1909 – Le salon aéronautique

02_01
Affiche créée par Edouard Montaut (1909) – dim. 57.5 x 79.3 cm. impr. Mabileau et compagnie

Le salon aéronautique, une émotion technique

(par Sandrine Balza, Licence médiation culturelle, avril 2014)

1909 : l’époque des aventuriers, des prix et des meetings aériens qui galvanisent les foules. Des records de distance, vitesse et durée de vol sont homologués. Santos – Dumont, Farman, Blériot, Latham marquent les esprits. Des constructeurs de génie améliorent les machines volantes. Cette émulation pousse vers l’audace. Ainsi, Blériot le 25 juillet 1909 à son arrivée à Douvres après la traversée de la Manche, alors qu’il ne sait pas nager, est salué en véritable héros populaire. L’évènement a un retentissement mondial. L’homme savoure son exploit. Son avion, le Blériot XI, est exposé à Paris devant la façade du journal « Le matin ». Fin 1909, il  rejoindra  le musée des Arts et Métiers, musée vivant, ouvert aux progrès techniques les plus récents. Les prouesses intriguent, elles font rêver.

Continuer la lecture de « 1909 – Le salon aéronautique »

1908 ♦ Le Familistère de Guise (carte postale)

FamilistA-re-guise.jpg-3_diaporama_main
Le Familistère : un phalanstère pour les familles ouvrières – Vue du Familistère de Godin, à Guise – Carte postale – vers 1905-1908, Paris, BNF.
Le familistère de Guise… une utopie réalisée « au poêle »

(par Estelle LEONARD, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Plongeons en l’an 1908. En France, plusieurs gros-titres ont fait la Une. Le quotidien Les Echos a fait paraître sa première, le régime local est né en Alsace et Moselle. Le 18 mai, le Pourquoi Pas, navire d’exploration polaire du commandant Charcot, est lancé à Saint-Malo. Mais à l’autre bout du monde, des exécutions se déroulent en Indochine, et les cartes postales relatant cet évènement arrivent en France. D’ailleurs, cela fait une cinquantaine d’années que la carte postale circule. Ces premières cartes étaient des cartes commerciales en papier glacé, pouvant circuler à découvert car l’administration des postes l’avait admis en 1856. Enfin… on ne connaît pas vraiment la date officielle de l’invention de la carte postale puisque les vexations franco-germaniques ont monté en épingle l’existence d’un inventeur antérieur à un autre… Bref. Continuer la lecture de « 1908 ♦ Le Familistère de Guise (carte postale) »

1908 ♦ Statue de Philippe Le Bon (carte postale)

Square Philippe LEBON à Chaumont, (carte postale vers 1906, postée le 15 Avril 1908, éditions Jullien et Morel)

Hommage au savant oublié, inventeur du gaz d’éclairage

(Par Jessica SIGNAHODE, Cnam Certificat 2018)

L’exposition Universelle de 1900 inaugure l’ère de la production massive et marque l’explosion de l’usage de la carte postale. Les correspondances vont de la simple salutation, à des souvenirs d’excursion ou d’échanges amoureux. Au début du XXème siècle, la phototypie représente le principal mode d’impression des cartes postales en nombreux exemplaires. A partir d’un cliché photographique en noir et blanc pris par un amateur ou par un photographe en quête de postérité, les éditeurs divulguent ici un monument de Haute-Marne à Chaumont (52) : le square Philippe LEBON, « inventeur du gaz d’éclairage ». Continuer la lecture de « 1908 ♦ Statue de Philippe Le Bon (carte postale) »

1907 ♦ le Monument de l’automobiliste (monument)

Monument_à_Levassor_1907
Émile Levassor et le “Monument de l’automobiliste” par Jules Dalou érigé en 1907 – actuellement au square Alexandre-et-René-Parodie.
La course au progrès

(par Maïté CARRIVE, Licence CNAM Paris, 2015)

Place de la porte Maillot ; Un flot de voiture incessant ; Un bruit assourdissant. Coincé entre le périphérique et les grands boulevards, le square Alexandre-et-René Parodi apparaît comme un îlot de verdure qui contraste avec le gris des grandes artères routières. Pour y accéder, il faut emprunter un passage souterrain.

