoureuse et la presse d’extrême droite mène une campagne politique d’une violence inouïe contre l’« étrangère ». Pendant cette période terrible, Marie est soutenue par Bronia, sa sœur aînée, qui rêve de la ramener dans la Pologne de leur enfance, en lutte pour son indépendance. Science, passion, exil : l’épopée d’une grande pionnière.

Détails ici

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search