L’impact de l’alliance Coca-Cola/Marvel sur la Culture Populaire

En rentrant chez moi avec mes colocataires, nous avons partagé notre dîner ensemble. Pendant le repas, l’une de mes colocataires a siroté sa traditionnelle canette de Coca-Cola, un rituel pour elle, mais aussi une addiction au sucre. Après le repas, alors que je commençais à débarrasser la table, je me suis dirigée vers la poubelle pour jeter la canette. Toutefois, j’ai remarqué que cette canette était différente de celles que nous avions l’habitude de boire. Elle était estampillée Avengers avec le logo de Black Widow, un personnage féminin fort de la saga, le tout en couleur argentée. J’ai trouvé cette canette particulièrement jolie et ai choisi de la conserver comme une sorte d’objet collector. 

Cependant en la regardant plus attentivement, j’ai réalisé l’impact que cette alliance entre deux marques mondialement connues avait sur moi. J’ai même pris une photo de cette canette avant de la jeter à la poubelle. Cela m’a fait prendre conscience que cette canette était un reflet de la culture populaire omniprésente dans notre vie quotidienne. En effet, cette rencontre entre les univers de Coca-Cola et de Marvel illustre parfaitement l’influence qu’ont ces deux industries sur nos comportements et notre perception de la culture. 

D’un côté, Coca-Cola a établi un lien étroit avec le public depuis de nombreuses années grâce notamment à ses publicités iconiques, comme celle du Père Noël ou de l’ours polaire. Ces images sont devenues des symboles emblématiques de la culture populaire, associées à la saison des fêtes, à la convivialité et à la joie de vivre.

D’un autre côté, la franchise Marvel est devenue un phénomène cinématographique majeur. Depuis le lancement du premier film de l’univers cinématographique Marvel en 2008, “Iron Man”, les films ont connu un succès commercial et critique considérable. Ils ont attiré un large public de fans du monde entier, générant un engouement médiatique, des discussions en ligne, des théories de fans et des attentes élevées pour chaque nouvelle sortie. Les films Marvel sont devenus de véritables événements culturels, marquant les tendances et les modes de notre époque. 

Coca-Cola et Marvel ont su créer des communautés de fans inconditionnels, suscitant un engouement médiatique pour leurs divers produits. Leur influence sur la culture populaire est immense, touchant la mode, les tendances culturelles, les produits dérivés, la culture geek, les médias sociaux et bien d’autres aspects de la vie moderne. Ces marques sont devenues des icônes mondiales de la culture populaire, façonnant les tendances culturelles et sociales de notre temps. 

Cette rencontre à travers cette canette de Coca-Cola est un exemple de la manière dont ces deux industries ont su se rejoindre utiliser les avantages de l’une et l’autre et laisser leur marque dans la culture populaire.

Par Alice BAMAS

L’entente cordiale entre la science et le capital: le cas de l’obsolescence programmée

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Le modèle capitaliste de l’économie mondiale prend son envol au XIXème siècle avec l’innovation et l’invention de nouveaux procédés de production. Parmi eux, le machinisme effréné qui selon Karl Marx est inarrêtable (sauf par une révolution du prolétariat) depuis que le libre-échange légiféré entraine la concurrence. Cette dernière est mû par la volonté de réduire toujours et toujours les frais de production afin d’être le plus compétitif.

Le XIXème siècle est alors une période d’augmentation spectaculaire de la quantité de biens produits. Parallèlement, les industriels cherchent à se démarquer sur le marché en s’intéressant -cette fois- à la dimension qualitative du bien. La tâche est de créer le produit le plus fiable possible, celui qui résiste à la dégradation du temps et que le poids des années d’utilisation n’use qu’un peu.


Cependant, cette ingénierie du produit ultime est vite abandonnée pour des raisons économiques. Le capital ayant comme condition de survie une consommation continue, il ne peut se permettre de produire les outils de sa propre destruction : des objets qui ne s’achètent qu’une fois car trop robuste.