Parmi les allées désertes bordées de bancs se dresse un cadre de pierre richement orné. A l’intérieur du cadre, c’est l’effervescence. Pierre Giffard, directeur du Petit journal est là, au bras de sa femme, pour saluer l’exploit. Derrière, la foule est venue acclamer l’arrivée triomphale d’Emile Levassor au volant de son bolide, La Panhard. Penché en avant sur son « automobile sans chevaux », le visage déterminé, il vient de franchir l’arrivée de la course historique Paris-Bordeaux-Paris, en un temps record de 48 heures et 47 minutes. Sa femme, Louise, un pichet d’eau à la main, se précipite pour accueillir le héros. Quel exploit ! Une moyenne de 24 km/h avec des pointes à 30 km/h….. La scène se déroulait au printemps 1895. Continuer la lecture de « 1907 ♦ le Monument de l’automobiliste (monument) »

1907 ▪ Autoportrait du Docteur Chicotot (peinture)

chicotot
L’auto-portrait d’un des pionniers de la radiothérapie : le docteur Georges Chicotot

Naissance de la Radiothérapie à l’hôpital Boucicaut

(par Dominique PAREYN, Cnam Licence 2014)

La Science suscite souvent des espoirs et des craintes : espoirs de bienfaits, craintes d’applications incontrôlées à des fins néfastes. Elle peut solliciter la curiosité ou au contraire suggérer des sentiments de méfiance. C’est le cas notamment de la découverte et des premières utilisations des rayons X par Wilhelm Röntgen (premier prix Nobel en 1901) en novembre 1895: ce type de rayons est produit par des électrons fortement accélérés sous une haute tension de centaines de kilovolts. Cette découverte est immédiatement médiatisée par la presse, photographies de la main de sa propre épouse Mme Röntgen à l’appui. L’émission de rayons X et leurs comportements étranges (fluorescence) en font rapidement un phénomène de distraction et de spectacle, tout comme l’invention contemporaine des frères Lumière : le cinématographe.

Continuer la lecture de « 1907 ▪ Autoportrait du Docteur Chicotot (peinture) »

1906 ▪ Chocolat de Guyenne … vendu dans toutes les pharmacies (publicité)

2007-01-09_235941_4_chocolat_de_guyenne
Bouisset, Firmin. 1906. Chocolat de Guyenne… vendu dans toutes les pharmacies… [affiche]. [S.l.]: [s.n.].
Science et savoirs au service de la stratégie publicitaire

(par Delphine THOMAS, Magistère Cnam, juin 2014)

Affiche de publicité pour le chocolat médicinal de Guyenne, cette illustration de Firmin Bouisset est éditée en France en 1906. À l’heure où les classes ouvrières se réveillent, les Corn flakes® font leur apparition ventant l’importance du petit déjeuner. Dans ce contexte, cette affiche appartient à l’une des dernières campagnes de publicité pour du chocolat médicinal. Depuis le 17ème siècle, et surtout au 19ème siècle, le chocolat est reconnu et utilisé en France comme « confiserie hygiénique ». Nutritif, il permet de « garder la santé », mais il a également la réputation « d’apporter la guérison », en soignant par exemple les maladies vénériennes. Cependant avec le début du 20ème siècle, les modes de consommation évoluent et le chocolat devient une gourmandise. Une telle publicité semble donc vouloir renforcer l’utilisation du chocolat médicinal de Guyenne dont la vente exclusive est réservée aux pharmaciens.