La science et la technologie s’alignent donc sur ce modèle économique qui leur sied bien, en plus d’être un terreau fertile pour leur développement. C’est le début de l’entente cordiale dans laquelle le rôle de la science est d’innover afin d’amener de la diversité et du choix pour le consommateur. En revanche, dans ce pacte nous le verrons explicite, elle doit poliment se brider en ce qui concerne la quête du qualitatif. La survie de l’économie capitaliste a fait stagner l’avancé scientifique et technologique dans certains domaines. Plus que cela, elle l’a même contraint à reculer. Voyons cela avec quelques exemples :


L’ampoule incandescente


L’ampoule est une découverte de Thomas Edison. En 1881, elle durait 1500 heures. La marche naturelle de la science, qui amène au perfectionnement et à la maitrise d’une nouvelle technologie a permis à l’ampoule en 1924 d’atteindre 2500 heures d’utilisation. Par des recherches et des expérimentations sur les composants des filaments, le produit s’est bonifié. Jusque-là, rien d’anormal. Pourtant dans les années 40, l’ampoule ne dure plus que 1000 heures.

Une ampoule à Livermore


brille depuis 1901 !L’explication se trouve simplement dans la logique économique. Une ampoule qui s’achète toutes les 1000 heures est plus rentable qu’une ampoule vendue toutes les 2500. « C’est dangereux pour les affaires » pour reprendre les mots déclarés dans les rapports de réunion du premier cartel du monde : Phoebus. Cartel industriel, il réunit les principaux fabricants d’ampoule pour trouver un point d’accord sur la durée de vie des produits découlant de la découverte d’Edison.

 Leur concurrence ne profite qu’au consommateur qui s’éclaire de plus en plus longtemps pour le même prix. Suite à cela, les recherches des services d’ingénierie et prototype recommencent à 0. Ils établissent de nouveaux calculs dans l’objectif d’atteindre la médiocrité : une ampoule durant 1000 heures soit 2/3 de la durée de vie d’il y a 60 ans à l’époque de l’inventeur américain. Dans cette union d’industrielle de l’ampoule, un cahier était tenu. Celui qui produisait des trop bons produits était sanctionné financièrement.

Les collants en nylon

Dans le même cas de figure, l’entreprise DuPont trouve après des années de commercialisation, la composition chimique garantissant aux collants résistance et élasticité pour le plus grand plaisir du consommateur. La solution scientifique aux bas qui s’effilochent n’est appliquée encore une fois qu’un court temps pour ne pas enrayer un modèle économique qui doit sans cesse recommencer de produire. Petit à petit la formule synthétique du Nylon remonte dans le temps, les collants s’appauvrissent en additif protecteur de la fibre. Tout le progrès qualitatif obtenu par la recherche est alors abandonné.


L’imprimante

Si l’on veut se rattacher à des phénomènes récents en lien avec notre société de consommation contemporaine ; nous pouvons deviner la tentation pour l’industriel d’inclure
le concept d’obsolescence programmée dans l’électronique. Aujourd’hui les circuits imprimés sont omniprésents dans nos foyers, vous êtes d’ailleurs en train de lire ce texte via un smartphone, un ordinateur ou une tablette qui n’est sûrement pas votre premier appareil acheté. L’exemple qui nous intéresse est celui de l’imprimante. Un logiciel permet aux puces de certaines imprimantes de se réinitialiser


En effet, si l’avancé technologique a pu se brider avec l’ampoule ou revenir en arrière avec les collants ; elle va jusqu’à devenir purement destructrice pour le cas de cet outil de travail indispensable. Greffée aux circuits imprimés des imprimantes se trouve une puce comptabilisant le nombre d’impression. Une fois la quantité atteinte, elle bloque le mécanisme entier de l’appareil en affichant un message d’erreur la rendant inutilisable. De manière imagée, la recherche a façonné un cœur fragile dépérissant par l’usure de la matière (filaments d’ampoule fin, nylon) puis à créer un organe en pleine santé mais programmée pour s’arrêter après une attaque cardiaque subite. On passe alors d’un processus voulu d’usure, de mort lente à un processus de sabotage, de meurtre soudain.

Les résistances à ce modèle

Cette mouvance de l’obsolescence programmé s’est naturellement calibrée avec la loi du marché. La même règle autodestructrice du calcul financier régit tous les aspects de l’existence comme disait Keynes. Cependant la victoire de ce mode de production qui a façonné notre mode de consommation puis notre rapport au matériel, notre conception des biens, a connu des résistances.


Les premières furent éthiques avec un débat interne chez les ingénieurs dans les années 50. La seconde, idéologique était portée par l’ennemi séculaire de l’économie capitaliste à savoir l’économie communiste. Son marché régulé à outrance et centralisé ne trouve pas d’intérêt dans le cycle court de consommation. C’est de là que naît le mythe de l’outillage d’Allemagne de l’Est incassable. En 1981, une entreprise de Berlin-Est déposait le brevet d’une ampoule longue durée. La commercialisation n’a jamais eu lieu.


Une loi d’URSS stipulait aussi que l’électro-ménager devait tenir au moins 25 ans alors qu’un des pères du concept d’obsolescence programmé : Bernard London déclarait que tout devrait avoir une durée de vie légale de 2 ans, puis être remis à l’Etat afin d’être détruit pour recommencer les cycles de production, de consommation et de circulation des capitaux.
Selon la droite lignée de l’entente cordiale de la science et du capital depuis plus de 100 ans, il apparait évident que ce mariage est solide. Malgré certaines crises, le compromis a profité aux deux partis qui ne cessent de prendre de la proportion jour après jour. Qui des deux conditionne le comportement de l’autre ? Et surtout la science sera-t-elle capable de trouver la solution à ce jeu risqué pour la planète ?


Source principale : Prêt à jeter, ARTE, https://www.youtube.com/watch?v=5eSoBBapXCg

2021 ◊ L’Etoile du Nord (sculpture)

 

L’Etoile du Nord est le nom donné au réseau ferroviaire passant par la gare d’Ermont-Eaubonne, mais c’est également celui de la sculpture d’Andrea Lomanzo érigée à côté de cette gare.

Continuer la lecture de « 2021 ◊ L’Etoile du Nord (sculpture) »

Dérogation aux néonicotinoïdes des: reculer pour mieux avancer ?


Pour sauver les cultures de betteraves touchées par la jaunisse, le gouvernement vient de réautoriser l’utilisation de ces insecticides « tueurs d’abeilles ». Un plan de recherche proposé cet automne au ministre de l’agriculture va réunir les spécialistes du secteur pour trouver des solutions alternatives durables d’ici la fin de la dérogation, en 2023.

Pourquoi le retour des néonicotinoïdes ? 
Depuis leur utilisation massive en agriculture dans les années 90, les néonicotinoïdes (NNI) ont fait l’objet de nombreuses études démontrant leur toxicité et notamment leurs conséquences désastreuses sur le système nerveux des abeilles. L’interdiction de leur utilisation en France a été votée en 2016 dans le cadre de la « loi biodiversité » et définitivement appliquée en 2018. Pourquoi le gouvernement revient-il donc sur sa décision 2 ans après ? La cause de ce revirement : la jaunisse virale. Transmise par les pucerons verts qui piquent les feuilles de betteraves, la jaunisse entraîne des baisses de rendement des cultures. Or, si elle est présente tous les ans à des degrés plus ou moins importants, la jaunisse a touché cette année beaucoup plus de parcelles qu’en 2019. La faute à un hiver très doux, mais aussi à une intervention moins importante qu’espérée des auxiliaires, ces insectes comme les coccinelles qui limitent naturellement les populations de pucerons verts.

La perte de rendement liée à la jaunisse de la betterave pourrait être fatale à la filière sucrière française 
© Confédération des Générales de planteurs de Betteraves

Les incidences de la jaunisse sur les rendements de 2020 ne sont pas encore connues mais les professionnels prévoient une baisse élevée, jusqu’à 50 % des récoltes selon les départements. Un coup dur, voire fatal, pour la filière française déjà fragilisée par la suppression des quotas européens sur le sucre fin 2017. Le ministère de l’agriculture évalue à 46 000 le nombre d’emplois qui seraient menacés. Pour sauver le secteur, le gouvernement a donc répondu positivement à la demande des betteraviers et promulgue, ce 14 décembre, la loi ré-autorisant jusqu’en 2023 usage des NNI pour les seules cultures de la betterave sucrière.