Continuer la lecture de « 1906 ▪ Chocolat de Guyenne … vendu dans toutes les pharmacies (publicité) »

1904 ♦ Puits pour ascenseur (carte postale)

Métropolitain de Paris – Puits pour Ascenseur. Coupe d’une station sur puits vertical, telle que Cité ou Saint-Michel – Publicité de l’entreprise Léon Chagnaud – carte postale noir et blanc, éditée par E.S. (1904) – Aquarelle de J. Lormier, ingénieur des arts et manufactures à Paris.

publicité pour un défi technique

(par Jérémie KALEFF , Cnam Magister 2016)

Début du 20e siècle, l’objectif des grandes villes comme Paris est de désengorger les rues encombrées par les véhicules. Elles construisent un réseau de transport souterrain (le Métropolitain) dont les difficultés techniques ne manquent pas de défier la capacité des ingénieurs à s’affranchir des contraintes de la nature urbaine. Le défi qui se pose ici aux constructeurs de ces lignes est de taille. Il s’agit de concevoir et de réaliser le passage sous-fluvial de deux rames de train. Le projet en 1904 de construction d’un passage entre les stations Saint-Michel et de la Cité est une première pour laquelle un concours est organisé. Continuer la lecture de « 1904 ♦ Puits pour ascenseur (carte postale) »

1902 ▪ « La catastrophe de la Martinique » (affiche)

extrait journal officiel matinique 1902
Décision nommant une commission chargée de constater l’importance et les progrès de l’éruption volcanique de la montagne Pelée

L’éruption de la Montagne Pelée en 1902

(par Nadia Guerguadj, Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam juin 2014)

Communiqué de la Commission Scientifique (7 mai 1902)

« La Commission chargée d’étudier les phénomènes volcaniques de la montagne Pelée s’est réunie hier soir, 7 mai, à Saint-Pierre, à l’hôtel de l’intendance, sous la présidence de M. le Gouverneur. Après examen des faits constatés successivement depuis le commencement de l’éruption, la Commission a reconnue :

Continuer la lecture de « 1902 ▪ « La catastrophe de la Martinique » (affiche) »

1902 ♦ Auguste Comte (statue/cliché)

Photo d’auteur anonyme (1902) de l’inauguration de la Statue d’Auguste Comte

Les sciences s’élèvent à la spiritualité

(par Karine GUILLON, Cnam Certificat 2018)

Le document choisi est une photo de l’inauguration de la statue d’Auguste Comte.

L’idée d’élever le philosophe Auguste Comte, précurseur de la sociologie (1798-1857) aux yeux de tous, est lancée en 1898 par Pierre Laffitte, son successeur.

La statue en marbre est l’œuvre du sculpteur Injalbert et de l’architecte Lemaresquier.

Au centre, Juché sur son piédestal, la tête légèrement inclinée, le buste d’Auguste Comte semble saluer le parterre des personnalités françaises et étrangères venues lui rendre hommage. Parmi eux, des gens qui adhèrent vraisemblablement à sa philosophie. Continuer la lecture de « 1902 ♦ Auguste Comte (statue/cliché) »

1902 ♦ Eugène Doyen, chirurgien star (photogramme)

Blow-RDO2
E. Doyen filmé par C. Maurice le 9 février 1902

Bistouri & Caméra

(par Robert NARDONE, HT2S Cnam Paris)

Ce photogramme n’est pas seulement l’image d’un exploit chirurgical. Il témoigne de l’émergence du cinématographe dans les salles d’opération et paradoxalement de la naissance d’un nouveau public.

Le 9 février 1902, le chirurgien Eugène Doyen sépare Doodica et Radica, les sœurs xiphopages exposées au cirque Barnum. À la demande de Doyen, l’opération est filmée par Clément Maurice. Doyen est mondialement connu, réputé pour sa rapidité d’exécution. La séance de séparation des soeurs siamoises dure dix minutes. Dix minutes c’est la durée d’un chargeur de caméra. Le chirurgien et l’opérateur se sont concertés pour que l’acte ne dépasse pas le temps imposé par la technique filmique. Tout au long de l’acte Doyen interroge son opérateur afin de s’assurer qu’il reste dans les temps. Clément Maurice est celui qui a organisé la première projection publique des frères Lumière le 28 décembre 1895 au Salon indien du Grand café de l’hôtel Scribe à Paris. Continuer la lecture de « 1902 ♦ Eugène Doyen, chirurgien star (photogramme) »

1896 – Le boulevard Pasteur

Une voie d’exaltation de la science au travers de l’une de ses figures les plus populaires

Boulevard Pasteur Paris 15e
Plaque émaillée sur pilier du métro aérien de la ligne n° 6 entre les stations Sèvres-Lecourbe et Pasteur, 2011

(par les auditeurs de la promotion 2012-2013)

Par un arrêté du 28 juillet 1896, le prolongement du boulevard Vaugirard se voit attribuer le nom de Louis Pasteur, décédé depuis moins d’un an, le 28 septembre 1895. La décision de lui rendre hommage par l’inscription de son nom dans l’espace public est acquise en un temps remarquablement court. Pas ou peu de récriminations lors des débats pour immortaliser de cette façon le souvenir d’une personnalité que la science française revendique comme l’incarnation du pur génie. L’image du savant désintéressé et bienfaiteur de l’humanité fait apparemment consensus. Continuer la lecture de « 1896 – Le boulevard Pasteur »

1896 ♦ L’entrée d’un train en gare de la Ciotat (film)

arrivee-d-un-train-en-gare
Vue du court-métrage L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat de Louis Lumière – 1896

Les premiers pas du cinéma, témoins d’une société moderne

(par Elodie Izard, Médiation culturelle des sciences et techniques en société, mai 2014)

Avec l’installation de la République, la France connait un essor au XIXe siècle. Le développement de l’industrie et du commerce installe une nouvelle distribution des richesses aux dépens du clergé et de l’aristocratie, et au profit d’une bourgeoisie d’affaires. La scolarité devient obligatoire. Les sciences et les techniques sont alors au cœur de cette société qui se veut toujours plus moderne.

Antoine Lumière, jeune peintre, s’installe à son compte à Lyon. Au début simple studio de photographie, l’affaire devient le Cinématographe Lumière, l’une des plus florissantes de cette fin de siècle, grâce à l’invention de ses fils, Auguste et Louis. Continuer la lecture de « 1896 ♦ L’entrée d’un train en gare de la Ciotat (film) »

1895 ♦ accident gare de l’Ouest (photographie)

Accident de train à la gare de l’Ouest (maintenant gare Montparnasse) – 25 octobre 1895

Quand la technologie traverse les murs

(par Pisca CEZ, Cnam Certificat 2018)

Un évènement bien particulier va marquer les esprits en octobre 1895. L’un des plus spectaculaires accidents ferroviaires du siècle va se produire à Paris. Que s’est-il passé ?

Le 22 octobre 1895, le train express n°56 part de Granville à 8h55. A 16h55, il pénètre dans la gare avec 7 minutes de retard à une vitesse supérieure à la normale. Le train se compose d’une locomotive, de deux fourgons bagages, d’un wagon-poste, de six wagons occupés par 131 voyageurs et le fourgon de queue. Dans sa course, il renversa le buttoir, le trottoir entre les buttoirs sur 15 mètres pour heurter au final le mur du fond et le balcon de la façade pour s’échouer sur la place de Rennes en contrebas de la gare de l’Ouest (maintenant la gare Montparnasse) vers 16h00.  Continuer la lecture de « 1895 ♦ accident gare de l’Ouest (photographie) »

1889 ♦ Inventions & découvertes (jeu)

Apprendre les sciences, une partie de plaisir ?