La filière à court de moyens
Cette dérogation sonne pourtant comme une dernière chance pour les betteraviers
français, car sans alternatives viables d’ici 2023, la filière s’arrêtera. Depuis plusieurs années, l’INRAE (Institut national de la recherche agronomique) et l’ITB (Institut Technique de la Betterave) collaborent afin de trouver des alternatives à ces insecticides « tueurs d’abeilles ». Si des pistes prometteuses ont été identifiées, aussi bien du côté de la génétique que des solutions chimiques sur le terrain, il n’existe à ce jour aucun traitement aussi efficace que les NNI. Le Teppeki et le Movento, qui faisaient partie des alternatives chimiques possibles,
ont très bien fonctionné en 2019… mais pas en 2020, car les pucerons verts ont
développé une résistance à ces produits. Il est donc indispensable d’amplifier les efforts de recherche et de développer des solutions à la fois économiquement viables et respectueuses du vivant et des terroirs.

Un programme de sauvetage sur mesure
Tous les espoirs se tournent donc vers le Plan national de recherche et innovation
monté par l’INRAE et l’ITB afin de renforcer les efforts de recherche autour de la
jaunisse. « Ce qu’on cherche à faire c’est que l’année 2020 ne se reproduise pas »,
explique Alexandre Quillet, Président de l’ITB.
Ce vaste plan, qui bénéficiera d’un financement supérieur à 20 M€, est construit
autour de 4 grands axes :
 Mieux comprendre les conditions favorables au développement de la jaunisse
et son vecteur, le puceron vert
 Identifier et tester des solutions à l’échelle de la culture betteravière
 Identifier et tester des solutions à l’échelle des paysages
 Construire un modèle économique durable
Ce projet associera donc recherche fondamentale et expérimentations, avec des
essais sous serre et grandeur nature, en ferme, pour délivrer aux agriculteurs des
solutions opérationnelles d’ici 2024. « On est rarement sur des projets de recherche
aussi opérationnels » a déclaré Philippe Mauguin, PDG de l’INRAE.

Une combinaison de solutions
Cependant les équipes sont lucides sur la difficulté du problème et le temps qui leur
est imparti pour le résoudre. « L’objectif n’est pas de dire qu’on aura une solution équivalente aux néonicotinoïdes valable à 100% dans les 2 ans et demi, 3 ans », explique Alexandre Quillet, mais de proposer aux professionnels une combinaison de solutions qui auront réduit le risque. Les chercheurs vont notamment explorer la sélection par la génétique des variétés de betteraves les plus résistantes à la jaunisse. Ils vont aussi se pencher sur la recherche d’outils de biocontrôle dont certains lutteraient aussi efficacement que les produits chimiques contre les pucerons verts. Parmi ceux-là, le champignon Lecanicillium muscarium, est particulièrement prometteur. Des solutions étudiées pour la culture de la betterave mais aussi à une échelle plus globale. Pour Christian Huyghe, directeur scientifique à l’INRAE, « la façon de cultiver les betteraves en 2023-2024 sera très différente car les paysages agricoles seront très différents. »

Les bandes fleuries, un moyen de lutter contre les nuisibles © Agroscope, Matthias Tschumi

 

Ainsi, une piste envisagée serait d’introduire à proximité des cultures de betteraves, des espèces végétales ayant un effet répulsif sur le puceron. Mais la piste majeure serait l’implantation de bandes fleuries, ou d’autres cultures, qui puissent héberger une forte population d’auxiliaires, en particulier les hyménoptères parasitoïdes, redoutables prédateurs des pucerons. Ce genre d’aménagement pourrait être bénéfique à d’autres productions impactées par les pucerons, et est aussi occasion de repenser les paysages agricoles d’une
façon qui soit plus favorable à la biodiversité.

Des insectes comestibles dans nos assiettes : un plat problématique ?

Des insectes comestibles dans nos assiettes : « une alternative alimentaire aux vrais atouts environnementaux » (20minutes, 15/10/2020), « l’avenir de la santé de l’homme » (Le Figaro, 11/10/2017) ? Et si la production industrielle d’insectes avait des retombées néfastes sur la biodiversité ? Comme nous l’apprenons à travers l’article d’Alok Bang and Franck Courchamp « Industrial rearing of edible insects could be a major source of new biological invasions » paru dans Ecology Letters, certains insectes comestibles sont produits à une échelle industrielle. Il s’agit d’un marché de plus de 400 millions de dollars par an et qui concerne déjà plus de 2 milliards de consommateurs à travers le monde. Les insectes sont choisis pour leur haut teneur en protéines, leur faible empreinte carbone et faible besoin en eau, leur reproduction rapide ou encore leur haute résistance aux maladies et aux changements climatiques. Certains de ces atouts font d’eux un danger pour l’environnement, avec un haut risque de propagation. En effet, la dispersion d’insectes dans la nature est un réel problème : les centres d’élevages sont mal équipés et il existe peu de contrôle. Il est nécessaire de développer une réglementation efficace et des protocoles de surveillances pour que la production massive d’insectes comestibles ne devienne pas une nouvelle menace pour la biodiversité.