(par Amélie HUYNH LE MAUX, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Lorsque j’étais enfant, un de nos rituels nécessitait un coffret défraîchi ayant appartenu à ma grand-mère. La première fois que mon père avait sorti cette vielle boîte écornée, j’avais soupiré, redoutant une nouvelle lubie de collectionneur. Pourtant, je m’étais vite prise au jeu, au sens littéral. En effet, cet écrin rouge renfermait un loto dit « instructif et amusant ». Pourtant féru d’objets liés aux sciences et techniques, mon père n’a jamais réussi à trouver son éditeur, ce fameux « H.C. » gravé sur le devant de la boîte. Ce jeu revêtait un intérêt tout particulier pour lui, au-delà de son attachement sentimental. En effet, il avait été édité lors de l’exposition universelle de Paris de 1889, image flagrante de la révolution industrielle en marche accessible à tous les publics. Ainsi, ce jeu avait participé, à son échelle, à l’éducation scientifique des foules. Même si je doute, étant donné la valeur de l’objet, qu’il ait été vraiment abordable pour les classes populaires. Le jeu est organisé en 24 cartons, chacun composé de deux scénettes représentant grands inventeurs et explorateurs. Continuer la lecture de « 1889 ♦ Inventions & découvertes (jeu) »

1889 ♦ couple Lavoisier (tableau)

Jacques-Louis David, Portrait d’Antoine Lavoisier et de sa femme, 1788, huile sur toile, 260 x 195 cm, New York, Metropolitan Museum of Art.

Genre et sciences dans le portrait du couple Lavoisier par Jacques-Louis David

(par Julie PISKOR-IGNATOWICZ, Cnam Certificat 2018)

Ce tableau de Jacques-Louis David représente le chimiste Laurent-Antoine Lavoisier et son épouse et collaboratrice Marie-Anne Pierrette Paulze. Il est signé, en bas à gauche : L DAVID, PARISIIS ANNO, 1788. Comme Lavoisier dans son domaine, David est célèbre de son vivant et reconnu par ses pairs. Peintre du néoclassicisme, il devient le portraitiste de la haute société après son passage à l’Académie Royale où il obtient le prix de Rome, avant de se faire « peintre révolutionnaire ». Le tableau n’est pas présenté au Salon des artistes français de 1789 pour des raisons politiques. Il reste dans la famille de Marie-Anne Pierrette Paulze et n’est pas exposé pendant un siècle. Il est prêté par Etienne de Chazelles pour l’exposition universelle de Paris de 1889, date charnière à partir de laquelle il devient très célèbre. En 1924, il est acheté par Rockefeller pour l’institut Rockefeller pour la recherche médicale. Il est acquis par le Metropolitan Museum de New York en 1977. Il est donc largement montré, étudié et diffusé dans les médias depuis 129 ans. Continuer la lecture de « 1889 ♦ couple Lavoisier (tableau) »

1887 ♦ Charcot à la Salpêtrière (tableau)

Une leçon clinique à la Salpêtrière – Tableau d’André Brouillet (290 x 430 cm) représentant le Professeur Charcot pendant l’une de ses leçons sur l’hystérie

De l’art de mettre en scène la science

(par Christophe THOMAS, Cnam Certificat 2018)

« Une leçon clinique à la Salpêtrière » est une peinture d’André Brouillet réalisée en 1887 et exposée au Salon des artistes à Paris à partir du 1er Mai de cette même année. L’œuvre est ensuite achetée par l’Etat et attribuée au musée de Nice. De type réaliste, elle met en scène le professeur Charcot, célèbre neurologue français du XIXe siècle, lors de l’une de ses fameuses « Leçons », expériences médicales publiques qui sont peu à peu devenues un rendez-vous mondain incontournable dans le Paris des années 1880. Continuer la lecture de « 1887 ♦ Charcot à la Salpêtrière (tableau) »

1886 ♦ L’Ève future (roman)

La synthèse chimique sublimant la nature

(par les auditeurs 2012)

Voulez-vous me dire quelle impression produit sur vous ce spectacle-ci ? — demanda-t-il en montrant le pâle et sanglant bras féminin posé sur le coussin de soie violâtre.

Lord Ewald contempla, non sans un nouvel étonnement, l’inattendue relique humaine, qu’éclairaient, en ce moment, les lampes merveilleuses.

— Qu’est-ce donc ? dit-il.

— Regardez bien.

Le jeune homme souleva d’abord la main.

— Que signifie cela ? Continua-t-il. Comment ! Cette main… mais elle est tiède, encore!

— Ne trouvez-vous donc rien de plus extraordinaire dans ce bras ?

Après un instant d’examen, lord Ewald jeta une exclamation, tout à coup :

— Oh ! murmura-t-il, ceci, je l’avoue, est une aussi surprenante merveille que l’autre, et faite pour troubler les plus assurés! Sans la blessure, je ne me fusse pas aperçu du chef-d’œuvre !

L’Anglais semblait comme fasciné ; il avait pris le bras et comparait avec sa propre main la main féminine.

— La lourdeur ! Le modelé ! La carnation même !… continuait-il avec une vague stupeur. — N’est-ce pas, en vérité, de la chair que je touche en ce moment ? La mienne en a tressailli, sur ma parole ! Continuer la lecture de « 1886 ♦ L’Ève future (roman) »

1883 ♦ Le Vingtième siècle (livre)

Couverture de l’ouvrage d’Alfred Robida ” Le Vingtième siècle” paru en 1883 aux éditions G. Decaux. Les dessins sont de l’auteur.

les origines de l’anticipation scientifique

(par Mélodie GALLET, Cnam Certificat 2016)

Le livre « Le vingtième siècle » est une œuvre d’anticipation dont l’auteur est Albert Robida (illustrateur, caricaturiste, graveur, journaliste et romancier français né à Compiègne le 14 mai 1848 et mort à Neuilly sur Seine le 11 octobre 1926).
La couverture du livre représente un voyage de fiançailles au XXe siècle dans une machine volante improbable. Le roman est connu pour sa fantaisie imaginative, régulièrement cité pour ses inventions étonnantes comme le téléphonoscope, son tableau de la circulation aérienne dans Paris, ou pour sa représentation de l’émancipation féminine dans la société future. Continuer la lecture de « 1883 ♦ Le Vingtième siècle (livre) »

1883 ♦ Au bonheur des dames (roman)

Au malheur des hommes ?

(par Amélie Le Maux)

Nous sommes à la fin du XIXe siècle et les femmes parisiennes se pâment devant les vitrines des grands bazars modernes qui fleurissent dans la capitale. Il en est un, situé dans le quartier de l’Opéra, qui conquiert tous les cœurs et toutes les bourses. En effet, Au bonheur des Dames est une machinerie bien huilée, dirigée d’une main de maître par Octave Mouret. Ce jeune célibataire ambitieux aligne les maîtresses et aspire à conquérir toutes les femmes grâce à son grand magasin qui fait perdre la tête, même à la plus raisonnable maîtresse de maison. Toutes, sauf une, Denise Baudu, jeune provinciale simple et aimable, qui lui résistera jusqu’aux dernières lignes du roman « Au bonheur des Dames », paru en 1883. Continuer la lecture de « 1883 ♦ Au bonheur des dames (roman) »

1877 ♦ La gare Saint-Lazare (peinture)

Le progrès technique au XIXsiècle vu à travers l’œuvre impressionniste de Claude Monet, La Gare Saint-Lazare

(par Henri FRECHON, Licence professionnelle Cnam “Médiation culturelle des sciences et techniques en société”, mai 2014)

Étant l’un des fondateurs du mouvement impressionniste et considéré généralement comme un artiste peintre de paysages et portraits, Claude Monet, après plusieurs années à s’être intéressé à la campagne, s’attache aux paysages urbains. Il se veut un peintre de la vie moderne.

C’est pour cela qu’il présente en avril 1877, à la troisième exposition impressionniste, douze versions de La Gare Saint-Lazare. Il choisit le thème du progrès technique alors très en vogue parmi les artistes européens de l’époque, influencés par l’exemple de William Turner qui peint en 1844 Pluie, Vapeur et Vitesse – Le Grand Chemin de fer de l’Ouest. Émile Zola, également intéressé par le sujet, vient d’ailleurs pour écrire La Bête humaine s’inspirer à l’exposition de l’atmosphère que dégagent les tableaux.

Continuer la lecture de « 1877 ♦ La gare Saint-Lazare (peinture) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search