2015 ◊ Saint-Gobain a 350 ans (patrimoine industriel)

affiche-saint-gobain_bdLe tour du monde des Pavillons “Sensations Futures”!

En 2015, Saint-Gobain fête ses 350 ans. À cette occasion, la plus ancienne entreprise du CAC 40 s’est lancé un défi: proposer une expérience sensorielle et artistique au grand public dans quatre grandes métropoles à travers le monde. Elle a donc imaginé quatre pavillons, baptisés “Sensations Futures*” qui mettent en scène sa capacité d’innovation et son expertise exceptionnelle en termes de matériaux, notamment de construction.

Après Shanghai en janvier, São Paulo en avril, et Philadelphie en mai, ces pavillons seront à Paris, du 15 au 31 octobre, place de la Concorde. Ils sont ouverts à tous, gratuitement, tous les jours de 10h à 18h (22h le samedi, 20h le dimanche).

Plus de détails ici

2010 ♦ Bic Cristal® (page web)

A l’occasion du 60e anniversaire de la création du Bic Cristal®, l’entreprise Bic publie en 2010 sur son site http://www.bicworld.com une page célébrant son stylo vedette.

histoire écrite à l’encre invisible

[par Fabienne THOMAS, Certificat Cnam Paris]

Les pages suivantes brossent un récit « officiel » de l’histoire du Bic Cristal® et des raisons de son succès, dévoilant certains « secrets » de fabrication et éléments historiques et entretenant soigneusement le mystère sur d’autres aspects. Pour que l’objet reste légendaire, il faut maintenir la légende et éviter de diffuser de cet objet une image différente de celle voulue par la marque. Si vous contactez le service communication de Bic pour obtenir des informations complémentaires on vous répondra que tout ce qui peut être rendu public sur ce sujet a déjà été publié sur le site cité ci-dessus. Continuer la lecture de « 2010 ♦ Bic Cristal® (page web) »

2004 ♦ Areva (spot publicitaire)

Spot publicitaire diffusé de 2004 à 2009 en Europe, Etats-Unis et Asie. Conçu par RSCG C&O, Addict et H5 pour le compte d’Areva. Objectifs : renforcer la visibilité de la marque « Areva », valoriser et faire comprendre l’expertise du groupe, mettre en évidence la cohérence de ses métiers. http://dai.ly/xgeq89.

 cycle nucléaire en 45 secondes funky

[par Véronique DAUMONT, Cnam Toulouse]

Quand Areva diffuse sa publicité en 2004, le nucléaire occupe une place prépondérante dans le paysage énergétique français (73% de la production d’électricité provient de centrale nucléaire). Depuis 30 ans, suite aux chocs pétroliers, les gouvernements successifs ont lourdement investi dans cette ressource fissile et ce, malgré les incertitudes liée à cette technologie. Continuer la lecture de « 2004 ♦ Areva (spot publicitaire) »

2004 ♦ les Becher (affiche)

Patrimoine industriel et / ou art contemporain ?

(par Julie DAVIET-DRAYE, Cnam Certificat 2018)

Lorsque le centre Pompidou organise une exposition, une immense affiche d’environ 3,5 x 2,5 m est tendue sur son bâtiment, dans la partie droite. Il organise en parallèle une opération de communication, avec des publicités dans les journaux, sur les réseaux sociaux, dans le métro etc. … Les citoyens de toute la France peuvent alors accéder à l’affiche et au(x) nom(s) des artistes exposé.e.s. Afin d’illustrer très fidèlement l’œuvre des Becher, dont le Centre Pompidou organise une grande rétrospective en 2004, il est décidé de mettre en image à la fois leur travail et leur manière de travailler. Les parisien.ne.s du quartier et plus largement les français.e.s découvrent cette image, qui est à la fois répétition du semblable sans être le même. Ces photographies représentent des chevalements de mines. La multiplication du même motif le rend peu à peu étrange, et l’on s’étonne de commencer à y voir comme des oiseaux fatigués, qui semblent enfoncer leur long bec dans le sol. La monotonie de cet étrange rassemblement est rompu par le sens des images : si les toboggans des chevalements sont situés vers la gauche sur la première et la troisième ligne, ils sont inversés sur la deuxième. Monotonie rompue mais tout en restant ordonnée. Continuer la lecture de « 2004 ♦ les Becher (affiche) »

1976 ▪ Tricatel (logo de fiction)

logo_TRICATEL
Logo de l’entreprise Tricatel telle qu’elle apparait dans le film de Claude Zidi “L’aile ou la cuisse” (1976)

Ce plat pourri qui est le mien !

(par Audrey Navarre, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques, Cnam Toulouse, juin 2014)

Où vont tous ces gens dont pas un seul ne rit, questionnait le poète. Ils vont chez TRICATEL bien sûr, ou plutôt au Restoroute de Jacques Borel ! Se dirigeant d’un seul homme vers la pancarte aux couleurs éclatantes résultant d’un savant mélange de ketchup et de moutarde, telle une toile de Van Gogh.

Bien que nous  devions à Jacques Borel les tickets restaurant, nous lui devons aussi les premiers fast-foods importés en France : les Wimpy, ainsi que sa merveilleuse chaîne de Restoroutes lancée en  1968 (année d’une certaine révolution populaire) qui ont fait vomir plus d’un Renaud et d’un Coluche ! Coluche d’ailleurs à l’affiche aux côtés de Louis de Funès dans la comédie satirique « L’aile ou la cuisse » de Claude Zidi sortie en 1976, se moquant éperdument de notre cher industriel le déguisant à peine sous une quasi-homonymie.

Continuer la lecture de « 1976 ▪ Tricatel (logo de fiction) »

1965 – L’homme de Vinci (logo)

medium_manpower_logo
Logo de  MANPOWER jusque 2006

L’innovation au service de l’être humain et de l’emploi

(par Nathalie JETIL, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques, Cnam Toulouse, septembre 2014)

L’Homme de Vinci est l’ancien logo de la célèbre agence américaine, Manpower, spécialisée dans les secteurs de l’intérim et du recrutement. Ce logo, qui servait de référent depuis 1965, avait été inspiré du dessin de Léonard de Vinci, l’Homme de Vitruve, tel un symbole de l’Homme au cœur du travail. L’association de ce visuel au monde ouvrier contemporain a marqué l’entrée de l’œuvre d’art dans la culture populaire.

Continuer la lecture de « 1965 – L’homme de Vinci (logo) »

1964 ♦ Fibrociment Eternit (publicité)

ETERNIT
Publicité ETERNIT matériaux inaltérable ciment et amiante – stabilité, sécurité. Pleine page de magazine, 1964.

Vendre du rêve…

(par Nadia BASTIDE, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

« En construisant, en bâtissant votre maison vous assurez la stabilité et la sécurité de votre foyer »

Nous sommes dans les années 1960. Cette publicité, publiée en pleine page dans un magazine de l’époque est accompagnée de photos de la maison idéale : ciel bleu, espaces verts… Plusieurs variantes de cette publicité existent, l’une d’entre elles ayant été publiée dans le numéro commémoratif de Paris Match du 6 juin 1964.

Vingt ans après le débarquement, dans le contexte des trente glorieuses, cette publicité avait tout pour plaire. L’augmentation du nombre d’emplois et de services a favorisé l’apparition d’une classe constituée de techniciens, d’employés et de cadres du secteur tertiaire, qui aspirent à de jolies maisons individuelles avec jardin… Les jolies photos de notre publicité ont donc de quoi faire rêver…

Les valeurs de « stabilité et de sécurité du foyer » devaient parler plus que jamais aux hommes jeunes responsables de leur famille, et à leur femmes, désireuses d’élever leurs enfants dans les meilleures conditions possibles. Cette publicité, glissée dans les pages d’un magazine à forte diffusion, renvoie une image idéalisée, en parfaite harmonie avec ce à quoi aspirent les lecteurs… Une maison idéale. Continuer la lecture de « 1964 ♦ Fibrociment Eternit (publicité) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search